La radio qui vous écoute !

Réveil-FM-International

La première radio associative et communautaire de Kinshasa.

mardi 25 novembre 2014

Dakar: Hervé Bourges répond à Freddy Mulongo et Roger Bongos à l'ambassade de France

Dakar, Hervé Bourges répond à Freddy Mulongo et Roger Bongos. Photo Réveil FM International

Français, francophone, francophile, Hervé Bourges est de tout ça ! A 81 ans, il continue livre bataille pour la langue française. A Dakar, Hervé Bourges a été l'envoyé spécial et personnel d'Abdou Diouf, le Secrétaire Général de lOIF, fin mandat, pour la cérémonie d'ouverture des 43è Assises de l'UPF.

La langue française sera-t-elle sauvée par l'Afrique comme l'indique trois rapports de Jacques Attali, Hubert Védrine et Jean Bocquel ? Qui va succéder à Abdou Diouf à la tête de la Francophonie, après deux hommes, une femme ne serait-elle la bienvenue ? Du moins, après Boutros Boutros Ghali et les 12 ans d'Abdou Diouf à la tête de l'OIF, le changement c'est bien maintenant. Souvent rallié par des confrères lorsqu'il était président du Conseil Supérieur de l'Audiovisuel, Hervé Bourges est un familier de l'Afrique, où il a fondé l'école de journalisme de Yaoundé, avant de rentrer en France et de diriger successivement RFI, TF1 et France Télévisions.

Lire la suite

Le collabo musicien Werrason est-il un tricheur ?

Assasin's Creed et Werrason ont-ils un même graphiste?

La Fatwa contre les collabos musiciens djaleloïstes demeure toujours en vigueur. Aucun musicien congolais qui a chanté et dansé pour le régime d'imposture de Kinshasa ne se produira dans les grandes salles mythiques en Europe jusqu'à la libération totale des institutions prises en otage par une clique des mafieux individus. Ce sont les Résistants-Combattants-Patriotes Congolais de l'étranger qui ont mis en exergue l'expression en Kikongo "Ingeta" qui signifie "Ainsi soit-il". Or le collabo musicien Werrason vient de reprendre l'expression "Ingeta" sur son affiche qui ressemble comme deux gouttes d'eau avec celle du film américain qui vient de sortir en salle: Assasin's Creed ! Le collabo musicien Werrason est aussi tricheur ?

Lire la suite

Les 15 ans de Réveil FM International à Dakar

Au Sénégal, en plein reportage pour le XVè Sommet de la Francophonie, nous avons marqué une petite pause. C'est dans la gaieté mais surtout la bonne humeur que les 15 ans de Réveil FM International ont été fêtés à Dakar. Sans tambour ni trompettes, pas de petits fours ni coupe de champagne mais deux grosses bouteilles de Perrier ont suffi pour que la fête soit belle! Avec Roger Bongos-Afrique Rédaction, nous avons beaucoup parlé, beaucoup ri et exhibé quelques pas de danse. Média de proximité, citoyen, alternatif et non marchand, Réveil FM International est la première radio associative et communautaire de Kinshasa. Fermé à plusieurs reprises par les prédateurs de la liberté de la presse dont la dernière date de mars 2007 à Kinshasa en République démocratique du Congo, Réveil FM est devenu Réveil FM International puisque depuis Paris il émet sur le net: articles, vidéos et sons.

Freddy Mulongo à Dakar. Photo Réveil FM International

Dakar, Freddy Mulongo. Photo Réveil FM International

Roger Bongos à Dakar. Photo Réveil FM International

Roger Bongos à Dakar. Photo Réveil FM International

Roger Bongos à Dakar. Photo Réveil FM International

Freddy Mulongo à Dakar. Photo Réveil FM International

Freddy Mulongo à Dakar. Photo Réveil FM International

Freddy Mulongo à Dakar. Photo Réveil FM International

Lire la suite

lundi 24 novembre 2014

Dakar: Youssou N'Dour "Je vis avec mon époque. Je suis numérique" !

Youssou N'Dour est un grand au Sénégal.

Ce n'est pas dans les habitudes de Réveil FM International, d'encenser des incapacitaires ni de tresser des lauriers aux imposteurs. Contrairement à la République démocratique du Congo, où aucun quotidien ne tire à plus de 2500 exemplaires...sans ignorer les invendus surtout à Kinshasa, la capitale congolaise qui regorge plus de 10 millions d'habitants, le journal "L'Observateur" de Youssou Ndour tire à 100 mille exemplaires pour le Sénégal. "Je vais encore vous faire une révélation et vous comprendrez pourquoi je tire chapeau à Youssou Ndour. J'ai tiré le premier numéro de l'Observateur et pendant deux ans, j'ai assuré le tirage de ce journal. Il a osé tirer son journal à 100 CFA et en couleur; moi imprimeur je n'y croyais pas du tout, je me suis dit qu'il va se suicider avec ce projet. Il a tenu bon et le canard est aujourd'hui parmi les numéros 1.", témoigne un imprimeur.

Pourtant son journal "Observateur" vient après plusieurs quotidiens kinois qui ont pignon sur rue. Youssou Ndour n'a pas attendu l'aide à la presse pour se développer. Encore moins d'avoir une fonction politique pour créer son journal, sa radio et télévision...Comme en République démocratique du Congo où chaque Sénateur, Député, ministre du régime d'alias Joseph Kabila, a son journal, sa station radio et chaîne de télévision. Et Modeste Mutinga Mutuishayi le grand caïd, fourbe , roublard s'est même octroyé Radio 7 et Télé 7 en étant Président de la fameuse Haute Autorité des Médias (HAM), organe de régulation transformée en organe de répression contre les journalistes, opposants et médias. Comme une grenouille qui saute d'un nénuphar à un autre sans aucun inventaire sur sa gestion de la HAM, et pour avoir privé les 60 millions de Congolais d'un débat démocratique inscrit dans la Constitution de la Transition, entre alias Joseph Kabila et Jean Pierre Bemba, les deux candidats arrivés en lice lors de l'élection présidentielle 2006, et hop ! Modeste Mutinga Mutuishayi est nommé Rapporteur au Sénat. Sa récompense avoir muselé les journalistes, opposants et médias pour le compte d'alias Joseph Kabila !

En septembre 2003, Youssou Ndour crée un groupe de presse baptisé Futurs Médias à partir du journal L'Observateur (Sénégal), quotidien rapidement devenu le plus lu au Sénégal (tirage 100 000 exemplaires), et complété avec la Radio Futurs Médias (RFM), et, depuis septembre 2010, de la chaîne Télé Futurs Médias (TFM). Youssou N'Dour emploie 500 personnes. Quand il s'engage fortement en politique, il cherche à laisser l'indépendance éditoriale à son journal, délaissant la direction générale du groupe en devenant ministre. Il possède également une imprimerie et vise à s'implanter dans le secteur du contenu en ligne.

Pour Youssou N'Dour: " Le numérique a entraîné des changements radicaux dans nos vies tant au niveau de nos maisons, tant au niveau du monde professionnel. Je ne cesserai de le dire, le monde du numérique a créé le monde des Possibles. Monde des Possibles pour toutes les avancées qui en découlent, Monde des possibles en menace, Monde des possibles en enjeux et défis pour ne citer que ces quelques points.

