La radio qui vous écoute !

Réveil FM International

La première radio associative et communautaire de Kinshasa.

lundi 30 novembre 2015

Togo: Rencontre avec Monsieur Takou T. K Abalo John, Rédacteur en chef, chef division Production de la Radio Lomé FM 99.5 Mhz !

Monsieur Takou T. K Abalo John, Rédacteur en chef, chef division Production de la Radio Lomé FM 99.5Mhz. Photo Réveil FM International

Dans le monde et en Afrique, le Togo est le seul pays dont la capitale est la frontière d'un autre pays. Lomé est à la frontière du Ghana. La Radio c'est la voix ! Il m'est arrivé à Kinshasa que les gens me reconnaissent uniquement par la voix. Et à Lomé, c'est pareil, les radioteurs sont reconnus souvent par leur voix. Nous sommes allés à la rencontre de Monsieur Takou T. K Abalo John, rédacteur en chef et chef division production de la radio nationale togolaise. Radiodiffusion Lomé, la station du plaisir, tel est le slogan de la radio mère au Togo ! Créée en 1953, la radio nationale togolaise qui garde malheureusement non ancien nom de Radiodiffusion Lomé est implanté à proximité du siège de la CDEAO en centre ville de Lomé. Gardée par des militaires, le site stratégique est bien protégée. Comme toutes les radios publiques en Afrique, les radios africaines doivent muter vers le numérique. Cela prend du temps , alors que pour l'Union Internationale de Télécommunication (IUT) à Genève cette mutation devrait se faire au plus tard en 2015. Les Africains n'ont pas la montre mais ils ont le temps pour eux, le Togo comme les autres pays africains prennent leur temps.

Monsieur Takou T. K Abalo John, Rédacteur en chef, chef division Production de la Radio Lomé FM 99.5Mhz. Photo Réveil FM International

Monsieur Takou T. K Abalo John, Rédacteur en chef, chef division Production de la Radio Lomé FM 99.5 nous a reçu dans son bureau. Avant de nous faire visiter la radio nationale togolaise. On n'est étonné de voir autant des jeunes dan bureaux et locaux de la radio nationale. Mieux sont aussi présentes que les hommes. Rien qu'à voir la manière dont Monsieur Takou T. K Abalo John est salué, on perçoit qu'il a une haute responsabilité. les hommes comme les femmes ont leur place à la radiodiffusion Lomé.

La porte du Studio Rose est blindée. Lourde, Seuls les hommes sont en mesure de l'ouvrir . Attention n'entre pas au studio Rose qui veut ! Nous sommes en Afrique où souvent des putschistes se ruent à la radio et télévision pour déclamer leur prise de pouvoir. Il faut avoir le coup d'oeil pour apercevoir le char de combat qui protège le site de la radio Lomé. On ne badine pas avec la sécurité !

Lire la suite

vendredi 27 novembre 2015

44è assises de l'UPF, plutôt Lomé que Kinshasa !

Lomé, hôtel Sarakawa, cérémonie d'ouverture des Assises de l'UPF. Photo Réveil FM International

Aux assises de la "refondation" à Dakar en 2015, la section de la République démocratique du Congo avait eu l'outrecuidance de proposer Kinshasa, comme future lieu des 44è assises de l'Union Internationale de la Presse Francophone. Tollés et protestations publiques ! La RDC, pays qui tue l'information en assassinant les professionnels médias, 150è au classement de Reporters sans Frontières a encore un long chemin à faire sur le respect de la liberté d'expression et de la presse. Malgré le lobbying de la section de la RDC qui avait bien "Boutiqué" leur affaire, en filigrane l'élection présidentielle de 2016. Faire venir des journalistes internationaux, ça aurait été du pain bénit pour le régime de Kinshasa. La candidature de la RDC a été recalée. Ses casseroles sur les assassinats, arrestations arbitraires des journalistes et fermeture des médias sont retentissantes !

Des participants dans la grande salle de réunion. Photo Réveil FM International

Lomé est une ville calme et paisible ! 300 journalistes venus de 39 pays de l’espace francophone ont fait le déplacement dans la capitale togolaise pour les 44e assises de l’Union Internationale de la presse francophone (UPF). Après la rencontre de la « refondation » de l’organisation en 2014 à Dakar, les participants planchent à Lomé sur « la place des femmes dans les médias francophones ».

Des participants dans la grande salle de réunion. Photo Réveil FM International

Journaliste ou femme journaliste ? C'est la question qui a réuni une trentaine de journalistes femmes et hommes autour d'un des ateliers. les discussion ont d'abord tourné dans un premier temps autour du rôle des femmes dans les rédactions, surtout les problèmes qu'elles rencontrent. Là, les femmes présentes ont témoigné des difficultés en rédaction et sur terrain, et ont proposé des solutions pour y remédier.

Sur le thème principal, la question était essentiellement de savoir si la femme est d'abord une femme, ou si elle est d'abord journaliste ou alors une femme journaliste ? Les avis sont divergents. Certaines soutiennent que la femme est journaliste au même titre que l'homme.et qu'il n'y a point lieu de faire la différence alors que d'autres soutiennent qu'on est d'abord femme avant d'être journaliste, ce qui donne une certaine particularité à la femme journaliste. Les débats ont été très animés et participatifs.

Lire la suite

jeudi 26 novembre 2015

Hôtel Sarakawa à Lomé: Komi Sélom Klassou, honneurs militaires pour le Premier ministre togolais !

Lomé, jeudi 26 novembre, Komi Sélom Klassou, le Premier ministre togolais. Photo Réveil FM International

C'est le Premier ministre togolais Komi Sélom Klassou qui a inauguré les 44èmes Assises de l'Union de la Presse Francophone (UPF) à l'hôtel Sarakawa à Lomé au Togo. Situé sur le golfe du bénin en Afrique de l'Ouest, le Togo couvre une superficie de 56.600 km2. Ouvert au sud sur l'océan Atlantique, le pays s'étire, tel une nef, entre la République du bénin à l'Est et le Ghana à l'Ouest à travers une variété de paysages jusqu'à la frontière du Burkina Faso au Nord. Le rendez-vous mondial des journalistes francophones, cette édition 2015 porte spécialement le sceau de la gente féminine:" La place des femmes dans les médias francophones".

Lomé, jeudi 26 novembre, Komi Sélom Klassou, le Premier ministre togolais. Photo Réveil FM International

39 pays francophones réfléchissent sur les conditions de travail des femmes dans les médias de l'espace francophone au niveau mondial.

Des gendarmes togolais pour les honneurs militaires à Komi Sélom Klassou, Premier ministre du Togo. Photo Réveil FM International

Des gendarmes togolais pour les honneurs militaires à Komi Sélom Klassou, Premier ministre du Togo. Photo Réveil FM International

Des gendarmes togolais pour les honneurs militaires à Komi Sélom Klassou, Premier ministre du Togo. Photo Réveil FM International

Des gendarmes togolais pour les honneurs militaires à Komi Sélom Klassou, Premier ministre du Togo. Photo Réveil FM International

Lire la suite

lundi 23 novembre 2015

"Masimanimba désir": Le passeport officiel rwandais de Kin-Key Mulumba alias "Debré Mpoko"

Le passeport officiel rwandais de Kabamba Kin Key Thryphon sur le net

L'information circule sur le net. Depuis que "Debré Mpoko" alias Kin-Key Mulumba, le voleur de l'argent de la fibre optique de la République démocratique du Congo, a décidé de s'en prenne à Freddy Mulongo de Réveil FM International et les compatriotes congolais qui luttent contre l'imposture, barbarie, crimes en RDC, la diaspora est en ébullition. On savait que Kin-Key Mulumba "Debré Mpoko" était un criminel du RCD-Goma. C'est que l'on ne savait pas est l'individu avait un passeport officiel du Rwanda. Et Kin-Key Mulumba alias "Debré Mpoko" est ministre aux relations avec le Parlement.

Le passeport officiel rwandais de Kabamba Kin Key Thryphon sur le net

On comprend que la République démocratique du Congo est sous occupation est que Kabamba Kin Key Mulumba est un imposteur !

Lire la suite

dimanche 22 novembre 2015

Forum mondial de la démocratie : La liberté a un prix ! Freddy Mulongo, Ammar Al Mamoun et Atanas Tchobanov invités par Courrier International à Strasbourg

Courrier international qui fête ses 25 ans, est un hebdomadaire d'information français qui paraît le jeudi. Il est constitué principalement de traductions d'articles publiés dans la presse non française. Partenaire du Forum mondial de la démocratie, Courrier International demeure fidèle à sa ligne éditoriale internationaliste. Pour sa conférence sur le thème: la liberté a un prix animé par l'un de ses brillants journalistes Alexandre Levy dans la grande salle de l'Aubette, du long immeuble de facture classique, fermant la face nord de la place Kléber, la place centrale de Strasbourg. Courrier International a invité: Ammar Al Mamoun, journaliste et opposant syrien qui vit en exil à Paris, Freddy Mulongo, journaliste congolais de la RDC, fondateur de Réveil FM International qui vit en exil à Paris et Atanas Tchobanov, journaliste bulgare, fondateur de la plateforme Balkanleaks.

Ammar Al Mamoun, journaliste syrien, Freddy Mulongo, journaliste de la RDC, Alexandre Lévi, modérateur et journaliste de Courrier International et Atanas Tchobanov, journaliste bulgare. Photo Réveil FM International

150è sur le classement de Reporters sans frontières, la République démocratique du Congo traîne ses casseroles de 14 journalistes assassinés, des arrestations arbitraires et interpellations inopportunes. Des confrères sont des morts pour rien ! En République démocratique du Congo, pour tuer l'information, on assassine les professionnels des médias. Ils sont morts parce qu'ils étaient journalistes et professionnels de médias. Aucun commanditaire n'a été interpellé pour rendre des comptes. Nous sommes plusieurs journalistes à vivre en exil en France, d'après Reporters sans frontières. En 2013, pas moins de 139 journalistes se sont résolus à l’exil pour échapper aux menaces auxquelles ils étaient exposés du fait de leurs activités. La Syrie, l’Erythrée, l’Iran et la Somalie figurent parmi les principaux pays pourvoyeurs de journalistes réfugiés.

Freddy Mulongo parlant de son expérience journalistique. Photo Réveil FM International

Freddy Mulongo parlant de son expérience journalistique. Photo Réveil FM International

Freddy Mulongo parlant de son expérience journalistique. Photo Réveil FM International

Tout honneur est à Courrier International d'avoir permis à trois journalistes étrangers de s'exprimer librement devant un public attaché au pluralisme médiatique et à la pluralité d'opinion. Par ricochet en exorcisant leurs peurs, en s'exprimant non pas derrière un écran d'ordinateur mais physiquement, c'est un moyen que Courrier International a trouvé de protéger les journalistes. Pays des droits de l'homme, la France tient à ce que des journalistes s'expriment librement sans être inquiétés !

Lire la suite

RDC: Buzobérie outrancière ! Terroriste, criminel, Moyibi et Baladocrate "Debré Mpoko" Kin Key Mulumba voue aux gémonies des patriotes congolais !

Le terroriste, criminel "Debré Mpoko" Kin-Key Mulumba a publié sur le net une fameuse liste noire des congolais à lyncher et à abattre

Crétinisme par excellence, buzobérie outrancière, le "Criminel du RCD-Goma, Moyibi et Baladocrate sous Mobutu Sese Seko et alias Joseph Kabila, "Debré Mpoko" Kin Key Mulumba voue aux gémonies des patriotes congolais ! La peur a vraiment changé de champ ! Un terroriste- criminel qui accuse des paisibles citoyens, c'est le monde à l'envers. Freddy Mulongo, Candide Okeke, Indongo Imbanda, Coralie Kienge, Jean Luc Kienge, Willy Ongenda, Awazi Kasele, Alex Kum, Albert Mujanyi, Salomon Valaka, Cheik Fita, Arthur Kalombo, José Yango W’esthiko, Fweley Diangitukwa, Augustin Kiassi, Kapinga Ntumba, Paly Wondo...ces compatriotes n'ont jamais été ministre dans un gouvernement en République démocratique du Congo ! Mieux ils n'ont jamais pris les armes contre le peuple congolais pour accéder à un pouvoir. Patriotes, ces compatriotes dénoncent l'imposture, l'usurpation et l'occupation de seigneurs de guerre, arrivés au Congo de la manière dont on sait par les crimes et qui ont le toupet de vouloir s'accrocher au pouvoir malgré leur nul bilan, fraudes, corruptions, vols, enrichissement illicites... Fantomas sur le Net, Kin Key Mulumba "Debré Mpoko", ce grand "Moyibicrate" qui a privé la République démocratique du Congo de la fibre optique en empochant 8 millions sans une once des travaux n'a pas honte. Son crétinisme outrancière déborde. Kin Key Mulumba "Debré Mpoko", ce ventriote et profito-situationniste qui s’assoit sur la morale, qui réfléchit avec sa tube digestive va jusqu'à lancer une fatwa publique contre des compatriotes. Sataniste qui ne s'habille qu'en noirs (costume et cravate), "Debré Mpoko" alias Kin Key Mulumba vient de publier une liste de compatriotes congolais

Candide Okeke, conseillère principale du président de l'Apareco Honoré Ngbanda. Photo Réveil-FM International, archives

Dr. Fweley Diangitukwa, patriote congolais de la Suisse. Photo Réveil FM International, archives

Ce n'est pas la première qu'une liste noire des patriotes résistants est publié par le régime de Kinshasa. Réveil FM International avait déjà publié le 16 juin 2011 sous le titre" Les Congolais de l'Etranger patriotes en danger de mort, la première liste noire !" Voici la première liste noire de Congolais de l'Étranger venant du Ministère des Affaires Etrangères de la République démocratique du Congo, sortie de l'Agence Nationale des Renseignements (ANR) à Kinshasa. Huit listes noires avaient été concoctées fichant les Résistants-Patriotes-Combattants y compris des journalistes: Roger Bongos, Freddy Mulongo, Hippolyte Kimbalanga, Baby Balukuna. Alexis Tambwe Mwamba alors Ministre des Affaires Etrangères une fois sa fameuse liste noire découvert s'était fendu d'une mise au point. Le sbire Freddy Sombo signataire de la fameuse liste noire était Conseiller chargé des Congolais de l’Etranger et Coordonnateur de la Maison des Congolais de l’Etranger.

A la suite d'une large diffusion sur le net de la liste noire contre des patriotes-résistants par "Debré Mpoko" Kin-key Mulumba, des congolais de l'étranger à lyncher, les réactions ne se sont pas fait attendre. Nous publions d'abord les réactions de compatriotes puis la fatwa de "Debré Mpoko" Kin-Key Mulumba qui a galvaudé le terme terroriste.

Chers compatriotes Congolaises et congolais,

L'auteur de ce torchon ci-dessous, Kin-Kiey Mulumba alias Débré Mpoko a peur de ne pouvoir pas se soustraire de la justice prochainement du fait de ses crimes commis contre la Patrie du temps ou il fut membre du RCD ainsi que des actes de vol et pillages du denier public dont il est présumé coupable depuis qu'il assume les fonctions de griot de alias "Kabila". Pendant que d'aucun se demandaient sur sa personnalité, nous venons d'apprendre qu'il a violé sa grand-mère et battu sa propre mère qui l'a surpris au dessus de sa grand-mère. Envouté depuis par sa lignée maternelle biologique du fait de ce forfait, le ministre Kin Kiey Mulumba a perdu la tête. Ceci explique le fait qu'il fait Pipi dans ses habits, ce qui lui a valu d'être frappé à Kingakati le 16 Mars 2.014 par "kabila lui-même qui agresse, depuis, physiquement ses serfs. Vous comprendrez qu'une personne qui a violé sa propre grand mère et brutalisé physiquement sa propre mère qui lui a donné la vie, ne peut que faire des cauchemars et être paranoïaque. Comment ne peut-il pas distraire l'opinion en voulant sauver ce qu'il croit-être son gilet de sauvetage? Bon samedi.

Willy Delors Ongenda

strong>Monsieur Mpoko délirerait-il...? C'est l'impression que j'ai eue, au départ, en lisant ses griffonnages ci-bas...

Sous d'autres cieux - et, surtout, là où je vis, Mpoko serait justiciable de ce qu'il avance, sans preuves à l'appui, pour mettre dans un sac des personnes ayant des convictions et des objectifs politiques différents, mais dont le point essentiel et commun est et reste l'inébranlable et l'irréfragable volonté de libérer notre pays, la RD Congo, de l'occupation et le peuple congolais, clochardisé à volonté, du gouffre dans lequel il se trouve plongé du fait de ceux qui nous gouvernent par défi... M. Mpoko, essayez de vous renseigner ou de consulter les fichiers de l'agence où vous travaillez - aussi ceux datant de la 2e République -, sur la personne de Iseewanga Indongo-Imbanda qui a consacré toute sa vie pour le bien-être et le mieux-vivre des Congolaises et Congolais. Il l'a toujours fait à visage découvert et n'a jamais fait l'apologie de la violence pour ce faire. Merci de votre sortie... Au cas où quelque m'arriverait, vous en serez tenu responsable pour avoir mis sur la place cette diffamation et cet appel au lynchage public qui se veut, volontairement, une fatwa. Le comble de l'histoire, c'est que vous n'êtes pas qualifié pour émettre une fatwa. La lutte continue...

Iseewanga Indongo-Imbanda

QUEL MÉLANGE NAUSÉABONDE QUE CELUI QUE FAIT DUJARDIN (PASCAL DEBRE MPOKO). QUEL DÉLIRE?

Mettre dans un même panier d'un côté Etienne Tshisekedi et de l'autre Kamerhe et G7 puis dans un autre des patriotes éprouvés comme Indongo Imbanda, Awazi Kasele, Alex Kum, Albert Mujanyi, Salomon Valaka, Fweley, Diangitukwa Arthur Kalombo, Augustin Kiassi, Kapinga Ntumba, , Jacques Lumbwele, Gabriel Maindo et mêmes des éminences grises de la défense de la Patrie comme, Cheik Fita, Freddy Mulongo, Paly Wondo et de l'autre Honore Ngbanda et sa bande c'est faire preuve d'une malhonnêteté politique incurable. Le terrorisme est une interrogation, mauvaise certes mal exprimée (frappant des innocents) mais il reste une réaction. Lorsque 10 millions d'innocents congolais sont immolés sur l'autel des intérêts des kabilistes, de leurs parrains régionaux et internationaux, ils appellent cela guerre inter-ethnique (entre une ethnie du Rwanda et une ethnie du Congo??????) mais quand une petite centaine d'innocents français tombe des mains de l'ISIS, ça s'appelle terroriste international. Non mes beaux messieurs, la vie humaine est la même, elle mérite le même respect que ça soit celle d'un congolais, d'un français, d'un japonais, d'un américain, d'un erythréen, d'un canadien. Je pleure les morts de Paris mais avec moins d’intensité que le génocide congolais. Quand a Pascal Debre Mpoko, il doit savoir que le djihad est déjà au Congo (c'est un secret de polichinelle) mais seulement jusqu'a ce jour il sert les intérêts des protégés de Mpoko. Ce qu'il ne faut pas oublier est que nul n'a le monopole du terrorisme. La fatwa, on sait qui elle guette.

Ntumba Kabisa

Çà fait plaisir de voir que la peur a change de camp. Quand on n'a pas la conscience tranquille, on s'agite, les ténèbres deviennent lumière, la foret devient désert parce qu'on ne voit plus ou se cacher. Vous êtes pris a votre propre piège. Rira bien qui rira le dernier. Vous vous réveillez trop tard.

Kalombo Kabengu

LE TERRORISME FAIT DES ÉMULES AU SEIN DE LA DIASPORA CONGOLAISE-"Debré Mpoko" Kin-Key Mulumba

Après avoir longtemps fait la subversion virtuelle sur le Net, Honoré Ngbanda, Indongo Imbanda, Willy Ongenda, Awazi Kasele, Alex Kum, Albert Mujanyi et autres Freddy Mulongo, José Yango W’esthiko, Paly Wondo, Coralie Kienge, Jean Luc Kienge, etc., s’inspirent du djihadisme et s’organisent pour mener des actions terroristes en RDC. Congolais et chers compatriotes de tous bords, Tenons bon, levons-nous comme un seul homme et sauvons la patrie en danger. Que les partenaires occidentaux de la RDC soient témoins de ce qui est en train de se tramer pour prendre les dispositions qui s’imposent afin d’éviter que l’humanité soit bafouée comme ce qui vient de se passer à Paris.

Le combat politique des compatriotes congolais de tous bords et de tous les lieux de la planète est de plusieurs formes. Chacun prétend lutter pour le bien-être de ses compatriotes et pour le développement de notre chère République Démocratique du Congo. Au fil du temps, cependant, il appert qu’une certaine catégorie de nos compatriotes parmi ceux de la diaspora est de plus en plus tentée par des méthodes violentes pour renverser le pouvoir afin de l’exercer. Nous l’avons dit et démontré plusieurs fois ici.

Le noyau dur de cette forme de combat est l’APARECO de Honoré Ngbanda Zambo Ko Atumba. Ce n’est, en effet, un secret pour personne : l’APARECO est contre toute forme de dialogue ou de négociation entre Congolais. Elle est aussi contre toute forme d’élection pouvant assurer l’alternance au pouvoir. Sans fard ni circonlocution, Honoré Ngbanda et ses fidèles prêche la lutte armée pour renverser le pouvoir à son propre avantage. On peut comprendre cette démarche par le fait que l’APARECO s’en prend aussi systématiquement aux opposants, même les plus farouches, tels que Tshisekedi, Kamerhe et, tout récemment, ceux du G7. Tout cela pour créer le vide et être le seul à ramasser le beefsteak éventuellement.

Aux origines de l’insurrection

On croyait que cette démarche n’était que virtuelle et qu’elle se limiterait sur le Net. Les informations récentes viennent d’en démontrer le contraire pour attester que cette logique de coup de force fait l’objet d’une organisation qui se met de plus en plus en place. Il y a quelques trois ans, plusieurs rebelles, émissaires de Ngbanda, avaient été appréhendé en pleine opération insurrectionnelle à Kinshasa et dans certaines provinces comme l’ancienne Equateur. Certains de ces subversifs ont été récemment amnistiés par le Chef de l’Etat. D’autres, venant de l’Europe – parmi lesquels d’anciens officiers des FAZ – avaient été arrêtés en Angola par où ils comptaient pénétrer en RDC pour perpétrer leurs actions insurrectionnelles. C’est le cas du Colonel Lekumu et d’une dizaine d’autres citoyens belges (pour la plupart) d’origine congolaise. Logisticien, breveté d’état-major (BEM), le colonel Kadate Lekumu, citoyen belge d’origine congolaise, avait été arrêté le 22 novembre 2012 dans l’enclave du Cabinda en Angola. Douze autres personnes d’origines congolaises avaient également été arrêtées dans le même dossier pour des activités subversives qui avaient pris forme avec le « Traité de Nice » que l’APARECO avait bel et bien signé avant que Ngbanda ne s’en retire. C’était trop tard, puisque les partenaires des Congolais signataires de ce traité avaient déjà engagé des mercenaires pour aider la branche armée des Congolais sociétaires de ce traité à mener des actions subversives en RDC.

De l’insurrection au terrorisme

Ce rappel historique nous permet d’en arriver au présent pour dévoiler ici la nouvelle dimension du combat de certains de nos compatriotes de la diaspora. Cette fois-ci, en effet et de sources digne de foi, ces compatriotes égarés s’inspirent de plus en plus des méthodes terroristes pour mener à bien leur insurrection. La montée de l’islamisme les a tellement inspiré que d’une idée, ils passent désormais à l’action. Le mode opératoire est pratiquement le même. La plupart de nos « djihadistes » sont des Congolais naturalisés belges, français, allemands ou britanniques. Leur engagement dans ces menées terroristes se base sur leurs couvertures de nationalités dans l’espoir, en cas de leur arrestation, d’être réclamés par leurs pays de la nouvelle nationalité.

Comme dans toute organisation terroriste, ce groupe d’anciens Congolais est composé de deux structures essentielles : une branche armée et une branche politique composée d’anciens mobutistes dont la plupart écument les forums de débat sur Internet. Dans ces débats d’ailleurs, certains de ces terroristes évoquent très souvent la méthode violente pour renverser le pouvoir actuel en RDC. La répartition des tâches est telle que la plupart de ce groupe de terroristes interviennent, pour la communication, dans les forums de débat pour travailler le mental des Congolais afin de les mobiliser à leur cause en diabolisant ceux qu’ils veulent renverser. C’est ainsi que les lecteurs trouveront, sur la liste ci-dessous, les noms de la plupart de ces personnes dont certains se font passer pour des journalistes alors que leurs publications attestent d’un autre statut.

Nous adressons cette information à tous nos compatriotes pour que, tous ensembles, nous nous levions contre le terrorisme naissant qui ne viendrait que pour faire verser de nouveau le sang des Congolais, les vrais. Pour ce faire, nous demandons à tous nos compatriotes d’interpeller et de tenir à l’œil les personnes ci-après :

- Honoré Ngbanda

- Indongo Imbanda

- Willy Ongenda

- Awazi Kasele

- Alex Kum

- Albert Mujanyi

- Salomon Valaka

- Freddy Mulongo

- Arthur Kalombo

- Cheik Fita

- José Yango W’esthiko

- Candide Okeke

- Fweley Diangitukwa

- Augustin Kiassi

- Kapinga Ntumba

- Paly Wondo

- Shungu Tundanonga Dikunda

- Jacques Lumbwele

- Gabriel Maindo

Tenons bon, levons-nous comme un seul homme et sauvons la patrie en danger. Que les partenaires occidentaux de la RDC soient témoins de ce qui est en train de se tramer pour prendre les dispositions qui s’imposent afin d’éviter que l’humanité soit bafouée comme ce qui vient de se passer à Paris.

Lire la suite

vendredi 20 novembre 2015

"Congo désir": Jean-Claude Kalala-Freddy Kita, deux acteurs engagés, de la rencontre à Paris au meeting populaire à Zurich !

Freddy Kita et Jean Claude Kalala dans un restaurant parisien. Photo Réveil FM International

Chapeau bas à Jean-Claude Kalala Muayika à Zurich en Suisse, qui ne ménage aucun effort pour faire parler de la République démocratique du Congo aux helvètes. L'histoire s'écrit et elle reconnaîtra les siens au moment voulu. Le combat pour la libération du Congo et de ses institutions prises en otage par des imposteurs et mafieux de tous ordres, est un combat de David contre Goliath, un combat de pot de fleur contre un pot de fer....Mais contrairement ceux que l'on estime faibles aujourd'hui qui finiront par gagner puisqu'ils sont constants et ont des convictions fortes ! C'est le premier meeting populaire qu'a tenu Freddy Kita , Secrétaire Général de Démocratie Chrétienne (DC) et initiateur de la campagne populaire citoyenne "Congo désir" !

Contrairement à la France où les manifestations sont gratuites, en Suisse tout est payant. C'est souvent Jean-Claude Kalala qui s'acquitte des frais pour les manifestations congolaises qui se tiennent à Zurich, la ville économique de la Suisse. L'amour de la patrie va de pair avec des sacrifices

Le vendredi 6 novembre, un grand colloque s'était tenu au Barreau de Paris sur le thème de la paix, sécurité et résolution des conflits en Afrique auquel Freddy Kita, Me Paul Dima et Freddy Mulongo s'étaient investis, dès le lendemain matin, c'est-à-dire le samedi à 6h30 il fallait être à la gare de Lyon pour prendre le Tgv et atteindre Zurich 4 heures après. Il faut dire que Jean-Claude kalala Muayika, Bienvennu Nsilulundi, Chick Munduki de Kongotema, Achille Ibula...avaient organisé un meeting populaire à Helvetiaplatz à Zurich. Il y a quelques mois, Martin Fayulu, député d'opposition et président d'Ecidé était accueilli par la communauté congolaise de Zurich.

Samedi 7 novembre, Freddy Kita dans le Tgv Paris-Zurich. Photo Réveil FM international

Samedi 7 novembre, Freddy Mulongo dans le Tgv Paris-Zurich. Photo Réveil FM international

Freddy Kita le Secrétaire Général de Démocratie Chrétienne est le premier acteur politique congolais à pouvoir s'exprimer dans un meeting populaire sur le Congo. Dans sa prise de parole, l'initiateur de "Congo désir" n'est pas allé sur le dos de la cuillère pour dépeindre la situation dramatique que subissent les congolais: dictature totalitaire, mal gouvernance, fonctionnaires impayés et paupérisés, viol utilisé comme arme de guerre, illégitimité des dirigeants, impunité pour les barons et apparatchiks du régime, ordre constitutionnel bafoué...Les droits de l'homme sont au rouge, foulés aux pieds et piétinés. Freddy Kita s'est exprime en français et lingala !

L'image qui marquera ce meeting populaire de Zurich à Helvetiaplatz est celle de Papa Kangafu , ancien ministre de Mobutu Sese Seko Kuku Ngbendu Waza Banga tenant sa pancarte contre l'oligarchie Pprd

Zurich, papa Kangafu contre l'oligarchie Pprd. Photo Réveil FM International

Lorsqu'on regarde le rétroviseur de l'histoire de la République démocratique du Congo, on se souvient encore de quelques brillants intellectuels: Mpinga Kasenda, Kangafu, Gabembo, Kihtima Bin Ramazani, Dominique Sakombi Inongo "Buka Lokuta", Mavungu Malanda et tant d’autres dont les verves oratoires avaient, pendant longtemps, emballé toute une génération des jeunes. Le militantisme, appellation politique de la flagornerie, tenait lieu de premier critère de promotion professionnelle et sociale. Le discours de tout cadre du parti-Etat, tout Zaïrois en était membre dès la naissance - devait commencer et se terminer par les nom et « post-noms » du « guide ». Il fallait lui affubler de jolis adjectifs qualificatifs et des superlatifs absolus, montrer et démontrer que tout était pensé par lui, que tout venait de son extraordinaire et lumineuse intelligence, de sa bonté, de sa singulière générosité. Il devait être pris, par le peuple, pour un être exceptionnel, ce genre d’humain que Dieu n’envoie que rarement sur la terre.

La doctrine du MPR était le mobutisme, défini par les idéologues du parti comme étant les actions, la parole et les enseignements du Guide. Mobutu se croyait et était considéré par ses adulateurs comme un petit dieu. Il était le Pacificateur, l’Unificateur, le Guide, le Sauveur, le Timonier, etc.

C'est ce que le peuple congolais est entrain de revivre actuellement où alias Joseph Kabila est entrain d'être déifier par des djaleloïstes, ceux-là même qui avaient fait de Mobutu Sese Seko un demi dieu !

Lire la suite

jeudi 19 novembre 2015

Une jeune Syrienne désignée «journaliste de l’année» par Reporters sans frontières

La journaliste syrienne Zaina Erhaim, 30 ans, qui travaille depuis la ville d’Alep, ravagée par plus de quatre ans de guerre, est la lauréate 2015 du Prix Reporters sans frontières (RSF), décerné mardi soir à Strasbourg. L’organisation de défense de la liberté de la presse a également attribué son prix du « média de l’année » au quotidien turc d’opposition Cumhuriyet,

Depuis deux ans, Zaina Erhaim a formé une centaine de personnes, dont un tiers de femmes, au journalisme de télévision et de presse écrite, contribuant à l'émergence de nouveaux journaux et magazines en Syrie. L'organisation de défense de la liberté de la presse a également décerné son prix du "média de l'année" au quotidien turc d'opposition Cumhuriyet, qui "paie le prix de son journalisme indépendant et courageux", dans un pays où "une répression toujours croissante s'abat sur les voix critiques".

