La radio qui vous écoute !

Réveil-FM-International

La première radio associative et communautaire de Kinshasa.

mardi 3 mai 2016

Reportage. Le Mont-Saint-Michel trône en Normandie !

La France est belle par sa diversité régionale. Chaque région a ses spécificités. Je n'avais jamais mis les pieds dans la Manche, la découverte du Mont-Saint-Michel dans un voyage officiel du Premier ministre Manuel Valls, m'a plus qu'émerveillé. Au delà des êtres humains, la valeur d'un pays c'est aussi son patrimoine. J'ai appris que chaque année, plus de 3 millions de visiteurs découvrent le Mont Saint-Michel.

C'est le troisième site touristique le plus visité de France. L’abbaye du Mont Saint-Michel est surnommée la Merveille de l’occident. La baie du Mont-Saint-Michel, classée patrimoine mondial de l'UNESCO est également le théâtre des plus grandes marées d’Europe...Nous avions quitté la Base aérienne 107 Vélizy-Villacoublay "Sous-lieutenant René DORME" à bord d'un Casa-325 de l'armée de l'air pour l'aéroport de Dinard en Bretagne. Et de Dinard, nous avions la route pour le Mont-Saint-Michel en Normandie.

Le Mont-Saint-Michel a été inscrit en 1979 au patrimoine mondial sur trois critères: «l’alliance inédite du site naturel et de l’architecture», parce qu’il est un «ensemble sans équivalent tant par la coexistence de l’abbaye et de son village sur l’espace resserré d’un îlot que par l’agencement original des bâtiments», et enfin car c’est «un des hauts lieux de la civilisation chrétienne médiévale». Ce magnifique géant semble en effet jaillir majestueusement hors des flots pour s’élancer à l’assaut du ciel.

La baie du Mont St-Michel, patrimoine mondial de l'Unesco La baie du Mont St-Michel, patrimoine mondial de l'Unesco Classé au Patrimoine Mondial de l’UNESCO, le Mont Saint Michel a été justement décrit tour à tour comme « La Merveille de l’Occident » et « un tour de force artistique ». Après 20 ans d’études et de travaux, ce monument d’exception retrouve son caractère insulaire. Avec la destruction de l’ancienne digue-route, le paysage de la baie se métamorphose un peu plus à chaque grande marée et la nature reprend ses droits.

C’est un rôle dont il se serait bien passé, notre archange. Celui de paratonnerre. Car du haut de son perchoir au sommet de l’abbaye du Mont Saint-Michel, le ciel lui tombe souvent sur la tête. Des impacts qui finissent par l’endommager et qu’on cherche aujourd’hui à limiter. C’est peu dire que depuis ses hauteurs, l’archange du Mont Saint-Michel est exposé aux intempéries de toutes sortes. Secoué par le vent marin, limé par le sable de la baie, le gardien du Paradis subit aussi régulièrement les assauts de la foudre. Une cible privilégiée. Normal, autour du site, il n’y a rien, sinon le ciel, sa clémence mais aussi ses colères. De fait, l’épée et les ailes de la statue en cuivre, un métal conducteur d’électricité, font office de paratonnerres.

Lire la suite

lundi 2 mai 2016

Photos.Vidéos: Bol d'air et "Procession" de Manuel Valls au Mont-Saint-Michel !

ça grimpe au Mont-Saint-Michel ! Il y a 20 ans, Edouard Balladur alors Premier ministre lancé le chantier le projet de rétablissement du caractère maritime du Mont-Saint Michel. Le lundi 25 avril dernier, le Premier ministre Manuel Valls était au Mont-Saint-Michel. Avant son bol d'air et sa procession au deuxième monument de France, il s'était excusé du rassemblement à Paris, des Hollandais et Hollandistes sous la bannière "Hé Oh la gauche", initié par Stéphane Le Foll, ministre de l'agriculture et Porte-parole du gouvernement. Plus haut dans les sondages, "présidentiable" il y a un an, Manuel Valls est demeuré loyal à l'égard du Président de la République, même maintenant alors que sa popularité s'érode il clame sa loyauté à François Hollande. Pendant qu'il porte son gouvernement à bout de bras, Emmanuel Macron, l'homme d'"En Marche", celui que l'on surnomme le "Coucou du gouvernement" lui pique et siphonne ses idées, cela l'agace.

Au Mont-Saint Michel, le Premier ministre a donné le cap à la nouvelle gouvernance du site géré depuis 2005 par le syndicat mixte de la baie. Depuis quinze ans, la structure a conduit le projet de rétablissement du caractère maritime du Mont-Saint-Michel. Le Mont-Saint-Michel ala particularité d'être érigé sur un îlot rocheux, entouré d'une magnifique baie, théâtre des plus grandes marées d'Europe continentale. Le Mont et sa baie sont classés au patrimoine mondial de l'Unesco depuis 1979.

L'Etat a décidé de remplacer tous les trains intercités obsolètes de Normandie, soit un investissement de 720 millions d'euros. En contrepartie, la Région s'engage à prendre en charge la gouvernance des lignes intercités d'ici trois ans. " Venir au Mont Saint-Michel, c'est toucher à la virtuosité bâtisseuse des hommes; à l'audace qui a fait surgir au milieu des flots, et du sable, ce monument de granit incroyable", a déclaré le Premier Ministre dans son discours destiné a présenter la coopération Etat-région pour l'avenir du site. "Ce lieu est une image de la France, gravée dans les esprits du monde entier." Le Mont, aujourd'hui, c'est une commune de 29 habitants permanents. "Une commune fière de ce qu'elle est, mais aussi soumise à des contraintes très lourdes en matière d'entretien et de sécurité", a tenu à souligner en préambule Manuel Valls.

Lire la suite

samedi 30 avril 2016

Free Huit Mulongo: Néhemie Mwilanya et Evariste Boshab, deux mafieux combinards qui se sont attaqués arbitrairement au Professeur Huit Mulongo Kalonda !

Hippolyte Kanambé alias Joseph Kabila ne s'en ira pas tout seul de la République démocratique du Congo, c'est son régime qu'il faut démanteler. Des dinosaures Mobutistes avaient traverser le fleuve Congo à pieds, rien n'est sure pour les Mammouths Joséphistes, ces racailles et criminels du peuple congolais. Voilà deux congolais, Néhemie M,wilanya et Evariste Boshab, deux mafieux profito-situationnistes, deux aplaventristes, rampeurs et aventuriers jouisseurs, dont leur réputation cabossée laisse à désirer, s'en prennent arbitrairement, abusivement et illégalement au professeur Huit Mulongo pour faire taire Freddy Mulongo de Réveil FM International à Paris.

Fourbe, Néhemie Mwilanya, le Dircab d'alias Joseph Kabila a une réputation d'un mafieux sanguinaire !

Sataniste et fétichiste, Evariste Boshab, un politicard de ventre !

Néhemie Mwilanya est le problématique Dircab d'alias Joseph Kabila quant à Evariste Boshab, il est le Ministre de l'Intérieur, tous deux fomenteurs des coups tordus, ont cru couper la tête du professeur Huit Mulongo Kalonda et le mettre sur un plateau avec des accusations alambiquées relayées par Lambert Mende, le fabuleux menteur impénitent et Grand Vuvuzélateur national qui n'a pas hésité d'en rajouter. C'est Néhemie Mwilanga en complicité avec Evariste Boshab qui ont instruit Kalev Mutond de l'ANR-la Gestapo et milice politique, sans mandat de perquisition d'envahir la résidence privée du professeur Huit Mulongo Kalonda à Lubumbashi violant en toute impunité son intimité familiale. Une perquisition se fait entre 8h et 18h. Or la résidence du professeur Huit Mulongo a été perquisitionné à 19h43 sans aucun mandat. Le kidnapping de Huit Mulongo par des barbouzes et sbires de Huit Mulongo aux alentours de 20h07. C'est ça la République démocratique du Congo où des combinards sont capables de fomenter des coups tordus pour éliminer ceux qui les gênent.