D'ailleurs dans une de mes chansons sorti en 1991 et intitulé LIVE TV, je disais "satellite guala yoné ma Lou khew feulé ak fenene ak fenene". " Satellite montre-moi ce qui se passe ici et ailleurs".

Au vu de tous ces exemples, je puis affirmer que L'avènement de la culture numérique nous a fait quitter "Le monde de la vitesse de l'information pour arriver au monde de rapidité éclair de l'information".

Pour preuve, je me permettrai de vous donner deux exemples, n'avons-nous pas été les témoins de la puissance d'Internet, de la puissance du "Live Blogging" lors des printemps arabes ?

Deuxième exemple, Ma fille n'est pas présente dans la salle mais certainement, tout ce qui se fait ici, elle le voit et le commente sur les réseaux sociaux.

Mes chers amis des métiers de l'information, cela doit alors nous interpeller à bien des niveaux.

Des mutations majeures s'imposent dans la profession et dans l'approche. Le numérique est une chance pour ceux qui sauront saisir ce monde des possibles. Sinon je vous dis Vous allez disparaître car la primauté de l'information en temps réel a quitté les rédactions et se trouvent maintenant dans les réseaux sociaux.

Cela veut dire quoi pour les professionnels de l'information ?

Les associations de presse telles que votre prestigieuse association se doit d'aider vos membres à s'adapter à la vitesse du temps mais surtout l'association devra privilégier la formation de la jeune génération de professionnels de l'information afin de renforcer davantage l'éthique et la déontologie dans le rendu de l'information.

Au vu de la rapidité, au vu du fait que cela soit un monde des possibles, Cela doit nous parler pour qu'on hausse l'ambition de nos entités médias. Et là je m'adresse particulièrement aux entités africaines.

Voyons grand.

Voyons Très grand ! Car un des grands avantages que le monde numérique confère résulte sur le fait que ça ne parle plus par exemple de 13 millions de sénégalais mais de plus de 300 millions pour l'Afrique de l'ouest.

Le monde du numérique est le monde du Grand format des possibilités techniques. Un programme grâce au numérique peut être démultiplié en plusieurs formats et en plusieurs langues. CE QUI engendre des lors plus de profits potentiels pour nos entreprises.

Cela veut dire également quoi? Je l'ai dit au début, le monde numérique est également un monde de menaces car autant il permet aux jeunes du monde et africains en particulier d'avoir un océan de possibilités de découvertes autant il constitue une grande menace pour le devenir de nos sociétés. Je ne parle pas de censurer mais veillons aux contenus. Et surtout veillons à œuvrer pour encourager davantage la préservation de nos cultures.

Dès lors je milite pour une mondialisation dans la sauvegarde de nos identités.

Veillons à ce que notre jeunesse soit empreinte de nos valeurs et fondements culturels.

Également en parlant d'identité, je vais faire une halte pour me faire L’Echo de millions d’artistes qui ne peuvent plus vivre de leur art, qui ne créent hélas plus du fait du piratage de leurs œuvres.

Je vous exhorte vous professionnels de l'information à en faire votre combat pour une meilleure application des textes sur les droits voisins. Sans art, point d'expression culturelle. L’avenir de l'humanité est menacé.

Pour conclure, et en direction des jeunes face aux défis du numérique, je vais emprunter une phrase d'un grand sage Sénégalais qui dit " il est bien d'essayer de ressembler à nos pères, mais essayons davantage de ressembler en bien à notre époque ".

Ça veut dire quoi ? Jeune du monde, jeune francophone d'Afrique lèves toi, saisi les opportunités qu'offrent ce monde des possibles, mais n'oublie jamais ton identité.

N'oublie jamais également que le but ultime de toute création est d'être au service de l'humanité. Science sans conscience n'est que ruine de l'âme.

Heureusement j'ai espoir aux jeunes face aux défis du numérique quand je pense à un Salam Fall, fondateur de Seneweb, premier portail d'informations en Afrique francophone. Ou à un Dame Dieng, un jeune autodidacte qui a réussi à mettre en place l'un des sites internet les plus dynamiques du Sénégal.

J'ai espoir quand je pense aux cyber-activistes qui lors des dernières élections présidentielles du Sénégal ont grandement contribué à transmettre en temps réel les résultats des bureaux de votes.

Mes pensées vont également en direction d’un Tidiane Deme de Google, à mes 4 jeunes frères ougandais qui ont créé une application permettant de diagnostiquer le paludisme sans prélèvement de sang.

Quand je pense à tous ces jeunes africains et aux 915 millions d'utilisateurs de mobiles que comptera l'Afrique dans quelques mois, je me sens fier de vous dire que grâce à nos jeunes et au numérique, l'Afrique décolle.

Prononçant le discours inaugural des 43e assises de l’Union internationale des journalistes francophones, Youssou Ndour, ministre-conseiller auprès du Président de la République et Président Directeur général du Groupe de presse, Futurs Médias, a répondu à ceux qui pensent qu’il utilise ses organes pour régler des comptes. «Je n’écris pas. Je découvre le journal «L’Observateur» comme tout le monde. Il arrive que des amis m’appellent pour me dire qu’il est écrit telle ou telle autre chose dans le journal et là je dis : «Ah bon ? », déclare Youssou Ndour. Des propos rapportés par «L’As». Selon lui, même avec l’arrivée de Macky Sall et son entrée dans le gouvernement, la ligne éditoriale du journal n’a pas varié. «Notre modèle n’est pas pour beurrer qui que ce soit, y compris moi», assure-t-il. Evoquant les avancées technologiques qui ont un impact sur le développement de la presse écrite, il a demandé à la presse papier de se réajuster si elle ne veut pas disparaître.

Lire la suite

dimanche 23 novembre 2014

XVè Sommet de la Francophonie: Trêve entre Abdoulaye Wade-Macky Sall ! Wade revendique une élection présidentielle en 2015 et une commission de transition !

Me Abdoulaye Wade. Photo Réveil FM International

Le XVè Sommet de la Francophonie permet à Abdoulaye Wade et Macky Sall d'avoir une trève face à une guerre déclarée et ouverte, entre le pape Sopi douze ans de règne et son successeur Macky Sall. En effet, le Front patriotique pour la défense de la République, a tenu son meeting, vendredi 21 novembre 2014, à la Place de l'Obélisque. A cette occasion, leader du Parti démocratique sénégalais (Pds), a dressé , devant une foule acquise à sa cause, un tableau de son successeur:"J'ai le pressentiment que Macky Sall ne participera pas à la prochaine élection présidentielle. S'il participe, il sera battu à plate-couture. S'il a le courage de dire qu'il est incapable, on peut organiser une commission de transition qui va nous conduire vers des élections le 29 juin ou le 6 décembre 2015", propose Abdoulaye Wade.