La jeune femme, dont le pays est considéré comme le plus dangereux au monde pour les journalistes, a été choisie pour sa « déontologie, sa détermination et son courage » et sa capacité à « mettre en avant la dimension humaine dans les coulisses de la guerre », ont précisé les organisateurs.

Lire la suite

mercredi 18 novembre 2015

Shungu Tundanonga Dikunda le bouffon SS de la Gestapo joséphiste qui oeuvre à Berlin

Shungu Tundanonga Dikunda, agent SS de la Gestapo Joséphiste à Berlin

Fieffé menteur Shungu Tundanonga n'est pas intelligent ni sage. S'il savait lire il aurait su que "Ecce Homo, Shungu Tundanonga Dikunda le fantômas-Josephiste de Berlin découvert !" est un article publié le 11 février 2012. Je n'ai fait que la rediffusion de l'article pour lui remémorer la mémoire. Il faut apprendre à lire, cet article date de 2012 tu n'avais que 62 ans et je n'avais pas toutes les informations que j'ai aujourd'hui. Shungu Tundanonga Dikunda, tes menaces à la con ne font rire. Que tu sois traite tétéla, Mulumba, Mukongo...ta conscience est ton seul juge. Bouffon, Shungu Tundanonga Dikunda est un traître à la Nation congolaise, un collabo qui est à la mangeoire. Agent de l'ANR, la Gestapo joséphiste, c'est Shungu Tundanonga Dikunda qui fiche et envoit des BI à Kinshasa, à partir de l'ambassade de la RDC à Berlin. Madame Clémentine Shakembo Kamanga, qui a déjà plus de 4 ans comme Ambassadeur Extraordinaire et Plenipotentiaire de la République Démocratique du Congo en République Fédérale d´Allemagne ne parle pas l'allemand. C'est Shungu Tundanonga Dikunda, un faux Lumumbiste qui lui sert d'interprète. Shungu Tundanonga Dikunda est la personne accusatrice de tous les congolais de l'Allemagne auprès du régime tortionnaire de Kinshasa. Payé par l'ANR, la Gestapo joséphiste, Shungu Tundanonga Dikunda est un tortionnaire. Des compatriotes Résistants-Patriotes qui jusqu'aujourd'hui n'ont pas toujours reçu leur passeport qu'ils ont dûment payé, c'est à cause de Shungu Tundanonga Dikunda. Certains compatriotes résident en Allemagne sont contraints de se rendre en Suisse, France, Espagne pour le passeport.

Shungu Tundanonga Dikunda, agent SS de la Gestapo Joséphiste à Berlin

Des congolais vivant en Allemagne, qui sont allés à Kinshasa et ne sont jamais rentrés, ont perdu leur boulot, ne peuvent plus voir leurs enfants, c'est Shungu Tundanonga Dikunda qui les a fiché à l'ANR, la Gestapo Joséphiste. Un tortionnaire comme Shungu Tundanonga Dikunda qui vit de l'argent du sang. Un chômeur qui croit impressionner avec un titre académique kilométrique. Seuls les ignares peuvent succomber. Au diable, Shungu Tundanonga Dikunda ! A la libération de la RDC de mains des imposteurs. Je crois que tu pourras répondre de tes crimes. Plonge bien ta pauvre moustache dans le chaudron de la mangeoire du régime de Kinshasa. Continue à accuser tes propres compatriotes à l'ANR, la Gestapo joséphiste comme tu le fais. Sache que tu paieras !

Lire la suite

Attentats à Paris: Rolain Mena et d'autres congolais ont-ils inspiré l'article du Monde "RDC : des condoléances à la France qui passent mal" !

Rolain Mena de Lisanga a publié sa réflexion sur Facebook le 16 novembre à 12h47

Les attentats djihadistes à Paris du vendredi dernier, avec son bilan est effroyable de 129 personnes tuées, 237 blessées, ont clivé la communauté congolaise. Le clivage est né du communiqué de condoléances d'alias Joseph Kabila au peuple français. Les congolais de la diaspora très actifs sur les réseaux sociaux se sont emballés. L'article sur le site du "Monde" intitulé "RDC : des condoléances à la France qui passent mal" publié le 16 novembre à 17h58, s'est-il inspiré en partie à la réflexion de notre compatriote Rolain Mena sur sa page Facebook ? Alias Joseph Kabila qui use du terrorisme d'Etat en République démocratique du Congo, qui commandite des massacres, tueries de populations civiles, qui est aphone sur tous les drames qui s'abattent sur le Grand Congo, qui ne dit rien, ne fait rien et s'accroche au pouvoir comme si la RDC était devenu son Royaume et lui le petit monarque constitutionnel. Comment a-t-il pu croire que sa volonté d'aider la France dans le lutte contre le terrorisme pouvait-il passer inaperçu ?

Le fameux communiqué tarabiscoté d'alias Joseph Kabila que son directeur de cabinet a signé

RDC, de qui se moque t'on ? Kabila présente ses condoléances au peuple Français ! FICHE "S"!

Chers compatriotes,

Le message de condoléances adressé par l’actuel président de la RDC à François Hollande suite aux attentats terroristes survenus vendredi à Paris - via un communiqué officiel qui précise que le chef de l'État congolais, «PROFONDÉMENT CHOQUÉ» par la tragédie causée par les dits attentats et considérant que «RIEN NE POUVANT JUSTIFIER UNE TELLE BARBARIE», il assure son homologue français de la coopération de son gouvernement - ce message disais-je, m’a à la fois fait sourire (jaune), indigné et outré ! C’est carrément l’hôpital qui se moque de la charité, mais à gorge grandement déployée !

En effet, voici un individu nous imposé à l’insu de notre plein gré et qui, depuis son accession sanglante au pouvoir, est impliqué de près comme de loin, dans toutes sortes de crimes plus démoniaques les uns que les autres, contre le Congo et toutes ses populations dont :

Les massacres des adeptes du prophète Mukungubila ;

Les massacres de Mushake ;

Les massacres de Beni ;

Les charniers de Maluku ;

Les assassinats infâmes de Floribert Chebeya et de son chauffeur Fidèle Bazana dans des conditions effroyables ;

Les assassinats odieux d'Armand Tungulu, de Franck Ngike et son épouse, de Bapuwa Muamba,... ;

L’assassinat suspect de Laurent Désiré Kabila ;

Les arrestations arbitraires ;

Les disparitions inquiétantes ;...

j'en passe et des pires car je n'aurais pas assez de « Facebook » pour tous les répertorier, mais l’homme, feignant de ne pas voir ses propres ignominies, se permet - toute honte bue et avec une arrogance inflexible qui ferait frémir de plaisir le diable en personne - de présenter ses « SINCÈRES CONDOLÉANCES » au peuple de France alors qu'il se cantonne dans un silence assourdissant lorsque ses nervis assassinent allègrement les congolais et saccagent tranquillement des pans entiers de notre Nation qui se retrouve, sous son administration, dans une déliquescence grave et généralisée ! Rien ne fonctionne comme il le faut au Congo !

Chers compatriotes,

Oui, le terrorisme désole et tue, et oui, il faut le combattre avec la plus forte détermination et la plus grande énergie ! Mais, dénoncer les actes terroristes d'un côté, et de l'autre soutenir la dictature dans le monde ainsi que la « Kabylie » en RD Congo, qui anéantissent les hommes et les Nations bien plus que le terrorisme, est non seulement incompréhensible mais surtout antinomique à l'établissement de la paix ! Cela participe de l’injustice, de la désunion, de la rancune et des ressentiments dans les esprits et dans les cœurs à travers le monde !

Je pense que c’est à cause de tout cela, toutes ces indifférences, tout ce laxisme envers les dictateurs ainsi que dans le traitement injuste du dossier RDC, que certains parmi nous restent insensibles aux drames qui touchent la capitale française ainsi que d’autres villes en occident ! Ils doivent absolument revenir à de meilleurs sentiments ! Lorsque nous clamons haut et fort, que nous ne sommes plus dupes de qui que ce soit, ni de quoi que ce soit, il s'agit d'une réalité palpable et d'une mise en garde patriotique et fraternelle ! Aucunement d'un slogan de campagne pour distraire et amuser la galerie !

On ne peut pas continuer dans la politique du deux poids deux mesures dans le dossier africain en général et RD Congolais en particulier ! Aussi, j'invite instamment, d'un côté les grands décideurs politiques, économiques, médiatiques et militaires de cette planète, à tenir compte de cette situation déplorable et de l'autre, tous les détenteurs de la parole publique au sein de la diaspora congolaise, à prendre leur responsabilités, à s'assumer et à dénoncer avec la plus grande vigueur, cette attitude ubuesque de l'actuel locataire du palais de la Nation, dont la FICHE "S", connue du monde entier de surcroit, circule dans tous les réseaux sociaux!

Chers compatriotes,

Au moment où je couche ces quelques lignes, il est midi juste à Paris et la vie s’est arrêtée en France où nous venons toutes et tous de respecter une minute de silence, voire au-delà, pour toutes les victimes des horribles attentats ! Du jamais fait par les autorités RD Congolaises actuelles ou passées, qu’elles soient de la majorité ou de l’opposition dite institutionnelle, malgré nos millions de morts, de déplacés et de disparus dans des conditions horribles !

Lire la suite

lundi 16 novembre 2015

Joseph Kabila et les libéraux belges: un naufrage politique !

l'article est de notre aîné Anicet Mobe, journaliste-chercheur. Il a été publié le 28 juillet dernier sur le site d'un grand média français L'Express. Avec l'accord de l'auteur, Réveil FM International met l'article à votre disposition.

Alias Joseph Kabila et Louis Michel, un Léopoldien. Photo Réveil FM International, archives

La sordide affaire "Kubla" semble suggérer que 55 ans après l'indépendance, la politique de prédation des ressources économiques du Congo perdure au profit d'une minorité d'étrangers avec la complicité des élites locales.

Le Congo offre le spectacle unique -au début du 20°siècle- d'un pays d'outre-mer pauvre dont une partie des ressources va être mise à la disposition d'un pays riche européen...Tel est le constat que dresse du Congo de 1908, l'éminent professeur Stengers. La sordide affaire " Kubla " semble suggérer que 55 ans après l'indépendance, la politique de prédation des ressources économiques du Congo perdure au profit d'une minorité d'étrangers avec la complicité des élites locales.

La presse belge (La Libre Belgique :11,16 mars ; Le Soir :26 février, 17mars ;Le Vif l'Express 13-19mars) s'est largement fait l'écho d'une ténébreuse affaire de collision entre certains milieux d'affaires et des politiques belges et congolais sur fond de concussion, corruption et forfaiture. Un naufrage politique ! relève un quotidien bruxellois. Cet éditorial répond en écho à "la descente aux enfers de la politique belge en Afrique centrale" (J. Claude Willame, Revue nouvelle, décembre 2004). Belgique -Congo : nouveau pari hasardeux? Tel est le titre d'une tribune que j'ai signée le 29 mars 2007 (Llb) au moment où les Libéraux se mobilisaient pour fabriquer, légitimer et faire triompher une candidature présidentielle devant garantir et préserver les intérêts économiques, commerciaux et industriels des groupes proches d'eux.

Depuis 1999, sous la houlette de Louis Michel, les Libéraux francophones s'emploient à imprimer leurs marques - souvent sur fond des rivalités au sein de leur parti - dans un ministère quasi exclusivement attribué aux socialistes et aux socio- chrétiens depuis la Libération. Diplomatie éthique... Tel est le slogan forgé pour vendre aux opinions publiques belges, européennes et africaines ce qui est présenté comme un renouveau de la politique belge au Congo ! Le parti libéral (MR) édite une brochure -Debout Congolais ! Tout cela vous rendra le Congo ; Centre J.Gol, mai 2007- qui amplifie cette propagande magnifiant ce qu'il considère comme des initiatives bénéfiques pour les Congolais depuis la colonisation. En réalité, cette éblouissante vitrine masque aussi des pratiques glauques que met en lumière l' Affaire Kubla.

Aussi, les hauts cris que poussent certains Libéraux, ainsi que le silence assourdissant qu'observent d'autres partis - craignant des effets dévastateurs - ne doivent pas faire illusion. Datant de l'époque coloniale, les collisions entre les grands groupes financiers et le pouvoir politique ont rabougri toute politique de développement économique et ont engendré un contrôle du champ politique après 1960 pour régenter l'émergence d'une classe dirigeante docile. Par ailleurs, les Libéraux sont partie -prenante de la politique coloniale et des ingérences belges au Congo depuis 1960.Le 20 août 1908 à la Chambre des Députés, le parti libéral s'est divisé lors du vote portant sur le Traité de cession de l'EIC à la Belgique :21 députés se sont opposés à la cession ;8 l'ont approuvée et 8 autres se sont abstenus.

Quatre ministres des colonies et un gouverneur- général sont issus du parti libéral : Louis Franck(1918-1924) fut un des théoriciens les plus féconds de la doctrine coloniale belge ;Edouard Pescher (1926) ;Robert Gooding(1945-1947) il introduit l'enseignement laïc pour les enfants belges qu'Auguste Buisseret (1954-1958) étendit aux élèves congolais. Très lié aux milieux d'affaires, Maurice Lippens fut gouverneur- général(1921-1923.

Faillite d'une restauration néo coloniale...

Eclatée au moment où Joseph Kabila patauge dans un cloaque de fourberies émaillées d'intrigues les plus abjectes d'achat des consciences, des manipulations des opinions publiques nationales et étrangères à travers des medias serviles, la nauséabonde " affaire Kubla " consacre l'échec de la politique initiée et mise en oeuvre depuis 1999 par Louis Michel. Il s'est attelé à recycler dans un contexte géopolitique post-guerre froide, le paradigme du Pacte néocolonial mis au point - gravé en Tables de Loi du Royaume - par la cotutelle belgo- américaine à l'initiative de Paul Spaak. Celui-ci a été en 1961 le principal artisan du rebond diplomatique belge au Congo après le " tsunami " que fut la calamiteuse décolonisation du Congo suite à la myopie belge.

Marquée du sceau de l'esbroufe, l'escapade en juin 2006, au Congo de deux personnalités libérales - Didier Reynders et Armand De Decker - réactualise le paradigme et en consolide le dogme essentiel : le leadership politique congolais n'est légitime que s'il a reçu l'onction belgo-américaine. Lors de cette visite, les deux ministres couvrent Joseph Kabila de somptueux cadeaux. Quant à Louis Michel, il enjoint les Congolais de voter favorablement pour Kabila. En 2008, un autre libéral, Karel De Gucht, - pourtant critique vis-à-vis de Kabila - se prévaut d'un prétendu droit moral qu'aurait la Belgique à l'égard du Congo.

Fort du ferme soutien des Libéraux, Joseph Kabila refuse catégoriquement le débat contradictoire avec Jean-Pierre Bemba, certainement pour éviter d'être confondu avec des questions portant sur des enjeux majeurs. Assuré de l'emporter dès le premier tour, il est révulsé par la lucidité citoyenne des Congolais qui imposent un 2e tour. Désarçonnées, les chancelleries occidentales dépêchent leurs ambassadeurs auprès de Jean-Pierre Bemba. C'est alors que le 28 août 2006, l'aviation militaire de Kabila bombarde la résidence de Bemba. Quoique " proclamé " vainqueur, Joseph Kabila fait déclencher une sanglante opération militaire contre Bemba, les 21,22 et 23 mars 2007.

Grisé par les louanges de certains organes de presse ; ivre de gloriole des accolades de hautes personnalités belges et françaises lors de son investiture le 06 déc.2006; Kabila assoit et consolide un présidentialisme fondé sur une déréliction sécuritaire qui étouffe toute initiative politique populaire, pourchasse et assassine les défenseurs des droits de l'homme (Floribert Chebeya) et matraque ceux des journalistes faisant preuve d'indépendance d'esprit. La violence sociale reste le lot quotidien de l'immense majorité de la population.

La forfaiture que constituent la révision constitutionnelle de janvier 2011et celle -- avortée - pour contourner le prescrit constitutionnel limitant à deux le nombre de mandat présidentiel, ainsi que le hold-up électoral de novembre 2011, n'est pas un simple incident de parcours. Elle illustre piteusement les multiples contradictions qui ont émaillé l'intrusion et l'ascension de Joseph Kabila dans le champ politique. L'armée rwandaise l'a propulsé dans le champ politique et la famille libérale belge a renforcé sa position dans l'appareil militaire et sur l'échiquier politique. En dépit de cette caution politique et de cet appui diplomatique, les résultats des élections de novembre 2011 restent contestés et contestables. Qu'à cela ne tienne, Reynders et Alexandre De Croo iront bien en pèlerinage au Congo.

En outre, cette élection n'a point assaini l'espace politique en termes d'éthique politique ; n'a pas non plus amélioré la qualité dans la conduite des affaires de l'Etat et de la transparence dans la gestion des ressources économiques. Force est de constater qu'en dépit d'une production minière exceptionnelle, le Congo n'arrive pas à transformer ses ressources minières en potentiel minier ni ses revenus pétroliers en pactole.

Par ailleurs ,sur injonction des parrains, notamment des Libéraux, Kabila a récupéré des (néo)mobutistes africains, américains, belges, congolais et israéliens ... qui lui apprennent comment utiliser efficacement les recettes qui ont permis à Mobutu de s'incruster au pouvoir pendant des décennies : délirant culte de personnalité ;propagande abrutissante à travers une presse nationale et étrangère vassalisée ; inféodation de toutes les institutions (administratives, politiques et judiciaires) à la personne du " Raïs " ; accès illimité aux ressources économiques du Congo pour les groupes économiques liés aux pouvoirs qui le soutiennent ; politique délibérée d'asservissement des intelligences universitaires ; une armée dont le corps des officiers est constitué sur des critères ethniques et qui est transformée en garde prétorienne et en outil de répression dressé contre les civils ; gestion privative des ressources financières du pays pour s'attacher une clientèle...

Quand le mur d'argent emprisonne et pervertit le politique... " Le travail en Afrique, l'or à Bruxelles "... Albert, Prince héritier 1909.

Le 25 novembre 1878, entouré d'hommes d'affaires et des banquiers, notamment Brugman, Bischoffshein et Goffin, le Roi Léopold II reçoit au Palais royal, le journaliste Henri-Morton Stanley. De cette rencontre naquit le CEHC, comité d'études du Haut-Congo dont le capital fut fixé à un million de francs. Le CEHC s'assigna comme but " l'étude des possibilités de relier le Haut et le Bas Congo par une voie de communication et d'amorcer un mouvement commercial suffisamment important pour assurer la rentabilité d'une société de transport ". Avant même la création de l'Etat Indépendant du Congo, l'accent est mis sur la rentabilité financière... En 1906, le juriste Félicien Cattier observe que " l'Etat du Congo n'est point un Etat colonisateur, que c'est à peine un Etat : c'est une entreprise financière. Procurer au Roi souverain(Léopold II) un maximum des ressources ,tel a été le ressort de l'activité gouvernementale " (Etude sur la situation de l'Etat Indépendant du Congo, p. 341). Dans un ouvrage qu'il publie en 1933 (Le Mur d'argent) l'ancien ministre social chrétien de la défense et des colonies, Paul Crokaert fustige l'emprise qu'exercent selon lui, les milieux financiers sur la politique belge, particulièrement au Congo.

La veille de l'indépendance ; constitué de ses participations dans 79 sociétés, le Portefeuille de l'Etat colonial était évalué à 35 milliards de FB (valeur boursière). Par application du principe de la dévolution entre Etat que défendait la Belgique, ce Portefeuille devenait propriété du nouvel Etat congolais indépendant. Il n'en fut rien. Un tour de passe-passe juridico-financière priva le Congo du contrôle de grandes entreprises où il disposait d'une représentation majoritaire. Cette manoeuvre ouvrit entre les deux Etats un lourd contentieux.

En revanche, la Belgique légua au Congo une lourde dette contractée auprès de la Banque mondiale pour financer le Plan Décennal. Par ailleurs, une convention conclue le 24 juin 1960 entre le Congo belge (en réalité la Belgique) et le CSK (comité spécial du Katanga) dissout ce dernier. Il est stupéfiant de constater que le ministre chargé des affaires financières du Congo, Raymond Scheyven signa la convention, au nom de la colonie, et apposa son contreseing ministériel sous le décret royal sanctionnant la dissolution. " L'argent. Pendant quelques jours, le Roi et le gouvernement vont se faire commerçants et rien que commerçants ".C'est en ces termes que le 30 octobre 1969, l'hebdomadaire Pourquoi Pas ? stigmatise le pompeux voyage du Président Mobutu en Belgique.

Il importe donc que les Congolais se gardent des imprécations vociférées sur le registre de l'émotionnel et de l'irrationnel qui, immanquablement, apportent une caution politique aux byzantines querelles belgo- belges, faites de conflits d'intérêts économiques ,de rivalités entre personnalités au sein d'un même parti, de sordides marchandages pour fructifier des rentes de situation. Une analyse critique faite sur la longue durée nous apprend que ces querelles ont souvent rabougri les intelligences belges et congolaises désireuses de faire prévaloir la clairvoyance, la lucidité et le respect de l'autre dans les rapports belgo- congolais.

Ainsi le 29 août 1959, le Premier Ministre, Gaston Eyskens, assène un violent coup de Jarnac à son ministre des colonies, monsieur Van Hemelryck : sans l'en informer, il envoie au Congo, son directeur adjoint de cabinet, le Compte d'Aspremont. Le 2 septembre, le ministre démissionne et il est remplacé par Auguste de Schryver, issu comme lui du parti social chrétien. Après la Table Ronde dont il affirme avoir été un adversaire, Monsieur Paul Spaak - socialiste francophone - critique sévèrement les positions qu'y adopta son collègue socialiste francophone, le professeur Henry Rolin. Les rivalités opposant au sein du CVP, Wilfried Martens - Premier ministre - et Léo Tindemans - ministre des affaires étrangères - ont énormément gêné ce dernier dans sa tâche, en 1988-1989.Le 21 janvier 1923, le Gouverneur- général, Maurice Lippens (libéral),démissionne pour s'insurger contre les immixtions dans la gestion du Congo- belge, du Ministre des Colonies, le libéral Louis Franck. Durant la seconde guerre mondiale, les heurts furent nombreux entre le Ministre des colonies, De Vleeschauwer et le Gouverneur- général, Ryckmans.

Ce survol historique suggère fortement que l'histoire coloniale- dépouillée des mythologies- des partis politiques, des syndicats, des institutions religieuses, scolaires, financières, des groupes économiques, de l'armée...reste à écrire. Pendant des décennies, dogmes et mythologies sécrétés par les pouvoirs - colonial et postcoloniaux - ont obscurci l'intelligence du politique et en ont falsifié l'histoire. Il appartient aux intelligences belges et congolaises - libres de tout préjugé (néo) colonial - d'élaborer des outils conceptuels pour approfondir les questionnements épistémologiques liés à l'écriture et à l'enseignement de l'histoire coloniale afin que nos peuples se défassent de ces mythologies pour se projeter intelligemment vers l'avenir.

Construire une alternance pour une réelle alternative...

Les chancelleries occidentales éprouvent d'énormes difficultés pour dissimuler leur profond embarras car elles se rendent compte que les Congolais, particulièrement les jeunes générations vivant en Europe et en Amérique du nord, ont compris et l'expriment parfois avec véhémence que la confiscation de l'expression électorale participe d'une stratégie bien rodée pour sans cesse recycler l'odieux Pacte néocolonial noué en 1960-1961 et qui reposait sur l'assassinat du Premier Ministre Lumumba. Depuis la Conférence nationale souveraine, la conscience politique aigüe des Congolais a mis en évidence l'échec des stratégies occidentales et depuis 2006 , elle a complètement désarçonné les faiseurs de rois et leurs séides au Congo.

Lire la suite

dimanche 15 novembre 2015

Attentats à Paris: Alias Joseph Kabila, l'incapacitaire de Kingakati refuse officiellement de signer la lettre de condoléances à la France

La France endeuillée par les terroristes

48 heures après les attentats djihadistes à Paris, au moins sept attaques terroristes, les pires commises en France, ont secoué la capitale vendredi 13 novembre au soir. Le bilan est effroyable: 128 personnes ont été tuées, 237 blessées, dont beaucoup traitées en "urgence absolue". La France est en deuil national ! Lorsqu'un pays est endeuillé, c'est normal que les pays amis présentent leurs condoléances. Plusieurs pays ont présentés des condoléances à la France. Ce n'est pas pour la République démocratique du Congo, premier pays francophone en Afrique. C'est Néhemie Mwilanya Wilondja, le directeur de cabinet qui signe le communiqué officiel alors qu'alias Joseph Kabila se tourne les pouces, s'ennuie avec ses Nitendo, fume comme une cheminée...Alias Joseph Kabila a une dent contre le président François Hollande qui ne cesse de répéter tel un mantra le respect constitutionnel, les deux mandats !

La lettre de condoléances à la France qu'alias Joseph Kabila aurait du signer. Photo Réveil FM International

Catapulté par la mafia internationale à la tête du grand Congo, alias Joseph Kabila qui règne par défi après les fraudes électorales de 2006 et 2011, qui considère la RDC comme son royaume et lui même comme un petit monarque constitutionnel, a refusé de signer la lettre de condoléances à la France. Alias Joseph Kabila en refusant de signer la lettre de condoléances croit humilier François Hollande. Or ce dernier que l'on aime ou pas est Président élu de la République française. François Hollande est légitime, ce que n'est pas le soudard arrivé avec des bottes de jardinier et kalachnikov en bandoulière.

Alias Joseph Kabila règne par défi au Congo-démocratique. Photo Réveil FM International

Alias Joseph Kabila ne connait pas l'histoire ! les 25 milliards planqués à l'île Vierges britanniques en 14 ans d'usurpation de pouvoir croit qu'il est tout puissant. Et pourtant, c 'est sous la présidence de Jacques Chirac que la France a porté la situation cahoteuse de la République démocratique du Congo d'un pays agressé, au Conseil de sécurité de l'ONU. Souvenons-nous, le 16 décembre 2002 l’accord global et inclusif de Pretoria met officiellement fin à la deuxième guerre du Congo. Conformément à ce traité de paix, l'armée ougandaise qui occupait le district de l'Ituri se retire de son chef-lieu Bunia le 6 mai 2003. Aussitôt, des milices lendu lancent un raid sur la ville et massacrent plusieurs dizaines de Hemas sans que l'on puisse avoir un bilan exact du nombre de victimes. La même semaine, les Hemas organisent à leur tour des attaques meurtrières en représailles.

Des dizaines de milices, bandes armées et seigneurs de la guerre, utilisant parfois des enfants-soldats, font régner la terreur dans la région, la situation est chaotique et la population est prise en otage. Certaines milices sont encore contrôlées par l'armée ougandaise, avec parfois des concurrences entre les généraux ougandais eux-mêmes car liés à des réseaux criminels et des trafics. Le Rwanda et le gouvernement de Kinshasa appuient eux aussi certaines milices.

Le Conseil de sécurité de l’ONU a adopté, le 30 mai, une résolution autorisant l’envoi à Bunia d’une force multinationale sous commandement français, à la suite de troubles interethniques survenus dans le district de l’Ituri, qui ont fait des centaines de victimes et des centaines de milliers de déplacés.Les forces de la Mission de l'Organisation des Nations unies en République démocratique du Congo (Monuc) déployées dans la région sont dépassées mais en juin 2003, l'ONU autorise l'Union européenne à déployer l'opération Artémis, 2 000 soldats bleus essentiellement français.

Bunia est sécurisée, certaines milices neutralisées, des mandats d’arrêts internationaux sont lancés contre les seigneurs de la guerre les plus notables, et plusieurs d'entre eux sont effectivement emprisonnés à La Haye pour être jugés devant la Cour pénale internationale : les Hemas Thomas Lubanga et Bosco Ntaganda, et les Lendus Mathieu Ngudjolo Chui et Germain Katanga, soupçonnés d'être responsables du massacre de Bogoro et de « meurtres, viols, esclavage sexuel, utilisation d’enfants-soldats, attaques contre des civils, pillage, destruction de biens ». Les fonctionnaires et militaires de la Monuc à Bunia sont eux aussi accusés de crimes, en particulier d'organiser et de profiter de réseaux de prostitution avec parfois des mineures et mêmes des enfants.

Où sont Thomas Lubanga, Bosco Ntaganda et Mathieu Ngudjolo aujourd'hui ? A la Cour pénale internationale !

Lire la suite

samedi 14 novembre 2015

Attentats à Paris, les autorités de la RDC s'empressent d'en parler ! Et le charnier de Maluku ?

Après les attentats de Paris, des monuments comme le World Trade Center et Wembley s'illuminent de bleu, blanc et rouge

Réveil FM International présente ses condoléances à la France et aux familles françaises endeuillées par des attentats. La France est un grand pays qui protège ses citoyens. Il est ahurissant de constater l'agitation avec laquelle les autorités illégitimes du régime de Kinshasa pour parler des attentats qui ont eu lieu en France. Et pourtant en République démocratique du Congo on compte plus de 12 millions de morts, le viol est utilisé comme une arme de guerre contre les femmes...En janvier dernier, des jeunes kinois qui ont manifesté contre le tripatouillage constitutionnel pour permettre à alias Joseph Kabila de briguer un troisième mandat, ont été affreusement assassinés, 450 d'entre eux ont été enterrés dans une fosse commune à Maluku. Alias Joseph Kabila, l'aphone de la République et ses apparatchiks corrompus osent parler des attentats en France, alors qu' ils assassinent sans ménagement le peuple congolais qu'ils sont censés protéger !

Lire la suite

vendredi 13 novembre 2015

A la découverte du Rhin le plus long fleuve de l'Europe partagé entre la Suisse, l'Allemagne, la France, et les Pays-Bas

Le drapeau allemand accroché à un mât d'un bateau. Photo Réveil FM International

Il y a deux ans nous étions émerveillé de découvrir les chutes de Rhin à Schaffhausen en Suisse. Nous poursuivrons cette découverte aujourd'hui avec le Rhin à Bonn en Allemagne. La ville fédérale de Bonn est une ville d'Allemagne située au bord du Rhin dans le sud du Land de Rhénanie-du-Nord-Westphalie, à 25 km au sud de Cologne et 54 km au nord de Coblence. Bonn est aujourd'hui le deuxième siège du gouvernement fédéral. Entre 1949 et 1990, la ville était la capitale de la République fédérale d'Allemagne. Depuis, elle a un statut de ville fédérale qui est unique dans le pays. Encore presque la moitié des ministères possèdent leurs sièges principaux à Bonn. La ville est également célèbre pour être le lieu de naissance de Ludwig van Beethoven.

Le Rhin est le plus long fleuve de l'Europe

Bizarre, chaque pays essaye d'intégrer le fleuve, le lac, la rivière dans sa ville. Kinshasa, la capitale congolaise tourne affreusement le dos au fleuve Congo au lieu de l’intégrer. La corniche n'est pas mis en valeur. Pire, des villas appartenant aux barons du régime qui longent une partie du fleuve Congo l'ont privatisé, le congolais lambda n'a pas droit d'y fouler ses pieds. Pas des chaises de repos pour les citoyens qui souhaiteraient

Avec ses 4700 km de longueur, le fleuve Congo est le deuxième plus long fleuve d’Afrique après le Nil. Avec ses affluents, il irrigue la deuxième plus grande forêt tropicale humide au monde. Il détient, en outre, par son débit, le second rang mondial après l’Amazone et, est le deuxième bassin versant en terme d’importance. S’agissant du bief moyen qui va de Kinshasa à Kisangani, il totalise 13450 Km de voies navigables en y ajoutant ses affluents dont la rivière Kasaï. Le tirant d’eau varie entre 1.3m et 2m.

