La radio qui vous écoute !

Réveil FM International

La première radio associative et communautaire de Kinshasa.

vendredi 21 avril 2017

Attentat sur les Champs-Elysées à Paris: Le PM Bernard Cazeneuve hausse le ton contre M.Le Pen et F.Fillon !

Le Premier Ministre Bernard Cazeneuve. Photo-Archives Réveil FM à Cherbourg

Le Premier ministre Bernard Cazeneuve sort de sa réserve et hausse le ton contre Marine Le Pen du Front National et François Fillon de Les Républicains avec une déclaration mise au point. Toujours pondéré, Bernard Cazeneuse fait une déclaration musclée à quelques heures de la fin de la campagne pour le premier tour et à 48 heures de l'élection présidentielle. Voici sa déclaration !

Hier soir, la France a été frappée à nouveau. Un policier a été lâchement assassiné sur les Champs Elysées ; deux autres sont grièvement blessés. Alors que l’heure est à la dignité, à l’unité et à la responsabilité, certains candidats à l’élection présidentielle ont fait ce matin le choix de l’outrance et de la division.

Marine Le Pen demande la restauration immédiate de nos frontières nationales. Elle fait mine d’ignorer que c’est ce gouvernement qui a rétabli le contrôle aux frontières.

Depuis le 13 novembre 2015, le jour précis du rétablissement de ce contrôle, plus de 2300 policiers et gendarmes sont mobilisés chaque jour à nos frontières. Marine Le Pen oublie que plus de 105 millions de personnes y ont été contrôlées depuis cette date, et que 80 000 n’ont ainsi pas pu entrer sur le territoire national.

Sur ce sujet, comme sur les autres, il faut rétablir la vérité. Marine Le Pen demande l’expulsion de tous les fichés S.

Je veux lui rappeler que depuis mai 2012, 117 personnes ont été expulsées du territoire pour des activités à caractère terroriste, dans le cadre de l’Etat de droit.

La plus grande fermeté prévaut donc en la matière, sans arbitraire et dans le respect rigoureux des principes républicains.

Madame Le Pen demande aussi la poursuite des individus fichés S pour intelligence avec l’ennemi. Elle démontre ainsi sa méconnaissance des dispositifs relatifs à la lutte antiterroriste, et notamment, de notre arsenal pénal.

La conséquence de sa proposition, serait des sanctions moins fermes que celles établies par les lois antiterroristes que nous avons votées - et auxquelles elle s’est par ailleurs toujours opposée -, et des enquêtes aussi moins efficaces.

Je veux rappeler à Marine Le Pen qu’en matière de lutte contre le terrorisme - qui est une lutte difficile - , la facilité n’est pas la fermeté, ni l’outrance le gage de l’efficacité.

Marine Le Pen demande le renforcement des moyens de renseignement de notre pays. Elle oublie que son parti a voté contre toutes les lois antiterroristes. Elle oublie de dire aux français que son parti a voté contre la loi renseignement de juillet 2015 qui donnait des moyens nouveaux aux services de renseignement pour prévenir les actes terroristes.

Elle oublie que son parti a voté contre les dispositions antiterroristes présentées au parlement européen, notamment le PNR qui permet de disposer des informations nécessaires à l’arrestation des terroristes au moment de leur retour sur le territoire européen.

Elle semble donc délibérément oublier tout ce qui a été fait depuis cinq ans, pour faire oublier, en réalité, qu’elle s’est opposé à tout sans jamais rien proposer de sérieux ni de crédible.

Marine Le Pen ose demander de nouvelles régulations restrictives en matière d’immigration, d’asile et d’accession à la citoyenneté.

Mesdames et messieurs, ces propos, plus que tout autres, révèlent son véritable objectif. La candidate du Front national cherche, comme après chaque drame, à profiter et à instrumentaliser pour diviser ; elle cherche à exploiter sans vergogne la peur et l’émotion à des fins exclusivement politiciennes.

Rien, aucun élément d’enquête, aucun renseignement ne permet de faire quelque lien que ce soit entre l’immigration, l’asile, et ce qui s’est passé hier soir à Paris.

Pour l’ensemble de nos concitoyens, pour notre pays entier, cette attaque est un drame. Madame Le Pen cherche à en faire une opportunité, une occasion médiocrement électorale, au mépris de la vérité.

Quant à François Fillon, il appelle à la révision des accords de Schengen. Cette révision a été engagée au cours de ce quinquennat, alors que constamment évoquée entre 2007 et 2012, elle n’avait fait l’objet d’aucune initiative, ni n’avait abouti à aucun résultat.

C’est sous l’impulsion de ce gouvernement que la France a obtenu la modification de l’article 7-2 du Code Frontière Schengen, qui a permis d’instaurer un contrôle aux frontières extérieurs de l’Union Européenne pour ses ressortissants. C’est grâce à cette réforme également, que l’agence Frontex s’est vu dotée de moyens nouveaux et qu’elle agit désormais pour l’efficacité de ce contrôle.

François Fillon préconise la création de dix mille de postes de policiers. Comment croire sur ce sujet un candidat qui, lorsqu’il était Premier ministre, en a supprimé 13 000 dans les forces de sécurité intérieure, là où pendant ce quinquennat il en aura été créé 9000, dont une part importante dans les services de renseignement.

Je veux également rappeler que 54 000 postes auront été supprimés dans les armées entre 2007 et 2012. Comment conforter enfin les services publics de la sécurité et les armées lorsqu’on propose dans son programme présidentiel, la suppression de 500 000 fonctionnaires en cinq ans ?

Je m’adresse aujourd’hui aux français avec gravité et le seul souci de la vérité. En n’étant guidé que par le souci de la nécessaire unité du pays du pays face à une menace qui implique qu’on soit collectivement à la hauteur. Nous sommes à deux jours d’une échéance démocratique fondamentale pour notre pays. Je veux appeler ce jour, solennellement, une fois de plus, à la responsabilité.