L'ancien président rassure, par ailleurs, que lui et ses alliés ne veulent npas pertubrer le Sommet de la Francophonie et "salue" les chefs d'Etat qui vont venir à Dakar à cette occasion. "C'est pourquoi, souligne-t-il, les 72 heures que nous lui (Macky Sall) avions données pour répondre à nos questions, nous les reportons après la Francophonie pour traiter nos problèmes entre Sénégalais. , Macky Sall doit partir de lui-même", insiste Abdoulaye Wade avant d'ajouter qu'ils ne feront pas de coup d'Etat contre lui. A ses yeux, Macky Sall a "échoué" et est "incapable"de redresser la situation du pays. Fort de ce constat, Me Wade en déduit que son successeur doit partir. " Il a détruit le pays. Notre pays a rétrogradé depuis que j'ai quitté le pouvoir. Pour me résumer, il n'y a pas d'emploi, l'université est détruite, les paysans sont désespérés, les chefs religieux ne sont pas respectés. Ils ont enlevés tous les biens que j'ai fait dans ce pays. Il n'y a plus d'argent dans ce pays. Les commerçants ne peuvent plus vendre. Ils détruisent les étals des marchands ambulants", liste le libéral.

"Je suis sorti du Palais avec 700 000 FCfa"

Abdoulaye Wade dénonce la traque des biens mal acquis qui, estime-t-il, a placé le pays dans la situation "insoluble". Selon lui, les partisans de Macky Sall sont venus le voir pour négocier la libération de Karim Wade et compagnie. D'après lui, ils n'ont rien trouvé contre ces derniers. "Et on cherche des motifs pour les leur coller. On enferme karim Wade, Aïda Ndiongue, Abdou Aziz Diop, etc, sans preuves. Aujourd'hui, la justice est sous influence avec la tentative de mettre les magistrats aux ordres. heureusement que certains sont courageux et honnêtes", avance l'ancien chef de l'Etat du Sénégal qui ajoute que, avant de quitter le pouvoir, il savait que son successeur allait se mettre sur ses traces pour voir ce qu'il fait. Me Wade informe qu'il a distribué tous ses fonds politiques aux Sénégalais. "Je suis sorti du Palais avec 700 000 Fcfa. Macky Sall se laisse tromper par son entourage. Ils lui font croire que l'opposition a des milliards. Il a envoyé des commissions rogatoires à travers le monde qui n'ont rien trouvé contre Karim Wade, Macky Sall a dit à des gens, en France, qu'ils n'ont rien trouvé contre Karim Wade", révèle-t-il.

Lire la suite

Dakar-Place de l'Obélisque: Abdoulaye Wade grand tribun retrouve ses vielles amours "la foule et les provocations" !

Place de l'Obélisque à Dakar, Abdoulaye Wade, un grand tribun. Photo Réveil FM International

Viendra-t-il ou pas ? Abdoulaye Wade viendra, nous rassure ses partisans ! Les autorités congolaises qui dirigent par défi sans légitimité et en toute impunité, qui font tirer sur la foule pour disperser les manifestants à qui ils ont privé le droit élémentaire de manifester, faire des meeting, devraient venir à Dakar pour apprendre comment on permet une manifestation contre le pouvoir en place se dérouler, sans qu'il y ait un coup de feu, ni des blessés ou des morts. Nous avons vécu la démocratie sénégalaise en live. Avec nos gilets presse-Roger Bongos et Freddy Mulongo, les Sénégalais sans nous influencer, nous ont frayé un chemin dans la foule pour que nous soyons plus du podium, afin de mieux faire notre travail. Pour passer la grille de sécurité, nous avons été portés par de gaillards qui nous ont passés par dessus bord. Aucun journaliste n'est en prison au Sénégal !

Les femmes sénégalaises sont politisées. Photo Réveil FM International

Les militants, artisans et sympathisants de Wade. Photo Réveil FM International

Le drapeau du parti de Wade. Photo Réveil FM International

Une jeunesse à la pointe de la politique. Photo Réveil FM International

Les sénégalais sont sans complexe, ils s'affichent politiquement. Photo Réveil FM International

Incroyable mais vrai. Le vendredi 21 novembre 2014, à la place de l'Obélisque, le quartier Colobane et ses environs ont été secoués par le meeting politique du Front Patriotique pour la défense de la République ! Abdoulaye Wade a retrouvé les siens et la Place de l'Obélisque redécouvre les masses politiques indignées. Les forces de l'ordre se sont massées au rond point de Gilbraltar pour dissuader toute tentative de marcher sur le centre-ville. Elles ne sont pas moins attentives aux attroupements des partisans et sympathisant du Pape du Sopi.

Toisés par les militants de Wade, les forces de l'ordre ne bronchent pas. Photo Réveil FM International

Les forces de l'ordre n'ont pas usé et abusé de bombes lacrymogènes. Pas un seul coup de feu ! Photo Réveil FM International

Tous convergent vers le sanctuaire de la classe politique, certains en souriant, d'autres en scandant des slogans hostiles au Président Macky Sall et à son gouvernement. les pancartes ont été édifiantes sur les affaires à dénoncer que le discours: "Macky Sall dégage ! libérez Karim Wade, les 500 000 emplois promis par Macky Sall...". Les messages traduisent les priorités des organisateurs. Et les porteurs de pancartes rivalisent d'endurance pour exhiber leurs slogans plus haut. les agents préposés à l'odre ont du mal à orienter les invités. Les rappeurs Pacotille et 10 mille problèmes galvanisent les troupes des militants.

L'escorte éclaire de Wade. Photo Réveil FM International

Abdoulaye Wade est là ! Photo Réveil FM International

Incroyable, Wade est bel et bien là. Photo Réveil FM International

Annoncé à plusieurs reprises, Abdoulaye Wade, patron du meeting apparaît à 17h16 minutes. Son véhicule est noyé dans une escorte composée de jeunes qui ont choisi de marcher pour accompagner leur leader à la place de l'obélisque. Une fois à la tribune le réquisitoire contre le Président Macky Sall et son système va démarré...jusqu'aux environs de 19h.

Lire la suite

samedi 22 novembre 2014

Katanga: Laurent Désiré Kabila wa Makolo fils de M'zée arrêté à Ankoro transféré à Manono

M'zée Laurent-Désiré Kabila, son fils qui porte son nom arrêté et transféré à Manono

Il ressemble comme deux gouttes d'eau au défunt au troisième Président de la République, assassiné au Palais de marbre à Kinshasa dans des circonstances restées mystérieuses, dont le procès n'a jamais eu lieu. Laurent- Désiré Kabila non seulement ressemble à son père mais porte tous les noms de ce dernier. La trentaine bien sonné, résident à Kalemie, Laurent-Désiré Kabila wa Makolo s'est rendu à Ankoro, village de son père M'zée dans le Katanga. Il y a une semaine, durant son séjour son cousin est décédé. Il s'appelait Mukalay Kadjilo alias Diabord. Laurent-Désiré Kabila est allé se recueillir au deuil familial. Les Ankorois ont cru voir un revenant: M'zée Laurent-Désiré Kabila. Dans cette euphorie du déchirement du deuil mais aussi la reconnaissance de voir un des leurs...Trois barbouzes d'alias Joseph Kabila, le fils putatif autoproclamé fils de M'zée sans filiation claire vont interpeller Laurent-Désiré Kabila et tenter de le convaincre de renier son président de père. Difficile pour quelqu'un qui s'est appelé toute sa vie Laurent-Désiré Kabila de changer de nom. Malgré l'interposition et la désapprobation des Ankorois, Laurent-Désiré kabila wa Makolo a été amené manu militari à Manono dans un lieu tenu secret. Au moment où nous couchons ces lignes, nous ne savons pas si Laurent-Désiré Kabila wa Makolo est encore en vie.