Au delà du fait que le professeur Huit Mulongo a fait toutes ses études universitaires en France, c'est de son propre gré qu'il a décidé de rentrer au Congo pour servir le pays des ancêtres.

C'est vraiment avoir la mémoire courte que d'ignorer que le professeur Huit Mulongo Kalonda a été le Président de la Commission Socio-culturelle à la Conférence Nationale Souveraine (CNS), qu'il a été au Haut-Conseil de la République-Parlement de la Transition sous la défunte deuxième République de Mobutu. S'il n'aimait pas son pays, Huit Mulngo ne serait pas battu pour que le Stade Kamanyola qui symbolisait la victoire d'un individu Mobutu soit débaptisait "Stade des Martyrs", tous les martyrs morts pour la République...Que l'avenue Bokassa dédiait à un soudard autoproclamé Empereur en République Centrafricaine porte le nom d'un fils du pays: Luambo Makiadi ! Des troubadours politiques, des politicards faméliques mangeurs à tous les râteliers pilulent dans la fameuse classe politique sans convictions politiques.

Le pasteur David Mulongo Wakumunwana Leza aux Etats-Unis !

Fils de David Mulongo Wakumunwana Leza, administrateur des territoires à l'époque coloniale, qui fut pasteur, le globe-trotteur qui a sillonné le monde a toujours appris à ses enfants l'indépendance de l'esprit, la crainte de Dieu et non des humains ! Le dernier des garçons de David Mulongo Wakumunwana Leza n'a pas été élevé dans le manque ni des complexes inconsidérés. Le Haut-Katanga est en ébullition avec l'arrestation arbitraire, abusive et illégale du professeur Huit Mulongo.

Où a-t-on vu un Dircab de la présidence jouer au politicailleur ? Néhemie Mwilanya ne s'empêche pas de faire des conférences de presse comme s'il était un acteur politique majeur alors que sa fonction exige l'effacement, de la distance. Le kivutien ne s'est même pas privé d'inviter "la communauté du Grand Kivu de renouveler sa confiance au président de la République , Joseph Kabila, pour que la paix règne définitivement dans cette partie du pays". Le Kivu devenu une espèce de coupe gorge à la merci des assassins téléguidés à partir de Kinshasa, demander à ces pauvres kivutiens de soutenir Hippolyte Kanambé alias Joseph Kabila alors que de victimes des massacres, se ramassent à la pelle dans l’indifférence générale du régime d'imposture de Kinshasa, n'est pas être barjot ? En République démocratique du Congo, qui ignore que c'est Néhemie Mwilanya est celui qui tire les ficelles dans les ennuis judiciaires des personnalités politiques tels que Jean-Claude Muyambo, Vano Kiboko, Eugène Diomi..." avec l'aval d'Hippolyte Kanambé alias Joseph Kabila. Le mafieux combinard Néhemie Mwilanya instrumentalise la justice: Flory Kabange Numbi, procureur général de République et Cécile Kiala, procureure générale près de la cour d'appel de la Gombe, sont des bras judiciaires du régime.

Quant à Evariste Boshab, le fameux auteur de « Entre la révision constitutionnelle et l’inanition de la nation » contredit avec rigueur académique sans complaisance par le professeur André Mbata, devrait se tenir à carreau au lieu de chercher des noises au professeur Huit Mulongo ? Evariste Boshab, le voleur de l'argent de la SNEL, le corrupteur des députés godillots pour tripatouiller la Constitution qui de deux tours de l'élection présidentielle a été réduit à un seul pour favoriser l'Incapacitaire de Kingakati peut-il oser s'attaquer au professeur Huit Mulongo ? Le fétichiste, sataniste Evariste Boshab qui a traité "D'indigents" les 450 compatriotes enterrés nuitamment dans la fosse commune de Maluku, qui a extirpé de la justice congolaise son Kuluna de fils "Yann Boshab"ce chauffard qui a assassiné 8 congolais sur le boulevard du 30 juin, il y a 5 ans.

S'en prendre au professeur Huit Mulongo pour espérer faire taire le journaliste indépendant Freddy Mulongo qui est à Paris. Il n'y a que la Syrie, la Corée du Nord, la Turquie et autres pays dictatoriaux au ban des Nations qui usent ce système.

Lire la suite

jeudi 28 avril 2016

Droits de l'homme: Réfugiés, le camp australien de Manus "illégal" pour la justice papouasienne !

L'Australie essuie quotidiennement les foudres des organisations de défense des droits de l'homme en raison de sa politique autoritaire à l'encontre des demandeurs d'asile. La décision de la Cour suprême papouasienne pourrait progressivement faire changer les choses.

«Illégal et anticonstitutionnel». Tel est le verdict rendu ce mardi par la Cour suprême de Papouasie Nouvelle Guinée sur l'accord permettant à l'Australie de placer en détention sur le territoire papouasien des demandeurs d'asile dont elle ne veut pas. La Cour ordonne donc aux autorités australiennes «de prendre toutes les mesures nécessaires pour faire cesser et empêcher ces détentions», les jugeant également «contraires à leur droit constitutionnel et à la liberté».

Le ministre australien de l’Immigration Peter Dutton a, lui, affirmé que le verdict serait «sans effet sur la politique australienne de protection des frontières. Les vrais réfugiés auront la possibilité de rester en Papouasie Nouvelle Guinée. Ceux qui ne sont pas reconnus comme des réfugiés doivent retourner dans leur pays d’origine.»

Depuis le 19 juillet 2013 et l'annonce conjointe de l'ancien Premier ministre Australien Kevin Rudd et du Premier ministre de Papouasie Nouvelle Guinée Peter O'Neill, tout demandeur d'asile arrivant en Australie par l'intermédiaire d'une embarcation clandestine est obligatoirement expédié au camp de détention sur l'île de Manus en Papouasie Nouvelle Guinée. Pour David Camroux, chercheur associé à Science-Po, «cette décision de la Cour suprême de Papouasie Nouvelle Guinée était prévisible depuis quelques mois. La situation pourrait changer. Les élections législatives du 2 juillet approchent et les travaillistes reviennent sur la politique migratoire. Le sujet risque d'être présent dans la campagne électorale.

La fermeture des camps et la prise en charge par l'Australie des demandes d'asile permettraient de faire une économie de 2 milliards d'euros. La révision de cette politique serait de plus l'occasion pour le nouveau Premier ministre Turnbull de montrer qu'il est plus modéré que ses prédécesseurs.»

L'actuelle politique d'immigration est en réalité le retour de l'action appelée «solution du Pacifique», fortement décriée par les Nations unies et mise en place entre 2001 et 2007. Elle avait été décidée à la suite de l'affaire dite du Tampa, nom du cargo norvégien qui avait porté secours en août 2001 à un bateau indonésien à la dérive transportant à son bord 433 migrants afghans et irakiens en route pour l'Australie. Le gouvernement australien avait exprimé son refus que le cargo norvégien accoste, violant ainsi le droit de la mer qui impose au pays le plus proche d'accueillir les naufragés. Canberra avait alors dégainé sa «solution du Pacifique» : installer les réfugiés dans des camps sur l'Etat insulaire de Nauru et sur l'île de Manus en Papouasie Nouvelle Guinée. L'Australie s'engageait à couvrir les coûts de construction des camps et la prise en charge des réfugiés.