J’appelle au refus des postures, de la facilité, de l’exclusion et de la haine. J’appelle à porter haut les valeurs de la république, à l’aimer, à la protéger, à s’en montrer digne.

J’appelle à respecter à chaque instant une exigence de vérité. Notre avenir ne peut pas être à l’image de celui que nous proposent les attiseurs de haine de Front national.

Lire la suite

jeudi 20 avril 2017

MOYIBICRATIE: Citoyens sans carte d'identité nationale, pays au passeport le plus cher au monde !

L'imposture n'a plus des limites au pays de Béatrice Kimpa Vita, Simon Kimbangu et Patrice Eméry Lumumba depuis qu'un imposteur trône à la tête de la République démocratique du Congo: Hippolyte Kanambe Kazembere Alias Joseph Kabila ! L'incapacitaire de Kingakati enfarine le peuple congolais avec des slogans bidons "5 chantiers" et "Révolution de la modernité". Arrivé au Congo, sans un clou ni un caillou dans ses poches, uniquement avec des bottes de jardinier et une kalachnikov en bandoullière, Alias Joseph Kabila est aujourd'hui un milliardaire cité dans Panama Papers. Le Kadogo, dictateur et milliardaire du dimanche, qui saigne le Congo nuit et jour, cache des milliards dans les îles vierges britanniques et autres paradis fiscaux !

20 ans depuis la chute du Maréchal Mobutu, les congolais de la République démocratique du Congo n'ont pas une carte d'identité nationale. Cela fait 16 ans depuis qu'Alias Joseph Kabila a été catapulté sur le trône du Congo par la mafia internationale pour mieux piller ses ressources et richesses. La carte d'identité symbolise l'appartenance d'un citoyen à sa Nation. Pourquoi le congolais n'y ont pas droit ? Des professeurs ventriotes qui ont amené Mobutu Sese Seko jusqu'à la tombe, qui ont repris du service, entourent et encensent le régime dictatorial d'Alias Joseph Kabila, la carte d'identité pour le peuple congolais n'est pas prioritaire. Comme dans un Non-Etat, le congolais se promène avec une perte de pièces, les policiers ripoux exigent d'avoir sur soi la carte d'électeur. Dans quel pays moderne, la carte d'électeur remplace-t-elle la carté d'identité nationale ?

Le passeport congolais made alias Joseph Kabila et son complice Albert Karaziwan, un Belge d’origine arménienne, coûte 185 dollars à chaque congolais qui en fait la demande. 65 dollars à l'Etat congolais, 60 dollars à la Tanzanienne, la dénommée Makie Makolo wa Ngoy Kabila avec sa société offshore LRPS, basée à Ras Al Khaimah, aux Émirats arabes unis et les 60 dollars restantes au mafieux Albert Karaziwan de la société monopoliste Semlex basée en Belgique alors que la fabrication du passeport coûte entre 20 et 40 dollars !

La RDC est pillée ! Que les congolais manquent la carte d'identité nationale, que le passeport de la RDC soit le plus cher au monde, cela n'éneuvent pas les autoproclamés professeurs, ventriotes de surcroît, qui ont accompagné le Maréchal Mobutu Sese Seko jusqu'à sa tombe et qui ont repris du service avec Alias !

Le Mwana Makango du gouvernement éphemère de Samy Badibanga dans une sottise inouïe, a tenté de justifier la forfaiture du régime par le fait que la RDC est un grand pays ! Que dire de la Chine avec 9,597 millions km² et ses 1 384 691 082 dont le passeport coûte moins de 60 dollars ? Les congolais n'ont pas de carte d'identité mais se promènent avec la carte d'électeur ou perte des pièces, au grand dam des policiers ripoux. Dans un pays normal, on ne balait pas d'un revers de la main, une information qui touche au bon fonctionnement d'une nation. On demande à la justice républicaine non inféodée d'enclencher des enquêtes pour demêler le vrai du faux. Et poursuivre les malfrats !

Faut pas compter sur le régime actuel pour comprendre pourquoi le passeport congolais coûte 185 dollars au lieu de 40 ? Pourquoi une Tanzanienne perçoit 60 dollars sur chaque passeport commandé ? Le Mukuya Kuya a dézingué l'Etat: la police congolaise est tortionnaire, les Fardc sont pleines des barbouzes et bidasses, les frontières congolaises sont poreuses...A part l'enrichissement illicite des apparatchicks du régime, la population congolaise est clochardisée à outrance, ceux qui résistent au régime sont assassinés, empoisonnés ou emprisonnés.

Lire la suite

mardi 18 avril 2017

Les Congolais de France ont accompagné Anicet Mobe avec honneur et dignité !

Adieu Anicet Mobe ! Nous t'aimons !

A la morgue de l'hôpital Paul Brousse de Villejuif, c'est le grand frère Delphin Nzamba qui nous a accueilli avec son costume blanc et une écharpe violet symbolisant le deuil. Les congolais de France ont accompagné Anicet Mobe avec honneur et dignité, à la messe de l'Eglise Saint-Marcel à Vitry sur seine comme au cimetière de Thiais où repose désormais l'illustre Anicet Mobe.

Malgré la grande émotion du décès du journaliste, chercheur, politologue...une perte énorme pour la communauté congolaise de la diaspora, Maman Hortense, ses enfants et surtout Jean Miankeba, Secrétaire Général du collectif "D.E.F.I.S-France" ont été d'une grande dignité.