Lire la suite

vendredi 21 novembre 2014

XVè Sommet de la Francophonie à Dakar: Abdoulaye Wade réfute l'invitation de Macky Sall

Abdoulaye Wade -Macky Sall

En répondant à la lettre de Macky Sall qui l’invitait à venir participer au sommet de la Francophonie, Wade ne s’est pas limité à décliner l’invitation. Il en a profité pour asséner ses vérités à son successeur à qui il ne pardonne toujours pas l’emprisonnement de son fils KArim Wade. « Comment voulez-vous que je sois à vos côtés, alors que de votre propre fait mon fils Karim Wade, en même temps que ses amis, ses frères et sœurs de parti, bouclent deux ans d’emprisonnement, surtout que vous avez eu à dire à plusieurs interlocuteurs que n’avez aucune preuve contre lui, qu’il est innocent, qu’on ne vous a présenté aucun dossier sérieux », a-t-il écrit. Dans sa lettre, il présente Karim Wade comme un otage politique que Macky Sall cherche à maintenir en prison pour l’empêcher de se présenter à la prochaine élection présidentielle. « Comment tenir de telles assises en refusant depuis deux ans, la liberté de déplacement à quelques 27 citoyens, pères et mères de famille, simplement parce qu’ils étaient des collaborateurs du Président sortant », s’est indigné Wade. En fac-similé la réponse de l’ancien président à Macky Sall.

Invitation officielle du Président Macky Sall à son prédécesseur Abdoulaye Wade

Réponse cinglante de Me Abdoulaye Wade à son successeur Macky Sall

Lire la suite

44è Assises de l'Union Internationale de la Presse Francophone à Kinshasa ? Freddy Mulumba atomisé par Freddy Mulongo à Dakar

Dakar, 19 novembre 2014, thuriféraire du régime de Kinshasa, Freddy Mulumba du Le Potentiel est venu à Dakar avac la proposition de Matata Ponyo que les prochaines assises de l'UIPF se fassent en RDC. Photo Réveil FM International

Dakar, 19 novembre 2014, Freddy Mulongo membre élu du Conseil d'administration de l'UPF-France a apposé son veto, pas d'assises de l'UIPF à Kinshasa. Photo Réveil FM International

En partenariat avec son copain Matata Ponyo, la proposition de Freddy Mulumba d'organiser les 44è Assises de l'Union Internationale de la Presse Francophone à Kinshasa en République démocratique du Congo, l'année électorale, est indécente voire malsaine. C'est une délégation des journalistes "coupagistes", mendiants, faméliques et alimentaires qui a débarqué à Dakar au Sénégal, tous liés de près à Radio 7, Télé 7 et Le Potentiel du fameux Modeste Mutinga Mutuishayi, caïd, fourbe, roublard, grand requin...Le mafieux Rapporteur au Sénat illégitime et godillot d'alias Joseph Kabila. Celui-là même qui avait privé les Congolais d'un débat démocratique entre Jean Pierre Bemba et alias Joseph Kabila en 2006. Débat inscrit dans la Constitution de la Transition en République démocratique du Congo. La vraie question: En République démocratique du Congo, n'y a-t-il pas d'autres journalistes que ceux liés à Radio 7, Télé 7 et Le Potentiel du fourbe Modeste Mutinga Mutuishayi ? Le comité de l'UPF de la République démocratique du Congo est "boutiqué" par Freddy Mulumba du Le Potentiel qui a choisi la délégation de la RDC, selon ses critères tribalo-ethiques, qui a fourgué, ses copains, copines et membres de famille...Mais qui a donc financé la délégation de la RDC ? Ce n'est pas Le Potentiel qui tire à 2500 exemplaires avec 1500 des journaux invendus ? Pourquoi la délégation de la RDC n'est pas représentative du Congo? Pas des journalistes congolais de l'Est de la République, ni du Bas-Congo, Bandundu même pas de l'Equateur ou Province Orientale. Ces journalistes provinciaux n'ont pas besoin de visibilité ni de participer aux rencontres internationales, sauf ceux d'un sénateur caïd, requin, fourbe et roublard: Modeste Mutinga Mutuishayi ?

Le fameux Freddy Mulumba n'a même pas eu le courage de parler de la situation des journalistes en République démocratique du Congo: les assassinats de Bampuwa wa Mulamba, Serge Maheshe, Franck Ngycke...14 journalistes assassinés dont les commanditaires courent toujours, ne le concerne pas. Que le Vuvuzélateur Lambert Mende ferme plusieurs médias du Nord Kivu alors que le CSAC existe, ce n'est pas une préoccupation de Freddy Mulumba. Que le journaliste Philemon Gira de la RTNC-Goma a été amputé de la jambe gauche, début novembre, pas de compassion non plus de Freddy Mulumba, le valet de son frère Modeste Mutinga. Sans ambages, le thuriféraire, accompagnateur d'un régime corrompu, Freddy Mulumba, demande la parole et déclare: "Avant de venir à Dakar, j'ai rencontré le Premier ministre-Matata Ponyo, le gouvernement de la RDC est d'accord pour que les prochaines assises se fassent à Kinshasa".

Du tic-au-tac, en demandant la parole Freddy Mulongo, membre du conseil d'administration de UPF-France prend la parole et appose son veto:" Pas question que les Assises de l'UPF se fassent en RDC, tant que les commanditaires des assassinats des journalistes ne seront pas jugés. L'UPF n'a pas à aller légitimer un régime tortionnaire aux abois qui voudrait tripatouiller pour la énième fois la Constitution pour laisser alias Joseph Kabila au pouvoir" ! Et Roger Bongos-Afrique Rédaction qui était en train de filmer fulmine.

Le délégué de la République centrafricaine appui la proposition de Freddy Mulongo et propose que l'UIPF fasse une déclaration pour son pays "Où les journalistes sont tués comme des mouches". Jean Kouchner, le Secrétaire général de l'Union Internationale de la Presse Francophone rassure Freddy Mulongo et l'Assemblée, que dans la nouvelle politique de la refondation et transparence de l'UJPF, il n'est pas question de faire allégeance à aucun pouvoir. Le Qakar avait royalement invité les Assises de l'UIPF, ce dernier n'a pas répondu positivement". Au restaurant ça barde, le copain de Matata Ponyo, le corrompu Freddy Mulumba perd ses nerfs et dévoile ses accointances avec le régime tortionnaire de Kinshasa et menace ! S'adressant à Roger Bongos et Freddy Mulongo, il lance devant tout le monde : "Vous êtes des journalistes politiques, des combattants. Venez à Kinshasa, vous allez voir". Le coupagiste du Le Potentiel a voulu montrer qu'il est puissant à Kinshasa. Freddy Mulumba qui est appuyé par le régime d'alias Kabila, travaille avec l'ANR-la Gestapo du régime. Donc si Roger Bongos et Freddy Mulongo rentraient en République démocratique du Congo ils seront torturés, exécutés, puisqu'ils ne font allégeance à ce régime d'usurpation qui gouverne par défi. Pour Freddy Mulumba, les 14 journalistes assassinés en RDC ne suffisent pas, il faut y ajouter les noms de Freddy Mulongo et Roger Bongos. La menace est très grave de la part d'un représentant du Comité UPF-RDC qui devrait normalement assimiler les principes de la diversité d'opinion, la divergence de points de vue. Menacer les autres membres de l'UPF-France, originaires du Congo est une aberration qui ne restera pas sans réponse.