Lire la suite

Genève-Place des Nations: Une photo énerve les autorités turques !

Une photo exposée sur la Place des Nations qui met en cause l'actuel président turc Recep Tayyip Erdogan provoque la colère de la Turquie. Son consulat a demandé le retrait du cliché. L’une des photos montre une banderole accusant le président turc d‘être responsable de la mort de Berkin Elvan, un adolescent décédé après avoir reçu une grenade lacrymogène sur la tête pendant le mouvement protestataire de Gezi en 2013. Il ne participait pas aux manifestations, mais était simplement sorti acheter du pain, lorsqu’il s‘était retrouvé pris dans le tumulte. Berkin Elvan, décédé après 269 jours passés dans le coma, est devenu le symbole de la violente répression exercée par le pouvoir turc.

Le photographe genevois d'origine kurde et arménienne Demir Sönmez expose jusqu'à dimanche 58 photos de manifestations organisées sur la Place des Nations. Parmi elles, celle d'une banderole en mars 2014 qui rendait responsable M. Erdogan, alors Premier ministre, du décès d'un adolescent lors d'une protestation à Istanbul. "Je m'appelle Berkin Elvan, la police m'a tué sur l’ordre du Premier ministre turc", soulignait cette inscription.

Lire la suite

dimanche 24 avril 2016

Papa Wemba s'en est allé, Hippolyte Kanambé Kazemberembe alias Joseph Kabila vient de perdre un allié de taille !

Tristesse abyssale, la République démocratique du Congo vient de perdre l'un de ses grands artistes musiciens: Jules Shungu Wembadio Pene Kikumba, dit Papa Wemba qui s'est écroulé sur scène en plein concert à Abidjan. Mort sur scène, comme le grand comédien, conteur, musicien et humoriste, Dieudonné Kabongo décédé sur scène en Belgique, dans la soirée du 11 octobre 2011, lors d’une représentation du cabaret « Les nouvelles de l’espace ». Jules Shungu Wembadio Pene Kikumba est décédé lors de sa prestation au Festival des Musiques urbaines d’Anoumabo (FEMUA) en Côte d'Ivoire.

La mort subite de Papa Wemba suite à un malaise doit faire mal au régime d'imposture d'Hippolyte Kanambe Kazemberembe alias Joseph Kabila. Avec les hypothétiques élections de novembre 2016, alors qu'Hippolyte Kanambé voudrait s’accrocher au trône du Congo usurpé, c'est un coup dur pour le régime d'usurpation de Kinshasa qui vient de perdre un allié de taille. Papa Wemba fait partie avec d'autres artistes musiciens congolais qui chantent les louanges à Hippolyte Kanambé. Ils ont battu campagne lors de la frauduleuse l'élection présidentielle Louis Michel 2006 ainsi que celle du hold-up électoral de novembre 2011 pour faire tricher l'imposteur. Avec des chansons soporifiques sans tête ni queue, ils ont endormi le peuple congolais avec les fameuses 5 chantiers et révolution de la Modernité, des slogans creux bidons au vue de la paupérisation dans laquelle patauge le peuple congolais.

Grand chanteur certes, Jules Wembadio n'a pas su capitaliser sa notoriété pour les bonnes causes de son peuple. Qu'apporte la sapologie à un peuple miséreux et misérable. Les jeunes congolais de France, Belgique, Hollande, Grande-Bretagne...se sont mis à voler dans des magasins pour paraître bien sapés. Depuis la prise de conscience de la diaspora congolaise, donc depuis 2010, une fatwa a été lancée au sein des congolais de l'étranger plus question des concerts de musiciens collabos dans les salles mythiques de Paris, Londres, Bruxelles. Cela fait 6 ans que Jules Shungu Wembadio Pene Kikumba et ses compères ne sont plus produits ni au Zénith, à l'Olympia, à Paris-Bercy. Les résistants-patriotes-combattants ont tenu leur pari.

Jules Shungu Wembadio Pene Kikumba aurait pu s'engager pour son peuple, mais l'artiste aimait bien des futilités. Comment lui qui a chanté "Esclave" pendant que Nelson Mandela était en prison n'est pas devenu le porte drapeau de la RDC comme Myriam Makeba, Lucke Dube, Masekela et d'autres l'ont été pour l'Afrique du Sud, comme Alpha Blondy et Tiken Jah Fakoly pour la Côte d'Ivoire.

A Paris, lorsqu'il y a une grande manifestation ou un grand concert, les secouristes sont présents. A partir du moment où il y a foule, des secouristes se mobilisent. Avez-vous bien regardé l'image de Papa Wemba qui s'écroule sur scène, les musiciens l'entourent, tentent de le soulever alors même qu'on devait le laisser coucher et tenter le massage cardiaque. Quelqu'un ose crier dans la vidéo, il est déjà mort ! C'est vraiment triste, un concert sans des médecins ni secouristes !

A part Papa Wendo Kolosoy qui est parti rassassié de la vie, la République démocratique du Congo perd ses artistes musiciens à fleur de l'âge. Papa Wemba est décédé à 66 ans dont 45 ans de carrière musicale.

Lire la suite

samedi 23 avril 2016

Kabilapocalypse: Minable, Hippolyte Kanambé Kazemberembe alias Joseph Kabila, dictateur sanguinaire !

Le comble pour la République démocratique du Congo est d'avoir sur son trône un Inculte, fumeur de chanvre, joueur de Nintendo et ancien taximan de Dar- es-Salam en Tanzanie, Hippolyte Kanambé Kazemberembe alias Joseph Kabila est une honte pour le Congo. Son régime d'imposture et d'usurpation est une menace pour la démocratie congolaise, la nation congolaise et le peuple congolais. Doit-on condamner tous les Katangais d'avoir cautionné l'imposture d'Hippolyte Kanambé Kazemberembe qu'ils ont baptisé Joseph Kabila Kabangé alors qu'il en est pas un ? Non, la responsabilité incombe à ceux qui ont cautionné cette magouille ! Tous les Katangais n'ont pas courbé l'échine face à l'usurpateur. Que le professeur Huit Mulongo Kalonda ait été le Directeur de cabinet de Moïse Katumbi, c'est son choix et droit. Dans un Etat démocratique, on respecte la liberté d'expression, les convictions et engagements politique de tout un chacun, surtout des adultes vaccinés. Delà à penser que le Professeur Huit Mulongo peut peser de tout son poids pour influer sur la ligne éditoriale de Réveil FM International, c'est une erreur grave et c'est mal nous connaitre. Depuis sa création en 1999, Réveil FM s'est adapté mais n'a jamais renié sa ligne éditoriale ni ses engagements.