Mama Hortense Nkolo assise et le grand frère Delphin Nzamba

Loïc Hervouet, journaliste, professeur et ami d'Anicet Mobe lui a rendu un témoignage lors de la messe. Les journalistes congolais de France étaient présents pour accompagner un aîné admiré et respecté Anicet Mobe ! Le Doyen Lilo Miango de Ngambo Na Ngambo, Roger Bongos d'Afrique Rédaction, James Ngumbu du Magazine Panafrica, Elza Vumi de Yabiso Magazine...et Freddy Mulongo de Réveil FM International. Anicet Mobe par ses interventions audiovisuelles et ses articles était une personnalité humble qui comptait pour notre communauté. Sur sa page Facebook Le RCK écrit : "Le RCK" en délégation aux funérailles d'Anicet Mobe, journaliste, historien Kongolais à Paris 15 avril 2017. Nous avons perdu un grand homme dont le patriotisme, le courage et le dévouement étaient exceptionnels, Que son âme repose en paix !

Le Doyen Lilo Miango de Ngambo Na Ngambo

Boss Yakini Kiesse, Martin Sali, président de RCK, Freddy Mulongo et Ma Blandine Diafutwa Ma Kongo de RCK

Message de remerciements de la Famille Mobe

Chers amis et amies,

Nous avons été sincèrement touchés de la sympathie que vous nous avez témoignée suite au décès du panafricain Anicet MOBE FANSIAMA. Le malheur de l'avoir perdu ne doit pas faire oublier le bonheur de l'avoir connu. Les vrais amis se comptent qu'au bout des doigts et ce n'est que durant ces pénibles moments qu'ils se manifestent. Votre présence aux obsèques, vos différents témoignages et vos soutiens - quelle que soit la forme - nous ont beaucoup touchés. Sachez chers amis et amies, qu'il est important de se sentir soutenus durant cette épreuve. Soyez-en remerciés, du plus profond de nos cœurs.

Pour la famille, Paul MASASI

Le père Alfred, franco-chinois a célèbré la messe d'Adieu d'Anicet Mobe

Prof. Elikya Mbokolo a témoigné durant la messe pour Anicet Mobe

Lire la suite

jeudi 13 avril 2017

Ordonné à Lubumbashi, le Père Benoît Mwana Nyembo officie à la basilique Notre Dame D'afrique à Alger !

Père Benoît Mwana Nyembo à la basilique Notre Dame D'Afrique d'Alger

Le Père Benoît Mwana Nyembo est congolais de la République démocratique du Congo. Originaire du Katanga, il a été ordonné, comme Père Blanc, le 25 Juillet 2009 à Lubumbashi, par Mgr. Jean Pierre Tafunga. Le père Benoît Mwana Nyembo officie à la basilique Notre Dame d'Afrique à Alger en Algérie.

Le Père Benoît Mwana Nyembo a été ordonné, comme Père Blanc, le 25 Juillet 2009 à Lubumbashi au Katanga, par Mgr. Jean Pierre Tafunga

Des Pères Blancs, on connait ceci...

Au moment historique, où les puissances coloniales européennes oppriment l’Afrique en y imposant une culture occidentale, en y volant les matières premières sans parler encore de l’esclavagisme qui s’y pratiquait, le cardinal Lavigerie fondait en 1868 à Alger (Algérie) la Société des Missionnaires d’Afrique (Pères Blancs). Il insistait auprès de ses missionnaires qu’ils se mettent totalement au service de l’Afrique et des Africains. Il tenait à ce qu’ils connaissent la langue et les coutumes des Africains et qu’ils montrent un respect profond pour leur culture et leurs convictions religieuses.

Aujourd’hui les Missionnaires d’Afrique donnent suite à l’appel de leur fondateur par leur :

- mission qui trouve son origine en Jésus-Christ, afin de témoigner de la force libératrice de l’évangile et du Royaume de Dieu déjà présent ;

- passion pour l’Afrique, le continent méconnu avec ses 700 millions d’habitants dans une riche diversité de pays, de peuples et de cultures ;

- voix prophétique dans leur engagement pour la paix et la justice, pour la solidarité internationale et l’intégrité de la création ;

- vie dans de petites communautés internationales et interculturelles au service de l’église africaine et de la société humaine ;

- foi dans la possibilité de construire, ensemble avec les Africains, un avenir meilleur, basé sur le respect réciproque pour les valeurs humaines, culturelles et spirituelles de chacun.

De 2007 à 2010, la basilique Notre Dame d'Afrique a connu des travaux de réfection. L'édifice qui menaçait de s'effondrer a été reconstruit grâce au soutien d'entreprises françaises et aux dons recueillis par le diocèse d'Alger.

L'édifice construit sur un promontoire surplombant la Méditerranée, au milieu du XIXe siècle, menaçait de s'effondrer après le grand séisme de mai 2003. L'Église d'Algérie a lancé une opération de restauration, qui lui a permis de mesurer l'étendue de son réseau de soutien, dans le pays et en France : elle a bénéficié des contributions de mécènes, 1,3 million d'euros environ (parmi lesquels Gaz de France, Sonatrach Total ou Sonelgaz) ; des dons recueillis par l'Association diocésaine d'Algérie, 600 000 euros ; et sont venus s'ajouter des concours publics, français principalement, pour boucler les 5,1 millions d'euros nécessaires aux travaux.

C'est un appel d'offres conduit par la wilaya d'Alger , maître de l'ouvrage, qui a décidé du choix des entreprises qui ont réalisé ce travail. Mais ce sont des entreprises françaises qui ont restauré la basilique : A. Girard (Avignon) pour le gros oeuvre et l'Atelier du Vitrail Cassiopée (Marseille) pour les vitraux.

Freddy Mulongo à la basilique Notre Dame d'Afrique

Lire la suite

mardi 11 avril 2017

Photos. Vidéos. Bernard Cazeneuve visite la basilique Notre Dame d'Afrique à Alger !

Jeudi 6 avril, le PM Bernard Cazeneuve visite la Basilique Notre Dame d'Afrique

Jeudi 6 avril, le PM Bernard Cazeneuve visite la Basilique Notre Dame d'Afrique

Le Premier ministre Bernard Cazeneuve a visité la Basilique Notre Dame d'Afrique caractérisée par une esthétique remarquable. Cette basilique inaugurée en 1872 est un véritable bijou architectural avec ses différentes façades et son dôme superbement sculpté.