Photos Réveil FM International. Assemblée Générale de l'UIPF à Dakar

Dakar, 19 novembre 2014, l'hôtel King Fadh Palace. Photo Réveil FM International

Dakar, 19 novembre 2014, Jean Kouchner, le Secrétaire Général de l'UIPF. Photo Réveil FM International

Dakar, 19 novembre 2014, l'Assemblée Générale de l'UIPF. Photo Réveil FM International

Dakar, 19 novembre 2014, l'Assemblée Générale de l'UIPF 2. Photo Réveil FM International

Dakar, 19 novembre 2014, l'Assemblée Générale de l'UIPF. Photo Réveil FM International

Lire la suite

jeudi 20 novembre 2014

15 ans de Réveil FM International: Média de la résistance face aux "spinosaures", prédateurs de la liberté de la presse et d'expression !

Kinshasa, Freddy Mulongo, initiateur de Réveil FM. Photo Réveil FM international

A Réveil FM International, nous n'avons aucune considération ni respect aux Spinosaures, Dinosaures, Mammouths, Apparatchiks, politicailleurs ventripotents, mangeurs à tous les râteliers, tourneurs de casaques, mangeristes et mangercrates patentés...Par notre culture et éducation, nous sommes stoïques voire très Voltairiens avec des parvenus, arrivistes et situationnistes qui usent et abusent de leur autocratie. Face aux menaces, coups bas, intimidations, sournoiseries, Réveil FM plie mais ne rompt pas.

Dominique Sakombi Inongo "Buka Lokuta", le Goebbels de Mobutu ferme les télés et radios de Kinshasa dont Réveil FM

Kinshasa, le 19 mars 2001, au Palais du peuple, Dominique Sakombi Inongo "Buka Lokuta", ministre de l'information et presse inaugure le Festival "Fréquences Libres" organisé par Réveil-FM et d'autres partenaires. Photo Réveil FM International, archives

Fieffé menteur Dominique Sakombi Inongo "Buka Lokuta" se croyait plus malin. Nommé ministre de l'information par M'zée Laurent-Désiré Kabila, le 12 septembre 2000, il convoque tous les responsables de l'audiovisuel kinois à l'Institut Congolais de l'Audiovisuel (ICA) à RTNC. Avec ses oukases menaçantes, Dominique Sakombi Inongo menace de fermer toutes les chaînes de télévision et stations de radio qui ne sont pas en ordre. Sachant que Réveil FM était en ordre et ne comprenant pas cette démarche sakombienne. Je lui pose la question en l'appelant "Frère Jacob" son nom de conversion, en lui signifiant clairement sans ambages qu'il serait juge et partie en prenant une décision alambiquée pareille. Blessé dans son amour propre, se sentant humilié alors que nous l'aidions à ne pas franchir le ligne rouge pour devenir un prédateur de la liberté de la presse. Après mon intervention Sakombi "Buka Lokuta" annonce une fatwa de 24 heures et se lève brusquement de la salle, suivie par un policier à sa garde.

Le 14 septembre 2000, Dominique Sakombi Inongo "Buka Lokuta" pris une décision arbitraire, il signa un arrêté pour fermer 6 stations de radios et 4 chaines de télévisions de Kinshasa pour des motifs soit disant administratifs. Pour exemple : la Radio Elykia a été fermée par manque dans son dossier de l'attestation de bonne vie et moeurs du cardinal Etshou. Un Cardinal doit-il brandir une attestation de bonne vie et mœurs pour prouver qu'il est cardinal? Devant les caméras de la RTNC, Sakombi Inongo argua que Réveil FM était une Radio sans dossier. Déclaration fausse , car dans notre dossier l'attestation du paiement au PTT de notre récépissé de 5000 $ n'était pas pris en compte. Le ministre exigeait notre licence d'exploitation alors que le PTT avait perçu l'argent sans nous le délivrer. Sans doute que nos informations de proximité génait beaucoup Sakombi qui n'avait pas une main mise. Monsieur "Buka Lokuta" ira beaucoup plus loin en allant sournoisement accusé Réveil FM d'être une radio subversive soutenue par des puissances étrangères, en relation avec le rebelle Galo Negro angolais Savimbi. L'Angola pays que nous n'avons jamais les pieds. Et Jonas Savimbi que nous ne connaissions ni d'Adam ni d'Eve sauf comme tout le monde en lisant les journaux. Simplement, l'Angola de Dos Santos étant venu au secours du pouvoir de Kinshasa, pour mieux noyer un média libre, indépendant de proximité. Sakombi Buka "Lokuta" avait inventé cette histoire abracadabrantesque pour mieux couler Réveil FM du paysage audiovisuel congolais. Il fut confondu à la présidence de la République face à cette accusation fausse, alambiquée et non fondée.

Réveil FM mit 48 jours de radio silence. Par contre Dominique Sakombi Inongo "Buka Lokuta" ira beaucoup trop loin le 22 septembre 2000 en " Congolisant " les chaines de télévisions privées RTKM d'Aubain Ngongo Luwowo et Canal Kin de Jean Pierre Mbemba. Première raison invoquée à l'époque par Dominique Sakombi était la présence de leurs propriétaires dans les rangs de la rébellion. Plus tard on saura qu'en ce qui concerne Aubain Ngongo Luwowo , ils avaient une idylle féminine commune et c'est Aubain qui avait remporté la partie. Dans un autoritarisme caractériel, le 30 octobre 2000, les deux chaînes privées -confisquées seront débaptisées: Radio Télé Kin Malebo ( RTKM) deviendra Radio télé nationale Congolaise (RTNC) 4 et Canal Kin deviendra, RTNC 3. Il nommera même les mandataires dans ces chaines de télévisions privées-congolisées, Dominique Sakombi ira jusqu'à dicter les grilles de programmes de ces nouveaux médias accès vers le culte de la personnalité.

Freddy Mulongo accueille Dominique Sakombi Inongo "Frère Jacob" à son arrivée pour l'ouverture du Festival "Fréquences Libres" organisé par Réveil FM. Photo Réveil FM International, archives

Aux thuriféraires-blablateurs, à Réveil FM nous n'avons pas pour ligne éditoriale de tirer sur les ambulances, ni de nous réjouir de malheurs des autres encore moins d'encenser ceux qui par leurs turpitudes et forfaitures ont mis la République démocratique du Congo sens dessus-dessous. Fieffé menteur, fanfaron, clown, opportuniste, Sakombi Inongo était tout un personnage à lui tout seul. Les Vuvuzélateurs, les prédateurs de la liberté de presse et d'expression, les museleurs de tout poil, les propagandistes obscurs supposés « éclairés » ont tous un peu du Sakombi Inongo "Buka Lokuta " dans leurs veines.