Arrivée au Congo avec des bottes de jardinier et une kalachnikov en bandoulière, fauché comme deux chaussettes trouées, Hippolyte Kanambe Kazemberembe alias Joseph Kabila, 16 ans après est milliardaire pour avoir volé la République démocratique du Congo plus que le Maréchal Mobutu avec ses 32 ans de dictature: alias Joseph Kabila a planqué 25 milliards des dollars américains dans les îles Vierges britanniques. Sa tante Jaynet Kanambé "Kabila" est propriétaire de la moitié des parts sociales d'une société dénommée Keratshu Holding Limited, immatriculée à Niue, une petite île du Pacifique, six mois seulement après l'odieux assassinat de M'zée Laurent-Désiré Kabila et l'usurpation du trône du Congo par Hippolyte Kanambé Kazemberembe alias Joseph Kabila. Avec ses 19,6 % dans Vocacom, Jaynet Kanambé "Kabila" qui n'arrivait pas à marcher à cause des "Mayanzi" dans ses pieds, ses cheveux pleins des "Basili" et autres acariens, peut aujourd'hui se pavaner. La voleuse de la République, Jaynet Kanambé "Kabila" a accumulé une immense fortune, grâce aux parts dans des nombreuses et différentes sociétés Offshore domiciliées dans des paradis fiscaux. L'arriviste et parvenue donne des ordres, elle tue, fait assassiner en toute impunité...

A Réveil FM International, nous n'avons jamais eu du respect ni pour Hippolyte Kanambé alias Joseph Kabila ni pour son régime dictatorial. Placé à la tête de la République démocratique du Congo par la mafia internationale pour remplacer M'zée Laurent-Désiré kabila assassiné au Palais de Marbre à Kinshasa, le 16 janvier 2001, des lobbyistes vont entrer en jeu pour confectionner à Joseph Kabila un costume d'un homme d'Etat qu'il n'a jamais su boutonner. Trop grand pour l'imposteur ! Les 29 et 30 mars 2001, l'incapacitaire de Kingakati qui n'avait pas encore l'étoffe du dictateur et sanguinaire qu'il est devenu par la suite, se rend en Suisse pour participer à la conférence de presse à l'ONU-Genève. Il snobe les Congolais de Suisse présents devant le Palais des Nations.

Nous avions rencontré deux confrères qui avaient assisté à la conférence de presse de Joseph Kabila à l'ONU-Genève en mars 2001, voici leurs impressions:

"On avait l'impression d'avoir à faire à un homme très timide, on dirait un écolier qui s'était retrouvé dans un amphi de l'Université tellement que Joseph kabila était impressionné et avait peur des journalistes. (...) Il était étonnant que celui qui représentait la République démocratique du Congo, le plus grand pays francophone de l'Afrique puisse s'exprimer dans un anglais à l'après près". Un autre renchérit: "Nous étions au courant que les Congolais lui contestaient sa filiation à Laurent-Désiré Kabila et donc je me suis permis de lui poser la question: Etes-vous le fils de Laurent-Désiré Kabila ? Sa réponse fut laconique: C'est vous qui dites que je suis son fils ! En un mot, Joseph Kabila avait renié son père. Dans sa réponse on sentait bien qu'il refusait toute filiation à LDK. Une réponse stratégique pour s'attirer des faveurs de la Communauté internationale et tous ceux qui haïssaient Laurent-Désiré Kabila à cause de ses prises de positions fermes qui n'arrangeaient pas tout le monde.

Condamner uniquement les Katangais pour leur soutien à l'imposture d'Hippolyte Kanambé Kazemberembe alias Joseph Kabila serait une méprise. Ce ne sont pas tous les Katangais qui soutiennent l'occupation et la prise en otage des institutions de la République au service de l'imposteur. Debré Mpoko Kin Key Mulumba "MOYICRATE", véreux et très corrompu qui pour ses insatiables tubes digestives, embouche le clairon de "Kabila To Tondi Yo Nanu Té" est-il Katangais ou du Kwilu dans l'ex-Bandundu ? Modeste Mutinga Mutuishayi, fourbe, roublard et grand requin, qui lors de l'élection 2006 Louis Michel avait privé les 65 millions de congolais d'un débat démocratique inscrit dans la Constitution de la transition, qui devait opposer Jean-Pierre Bemba- Hippolyte Kanambé alias Joseph. Modeste Mutinga Mutuishayi est Katangais ou Kasaïen ? Lorsque Mgr Marini Bodho qui a combattu l'évêque Jean Bokeleale pour ses accointances avec Mobutu, fait pire que ce dernier. Alors que le protestantisme est une religion des libertés, il a transformé l'Eglise du Christ au Congo en machine de vote pour Hippolyte Kanambé. Marini Bodho est-il un Katangais ou de l'Ituri, ex-Province Orientale ? Lorsque Mwanda Né Nsemi se propose comme l'un des 4 Vice-présidents d'Hippolyte Kanambé en lieu et place de l'élection présidentielle de novembre prochain...Mwanda Nsemi est-il Katangais ou du Kongo Central ? Lorsque Lambert Mende Omalanga, notre Vuvuzélateur national fait du révisionnisme, embrouille, ment comme il respire et répond à tort et travers sur la situation de la République démocratique Congo...Est-il Katangais ou du Sankuru ? Des Mobutistes-Joséphistes: Léon Kengo wa Dondo, Edouard Mokolo wa Pombo, Atundu Liongo sont-ils des Katangais ou de l'Equateur ?

Lire la suite

Kabileries: Arrestation arbitraire et illégal du professeur Huit Mulongo Kalonda par les sbires et barbouzes de l'ANR à Lubumbashi !

Pourquoi le régime dictatorial d'Hippolyte Kanambé alias Joseph Kabila s'en prend au professeur Huit Mulongo Kalonda ? Après une perquisition alambiquée à sa résidence de Lubumbashi, le professeur Huit Mulongo Kalonda a été transféré au bureau de l'ANR-la Gestapo d'Hippolyte Kanambé alias Joseph Kabila. Que Kalev Mutond, qui se croit Tout-Puissant sache qu'il sera tenu responsable si un malheur arrivait. On sait comment l'ANR fonctionne en invention des preuves pour incriminer ceux qui ne sont pas d'accord avec le déviationnisme du régime. On aurait cru depuis New-York où il séjourne, qu'alias Joseph Kabila a donné l'ordre à ses barbouzes et sbires de s'en prendre au professeur Huit Mulongo, puisque Directeur de cabinet de Moïse Katumbi, et qu'en libre penseur le professeur qui revient de Kinshasa où il tenu une conférence de presse n'a jamais eu sa langue dans sa poche, loin delà. L'arrestation arbitraire et illégal du professeur Huit Mulongo Kalonda par Hippolyte Kanambé alias Joseph Kabila n'a qu' seul objectif de faire pression sur lui pour atténuer l'ardeur journalistique de son neveu: Freddy Mulongo, journaliste indépendant à Paris. La République démocratique du Congo sous alias Joseph Kabila est une dictature.

Katangais pur sucre, Huit Mulongo ne se laisse jamais impressionner. Ancien de l'Université de Paris VIII, il n'hésitait pas d'aller manifester devant l'Ambassade de la RDC, Cours Albert Ier. Président de la Commission socio-culturelle à la Conférence Nationale Souveraine (CNS), il proposa et obtint que l'avenue Bokassa soit changé en Luambo Makiadi, que le stade Kamanyola soit débaptisé en stade des Martyrs...Jeune turc à l La ville de Lubumbashi est en ébullition. Même sous la dictature féroce du Maréchal Mobutu on n'avait jamais vécu ça. Les acteurs politiques sont arrêtés puis jetés en prison comme des vulgaires personnes. Le régime de l'imposteur Hippolyte Kanambé alias Joseph Kabila, le Kadogo-soudard, qui trône abusivement à la tête de la République démocratique du Congo instaure la terreur pour décourager des téméraires. En fin mandat, celui qui est arrivé au Congo avec des bottes de jardinier et une kalachnikov en bandoulière joue avec des nerfs de congolais.