La vierge noire de Notre Dame d'Afrique

Mgr. Paul Desfarges, archevèque d'Alger et le P. Anselme Tarpaga (Burkina-Faso), recteur de la basilique

Le P. Anselme Tarpaga (Burkina-Faso), recteur de la basilique

Abdessalem Bouchouareb, ministre Algérien de l'Industrie et des Mines, Bernard Cazeneuve,Premier ministre, Claude Bartolone, président de l'Assemblée nationale, Bernard Emié, ambassadeur de France en Algérie et le maire de la commune de Bologhine

Abdessalem Bouchouareb, ministre Algérien de l'Industrie et des Mines, Bernard Cazeneuve,Premier ministre, Claude Bartolone, président de l'Assemblée nationale, Bernard Emié, ambassadeur de France en Algérie et le maire de la commune de Bologhine

La vierge noire de Notre Dame d'Afrique

La vierge noire de Notre Dame d'Afrique

Bernard Cazeneuve était accompagné de Claude Bartolone (président de l’Assemblée nationale), Jean-Pierre Chevènement (président de l’Association France-Algérie), Michel Vauzelle (vice-président de la commission affaires étrangères de l’Assemblée nationale), Patrick Mennucci (président du groupe d’amitié parlementaire France-Algérie à l’Assemblée nationale), Alain Néri (président du groupe d’amitié parlementaire France-Algérie au Sénat), Bernard Emié, 'ambassadeur de France en Algérie, Abdessalem Bouchouareb, ministre Algérien de l'Industrie et des Mines...

Le PM bernard Cazeneuve a signé le livre d'or

Le PM bernard Cazeneuve a signé le livre d'or

La basilique Notre Dame D'Afrique a connu des travaux de réfection de 2007 à 2010.

Même si la Constitution algérienne garantit – en principe – la liberté de culte, l’article 2 de ce texte fondamental stipule cependant que « l’islam est la religion de l’État ». La justice algérienne condamne systématiquement les personnes qui expriment leurs « désaccords » avec la religion musulmane, notent les voix critiques.

Lire la suite

dimanche 9 avril 2017

Tunis-Paris, le "OFF" de Bernard Cazeneuve sur la Syrie: "L'ONU, encore l'ONU et toujours l'ONU" !

Le PM Bernard Cazeneuve quitte Tunis pour Paris

Dans l'avion de la République qui nous ramène de Tunis à Paris, le Premier ministre Bernard Cazeneuve a enlevé sa veste, il garde sa cravate rouge et sur sa chemise blanche on peut lire les initiales de son nom BC. Il est assis entouré par des journalistes et répond aux questions. Le Premier ministre a écourté sa visite en Tunisie pour participer à la réunion du Conseil de défense sécurité covonquée par le Président Hollande à l'Elysée à 19 heures à Paris.

Une question taraude notre esprit et nous la posons au Premier ministre Bernard Cazeneuve. L'opération punitive en solo des américains en Syrie ne risque-t-elle pas d'affaiblir et marginaliser les Nations-Unies (ONU) ? Réponse de Bernard Cazeneuve dans le brouhaha des vrombissements de moteurs d'avion: "Ces événements montrent la lucidité du regard porté par la France dès 2013. L' attaque chimique en Syrie est une indignité qui mérite la plus grande fermeté de la part de la communauté internationale. Concernant la Syrie, pas de solution en dehors de la résolution 2254 de l'ONU et du processus de Genève" !

Bernard Cazeneuve après son OFF avec des journalistes

Le PM Bernard Cazeneuve quitte la cabine des journalistes

L'imprévisble Président américain Donald Trump a déclenché dans la nuit de jeudi à vendredi un raid punitif contre le régime de Bachar al-Assad, soupçonné d'avoir utilisé des armes chimiques contre sa propre population à Khan Cheikhoun. 86 civils dont 27 enfants avaient péri dans une attaque mardi contre ce petit village aux mains des rebelles. Des images insoutenables des corps matyrisés avaient circulé sur le net. En représailles 59 missiles de l'armée américaine, des Tomahawks sont entrés en action, ciblant la base aérienne d'AL-Chaaryate, d'où seraient partis des appareils qui ont mené les raids toxiques. Six soldats syriens ont été tués.

On apprend que Donald Trump a pris le monde de court avec sa frappe ciblée contre le régime syrien. C'est par les canaux militaires que le président Hollande a été informé tard dns la soirée du jeudi de la décision de Trump. C'est son chef d'Etat major particulier, l'Amiral Rogel qui a prévenu François Hollande. Au sommet de l'Etat, les téléphones se mettent à chauffer. Le Premier ministre Bernard Cazeneuve est à Tunis, le ministre des Affaires étrangères Jean-Marc Ayrault est lui reveillé en pleine nuit à Nouakchott en Mauritanie. Seul, le ministre de la défense Jean-Yves Le Drian est en France.

Les discussions, selon les termes de la résolution 2254 adoptée à l’unanimité en décembre 2015 par le Conseil de sécurité de l’ONU, doivent porter sur les modalités de la future gouvernance en Syrie, la rédaction d’une nouvelle Constitution et la tenue d’élections sous supervision des Nations unies. La « transition » est le point le plus sensible. Pour le régime comme pour les Russes, Bachar Al-Assad doit rester aux commandes, il est hors de question d’organiser une élection présidentielle avant le terme de son mandat, dans quatre ans, et il doit pouvoir se représenter. « La transition signifie juste, pour eux, quelques réformes de façade et l’intégration de quelques opposants à la botte », résume un diplomate. L’opposition, avec notamment le soutien de Paris mais aussi d’autres capitales occidentales et arabes, considère qu’Assad ne peut être l’avenir de son pays et qu’il devra partir, au moins au terme du processus. Les positions n’ont pas changé et restent inconciliables.