Kinshasa, 19 mars 2001, Freddy Mulongo prononçant son discours sur la liberté de la presse et la démocratie. Photo Réveil FM International

Freddy Mulongo et Bernard Sexe, chef du service de coopération et d'action culturelle de l'Ambassade de France. Photo Réveil FM International, archives

Revanche de l'histoire, en mars 2001, nous organisions le Festival "Fréquences Libres" avec des journalistes du Cameroun, Gabon, Tchad, Congo-Brazzaville, de la RDC et France. Sans ambages et concessions, notre discours a été axé sur la liberté de la presse bafouée par la RDC, le pluralisme médiatique foulé aux pieds et le respect des droits humains inexistants dans un pays qui avait l'outrecuidance de s'appeler "démocratique". Sakombi "Buka Lokuta" mis son discours dans sa poche et improvisa une allocution tentant sans y parvenir de répondre point sur point à notre interpellation. Il mit 45 minutes ! Bernard Sexe, chef du service de coopération et d'action culturelle de l'Ambassade de France vint me voir .

Après le dialogue Intercongolais de Sun-City en Afrique du Sud, des fourbes, roublards et mafieux requins : Modeste Mutinga Mutuishayi, Dominique Sakombi Inongo, Esdras Kambale, Primo Mukabilwa... nommés par des composantes et entités, sans expertise professionnelle prirent d'assaut l'institution de régulation des médias, la Haute Autorité des Médias (HAM) d'organe de régulation sera transformé en organe de répression de surcroît étouffoir des libertés. Des sanctions farfelues, des décisions alambiquées émailleront de la HAM. Ils inventèrent "La congolité" pour mieux museler les journalistes, les médias et l'opposition. Corrompus jusqu'à la moelle épinière, contre espèces sonnantes et trébuchantes: Modeste Mutinga Mutuishayi et ses acolytes corrompus jusqu'à la moelle épinière dont Dominique Sakombi Ingo "Buka Lokuta" privèrent 60 millions de Congolais d'un débat démocratique entre Jean Pierre Bemba et Joseph Kabila.

Le 16 Janvier 2001, Laurent-Désiré Kabila est abattu dans sa résidence du Palais de Marbre. L’histoire retiendra que Dominique Sakombi a annoncé à la communauté nationale et internationale que «Mzée» était décédé le 18 janvier à Harare alors que l’ancien Président était déjà mort lors de son transfert à la clinique Ngaliema le 16 janvier 2001. La langue du «Frère Jacob» lui avait-elle fourché ? En 2003, Joseph Kabila confie à Domsak le poste de 2ème vice-président de la Haute autorité des médias (HAM) pour le compte de la composante ex-gouvernement. Alors qu’il assumait l’intérim du président, Sakombi Inongo "Buka Lokuta" est accusé de «mégestion». Depuis 2008, il avait été suspendu de ses fonctions. Déguerpi pour le compte du régime qu'il avait servi, Dominique Sakombi Inongo "Buka Lokuta" est mort pauvre, sans un lieu pour le pleurer.

Qu'es-ce qui lui a empêché de dire la vérité aux Congolais que M'zée Laurent Désiré Kabila était assassiné ? Alors que plusieurs sources d’information y compris les chancelleries occidentales confirmaient la mort de Kabila, le fameux " pasteur ministre ", persistant dans le mensonge, insistait que "l’immortel" Mzée Kabila était vivant. Mais le mensonge n’a rien d’éternel et, ceci a prouvé que quelque soit la longueur de la journée, le jour finit toujours par apparaître.

Mais on ne saisira jamais la personnalité troublante de Dominique Sakombi Inongo, si l’on ne visite pas "Les magiciens du repentir" (les confessions du frère Dominique) ; un ouvrage de Pius Ngandu Nkashama (L’Harmattan 1995, 176 pages). Dans lequel on tombe sur des aveux surprenants. Mais plus troublants encore, sont ceux-ci, qu’il a faits dans un autre ouvrage, "La société zaïroise dans le miroir de son discours religieux " : "Pendant vingt ans, j’ai fréquenté les magiciens des Indes et d’Israël, des marabouts du Sénégal et de Guinée, des sorciers du Bas-Zaire et de l’Equateur. J’étais devenu l’incarnation de Satan. J’étais porte-parole du gouvernement. Tous les communiqués, je les "travaillais" sataniquement, avant que le peuple ne les écoute, afin qu’il soit envoûté."

Les expériences personnelles de l’homme qui avoue avoir communié avec Satan relèvent plutôt d’un univers étonnant : "Au moment de rentrer, la valise s’ouvrit toute seule. Je vis la grosse tête d’un boa de huit mètres. Le boa me regarda. Il avait des yeux de femme. A sa queue était attachée une enveloppe comme celle que m’envoyait Elise, la secrétaire de la maison de la magie.

Lire la suite

lundi 17 novembre 2014

15 ans de Réveil FM International: Photos. Média de proximité, citoyen et non marchand !

Dans les années 70-80, le Grand Freddy Mulongo avait révolutionné la presse congolaise avec la bande dessinée, dans les éditions "Jeunes pour Jeunes" on pouvait lire les histoires de Coco et Didi, les aventures de Sinatra Kasaduma, Molok, l'inspecteur Mungala, Apolosa et Kikwata, Mama Sakina et Mose Konzo...Dans la famille Mulongo, on n'a pas l'éducation des suivistes, moutonniers mais la créativité et l'innovation sont les deux mamelles d'un esprit vif. Dans une capitale congolaise de plus de 10 millions d'habitants où aucun journal ne tire à plus de 2000 exemplaires, pour informer la masse populaire quoi de plus normal qu'une radio de proximité. Etre pionnier dans un domaine demande la persévérance mais surtout des sacrifices. Réveil FM a été conçue en France, avant sa réalisation à Kinshasa au Congo-démocratique. Sans la France, dans notre découverte des radios libres sous François Mitterrand et notre implication dans celles-ci, je crois profondément que notre expérience au Congo n'allait pas tenir longtemps. Dans notre philosophie, l'information doit être gratuite et accessible à tous. C'est lorsque les gens sont informés qu'ils se déterminent en conséquence. A notre époque n'est pas être informé, c'est être comme les moutons de Panurge.

Kinshasa, Freddy Mulongo dans le studio de Réveil FM International, archives

15 ans de Réveil FM, c'est différent de 15 jours ! Mais l'expérience est toujours une lanterne qui s'accroche au dos qui n'éclaire que ceux qui viennent après ? On peut partager l'éducation, mais jamais on le peut pour l'expérience. Comment remercier tout le monde sans en oublier certains ? Faut-il ignorer les difficultés administratives, matérielles, économiques et physiques ? Faut-il être sarcastique en remuant les couteau dans la plaie pour les coups bas et les dangereuses peaux de banane que certains ont malicieusement glissé sur notre chemin ? Notre foi en Dieu ne s'est pas émoussé avec des épreuves imposées. Le soutien sans faille de la famille Mulongo a été déterminante. Les photos jaunies avec le temps prouvent à dessein, beaucoup d'eau a coulé sous le pont. Nous n'avons pas voulu traficoter ces photos mais garder leur originalité.