Lire la suite

vendredi 22 avril 2016

Lubumbashi: La résidence du Professeur Huit Mulongo Kalonda perquisitionnée par les barbouzes d'alias Joseph Kabila !

Le régime sanguinaire d'Hippolyte Kanambé alias Joseph Kabila a envoyé ses barbouzes et sbires s'attaquer à la résidence privée du Professeur Simon-Huit Mulongo Kalonda-Ba-Mpeta, directeur de cabinet de Moise Katumbi, ancien de l'Université de Paris VIII et président de la Commission Socio-culturelle à la Conférence Nationale Souveraine (CNS), qui est perquisitionnée depuis 20H heure locale ce vendredi 22 avril 2016 à Lubumbashi dans le Katanga. D’après Georges Mawine, proche collaborateur de Moise Katumbi et président de l’Observatoire national de la Jeunesse, qui se trouve près du lieu de la perquisition, des éléments de la Police et de l’armée ont cassé la barrière de la parcelle et d’autres ont escaladé les murs pendant l’opération. Georges Mawine dénonce ce qu’il qualifie des menaces de mort à l’égard des collaborateurs de Moise Katumbi.

Lire la suite

jeudi 21 avril 2016

Vieux schnock qui défend son bifteck, Debré Mpoko Kin Key Mulumba "MOYIBICRATE" spécialiste en intox du régime sanguinaire de Kinshasa !

Freddy Mulongo à Mantes-la-Jolie lors du déplacement du Premier ministre Manuel Valls dans les Yvelines

Merditude par excellence, affreux Jojo, Debré Mpoko Kin Key Mulumba "MOYIBICRATE" et "VENTRIOTE" est un vieux schnock, une girouette qui tourne au gré du vent, un mangeriste habitué aux chaudrons de la mangeoire. Pédant, prétentieux, flatteur de bas étage, Debré Mpoko Kin Key Mulumba étonne dans sa buzobérie outrancière avec son raisonnement d'un constipé pour défendre le régime sanguinaire de Kinshasa qui le nourrit. Dans ses kabileries, il croit impressionner en s'autoproclamant "Professeur" ! Science sans conscience n'est que ruine de l'âme. Est-il vraiment intelligent comme il le prétend Debré Mpoko Kin Key Mulumba "MOYIBICRATE" et "VENTRIOTE" ?

Kin Key Mulumba "Debré Mpoko", "MOYIBICRATE" et "VENTRIOTE"

Rarement on n'a vu dans un pays normal, un ministre de la République user et abuser d'un pseudo pour s'attaquer à ses compatriotes, adversaires politiques. Debré Mpoko Kin Key Mulumba ou "Masimanimba désir" n'a aucune conviction politique, l'énergumène court derrière l'argent. Mammon est son petit dieu et il est prêt à tout pour un semblant d'aisance matérielle. Corrompu jusqu'à la moelle épinière, Debré Mpoko Kin Key Mulumba pue la corruption comme un putois. Le ventripotent qui a des tubes digestives à la place des neurones, excelle dans l'injure facile dans nos fora sur le net. Mieux il excelle dans la désinformation, Debré Mpoko Kin Key Mulumba intoxique et un spécialiste de l'intox. Menteur hors paire, il veut donner l'impression qu'il est le seul congolais qui est allé à l'école. Quand on voit les toilettes de son fief électoral à Masimanimba dans le Kwilu, on peut deviner à quelle école il a été.

Bizarre qu'un prétendu universitaire courbe l'échine, soit le laquais d'un Kadogo primairien "Chef d'Etat", amateur de Nintendo ! Voleur sous Mobutu Sese Seko, Kin Key Mulumba "Debré Mpoko MOYIBICRATE" dont il a chanté les louanges même lorsque l'aigle de Kawele prenait la poudre d'escampette, le voila devenu un Angwalima du régime d'Hippolyte Kanambé alias Joseph Kabila. Faut-il croire un individu pareil ? Toute honte bue "Masimanimba désir" vient de reconnaître qu'Hippolyte Kanambé alias Joseph Kabila n'a jamais participé à aucune réunion de la COP21 à Paris. Et pourtant c'est en grande pompe qu'il a annoncé que l'incapacitaire de Kingakati était à Paris en décembre dernier, narguant et toisant les résistants-patriotes-combattants congolais. Alors que tout le monde sait que les deux fois qu'il a foulé le sol parisien, alias Joseph Kabila est toujours sortie par la petite porte. Jamais il a roulé dans une voiture officielle avec fanion de la RDC.

Debré Mpoko Kin Key ne maîtrise rien si ce n'est sa spécialité de voler la République. Il se donne une importance qu'il n'a pas, pauvre connard ! Il a le toupet de dire que la RDC a été bien représenté au COP21 a-t-il au moins lu ceci:

Le VENTRIOTE du RCD-Goma qui a cautionné des crimes contre l'humanité à Makobola, Kasika, Mwenga où des congolaises ont été enterrées vivantes à l'Est de la République démocratique du Congo, qui n'a jamais répondu devant la justice pour ses crimes, devenu Apparatchik Joséphiste, Kin Key Mulumba "MOYIBICRATE" a le toupet de devenir donneur des leçons. Tous les congolais n'ont pas la bonne information sur son imposteur de président, ni de son régime dictatorial, seul le vieux schnock Kin Key Mulumba prétendument professeur à la bonne information. Quelle légitimité a Kin Key Mulumba pour commencer à donner des points aux compatriotes de la diaspora ? Nous réfutons avec la dernière énergie sa prétention de devenir donneur des leçons. Qu'il aille se rhabiller !Pour défendre son bifteck, le voleur de l'argent de la fibre optique est prêt à tout. Kin Key Mulumba "MOYIBICRATE" sait qu'il n'y aura plus de "Révolution Pardon" en République démocratique du Congo et que le Manoir qu'il s'est acheté à Waterloo en Belgique, il ne pourra peut-être pas en jouir ! Le VENTRIOTE qui a bénéficié de l'impunité sous la dictature mobutienne, qui soutient la dictature d'Hippolyte Kanambe alias Joseph Kabila avec son "Kabila To Tondi Yo Nanu Té".

Lire la suite

RDC : agression violente de Badylon Kawanda Bakiman, Rédacteur en Chef à la Radio Tomisa à Kikwit par des agents de l’ANR !

Une émission dans le studio de la Radio Tomisa à Kikwit

Reporters sans frontières (RSF) se joint à son partenaire congolais Journaliste en danger (JED) pour dénoncer l’agression dont a fait l’objet Badylon Kawanda, journaliste pour la Radio Tomisa, frappé par des agents de l’Agence nationale des renseignements (ANR) le 14 avril dernier. L’organisation demande aux autorités de la République démocratique du Congo l’ouverture d’une enquête afin que la lumière soit rapidement faite sur cette affaire, et que les coupables soient sanctionnés.

Ci-dessous le communiqué de JED, daté du 20 avril 2016 :

“Badylon Kawanda, journaliste à la Radio Tomisa, une station confessionnelle émettant à Kikwit, chef-lieu de la province de Kwilu (Sud-ouest de la RDC), a été violemment agressé, jeudi 14 avril 2016 dans les installations de l’ANR (Agence Nationale des Renseignements), par le responsable de ce service local des renseignements ainsi que ses agents.