Le fleuve Congo, colonne vertébrale de la République démocratique du Congo

Le fleuve s’écoule vers l’ouest depuis Kisangani, juste au bas des chutes Wagenia, puis s’écoule peu à peu vers le sud ouest en passant par Mbandaka, se joignant à l’Oubangui puis se précipitant dans le pool Malebo. Kinshasa et Brazzaville se situant de chaque coté du fleuve à ce niveau, sont les portes d’entrées vers les cataractes connues sous le nom de chutes Livingstone. Le Congo s’ébroue ensuite en direction de Matadi et Boma, puis accède enfin à l’océan atlantique, vers la petite ville de Moanda. La largeur de son lit est très variable, au confluent de l’Oubangui cette dernière peut atteindre jusqu’à 15 Km, environ 23 Km au pool Malebo et moins de 2 Km à Kinshasa.

La ville fédérale de Bonn est une ville d'Allemagne située au bord du Rhin dans le sud du Land de Rhénanie-du-Nord-Westphalie, à 25 km au sud de Cologne et 54 km au nord de Coblence. Bonn est aujourd'hui le deuxième siège du gouvernement fédéral. Entre 1949 et 1990, la ville était la capitale de la République fédérale d'Allemagne. Depuis, elle a un statut de ville fédérale qui est unique dans le pays. Encore presque la moitié des ministères possèdent leurs sièges principaux à Bonn. La ville est également célèbre pour être le lieu de naissance de Ludwig van Beethoven.

Bonn, un second souffle pour l'ancienne capitale. Dans l'histoire récente, peu de villes peuvent se prévaloir du titre d'« ancienne capitale ». Bonn en fait partie. Pourtant, ceux qui pensaient qu'elle tomberait en léthargie se sont vite détrompés. Auparavant considérée comme le « Bundesdorf » (village fédéral), cette métropole économique et culturelle de rang international s'affirme et se montre aujourd'hui plus ouverte au monde que jamais.

Freddy Mulongo sur le fleuve Rhin à Bonn en Allemagne. Photo Réveil FM International

Freddy Mulongo sur le fleuve Rhin à Bonn en Allemagne. Photo Réveil FM International

Freddy Mulongo les pieds dans le fleuve Rhin à Bonn en Allemagne. Photo Réveil FM International

Le Rhin est un fleuve de l'Europe centrale, de l'Europe occidentale, formant la frontière orientale de l'ancienne Gaule; actuellement partagé entre la Suisse, l'Allemagne, la France, et les Pays-Bas. Il a un cours de 1298 km dans un bassin de 196.300 km². Ce bassin et ce cours se répartissent en trois divisions Rhin supérieur, de la source à Bâle, 456 km; dont le bassin appartient surtout à la Suisse; - Rhin moyen; de Bâle à Koenigswinter (en amont de Bonn), 450 km, dont le bassin est principalement allemand; Rhin inférieur, - de Koenigswinter à la mer, 319 km dans la plaine des Pays-Bas, bassin partagé entre l'Allemagne et les Pays-Bas.

Un camion food le long du Rhin à Bonn. Photo Réveil FM International

Des bateaux dans le Rhin. Photo Réveil FM International

Des bateaux dans le Rhin. Photo Réveil FM International

Des bateaux dans le Rhin. Photo Réveil FM International

Le Rhin supérieur est un fleuve alpestre qui décrit une large courbe, dont la concavité est tournée vers l'Ouest. Il est formé dans le canton des Grisons par l'union de deux grands torrents, le Rhin antérieur (Vorder Rhein) et le Rhin postérieur (Hinter-Rhein). Le Rhin antérieur, qui est fréquemment désigné comme source principale, sort au Nord-Ouest du massif du Saint-Gothard, sur les pentes du Badus (2931 m), du petit lac Toma, à 2344 m d'altitude; bientôt grossi d'émissaires des glaciers du Crispalt à gauche, du Cornera à droite, il parcourt le val de Tavetsch et adopte la direction Nord-Est qu'il conservera pendant 60 km, côtoyant les massifs du Toedi (Alpes de Glaris). Aussi tous ses affluents notables lui viennent-ils sur la rive droite. A Disentis, il reçoit les eaux du Lukmanier par le Rhin de Medels, qu'on appelle souvent Rhin moyen; puis, à Somvix; celles du Rhin de Somvix descendu du col Greina; à Hanz, celles du Glenner ou Rhin de Lungnetz formé des torrents ou Rhins de Vrin et de Vals; puis le Tobel ou Rhin de Safier venu du Boerenhorn. Enfin, à Reichenau, auprès de Tamins, à 386 m d'altitude, le Rhin antérieur s'unit au Rhin postérieur ou de Tomletsch.

Celui-ci est sorti à 2216 m, près du village de Hinterrhein, du glacier de Zapport, sur le flanc du Rheinwaldhorn (3398 m), une des montagnes du massif de l'Adula. Dans sa vallée débouchent les cols du Bernardino et du Splugen qui relient la Suisse et l'ancienne Souabe à l'Italie (vallées du Tessin et de l'Adda). En aval du village de Splugen, le Rhin postérieur, qui d'abord descendait vers l'Est, tourne au Nord, après avoir reçu le torrent d'Avers. Sa vallée s'étrangle alors dans les formidables gorges de la Via Mala; entre des escarpements hauts de 400 à 500 m, c'est à peine s'il reste au lit du torrent une dizaine de mètres de large; lorsque, le foehn fond les neiges, on a vu dans ces gorges des crues subites de 50 m. Le Rhin postérieur en sort à Thusis et se grossit à droite de l'Albula venue du col d'Albula par lequel on accède à l'Engadine; l'Albula reçoit d'ailleurs elle-même de l'Est le Landswasser, rivière de la vallée de Davos, et du Nord à Tiefenkasten, le Septimer venu des cols du Julier et du Septimer par le val d'Oberhalbstein. En somme, c'est sur cette vallée du Rhin postérieur que se ramifient les principales routes historiques menant de l'Allemagne à l'Italie à travers les Alpes centrales.

A partir de Reichenau, la vallée du Rhin, alimenté par 150 glaciers et large déjà de 45 m, s'infléchit vers le Nord, direction qu'elle adopte 10 km plus bas, en face de Coire, situé sur un affluent de droite, la Plessur; cette vallée est déjà plus spacieuse et le fleuve est flottable. Il est sorti des roches cristallines du massif alpestre pour franchir les avant-monts crétacés et jurassiques avant de s'épancher dans la plaine tertiaire et quaternaire (Cénozoïque) de la Souabe. Il contourne les roches éboulées de la Calanda, reçoit à Malans la Lanquart (dr.) venue du Praettigau, passe entre Maienfeld (dr.) et Ragatz (g.), au confluent de la Tamina (sources thermales de Pfaeffers).

Arrivé au seuil de Sargans, où une dénivellation de 5 à 6 m le sépare seule de son ancien lit occupé maintenant par les lacs de Wallenstadt et de Zurich, il continue vers le Nord, forme la frontière entre le Liechtenstein, puis le Vorarlberg (Autriche) à l'Est, la Suisse (canton de Saint-Gall) à l'Ouest; laissant à droite Vaduz, il reçoit l'Ill, rivière du Vorarhberg et s'engage dans une vaste plaine alluviale, conquise sur le lac de Constance (Bodensee) dans lequel il débouche près de Rheineck. L'altitude du lac, dépression centrale de la plaine souabe, est de 399 m.

Le Rhin en ressort à Stein; complètement épuré; ses eaux troubles à l'entrée sont maintenant d'un beau vert. Le débit moyen est de 330 mètres cubes par seconde; la largeur varie de 60 à 130 m, et déjà les bateaux circulent. Mais, après avoir reçu la Biber (dr.) et baigné Schaffhouse, le fleuve rencontrant les plissements calcaires du Jura, s'infléchit vers le Sud et tombe du haut d'une muraille rocheuse de 24 m; c'est au pied du château de Laufen (à g.) que sont ces fameuses chutes du Rhin, les plus importantes de l'Europe; le fleuve y mesure 170 m de large.

Un peu plus bas, le Rhin reçoit la Thur (g.), et reprend la direction de l'Ouest : il baigne Eghisan, Kaiserstahl, forme la frontière entre la Suisse au Sud, l'Allemagne (Bade) au Nord. En aval de Zurzach se trouvé un dangereux rapide, barrage rocheux, laissant ouvert un chenal de 6 m, praticable seulement aux basses eaux; puis c'est le confluent de la Wutach (dr.) et de l'Aar (altitude 315 m), le premier grand affluent du Rhin; il lui apporte les eaux du tiers de la Suisse et roule en eaux moyennes plus que le Rhin : 508 mètres cubes par seconde, alors que le fleuve n'en apporte que 425. Aussitôt après, voici la ville badoise de Waldshut, le Petit et le Grand Laufenhurg, avec leurs dangereux rapides, Saeckingen (dr.), Rheinfelden (g.), avec des rapides encore, Augst (g.), bourgades historiques; de le Forêt-Noire découlent, à droite, l'Alb, la Murg, la Wehra, la Wiese; du Jura, à gauche, le Siseln et la Birse qui finit dans la banlieue de Bâle.

Ayant franchi les alignements jurassiques, le Rhin tourne au Nord, pour passer entre les massifs de la Forêt-Noire et des Vosges. De son cours moyen, les deux tiers environ se déroulent, larges et sinueux; entre de bas rivages, au milieu d'une belle plaine alluviale (Alsace; puis Palatinat); mais le dernier tiers est encaissé entre des berges escarpées dans toute la traversée du massif dévonien (Hunsruck, Eifel, Taunus, Westerwald, Siebengebirge ou massif des Sept montagnes) : c'est la région romantique du cours du Rhin.

Lire la suite

OUT OF HOME: Exposition photographique "Visages et témoignages de déplacés du Katanga au CNAM

J'aime bien flâner dans le vieux Paris. Il est 17h hier jeudi 12 novembre, lorsque par hasard je découvre cette exposition photographique "Visages et témoignages de déplacés du Katanga" sur les grilles du CNAM (Conservatoire National des Arts et Métiers) au 292 Rue Saint-Martin, 75003 Paris. Le Katanga, c'est ma province d'origine ! Le Katanga, c'est en République démocratique du Congo. Comment les Katangais peuvent-ils devenir de déplacés dans leur propre province ? Le Katanga n'est-il pas riche ? Comment le Katanga qui a voté à 110% pour alias Joseph Kabila, l'imposteur qui règne par défi peut se retrouver dans cette situation ? Que font les autorités Katangaises pour mettre fin à cette situation de honte ? Les Katangais sont paupérisés autant que d'autres en République démocratique du Congo. Plusieurs questions ont traversé mon esprit...Premier réflexe sortir mon téléphone portable de ma poche et faire ces clichés.

Pendant l’été 2014, le nord du Katanga est devenu le théâtre de violents affrontements entre les Pygmées et les Bantous. La recrudescence des tensions entre ces deux communautés a conduit à la multiplication des violences et des exactions. Déterminées à fuir cette insécurité grandissante, des milliers de familles se sont exilées. En août 2014, le Katanga atteignait un pic sans précédent de 607 000 personnes déplacées au sein de la province (source : OCHA, mars 2015).

Pour ces populations déplacées, tant pygmées que bantoues, la survie se conjugue au quotidien. Alors que certains d'entre eux sont accueillis dans des villages, les autres se rassemblent de sites spontanés, où ils sont livrés à eux-mêmes. Ils se retrouvent sans toit, sans accès à l’eau potable et sans nourriture, à la merci des épidémies, dans une zone difficile d’accès.

Alors que certains déplacés réussissent à se procurer de quoi se nourrir en travaillant pour des agriculteurs locaux dans leurs villages d’accueil, le manque d'argent les empêchent néanmoins de couvrir leurs besoins de première nécessité. Il est ainsi difficile pour eux d'avoir accès à l'eau potable, à du charbon de bois pour cuisiner et se chauffer, à des médicaments et des soins de santé, à un logement décent, etc.

Monsensa – Les femmes et les enfants de Monsensa rentrent au village après avoir puisé de l’eau à la rivière Kasibouji. Photo Réveil FM International

Manono – Des creuseurs lavent la cassitérite extraite dans la carrière de l’ex-Géomines. Photo Réveil FM International

A 70 km de Kiambi – Les Pygmées du village de Luela chassent dans la forêt.Photo Réveil FM International

Manono – Makomeno, ancien quartier des dirigeants de la société minière Géomines, aujourd’hui abandonné. Photo Réveil FM International

Mpyana – Une femme prépare les tubercules de manioc pour le repas du soir. Photo Réveil FM International

Manono – Des enfants pêchent dans les ruines du barrage de la ville de Manono, construit par la Géomines en 1932.

Luakato – Denis Mukolay, 32 ans, père de 9 enfants, dans son champ de manioc. Photo Réveil FM International

Forcés de s’exiler pour fuir les exactions, les déplacés du Katanga se retrouvent livrés à eux- mêmes. Dire qu'à longueur de journée, on nous bassine à la RTNC sur les "5 chantiers" et la "Révolution de la modernité" d'alias Joseph Kabila. L'incapacitaire de Kingakati et ses barons apparatchiks connaissent-ils cette réalité ? Les congolais sont devenus de sous hommes dans leur propre pays. Que les fayots, Djaleloïstes qui chantent les louanges du petit bonhomme aillent se rhabiller !

Témoignage d'Etienne Kisamba, 54 ans

Agriculteur et père de 12 enfants. Tous les jours à 6h, Etienne se lève pour se rendre dans ses champs, situés de l’autre côté de la rivière Kasibouji. De retour vers 16h, il va ensuite pêcher, ce qui lui permet de nourrir sa famille. Les conflits qui agitent la région lui ont fait perdre une bonne partie de son matériel agricole et de ses récoltes. Bénéficiaire du programme de relance agricole de Première Urgence Internationale, il a reçu des semences et de nouveaux outils.

Témoignage de Kamona, 32 ans

Kamona s’est installée à Manono il y a cinq ans. Elle cueille des feuilles de manioc dans un champ pour la préparation du sombé, repas traditionnel congolais. L’insécurité des campagnes, entre violences intercommunautaires et exactions de milices armées, l’a obligée à migrer vers les zones urbaines, comme de nombreuses personnes. Sans travail, celles-ci développent l’agriculture urbaine pour pouvoir survivre.

Témoignage de Kulushi Sifo, 40 ans

Kulushi vient de rentrer dans son village, Monsensa, après presque un an d’absence. Les combats entre groupes Maï-Maï et les forces armées de la RDC (FARDC) l’avaient obligée à fuir en laissant tout derrière elle. Sa maison a été détruite pendant les combats, et son champ pillé.

A son retour, ses voisins l’ont aidée à construire un abri temporaire. Aujourd’hui, elle vit de l’agriculture. Elle travaille comme journalière dans les champs d’autres villageois, en échange de quelques pousses de manioc. L’aide de Première Urgence Internationale lui a permis de recevoir du matériel agricole et des semences, qui ont remplacé la houe et les semences perdues, lui permettant ainsi de subvenir de nouveau à ses besoins. L’insécurité des campagnes, entre violences intercommunautaires et exactions de milices armées, l’a obligée à migrer vers les zones urbaines, comme de nombreuses personnes. Sans travail, celles-ci développent l’agriculture urbaine pour pouvoir survivre.

C’est cette réalité, brute et incertaine, que Colin Delfosse, envoyé sur le terrain par Première urgence internationale, retranscrit à travers ses photographies. Plus encore, elles mettent en exergue la capacité d’adaptation de ces personnes forcées de réapprendre le quotidien loin de chez elles pour pouvoir continuer à vivre.

Lire la suite

jeudi 12 novembre 2015

Souvenirs, souvenirs: Discours de Manuel Valls à la semaine des Ambassadeurs au ministère des Affaires Etrangères à Paris !

Paris, 26 Août 2015, Manuel Valls le Premier ministre accueilli par Laurent Fabius, au ministère des Affaires. Photo Réveil FM International

Un journaliste est témoin de son époque mais des événements. A Réveil FM International nous refusons de courir derrière le temps mais de prendre toujours le temps pour mieux faire notre travail sans pressions aucunes. A quelques semaines de l'ouverture dans la capitale française de la Conférence de l'ONU la COP21, sur le climat où l'environnement en sera l'un des thèmes principaux, nous revenons sur la semaine des ambassadeurs. Rendez-vous traditionnel de la diplomatie française, cette année la semaine des ambassadeurs a été ouverte au public. Il y a eu l'organisation du premier speed-dating entre ambassadeurs et entrepreneurs. Plus de cent cinquante diplomates avaient reçu les représentants d'une dizaine d'entreprises chacun, pour répondre à leurs questions sur les pays où ils sont en poste, et sur les possibilités économiques qu'ils présentent. C'est une innovation qu'a introduit Laurent Fabius au Quai d'Orsay, la diplomatie "économique". La fonction de l'ambassadeur est entrain d'évoluer sous nos yeux. Demain un ambassadeur ne se limitera pas uniquement à représenter sa patrie dans le pays d'accueil, il sera censé aider les entreprises de son pays de s'implanter dans le pays d'accueil...Au delà du costume cravaté, d'une voiture blindé au fanion de la République, d'une résidence cousue à sa disposition, des petits fours, l'ambassadeur de France devra mouiller sa chemise, mettre les mains dans le cambouis pour accompagner, aider les entreprises françaises qui veulent s'installer qu'ils le soient sans crocs en jambes, comme disent les kinois "Sans Ba Kale" !

Le Ministère des Affaires Etrangères, rue de la Convention. Photo Réveil FM International

Le Ministère des Affaires Etrangères, rue de la Convention. Photo Réveil FM International

Le Ministère des Affaires Etrangères, rue de la Convention. Photo Réveil FM International

Le Ministère des Affaires Etrangères, rue de la Convention. Photo Réveil FM International

Le Ministère des Affaires Etrangères, rue de la Convention. Photo Réveil FM International

Le Ministère des Affaires Etrangères, rue de la Convention. Photo Réveil FM International

Le discours prononcé par le Premier ministre Manuel Valls à l'occasion de la Semaine des ambassadeurs 26 août 2015 donne les grandes lignes de la vision de la diplomatie française.

"Je compte sur vous, avec l’équipe des ministres à la tête de notre diplomatie, pour porter au plus haut les couleurs de notre pays, pour faire en sorte que la France soit toujours ce pays dont les prises de position comptent, ce pays dont la voix est écoutée et respectée, ce pays qui avance."

Monsieur le ministre des Affaires étrangères et du Développement international, cher Laurent FABIUS,

Mesdames Messieurs les Ministres,

Mesdames, Messieurs les Parlementaires,

Mesdames, Messieurs les Ambassadeurs,

Mesdames, Messieurs,

Je suis très heureux de vous retrouver une nouvelle fois et de m’adresser à vous pour cette Semaine des ambassadeurs. Il y a encore peu, on parlait d’une Conférence … comme quoi il faut savoir être ambitieux ! Je ne pourrai malheureusement pas être avec vous vendredi midi, qui est quand même le clou, le rendez-vous de cette Semaine – je suis à Châlons. Mais ce sera une belle manière, je n’en doute pas, de conclure vos travaux.

Le président de la République s’est adressé à vous hier matin. Il a tracé les orientations de notre diplomatie et détaillé les initiatives que prend la France dans un monde en pleine ébullition, fait d’instabilité, de menaces, mais aussi, vous le savez aussi bien que moi, de tant d’opportunités.

Tout au long de l’été, au Proche-Orient, en Méditerranée, en Ukraine, de nouveaux drames, de nouvelles tensions, de nouvelles sources d’inquiétude pour notre sécurité nous ont, vous ont mobilisés. Les accidents industriels, les problèmes de sécheresse, les inondations ont, quant à eux, rappelé à l’attention de tous, de manière toujours plus aiguë, l’urgence environnementale et donc l’impératif de réussir la Conférence Paris Climat 2015 en fin d’année. Enfin, l’instabilité financière, notamment en Asie, la volatilité des marchés, des bourses, ont souligné une fois de plus, si c’était nécessaire, l’interdépendance de nos économies.

Laurent Fabius, ministre des Affaires Etrangères. Photo Réveil FM International

Laurent Fabius, ministre des Affaires Etrangères. Photo Réveil FM International

Laurent Fabius, ministre des Affaires Etrangères. Photo Réveil FM International

Laurent Fabius, ministre des Affaires Etrangères. Photo Réveil FM International

Laurent Fabius, ministre des Affaires Etrangères. Photo Réveil FM International

Laurent Fabius, ministre des Affaires Etrangères. Photo Réveil FM International

Laurent Fabius, ministre des Affaires Etrangères. Photo Réveil FM International

Mesdames, Messieurs les Ambassadeurs,

Représenter la France à l’étranger, faire entendre sa voix, défendre ses intérêts, promouvoir nos entreprises, nos savoir-faire, telle est votre mission. J’en connais l’exigence pour avoir rencontré beaucoup d’entre vous dans vos pays respectifs. J’en sais aussi toute l’utilité, toute l’importance. Nous avons besoin d’une diplomatie forte, capable d’intervenir, de peser. Une diplomatie, sous l’autorité de Laurent FABIUS, qui affirme notre ouverture sur le monde au moment où les populismes avancent leurs mauvaises solutions, veulent fermer les frontières, nous barricader, organiser le grand repli sur nous-mêmes.

Une diplomatie forte, donc, au service d’une France forte. Voilà, en quelques mots, le message que je veux vous délivrer aujourd’hui.

Et la France se doit d’être forte, d’abord – le président de la République le rappelait hier –, face à la menace terroriste mondiale, au jihadisme radical. Cet ennemi protéiforme, intérieur et extérieur, aux modes opératoires qui évoluent sans cesse – les événements dans le Thalys Amsterdam-Paris il y a quelques jours l’ont encore montré –, nous impose la plus grande vigilance, la plus grande fermeté et la plus grande mobilisation.

Il faut surtout savoir nommer les choses pour ce qu’elles sont. Nous sommes en guerre contre un totalitarisme nouveau, mais tout aussi sanguinaire, sinon encore plus sanguinaire. Un totalitarisme qui veut abattre la civilisation, ici, en Europe, en Afrique, dans le monde arabo-musulman, pour y substituer la terreur, la tyrannie. Combattre cette menace terroriste prendra du temps. C’est un combat de longue haleine. Nous devons à nos concitoyens, à nos compatriotes, un langage de vérité.

Mais nous ne sommes pas désarmés ni démunis face à cette menace qui peut frapper à tout instant. Notre force, c’est une conviction, c’est d’abord la République, une République déterminée à se donner tous les moyens, dans le respect du droit – c’est l’arme et l’honneur des démocraties – pour lutter de manière implacable. Ici, en France, bien sûr, mais aussi au Sahel ou au Moyen-Orient, où nous armées sont déployées.

Paris, 26 Août 2015, Manuel Valls le Premier ministre accueilli par Laurent Fabius, au ministère des Affaires. Photo Réveil FM International

Paris, 26 Août 2015, Manuel Valls le Premier ministre accueilli par Laurent Fabius, au ministère des Affaires. Photo Réveil FM International

Paris, 26 Août 2015, Manuel Valls le Premier ministre accueilli par Laurent Fabius, au ministère des Affaires. Photo Réveil FM International

Paris, 26 Août 2015, Manuel Valls le Premier ministre accueilli par Laurent Fabius, au ministère des Affaires. Photo Réveil FM International

Paris, 26 Août 2015, Manuel Valls le Premier ministre accueilli par Laurent Fabius, au ministère des Affaires. Photo Réveil FM International

Paris, 26 Août 2015, Manuel Valls le Premier ministre accueilli par Laurent Fabius, au ministère des Affaires. Photo Réveil FM International

Paris, 26 Août 2015, Manuel Valls le Premier ministre accueilli par Laurent Fabius, au ministère des Affaires. Photo Réveil FM International

Paris, 26 Août 2015, Manuel Valls le Premier ministre accueilli par Laurent Fabius, au ministère des Affaires. Photo Réveil FM International

Paris, 26 Août 2015, Manuel Valls le Premier ministre accueilli par Laurent Fabius, au ministère des Affaires. Photo Réveil FM International

Paris, 26 Août 2015, Manuel Valls le Premier ministre accueilli par Laurent Fabius, au ministère des Affaires. Photo Réveil FM International

Paris, 26 Août 2015, Manuel Valls le Premier ministre accueilli par Laurent Fabius, au ministère des Affaires. Photo Réveil FM International

Paris, 26 Août 2015, Manuel Valls le Premier ministre accueilli par Laurent Fabius, au ministère des Affaires. Photo Réveil FM International

Paris, 26 Août 2015, Manuel Valls le Premier ministre accueilli par Laurent Fabius, au ministère des Affaires. Photo Réveil FM International

Après les attentats de janvier à Paris, le Gouvernement a pris les décisions qui s’imposaient. Nous avons renforcé les effectifs et les moyens de nos services de renseignement : nous avons fait adopter, il y a quelques semaines, une loi très importante sur le renseignement, qui donne un cadre légal à nos services et leur confère les moyens juridiques pour traquer plus efficacement les terroristes. Et je vous demande d’aller expliquer auprès de vos interlocuteurs les mesures prises par la France dans son combat contre le terrorisme.

Mais nous ne pouvons lutter seuls. La coopération internationale contre le terrorisme est plus que jamais une nécessité. Elle est même d’ailleurs une condition de son efficacité. Il nous faut aussi suivre de près les initiatives prises en matière de lutte contre la radicalisation. Notre priorité absolue, c’est bien sûr d’interpeller les individus qui pourraient passer à l’acte. C’est aussi de détecter suffisamment tôt ceux qui, notamment, par le biais d’Internet, des réseaux sociaux, sont sur le point de basculer dans le jihadisme. Nombre de nos partenaires ont mis en place des projets impliquant les familles, les acteurs sociaux, les collectivités locales, qui pourraient inspirer ce que nous mettons nous-mêmes en place en France, et je vous demande une nouvelle fois d’être particulièrement attentifs aux initiatives prises dans vos pays respectifs et d’en informer vos autorités.

Lutter contre le terrorisme, c’est aussi protéger nos intérêts à l’étranger ; parce qu’ils sont menacés, parce que vous-mêmes pouvez être menacés. Je tiens à vous le dire : jamais nous ne transigerons avec la sécurité des Français de l’étranger et avec la protection des représentants de l’Etat et de nos ambassades. Laurent FABIUS en a fait à juste titre une priorité pour le budget du ministère des Affaires étrangères. Et à chaque fois qu’il sera nécessaire, les moyens affectés à la sécurité de l’Etat à l’étranger seront adaptés.

Une France forte, c’est ensuite une France qui pèse en Europe. L’Europe est confrontée à des défis considérables. Il y a bien sûr, et c’est l’urgence, le défi migratoire, avec ses tragédies quotidiennes. Il y a aussi le défi de la croissance et de l’emploi. Il y a enfin cette contestation croissante d’un projet européen qui ne parle plus au cœur des peuples, qui ne parle plus aux jeunes générations. Chacun de ces défis est en lui-même immense. Leur conjonction fait peser sur les dirigeants européens, sur les responsables publics, une responsabilité historique.

Manuel Valls prononçant son discours devant les ambassadeurs. Photo Réveil FM International

Manuel Valls prononçant son discours devant les ambassadeurs. Photo Réveil FM International

Manuel Valls prononçant son discours devant les ambassadeurs. Photo Réveil FM International

Manuel Valls prononçant son discours devant les ambassadeurs. Photo Réveil FM International

Manuel Valls prononçant son discours devant les ambassadeurs. Photo Réveil FM International

Bien sûr, on pourra dire que l’Europe a toujours fait face, depuis ses débuts, à des défis, et qu’il n’y a là au fond rien de très nouveau. Après tout, n’était-ce pas un défi d’avoir ce rêve fou, dans les années 1950, d’installer durablement la paix sur un continent ravagé par les guerres ? Un défi de vouloir concilier l’Histoire et la Géographie à travers l’élargissement ? Un défi de se lancer dans la création d’une monnaie unique ? Les défis ont toujours été là, bien sûr.

Mais aujourd’hui, il y a quelque chose de plus – quelque chose de plus grave. Le projet européen ne s’impose plus avec évidence. Nous devons pleinement mesurer cette situation, et il appartient à la France, pays fondateur, de réaffirmer cette aspiration qu’est la construction européenne. Bien sûr, pas toute seule ! Avec les autres, à commencer par l’Allemagne. Mais je suis frappé de constater, dans tous les échanges que j’ai avec des responsables européens, que la parole de notre pays sur l’Europe est irremplaçable. Ceci nous honore. Ceci, surtout, nous oblige.

L’Europe doit résister à la tentation, qui existe toujours, d’affronter les difficultés dans le repli sur ses intérêts nationaux, dans la remise en cause de ce qui a été si patiemment construit par des générations de dirigeants visionnaires.

L’ambition, ce doit être d’aller plus loin, de tirer les leçons des crises à répétition que nous vivons. Car quand je vois que les négociations du 3ème Programme d’assistance financière à la Grèce se sont au fond bien déroulées au mois d’août, que désormais, elle a la possibilité d’ouvrir une nouvelle page de son histoire, avec de nouveaux moyens financiers et économiques, je ne peux m’empêcher de penser que nous avons eu mille fois raison de mettre toute la force politique de notre pays, à l’initiative du président de la République, pour maintenir la Grèce dans la zone euro. Quelque chose de fondamental s’est joué au mois de juillet, qui n’est pas sans conséquence dans les débats européens, comme dans les débats en France.

Aller plus loin pour l’Europe, c’est d’abord mettre au cœur de nos politiques la croissance, l’investissement et l’emploi. C’est le pré-requis. Le plan Juncker, pour lequel la France s’est beaucoup impliquée, se met en place. Les premiers financements sont disponibles, les premiers projets, y compris en France, commencent à se réaliser. Par exemple, dans le domaine de la production d’énergie renouvelable, ou pour soutenir les PME innovantes.

Laurent Fabius raccompagne Manuel Valls. Photo Réveil FM International

Laurent Fabius raccompagne Manuel Valls. Photo Réveil FM International

Laurent Fabius raccompagne Manuel Valls. Photo Réveil FM International

Laurent Fabius raccompagne Manuel Valls. Photo Réveil FM International

Laurent Fabius raccompagne Manuel Valls. Photo Réveil FM International

Laurent Fabius raccompagne Manuel Valls. Photo Réveil FM International

Laurent Fabius raccompagne Manuel Valls. Photo Réveil FM International

Laurent Fabius raccompagne Manuel Valls. Photo Réveil FM International

Mais ce n’est qu’une première étape. Les besoins d’investissements en Europe sont considérables. Et comme nous l’avons voulu, ce sujet est désormais inscrit au cœur de la stratégie économique de l’Union européenne, à côté des réformes structurelles et du redressement nécessaire des comptes publics. L’Europe doit aussi préparer l’avenir, investir massivement dans ses capacités de recherche, dans le capital humain, dans les nouvelles technologies si elle ne veut pas se laisser distancer par les grands blocs américain et asiatique.