Kinshasa, le Grand Freddy Mulongo et Freddy Mulongo à Réveil FM. Photo Réveil FM International, archives

Papa Elie Mulongo Nkulu-PDG de la Coopeci et Freddy Mulongo. La Coopeci a été un soutien indéfectible de Réveil FM. Photo Réveil FM International, archives

Freddy Mulongo et Papa Kilolo Musamba Lubemba. Photo Réveil FM international, archives

Le Grand Freddy Mulongo lors d'un dîner avec des journalistes et animateurs de Réveil FM. Photo Réveil FM International, archives

Freddy Mulongo dialoguant en aparté avec le Grand Freddy Mulongo. Photo Réveil FM International

Papa Elie Mulongo Nkulu signant le livre d'or de Réveil FM. Photo Réveil FM International, archives

Christian Mulongo (Paris), Pathron Mulongo et Caron Mulongo (Bruxelles) à Kinshasa. Photo Réveil FM International

Pas moins de 600 jeunes sont passés par Réveil FM. Certains pour une formation in situ, pour d'autres pour un stage. Difficile de mettre à chaque visage, mais tout de même...

Papa Ricky Mapama et Papa Kalonji Kamulele remettant un brevet après une formation diplômante et un cadeau à un jeune méritant, sous le micro de Felly Mukendi. Photo Réveil FM international

Réveil FM a été une faite par des jeunes mais pour toute la population congolaise. Photo Réveil FM International

La jeunesse, c'est le présent de la République démocratique du Congo. Photo Réveil FM International

Nous ne dirions jamais que tout était rose. Les difficultés affrontées ont fini par mûrir nos convictions. Jamais, nous nous sommes laisser-aller. En cas de tempête, nous plions comme le roseau de Jean La Fontaine mais ne rompons pas !

Mimie Engumba. Photo Réveil FM international, archives

Bibiche Mbete. Photo Réveil FMInternational, archives

Nana Mbala. Photo Réveil FM International, archives

Héritier Sidiakala. Photo Réveil FM International

Kiki Nkulu. Photo Réveil FM International, archives

Kiki Nkulu et Beaugas Sendwe. Photo Réveil FM International, archives

Annie Pingi. Photo Réveil FM International, archives

Les matériels radiophoniques de Réveil FM. Photo Réveil FM International

Les matériels radiophoniques de Réveil FM. Photo Réveil FM International

Les matériels radiophoniques de Réveil FM. Photo Réveil FM International

Lire la suite

15 ans de Réveil FM International: Pastor Richard Kabamba à Londres !

La radio, c'est la voix! Mais la voix seule ne suffit pas il faut de l'intelligence, de l'agilité dans la pensée pour faire parler ses invités afin de satisfaire ses auditeurs. Une émission se conçoit et se bâtit, comme une maison, brique par brique, avec une bonne échaffaudage. Il faut plusieurs ingrédients pour réussir une bonne émission. C'est ce qu'à expérimenté à Réveil FM, le pastor Richard Kabamba qui avait déjà une puissante voix radiophonique. C'est cette voix qui le sert dans ses prédications aujourd'hui. De Londres où il s'est installé depuis plusieurs années, il se souvient de ses premiers pas à Réveil FM, la première radio associative et communautaire.

Pastor Richard Kabamba à Londres

Kinshasa, Kambila Mbila, Richard Kabamba et Pathron Mulongo. Photo Réveil FM International

Sincèrement, je suis très reconnaissant à Freddy Mulongo, qui a découvert en moi une potentialité que je continue à expérimenter. Apres ma formation Théologique et radio, j’étais beaucoup plus penché vers les émissions religieuses. Freddy m'a dit un jour: “ Richard, tu as une voix radio comme celle de Kwebe Kimpele, je veux que tu que présentes une émission à caractère international’’. Je présentais alors l’émission oxygène qui retraçait le parcourt de voyageurs.

Et ma première émission « Oxygene », à Reveil FM, j’avais comme invité le Docteur Engumba Tela Yoka, un vrai Kinois avec une large vision du monde extérieur, qui nous a fait vivre les moments époustouflants de ses voyages à l’intérieur comme à l’extérieur du pays. Depuis ce jour-là j’ai compris que l’homme se découvre par ceux qui sont autour de lui.
Merci Freddy pour cela.
 C’est donc à travers Réveil FM que je me suis retrouvé dans ce métier et je suis aujourd'hui journaliste à temps à plein Europe news Agency.

Je vais te dire ceci Noko Freddy, « Notre force est sublime, elle emportera tout, car nous somme une radio de proximité qui écoute la voix de ceux qui crient dans la souffrance sans réponse ».

 Dieu voulant notre TV Réveil-FM sera opérationnelle car tous les matériels sont ready.

 Et pour paraphraser le président Obama:” While we breathe, we hope, and where we are met with cynicism and doubt, and those who tell us that we can’t, we will respond with that timeless creed that sums up the spirit of a people: Yes, with God, we can.
 ikunena amba… Alors que nous respirons, nous espérons et où nous rencontrons le cynisme et le doute, et ceux qui nous disent que nous ne pouvons pas, nous répondrons avec ce credo intemporel qui résume l'esprit d'un peuple: Oui, avec Dieu, nous pouvons”.

Je pense que nous avons été la seule radio en République Démocratique du Congo à mettre face- à- face des citoyens. Leur donner une vraie information de proximité. Pour moi, c’était un moteur. C’est ce qui me permettait, tous les matins, de me dire qu’il faut qu’on fasse la meilleure émission, le meilleur programme. Chaque jour, notre objectif était de faire de Réveil-FM une vraie radio de proximité. Je me disais que, mon émission (Oxygène) d’aujourd’hui sera moins bonne que celle de demain. Quand on écoutait les encouragements des auditeurs, cela nous poussait à travailler encore plus. Ça nous encourageait à aller de l’avant, à ne pas décevoir. C’est surtout ça. Ne pas décevoir l’auditeur et lui donner l’envie de revenir le lendemain écouter Réveil-FM. C’est un merveilleux souvenir.

C’est difficile de dire des meilleurs souvenirs parce que chaque moment passé restera toujours gravé dans ma mémoire.

Richard Kabamba (Réveil-FM Londres)

Lire la suite

dimanche 16 novembre 2014

15 ans de Réveil FM International: Jean-Paul Ilopi Bokanga, dernier des Mohicans !

Je ne suis pas journaliste pour m'enrichir et nous sommes plusieurs à épouser cette déontologie. Pas toujours facile à vivre, mais dans la vie rien ne vaut la constance dans ses idéaux et convictions. Une radio associative et communautaire n'est pas pour faire du fric, par contre elle est par essence une pépinière où les journalistes et animateurs sont souvent débauchés. Les médias commerciaux qui ont pour dieu "Mammon", courent derrière l'argent, où il faut payer pour passer, sont spécialistes dans le débauchage... Des propositions alléchantes pour quitter la radio aller servir ailleurs, refus catégorique !