Lire la suite

mercredi 5 avril 2017

Hommage à Anicet Mobe Fansiama !

Anicet Mobe au Press Club à Paris lors du Forum sur la liberté de la presse et contre l'impunité en RDC

Je suis peiné voir abattu ! La diaspora congolaise vient de perdre un érudit : Anicet Mobe Fansiama, universitaire, analyste politique, chercheur en Sciences Sociales-conseiller culturel du Collectif des intellectuels congolais DEFIS Paris ! Le grand frère Anicet Mobe qui a passé ses riches temps entre la France et la Belgique était un passionné de la République démocratique du Congo. Lui qui a toujours réfuté les dérives dictatoriales des différents régimes de Mobutu à Alias Joseph Kabila, on voit mal comment Anicet Mobe peut reposer dans son pays d'origine. Mourrir en exil, après avoir tant parlé, défendu et éclairé l'opinion internationale sur les abracadabrantesques situations de la RDC, cela nous peine davantage.

Anicet Mobe a été très brillant au Forum sur la liberté de la presse et contre l'impunité en République démocratique du Congo, organisé au Press Club en 2014 par Freddy Mulongo, Réveil FM International et Roger Bongos, Afrique Rédaction. Il avait battu en brèche l'idée selon laquelle les élections frauduleuses Louis Michel 2006 mis en musique par le défroqué Abbé Malu-Malu étaient les premières élections libres, démocratiques et transparentes en République démocratique du Congo, reprisent en boucle par des médias occidentaux.

C'était passionnant de discuter avec Anicet Mobe sur des sujets historico-politique sur la République démocratique du Congo. Dans mon dernier ouvrage paru il y a quelques jours, "L'intelligentsia congolaise militante, résistante et patriotique". Une série d'interview de l'élite congolaise de la diaspora rdcienne sur la situation du pays. Nous avons donné la parole non aux pseudo-intellectuels autoproclamés qui contribuent à la déliquéscence de la RDC en tant qu'Etat-Nation. Mais à l'élite engagée qui n'a pas peur de nommer les choses, d'avoir un diagnostique claire et de suggérer des solutions: Anicet Mobé, Djamba Yohé, l'Encrier de l'Amérique du Nord, Philippe Kabongo Mbaya, Jean Kalama Ilunga, Kangundie Ka Mäna...

Lire la suite

mardi 4 avril 2017

Bordeaux. Des jeunes étudiants visibles et engagés de la diaspora africaine !

Riana, étudiante et bénévole des journées nationales des diasporas africaines

Chaque année, le continent africain élit domicile à Bordeaux, dans le sud-ouest de la France. Aujourd’hui dans un monde globalisé, nous devons donc être à la fois des citoyens à part entière pour nos propres pays, mais aussi des citoyens à part entière pour le monde où nous habitons. C'est-à-dire qu’il faut être utile à la fois à son pays d'origine et au pays d'adoption. Dans l'équipe d'accueil des journées nationales des diasporas africaines, plus des filles que des garçons...tous universitaires, tous arborant un T-shirt blanc avec un badge.

Ils sont nés en France, ils sont fiers d'être Français. Ils sont noires avec des mentalités françaises: A l'heure pour accueillir les invités des journées nationales des diasporas africaines. Ils font leur job avec empathie. Ils sont pour la majorité des étudiants à l'université de Bordeaux. Une trentaine de jeunes ont donné de leurs temps aux journées nationales des diasporas africaines. Impossible de retenir le nom de chacun mais des très bons souvenirs, l'avenir est assuré. Bordeaux a la réputation d’être calme, tranquille. Bordeaux a une certaine légitimité de "parrainer" les journées nationales des diasporas africaines. Bordeaux a une longue tradition de relations économique, universitaire et humaine : Il y a une forte communauté africaine à Bordeaux, mais aussi une présence bordelaise en Afrique.

Il n’est pas réaliste d’envisager que les diasporas africaines vont revenir sur le continent pour y être absorbées. Elles ne reviendront pas, car elles sont bien installées là où elles sont. Au contraire, il faut plutôt considérer l’exode des cerveaux comme une chance pour les possibles africains.

Chaque composante des diasporas africaines doit se poser la question de savoir, à partir de l’endroit où je suis, qu’est-ce que je peux faire pour mon continent.

Lire la suite

lundi 3 avril 2017

Jacques Chaban-Delmas a été Maire de Bordeaux durant 48 ans, son héritage ?

La statue de Jacques Chaban-Delmas trône devant l’hôtel de ville à Bordeaux

Dans l'imaginaire africain "Bordeaux" se limite aux bonnes bouteilles du vin ! Bordeaux doit sa distinction de premier vignoble AOC de France à la grande diversité de ses terroirs de haute qualité. Il y a dans cette gamme étendue de vins fins de quoi faire le bonheur de tous les amateurs, pour toutes les occasions et dans une vaste gamme de prix. C’est à partir des facteurs géographiques et des styles de vins produits que se définissent les six familles de vins de Bordeaux.

Si Alain Juppé est Maire de Bordeaux depuis 2006, dans un premier temps, et grâce au classement de sa ville au Patrimoine mondial de l’Unesco, bénéficié d’une excellente réputation de défenseur du patrimoine architectural de Bordeaux. Nous nous intéressons à son illustre prédécesseur: Jacques Chaban-Delmas. Il a occupé son poste de Maire de Bordeaux durant 48 ans, un record de longévité. Jacques Chaban-Delmas a tout juste 30 ans quand il est élu maire le 26 octobre 1947. Il conservera sa place de premier magistrat durant quarante-huit ans et laissa sa place à Alain Juppé, le 12 juin 1995.