Aller plus loin pour l’Europe, c’est préparer la prochaine étape : celle de l’intégration croissante de la zone euro pour la rendre plus efficace et surtout plus légitime. Il faut enfin – cela a encore été rappelé par le chef de l’Etat hier – doter l’euro d’un gouvernement économique. Il faut que la zone euro bâtisse une véritable politique de convergence économique, financière, fiscale et sociale. Et comme l’a annoncé le président de la République, la France formulera, dans les prochaines semaines, des propositions concrètes sur tous ces sujets.

Enfin, aller plus loin pour l’Europe, c’est ne jamais hésiter à encourager les solutions européennes partout où elles sont nécessaires. L’Europe n’est pas la solution à tous nos maux. Elle ne peut pas tout, et les Etats doivent pleinement assumer leur responsabilité dans la conduite des politiques publiques. Mais ne pas s’engager pleinement au plan européen et ne faire les choses qu’à moitié au motif que politiquement, ce serait sensible ou que les opinions publiques ne comprendraient pas, ce n’est pas non plus la solution. La timidité ne paie jamais au plan européen. Seule l’audace permettra d’avancer.

C’est pourquoi il est indispensable de combler les lacunes qui finissent par se retourner contre le projet européen lui-même. Je ne prendrai qu’un exemple, celui qui évidemment nous vient à l’esprit : celui des migrations. C’est ensemble, avec un esprit de solidarité, avec fermeté, mais aussi de responsabilité, que nous devons avancer. Il faut notamment créer un système de garde-frontières européen, un système qui, disons-le directement, est essentiel à la survie et la crédibilité même de l’espace Schengen. Et dans ce même esprit, il faut que l’Union européenne se dote d’une politique de l’asile pleinement conforme aux valeurs que l’Europe porte aux yeux du monde.

C’est ainsi, en continuant à faire progresser la construction européenne, que l’Union pourra affirmer sa position de grande puissance commerciale, industrielle et culturelle. Ceci demande de l’énergie, de la conviction, de la détermination – et vous êtes en première ligne pour cela.

Une France forte, c’est aussi une France qui continue de se réformer pour amplifier la croissance, créer davantage d’emplois et préparer l’avenir. Une France qui se réforme et retrouve confiance en elle-même. L’an dernier, ici même, je vous avais présenté l’agenda des réformes ; des réformes qui se poursuivent avec constance, sans dévier du chemin tracé, et qui produisent de premiers résultats.

D’abord, en matière de croissance. Elle a été de 0,7 % au premier semestre, elle sera donc au moins à 1 %, voire un peu plus, pour l’année 2015. L’an prochain, nous devrions atteindre 1,5 %. C’est encourageant, mais c’est encore insuffisant pour faire baisser le chômage, même si les chiffres qui viennent d’être publiés ce soir vont dans le bon sens. Nous devons donc persévérer. Et je l’ai dit cette semaine, dans une tribune publiée par le journal Les Echos : changer maintenant de ligne de conduite, ce serait tout perdre.

Nous obtenons également des résultats en matière de déficit budgétaire. Il était de 5,1 % en 2011, il a été de 4 % en 2014. Et nous poursuivrons nos efforts pour ramener notre déficit sous la barre des 3 % d’ici 2017.

Nos objectifs de redressement de nos comptes publics seront donc tenus. Pas parce qu’on nous le demanderait, à Bruxelles ou à Berlin, mais tout simplement parce que c’est indispensable pour le pays. La dette, le déficit, la dérive des comptes publics, c’est la spirale du déclin, c’est le déclassement assuré. Et jusqu’au bout, nous respecterons la parole de la France : restaurer nos comptes pour retrouver pleinement notre souveraineté financière et budgétaire.

Nous obtenons enfin des résultats en matière de compétitivité de nos entreprises. Grâce au CICE, au Pacte de responsabilité et de solidarité, le coût du travail dans l’industrie est désormais moins élevé en France qu’en Allemagne – il ne faut pas hésiter à le dire. Les marges des entreprises se redressent. Les entreprises étrangères font, quant à elles, de nouveau confiance à la France, avec une augmentation de 8 % des investissements étrangers.

L’image de la France change, elle s’améliore. Il y avait encore très récemment un sport à la mode : le "French bashing". Or, je le constate à l’occasion de mes déplacements en Europe – une quinzaine depuis ma nomination comme chef du gouvernement, nombre d’entre eux effectués avec Harlem DESIR, que je salue : la France n’est plus décriée comme elle a pu l’être, et les regards se tournent à nouveau vers elle. Pas seulement parce qu’elle compte, grâce à sa diplomatie, à ses armées. Mais aussi parce que notre image sur le plan économique et commercial a changé au cours de ces derniers mois.

Je reste lucide, cependant. Il y a encore beaucoup à faire pour redonner tout son souffle à notre économie. Il faut donc aller plus loin et intensifier nos réformes. A la rentrée, nous allons ouvrir plusieurs grands chantiers. Enfin … "à la rentrée" … j’ai le sentiment d’y être déjà pleinement !

D’abord, avec le projet de loi de finances pour 2016. Il permettra de poursuivre notre trajectoire en termes d’économies budgétaires, de poursuivre également les allégements de charges pour les entreprises, de réduire encore l’impôt des ménages – et ce pour la troisième année consécutive.

Nous allons aussi présenter cet automne un projet de loi sur l’économie numérique. Dans ce domaine, nous devons saisir toutes les opportunités, stimuler la création d’activités, car c’est là un formidable relais de croissance. La France doit être à la pointe de l’innovation européenne et mondiale ; elle a tous les atouts, tous les talents pour cela.

Notre économie présente encore trop de blocages, trop de complexité, trop d’obstacles à l’esprit d’initiative. D’ici début 2016, le ministre de l’Economie présentera donc de nouvelles mesures pour compléter, pour approfondir la loi croissance et activité promulguée au début du mois d’août. Certaines de ses dispositions, d’ailleurs, sont d’ores et déjà entrées en vigueur. Je pense en particulier à l’ouverture des commerces le dimanche dans les zones touristiques. C’est une grande avancée, pour laquelle Laurent FABIUS s’est fortement mobilisé, et qui, là aussi, participera – je n’en doute pas un seul instant – du changement nécessaire de l’image de la France, à travers sa capitale, Paris.

Réformer, c’est aussi continuer notre action en matière de marché du travail. Il faut plus de souplesse, moins de complexité – ce qui ne veut pas dire moins de droits pour les salariés. Il faut aussi donner plus de place à l’accord collectif : la loi fixe le cadre, mais nous laisserons plus de latitude aux entreprises et à leurs salariés pour décider de leurs politiques de formation, d’apprentissage, d’organisation du travail. J’attends beaucoup du rapport qui nous sera fourni dans quelques semaines par Jean-Denis COMBREXELLE.

Lire la suite

mercredi 11 novembre 2015

Photos. Barreau de Paris. Colloque sur le devenir démocratique de l'Afrique "Paix, sécurité et résolution des conflits" !

Dr. Aurore Lunduelo. Photo Réveil FM International

Mohamed Kadamy de l'amicale panafricaine. Photo Réveil FM International

Myriam Thiam, guinéenne très engagée. Photo Réveil FM International

Impossible de relater tout ce qui s'est passé le vendredi dernier dans le prestigieux auditorium du barreau de Paris. Pour avoir présidé l'ouverture du colloque et le premier panel, je peux simplement face à la crème de l'intelligentsia africaine dans la salle: des anciens ministres, des députés, des militants engagés, on se serait attendu à des joutes verbales...Mais non, l'ambiance était apaisée, sereine lors du Colloque sur le devenir de l'Afrique "Paix, sécurité et résolution des conflits". Les personnalités de Djibouti, du Tchad, Mali, Sénégal, Bénin, Congo Brazzaville, de la Côte d'Ivoire, Guinée Conakry, République Centrafricaine, République démocratique du Congo, de Madagascar...

Paul Dima, avocat au barreau; Freddy Mulongo, journaliste et modérateur; Freddy Kita, acteur politique, initiateur de la campagne "Congo désir". Photo Réveil FM International

Paul Dima, avocat au barreau; Freddy Mulongo, journaliste et modérateur; Freddy Kita, acteur politique, initiateur de la campagne "Congo désir". Photo Réveil FM International

Freddy Mulongo, journaliste, modérateur et Emery Okundji, député national du Fonus. Il fait partie de la Dynamique de l'opposition avec le MLC, l'UNC et l'Ecidé en RDC. Photo Réveil FM International

Rolain Mena De gauche à droite, Bob Bolabwe Mbokoso (RPDR), Rolain Mena (LISANGA) et François Mbuku (FMK), ensemble pour le Congo !

Nous publions ce témoignage sur Facebook de Rolain Mena de Lisanga publié 7 novembre à 00:37 Merci aux organisateurs ! Le "Colloque sur le devenir démocratique de l'Afrique", qui s'est tenu ce jour vendredi 6 novembre 2015 de 14h à 18H, dans le premier arrondissement de Paris aux abords du mythique 36 quai des orfèvres et auquel nous avons assisté au nom de LISANGA, a été extrêmement riche en enseignements ! Une partie de la crème panafricaniste de la diaspora, composée d'anciens ministres et autres responsables tant politiques qu'associatifs de divers horizons, a été valablement représentée et c'est avec délectation que j'ai suivi très attentivement les interventions pertinentes des uns et des autres ! L'adage "on en apprend tous les jours" m'est apparu évident et a trouvé ici toute sa signification ! Dans l'auditorium de la prestigieuse maison du barreau de Paris, j'ai été agréablement surpris de rencontrer quelques compatriotes engagés dans le combat pour la libération du Congo de la mainmise étrangère et de nos anti-valeurs suicidaires, dont Bob Bolabwe Mbokoso, Freddy Mulongo, Toussaint Bondonga, François Mbuku, Freddy Kita, Armand Mavinga, et d'autres... Franchement, j'ai passé une très agréable et enrichissante après midi dans cet endroit réservé généralement aux grands avocats et autres outillés juristes ! Lorsque l'un des intervenants à affirmé, non sans raison, que LA JUSTICE est la colonne vertébrale d'une Nation, et que sans justice il ne peut y avoir de paix, je n'ai pu m'empêcher d'avoir une pensée affectueuse, fraternelle et patriotique pour une amie qui exerce la profession d'avocate à Kinshasa - elle se reconnaîtra - à laquelle je souhaite, de même qu'a tous ses collègues, plein succès aujourd'hui et dans le Congo de demain ! Cela ne peut être que bénéfique à la Mère Patrie ! Des rencontres et des séances de travail comme celles d'aujourd'hui, j'en redemande sans réserve aucune !

Rolain Mena

LISANGA

Le premier panel présidé par Freddy Mulongo, journaliste sur "Rôle des institutions africaines et les actions des partenaires de l'Afrique dans la résolution des conflits" a eu pour intervenants: Paul Dima, avocat au barreau de Paris sur le thème:"L'Afrique et la Cour Pénale Internationale"; Bah Oury, ancien ministre de la Guinée Conakry sur le thème:"Quelles solutions face aux crises institutionnelles en Afrique"; Eméry Okundji est intervenu sur "Tripatouillage, glissement et non respect de l'ordre constitutionnel en République démocratique du Congo"; Sidi Fall a parlé de l'opposition sénégalaise et Mohamed Djama de Djibouti a commencé son intervention en condamnant le régime du Congo-Brazzaville avant de parler de la situation des pays de la Corne d'Afrique, la partie de l'Afrique dont on ne parle pas souvent.

Le deuxième panel présidé par Jean Célestin Edjange, journaliste et écrivain sur "La construction de la sécurité et le renforcement d'une culture de paix" a eu pour intervenants: Acheik Ibn Oumar, ancien ministre des Affaires Etrangères et Ambassadeur de la République du Tchad sur le thème: "Quelles solutions face à la menace des mouvements terroristes de type Boko Haram ?"; André Nzapayere, ancien Premier ministre de la République Centrafricaine: "La gestion des économies africaines en période de crise politique"; Armand Mavinga Tsafunenga, président national du MPDC: "L'Afrique et ses identités"

Acheik Ibn Oumar, ancien ministre et Armand Mavinga Tsafunenga, président national du MPDC. Photo Réveil FM International

Un cocktail dans le hall du Barreau de Paris a permis aux panafricanistes et amis de l'Afrique de parler, dialoguer, discuter hors de l'auditorium...

Lire la suite

mardi 10 novembre 2015

Manuel Valls a inauguré le tout nouveau musée Rodin après trois ans des travaux !

Le Premier ministre Manuel Valls au musée Rodin. Photo Réveil FM International

Manuel Valls a inauguré lundi 9 novembre au soir le musée Rodin rénové, qui rouvre entièrement ses portes jeudi après trois ans de travaux, en défendant le rôle de l'art "pour casser ces murs de défiance, de repli, de rejet qui se dressent devant nous". Le Premier ministre, qui a raconté ses venues dans le musée avec son père artiste-peintre, Xavier, a rendu hommage à un sculpteur qui "malgré la commande", "impose son thème" et "son style".

Manuel Valls attendu et accueilli par Madame Catherine Chevillot, la directrice du musée Rodin. Photo Réveil FM International

Manuel Valls accueilli par Madame Catherine Chevillot, la directrice du musée Rodin. Photo Réveil FM International

Manuel Valls accueilli par Madame Catherine Chevillot, la directrice du musée Rodin. Photo Réveil FM International

"A une vision conventionnelle de ce que les choses devaient être, de ce qu’il était admis qu’elles soient, Rodin opposait sa vision. Sa vision, c’est-à-dire ce que les choses étaient vraiment", a déclaré le chef du gouvernement, venu en voisin de Matignon distant de 200 mètres.

Dans une fin de discours aux résonances politiques, le Premier ministre a parlé du besoin de la culture "pour nous retrouver, nous rassembler, pour casser ces murs de défiance, de repli, de rejet qui se dressent devant nous, pour dissiper aussi ces nuages sombres à l’horizon".

"Les intégrismes, les fondamentalismes, les régressions de toute sorte s’en prennent toujours d’ailleurs d’abord à l’art, aux artistes, aux créateurs. Ils détruisent les statues pour détruire l’émotion. Ils brûlent les livres pour piétiner l’intelligence. Aujourd’hui encore, la culture doit prendre le pas sur la barbarie. La création, l’émergence, prendre le pas sur le déclinisme ambiant. La découverte, la curiosité, prendre le pas sur le pessimisme", a plaidé M. Valls.

Après trois ans de lourds travaux, l'hôtel Biron, qui accueille le musée depuis 1919, rouvre jeudi à Paris avec une nouvelle présentation mettant l'accent sur le travail de création du grand sculpteur, toujours aussi populaire. Au cours du chantier, le musée était toutefois resté partiellement ouvert jusqu'en janvier, date à laquelle seul le jardin et ses œuvres sont restés accessibles au public.

Hôtel Biron qui abrite le musée Rodin. Photo Réveil FM International

Le dôme des Invalides, une vue du jardin du musée Rodin. Photo Réveil FM International

Le penseur de Rodin. Photo Réveil FM International

Lire la suite

lundi 9 novembre 2015

Barreau de Paris: Colloque sur le devenir démocratique de l'Afrique "Paix, sécurité et résolution des conflits" !

Le vendredi 6 novembre, le barreau de Paris a été le lieu de rendez-vous pour les panafricanistes et amis de l'Afrique, pour le colloque sur "le devenir démocratique de l'Afrique: paix sécurité et résolution des conflits" organisé par Freddy Kita, secrétaire général du parti Démocratie Chrétienne, initiateur de la campagne populaire, citoyenne et politique "Congo désir"; Maître Paul Dima, avocat au barreau de Paris et Freddy Mulongo, journaliste et responsable de Réveil FM international

Freddy Kita, secrétaire général de Démocratie Chrétienne. Photo Réveil FM International

Maître Paul Dima, avocat. Photo Réveil FM International

Freddy Mulongo, journaliste. Photo Réveil FM International

Nous vous proposons l'allocution d'ouverture du colloque prononcée par Freddy Kita

Palais du Barreau de Paris, le 6 novembre 2015

Chers Conférenciers,

Distingués Invités,

Mesdames et Messieurs,

En ce moment historique pour le devenir de beaucoup de pays africains, au nom de Comité Organisateur de la « Conférence Internationale sur le devenir démocratique de l’Afrique : paix, sécurité et résolution des conflits » Je me fais le devoir de souhaiter la pleine réussite de ce forum représentatif d’élite avant-gardiste africaine.

Il faut reconnaître que nos peuples africains, dans le passé, ne se sont pas sentis suffisamment conscientisés et interpellés par la manière dont leurs pays ont été gérés, laissant, de ce fait, des dirigeants autoproclamés détruire notre patrimoine commun. Sans que cela ne soit une excuse pour ses instigateurs, les guerres et les conflits armés qui frappent l’Afrique ne seraient donc qu’une conséquence tragique de cette conception « FÉODALE » de l’État ainsi que d’une carence chronique de LÉGITIMATION DU POUVOIR.

Nous devons avoir le courage de dénoncer l’impasse des processus démocratiques en Afrique Centrale et dans certains pays de la région des Grands Lacs, qui s’accompagne d’un recul de l’autorité de l’État dans certains territoires où les phénomènes terroristes des groupes armés sont à la base de massacres à grande échelle, du déplacement massif des populations rurales ainsi que des phénomènes de migration.

Souffrez que je me penche pragmatiquement sur la situation gravissime qui prévaut actuellement en République Démocratique du Congo, en République du Congo, au Rwanda et au Burundi où la paix est gravement menacée. Recensements « bibliques » de la population, Pétitions à souscription forcée, changement de Constitution et Référendum.

Dans une perspective historique, il sied de signaler que les dirigeants des groupes armés arrivés au pouvoir entre les années 1990 et 2000, à la suite des négociations de paix qui ont mis un terme à des conflits meurtriers, sont ceux-là mêmes qui veulent continuer à se maintenir au pouvoir par la force. Les Constitutions issues des processus de paix post-conflits ont assimilé les valeurs de la Démocratie pluraliste et représentative, entre autres, le principe de l’émanation du peuple de l’investiture politique, le principe de la séparation des pouvoirs législatif, exécutif et judiciaire ainsi que le principe de l’alternance démocratique à la suite de la limitation du nombre de mandants des présidents de la république. Les seigneurs de la guerre arrivés au pouvoir ont fait semblant d’appliquer ces principes fondamentaux pendant une décennie.

Les élections se tiennent plus au moins régulièrement mais les électeurs n’ont pas le droit de choisir leurs dirigeants à cause du caractère frauduleux des processus électoraux mis en place ; la séparation des pouvoir n’existe que dans les lois fondamentales mais pas dans la réalité des rapports entre les institutions étatiques; en particulier le pouvoir judiciaire est soumis au pouvoir exécutif au point d’être instrumentalisé pour des raison de répression politique (*).

Ces processus de démocratisation ratés s’achèvent maintenant avec la tentative de contourner l’alternance politique garantie par les Constitutions, Le constat est malheureux et inquiétant. Cet état de lieu centré sur les menaces qui pèsent sur les processus de démocratisation est nécessaire afin d’arriver à nous poser les bonnes questions, en ce moment pour l’histoire du continent Africain. Où allons-nous ?

Ce qui est essentiel, à notre humble avis, c’est l’occasion historique offerte par cette Conférence Internationale de se retrouver, entre responsables politiques et la société civile, afin de nous regarder les yeux dans les yeux en vue d’essayer de répondre ensemble à la seule et véritable question qui compte, à ce stade de notre histoire commune en tant que citoyens africains. « QU’AVONS-NOUS FAIT ET QUE VOULONS – NOUS FAIRE DE NOS BEAUX PAYS ? »

C’est cela, nous semble-t-il, la finalité fondamentale de cette rencontre et elle exprime l’écrasante dimension de notre responsabilité envers nos peuples, au service desquels l’élite politique africaine est appelée à œuvrer.

Chers conférenciers, mesdames, mesdemoiselles et messieurs,

Que nos seules guides, dans nos échanges et réflexions sur l’avenir de nos pays, soient notre conscience et les intérêts supérieurs de nos peuples, puisqu’à la fin des travaux des assises de ce forum International, notre seul souci devra être la recherche de solutions pour sauvegarder le droit de nos peuples à la paix et au développement durable.

Que l’Éternel Très Haut bénisse l’Afrique.

Je vous remercie,

Paris, 6 novembre 2015

Freddy Kita,

Secrétaire Général de la Démocratie Chrétienne, DC,

Chevalier de la Paix

Lire la suite

dimanche 8 novembre 2015

J'accuse Kin-Key Mulumba alias "Debré Mpoko" !

Les masques tombent d'eux-mêmes! Kin-Key Mulumba, le fantomas du net qui s'attaque aux congolais de la diaspora avec le pseudo de "Debré Mpoko" est démasqué. L'ancien porte-parole du mouvement rebelle criminel le RCD-Goma, Kin-Key Mulumba pour défendre son bifteck use et abuse de manière guignolesque son pseudo "Debré Mpoko" pour injurier, insulter et défendre des crimes, assassinats, arrestations arbitraires perpétrés en République démocratique du Congo. Comme dirait Albert Londres (1884-1932): "Notre métier n’est pas de faire plaisir, non plus que de faire du tort, il est de porter la plume dans la plaie". A Réveil FM Internationaux, nous assumons nos responsabilités. Nos convictions, valeurs républicaines et démocratiques qui transpirent dans nos articles. Notre liberté de ton, notre différence dans le traitement d'information sont des marques de notre ligne éditoriale. Nous ne nous cachons pas sous un pseudo pour écrire nos articles.

Mars 2001, à Kinshasa, au Palais du peuple, Réveil FM a initié avec ses partenaires le Festival "Fréquences Libres ou le pluralisme radiophonique pour déféndre la liberté d'expression et la pluralité d'opinions. Photo Réveil FM International, archives

Contrairement à ce que pense "Debré Mpoko" alias Kin-Key Mulumba, Réveil FM International n'est pas de l'opposition mais un média engagé de la résistance congolaise ! Il existe une grande différence entre l'opposition et la résistance ! Pendant que Kin-Key Mulumba "Debré Mpoko"et le RCD-Goma commettaient des massacres et crimes contre l'humanité sur les populations civiles dans le Nord et Sud Kivu, nous nous battions pour l'installation d'un pluralisme médiatique qui respecte la pluralité d'opinions. Kin-Key Mulumba "Debré Mpoko", ce dinosaure mobutiste qui s'est transformé en tyrannosaure croit impressionner. La République démocratique du Congo est le seul bien en commun que possède tous les congolais. Avec ses mains ensanglantés, ses crimes financières et économiques Kin-Key Mulumba "Debré Mpoko" n'est pas plus congolais que moi Freddy Mulongo qui défend la liberté d'expression. président des radios en RDC, de 2001 à 2007, j'ai visité les coins et recoins du Grand Congo, ce que n'a jamais fait Kin-key Mulumba "Debré Mpko" !

Réveil FM dans ses locaux sur le boulevard du 30 juin à Kinshasa-Gombé. Photo Réveil FM International, archives

Arrogant, prétentieux et très orgueilleux, "Debré Mpoko" d'un tweet sur le site du ministère aux relations avec le parlement qualifiant notre article d'un tract. Pauvre Kin-Key Mulumba "Debré Mpoko" pour quelqu'un qui prétend être un professeur, il ne sait pas faire la différence entre un article et un tract. C'est navrant ! Un tract n'est jamais signé, un article si même avec un pseudo ! Initiateur et responsable de Réveil FM depuis sa création le 20 novembre 1999, Freddy Mulongo a toujours assumé ses responsabilités éditorialistes. Nous ne sommes pas habitués aux tracts à Réveil FM international. Comment Kin-Key Mulumba "Debré Mpoko" qui a été ministre de PT-NTIC dans le gouvernment Matata I peut ignorer l'existence de Réveil FM et parler d'un bloc. Ignore-t-il aussi que Washington post a délaissé sa publication papier pour le numérique ? Sait-il que les grands médias à cause de la mutation technologique ont opté pour des médias numériques ? Et que les stations de radio comme les chaines de télévision ont muté de l'analogique au numérique ? Comment un incapacitaire Kin-Key Mulumba "Debré Mpoko" de surcroît ignare qui étale son ignorance a-t-il pu être ministre de PT-NTIC ? Des jeunes formés à la philosophie de proximité par Réveil FM sont des journalistes qui ont fait leur preuve y compris à la Radio Okapi !

Dans cette lettre publiée en 2009 pour les 10 ans de Réveil FM, l'adresse et les coordonnées de l'époque sont visibles. Photo Réveil FM International, archives

5 raisons poussent Réveil FM Internationaux à saisir ses avocats:

1. Pour s'attirer des faveurs du régime, Kin-Key Mulumba se transforme en fantomas du net. Il use et abuse de son "Debré Mpoko" pour injurier, insulter Freddy Mulongo pour ses articles. Depuis trois semaines en bon mercenaire a publié sur le site rwandais installé en Irlande: "Congoways: l’imbécillité de Freddy Mulongo". Pour la simple raison que nous dénoncions le fait que la République démocratique du Congo n'avait pas à inaugurer en grande pompe sa nouvelle compagnie aérienne avec deux coucous d'occasion. Les crashs aériens ternissent la réputation du pays. Pour montrer sa bonne foi à l'opinion nationale et internationale alias Joseph Kabila devrait rapatrier les 25 milliards de dollars planqués dans les îles Vierges britanniques pour l'achat des avions neufs !

2. Que l'arriviste mangériste à la mangeoire d'alias Joseph kabila Kin-Key Mulumba "Debré Mpoko" fasse le choix de défendre toutes les dictatures et régimes tortionnaires au Congo-Kinshasa pour se trouver une place au soleil, cela est son choix pas le nôtre. Etre ministre, c'est aussi répondre de sa gestion de la chose publique. Il n'est pas ministre pour sa contrée de "Masimanimba" mais un ministre de la République. Si ce n'est pas pour son incompétence et ses magouilles que la République démocratique du Congo n'a pas réussi son installation de la fibre optique à Mwanda, pourquoi son ministère n'a-t-il pas initier une action judiciaire contre l'entreprise bidon qui devrait l'installer ? C'est à Kin-Key Mulumba "Debré Mpoko" de prouver que les informations de Réveil FM international sont incorrects et pas le contraire.

2. Est-il vrai ou non que c'est sa femme Madame Mireille Ngingi Kin-Key qui l'a remplacé à la présidence du Parti pour l'Action (PA) ? Les congolais ont droit de savoir ! Si oui, n'est-ce pas vrai que "Masimanimba désir" est un grand bluff pour les congolais. Le Parti pour l'Action (PA) n'est-il pas qu'un conglomérat familial ? Il y a quelques années lors du gouvernement 1+4=0 après le dialogue intercongolais de sun-city que Roger Lumbala qui a été demis de sa fonction de ministre au commerce extérieur pour malversations financières, ne s'était pas privé de se faire remplacer à ce poste par sa femme. Kin-key Mulumba "Debré Mpoko" qui depuis a repris le logiciel rouillé de "Mobutu cent ans Tomo Tombele" à "Kabila totondi yo nanu té ", lui qui prétend être professeur, comment peut-il nommer sa femme à la tête du parti ? Après avoir traité Joseph Kabila d'analphabète lorsqu'il sévissait dans les crimes au RCD-Goma, aujourd'hui ce politicard girouette qui tourne au gré de vent fait du Mobutisme avec du Joséphisme !

4. Son fils Gasha Kin-Key Mulumba a la nationalité belge. La République démocratique du Congo n'autorise pas le double nationalité. Comment Kin-Key Mulumba "Debré Mpoko" a-t-il fait pour que Gasha Kin-Key Mulumba, le remplace comme suppléant ? Gasha Kin Key Mulumba est honorable de qui ? Où a-t-il été élu ? Et par qui ? Lorsqu'un énergumène comme Kin-Key Mulumba "Debré Mpoko" bafoue et viole les lois de la République doit-il s'en prendre à Freddy Mulongo, responsable de Réveil FM International ? Où plutôt à lui-même ?

5. De centaines de courriels de soutiens et encouragements reçus dans la boite e-mail: freddy.mulongo@reveil-fm.com pour avoir mis en lumière ce qu'aucun média en République démocratique du Congo n'a osé faire, nous incite à saisir nos avocats internationaux. Le procès Réveil FM International contre Kin-Key Mulumba "Debré Mpoko" sera un procès du Congo contre un régime mafieux dont les affairo-politicailleurs ventriotes ont pris en otage.

Lire la suite

vendredi 6 novembre 2015

RDC: Liberté de la presse enchaînée, Tshivis Tshivuadi de Jed répond à Réveil FM International

Mars 2014, Freddy Mulongo et Tshivis Tshivuadi à Paris. Photo Réveil FM International, archives

En 2014, selon les chiffres de Reporters sans Frontières (RSF), ce sont 66 journalistes, 11 collaborateurs, et 19 citoyens-journalistes qui ont été tués. Depuis 2008, 665 journalistes ont été assassinés dans l’exercice de leur métier. Des centaines d’autres sont emprisonnés, parfois torturés. En exerçant leur métier, c’est aussi notre liberté que défendent les journalistes. Ils mettent des mots, des images et des sons sur les souffrances, et sur les espoirs de ceux qui, sans eux, seraient condamnés au silence. Le 26 novembre 2013 l’Assemblée générale des Nations Unies, a adopté pour la première fois, par consensus, une résolution portant sur la sécurité des journalistes, tant en période de conflit que hors conflit. Elle appelle les Etats à prévenir les violences exercées contre les journalistes, dans le respect de leur indépendance, à lutter contre l’impunité de leurs auteurs et à mettre en œuvre concrètement les textes existants pour contribuer à créer « un environnement libre et sûr à l’activité des journalistes, tout en respectant leur indépendance ». Elle élargit le champ de la protection en tenant compte de l’évolution des métiers de l’information. Cette résolution fait du 2 novembre la "Journée Internationale pour mettre fin à l’impunité des crimes contre les journalistes". Mais où en est -on en République démocratique du Congo ? La RDC est un pays à part dans le globesphère: des apparatchiks du régime ont des journaux, des stations de radio, des chaînes de télévision...cela ne gêne pas les bonnes consciences. Ils sont juges et partie cela n'émeut personne. Il suffit qu'un apparatchik quitte le bateau Titanic du régime, on apprend que sa radio dans son village a été fermée... La République démocratique du Congo, par des atteintes massives aux droits de l'homme est devenue au fil des ans une république bananière, où les journalistes sont zigouillés, assassinés, arrêtés arbitrairement en toute impunité ! Journaliste en danger (Jed) s'époumone depuis des années à combattre pour la liberté d'expression et contre l'impunité des assassins de journalistes. Qu'en est-il du 2 novembre 2015 ?

1. Réveil FM International: le 2 nov est la journée internationale contre l'impunité des assassins des journalistes, où en est-on avec les journalistes assassinés en RDC ?

Tshivis Tshivuadi de Jed: Au cours de la dernière décennie, au moins 12 journalistes ont été tué à cause de leur travail ou en raison de leur qualité de journaliste. Au moins dans un cas sur trois, quelques suspects qui sont généralement des hommes en armes, ont été arrêtés. Des procès ont eu lieu, mais qui ne sont jamais parvenus à élucider les circonstances réelles, les mobiles et les commanditaires de ces assassinats. Ces procès ont laissé beaucoup des zones d'ombre, tout simplement parce qu'ils étaient fondés sur des enquêtes préliminaires sciemment bâclées pour ne pas faire éclater la vérité. Dans beaucoup, de cas d’assassinats, il n' y a même pas eu un début de procès, en dépit des enquêtes annoncées. En 2015, nous avons documentés au moins 72 cas avérés d'atteintes à la liberté de la presse. 60 % de ces violations sont la fait des personnes identifiables qui se recrutent, soit dans l'armée, la police ou les services de sécurité. Ces agents agissent sous ordre de leur chefs qui sont aussi connus. Tous ce prédateurs jouissent d'une totale impunité, parce qu'ils sont juges et parties à ces violations. Seuls une justice crédible et indépendante peut mettre fin à cette situation d'impunité quasi institutionnalisée. C'est le sens de notre lettre ouverte adressée au ministre de la Justice à cette occasion.