Kinshasa, jeudi le 20 juillet 2006, Jean-Paul Ilopi Brigorde Bokanga, Directeur d'Antenne de Réveil-FM interviewant Ferdinand Ferrela (+) de la Voix de l'Amérique au Centre Culturel Américain. Photo Réveil FM International, archives

Homme de culture, écrivain, poète, journaliste Jean-Paul Ilopi Brigode Bokanga a assumé la fonction de Directeur d'Antenne de Réveil FM 105. 4 MHZ à Kinshasa jusqu'à sa fermeture en août 2007 pour des raisons politiques par le plus éphémère ministre d'information de Joseph Kabila, Toussaint Tshilombo Send, fanfaron, un ignare qui excelle en buzobérie, un vrai gaillard zéro de surcroît opportuniste. Jean-Paul Ilopi Bokanga est un ami fidèle. Sa fidélité à Réveil FM n'est ni négociable ni marchandable. Ce fils de Lac Maïndombe, qui fut le premier cadre de Texaco à Port Franqui à rouler dans une voiture n'est pas impressionner par des arrivistes ni parvenus. Avec sa voix redondante, Jean-Paul Ilopi Bokanga aime l'écriture, les écrivains et la littérature. Attaché au processus électoral, il sera accrédité à la Commission Électorale Indépendante (CEI) de 2002-2007.

Juillet 2006, le jour de la proclamation du résultat du second tour sans débat annulé par le caïd, fourbe, roublard Modeste Mutinga Mutuishayi, nous sommes à Matete avec Jean-Paul Ilopi... un coup de fil lui informe l'abbé Malu Malu va proclamer ses résultats. Nous prenons la voiture pour raccompagner à Jean-Paul Ilopi à l'Institut Elikya, centre névralgique de la CEI. Nous roulons normalement. En empruntant les huileries, je dis à Jean-Paul que la circulation n'est pas normale. Au niveau du boulevard du 30 juin, pas des voitures en vue, nous continuons quand même...Au niveau de la poste on trouve des pavés sur la route, nous continuons au niveau de la BCC des crépitements des balles, je fonce vers l'avenue du Tchad et nous abandonnons la grosse Mercedes devant l'ambassade de France. Nous continuons à pied, nous ne pouvons même pas atteindre l'avenue du Commerce, tellement il fait noire. Nous rebroussons chemin, tapons comme des forcenés à la grille du parking de l'hôtel Memling. Surprise, nous nous retrouvons avec les apparatchiks et les membres de leurs familles. Prêts à fuir Kinshasa ! Le temps de trouver un fauteuil pour y passer la nuit...

Lire la suite

15 ans de Réveil FM International: Alain Mupundu, Trésor Saïdi, Serge Mwepu tshekele pete...des jeunes qui ont mouillé leurs chemises

Des jeunes ont toujours mouillé leurs chemises pour Réveil FM. A partir du moment ils ont assimilé la ligne éditoriale d'une radio citoyenne, de proximité, qui n'est dans la communication marchande mais plutôt alternative, les jeunes se sont appropriés la philosophie de Réveil FM. Ils sont nombreux mais parmi eux: Alain Mupundu, Trésor Saïdi, Serge Mwepu Tshekele Pete, Willy Kayembe...

Alain Mupundu, le gardien du temple Réveil FM

Alain Mupundu a toujours réjouit notre cœur pour son esprit d'initiative pour le développement et le rayonnement de Réveil FM, la première radio associative et communautaire de Kinshasa. Enfant de Matete, Alain Mupundu a une idée nouvelle par jour, sans complexe a toujours fait ses reportages en toute conscience. Réveil FM, c'est sa radio ! Il s'est battu pour elle. Alain Mupundu, c'est un peu moi en plus jeune. Débrouillard, le gaillard ne lésine sur la liberté de la presse et d'expression. D'ailleurs sur sa page Facebook, on peut lire: "Mes frères et sœurs si jamais vous apprenez que je suis aux arrêts considéré moi comme un prisonniers d'opinion et de liberté. j'ai refusé de fermer ma bouche face aux injustices de toute nature. j'ai pris l'engagement de défendre mes opinion et d'être la voix de sans voix au risque de périr. de part ma profession qui est celle d'opinion je donnerai toujours ma voix pour vous défendre je ferai mien vos problèmes. même s'il faut laisser ma peau. Prenez ces mots comme mon engagement à la démocratie et au liberté pour tous je vous aime"

Trésor Saïdi, le jeune journaliste d'information à Réveil FM

La guerre qui a sévit à l'Est de la République démocratique du Congo a mis beaucoup de Congolais sur les routes. C'est comme ça que notre jeune frère Trésor Saïdi a quitté son Maniema natal sans sa famille pour se retrouver à Lubumbashi au Katanga. Recommandé à Réveil FM, Trésor Saïdi s'est peu à peu intégrer retrouvant presqu'une seconde famille...Une famille radiophonique, Réveil FM fut son toit! travailleur, il est devenu avec le temps le journaliste attitré de Réveil FM.

Serge Mwepu Tshekele Pete

Serge Mwepu est arrivé à Réveil FM, il voulait devenir technicien sans aucune expérience radiophonique. Je l'ai amené à l'Institut Congolais de l'Audiovisuel (ICA) pour son inscription, tous frais payés. Il allait à la formation et passait à la radio pour la pratique. Après sa formation alternée, il s'est révélé être un excellent technicien. Mais tous les jeunes animaient des émissions à la radio, Serge Mwepu faisait de la technique et animait en même temps. C'est lui l'inventeur de l'expression "Tshekele Pete" qui lui colle à la peau est devenu presque son surnom. Bravo donc à Serge Mwepu qui continue son métier à Congomikili News.

Willy Kayembe, un dandy

A son arrivée de Lubumbashi, Willy Kayembe a atterri à Réveil FM à Kinshasa. Il y a fourbit ses armes, à la technique puis à l'animation. Aujourd'hui il fait la pluie et le beau temps sur une chaîne de télévision Kinoise.

Nous avons passé ensemble des moments difficiles à tel point ces jeunes ont un peu de Réveil FM dans leur ADN radiophonique. La galère n'a pas empêché ces jeunes d'être professionnellement excellents !

Lire la suite

samedi 15 novembre 2014

15 ans de Réveil FM International: Felly Mukendi, l'homme d'un quartier à l'autre !

Freddy Mulongo et Felly Mukendi, l'homme d'un quartier à l'autre. Photo Réveil FM International

Felly Mukendi est celui qui a compris la quintessence de l'information de proximité. Journaliste Reporter d'Information est le meilleur de sa génération dans la recherche de l'information et le reportage de terrain. Il avait pour mission de sillonner tout Kinshasa, d'aller dans les coins et recoins de la capitale pour chercher l'information. Felly Mukendi nous a bluffé par ses reportages qui nourrissaient les éditions d'infos de Réveil FM de 7h30, 13H30 et 18H30. Tout le monde y est passé: les pousse-pousseurs, les mamans pipupula, les quartiers non éclairés, les érosions qui engloutissent le quartier Mateba, les cimentières désaffectés de Kintambo et Kimbanseke dans lesquelles on continue à enterrer les morts de manière superposée, les chefs coutumiers sans pouvoirs qui continuent à vendre des parcelles...Impossible de souvenir de tous les reportages de Felly Mukendi, l'homme d'un quartier à l'autre. A travers les reportages de terrain de Felly Mukendi, le proverbe nigérien:"Poussière aux pieds vaut mieux que poussière aux fesses" ! Le terrain, encore le terrain et toujours le terrain.

Lire la suite