Jacques Chaban-Delmas a été Premier ministre de Georges Pompidou.Bordeaux entretient le souvenir de son ancien maire décédé le 10 novembre 2000. Plusieurs ouvrages portent son nom : le stade municipal Lescure rebaptisé en 2001 en son honneur ou le pont reliant les deux rives de la Garonne ouvert en 2013, quarante-cinq ans après l’inauguration du pont d’Aquitaine. Une statue monumentale à son effigie trône sur le parvis devant l’hôtel de ville et la cathédrale Pey-Berland.

C'est l'initiative de la ville de Bordeaux qui prend toutes ces initiatives. En Afrique, lorsqu'on a une portion de pouvoir, on débaptise toutes les grandes avenues en son nom, on affiche sa tronche en grand sur chaque coin de rue, on impose son nom à l'aéroport, au stade, aux écoles sans aucune consultation populaire...surtout de son vivant ! La France est une école, il suffit de vouloir apprendre. En politique, comme dans la vie le temps est un vecteur essentiel. Il faut savoir laisser le temps au temps ! Il est bon que ce soit les autres qui décident et témoignent...Jacques Chaban-Delmas a travaillé pour sa population et sa ville de Bordeaux. Les Bordelais lui rendent bien. En Afrique, il arrive souvent que l'on déboulonne des statues et effigies que l'on croyait indéboulonnable !

Lire la suite

dimanche 2 avril 2017

JNDA 2017 à Bordeaux: Moïse Katumbi demande une minute de silence pour les massacrés du Kasaï et rencontre la communauté congolaise !

Moïse Katumbi à la Mairie de Bordeaux pour les journées nationales des diasporas africaines

Contrairement aux ministres du régime d'imposture de la République démocratique du Congo qui rasent les murs, se déguisent et cachent lorsqu'ils sont viennent en France, Moïse Katumbi l'ancien gouverneur du Katanga et candidat déclaré à l'élection présidentielle se promène sans cohorte de gardes de corps. En marge des journées nationales des diasporas africaines, la communauté congolaise de Bordeaux a désiré rencontré Moïse Katumbi, sans protocole cela a été fait. Cela c'est passé dans un climat paisible.

Invité d'honneur aux journées nationales des diasporas africaines-JNDA 2017 à Bordeaux, en patriote Moïse Katumbi a demandé une minute de silence pour les massacrés du Kasaï en République démocratique du Congo avant de débuter son allocution. Il est vrai que la RDC apparaît comme un Enfer à ciel avec des viols de femmes congolaises utilisés comme arme de guerre, des populations congolaises déplacées devenues des réfugiés dans leur propre pays, des crimes à Beni-Butembo, des tueries dans le Kongo-Central et des massacres au Kasaï...

Des jeunes kasaïens sont zigouillés maison par maison, leur crime faire partie de la jeunesse, l'avenir et la relève d'un pays. La protection des congolais est la moindre de préoccupation des politicailleurs ventriotes dont le régime d'usurpation est autiste dont l'objectif est avant tout est l'enrichissement personne. Aucune institution est légitime en République démocratique du Congo. Le Président de la République n'a plus de légitimité depuis le 19 décembre à 23h59, les députés et sénateurs godillots, applaudisseurs corrompus n'ont plus de légitimité depuis le 5 février dernier. Bizarre pour un pays , qui est membre de l'ONU qui ne respecte jamais rien.

Des congolais qui vivent à l'étranger aiment leur pays la RDC. Ce sont eux qui nourrissent, scolarisent et font soigner des familles restées au pays. Les autres africains votent dans leurs ambassades, les Congolais de la RDC n'ont aucun droit dans leur pays d'origine sauf le droit d'aider la famille restée au pays de la dictature. Comment encourager les congolais qui veulent retourner au Congo de le faire ? La République est un pays adémocratique qui ignore tout, ou une partie des principes démocratique ! Un régime adémocratique relève de la gouvernance légale, non transparente (occulte) par des acteurs non légitimes du fait de leur nature, car non indépendants économiquement, non élus démocratiquement, les décisions sont insuffisamment participatives, ne respectant pas l’Etat de droit et les lois, ne permettant pas l’égalité des conditions.

Aux compatriotes congolais qui lui expliquent le parcours de combattant pour investir en RDC, Moïse Katumbi réplique qu'il est lui même aussi un exilé forcé et signifie aux compatriotes les difficultés qui ont été les siennes en tant que gouverneur du Katanga. Il a écrit plus de 2000 lettres au gouvernement central et n'a reçu que 16 réponses. Il est devenu la bête noire puisqu'il a toujours sur la rétrocession constitutionnelle de 40 % du gouvernement central aux provinces. Comme le Katanga était tropgrand et revendicatif, le régime à appliquer une résolution qui n'était vraiment prioritaire le régime a subdivisé les 11 provinces qui sont devenus au nombre de 26 ! Certaines provincettes n'ont ni bâtiment administratif, ni budget de fonctionnement, même pas un vélo pour le gouvernorat !

"Ne coupez jamais le pont avec le Congo" ! Henry Lopez, l'ancien ambassadeur et écrivain en parlant de deux Congo a utilisé l'image de la 2CV pour le Congo-Brazzaville et la grosse Mercedès pour la République démocratique du Congo, pour sa grandeur, densité...Ce qu'a renchérit tout de suite Moïse Katumbi que la Mercèdes était sans carburant qui est le manque de volonté politique de la faire rouler mais le moteur, c'est la population congolaise déterminée avec ses atouts et potentialités du pays finiront par permettre à la grosse de rouler enfin.

Lire la suite

vendredi 31 mars 2017

Massacres au Kasaï: Déclaration de Fatou Bensouda, Procureur de la Cour pénale internationale (CPI) !