2. Réveil FM International: Le combat pour la liberté de la presse en RDC est sempiternel est-il perdu d'avance ?

Tshivis Tshivuadi de Jed: Le combat pour la liberté de la presse ne peut pas être perdu d'avance, parce que c'est un combat pour la démocratie et et pour la vie de la nation. La liberté de la presse est reconnue et garantie par la Constitution. Mais il y a une grande marge entre les textes de loi et le respect de ces textes. D'où notre combat , en tant que groupe de pression, qui consiste à dénoncer ces violations, et faire pression sur les gouvernants pour qu'ils respectent leurs engagements. C'est une question de volonté politique...

3. Réveil FM International: Pourquoi c'est toujours le ministre de l'information qui ferme les médias alors que le Conseil supérieur de l'audiovisuel et communication (CSAC) existe ? Ce dernier fonctionne-t-il normalement ?

Tshivis Tshivuadi de Jed: Il n y a pas que le Ministre des médias qui ferme ou interdit certains médias; Bien souvent ce sont les services de sécurité qui agissent, et le ministre ou le CSAC viennent ensuite "blanchir" le crime.... Mais une censure reste une violation, qu'elle soit le fait du Ministre , des services ou du CSAC.

Lire la suite

jeudi 5 novembre 2015

Roger Nkodo Dang, le président du Parlement panafricain "600 millions d'Africains sans électricité" !

Paris, Roger Nkodo Dang, le président du Parlement panafricain. Photo Réveil FM International

Volontariste Roger Nkodo Dang, le président du Parlement Panafricain puise les exemples dans sa propre vie: Il est né au Cameroun, il a grandit dans son pays y a fait toutes ses études. Pour être modeste, il dit qu'il est de la classe moyenne. Dès sa naissance à aujourd'hui, il est confronté au problème de délestage et d'obscurité sur le continent. Roger Nkodo Dang s'investit dans le projet d'un plan Marchall pour l'électricité du continent avec Jean-Louis Borloo. Le président du Parlement panafricain, Roger Nkodo Dang, est venu défendre devant l’Assemblée nationale un plan pour l’électrification de l’Afrique. Auquel il manque encore 50 milliards de dollars pour voir le jour. L’électrification du continent africain pourrait prendre dix ans seulement. C’est le message délivré par le président du Parlement panafricain, Roger Nkodo Dang à l’occasion d’un discours à L’Assemblée nationale le 3 novembre. « 75 % des Africains n’ont pas accès à ces droits fondamentaux que sont la lumière et l’électricité », a rappelé Roger Nkodo Dang, soit 600 millions d'Africains qui sont dépourvus d’un accès à l’électricité.

Paris, Roger Nkodo Dang, le président du Parlement panafricain. Photo Réveil FM International

600 millions d'Africains sans électricité

« Nous avons créé l’instrument, il manque maintenant juste des fonds propres », a affirmé le président du Parlement panafricain. En effet, le 15 juin dernier, les 54 chefs d’États et de gouvernements de l’Union africaine ont accepté - à l’unanimité - de créer une d’une Agence africaine pour l’électrification, qui serait dédiée au financement, mais surtout à la coordination de projets d’électrification en Afrique. Le vote des chefs d’État et de gouvernement a par ailleurs été soutenu le 7 octobre par un vote du Parlement panafricain, assemblée consultative de l'Union africaine regroupant des représentants de 53 pays africains. « Cela permettrait à l’Afrique de passer de 25 % à 100 % d’accès à l’électricité en moins de dix ans et d’en faire le premier continent soutenable du monde. L’accord est à portée de main », a poursuivi Roger Nkodo Dang. Le projet soutenu par Jean-Louis Borloo, au travers de sa fondation « Énergies pour l'Afrique », le plan d’électrification pourrait par ailleurs représenter un relais de croissance non négligeable pour les entreprises françaises.

Paris, Roger Nkodo Dang, le président du Parlement panafricain. Photo Réveil FM International

La fondation de l’ancien ministre français de l’Écologie est d’ailleurs financée par une myriade des grandes entreprises françaises (Total, Bolloré, Bouygues, Engie, etc) Besoins de fonds publics Mais pour aboutir, le plan d’électrification doit d’abord réunir des fonds publics pour assurer son lancement. « Nous avons besoin de 5 milliards de dollars par an pendant dix ans. C’est une somme dérisoire au regard de l’enjeu, mais cette somme doit être une réalité et arriver sous forme de crédits sécurisés », a martelé Roger Nkodo Dang. Attendus sous forme de subventions de la part des États responsables historiquement du changement climatique, dont les pays européens, les 5 milliards de dollars par an devraient permettre de lever des fonds privés afin d’atteindre les 250 milliards de dollars nécessaires à la réalisation du plan pour l’électrification du continent.

Paris, Roger Nkodo Dang, le président du Parlement panafricain. Photo Réveil FM International

La demande du président du Parlement panafricain a été largement soutenue par les députés français. Fin octobre, leurs homologues du Sénat avaient également manifesté leur soutien en faveur de cette initiative en adoptant une résolution appelant le gouvernement à « appuyer la démarche engagée ». « Cette électrification est l’occasion pour l’Europe d’accompagner la transition énergétique de l’Afrique, tout en favorisant les énergies renouvelables, afin de stopper une déforestation qui ne fera que croître sous l’effet de l’explosion démographique à venir », avait rappelé le sénateur Jean-Marie Bockel, auteur de la résolution. Soutien Malgré ce large soutien parlementaire, les promesses de financement de la part de la France se font encore attendre. « La France soutient les énergies renouvelables en Afrique au travers de sa politique de développement », a rappelé le ministre de l’Économie, Emmanuel Macron, présent lors du débat. « Notre engagement doit être à la hauteur. L’Afrique n’a pas besoin de nouvelles promesses, mais d’engagement concret », a-t-il rappelé. « Mais nous ne pouvons pas être seuls », a-t-il nuancé.

Paris, Roger Nkodo Dang, le président du Parlement panafricain. Photo Réveil FM International

Un appel direct à l’attention des grands pays émetteurs de CO2, qui devrait tous mettre la main au portefeuille pour financer le plan africain. Pour déclencher une première vague d’engagements financiers, la conférence internationale pour le climat (COP 21 ) qui doit se tenir en décembre à Paris devrait faire figure de premier rendez-vous. « Si la COP 21 ne peut pas trouver un accord international sur cette question, autant remballer les tréteaux et les lampions tout de suite », a prévenu Philippe Vigier, président du groupe UDI à l’Assemblée nationale. Multiples initiatives Face au défi africain, les initiatives privées et publiques se sont toutefois multipliées ces dernières années, entretenant une certaine concurrence des programmes bilatéraux et multilatéraux. En 2013, les États-Unis avaient annoncé le lancement du plan « Power Africa », une initiative dont l’ambition était de doubler l’accès à l’électricité en Afrique d’ici 2018. Avec un budget public de 7 milliards de dollars et de 14 milliards provenant de fonds privés. Du côté français, Schneider Electric a lancé en juin le fonds Energy Access Ventures qui vise à financer des projets d'accès à l'énergie en Afrique subsaharienne.

Lire la suite

mercredi 4 novembre 2015

Agenda des Actions Africaines En Région Parisienne de Novembre et Décembre 2015

L'Agenda des Actions Africaines En Région Parisienne existe depuis des années dans une constance, élaboré par Jean-Paul Vanhoove, très engagé. Tout africain, ami de l'Afrique ou français d'origine africaine qui veut s'informer sur une réunion, rencontre, conférence, exposition... le réflexe est souvent l'Agenda des Actions Africaines en Région Parisienne: Jean Paul VANHOOVE, jp.vanhoove@wanadoo.fr>

Anniversaire, commémoration, journées mondiales …

jusqu'au 15 novembre : Festival Alimenterre : des films pour 20€ en support pour une animation que vous pouvez organiser dans votre ville - 3 films en particulier sont à disposition : Et Maintenant Nos Terres raconte l’histoire de trois résistants à l’accaparement des terres en Afrique, trois héros de la paysannerie qui défendent leurs terres et leur mode de vie face à des investisseurs étrangers. Au Cameroun, Nasako Besingi fait reculer le projet d’une plantation de palmiers à huile porté par un fond d’investissement américain alors qu’Emmanuel Elong mène une alliance internationale de producteurs en négociation directe avec le groupe français Bolloré. Au Sénégal où les éleveurs peuls mobilisent la presse internationale dans leur combat contre un investisseur italien. Au Bénin avec le centre Songhaï qui forme chaque année des centaines de jeunes africains à une agriculture biologique et locale. Les alternatives à l’agriculture industrielle se multiplient et font leurs preuves en Afrique. Ceux qui sèment : Mais quelle est donc cette agriculture familiale qui emploie à ce jour plus de 40 % des actifs mondiaux et produit 80 % de l’alimentation mondiale ? Ce film évoque les avantages ainsi que les limites associés au caractère familial de l’agriculture. Les Liberterres : Portrait d’une rébellion, « Les Liberterres » suit le parcours de 4 paysans qui ont tourné le dos, définitivement, aux méthodes de l’agriculture conventionnelle. - Rens. CFSI 01 44 83 88 50 info@cfsi.asso.fr www.festival-alimenterre.org

le 1er novembre : Déclenchement de la révolution algérienne

du 2 au 9 novembre : Semaine de la finance solidaire : La 8ème Semaine de la finance solidaire, grand rendez-vous national annuel organisé par Finansol, a pour objectif de faire prendre conscience à chacun qu'il est possible de donner du sens à son épargne. Oikocredit et les autres acteurs de la finance solidaire se mobilisent et vous donnent rendez-vous partout en France pour découvrir, échanger, débattre sur cette autre finance. gvasse@oikocredit.org www.finansol.org

le 10 novembre : Fête de Maputo au Mozambique (chaque grande ville a sa propre fête).

le 11 novembre : Fête de l'indépendance de l'Angola

le 12 novembre : Journée de commémoration du 12 novembre 1975, date anniversaire de l'admission des Comores aux Nations Unies (40 ans de luttes contre la françafrique et contre l'occupation illégale de l'île comorienne de Mayotte

du samedi 14 au 22 novembre : 18è édition de la semaine de la solidarité internationale (SSI) - La solidarité internationale ne doit pas être l'affaire que des ONG et des états. Parce que chacun a son rôle à jouer pour faire avancer la société vers moins de pauvreté et d'injustices, la SSI le dit : la solidarité internationale, c'est l'affaire de tous ! Comment changer le monde tous les jours, toute l'année, à l'autre bout du monde, mais aussi tout près de chez soi ? - Pour connaître le programme de l'une des 69 actions (identifiée à ce jour ) en ile de France http://www.lasemaine.org/la-semaine-pres-de-chez-vous - Rens. Laetitia Pourchet : Chargée d'animation et de la coordination réseau Ile de France 01 44 72 89 78 laetitia.pourchet@lasemaine.org ou Contacts généraux c/o CRID - 14, passage Dubail, 75010 Paris, 01 44 72 89 78 contact@lasemaine.org http://www.lasemaine.org

En novembre : semaine de la solidarité internationale

du mardi 17 novembre au 24 décembre : 27e édition du Festival Africolor, - Lors de la débâcle de 1940, les 2400 tonnes de la Banque de France ont été transférés à Kayes et son fort de Médine. C’est aujourd’hui l’un des plus grands chantiers de la prochaine Afrique de l’Ouest : relier Saint-Louis à Kayes par un chenal permettant aux gros tonnages d’accoster là où le train pourrait ensuite prendre le relai jusqu’à Bamako. En attendant, la région vit au rythme des camions éventrés sur les bas-côtés des pistes, des mines d’or à ciel ouvert, des lupanars pour cow-boys de pacotille et des rivières gorgées de cyanure. Les villages se vident de leurs forces vives et se délitent, pendant que d’autres jeunes ont les yeux rouges de bières et de contamination tandis que de gros financeurs de la future COP 21 viennent s’y gaver de pépites et faire éclore des townships de chercheurs d’or à la petite semaine. Et pendant ce temps… nous fêterons les dix ans de la charte de l’UNESCO pour la diversité culturelle, obligeant tous ses signataires à « Protéger et promouvoir la diversité des expressions culturelles, de stimuler l’interculturalité dans l’esprit de bâtir des passerelles entre les peuples etc…» Comme nous ne sommes apparemment pas très nombreux à avoir pris au sérieux cette convention, on est obligés d’en faire des tonnes, pour rééquilibrer la balance. C’est aussi pour cela qu’on a redoublé de présence au Mali avec le grand retour de LA soirée africolor à l’Institut Français de Bamako avec Kayes DG et Nainy Diabaté, en attendant que le train Dakar/Kayes/Bamako siffle de nouveau… (extrait de Sébastien Lagrave, Directeur du festival Africolor - Rens. cc festival@africolor.co concerts@africolor.com communication@africolor.com www.africolor.com

le 20 novembre journée mondiale des droits des enfants

le 21 novembre : journée mondiale des pêcheurs artisans et des travailleurs de la mer

mercredi 25 novembre : sortie nationale du film ‘Capitaine Thomas Sankara’ de Christophe Cupelin - Capitaine Thomas Sankara dévoile le destin unique du président du Burkina Faso, de son élection en 1983 à son assassinat en 1987. Révolutionnaire, féministe et écologiste, Thomas Sankara a transformé l’un des pays les plus pauvres du monde en défendant la voix des exclus jusqu’à la tribune de l’ONU pour réclamer l’annulation de la dette africaine. Des archives étonnantes qui redonnent la parole à ce leader charismatique qui a marqué les consciences bien au-delà de l'Afrique.cinéma - Rens. Espace Saint-Michel, Paris 5è, M° / RER St-Michel. 01 44 07 20 49 espacesaintmichel@fr.st www.espacesaintmichel.free.fr

le 25 novembre journée internationale pour l’élimination de la violence à l’égard des femmes.

le 25 novembre : journée sans achat

le 28 novembre : Fête de l'indépendance de la Mauritanie (1960)

le 29 novembre : Journée internationale de solidarité avec le peuple palestinien

le 1er décembre : Proclamation de la République de Centrafrique

le 1er décembre : Journée mondiale de lutte contre le Sida

le 10 décembre : Journée internationale des droits de l'homme, Martin Luther King reçoit le prix Nobel de la paix (1965)

le 11 décembre : Fête nationale du Burkina Faso

le 12 décembre : Fête de l'indépendance du Kenya (Jamhuri)

le 13 décembre 1998, mourrait assassiné, le journaliste Norbert Zongo. Ce drame a bouleversé le Burkina Faso. 14 ans plus tard, le frère du président, François Compaoré, est actuellement présenté comme un successeur possible du président, lui-même, soupçonné du meurtre de Sankara. Pourtant, malgré l’impunité, les suites de l’affaire Zongo ont transformé le pays, et une certaine liberté d’expression est apparue grâce au combat de la société civile. -Saïd Abass Ahamed 06 14 72 02 34 , 01 43 38 50 50 saidabassahamed@hotmail.com et Justine Brabant : justine.brabant@gmail.com

le 18 décembre : Journée internationale des migrants (date de la signature de la convention des droits des migrants et de leur famille par les Nations-Unies)

le 18 décembre : Commémoration du massacre d'arhiba - Rens Association pour la Démocratie et le Développement (ADD) 06 20 72 59 83 aichadabale@hotmail.fr medkadamy@hotmail.com Mercredi 18 décembre 1991, restera à jamais gravé dans la mémoire de la République de Djibouti dont les représentants en uniforme de l’Etat (armée djiboutienne, F.N.P, Gendarmerie et Marine) ont mené une opération militaire contre les civils du quartier d’Arhiba (habité par des Afars), les exclus du champ de l’Etat, en représailles à une défaite des troupes gouvernementales dans le Nord du pays face au Front pour la Restauration de l’Unité et la Démocratie (F.R.U.D). Bilan connu : 59 morts, 88 blessés. Il s’agit d’une décision politique délibérée et assumée par les plus hautes autorités de l’Etat. Depuis 23 ans, non seulement ce crime d’Etat qui a toutes les caractéristique d’un crime de guerre reste impuni, mais il n’y a eu même pas un début de reconnaissance.

le 20 décembre : 1996-2006 décennie des Nations-Unies pour l'élimination de la pauvreté

le 20 décembre: Journée internationale de la Solidarité Humaine

Actions situées à Paris (75)

jusqu'au 10 janvier 2016 tous les jours sauf le lundi, de 11h à 21h : Exposition Beauté Congo 1926-2015 : Cette exposition audacieuse retrace près d’un siècle de production artistique congolaise. Si la peinture est au cœur de l’exposition, la musique, la sculpture, la photographie et la bande dessinée y ont aussi leur place et offrent au public l’opportunité unique de découvrir la diversité et la vivacité de la scène artistique de ce pays. - Tarif de gratuit à 7€, 10,50€ - Lieu : Fondation Cartier pour l'art contemporain, 261 boulevard Raspail, Paris 14è, M° Raspail ou Denfert-Rochereau- Rens. 01 42 18 56 50 info.reservation@fondation.cartier.com http://fondation.cartier.com/fr/ http://presse.fondation.cartier.com

jusqu'au 17 juillet 2016 : Exposition Chefs-d'œuvre d'Afrique dans les collections du musée Dapper - Des pièces majeures sélectionnées uniquement à partir du fonds Dapper et qui sont présentées ensemble pour la première fois et qui puisent leurs significations dans les cultures de l'Afrique centrale ou dans celles de l'Afrique de l'Ouest. La collection du musée se caractérise par la diversité des provenances géographiques et par l'ancienneté. L'exposition, qui comprend quelque 130 pièces, présente des œuvres majeures. Certaines sont uniques et n'ont aucun équivalent dans le monde, telles des sculptures du Gabon ( Fang, Kota, Punu...) du Cameroun (Bangwa), du Bénin (Fon), ou encore du Mali (Dogon, Soninke) - Lieu : Musée Dapper, 35 bis, rue Paul Valéry, Paris 16è - Rens. 01 45 02 16 02 - 01 45 00 07 48 comexpo@dapper.fr www.dapper.com.fr

jusqu'au 15 novembre : Festival Péril Jeune! Festival pluridisciplinaire indiscipliné! - Lieu : Confuence, 190, boulevard de Charonne, Paris 20è, M° Alexandre Dumas ou Philippe Auguste - Rens, Réservation 01 40 24 16 46 resa@confluences.net www.confluences.net

jusqu'au 31 janvier 2016 du mardi au dimanche de 10h à 18h: Exposition « Soutenir CO WORKERS x89 plus » avec deux artistes sudafricains, Bogosi Sekhukhuni et Tabita Rezaire - cette exposition fait émerger un langage inédit inspiré des ressources d’Internet. - Tarif 5€ et 7€ - Lieu : Musée d’Art Moderne de la Ville de Paris, 11 av. du Président Wilson, Paris 16è - Rens. 01 53 67 40 00

jusqu'au 10 janvier 2016 du mardi au dimanche de 14h30 à 18h30 : Exposition « Hugo Pratt- Jean-Claude Guilbert, l’Amitié mystérieuse… sur les traces de Corto Maltese » A la découverte du parcours dʼexception dʼun des plus grands créateurs de bandes dessinées et illustrateur du XXème siècle, le père de Corto Maltese; et de son ami explorateur et compère en Abyssinie. Plus de 150 documents, photographies, illustrations inédites, aquarelles, objets et films. Ouvert les 1er et 11 novembre. Fermé le 25 décembre et 1er janvier. PAF: 5 €; 4,5€ et 4€. - Lieu : Espace Reine de Saba, 30, rue Pradier 75019 Paris 19è, M° Pyrénées ou Buttes-Chaumont - Rens. 01 43 57 93 92 reinedesaba2@orange.fr www.espacereinedesaba.org

jusqu'au 6 novembre : Exposition de Smaïl Metmati : Ses peintures se font signes et traces, vestiges ressuscités du passé plurimillénaire de l’Algérie. Calligraphies d’une langue originelle, symboles sibyllins et pourtant si communs, donnent à son art la puissance de l’universel. Vernissage vendredi 16 octobre à 18h30 - Lieu : Centre Culturel Algérien, 171, rue de la Croix Nivert, Paris 15è - Rens. 01 45 54 95 31 http://www.cca-paris.com

du mercredi 4 au 10 novembre : Festival Cinéma et droits humains - Lieu : Cinéma Le Reflet Médicis, 3 rue Champollion, Paris 5è, M° St-Michel-Notre-Dame, Odéon - Rens. : 01 43 54 42 34 contact (at) cinema-droits-humains.org http://www.cinema-droits-humains.org/edition-2015/

mercredi 4 novembre de 14h à 19h : Conférence Internationale « Stratégies de développement et de Sécurité en Afrique de l’Ouest : enjeux de stabilité et d’émergence régionale » avec le Dr. Paul Kananura, Président de l’Institut Mandela, - Lieu : Espace Jean Dame – Salle de Conférence, 17 rue Léopold Bellan, Paris 2è - Rens. 06 74 26 68 47 05 33 48 38 80. institut.mandela@gmail.com

mercredi 4 novembre à 19h : Rencontres littéraires " La fabrique du paria avec Zahia Rahmani et Karim Miské" : Entre essai, récit et autobiographie, N’appartenir raconte le destin de son auteur, né d’un père mauritanien, diplomate et musulman, et d’une mère française, assistante sociale, professeure, athée et féministe. La narratrice, acculée du simple fait de son refus d’être assignée à une origine, se confronte au déni d’existence de celui qu’on noie sous la figure générique du musulman. Avec cette rencontre littéraire, Zahia Rahmani et Karim Miské témoignent de la violence de l’injonction faite de coller à une identité prédéterminée et dessinent les contours et les tentatives d’échapper à la fabrique sociale du paria. - Lieu : Institut des Cultures d’Islam, établissement culturel de la Ville de Paris, ICI Goutte d’Or, 56 rue Stephenson, Paris 18è, M° Max Dormoy - Rens. 01 53 09 99 84/82 http://www.institut-cultures-islam.org/

mercredi 4 novembre à 20h : Projection de "Fatuma et Asya" de Francesco Sinchi (2014) 59 mn - Deux jeunes filles Afar, Fatouma (10 ans) et Asya (13 ans), nous montrent leur vie de tous les jours dans deux contextes différents de la Région Afar d’Ethiopie. Toutes les deux sont confrontées à des problèmes importants : trouver une solution alternative au mariage traditionnel obligé (l’absuma), mais en lien avec la tradition pour Fatouma, et le conflit avec les Issa et le vol de bétail et de pâturage pour Asya. Toutes les deux trouveront leur solution : Fatouma épousera son aimé et la famille de Asya récupérera le bétail volé grâce à la Fi’ma, la milice traditionnelle du campement. C’est également la vie de deux jeunes filles Afar qui trouvent aussi le temps de s’amuser, entre travail à la maison et difficultés. Débat à l’issue de la projection avec Aïcha Dabalé de l’association Karera et militante de Femmes Solidaires - Organisé par l'AFASP - PAF 5€ - Lieu : cinéma LA CLEF, 34 rue Daubenton, Paris 5e, M° Censier-Daubenton - Rens 01 49 93 07 60 afaspa@wanadoo.fr www.afaspa.com

mercredi 4 et jeudi 5 novembre à 20h : Représentation de "Baouli, le sacrifice" L'histoire de la reine Pokou, le mythe fondateur du peuple Baoulé en Côte d'ivoire, un hymne au courage des femmes du monde entier - Lieu : Théâtre Ménilmontant, 15 rue du Retrait Paris 20è, M° Gambetta 1 - Rens. Marie-Pierre Medouga-Ndjikessi 06 22 78 71 38, 01 39 72 80 99 agencerp@orange.fr www.mp-c.eu ou gnoumbley@artlover.com - Location 01 46 36 98 60

jeudi 5 novembre à 18h30 : Rencontre-débat dans le cadre de la célébration du 61ème anniversaire du 1er novembre 1954 - Avec la participation du fidaï et militant anticolonialiste Félix Colozzi auteur de l'ouvrage "Mémoires de prisons" (El Kalima Editions), de Bernard Deschamps auteur, entre autres, de "Le fichier Z. Essai d'histoire du FLN algérien dans le Gard 1954-1962" et "Les Gardois la guerre d'Algérie" (Edition El Ibriz), ainsi que d'autres participants qui permettront d'enrichir le débat au cours de cette rencontre. Félix Colozzi est né en 1930 à Alger, au moment où la France célébrait le centenaire de sa présence en Algérie. Dans "Mémoires de prisons", il retrace son itinéraire, celui d'un être confronté aux effets pervers de l'ordre colonial. Celui-ci manipule les Européens qui s'y complaisent dans leur majorité, asservit les Algériens qui n'ont cessé d'écouter l'écho assourdissant de leurs révoltes, bientôt Révolution. - Lieu : Centre Culturel Algérien, 171 rue de la Croix Nivert, Paris 15è - Rens. 01 45 54 95 31 contact@cca-paris.com http://www.cca-paris.com/

jeudi 5 novembre à 20h30 : Projection de L’homme qui répare les femmes de Thierry Michel 112 min / 2015 : Prix Sakharov 2014, le docteur Mukwege est internationalement connu comme l’homme qui répare des milliers de femmes, violées durant 20 ans de conflits à l’est de la République Démocratique du Congo, un pays parmi les plus pauvres de la planète mais au sous-sol extrêmement riche. Le film raconte sa lutte incessante pour mettre fin à ces atrocités et dénoncer l’impunité dont jouissent les coupables dérange. Il est l’objet d’une nouvelle tentative d’assassinat, à laquelle il échappe miraculeusement. Menacé de mort, ce médecin au destin exceptionnel vit dorénavant cloîtré dans son hôpital de Bukavu sous la protection des Casques bleus. Mais il n’est plus seul à lutter. A ses côtés, se tiennent les femmes auxquelles il a rendu leur intégrité physique et leur dignité, devenues grâce à lui de véritables activistes de la paix, assoiffées de justice. - Dans le cadre du Festival Cinéma et droits humains organisé par Amnesty - tarif 6,50€ - Lieu : Cinéma Le Reflet Médicis, 3 rue Champollion, Paris 5è, M° St-Michel-Notre-Dame, Odéon - Rens. : 01 43 54 42 34 contact (at) cinema-droits-humains.org http://www.cinema-droits-humains.org/edition-2015/

du vendredi 6 au dimanche 8 novembre : Homage aux ‘’Héros de France venus d’Afrique et d’Ailleurs’’ SISTATCOMI 2015 8ème édition (Semaine Internationale de la Mémoire, du Souvenir des Tirailleurs Africains, Troupes Coloniales, Indigènes, Combattants d’Outre-Mer, de Madagascar et d’Indochine, morts pour la France lors des deux guerres mondiales de 1914-18 et de 1939-45) - Rens. Princesse Altermath-Massing, Chef d'Entreprise, Présidente du Réseau des Associations et des Entrepreneurs de la Diversité, Présidente du GIFA LEPFIDA (Groupement International d'Investissement des Femmes Africaines) , Présidente de la Fondation pour la Préservation de la Mémoire des Tirailleurs Africains, Membre de la Société des Amis de l'Académie des Sciences d'Outre-Mer - Rens. 06 36 03 96 08 - mtaltermath@yahoo.fr www.gifalepfidainternational.com

vendredi 6 novembre de 13h à 18h : Conférence : "les migrations d'Afrique, du proche et du moyen orient vers l'europe : Enjeux et défis à relever faces aux crises migraoire" - Lieu : Palais Bourbon - Rens. Résa : Françoise Traverso, présidente de l' AIDH 06 78 07 12 50 contact@aidh-ong.org http://www.aidh-ong.org/l-a-i-d-h/

vendredi 6 novembre 14h à 17h 30. Exposition et Conférences Débats "Hommage à Félix Eboué, Héros National et Citoyen du Monde" dans le cadre du SISTATCOMI 2015 - Lieu : Assemblée Nationale, Palais Bourbon.126, rue de l’université, Paris 7è. M° RER Invalides ou Assemblée Nationale . Entrée gratuite, réservation obligatoire 06 06 83 53 23 conseildesmariannes.delarepubliq@yahoo.fr chenebaobab.france@yahoo.fr - CMR Europe 181, avenue Daumesnil 75012 Paris

vendredi 6 novembre de 14h à 18h30 : conférence internationale sur " le devenir démocratique de l'Afrique : paix, sécurité et résolution des conflits" en particulier lors des periodes électorales- Lieu : Auditorium de la maison du barreau, Hôtel de harlay, Paris 1er - Rens. IPDD Initiative Panafricaine pour la Défense de la Démocratie 01 47 34 90 09 ipddsite@gmail.com www.ipdd.net

vendredi 6 novembre à 16h : Manifestation contre la casse des foyers des travailleurs immigrés, contre les expulsions, pour le droit d'héberger qui on veut !, contre la chasse et à la division entre les pauvres, pour le droit à la vie collective ! , de vrais pouvoirs aux comités de résidents ! Et poura protection et la régularisation des travailleurs sans-papiers ! - RV sortie métro : St-Germain-des-Prés (ligne 4) en direction du Ministère du Logement - Rens. 06 87 61 29 77, 06 48 51 87 37 copaf@copaf.ouvaton.org www.copaf.ouvaton.org

vendredi 6 novembre à 19h : Quand les Dieux deviennent des objets d'art, Le Crépuscule des Dieux bamana : Conférence de Jean-Paul Colleyn dans le cadre de l'exposition Chefs-d'œuvre d'Afrique - Au Mali, on appelle « Bamana » toute personne qui vénère des divinités agissant entre Allah et les hommes. Cette conception, la bamanaya, désigne l'ensemble des compétences rituelles nécessaires pour influencer le cours des choses. C'est au sein de cette bamanaya qu'a fleuri, jusque dans les années 1970, une forme d'art religieux d'une fécondité prodigieuse, sous forme de masques, de sceptres en métal, de statues et de poteries. Or, sous le double effet de la modernité et des conversions à l'islam, ces formes artistiques sont aujourd'hui en voie de disparition. Leurs qualités esthétiques, elles, font néanmoins toujours intrinsèquement partie du patrimoine culturel malien - Lieu : Musée Dapper, 35 bis, rue Paul Valéry, Paris 16è - Rens. 01 45 02 16 02 - 01 45 00 07 48 comexpo@dapper.fr www.dapper.com.fr

du samedi 7 au 15 novembre : Edition 2015 de Marjolaine, le grand salon bio du Parc Floral de Vincennes

samedi 7 de 11h à 22h et dimanche 8 novembre de 11h à 21h : Exposition collective éphémère de 10 artistes plasticiens & photographes à l'occasion des 10 ans de l'association CORI & ART et du lancement de Agence Fabian Fischer & de son site web avec : Performance inédite de Laura Oriol avec Jérémie Lortic, photographe, Concert de Oud (Tunis) par Yadh Ben Mahmoud Elyes, Concert de pop World music AyiTé et Atelier-représentation de poésie & slam - Lieu : 123 rue de turenne, Paris 3è, M° filles du calvaire - Rens. Christelle Akué - présidente de Cori&Art 06 16 05 06 08 , coriart@free.fr http://www.corietart.fr/index.php ou Agence Fabian Fischer 06 63 88 28 53 , agence.fabianfischer@gmail.com

samedi 7 novembre 14h à 17h30 : Conférences Débats. Entrée Gratuite, priorité aux Chefs d’Entreprise de la Diversité - Lieu : 26, rue de Vaugirard, Paris 6è, RER Luxembourg Réservation obligatoire : 06 06 83 53 23 conseildesmariannes.delarepubliq@yahoo.fr - chenebaobab.france@yahoo.fr - CMR Europe 181, avenue Daumesnil 75012 Paris

samedi 7 novembre de 14h30 à 18h : vous convie à la signature de «La charte Africaine pour le développement durable et la démocratie» - Cette réunion s’inscrit dans la cadre de la conférence sur le thème : «Pour une alternance démocratique non violente et un développement durable en Afrique», à l'initiative de l'association ÉQUITÉ - Lieu: Mairie du XXème, 6 place Gambetta, M° Gambetta ligne 3 - Rens. Saliou Diallo, Président d’Equité, Ancien Maire Adjoint de Evry, 06 68 70 58 77 clubequite@gmail.com

samedi 7 novembre de 15h30 à 17h30 - Débat : Assignation à résidence : à quoi ça sert ? : Interdire l’enfermement des enfants en centre de rétention administrative est l’une des promesses de campagne du président de la République qui n’a pas été tenue. En revanche, elle a conduit au développement d’une nouvelle forme de contrôle : l’assignation à résidence des personnes étrangères. Sous une apparence plus « humaine » et présentée comme une alternative à l’enfermement, l’assignation à résidence est un outil complémentaire offert aux préfets pour expulser. Expulser à moindre coût et à moindre droit, loin du regard citoyen. Qui est concerné par cette mesure ? Quels en sont les enjeux ? Comment faire du travail social dans cette perspective ? Quel accompagnement et quelle défense des droits ? Débat organisé par l’équipe de la revue Causes communes avec la participation de Marion Lignac, chargée de mission « réfugiés/migrants » de la Fédération nationale des associations d’accueil et de réinsertion sociale (FNARS), Clémence Richard, responsable régionale « défense des étrangers menacés d'expulsion » à La Cimade Île-de-France et Bruno Vinay, avocat au barreau de Seine-Saint-Denis. - Lieu : Bibliothèque Václav Havel, 26 esplanade Nathalie Sarraute, Paris 18è - Rens. 01 44 18 72 62, 06 42 15 77 14 causescommunes@lacimade.org www.lacimade.org

samedi 7 novembre de 19h à 2h du matin : Soirée de gala de charité sur le thème "la femme migrante" sous le marainage de nicole Ricard, Cheffe d'entreprise et de nombreuses personalités dont l'Ambassadeur de Centrafrique, Olivier Stirn, …. : - Guest : Hervé Dipari & Ibazz, Humour -tarif 150€ - Lieu : maison des polytechniciens, 12 rue de Poitier, Paris 7è, M° Solférino - Rens. Résa : Françoise Traverso, présidente de l' AIDH 06 78 07 12 50 contact@aidh-ong.org http://www.aidh-ong.org/l-a-i-d-h/

dimanche 8 novembre de 11h à 17h : Expo vente : A la découverte du Commerce équitable - lieu : Forum 104, 104 rue de vaugirard, Paris 6è, M° Montparnasse, falguière - Rens. 01 48 78 55 54 admparis9@free.fr http://artisansdumondeparis.fr/

dimanche 8 novembre de 11h 12h30 : Dépôt de la gerbe du souvenir sous l’Arc de Triomphe, sur la tombe du Soldat Inconnu, sur les Champs Elysées. Métro RER, Charles de Gaulle Etoile. Sortie Arc de Triomphe. Rens. 06 06 83 53 23 conseildesmariannes.delarepubliq@yahoo.fr - chenebaobab.france@yahoo.fr CMR Europe 181, avenue Daumesnil 75012 Paris.