Selon le témoignage recueillis par JED, le journaliste s’était rendu à l’État-major de l’ANR dans le but de se renseigner sur la détention, dans les installations de ce service local des renseignements, d’une personne travaillant dans une agence de fret qui aurait eu des échauffourées avec un taximen. Après avoir décliné son identité de journaliste, Badylon Kawanda a reçu des coups du responsable local de l’ANR qui a demandé à ses agents de « corriger » le journaliste. Ces derniers l’ont projeté par terre, et cassé son matériel de travail. Kawanda s’en est tiré avec une foulure à la jambe.

Contacté au téléphone par JED, Badylon Kawanda a déclaré avoir saisi officiellement les autorités militaires et urbaines de Kikwit après cette agression. « Toutes les autorités que j’ai personnellement contacté après mon odieuse agression m’ont promis d’interpeller le responsable local de l’ANR. J’attends toujours la suite qui sera réservée à ma plainte », a ajouté le journaliste.

Joint également au téléphone, un responsable de l’ANR a refusé de parler à JED.

Journaliste en danger (JED) élève une vigoureuse protestation contre cette odieuse agression qui constitue une grave attaque à la liberté de la presse, de surcroît commise par des personnes dépositaires de l'autorité publique.

JED demande instamment à l’Administrateur général de l’ANR, M. Kalev Mutond, l’ouverture immédiate d’une enquête afin d’identifier et de sanctionner les auteurs de cet acte barbare et aux autorités de la nouvelle province de Kwilu d’assurer impérativement la sécurité des professionnels des médias afin qu’ils puissent exercer librement leur travail d’information.

Lire la suite

Accord de Paris sur le climat : Quelles implications économiques et technologiques ?

Hippolyte Kanambé alias Joseph Kabila, l'imposteur et usurpateur qui trône par défi en République démocratique du Congo n'a jamais participé à une seule réunion de la COP21 à Paris, l'Incapacitaire de Kingakati n'a même pas dédaigné faire le déplacement de Paris où 150 chefs d’État étaient présents le dimanche 29 décembre dernier, le premier jour de la COP21. Robert Bopolo, le ministre de l'environnement du régime dictatorial de Kinshasa s'était amenait à Paris avec une délégation de 300 personnes dont deux de ses fils en tant qu'experts et 275 délégués sont toujours portés disparus jusqu'aujourd'hui. Debré Mpoko Kin Key Mulumba "VENTRIOTE" et "MOYIBICRATE" ose écrire qu''Hippolyte Kanambé alias Joseph Kabila était à Paris en décembre dernier, pour qui se prend-t-il pour polluer nos fora avec de l'intox. Déjà des thuriféraires, coupagistes, courtisans et Mammouths Joséphistes fanfaronnent que la RDC a une forte délégation à New-York pour la signature de l'Accord de Paris. Cérémonie qui devrait réunir les représentants de près de 150 États. Ce sera une nouvelle étape vers l'entrée en vigueur du texte adopté le 12 décembre 2015 à l'issue de la COP21. Mais, au-delà de sa portée juridique, l'Accord de Paris vaut avant tout par les transformations économiques et technologiques qu'il provoquera.

Une étude montre notamment que :

Les objectifs de l'Accord de Paris impliquent une baisse d'au moins 4% par an des émissions de gaz à effet de serre entre 2016 et 2050, c'est en moyenne 860 millions de tonnes de CO2 qui devront être éliminées chaque année - autant que les émissions actuelles de l'Allemagne.

L'Accord de Paris encourage fortement le développement de la capture atmosphérique du carbone, une approche nouvelle et controversée consistant à retirer les gaz à effet de serre déjà présents dans l'atmosphère.

L'Accord de Paris implique le développement et l'élargissement des "marchés du carbone".

L'Accord de Paris nécessite une transition électrique rapide et sans étape intermédiaire, excluant notamment l'utilisation du gaz comme énergie de transition.

L’engouement et les espoirs suscités par la COP 21 laissent aujourd’hui place au pragmatisme alors qu’il s’agit de ratifier et de mettre en œuvre l’accord de Paris. Que doit-on attendre de la Conférence new-yorkaise du 22 avril 2016 ?

L’accord de Paris a été adopté lors de la COP21 et il est désormais ouvert à la signature à partir du 22 avril dans le cadre de cette conférence. 146 Etats se sont prononcés favorablement quant à la signature de l’accord, ce qui constitue un record jusqu’alors détenu par la Convention de Montego Bay (signé en 1982 par 119 pays). C’est le signe, positif, d’une véritable mobilisation internationale puisque les trois quarts des présents à la COP21, soit 146 pays dont 55 seront représentés par leur chef d’Etats ou de gouvernement, ont annoncé leur participation à la Conférence de New-York. L’enjeu principal concernant l’accord est cependant bien la ratification, qui lui permettra d’entrer en vigueur à partir de 2020. Dès lors que la Chine et les Etats-Unis, qui représentent ensemble entre 35% et 40% des émissions mondiales, décident de le ratifier, beaucoup d’autres signataires suivront, rassurés par l’investissement des deux principaux émetteurs dans le processus. Cela pourrait donc aller assez vite. Une interrogation demeure sur la capacité de l’Union européenne (3e émetteur) à ratifier l’accord dans des délais brefs. Cette action nécessitant au préalable la ratification des 28 Etats membres (dont les modalités de ratification sont différentes), la Chine et le Etats-Unis pourraient s’acquitter de cette tâche avant l’UE, fait impensable il y a encore quelques années, et preuve que le contexte a changé.

Surproduction charbonnière, chute des cours du pétrole, révolution solaire en Inde, investissement chinois massifs dans le nucléaire et avancée dans la fusion nucléaire… le marché de l’énergie semble évoluer rapidement. Quelles sont les tendances, les opportunités et les risques qui caractérisent cette évolution ?

On peut d’ores et déjà souligner le remarquable rebond des investissements dans les énergies renouvelables qui, malgré une baisse en 2012, n’ont cessé de repartir à la hausse depuis 2013 pour atteindre 286 milliards de dollars en 2015 selon le PNUE. La Chine est l’un des moteurs de cette dynamique puisqu’elle est le premier investisseur en matière de solaire et d’éolien, et représente un tiers des investissements mondiaux dans les énergies renouvelables (102 milliards). Les pays émergents et en développement (156 milliards) sont d’ailleurs pour la première fois passés devant les pays développés (130). C’est une véritable transformation.

Les inquiétudes vont cependant porter sur l’impact à long terme des prix bas du pétrole. Jusqu’à aujourd’hui, les investissements dans les énergies renouvelables ne baissent pas. La baisse concernait seulement en 2015 les investissements dans l’amont pétrolier : moins 34% pour les indépendants, 15% pour les majors et 11% pour les compagnies nationales selon l’IFPEN. En effet, la chute des cours rend certes le pétrole moins cher pour les acheteurs mais aussi moins rentable pour les investisseurs. Pour autant, un pétrole qui s’établit durablement autour de 40 dollars n’est pas une bonne nouvelle pour les partisans de son abandon complet à long terme, objectif encore utopique à mon sens. Je pense toutefois que cette anomalie économique, résultat d’une stratégie de défense des parts de marché menée par l’OPEP et l’Arabie Saoudite, ne devrait pas durer éternellement. Vraisemblablement, le cours du pétrole devrait remonter à moyen terme, du fait des trop nombreuses implications en matière de stabilité et de sécurité pour nombre de pays. Même l’Arabie Saoudite, selon le FMI, ne pourrait faire face à un cours aussi bas sans épuiser ses réserves financières d’ici 4 à 5 ans.

