Excédé par ce climat délétère, Jean-Pierre Raffarin a annoncé mardi soir au bureau politique qu'une première mesure allait être lancée : engager une enquête pour connaître l'origine des fuites sur les comptes du parti. Pas sûr que cela suffise à calmer les esprits.