lundi 9 novembre de 10h à 18h : Le Maroc et la France de la déclaration de la Celle-Saint-Cloud à nos jours : La France et le Maroc sont engagés aujourd’hui dans une coopération étroite qui se traduit notamment par de grands projets communs. Mais les deux pays se retrouvent également dans des actions stratégiques qui se déploient dans le Maghreb et au-delà. L’Afrique subsaharienne est l’un des espaces où ils sont à la fois concurrents et partenaires. L’avenir sera au centre des thèmes traités au cours des tables rondes. Les enjeux stratégiques France- Maroc et les défis du développement durable de la région permettront de se projeter vers le futur, à partir des inflexions géostratégiques actuelles. Le colloque sera articulé autour de trois thèmes majeurs : 1) Maroc-France, France-Maroc entre Mémoire et futur : l’impact du passé récent. 2) France-Maroc : les enjeux et défis stratégiques régionaux dans un contexte mondialisé 3) Quels partenariats dans une planète en mutation ? , - Lieu : Salle du Haut Conseil, 9ème étage, Institut du monde arabe (IMA), 1, rue des Fossés-Saint-Bernard, Place Mohammed-V, Paris 5è, M° Jussieu, ligne 7 - Rens. 01 40 51 38 38 http://www.imarabe.org

lundi 9 novembre à 20h30 : Projection de "Voyage en barbarie" 76 min / 2015 de Cécile Allegra et Delphine Deloget - suivie d’un débat en présence de Cécile Allegra. La péninsule égyptienne est devenue le théâtre d’un gigantesque trafic d’êtres humains. Des jeunes Erythréens fuyant la dictature y sont déportés et torturés jusqu’au paiement d’une rançon exorbitante. De la Suède à l’Egypte, ce film suit quatre rescapés du Sinaï : Robel, Germay, Filmon et Halefom ont survécu aux camps de torture du Sinaï. A travers leur parole et leurs gestes livrés dans l’intimité de leurs chambres, ce documentaire retrace leur long voyage au coeur de la barbarie. voyageenbarbarie.wordpress.com - Dans le cadre du Festival Cinéma et droits humains organisé par Amnesty - tarif 6,50€ - Lieu : Cinéma Le Reflet Médicis, 3 rue Champollion, Paris 5è, M° St-Michel-Notre-Dame, Odéon - Rens. : 01 43 54 42 34 contact (at) cinema-droits-humains.org http://www.cinema-droits-humains.org/edition-2015/

du mardi 10 au 26 novembre 2015 5ème édition du Festival des Nouveaux Cinémas Documentaires AFROTOPIA! entre Paris, Les Lilas, Porto Novo (Bénin) et Lomé (Togo). Cette 5ème édition s'intéressera aux cinémas et créations numériques en/sur Afrique et dans sa diaspora, et sera l'occasion pour nous de présenter une "Afrique-Monde, plurielle et métissée" avec des projections-rencontres, 2 séances de courts-métrages, 1 sélection Digital creation & video art, 1 soirée événement avec en projection le documentaire musical "Finding Fela" d'Alex Gibney (2014) retraçant la vie, le combat et l'engagement de Fela Kuti, père fondateur de l'Afrobeat avec en invité spécial son fils Seun Kuti; 1 table ronde sur la création numérique et multimédia en Afrique, 1 séance d'écoute radiophonique, 1 masterclass avec le cinéaste Dieudo Hamadi et des actions culturelles… en partenariat avec : le Comité du film ethnographique, Africadoc Bénin, le Festival de films africains Emergences au Togo, la Cinémathèque Afrique, l'Association des étudiants africains de la Sorbonne (ADEAS), l'association des étudiants du département Afrique de l'INALCO (AFRINALCO) et Arte Radio. - Lieu à Paris : Belleville en vues, 10-12 allée du Père Julien Dhuit, Paris 20è - Rens; 09.50.88.19.05, 06.84.44.86.27 contact@belleville-en-vues.org www.belleville-en-vues.org

mardi 10 novembre de 18h à 20h30 : Conférence "Le Sahel se transforme t-il en un nouvel Afghanistan?", autour de Serge Michailof, Chercheur à l'IRIS, enseignant à Sciences PO, ancien directeur de la Banque Mondiale, ancien directeur des opérations de l'AFD. - Lieu : Ecole Militaire, au 5 Place Joffre, dans l'Amphithéâtre Desvalières . - Invitation à demander à Quentin Delarue" quentin.2larue@gmail.com ou inscriptions avant le 7 novembre via www.ihedn-arparisidf.org : Votre pièce d'identité ainsi que votre carton d'invitation seront obligatoires à l'entrée de l'Ecole militaire.

tous les mardis et mercredis à 19h et à 20h30 : Danse Africaine et Bien Être : En Afrique, les Masques de Sagesse affirment: Vous êtes le seul penseur de votre univers et votre pensée est créatrice. Vous seul êtes responsable de la façon dont vous pensez. Pour les Masques de Sagesse, la danse n’est pas seulement une activité de loisir et de spectacles. C’est aussi un moyen d’évacuer le stress, la fatigue et les tensions, de chasser l’angoisse, l’anxiété ou l’insomnie, et de rester jeune , tout en se faisant plaisir. Dans cette méthode d'enseignement de la Danse Africaine et Bien - Être le professeur aide ses élèves à dépasser la pratique amateur qui se limite souvent au seul fait de prendre des cours de danse ou de pratiquer les mêmes pas de façon répétitive. - Lieu : 11, Avenue Vavin, Paris 6è, impasse privée située à hauteur du N°86 de la rue d'Assas, M° et /RER : Vavin, Port-Royal, Luxembourg, Notre-Dame-des-Champs. - rens. Alphonse Tierou 01 44 73 42 01 , 09 53 40 24 89alphonse.tierou@worldonline.fr www.tierou-doople.com

tous les mercredis de 15h à 20h30 : Meeting pour exiger la libération des prisonniers politiques en Côte d'Ivoire : Ambassade de Côte d'Ivoire, M° Victor Hugo - Rens. 06 65 71 95 68 chritzekou2@gmail.com

jeudi 12 novembre à 18h30 : Rencontre avec Olivia Burton et mahi Grand autour de leur ouvrage "Algérie c'est beau comme l'Amérique" - Rencontre avec L’Algérie, j’en ai toujours entendu parler dans ma famille pied-noir. Mais ces récits familiaux me pesaient : entre nostalgie, images de cartes postales et blessures de guerre, je trouvais cet héritage plutôt gênant. Pourtant, lorsqu’après le décès de ma grand-mère, je trouve dans son bureau un dossier à mon nom dans lequel elle avait consigné en secret, pour moi, les souvenirs de sa vie algérienne, j’ai soudain envie d’aller voir, pour confronter ces récits à la réalité. Je pars seule, avec dans mes bagages des questions épineuses sur une guerre que je n’ai pas vécue et le numéro de téléphone d’un contact sur place, un certain Djaffar…Ce roman graphique, illustré par Mahi Grand, raconte ce voyage : quête des origines, travail de la mémoire entre souvenirs et fantasmes, questionnement sur l’héritage, la honte et le sentiment d’exil et naissance d’une amitié improbable et cocasse entre deux héritiers d’une histoire brûlante. - Lieu : Centre Culturel Algérien, 171 rue de la Croix Nivert, Paris 15è - Rens. 01 45 54 95 31 contact@cca-paris.com http://www.cca-paris.com/

vendredi 13 novembre à 15h : Remise du Prix de la traduction Ibn Khaldoun-Senghor en sciences humaines - Dans le cadre de "Francofffonies !" le festival francophone en France qui célèbre la diversité des 63 états et gouvernements membres ou associés de l’Organisation internationale de la Francophonie - Lieu : Institut du monde arabe (IMA), 1, rue des Fossés-Saint-Bernard, Place Mohammed-V, Paris 5è, M° Jussieu, ligne 7. - Rens 01 44 37 33 00 http://www.francophonie.org - Rens. 01 40 51 38 38 http://www.imarabe.org

vendredi 13 novembre de 19h30 à 22h30 : soirée témoignages avec "Le miracle de Baba Simon", pièce de théâtre ET "40 ans d’aventure", paroles d’amis de Tokombéré - A l'occasion des 40 ans du Projet de Promotion Humaine de Tokombéré organisé par la fédération des associations partenaires du Projet de Promotion Humaine de Tokombéré (Nord-Cameroun) - Lieu : Salle Mabillon, 5 rue de l'Abbaye, Paris 6ème, M° St Germain des Prés, - Rens. contactez@tokombere-partenaires.org http://www.tokombere-partenaires.org http://www.tokombere-intertok.org

samedi 14 novembre de 8h30 à 18h : Colloque « Peut-on encore analyser les relations franco-africaines sous l’angle de la "Françafrique" ? » organisé par Les Amis de François-Xavier Verschave et l'association Survie à l'occasion des 30 ans de l'association Survie et du dixième anniversaire de la mort de FX Verschave, qui en fut le président - Programme : « Les recompositions politiques et institutionnelles de la Françafrique - Le Congo-Brazzaville dans le système françafricain - Le Tchad joue-t-il un rôle clé dans les relations franco-africaines aujourd’hui ? - Comment est perçue en Afrique la politique diplomatique actuelle de la France ? - La Francafrique dans la mondialisation économique - Faut-il un avenir au franc CFA ? - Paradis fiscaux : la Françafrique connectée à la mondialisation - L’Afrique francophone est-elle sortie du piège de la dette ? - FX Verschave et le génocide des Tutsi au Rwanda - Le combat judiciaire de Survie fait-il bouger les lignes ? - Que cache la guerre contre le terrorisme ? - Barkhane : une opération extérieure aux multiples facettes - La lutte contre le terrorisme vu d’Afrique - Racines coloniales de l’ordre sécuritaire - La Françafrique existerait-elle sans le racisme ? - Avec Alain Deneault, Aminata Traoré, Boubacar Boris Diop, Brice Mackosso, Géraud de la Pradelle, Jacques Morel, Jean Merckaert, Marielle Debos, Mathieu Rigouste, Odile Biyidi, Raphaël Granvaud, Saïd Bouamama, Thomas Deltombe, etc. - Lieu : Amphi 5C, Halle aux Farines de l’université Paris 7 - Denis Diderot, 10 rue Françoise Dolto Paris 13è, RER/M° Bibliothèque F.Mitterrand - Inscription 01.80.89.58.23 contact@lesamisdefxv.org

samedi 14 novembre de 9h à 17h : Rencontre du MRAP "Les banlieues dans les médias : fabrique des préjugés ?" Les préjugés sont le terreau de la discrimination, du rejet de l’autre. Le MRAP s’est fixé pour objectif de mieux comprendre - pour mieux agir contre toutes les formes de racisme - comment se construisent, se propagent, s’ancrent dans l’imaginaire collectif ces cancers de la pensée. Ce colloque vise à nourrir la réflexion et à lutter plus efficacement contre l’incompréhension entre les banlieues - où sont assignées la majorité des populations immigrées - et les « autres », incompréhension qui génère fracture sociale et violences. - Lieu : AGECA, 177, rue de Charonne, Paris 11è, M° Alexandre Dumas - Inscription ou rens. 01 53 38 99 99 accueil@mrap.fr www.mrap.fr

samedi 14 novembre de 14h30 à 18h : conférence-débat "De la Rencontre à la Fraternité, vers un nouvel élan." avec Christian Aurenche, prêtre et médecin à Tokombéré, Elena Lasida, économiste (auteur de: Le goût de l’autre), un spécialiste des questions du Cameroun, débat animé par Dominique Quinio, ancienne directrice de La Croix - A l'ocasion des 40 ans du Projet de Promotion Humaine de Tokombéré (Nord-Cameroun) - Lieu : Auditorium de l’IPAG, 184 Boulevard Saint-Germain, Paris 6ème - Rens. contactez@tokombere-partenaires.org http://www.tokombere-partenaires.org http://www.tokombere-intertok.org

samedi 14 novembre à 18h30 : buffet dinatoire à l'ocasion des 40 ans du Projet de Promotion Humaine de Tokombéré (Nord-Cameroun) - Lieu : Salle Mabillon, 5 rue de l'Abbaye, Paris 6ème, M° St Germain des Prés, - Rens. contactez@tokombere-partenaires.org http://www.tokombere-intertok.org

samedi 14 novembre à 20h30 : spectacle : "Pierre et Mohamed" - A l'ocasion des 40 ans du Projet de Promotion Humaine de Tokombéré organisé par la fédération des associations partenaires du Projet de Promotion Humaine de Tokombéré (Nord-Cameroun) - Lieu : Eglise, 3 place St Germain des près, paris 6è St Germain des Prés, Paris 6ème - Eglise intertok, - Rens. contactez@tokombere-partenaires.org http://www.tokombere-partenaires.org http://www.tokombere-intertok.org

mardi 17 novembre de 18h30 à 20h : Conférence : Crises humanitaires et climat : urgence ! Réfugiés climatiques. Ces seuls mots suffisent à évoquer l'un des impacts actuels et à venir du changement climatique sur les humains et plus particulièrement sur les habitants des pays du Sud. En provoquant sécheresses et inondations, il menace directement la sécurité alimentaire de pays dont l’économie est principalement fondée sur l’agriculture et l’élevage. Outre des déplacements de populations, le changement climatique risque de provoquer des conflits pour l'accès aux terres et à l'eau, et menace donc aussi la paix. Avec Florence Gibe, Directrice des programmes de Resilience Now; Stéphanie Rivo Présidente d' Action Contre La Faim dt Yvan Sav, Directeur Plan International Franc- à 21h : pot de l’amitié et networking - Lieu : BeeoTop, 14 Bd de Douaumont, Paris 17ème, M° Porte de Clichy - Rens. 06 68 82 95 43 Beeotop@generali.fr http://www.beeotop.org/

mardi 17 novembre de 19h30 à 22h : Soirée Projection débat de "Changeons le commerce, pas le climat" de José Huerta et produit par la Fédération Artisans du Monde suivit de dégustation de produits équitables - Lieu : Centre Valeyre, 24 rue Rochechouart dans le 9ème, M° Cadet. - Rens. 01 48 78 55 54 admparis9@free.fr http://artisansdumondeparis.fr/

mardi 17 et mercredi 18 novembre à 20h30 : Concert Noirlac, ce sont trois univers en un concert : le balafon de Lanciné Kouyaté véhicule l’Afrique millénaire et actuelle et le chœur Sequenza 9.3 l’univers de la création classique contemporaine. Krystle Warren, native de Kansas City, apporte sa voix granuleuse imprégnée de soul musique et de gospel. Héritier du balafon, le vibraphone de David Neerman est au croisement de ces cultures et les réunit toutes pour une soirée pleine de douceur et de poésie. - Dans le cadre du Festival Africolor - Tarif 25 € - Lieu : Amphithéâtre de la cité de la musique-Philharmonie 2, 221, avenue Jean-Jaurès, Paris 19è, M° Porte de pantin. - Réservation 01 44 84 44 84 - Rens. communication@africolor.com www.africolor.com

mercredi 18 novembre 2015 : Représentation de "Baouli, le sacrifice" L'histoire de la reine Pokou, le mythe fondateur du peuple Baoulé en Côte d'ivoire, un hymne au courage des femmes du monde entier durant la semaine de la solidarité internationale au centre d'animation Curial Tarifs 7€50 : enfant de moins de 12 ans, étudiants et demandeurs d'emploi - 15 € adulte - Groupe (à partir de 8 personnes) : 10€ - Lieu : Centre d'animation Curial, 16 e Colette Magny, Paris 1 - Rens. Marie-Pierre Medouga-Ndjikessi 06 22 78 71 38, 01 39 72 80 99 agencerp@orange.fr www.mp-c.eu

mercredi 18 novembre de 18h à 21h : Conférence-débat Centrafrique : Quels leviers pour une paix durable ? » organisé par le Secours Catholique, avec le Pasteur Jean-Arnold de Clermont, ancien Président du Conseil de la Fédération protestante de France, puis de la Conférence des Églises européennes, Jean-François Akandji Kombe, co-directeur du Département Droit social de l’Institut de recherche juridique de la Sorbonne, Rachid Lahlou, président du Secours Islamique France - Lieu : Maison des Evêques de France, 58 avenue de Breteuil, Paris 7è, M° St-François Xavier - Rens. Et Inscription obligatoire 01.45.49.73.94 philippe.morie@secours-catholique.org afrique.democratie@secours-catholique.org

du mercredi 18 novembre au 20 décembre du mercredi au samedi à 19h, dimanche à 15h : Représentation "Le maniement des larmes" - Portrait de la politique de l’armement en France. Sur scène, ce qui nous arrive et ceux par qui nous arrivent ces évènements : personnalités politiques, intermédiaires et hommes de l’ombre, mais aussi journalistes et agents du renseignement. Entre emballements médiatiques, ténacité des juges d’instruction, écoutes téléphoniques, valse des valises et culte du secret, des guerres grondent et des familles éclatent. C'est le dernier volet de la trilogie «Bleu-Blanc-Rouge» - Pétrole-Nucléaire-Armement, après "elf la pompe Afrique» et "Avenir Radieux, une fission française». - Tarif : de 3€ à 18€ - Lieu : Le grand Parquet, 35 rue d'Aubervilliers, Paris 18è, M° Stalingrad ou max Dormoy - Reservation : 01 40 05 01 50 billetterie@legrandparquet.net - rens. info@unpasdecote.org www.unpasdecote.org

jeudi 19 novembre à 19h: « Climat et Environnement : poser les vraies questions ». Avec Philippe Descamps, rédacteur en chef du Monde diplomatique, et Jean-Michel Dumay, journaliste, coordinateur du Manière de Voir numéro 144. La 21e conférence des Nations-Unies sur les changements climatiques, qui se réunira à Paris du 30 novembre au 11 décembre, n’a pas le droit d’échouer. Gaz à effet de serre, réchauffement dû aux activités humaines, échange écologique inégal, « croissance » incompatible avec la protection de l’environnement… autant de problèmes à surmonter pour qu’un accord trouvé à Paris ne soit pas un leurre. Un accord de façade risque aussi de détourner l’attention de l’urgente remise en cause d’un modèle de développement fondé sur l’exploitation des énergies fossiles, la course au productivisme et l’échange inégal entre les peuples. Dans le cadre de nos cafés-diplos - Lieu : Bar-restaurant « Le lieu dit », 6, rue Sorbier, Paris 20e, M°Ménilmontant ou Gambetta. - Rens. amis.diplo.75@gmail.com, amis@monde-diplomatique.fr http://www.amis.monde-diplomatique.fr/ www.lelieudit.com

vendredi 20 novembre et chaque 3ème vendredi du mois de 18h30 à 19h30 : Rassemblement du Cercle de Résitance à Paris contre le traitement inhumain des sans papiers - Vous pouvez vous joindre au cercle à tout moment, même pour seulement quelques instants. Par notre participation au cercle de silence, nous voulons dénoncer les traitements inhumains réservés aux migrants du seul fait qu'ils n'ont pas de papiers en règle. Nous en appelons à la conscience de tous et vous invitons à rejoindre le cercle de silence place du Palais-Royal - Lieu : Place du Palais Royal, Paris 1er, M° Palais-Royal-Musée-du-Louvre http//www.cerclederesistance.fr

vendredi 20 novembre à 19h : Projection du film "Et maintenant, nos terres" de Benjamin Polle et Julien Le Net : « Portrait de 3 meneurs de lutte paysanne contre les accaparements de leurs terres en Afrique de l’Ouest (Sénégal, Cameroun et Bénin) » Suivi d’un débat avec Benjamin Polle, co-réalisateur, et Clotilde Bato, association "Solidarité" Organisé par Artisans du Monde et l'association LACIM - Lieu : Centre d’animation Place des Fêtes. 2/4 rue des Lilas. Paris 19ème, M° Place des Fêtes - Rens. 01 48 78 55 54 admparis9@free.fr http://artisansdumondeparis.fr/

vendredi 20 novembre à 19h : Malika FECIH nous présentera son ouvrage « Souad n’est plus » autour du thème "Le combat d'une femme : comment se libérer de ses chaînes ?" "Issue d’une famille algérienne immigrée en France, huitième d’une fratrie de dix enfants, Souad connaît une réussite sociale que rien ne favorisait a priori, mais elle demeure souvent rongée par un mal-être intérieur… Un atelier d’écriture avec l’écrivain et réalisateur va tout changer. Car l’histoire de Souad, que Malika a d’abord écrite pour elle-même, n’était au départ pas destinée à être publiée. "Mais quand je l’ai fait relire à Mehdi, il m’a dit : il faut publier." - Lieu : Au Café du Pont Neuf (1er étage), 14 Quai du Louvre, Paris 1er, M° Pont Neuf Ligne 7 - Inscription obligatoire sur : contact.farr@gmail.com

samedi 21 novembre : Balade de 2h30 de balade sur la Mode à La Goutte d'Or accompagné du Passeur de culture. Une Fashion Mix «hors les murs» dans un ancien quartier de Paris : à la rencontre des artisans, tailleurs, mécaniciens, «sapeurs» ou créateurs qui, un jour dépassèrent océan, montagne et désert pour venir à la capitale. Rendre visible la participation des immigrants à la couture et au prêt-à-porter français (confection) et mettre en évidence leurs apports à l’inventivité, la beauté et l’élégance hexagonales. Partagez passion, savoir et accent de vérité dans le quartier chamarré de La Goutte d’Or à Paris, capitale internationale de la mode ! (En écho à l'exposition Fashion Mix au Musée de l'Histoire de l'Immigration). Découvrez un quartier où l'atelier de confection côtoie la boutique de créateur, où le vendeur de bazins fréquente le styliste émérite, où les coiffeurs afro palabrent avec les esthètes de la "Sapologie".... Vivez la multitude des couleurs des wax africains, des caftans arabes et des costumes "ambianceurs". Touchez le travail de création de Xuly Bët, Sakina M'Sa, Mazalay ou du tailleur de quartier ! 1/2 j. à partir de 15 € à partir de 6 personnes - Inscription préalable par courriel : voyagesiproche@bastina.fr - Rens. : 08 05 69 69 19 bastina@bastina.fr www.bastina.fr

lundi 23 novembre à 18h30 : Débat-Concert sur Thoma SANKARA 1987-2014… Le 30 octobre 2014, avant d’envahir le parlement burkinabè, la foule scandait un nom, celui de Thomas Sankara. Dernière idole panafricaine, le « Che africain » conserve une aura qui a survécu à la chute des idéologies dont il se réclamait. On oserait dire « Un spectre hante l’Afrique, c’est le spectre de Sankara…. » comme si, tel le fantôme de Shakespeare, il revenait hanter tous les apprentis dictateurs, comme au Burundi, en RDC, au Togo... Avec Smockey, cofondateur du Balai Citoyen, et Pascal Dibie, ethnologue, nous évoquerons la présence de Sankara dans la politique burkinabè d’aujourd’hui et dans toute l’Afrique. - Lieu : Université Paris VII Diderot, Amphi Buffon, 15 rue Hélène Brion - Réservation 01 57 27 59 37 - Rens. communication@africolor.com www.africolor.com

mercredi 25 novembre de 9h à 17h30 : 2ème édition FIEDEF 2015 (Forum International Economique et du Développement de l’Entrepreneuriat au Féminin) - Cette rencontre se propose de réunir d’une part, des acteurs Economiques et institutionnels, des financiers, des diplomates et d’autre part des Femmes et des Hommes Politiques pour parler de l’optimisation de la croissance, des perspectives économiques, de la promotion de l’Entrepreneuriat et des investissements. 3 Tables rondes sur : L’Apport Economique mondiale des Femmes. Le Financement Participatif ou Crowdfunding. L’Economie Sociale et Solidaire. - Lieu : Centre de Conférence Mendes France, Ministère de l'Economie, des Finances et de l'Industrie, M° Bercy, Gare de Lyon - Contacts partenariat 01 73 70 32 55, 06 06 83 53 23 secretariat@gifalepfidainternational.com gifaforum@gmail.com www.gifalepfidainternational.com

jeudi 26 novembre de 18h30 à 19h30, tout les derniers jeudis du mois : Cercle de Résistance de Paris Sud : Nous manifesterons notre opposition à la politique migratoire de l'Europe qui provoque souffrances et tragédies à ses frontières, et au manque de solidarité de la France, vis à vis des réfugiés qui fuient, avec leurs enfants, leur pays en proie à la guerre ou aux catastrophes climatiques ( le plus souvent causés par des grandes puissances); aux garde à vues arbitraires, aux mises en rétention et aux expulsions d'étrangers « sans papiers » - Lieu : Place Denfert-Rochereau, parvis de la gare RER Denfert-Rochereau, M° RER-B Denfert-Rochereau - Rens. http://paris.demosphere.eu/rv/41167 http://cerclederesistance-parissud.jimdo.com/ http//www.cerclederesistance.fr

vendredi 27 novembre à 20h30 : Concert de musique chaabi de Merzak Boudjelouah - Il fait partie de ses anciens interprètes du chaabi, très discret malgré un répertoire d’une centaine de chansons. Il a créé son premier orchestre en 1969. Il s’installe à Paris en 1973 et forme un groupe de variétés avec Youcef Abdjaoui et Rachid Mesbahi. En 1979, il enregistre sa première cassette. Entrée 13€ - Lieu : Centre Culturel Algérien, 171 rue de la Croix Nivert, Paris 15è - Rens. 01 45 54 95 31 contact@cca-paris.com http://www.cca-paris.com/

vendredi 27 novembre à 20h30 : Concert « SANKARA ARRIVE » Au son des chansons de l’époque et des anecdotes chantées par Simon Winsé, Moussa Koita et Amadou Daou, Africolor revient sur l’histoire musicale qui évoque l’ancien président du Burkina Faso. Le concert sera suivi de la première du film « Capitaine Thomas Sankara ». Cet événement au Cinéma La Clef est une soirée de soutien dont les bénéfices seront intégralement versés à l’association de Simon Winsé « Dangada » http://simonwinse.blogspot.fr/p/association-dangada.html. Production Africolor - tarif : 13 € / 11 € - Lieu : Cinéma La Clef, 34 rue Daubenton, à Paris 5è , M° Censier-Daubenton - Rens. 09 53 48 30 54 http://www.cinemalaclef.fr ou communication@africolor.com www.africolor.com

samedi 28 novembre pendant 2h30 environ (horaires à demander) : Balade africaine dans le 18eme : Le Petit Mali à Château Rouge à Paris - Baština vous invite au voyage « Petit Mali » au marché africain de Château Rouge dans le 18eme à Paris. Le nombre et la qualité des produits vendus ici éveille vos papilles, éblouit votre regard, égaye vos sens… Le marché de Château Rouge égalise les meilleurs marchés de Bamako ou Dakar : partout ce ne sont que capitaines, tilapias, machoirons, ignames, patates douces, piments, gombos, sauce graine ou arachide…Ces lieux de vie demeurent emblématiques de la geste ouest-africaine à Paris Rendez-vous avec le passeur de culture malien au marché africain de Château Rouge dans le 18eme arrondissement de Paris. - Prix : A partir de 15 € par personne - Lieu de rendez-vous au Marché africain de Château Rouge au sortir du métro (angle Boulevard Barbès et Rue Poulet devant le kiosque) dans le 18ème à Paris - Inscription préalable par courriel : voyagesiproche@bastina.fr - Rens. : 08 05 69 69 19 bastina@bastina.fr www.bastina.fr

dimanche 29 novembre : Manifestations de la société civile à Paris pour que la COP 21 prenne des engagements ambitieux. http://coalitionclimat21.org/fr/