Pour ce qui est de l’énergie nucléaire, elle se développe particulièrement sur le continent asiatique qui regroupe les trois-quarts des réacteurs en construction, de la Corée du Sud à la Chine en passant par l’Inde et la Russie, sachant que le Japon n’a pas totalement abandonné cette énergie malgré la catastrophe de Fukushima.

Toutefois, il faut rappeler qu’il n’y a pas de solution miracle sur le plan énergétique. Chaque pays constitue son mix en fonction de ses ressources, des avantages dont il dispose, des compétences historiques de ses industries, etc. Ce n’est pas au niveau mondial que l’on pourra imposer un unique mix énergétique adapté à tous les Etats. L’idée est que, progressivement, les énergies renouvelables passent du statut de complément à celui de principal fournisseur, notamment d'électricité. C’est la dynamique actuelle mais je reste assez sceptique quant à un avenir proche 100 % renouvelable.

Les données disponibles sur le réchauffement climatique créent bien souvent la confusion, tant concernant la fonte des glaces, le niveau de la montée des mers – 1 mètre pour le GIEC, 2m pour d’autres scientifiques d’ici à 2100 – ou l’activité solaire. Comment interpréter ces divergences de pronostic ? Ne brouillent-elles pas la prise de conscience nécessaire des citoyens face à ces enjeux ?

Le débat sur l’ampleur de la hausse du niveau des mers est en effet relancé après la parution d’une étude menée par Roberto De Conto et David Pollard, publiée il y a quelque semaines dans la revue Nature, qui analysait la contribution de l’Antarctique à ce phénomène, et qui doublait, dans ses perspectives pessimistes, les estimations du GIEC en la matière. Une autre étude menée par James E. Hansen, ancien directeur du principal laboratoire de science climatique à la NASA, évoquait une hausse de 5 mètres à horizon 2100.

Je ne sais pas dans quelle mesure ces nouveaux éléments brouillent le regard des citoyens mais il est évident que deux camps s’affrontent. D’un côté, des gens affirment que les scientifiques sont formatés pour crier « au loup » afin de pérenniser leur budget de recherche. Au contraire, d’autres postulent que de par leur métier, les scientifiques ont un réflexe professionnel qui les enjoint plutôt à sous-estimer les impacts des phénomènes sur lesquels ils travaillent pour ne pas être qualifiés de catastrophistes voire de déséquilibrés.

De plus, la gestion des incertitudes est un paramètre extrêmement important dans la communication sur les prévisions climatiques. Paradoxalement, plus la science climatique se développe et progresse, plus le niveau d’incertitude est susceptible d’augmenter du fait de la complexité des phénomènes climatiques. L’approfondissement des connaissances en matière climatique ne va donc pas de pair avec une diminution des incertitudes. Le GIEC n’a pas toujours bien géré cet état de fait, ce qui a contribué à renforcer certains de ses détracteurs.

Pour autant, si cela peut entretenir une confusion, voire donner du grain à moudre aux climato-sceptiques, je ne suis pas certain que ces débats soient énormément suivis.

Des ambitions personnelles et étatiques s’entremêlent aujourd’hui pour la présidence de la Convention-cadre des Nations unies sur les changements climatiques (CCNUCC). Quels enjeux recouvrent la nomination du président de la CCNUCC ? La France est-elle légitime pour briguer la tête de cette institution ou doit-on s’attendre à un renouveau de l’institution en faveur de l’Afrique ou de l’Asie ?

La France est totalement légitime du point de vue des compétences. Le travail et l’implication dans les négociations de Laurence Tubiana ont été unanimement salués lors de la COP21, comme ceux de Laurent Fabius. Ils comptent parmi les artisans du succès de l’accord de Paris. La France est donc légitime de ce point de vue-là. Sans vouloir défendre les excuses mobilisées par l’Elysée au moment du couac sur la candidature de Laurence Tubiana, d’abord écartée puis soutenue par Ségolène Royal, le fait que nous ayons déjà une Française au poste de Secrétaire général de la Convention des Nations unies sur la désertification (Monique Barbut) et un haut fonctionnaire français, Hervé Ladsous, chef du département des opérations de maintien de la paix, peuvent jouer en notre défaveur.

Les revendications africaines sont elles aussi très légitimes. L’Union européenne a assuré les fonctions de Secrétaire général de la CCNUCC pendant 20 ans et c’est une représentante de l’Amérique latine, la costaricaine Christiana Figueres, qui occupe le poste depuis 6 ans. De plus, le principe informel de représentativité géographique est au centre des nominations dans les instances internationales. Il serait donc logique, une fois de plus, que le continent africain, par ailleurs particulièrement touché par les phénomènes climatiques, soit désigné. C’est en tous cas l’argument recevable mobilisé par Ahmed Djoghlaf, ancien co-chair de la COP21 et candidat déclaré.

Lire la suite

mardi 19 avril 2016

Kabila dégage: Hippolyte Kanambe "Kabila", l'imposteur de Kinshasa à Paris, pour quoi faire ?

Après avoir fait tant du mal au Congo et aux Congolais à cause de son imposture et usurpation, Hippolyte Kanambé alias Joseph Kabila veut protéger ses arrières. Il compte venir à Paris non pas pour les engagements de la COP21 mais demander protection s'il décide de partir. L'incapacitaire de Kingakati a la trouille de quitter le trône du Congo usurpé, chosifiant à outrance les Congolais. C'est la peur des représailles. En privé, Hippolyte Kanambé "Kabila" n'hésite plus à revenir sur les images macabres des rwandais brûlés vifs par des Kinois en 1998. Après avoir commis autant des crimes contre le peuple congolais, voilà que l'imposteur se soucie du sort des rwandais dans une ville comme Kinshasa qui regorge plus de 12 millions d'habitants. Les résistants-patriotes-combattants ne l'entendent pas de cette oreille !

Alias Joseph Kabila erre comme Caïn, son régime dictatorial avec des dinosaures et tyrannosaures Mobutistes est vraiment aux abois. Voilà 15 ans celui qui est arrivé en République démocratique démocratique du Congo en bottes de jardinier et une kalachnikov en bandoulière, s'est emparé du trône du Congo, il n'a jamais été élu mais dirige par défi. En novembre prochain, l'incapacitaire de Kingakati doit quitter le pouvoir. Vient-il à Paris non pour la poursuite des engagements de la COP21 mais plutôt pour donner des garanties de son départ ? Il faut être naïf pour croire Hippolyte Kanambé alias "Joseph Kabila, un rusé sanguinaire qui a hypothéqué le présent et l'avenir de la République démocratique pour son enrichissement personnel et illicite. Hippolyte Kanambé "Kabila" a plus volé que Mobutu avec ses 32 ans de dictature !

Cynique, taiseux, calculateur et froid, cela fait 15 ans que celui qui est arrivé en République démocratique démocratique du Congo en bottes de jardinier et une kalachnikov en bandoulière, s'est emparé du trône du Congo. Fraudeur, tricheur, spécialiste en hold-up électoral, Hippolyte Kanambé "Kabila" n'a jamais été élu, il n'a jamais gagné une seule élection en RDC mais dirige par défi. En novembre prochain, l'incapacitaire de Kingakati doit quitter le pouvoir. Comment quitter le trône usurpé du Congo ? Avec ses casseroles retentissantes: Ses créations-Laurent Nkundabatwaré, Jules Mutebusi, Bosco Ntangana, M23 etc des fausses rebellions à l'Est de la RDC qui ont semé la mort à 12 millions des congolais, il a fait entrer l'armée rwandaise d'occupation sans l'aval du parlement congolais, il a planqué 25 milliards de dollars américains dans les îles Vierges britanniques, sa fratrie Kanambé "Kabila" fait la loi au Congo, qui s’accapare de tout. La cagnotte congolaise est prise en otage par des rongeurs kanambistes-Mobutistes dont la majorité sont des mangeurs à tous les râteliers, arrivistes et parvenus.