Fatou Bensouda, Procureur de la Cour pénale internationale (CPI)

Je suis profondément préoccupée par les nombreux rapports faisant état d’une situation de violences graves depuis plusieurs mois en République Démocratique du Congo (RDC), en particulier dans les provinces des Kasaï. Des informations font état de violences entre des milices locales et les forces congolaises, du meurtre de nombreuses personnes, civiles et non civiles, d’enlèvements et d’exécutions sommaires de personnes, y compris d’experts des Nations Unies en mission et de leurs accompagnateurs. Ces actes pourraient constituer des crimes relevant de la compétence de la Cour pénale internationale (la CPI).

Je tiens à rappeler à toutes les parties concernées que nous avons ouvert une enquête en RDC en 2004, et que mon Bureau continue à surveiller avec une extrême vigilance la situation sur toute l’étendue du territoire congolais, y compris sur celle qui prévaut actuellement dans les provinces des Kasaï.

J’appelle toutes les parties potentiellement impliquées à s’abstenir de recourir à la violence criminelle. J’encourage les autorités compétentes de la RDC, conformément au principe de complémentarité qui est au cœur du Statut de Rome de la CPI et qui confère aux Etats parties la responsabilité première de poursuivre et de juger, à prendre toutes les dispositions nécessaires pour que des enquêtes véritables soient menées afin de faire la lumière sur les violences alléguées et de traduire en justice tous les auteurs impliqués dans la perpétration des actes criminels enregistrés dans les provinces des Kasaï.

J’encourage également le gouvernement à poursuivre résolument ses efforts dans la mise en œuvre et le suivi des mesures annoncées en vue que justice soit rendue, ainsi qu’à prendre les dispositions idoines afin de prévenir la commission ultérieure de tels actes.

Lire la suite

Bordeaux: Alain Juppé ouvre les journées nationales des diasporas africaines !

Alain Juppé ouvre les journées nationales des diasporas africaines à Bordeaux

La 5ème édition des journées nationales des diasporas africaines est dédiée aux femmes. Pour Alain Juppé, maire de Bordeaux, président de bordeaux métropole et ancien Premier ministre: "Bordeaux et l'Afrique partagent une communauté de destin basée sur des liens historiques, culturels, économiques, universitaires et humains. L'année dernière,la journée dédiée aux femmes de la diaspora,actrices du développement, a montré combien elles jouent et joueront un rôle important.

Je salue la fidélité de Dénise Epoté, directrice de TV5 Monde Afrique, qui revient cette année en tant que présidente d'honneur de cette journée femmes. Et je suis heureux d'accueillir Leila Aïchi, une femme engagée, sénatrice et avocate, marraine de cette édition 2017. Je crois profondément que le continent africain est la grande puissance de demain.

Depuis des siècles, les Africains sont présents partout dans le monde et l'Afrique a connu tant d'influences étrangères que c'est aujourd'hui le continent le mieux à même de répondre aux défis de la mondialisation. Je remerie mon adjoint Pierre De Gaetan Njikam Mouliom, initiateur de ces journées nationales des diasporas africaines qui perpétuent nos liens avec Bordeaux et les renforcent.

Comme il le dit, "Bordeaux accueille des communautés africaines qui arrivent avec un savoir-vivre communicable aux autres, partagent un capital humain et culturel avec les gens qui reçoivent, et c'est une vraie richesse pour notre ville".

Dans ce nouveau "temps de l'Afrique" où émergent des dynamiquent nouvelles, la parole des femmes des diasporas est particulièrement inspirante. je vous invite à écouter leurs témoignages puissants et complémentaires car il nous revient à tous, femmes et hommes, partout dans le monde, de lutter contre les stéréotypes et les injonctions collectives qui perpétuent les inégalités entre les sexes.

Lire la suite

mercredi 29 mars 2017

Emmanuel Macron se réjouit du "soutien des citoyens" et "méfie de l'agenda caché des politiciens" !

Conférence de presse du candidat d'En Marche à son siège dans le 15è arrondissement à Paris, Emmanuel Macron un peu embêté par tous ses ralliements. Dans cette vidéo, il donne le contours de son gouvernement.

Son futur premier ministre sera choisi "pour ses compétences et sa capacité à faire travailler ensemble" la majorité. "Je ne ferai pas mon gouvernement avec les états-majors des partis politiques", a encore prévenu l'ancien ministre de l'Economie en précisant qu'il serait "composé d'une quinzaine de ministres tout au plus, qui seront d'abord choisis pour leurs qualités et pour leur expérience (...) pas pour leur supposé poids politique".

"Il faut en finir avec les ministres qui n'ont d'autre légitimité que celle d'un apparatchik".

Lire la suite

mardi 28 mars 2017

Port de Cherbourg: Cazeneuve pour la construction de la future usine de pâles d'éoliennes ! Reportage 47 photos !

Etre journaliste rime avec la curiosité. Comment Bernard Cazeneuve qui a été Président de la Communauté urbaine de Cherbourg, de 2008 à 2012, Maire de Cherbourg-Octeville (Manche), de 2001 à 2012, sera-t-il reçu à Cherbourg ? C'est la question qui taraude notre esprit dans ce train intercités qui amène à Cherbourg avec une correspondance à Caen. Il faut dire que le jeudi dernier, le Premier ministre Bernard Cazeneuve était de retour chez lui, à Cherbourg-en-Cotentin. La construction de la future usine de pâles d'éoliennes sur le port de Cherbourg débute symboliquement, avec la traditionnelle pose de la première pierre. Un véritable événement que ne comptait pas rater l'ex-maire de la commune, Bernard Cazeneuve. Car l'actuel Premier ministre a connu et accompagné la genèse du projet lorsqu'il était Maire de Cherbourg-en-Cotentin. Avec la fabrique de pâles d'éoliennes de l'industriel LM Wind Power associé avec la branche énergie de General Electric, avec deux ans de retard, mais elle va se faire pour 50 millions d'euros (dont huit millions financés par les collectivités) avec à la clé 550 emplois directs.