du lundi 30 novembre au mardi 2 décembre : FOREA2015 : Forum Économique International à Paris sur le thème « Prospectives 2035 : les chemins d’Avenir en Afrique et la fluidification de vos opérations bancaires et financières à travers les lettres de crédit»- Plusieurs pays africains se sont engagés dans un programme d’émergence à l’horizon 2035 et cette émergence ne peut se faire sans une véritable politique de promotion et de communication autour des opportunités d’investissement et d’affaires. L'objectif de FOREA2015, un forum économique pour apporter des solutions à des problèmes précis de développement. Prix: 450 € qui comprennent: - Petits déjeuners - déjeuners - Diners - Dîner de Gala de clôture, - Insertion dans l'annuaire des entreprises pendant 12 mois, - Insertion dans 4 numéros du Magazine CICP MAG pendant 12 mois et distribués dans les milieux d'affaires en France, en Europe et lors des événements auxquels nous participons à travers le monde. - Lieu : Hôtel Méridien Porte Maillot - Rens "dominique Freddy ZANGA" Président Chambre Internationale pour le Conseil et la Promotion des entreprises (CICP) 07 51 97 21 37 ou 06 66 20 94 63 dom.zanga@cicpgroup.com association.cicp@hotmail.fr - http://www.cicpgroup.com

du lundi 30 novembre au 11 décembre la France accueille la communauté internationale sur le site de Paris-Le Bourget pour la COP 21 : 40 000 personnes attendues, 3 000 journalistes du monde entier - http://bourget.cop21.gouv.fr/fr/

tous les mercredis de 15h à 20h30 : Meeting pour exiger la libération des prisonniers politiques en Côte d'Ivoire : Ambassade de Côte d'Ivoire, M° Victor Hugo - Rens. 06 65 71 95 68 chritzekou2@gmail.com

du vendredi 4 décembre 2015 au 16 janvier 2016 : Expositions : Alger, ombres et lumières, exposition de photographie de Habib Boucetta - vernissage vendredi 04 décembre à 18h30 - De la casbah à la ville européenne, entre ombres et lumières, Alger apparait comme un lieu de contrastes que la proximité de la mer ne parvient pas à apaiser. - Lieu : Centre Culturel Algérien, 171 rue de la Croix Nivert, Paris 15è - Rens. 01 45 54 95 31 contact@cca-paris.com http://www.cca-paris.com/

samedi 5 décembre à partir de 13h : Edition 2015 du Spectacle "Bazard de fin d'année de SoaMad : Venez effectuer un voyage à Madagascar entre un déjeuner, des tsakitsaky et un dîner bien malgaches, avec des objets artisanaux, des livres et bien entendu un - Spectacle à partir de 16h - Lieu : CICP - 21 ter, rue Voltaire - Paris 11è, M° Rue des Boulets - Rens. 06 86 62 68 60 soamad2008@gmail.com contact@soamad.org

samedi 5 décembre à 14h30 : Ateliers culinaires - Kitsch ou pas kitsch ? . Les cornes de gazelle, numéro un de la pâtisserie marocaine, seront réalisées en couleur tout spécialement pour l’atelier qui s’achevera par une dégustation des plats réalisés et d’un thé à la menthe. Asmâa Benhamra, originaire de Marrakech a crée l’association La table d’Asmâa pour favoriser les échanges interculturels et réunir convivialité et plaisir autour d’ateliers culinaires. Arrivez quelques minutes en avance pour mieux faire connaissance et vous familiariser avec la cuisine. Vous pourrez emporter vos créations à l’issue de l’atelier pour les partager en famille ou entre amis, prévoyez alors un contenant. … - Tarif 15€ et 20€ - Lieu : Institut des Cultures d’Islam, établissement culturel de la Ville de Paris, ICI Goutte d’Or, 56 rue Stephenson, Paris 18è, M° Max Dormoy - Rens. 01 53 09 99 84/82 http://www.institut-cultures-islam.org/

samedi 5 décembre à 15h : Représentation de Crabe rouge de Julien Mabiala Bissilai : La première édition de ces Lectures vagabondes nous conduira en Afrique subsaharienne, où la dramaturgie francophone œuvre, depuis plusieurs générations maintenant, à explorer les liens féconds entre langage et identité. Metteur en voix Gustave Akakpo avec la troupe de la Comédie-Française - Tarif 8€, Offre 6€ dans la limite des places disponibles, sur mention du code CONGO2 - Lieu : Théâtre du Vieux-Colombier, 21 rue du Vieux-Colombier, Paris 6è, M° Saint-Sulpice, Sèvres-Babylone - Résa : 01 44 58 15 15 ou 01 44 39 87 00/01 http://www.comedie-francaise.fr/calendrier.php?id=35&mois=12&s=0

dimanche 6 décembre à 18h : Concert de Kayes DG : Quatre musiciens, une chanteuse et une danseuse arrivés ou nés ici et attachés aux musiques de la région de Kayes proposent un concert illustrant le rapport que cette nouvelle génération entretient avec la musique de leurs parents. A l’aise dans leurs bazins comme dans leurs converses, dans les chauffes des percussions comme dans les vibes, ils jouent la plupart du temps dans les fêtes (mariages, baptêmes) mais sont réunis pour la première fois par Africolor. Ils proposent un répertoire classique des musiques Soninkés, Bambaras et Khassonkés de la région de Kayes au Mali. Gratuit, - Lieu : Le vent se lève, 181 avenue Jean Jaurès, Paris. - Réservation 01 77 35 94 36 - Rens. communication@africolor.com www.africolor.com

mercredi 9 décembre 2015 (une demi-journée) : Conférence sur « L’identification des demandeurs d’asile vulnérables » En partenariat avec l’Office français de l’immigration et de l’intégration et l’Office français de protection des réfugiés et apatrides. Organisé par Parcours d’exil et France terre d’asile - Lieu : Paris (adresse à confirmer) - Rens. : 01 45 33 31 74 jeromeboillat@parcours-exil.org ou 01 53 04 20 37 mpaintoux@france-terre-asile.org

samedi 12 décembre à 20h30 : Concert de musique chaabi de Rédha Bouriah - Après Sendoussia et l’association « El fen wa El adab » d’Alger, Rédha Bouriah est membre de la formation professionnelle Mawsili de Paris. Lauréat du troisième prix du festival national de Chaabi en 2009, Rédha s’est fait remarqué par son purisme et le choix de ses qaçayed. Riche des conseils du défunt maître Boudjemâa El Ankis qui lui remet alors le prix, Rédha affine son art. Son répertoire recherché est servi par une voix profonde et chaude. Son art est mesuré, sobre, fait de la retenue et de la pudeur typiques du dandy algérois mais où perce une grande sensibilité. De ces jaillissements naissent les moments de grâce musicale. - Entrée 13€ - Lieu : Centre Culturel Algérien, 171 rue de la Croix Nivert, Paris 15è - Rens. 01 45 54 95 31 contact@cca-paris.com http://www.cca-paris.com/

lundi 14 décembre de 9h à 17h15 : Colloque international Investissements privés et développement durable : débats pour l’agroalimentaire en Afrique - Les défis de la sécurité alimentaire et de la nutrition, de la pauvreté et de l’emploi, est un leitmotiv des discours des organisations internationales et de la plupart des gouvernements africains. Compte tenu notamment du dérèglement climatique et des faibles revenus des ruraux, le développement de ces filières doit être durable. Comment et à quelles conditions l’investissement privé peut contribuer à atteindre ces objectifs. Programme : Quel est l’impact sur le secteur privé des recommandations des organisations internationales en matière d’« investissements responsables » ? Comment les entreprises travaillent-elles avec les petits agriculteurs ? Quels sont les rôles légitimes du secteur privé et de l'Etat pour le développement durable des filières agroalimentaires en Afrique ? Un débat contradictoire examinera le rôle que joue, dans ce contexte, l'agrobusiness lorsqu'il investit dans des plantations gérées par de la main d'oeuvre salariée, plutôt que dans des dispositifs contractuels d'approvisionnement auprès de petits producteurs. - lieu : Centre de conférences de l'OCDE, 2 rue André Pascal, Paris 16e - Inscription obligatoire 01 57 72 07 19 farm-colloque@fondation-farm.org www.fondation-farm.org

jeudi 17 décembre à 18h30 : Rencontre avec Houria Kadra-Hadjadji autour de son ouvrage "Massinissa le Grand Africain" Avec la participation de M. Ahmed Djebar : Massinissa, figure emblématique de l’histoire berbère, reste peu connu de nos jours, le public ne disposant pas d’ouvrages de vulgarisation alors qu’il est le grand personnage des débuts de cette histoire. Ainsi, avec "Massinissa le Grand Africain", l’auteure apporte un point d’étude accessible au plus grand nombre et exhaustif historiquement parlant. Exploitant sources littéraires, et documents épigraphiques, numismatiques et archéologiques, l’auteure propose de retracer les événements auxquels Massinissa a participé, à partir d’une reconstitution historique tirée des récits fondamentaux de Polybe et de Tite Live. - Lieu : Centre Culturel Algérien, 171 rue de la Croix Nivert, Paris 15è - Rens. 01 45 54 95 31 contact@cca-paris.com http://www.cca-paris.com/

vendredi 18 décembre et chaque 3ème vendredi du mois de 18h30 à 19h30 : Rassemblement du Cercle de Silence à Paris contre le traitement inhumain des sans papiers - Vous pouvez vous joindre au cercle à tout moment, même pour seulement quelques instants. Par notre participation au cercle de silence, nous voulons dénoncer les traitements inhumains réservés aux migrants du seul fait qu'ils n'ont pas de papiers en règle. - Lieu : Place du Palais Royal, Paris 1er, M° Palais-Royal-Musée-du-Louvre http//www.cerclederesistance.fr

samedi 19 décembre 2015 4ème édition Dîner Gala d’Excellence organisé par le Club Efficience sous le Haut Patronnage de Anne Hidalgo, Maire de Paris - En France la question de la représentativité des minorités s'invite de plus en plus dans le débat. Estimés à 5% de la population, les Noirs sont peu visibles dans les sphères décisionnaires. Et pourtant, de plus en plus d'entre eux voient leur parcours couronné par une réussite exceptionnelle - En travaillant sur la population afro-française, nous avons relevé quelques évidences : - Absence de visibilité du dynamisme économique, - Déficit de communication et d'image - Déficit de représentativité dans les grands corps de l'état, dans les grandes écoles, et dans les conseils d'administration des grandes entreprises. - Absence de culture de réseaux et d'objectifs stratégiques. La palette des actions proposées par le Club Efficience se résume en quelques points : - Mettre en lumière les réussites afro-françaises - créer un réseau de l’élite issue de la diversité - Inciter nos jeunes à emprunter les filières des écoles d'excellence. - promouvoir l'insertion en entreprise - Inciter nos jeunes a la création d'entreprise. - Promouvoir les jeunes talents - Prix: 200€ - Lieu : hôtel Intercontinental opéra, M° Opéra. Contact Presse : Solange Siyandje 0 6 61 84 92 38 contact@club-efficience.com siyandje.gothanoir@club-efficience.com www.club-efficience.com

samedi 26 décembre pendant 2h30 environ (horaires à demander) : Balade africaine dans le 18eme : Le Petit Mali à Château Rouge à Paris - Baština vous invite au voyage « Petit Mali » au marché africain de Château Rouge dans le 18eme à Paris. Sur les thèmes des échanges et pratiques culturelles, du patrimoine vivant des migrants maliens et d'Afrique de l'Ouest en Île de France ainsi que sur la notion de voyage si proche, au coin de la rue… Rendez-vous avec le passeur de culture malien au marché africain de Château Rouge dans le 18eme arrondissement de Paris. - Prix : A partir de 15 € par personne - Lieu de rendez-vous au Marché africain de Château Rouge au sortir du métro (angle Boulevard Barbès et Rue Poulet devant le kiosque) dans le 18ème à Paris - Inscription préalable par courriel : voyagesiproche@bastina.fr - Rens. : 08 05 69 69 19 bastina@bastina.fr www.bastina.fr

jeudi 31 décembre de 18h30 à 19h30, tout les derniers jeudis du mois : Cercle de Résistance de Paris Sud : Nous manifesterons notre opposition à la politique migratoire de l'Europe qui provoque souffrances et tragédies à ses frontières, et au manque de solidarité de la France, vis à vis des réfugiés qui fuient, avec leurs enfants, leur pays en proie à la guerre ou aux catastrophes climatiques ( le plus souvent causés par des grandes puissances); aux garde à vues arbitraires, aux mises en rétention et aux expulsions d'étrangers « sans papiers » - Lieu : Place Denfert-Rochereau, parvis de la gare RER Denfert-Rochereau, M° RER-B Denfert-Rochereau - Rens. http://paris.demosphere.eu/rv/41167 http://cerclederesistance-parissud.jimdo.com/ http//www.cerclederesistance.fr

Actions situées dans les Yvelines (78)

jeudi 12 novembre de 18h à 19h et tous les 2 ème jeudi du mois : Cercle de silence à Versailles : Que votre participation soit d'une minute, d'une dizaine de minutes ou d'une heure complète, elle marque votre soutien. Vous pouvez aussi y venir en groupe. Organisé par RESF : RESF78 est un collectif d’associations et de militants des Yvelines (78) qui apportent un soutien actif aux élèves sans papiers et à leurs familles - Lieu : Place du marché aux fleurs, angle Avenue de Saint-Cloud - avenue de l’Europe à Versailles (78), RER-C Versailles - Rens : 01 34 92 50 94 cercledesilence.versailles@gmail.com https://sites.google.com/site/cercledesilenceversailles/

mercredi 25 novembre à 20h : Concert de Baba Commandant - C’est avec son kamélé ngoni à la main et son look de punk dozo un peu barré, que le burkinabè Baba Commandant fait exploser le patrimoine culturel de son pays. Si l’on retrouve les sonorités traditionnelles mandingues, l’artiste originaire de Bobo Dioulasso n’hésite pas à aller puiser du côté de l’Afrobeat mais aussi du rock, du punk, du hip-hop et même du dub. -- ET -- Poly-Rythmo de Cotonou : Héritier de l’enthousiasme de l’indépendance des années 1960, le Poly-Rythmo a grandi avec les Yéyés, Salut Les Copains et la funk de James Brown… et mélange funk, soul et afrobeat avec les rythmiques vaudoues béninoises. - Tarif 12€ / 6€ prévente, 15€ / 8€ sur place - Lieu : Le tamanoir, quartier du luth à Gennevilliers (92) (ou 27 avenue Lucette Mazalaigue à Achère 78) - Réservation 01 47 98 03 63 ou 01.60.91.65.65 - Rens. communication@africolor.com www.africolor.com

samedi 28 novembre à 11h et tous les quatrièmes samedis du mois : Cercle de Silence de Mantes - Le Cercle de Silence est une action non violente qui rassemble régulièrement, dans un espace public, des hommes et des femmes de divers horizons et de toutes convictions philosophiques, politiques et religieuses. Il s'agit d'alerter tous les citoyens sur le sort réservé aux personnes étrangères venues en France pour mieux vivre ou sauver leur vie. Avec ou sans papier, l'étranger est une personne. La dignité de chaque personne ne se discute pas, elle se respecte. Notre silence le crie. - Lieu : Mantes-la-Jolie, Place Saint-Maclou à Mantes-la-Jolie (78) - Lien : http://paris.demosphere.eu/rv/38201

jeudi 11 décembre de 18h à 19h et tous les 2 ème jeudi du mois : Cercle de silence à Versailles : Que votre participation soit d'une minute, d'une dizaine de minutes ou d'une heure complète, elle marque votre soutien. Vous pouvez aussi y venir en groupe. Organisé par RESF : RESF78 est un collectif d’associations et de militants des Yvelines (78) qui apportent un soutien actif aux élèves sans papiers et à leurs familles - Lieu : Place du marché aux fleurs, angle Avenue de Saint-Cloud - avenue de l’Europe à Versailles (78), RER-C Versailles - Rens : 01 34 92 50 94 cercledesilence.versailles@gmail.com https://sites.google.com/site/cercledesilenceversailles/

samedi 26 décembre à 11h et tous les quatrièmes samedis du mois : Cercle de Silence de Mantes - Le Cercle de Silence est une action non violente qui rassemble régulièrement, dans un espace public, des hommes et des femmes de divers horizons et de toutes convictions philosophiques, politiques et religieuses. Il s'agit d'alerter tous les citoyens sur le sort réservé aux personnes étrangères venues en France pour mieux vivre ou sauver leur vie. Avec ou sans papier, l'étranger est une personne. La dignité de chaque personne ne se discute pas, elle se respecte. Notre silence le crie. - Lieu : Mantes-la-Jolie, Place Saint-Maclou à Mantes-la-Jolie (78) - Lien : http://paris.demosphere.eu/rv/38201

Actions situées en Essonne (91)

du mercredi 4 novembre 2015 au 23 janvier 2016 : Expo photo intitulée "NOIR IVOIRE" sur la thématique de l'eau. Ce travail est consacré à un petit village du nord de la Côte d'Ivoire, pour l'installation d'une pompe à eau supplémentaire - Lieu : Maison des Jeunes et de la Culture Allée Aristide Briand à Corbeil (91) - Rens. jeanfrancois.monod@free.fr

vendredi 18 décembre à 19h : Contes « Sur les traces des rastas, de la reine Makeda et du roi Salomon… » De témoignages en témoignages, Caroline Castelli a créé ce spectacle mêlant le reggae, le nayabingy (percussions) et la dubpoetry. Un voyage de la Jamaïque à l’Ethiopie, l’histoire du roi Salomon et de la reine Makeda, la quête de l’arche… Caroline nous conte ces histoires venues d’une terre sans frontières qui captivent les enfants et (ré)enchantent les adultes. - Lieu : Médiathèque du Val, rue Marc Sangnier, Athis-mons (91). - Rens. 01 69 57 82 20 ou Caroline Castelli 06 81 83 90 55 carolinecastelli@orange.fr

samedi 19 décembre : Bal mandingue - Lieu : Salle Bexley à Evry - Rens. Inscription obligatoire : pazonote@yahoo.fr www.pazonote.com www.manusissoko.jimdo.com

dimanche 20 décembre : Masterclass en danses du Mali, avec Mariamni Diarra (Africolor) qui vous initiera au lien danse-musique avec pédagogie, énergie et finesse dans une ambiance digne des meilleures cérémonies bamakoises !" PAF : 35€ - Lieu : Mjc de Ris Orangis - Rens. Inscription obligatoire : pazonote@yahoo.fr www.pazonote.com www.manusissoko.jimdo.com

Actions situées dans les Hauts de Seine (92)

jeudi 5 novembre à 19h : Réunion-débat "Dette et extractivisme. L’irrésistible ascension d’un duo destructeur" L’extractivisme, ce pillage des ressources naturelles de la planète par la force, a donné à l’Europe puis aux USA, les moyens de dominer le monde. En effet, depuis la disparition des colonies, le système de la dette a permis d’assurer la continuité du pillage. Cette dette a amplifié ce système prédateur, initialement appliqué aux produits fossiles et agricoles, en l’étendant aux ressources financières du sud puis aujourd’hui au nord. Des alternatives existent pour créer une société post-extractiviste soucieuse des peuples et du climat. Avec : Nicolas Sersiron, président du Comité pour l’Annulation de la Dette du Tiers Monde, le CADTM France. Auteur de « Dette et extractivisme », éditions Utopia, 2014. Organisé par ATTAC (Association pour la Taxation des Transactions financières et l’Action des Citoyens) - Lieu : Maison des Associations, 105, av Aristide Briand, à Montrouge (92) - Rens. eric.colas@evab.org www.france.attac.org

jeudi 19 novembre de 12h15 à 13h15 et tous les 3ème jeudi de chaque mois : Invitation à participer au Cercle de Silence de la Défense : Le Cercle de Silence est un rassemblement de citoyens et de membres de Notre Dame de Pentecôte, du Secours Catholique du 92, d'ATD-Quart-Monde, du CCFD-Terre Solidaire du 92, du Réseau Éducation Sans Frontières (RESF 92), de l’Arche de Lanza del Vasto, et- Par notre participation au Cercle de Silence, nous voulons attirer l’attention sur les traitements inhumains réservés aux migrants du seul fait qu'ils n'ont pas de papiers en règle.Nous refusons toute chasse aux étrangers qui inflige aussi des traumatismes profonds à ceux qui en sont les témoins, à la société toute entière, aux enfants particulièrement. Les atteintes à la dignité de quelques-uns blessent tous les hommes dans leur humanité. Nous voulons que la France redevienne un pays d’accueil, sans cesse enrichi et transformé par des êtres humains venus du mondentie Le Cercle de Silence est un rassemblement de citoyens et de membres de Notre Dame de Pentecôte, du Secours Catholique du 92, d'ATD-Quart-Monde, du CCFD-Terre Solidaire du 92, du Réseau Éducation Sans Frontières (RESF 92), de l’Arche de Lanza del Vast etc... - Lieu : Parvis de la Défense Entre le CNIT et les Quatre Temps, RER SNCF ou tram arrêt Grande Arche - Rens. guillot.anne@orange.fr ou 06 21 05 47 38 jp.vanhoove@wanadoo.fr

jeudi 19 novembre de 12h45 à 14h : La solidarité comme outil de Dialogue : Témoignages d’acteurs engagés dans des actions concrètes de solidarité : Dialogue entre un agnostique, un juif, un chrétien et un musulman (Jean-Paul Vanhoove, Michel Elbaz, Guillaume Burgelin et Slimane Tounsi) : Evénement co-organisé par NDP et Dialogue JCM - Lieu : Maison d’Eglise Notre Dame de Pentecôte, 1 place de la Défense, Sur le parvis de la Défense entre le CNIT et la BNP, M° : La Défense - Rens. 01 47 75 83 25 ecrire@ndp92.fr

samedi 21 novembre à 13h30 : Conférence-Débat : Commerce équitable et développement de l'Afrique : Eric Kahé ancien ministre du commerce en Côte d'Ivoire sera questionné sur ce thème par Clément Ortega, Conseiller régional Ile de France - Lieu : 6 rue Adam Ledoux à Courbevoie (92), Bus 275 a partir de la Défense Grande Arche descendre Place Charras, de la gare Saint Lazare par le train descendre a Courbevoie - Rens. 06 21 05 47 38 jp.vanhoove@wanadoo.fr

lundi 23 novembre à 19h30 : Conférence-Débat sur l'économie solidaire avec Gérard Le-Puill, du Journal l'Humanité et auteur de "L'économie de proximité doit redevenir un impératif" : Si la mondialisation capitaliste s'oppose en permanence à la préservation des ressources naturelles, il restent néanmoins aux etats et aux citoyens des marges de manœuvre pour éviter les catastrophes liées au réchauffement climatique : cela passe par l'économie circulaire, l'agro-écologie, le covoiturage, l'autoproduction et implique une prise conscience qui nous amène à modifier nos habitudes de consommation. Animation par Clément Ortega, Conseiller régional Ile de France du Front de gauche - Lieu : 6 rue Adam Ledoux à Courbevoie (92), Bus 275 a partir de la Défense Grande Arche descendre Place Charras, de la gare Saint Lazare par le train descendre a Courbevoie - Rens. 06 21 05 47 38 jp.vanhoove@wanadoo.fr 01 47 81 78 25 après 19h30

du jeudi 26 à 19h30 au 28 novembre à 18h : 4es Rencontres d'histoire critique de Gennevilliers : Nations(s), Mondialisation (s) : toute une histoire : La nation, la mondialisation: deux grandes questions historiques au cœur des débats actuels. L’État-nation appartient-il au passé a lorsque de nouvelles formes d’organisation supranationales, économiques et politiques se sont développées, notamment en Europe? Qu’apportent les cadres nationaux aux idéaux d’égalité et de liberté qui les ont vus naître? Quels horizons émancipateurs la mondialisation contemporaine peut-elle offrir, au-delà de la guerre associée au libéralisme économique? organisé par Les Cahiers d’histoire (Revue d’histoire critique) - Lieu : Cinéma Jean Vigo, cité jardin, 1 Pierre et Marie Curie, M° les Agnettes et à l'Espace Grésillons, 28 rue Paul-Vaillant-Couturier, M° Gabriel Péri à Gennevilliers (92) - rens. Anne Jollet 06 89 93 03 71 anne.jollet@wanadoo.fr https://chrhc.revues.org/4475?file=1

jeudi 17 décembre de 12h15 à 13h15 et tous les 3ème jeudi de chaque mois : Invitation à participer au Cercle de Silence de la Défense : Le Cercle de Silence est un rassemblement de citoyens et de membres de Notre Dame de Pentecôte, du Secours Catholique du 92, d'ATD-Quart-Monde, du CCFD-Terre Solidaire du 92, du Réseau Éducation Sans Frontières (RESF 92), de l’Arche de Lanza del Vasto, et- Par notre participation au Cercle de Silence, nous voulons attirer l’attention sur les traitements inhumains réservés aux migrants du seul fait qu'ils n'ont pas de papiers en règle. Nous refusons toute chasse aux étrangers qui inflige aussi des traumatismes profonds à ceux qui en sont les témoins, à la société toute entière, aux enfants particulièrement. Les atteintes à la dignité de quelques-uns blessent tous les hommes dans leur humanité. Nous voulons que la France redevienne un pays d’accueil, sans cesse enrichi et transformé par des êtres humains venus du monde entier Le Cercle de Silence est un rassemblement de citoyens et de membres de Notre Dame de Pentecôte, du Secours Catholique du 92, d'ATD-Quart-Monde, du CCFD-Terre Solidaire du 92, du Réseau Éducation Sans Frontières (RESF 92), de l’Arche de Lanza del Vast etc... - Lieu : Parvis de la Défense Entre le CNIT et les Quatre Temps, RER SNCF ou tram arrêt Grande Arche - Rens. guillot.anne@orange.fr ou 06 21 05 47 38 jp.vanhoove@wanadoo.fr

Actions situées en Seine St Denis (93)

jeudi 5 novembre de 8h15 à 17h30 : Rencontre de l'entrepreneuriat Nord Sud sur le thème innovation et climat : La mobilisation de la Recherche au Sud face aux enjeux Climat et Environnement - changement climatique, les solutions technologiques développées par et avec les scientifiques - des entrepreneurs / chercheurs présentent leurs innovations - Transfert de technologie dans les pays du Sud et le financement du développement: difficultés et perspectives - Présentation courtes de projets et PME innovantes à impact environnemental - Cocktail / échanges autour des stands - Dans le cadre de Bond’innov - Lieu : Campus IRD France-Nord, 32 avenue Henri Varagnat à Bondy (93) - Rens 01 48 02 55 69 contact@bondinnov.com ou 01 48 02 56 27 cbonnal@bondinnov.com

vendredi 6 novembre de 8h30 à 17h : Rencontres Incubateurs Nord et Sud : promotion de l’emploi par l’entreprenariat chez les jeunes et les femmes en Afrique subsaharienne francophone» de l’OIF : Regards croisés Public-Privé et Nord/Sud sur l’accompagnement des porteurs de projets, animé par Samir Abdelkrim (Startup Brics), avec 4 incubateurs du Sud et du Nord - brainstorming : « Construisons nos incubateurs et nos réseaux ! » - Trois ateliers en parallèle pour apprendre à se connaitre et trouver des solutions communes sur des thèmes clés qui nous préoccupent. - 1 : Financement et pérennisation des incubateurs (modèle économique, service à valeur ajoutée, bonnes pratiques, etc. - 2 : Dématérialisation des services d’accompagnement (incubation virtuelle, services à distance, ressources en ligne partagées, etc. - 3 : Professionnalisation des équipes d’accompagnement (compétences et qualification des équipes, formation ad’hoc, etc - Lieu : Siège de l’Organisation Internationale de la Francophonie, 19-21 avenue Bosquet, Paris 7è - Rens 01 48 02 55 69 contact@bondinnov.com ou 01 48 02 56 27 cbonnal@bondinnov.com

vendredi 6 novembre de 18h à 22h30 : Soirée solidaire pour les 20 ans de la Cofides Nord-Sud : La finance solidaire et l'entreprenariat Nord-Sud, Expo de produits du réseau, table ronde "93 territoire monde : les défis de l'entreprenariat pour la disporat africaine en Seine Saint-Denis - Film rétrospective des 20 ans de la Cofides, Coctail africain - Lieu : la Générale - 11, rue Rabelais à Montreuil (93) à 100 m du métro Mairie de Montreuil (Ligne 9) - Rens : 01 49 33 00 51 info@cofides.org www.cofides.org

les jeudis 12 novembre et 10 décembre de 9h30 à 17h : Formation Construire son dossier de prêt - Lieu : Vialemonde Immeuble Erik Satie 7, 11 rue Erik Satie, 7 e étage à Bobigny (93), accès piéton par la dalle de la Poste ou par la rue Carnot, M° ligne 5 et Tramway T1 : arrêts Bobigny Pablo Picasso - Rens. vialemonde@cg93.fr www.vialemonde93.net www.coopdec.org - Rens.  les mardi et jeudi, de 14 heures à 19h et mercredi et vendredi, de 9h30 à 17h30 ou sur RV 01 41 60 89 17 - Inscription à Vialemonde ou sur www.vialemonde93.net. ou vialemonde@cg93.fr ou par Fax : 01 43 93 97 93 au moins 10 jours avant la formation

les jeudis 12, 19, 26 novembre, 3, 10 et 17 décembre de 18h30 à 21h30 : Formation Réussir son projet de solidarité international de l’idée au financement : - Lieu : Vialemonde Immeuble Erik Satie 7, 11 rue Erik Satie, 7 e étage à Bobigny (93), accès piéton par la dalle de la Poste ou par la rue Carnot, M° ligne 5 et Tramway T1 : arrêts Bobigny Pablo Picasso - Rens. vialemonde@cg93.fr www.vialemonde93.net www.coopdec.org - Rens.  les mardi et jeudi, de 14 heures à 19h et mercredi et vendredi, de 9h30 à 17h30 ou sur RV 01 41 60 89 17 - Inscription à Vialemonde ou sur www.vialemonde93.net. ou vialemonde@cg93.fr ou par Fax : 01 43 93 97 93 au moins 10 jours avant la formation

samedi 14 novembre de 10h à 18h 3ème édition du Forum sur l’agriculture et la sécurité alimentaire au Mali sur le thème cette année de « La diaspora au service du développement agricole du pays » Avec la participation du Ministre du Développement Rural du Mali le Dr Bocary Treta, des chercheurs, institutionnels, entrepreneurs et représentants d'associations maliennes sur 3 thèmes : « situation du secteur agricole au Mali, filières porteuses et perspectives » - « impact des projets de la diaspora sur le développement agricole » - « comment s’investir pour le développement agricole au Mali : appuis et outils ». - Lieu : Salle des fêtes de la Mairie de Montreuil, 1 Place Jean Jaurès à Montreuil (93), M° Mairie de Montreuil (ligne 9) - Rens : INAGRIM Initiative Agricole pour le Mali en France 06.63.06.37.84 mkome07@gmail.com ou SIAD Service International d'Appui au Développement 09 53 19 16 03 guillaume.top@siad.asso.fr| www.siad.asso.fr