Lire la suite

dimanche 17 avril 2016

Congo Airways: Pourquoi "Kimpa Vita", le Bombardier d'occasion Q400 ne peut atterrir au Kongo-Central ?

Sauf miracle et grands travaux infrastructures "Kimpa Vita" ne peut atterrir ni à Matadi, ni à Muanda non plus dans le Kongo Central. Pour avoir atterri à 4 reprises dans un petit porteur de 12 places sur l'aéroport de Tshimpi à Matadi qui se trouve en rive droite du fleuve Congo, face à la ville et à proximité de Vivi, il est impensable de croire que le bombardier d'occasion Q400 de Congo Airways de 76 places puisse atterrir sans ambages à Tshimpi Matadi, une piste courte en pente de 1580 mètres de longueur sur 30., en latérite non goudronnée et non balisée ! La piste de Tshimpi à Matadi est située à 1115 pieds soit à 340 mètres d'altitude.

C'est la diaspora congolaise dans sa lutte contre l'occupation, l'usurpation et l'imposture qui a ressuscité la figure de cette grande guerrière du Royaume Kongo Dona Béatrice "Kimpa Vita" ! Prophétesse, elle lutta farouchement contre la traite négrière dans le Royaume Kongo, elle fut brûlée vive le 2 juillet 1706. Comment ne pas comprendre la récupération politique d'un régime d'imposture aux abois de la personnalité de "Kimpa Vita" en baptisant le Bombardier d'occasion Q400 de 76 places du nom de la guerrière "Kimpa Vita" alors même le coucou de Congo Airways ne peut même pas atterrir dans le Kongo Central n'est-ce pas le comble ? Aucun aéroport du Kongo Central n'est capable de permettre l'atterrissage de "Kimpa Vita". C'est un cynisme politico-mafieuse qui sous tend la récupération politicienne.Les obscurs récupérateurs clameront de "Kimpa Vita" ne s'appartient plus. Mais par respect pour sa mémoire il aurait été intéressant que le dernier coucou de Congo Airways puisse atterrir dans quelques villes du Kongo-Central mais uniquement à Gbadolite et Mbandaka dans le Nord-Ouest de la République, ou encore à Likasi ou Kolwezi dans le Sud-Est.

A Réveil FM International nous prenons du temps pour nos dossiers. A l'ère où des effroyables imposteurs, arrivés au Congo-démocratique nus-pieds avec des chiques, des poux et autres acariens sur eux, avec Panama Papers on découvre que la fratrie Kanambé "Kabila", ces arrivistes sont milliardaires et ont planqués de l'argent volé en République démocratique aux îles Vierges britanniques et Panama. Pour endormir le peuple congolais, eh hop ! on achète des coucous d'occasion pour la compagnie aérienne nationale "Congo Airways". Avec l'argent volé de la République, le Congo peut s'acheter plusieurs avions neufs, pas nécessairement des occasions .

Lire la suite

mercredi 13 avril 2016

Genève. Le régime de Sassou Nguesso dans la visière de Zeid Ra'ad Al Hussein, Haut-Commissaire des Nations Unies aux droits de l’homme !

GENEVE (13 avril 2016) – Déclaration du Haut-Commissaire des Nations Unies aux droits de l’homme, M. Zeid Ra’ad Al Hussein, sur la situation en République du Congo:

Zeid Ra’ad Al Hussein, Haut-Commissaire des Nations Unies aux droits de l’homme.

« Des rapports très alarmants émanent de la République du Congo sur une opération de sécurité menée, semble-t-il, par le gouvernement dans une zone située dans le sud de Brazzaville et dénommée le Pool. Depuis les élections présidentielles du 20 mars, des rapports font état d’opérations de sécurité menées contre des chefs de l’opposition et leurs partisans, qui auraient attaqué un poste de police et certaines zones dans le sud de la capitale le 4 avril. Le gouvernement a annoncé que 17 personnes avaient péri lors de ces opérations militaires, dont trois membres des forces de sécurité, et que plusieurs autres personnes avaient été blessées.

Des informations font également état d’arrestations massives et de cas de torture en détention, ainsi que du meurtre et du déplacement de personnes originaires du Pool. Ces rapports sont difficiles à vérifier en raison du manque d’accès à cette zone par des acteurs indépendants. J’exhorte le gouvernement à garantir que les acteurs humanitaires puissent avoir accès sans délai au Pool et que les forces de sécurité agissent en parfaite conformité avec les obligations de la République du Congo au regard du droit international des droits de l’homme. Tout incident impliquant l'emploi de la force par les forces de sécurité, en particulier si elle a des conséquences mortelles, doit faire l’objet d’une enquête approfondie, rapide et impartiale. Aucune personne arrêtée et détenue ne devrait subir de mauvais traitement. Par ailleurs, toute personne arrêtée et détenue devrait être soit inculpée et comparaître devant un juge, en accord avec les standards internationaux en matière de procédure régulière, soit être rapidement relâchée.

J’exhorte le gouvernement, les responsables politiques et leurs partisans, à s’efforcer de résoudre tous leurs différents de manière pacifique et dans le cadre de la loi, et à éviter tout recours à la violence dans l’exercice de leurs libertés d’expression, d’association et de rassemblement pacifique. »

A Genève, la diaspora congolaise dénonce devant l'ONU la dictature de Denis Sassou Nguesso

Des représentants de la diaspora congolaise ont manifesté devant l’ONU pour dénoncer de graves violations des droits de l’homme.

Une trentaine de membres de la diaspora congolaise installée en Suisse et en France ont manifesté vendredi après-midi devant l’ONU à Genève pour dénoncer de graves violations des droits de l’homme au Congo. Ils ont fustigé «la dictature» imposée par Denis Sassou Nguesso.

«Trente-deux ans: ça suffit», a lancé Michel Ondongo Mpandi. «Ce kleptomane règne par le mensonge et le crime», a ajouté ce proche de l’opposition en s’en prenant à Denis Sassou Nguesso. Les résultats officiels de l’élection présidentielle du 20 mars dernier au Congo ont donné le président sortant largement vainqueur.

Ces résultats sont contestés par l’opposition. «Les gens vivent dans la peur au Congo», a déclaré l’une des organisatrices de la manifestation. Les opposants et leur famille subissent des intimidations, a-t-elle affirmé. La diaspora a dénoncé des arrestations arbitraires orchestrées par le président réélu.

Remise d’un mémorandum

La situation s’est détériorée depuis mardi dernier quand les opposants ont appelé à une opération «ville morte» dans tout le pays pour dénoncer le manque de transparence du scrutin présidentiel. Les manifestants ont remis un mémorandum au Haut-Commissariat aux droits de l’homme pour alerter sur la situation au Congo.

«Nous interpellons la communauté internationale pour dénoncer ces graves atteintes aux droits de l’homme», a souligné Michel Ondongo Mpandi. Il a appelé à la destitution de Denis Sassou Nguesso. Les opposants veulent qu’ils répondent de ses actes devant la Cour pénale internationale.

Lire la suite