Avant l'arrivée du Premier Ministre Bernard Cazeneuve au port de Cherbourg

Sous la pluie, des élus locaux se préparent pour l'accueil républicain du Premier ministre Cazeneuve

Sous une pluie, arrivée du Premier ministre Bernard Cazeneuve au port de Cherbourg !

Sous la pluie, le Premier ministre Bernard Cazeneuve avec des élus locaux au port de Cherbourg

Pose de la première pierre par le PM Bernard Cazeneuve au port de Chebourg

Lire la suite

lundi 27 mars 2017

Guyane en grève: Le Premier ministre Bernard Cazeneuve décide d'envoyer plusieurs ministres sur place !

Face à la grève en Guyane, Bernard Cazeneuve a assuré vouloir signer un "pacte d’avenir" dans "les meilleurs délais". Il a promis la venue "d’ici la fin de la semaine" d’une délégation de ministres.

Déclaration de M. Bernard CAZENEUVE , Premier Ministre Situation en Guyane

La Guyane connaît actuellement une crise sociale d’ampleur. Depuis les premiers jours, je suis personnellement la situation, en lien avec le ministre de l’Intérieur et la ministre des Outre-Mer. J’ai un attachement profond à ce territoire, que je connais bien et où je me suis rendu à de multiples reprises, y compris comme ministre de l’Intérieur. Je mesure parfaitement les attentes car chaque difficulté que connaît ce territoire de notre République fait l’objet de la plus grande attention du gouvernement que je dirige.

Mais mes liens sont suffisamment étroits avec la Guyane et avec les Guyanais et les Guyanaises pour ne pas céder à la démagogie ou à l’électoralisme. Le respect que l’on doit à la Guyane commence par une exigence de vérité et de responsabilité.

Les solutions aux problèmes que connaît la Guyane ne se construiront pas dans le désordre ni hors du cadre républicain. Depuis 2012, les outre-mer n’ont jamais cessé d’être une priorité gouvernementale. Le budget de la mission outre-mer a été augmenté dès 2012 et porté à plus de 2 milliards d’euros par an durant tout le quinquennat. Des lois importantes ont été votée : la loi de régulation économique outre-mer votée en 2012 a permis par exemple une baisse de prix d’environ 12 % sur un panier d’une centaine d’articles de grande consommation. La loi égalité réelle outre-mer portée par Ericka BAREIGTS et publiée le 1er mars dernier, rattrapera les retards pour tendre vers une convergence avec la France Hexagonale.

En matière de sécurité, là aussi, des efforts significatifs ont été faits. Je me suis rendu en Guyane comme ministre de l’Intérieur pour annoncer des renforts importants sur le territoire, notamment la création d’une nouvelle Zone de Sécurité Prioritaire à Saint-Laurent du Maroni. Alors que la précédente majorité avait supprimé plusieurs milliers de postes parmi les forces de sécurité, 563 policiers et 310 gendarmes ont été affectés ou projetés dans les outre-mer en 2016 et 2017.

S’agissant plus spécifiquement de la Guyane, 75 gendarmes et policiers supplémentaires y ont été affectés depuis l’année dernière. Depuis 2012, les effectifs y ont augmenté de 12% pour la Gendarmerie et de 10% pour la Police nationale.

Il reste aussi beaucoup à faire pour développer la Guyane. C’était la volonté du Président de la République lorsqu’il a annoncé de conclure un Pacte d’Avenir avec la Guyane.

Depuis, l’échange avec les élus guyanais a été constant, et je souhaite pouvoir le signer avec les élus guyanais dans les meilleurs délais.

Face à la crise que nous traversons, mon Gouvernement fait le choix du dialogue et du respect. La ministre des Outre-Mer a dans un premier temps invité l’ensemble des parties à dialoguer avec elle à Paris.

Elle a par ailleurs multiplié les contacts avec l’ensemble des acteurs guyanais. Afin d’échanger de manière constructive et apaisée, j’ai décidé d’envoyer en Guyane une mission interministérielle de haut niveau pour enrichir et conclure au plus vite le Pacte pour la Guyane.

Cette mission conduite par le préfet Jean-François CORDET, travaille sans relâche. Elle a commencé à rencontrer des personnalités politiques et du monde économique.

Une série de réponses concrètes ont déjà pu être préparée : des projets de protocole ont été examinés par la délégation, notamment dans le secteur agricole. Un centre pénitentiaire et un tribunal de grande instance seront construits à Saint-Laurent du Maroni ; un scanner sera déployé à l’aéroport de Cayenne.

Le projet de cession du Centre médical de Kourou est suspendu. Les bases d’une négociation structurée et apaisée doivent être établies avec tous les acteurs du territoire.

C’est pourquoi une délégation ministérielle sera sur place avant la fin de la semaine pour conclure ces discussions, si, j’insiste sur ce point, si les conditions du respect et de l’ordre républicain sont réunies.

C’est la raison pour laquelle j’appelle une fois encore au dialogue, à la responsabilité et à l’apaisement. Il est crucial que dans ce délai, la mission interministérielle ait pu travailler pour que le déplacement des ministres soit fructueux.

Mesdames et Messieurs,

Je le dis aujourd’hui avec force, la Guyane est un territoire de la République française. Et dans la République, chaque citoyen doit pouvoir bénéficier du soutien et de la solidarité de l’Etat. Comme je l’ai fait dans le Pas-de-Calais ou dans la Somme, je veux apporter en Guyane des réponses concrètes et rapides.

Aucun des assauts de démagogie que la période électorale favorise, dans un abaissement qui me consterne, ne détournera le gouvernement de sa volonté d’aboutir à des solutions concrètes pour les Guyanaises et les Guyanais.

Lire la suite

indywidualne ubezpieczenie zdrowotne broker kupic viagra Wells fargo elektroniczny numer marszruty