jeudi 19 novembre à 20h30 : Concert de BONGA : Combien de vies a déjà vécu Bonga Kuenda ? Un nom qui sonne comme un personnage de « Cent ans de solitude » et la référence n’est pas un hasard, sa vie et sa musique sont marquées par l’exil. Bonga a commencé à chanter avec son père avant de quitter l’Angola, alors colonie portugaise. De l’artiste à la piste, il devient un athlète victorieux du 400 mètres au Portugal. Sa renommée lui permet de porter la parole de la diaspora angolaise mais ses propos indépendantistes le contraignent à fuir Lisbonne pour les Pays-Bas. Pour ce 27e festival Africolor, Bonga fait découvrir le semba, ancêtre de la samba brésilienne, les rythmes de sa terre et ceux du Brésil. - Dans le cadre du Festival Africolor - 17 € / 14 € / 12 € / 6 € - Lieu : Théâtre des Bergeries 5 rue Jean Jaurès Noisy le Sec (93), RER E Noisy le sec. - Réservation 01 41 83 15 20 - Rens. communication@africolor.com www.africolor.com

samedi 21 novembre à 14h : Concert de Maloya Palabre : Quand Danyel Waro se réinvente en professeur, c’est forcément pour emmener les marmailles à l’école buissonnière. Fruit d’une rencontre avec le conteur camerounais Ze Jam Afane, cette création oscille entre éveil des consciences et rêves contés, accompagnée de la kora et des percussions de Sami Pageaux. Ensemble, les deux grands causeurs se lancent dans une palabre à l’africaine où la parabole, les chants et la musique tressent une sagesse et une poésie sans âge, à hauteur de bambins. Et si c’est ça l’école, on veut bien y retourner ! - dans le cadre du Festival Africolor - Lieu : Espace Paul Eluard, Place Marcel Pointet à Stains (93), RER D Stains Pierrefitte puis bus 150. - Réservation 01 49 71 82 25 - Rens. communication@africolor.com www.africolor.com

samedi 21 novembre à 20h30 : Concert NOIRLAC : David Neerman a réuni pour cette création un casting éclectique et cosmopolite, embarqué dans un périple singulier qui convoque Afrique millénaire, chant grégorien et musique d’Arvo Pärt : la voix soul folk de Krystle Warren, le balafon de Lanciné Kouyaté et l’ensemble vocal Sequenza 9.3. Tarif 10 € / 8 € / 5 € - Lieu : Espace 93, 3 place de l’Orangerie, Clichy sous Bois (93), RER B Aulnay - Réservation 01 43 88 58 65 - Rens. communication@africolor.com www.africolor.com

dimanche 22 novembre à 17h : Concert Maloya Palabre : En compagnie du palabreur camerounais Ze Jam Afane, Danyel Waro a décidé de s’adresser aux enfants. Ensemble, ils ont concocté un spectacle où se croise le conte, le chant maloya et l’histoire de l’Afrique et de la Réunion. Pour le plus grand plaisir des petits et des grands. - Tarif : 12 € / 10 € / 6 € Le Sax 2, rue des champs Achères - Réservation 01 39 11 86 21 - Rens. communication@africolor.com www.africolor.com

jeudi 26 novembre à à 12h30 : Concert de Moustapha Maïga : Originaire de Bobo Dioulasso au Burkina Faso, Moustapha Maïga, distille par sa musique la richesse culturelle de sa région, placée au cœur de l’Afrique de l’Ouest. Membre fondateur du Volta Jazz, orchestre majeur de l’époque « voltaïque », Moustapha chante et accompagne de son saxophone les airs de rumba qui font danser les maquis et bals poussières du pays, hier comme aujourd’hui. - Lieu : Foyer de l’illustration 1 rue de Chablis, Université de Paris XIII à Bobigny (93) - rens. 01 49 40 35 16 communication@africolor.com www.africolor.com

jeudi 26 novembre à 19h : Débat Expo Concert "Balais citoyen et glaive judiciaire / Les nouvelle vigilances africaines - Quoi de commun entre l’insurrection populaire de 2014 au Burkina Faso et le procès Hissène Habré qui s’est tenu cette année ? Avec ces deux évènements au retentissement continental, la justice africaine marche désormais sur ses deux jambes. Jean-Pierre Bat du Monde Afrique, Smockey, cofondateur du Balai citoyen au Burkina Faso, Henri Thuiliez, avocat, Germaine Pitroipa, haut-commissaire sous Thomas Sankara et Sophie Garcia, photoreporter dialogueront avant que KPG entoure cette soirée des premiers textes de son nouveau spectacle. Une exposition photo de Sophie Garcia accompagne cette soirée aux Archives Nationales du 24 novembre au 8 décembre. - Lieu : Archives nationales, 59 Rue Guynemer, Pierrefite sur seine - Rens. 01 47 97 69 99 communication@africolor.com www.africolor.com

vendredi 27 novembre à 20h30 : Concert Mandemenco - Le grand maître Paco de Lucia a fait de nombreux disciples dont Abdoulaye Traoré, guitariste mandingue de Debademba. Depuis longtemps, Abdoulaye caressait le projet de confronter les harmonies issues de la longue histoire du ngoni et de la guitare mandingue aux accords et motifs virtuoses du flamenco. Des deux côtés de la méditerranée, c’est le même goût pour un chant incarné et puissant qui s’exprime par les voix de Sabrina Roméro et Mohamed Diaby ; les profondeurs de l’Andalousie et du Mandé se rejoignent au-delà des siècles pour partager une fureur commune, noble et terrienne à la fois. Coproduction Africolor, le Cap et festival Les guitares de Villeurbanne - tarif 12 € / 8 € / 6 € - Lieu : 56 rue Auguste Renoir à Aulnay sous bois (93) - Réservation 01 48 66 94 60 - Rens. communication@africolor.com www.africolor.com

samedi 28 novembre de 14h à 20h : Forum « Jeunesse, Migrations & Humour » organisé par le GRDR en partenariat avec l’association Les Alchimistes : présentation des initiatives d’ECSI de 16 associations de jeunes issues des migrations; un world café sur les pratiques d’ECSI sur les questions de migrations et de développement; un spectacle d’humour, et un buffet-réseautage entre praticiens de la SI et les associations de jeunes - Lieu : Grdr Migration - Citoyenneté - Développement, 66/72, rue Marceau 93109 Montreuil (93) - Rens. 01 48 57 75 80, 01 77 93 20 23 emilie.blondy@grdr.org http://www.grdr.org/Forum-Jeunesse-Migration-et-Humour

samedi 28 novembre à 20h30 Concert de Moustapha Maïga : Originaire de Bobo Dioulasso au Burkina Faso, Moustapha Maïga, distille par sa musique la richesse culturelle de sa région, placée au cœur de l’Afrique de l’Ouest. Membre fondateur du Volta Jazz, orchestre majeur de l’époque « voltaïque », Moustapha chante et accompagne de son saxophone les airs de rumba qui font danser les maquis et bals poussières du pays, hier comme aujourd’hui. - tarif 20,50 € / 16 € / 13 € / 9 € / 6,50 € / 5 € / 2,5 € - Lieu : Théâtre du Garde-chasse, 181 bis rue de Paris au Lilas (93) - Réservation 01 43 60 41 89 - Rens. communication@africolor.com www.africolor.com

dimanche 29 novembre à 15h : Concert « SANKARA ARRIVE » Pour cette après-midi emmenée par Simon Winsé, joueur de flûte peule et d’arc à bouche, Africolor revient sur les chansons qui évoquent l’ancien président du Burkina Faso. - ET- Patrick Kabré, c’est un univers musical percutant, coloré de folk, d’afrojazz, de blues, pimenté d’une belle énergie pop avec en toile de fond les rythmes traditionnels du plateau central mossi du Burkina Faso. Pour Africolor, il invite Adrien et Lucas Spirli (Mazalda). Explorateurs de grooves et de transes, ils se frottent aux rythmes du Faso et posent leur accordéon et soubassophone au fond du tempo. Entre précision millimétrique et explosion de nuances, un choc des particules en transe. Le concert est précédé de la projection du court-métrage « Twaaga » de Cédric Ido - Tarif : 12 € / 6 € - Lieu : la p'tite criée, 11-13 rue Jean-Baptiste Sémanaz à Pré-Saint-Gervais Réservation 01 49 42 73 57 - Rens. communication@africolor.com www.africolor.com

lundi 30 novembre à 20h30 : Concert de Moriarty - Moriarty a fait partie de l’histoire d’Africolor depuis de nombreuses éditions déjà. Souvenons-nous de leurs rencontres avec le grand Moriba Koita, Christine Salem ou encore Marjolaine Karlin. Tant d’inspirations et de soirées autour du rouler maloya ou du ngoni ba, à la croisée des musiques. Pour 2015, ils ont voulu se faire plaisir et nous faire plaisir en invitant pour une soirée unique ceux qui font la famille Africolor pour un rite qui sera, à coups sûrs, intense, fiévreux, enivrant, joyeux. - tarif 14 € / 10 € / 8 € Lieu : Dynamo de Banlieues Bleues, 9 rue Gabrielle Josserand à Pantin (93) - rens. 01 49 22 10 10 communication@africolor.com www.africolor.com

jeudi 3 décembre à 12h30 : Concert : Patrick Kabré invite Adrien et Lucas Spirli : La musique du désert traversée d’énergie groove, de balades funky sans frontière de Patrick Kabré unit l’acoustique à l’électrique pour un délicieux mélange de douceur et de rythmes frénétiques. Pour Adrien et Lucas Spirli (Mazalda). Explorateurs de grooves et de transes, ils se frottent aux rythmes du Faso et posent leurs claviers au fond du tempo. Entre précision millimétrique et explosion de nuances, un choc des particules en transe. - Lieu : Université de Paris XIII, 99 avenue Jean Baptiste Clément Informations à Villetaneuse - Rens. 01 49 40 35 16 communication@africolor.com www.africolor.com

mercredi 4 décembre à 20h : Concert "Sankara arrive" et "Cabaret Bobo" - Cabaret Bobo c’est du bal à la transe, une musique brute conçue pour la danse et la fête. En réunissant des musiciens africains et européens spécialistes des musiques traditionnelles d’Afrique de l’Ouest, la musique de cabaret laisse la priorité aux obsessionnelles mélodies des balafons et invite à voyager dans des climats funk ou techno en passant par des sensations chaloupées d’une rapide salsa. - "Sankara arrive" Au son des chansons de l’époque et des anecdotes chantées par Simon Winsé, Moussa Koita et Amadou Daou, Africolor revient sur l’histoire musicale qui évoque l’ancien président du Burkina Faso. - Tarif : 8,5 € / 7 € - Lieu : Espace Marcel Chauzy, Hôtel de ville, Esplanade Claude-Fuzier à Bondy - Réservation 01 48 50 54 68 - Rens. communication@africolor.com www.africolor.com

mercredi 4 décembre à 20h30 : Concert de Kala Jula et Soumano Giniaux - Soumano Giniaux : Guitariste et violoncelliste d’exception, on a pu voir Sébastien Giniaux aux côtés de Didier Lockwood, Biréli Lagrène ou le Taraf de Haidouks. Chérif Soumano, sans doute le joueur de kora le plus doué de sa génération, a quant à lui joué avec Dee Dee Bridgewater, Tiken Jah Fakoly et Marcus Miller. Autant dire que les deux ensemble nous promettent une soirée tout en douceur entre jazz intimiste et musique africaine. - Kala Jula: La complicité de Samba Diabaté et Vincent Zanetti représente à coup sûr un des développements les plus passionnants et le plus aboutis de l’art de la guitare mandingue : tout y est revisité et revivifié, du répertoire séculaire des griots du Mandé au blues du Sahel, de Bazoumana Sissoko à Ali Farka Touré. - tarif : 12 € / 8 € - Lieu : Maison populaire, 9 bis rue Dombasle à Montreuil (93) - Réservation 01 42 87 08 68 - Rens. communication@africolor.com www.africolor.com

samedi 5 décembre à 15h30 : Concert de Djeneba et Fousco : Ils représentent l’Afrique d’aujourd’hui, urbaine, entre son attachement à son histoire et la furieuse envie de croire en l’avenir. Autant à l’aise pour raconter la grande épopée mandingue que pour évoquer les douleurs des aventuriers (les « Tunkarankés », les migrants), ils clament haut et fort les envies de fête et d’avenir de la jeunesse bamakoise aussi bien que la nostalgie de Kayes, ce paradis perdu que tous les maliens du monde appellent dans leurs rêves d’exilés. Gratuit, - Lieu : Centre socio-culturel Les Marnaudes, Rue Jacques Offenbach, Rosny-sous-Bois, - Réservation 01 48 12 27 80, 01 48 12 17 80 - Rens. communication@africolor.com www.africolor.com

samedi 5 décembre à 18h : Concert de Kayes DG - Les six musiciens et danseurs de Kayes DG jouent la plupart du temps dans les mariages et baptêmes mais sont réunis pour la première fois par Africolor. Ils proposent un répertoire classique des musiques Soninkés, Bambaras et Khassonkés de la région de Kayes au Mali. Le concert sera suivi d’un temps de production réalisé avec les résidents du foyer… Gratuit - Lieu Foyer Bachir Souni 2, Place Jean Poulmarch St-Denis, information 01 47 97 69 99 - Rens. communication@africolor.com www.africolor.com

samedi 5 décembre à 20h30 : Concert de Kita - Kita est avec Niagassola et Kela l’une des villes historiques de la culture griottique du Mali. Installée comme centre névralgique de l’empire du Mandé par Soundiata au XIIIè siècle, Kita est imprégnée des chants des griots et des musiques Soninkés, Peules, Malinkés ou Bambaras lui donnant un répertoire d’une richesse insoupçonnée. Pour cette édition d’Africolor, nous avons la chance de faire venir plusieurs musiciens nés dans cette ville. Il nous paraissait tout naturel de les rassembler pour leur donner l’occasion de faire découvrir les musiques de leur région de cœur et de naissance pour cette soirée unique. Gratuit, lieu : Centre social Grand 40 rue du Bel Air, Montreuil, Informations 01 71 86 80 10 - Rens. communication@africolor.com www.africolor.com

mercredi 10 décembre de 9h30 à 17h : Construire une action de sensibilisation pendant la Semaine de la Solidarité Internationale - Ces formations sont gratuites et entièrement prises en charge par le Conseil général de la Seine-Saint-Denis. Afin de favoriser la participation du plus grand nombre d’acteurs, il ne sera accepté qu’un représentant par structure, à moins qu’il ne reste des places vacantes. Les formations sont assurées par l’Agence Coop’Dec Conseil, et ses collaborateurs. - Lieu de Formation : Via le monde - Immeuble Erik Satie, 7-11, rue Erik Satie – 7ème étage à Bobigny (93) - Rens. 01.41.60.89.17 vialemonde@cg93.fr - Inscription : http://www.vialemonde93.net

Actions situées dans le Val de Marne (94)

vendredi 6 novembre de 18h à 19h et tous les 1er vendredi du mois. Cercle de silence à Brétigny : Avec ou sans papiers, l'étranger est un être humain. Par notre rassemblement en cercle et en silence, nous entendons attirer publiquement l'attention sur le sort réservé aux migrants, aux étrangers et aux demandeurs d'asile. Nous affirmons que chaque personne est digne de respect et que les atteintes à la dignité de quelques-uns blessent tous les êtres humains dans leur humanité. Le cercle de silence de Brétigny est composé de citoyen(ne)s dont certain(e)s sont membres de : Alphabeta, ATD Quart Monde Essonne, CCFD-Terre Solidaire, Comité Chrétien en Solidarité avec les Chômeurs et les Précaires, Communauté Catholique de Brétigny/Le Plessis-Paté, Eglise Réformée de la Vallée de l'Orge, Ligue des Droits de l'Homme, Observatoire du CRA de Palaiseau, Parti de Gauche, Réseau Education Sans Frontières 91, Réseau franciscain Gubbio, Restos du Cœur, Solidarités Nouvelles pour le Logement. - Lieu : Place de la Gare à Brétigny-sur-Orge, RER-C Brétigny-sur-Orge - Rens. cercledesilencebretigny@yahoo.fr http://cerclesdesilence.info

mercredi 11 novembre à 18h : Inauguration de l'exposition "La Caravane de la Mémoire" (les tirailleurs sénégalais avant, pendant et après la guerre de 14-18) organisée par Solidarité Internationale et labellisée par la Mission du Centenaire qui aura lieu à Vitry sur Seine avant que l'expo commence son itinérance dans toute la France.. Le but est de Présenter, à travers une multitude de supports (maquette en grandeur nature, vidéos, peintures, photos, livres, musiques et sons) l’engagement et le rôle des tirailleurs sénégalais dans le conflit de la 1ère Guerre Mondiale, sur les continents européen et africain - Exposition réalisée en relation avec le partenariat Euro-Africain - Lieu : Maison de la vie associative de Vitry sur seine, 36 rue Audigeois à Vitry sur Seine (94) - Rens. Catherine Lahay 06 20 30 35 06 solidariteinter@yahoo.fr

samedi 14 novembre à partir de 12h30 : pour le 40èm anniversaire de Admission des Comores indépendantes aux Nations Unies : Projections, Expositions de photos, Débats, Dégustation de plats comoriens, Musiques tropicales, Slams, récits des Comores, tables de presse, Point presse … - 13h - Projection du film documentaire «Kwassa Kwassa Creuse» de Patrick Watkins, suivi d’échanges - 14h30 - Récit du 12 novembre 1975 - 15h30 - Plateau 1: 40 ans d’indépendance inachevée … Intermède musical, slam … expositions - 17h - Plateau 2 : 20 ans de visa Balladur, ça suffit ! - 18h15 – Dégustations, ambiance musicale, visite des expositions…. Le CDISCOM ( http://cdiscom.skyrock.mobi/) célèbre la commémoration du 12 novembre 1975 (Admission des Comores indépendantes aux Nations Unies), - Lieu : Espace André - Maigné, 18 Bis rue du 14 juillet, au Kremlin-Bicêtre (94) -Arrêt: ligne 7/ Porte d'Italie ; Bus 47 ou Bus 131 arrêt Roger Salengro.… - Rens. amabadi@gmail.com

dimanche 15 novembre de 15h à 18h30 : Bal afro Bamako - Danses du Mali, en collaboration exceptionnelle avec Manu Sissoko et Vieux Tiéblé Diarra qui vous initieront au lien danse-musique avec pédagogie, énergie et finesse dans une ambiance digne des meilleures cérémonies bamakoises !" PAF : 35€ - Lieu : Salle Marcel Paul, 17 rue Raymond Lefèvre à Gentilly (94) - Rens. Inscription obligatoire : pazonote@yahoo.fr www.pazonote.com www.manusissoko.jimdo.com

vendredi 27 novembre à 20h30 : Concert G!rafe et Bruno : Girard En se proposant de revisiter l’univers musical d’Alain Péters, G!rafe porte un regard original et contemporain sur un pan de l’histoire réunionnaise. Pour interpréter les chansons de Péters, G!rafe joue un rock maloya, souple mais sophistiqué, sur lequel vient s’étendre la voix grave de Bruno Girard, cofondateur du groupe Bratsch. Gratuit Halle Roublot, 95 rue Roublot à Fontenay sous Bois (94) - Réservation 01 48 75 64 31 - Rens. communication@africolor.com www.africolor.com

vendredi 4 décembre de 18h à 19h et tous les 1er vendredi du mois. Cercle de silence à Brétigny : Avec ou sans papiers, l'étranger est un être humain. Par notre rassemblement en cercle et en silence, nous entendons attirer publiquement l'attention sur le sort réservé aux migrants, aux étrangers et aux demandeurs d'asile. Nous affirmons que chaque personne est digne de respect et que les atteintes à la dignité de quelques-uns blessent tous les êtres humains dans leur humanité. Le cercle de silence de Brétigny est composé de citoyen(ne)s dont certain(e)s sont membres de : Alphabeta, ATD Quart Monde Essonne, CCFD-Terre Solidaire, Comité Chrétien en Solidarité avec les Chômeurs et les Précaires, Communauté Catholique de Brétigny/Le Plessis-Paté, Eglise Réformée de la Vallée de l'Orge, Ligue des Droits de l'Homme, Observatoire du CRA de Palaiseau, Parti de Gauche, Réseau Education Sans Frontières 91, Réseau franciscain Gubbio, Restos du Cœur, Solidarités Nouvelles pour le Logement. - Lieu : Place de la Gare à Brétigny-sur-Orge, RER-C Brétigny-sur-Orge - Rens. cercledesilencebretigny@yahoo.fr http://cerclesdesilence.info

Actions situées dans le Val d'Oise (95)

vendredi 6 et tous les vendredis dès 21h : Cabaret mangrove : Diner, Orchestre et spectacle - Cuisine Antillaise et Africaine, - Entrée 15€ avec 1 consommation - Lieu : 2 av Flore, 95500 Le Thillayy à 5 mn de l'Aéroport du Bourget - Réservation 01 39 85 23 76, 06 99 99 20 10 cabaretmangrove@gmail.com www.cabaretmangrove.com

jeudi 19 novembre de 11h30 à 12h30 et tous les 3 ème jeudi du mois : Cercle de silence de Cergy - Lieu : place du général de Gaulle à Cergy, au-dessus de la gare RER de Cergy-Préfecture - Rens . cercle-de-silence.cergy@laposte.net

Lire la suite

mardi 3 novembre 2015

Kinshasa: spectaculaire atterrissage d'un coucou de Malu Aviation à l'aéoroport de N'djili

Dimanche, 1 novembre 2015, le coucou de Malu Aviation atterri en planeur à Ndjili. Photo Réveil FM International, capture de Youtube

L'Arlésienne "Révolution de la modernité" que l'on rabâche à longueur des journées aux oreilles de congolais n'est que leurre. Dans un pays comme la République démocratique où les avions tombent fréquemment des dispositions sécuritaires devraient être prises sans sommation. Rien ne vaut la vie, la sécurité des personnes doit devenir une priorité. Cette information a été cachée par les autorités du régime de Kinshasa. L'info n'a même pas été diffusée à la RTNC, média public transformée depuis en média djaleloïste propagandiste qui ne chante que les louanges de ceux qui dirigent illégitimement.

Cette vidéo est parlante par elle-même. En effet dimanche 1 novembre 2015, un coucou de la compagnie aérienne "Malu Aviation" a fait un atterrissage forcé, devenant un planeur. Le coucou a atterri sur son ventre avec 22 passagers et 4 membres de l'équipage. Quelques minutes seulement après son décollage de l’aéroport de Ndolo (25 km) situé au cœur de la ville de Kinshasa... le train d’atterrissage arrière-gauche de l’avion s’est arraché, ce qui a poussé le pilote à vider le kérosène du réservoir du coucou avant d'atterrir en catastrophe à N'djili.

Lire la suite

Jean-Louis Borloo, l'Africain ! De l'électricité pour tous en Afrique !

n

Paris, lundi 2 novembre, Jean-Louis Borloo a rencontré des journalistes internationaux. Photo Réveil FM International

A Paris, Jean-Louis Borloo, les journalistes internationaux résidents en France pour parler de son projet "Energies pour l'Afrique", projet qui privilégient les énergies renouvelables. L'ancien Maire de Valenciennes est entrain de gagner les cœurs des africains, aux yeux et à la barbe de ceux qui prétendent être des experts de l'Afrique. Sa lumineuse idée: Il faut électrifier le continent africain pour que la démocratie puisse s'y installer dans la durée, mettre fin au fléau de l'exode rural et par ricochet la migration dangereuse qui tue dans la mer Méditerranéen. La misère, la fuite des cerveaux, la précarité sanitaire des femmes qui accouchent dans des centres de santé dépourvus d'électricité où la lampe tempête ou torche est usée...

Paris, lundi 2 novembre, Jean-Louis Borloo a rencontré des journalistes internationaux. Photo Réveil FM International

Jean-Louis Borloo devenu philanthrope veut aller vite pour aider le continent. Sur les 54 pays qui composent l'Afrique, chaque pays à ses réalités. L'équipe de Jean-Louis Borloo devra batailler contre certaines mentalités rétrogrades. Ce n'est pas parce que le projet est bon, a une viabilité que cela marche. Si la majorité des africains vivent dans le noir, c'est par manque de volonté politique. Les politicailleurs veulent diriger des ignares. Pour qu'un projet soit exécuter il y a des gouvernants, sans honte qui demandent les 10% du projet. Ceux qui veulent aider les africains font face aux crocs-en-jambe, que seuls les téméraires tiennent puisqu'ils croient en ce qu'ils font.

Jean-Louis Borloo avec des journalistes internationaux. Photo Réveil FM International

Jean-Louis Borloo n'a plus de mandats électifs en France depuis 2014. En effet, ministre sans interruption de mai 2002 à novembre 2010. Président du Parti radical et de l'Union des démocrates et indépendants (UDI), dont il est à l'origine. En janvier 2014, il est hospitalisé et annonce son retrait de ses fonctions et mandats politiques en avril 2014 pour raisons de santé. Il quitte son poste de député le 30 avril 2014. Le tout-puissant ministre d'Etat, ministre de l'Écologie, de l'Énergie, du Développement durable et de la Mer, chargé des Technologies vertes et des Négociations sur le climat du gouvernement Sarkozy, crée une fondation "Energie pour l'Afrique" et sillonne le continent. Avec son carnet d'adresses bien étoffé, Jean-Louis Borloo a déjà été reçu par 45 chefs d'Etat sur le continent. Son axiome est simple: L'électricité en Afrique, c'est la démocratie sur le continent. Les africains peuvent écouter la radio, regarder la télévision, les étudiants peuvent étudier dans des salles éclairées, les machines peuvent tourner sans polluer...

Paris, lundi 2 novembre, Jean-Louis Borloo a rencontré des journalistes internationaux. Photo Réveil FM International

Comment comprendre que la République démocratique du Congo qui regorge le bassin du Congo, dont le débit du fleuve Congo vient après l'Amazone avec 41 000 m³/s, que le barrage d'Inga I-II-III qui pouvait fournir l'électricité à toute l'Afrique...la RDC est pays du délestage plus, plus ! Seuls 9% de la population congolaise sur les 70 millions ont de l'électricité et seuls 27,2% des Congolais ont accès à l’eau potable malgré l’immensité des réserves hydriques du pays.C'est-à-dire un seul un habitant de la République démocratique du Congo sur cinq a accès à l’eau potable. Des pylônes électriques passent au dessus des têtes des habitants acheminent de l'électricité ailleurs et les habitants s'éclairent à la bougie ou lampe tempête. Les dirigeants instrumentalisent des partisans avec des slogans creux et bidon: "5 chantiers", "Révolution de la modernité" ! Étonnant aussi le pays n'ait jamais privilégié ses rivières et autres courts d'eau...Pire, alors que le soleil brille 365 jours par an, la République démocratique du Congo n'a aucun central solaire. Il faudra veiller que les énergies renouvelables qui ne seront implantées ne les soient uniquement pour les industries minières alors que les populations continueront à croupir dans le noir.

Freddy Mulongo. Photo Réveil FM International

Nombreux sont les africains qui souhaitent que Jean-Louis Borloo de la Fondation "Electricité pour tous" réussisse son projet. En Afrique, c'est autant l'obscurité que l’obscurantisme qu'il faut combattre. Jean-Louis Borloo a tous les atouts pour réussir son projet. Il n'a aucune fonction politique, c'est un homme qui s'investit à fond. Son passé témoigne pour lui. Le 11 juillet 2014, il a sauvé le club de football de Valenciennes, investissant personnellement 500 000 € avec quatre autres investisseurs, et ce qui a permis au club de revenir en Ligue 2 alors que le club était relégué administrativement en CFA par la DNCG. L’Afrique "est en panne, faute d’électricité" ! Ceux qui aiment agir dans le noir, au delà des regards n'ont qu'à bien se tenir.

Lire la suite

lundi 2 novembre 2015

RSF rebaptise des rues de Paris en hommage aux journalistes victimes de crimes

A l’occasion de la Journée internationale de la fin de l’impunité des crimes commis contre des journalistes, Reporters sans frontières (RSF) rebaptise 12 noms de rues de Paris en hommage à des journalistes assassinés, torturés ou disparus.

Une opération coup de poing originale dans les rues de Paris, menée par Reporters sans frontières (RSF) pour la Journée internationale de la fin de l’impunité des crimes contre les journalistes. Elle consiste à rebaptiser 12 rues de Paris du nom de 12 journalistes victimes de crimes demeurés impunis (assassinats, tortures, emprisonnements et disparitions). Les adresses des ambassades des pays concernés sont modifiées pour souligner l’inaction des États et l’obligation qui leur est faite de mettre en oeuvre les moyens nécessaires pour traduire en justice les coupables de ces exactions.

A travers cette série de cas emblématiques, l’organisation dénonce l’inertie des autorités et l’impunité dont bénéficient les auteurs de crimes contre les journalistes face à des enquêtes officielles inexistantes ou insuffisantes. RSF rappelle que plus de 90 % des crimes commis contre les journalistes ne sont jamais élucidés.

RSF propose au grand public de participer à la campagne #FightImpunity, via le site http://fightimpunity.org. Elle y présente en détail les cas de crimes impunis, comme ceux du Libanais Samir Kassir, du Français-canadien Guy-André Kieffer ou de la Mexicaine María Esther Aguilar Cansimbe, et offre aux internautes la possibilité d’agir à titre personnel en s’adressant directement par email ou tweet aux chefs d’État ou de gouvernement des pays concernés. Grâce à un dispositif interactif, le grand public peut envoyer des courriers circonstanciés pour demander directement aux autorités que justice soit faite.

En 2015, cinq nouveaux visages se sont ajoutés à cette liste, parmi lesquels ceux de Sofiane Chourabi et Nadhir Ktari, journalistes tunisiens disparus en Libye en septembre 2014 ou bien encore de Ghislaine Dupont et Claude Verlon, reporters de Radio France Internationale (RFI), assassinés le 2 novembre 2013 à Kidal au Mali. Quelques semaines plus tard, le 18 décembre 2013, l’Assemblée générale de l’ONU créait la Journée internationale de la fin de l’impunité des crimes commis contre les journalistes en choisissant justement la date de leur mort.

« Les cas d’impunité que nous présentons sont les symboles terribles de l’inertie, voire de l’abstention volontaire de certaines autorités, observe Christophe Deloire, secrétaire général de Reporters sans frontières. Cette Journée internationale est l’occasion de rendre hommage aux victimes, de rappeler aux États leurs obligations d’assurer la sécurité des journalistes et de lutter contre l’impunité. Ceux qui s’en prennent aux journalistes devront un jour ou l’autre répondre de leurs actes.”

Qu’ils aient été exécutés, victimes d’attentats, qu’ils soient morts sous la torture ou portés disparus, ces journalistes ont payé le prix de leur engagement en faveur de la liberté de l’information. Certains cas sont devenus symboliques, d’autres sont moins connus. Ces dix dernières années, près de 800 journalistes ont été tués dans l’exercice de leurs fonctions. Depuis le 1er janvier 2015, 48 journalistes ont été assassinés.

Lire la suite

dimanche 1 novembre 2015

L'art de la guerre selon Sun Tzu: Voici comment la Russie a piègé l'occident et récupéré la Crimée sans tirer un seul coup de feu

Jean Paul Pougala, écrivain d’origine camerounaise, directeur de l’Institut d’Etudes Géostratégiques et professeur de sociologie à l’Université de la Diplomatie de Genève en Suisse.

Comment gagner une guerre sans combattre selon Sun Tzu? L'exemple de la Russie en Crimée. Voici comment la Russie a piégé les dirigeants de l'occident et récupéré la Crimée sans tirer un seul coup de feu.

Qu'est-ce qu'on enseigne dans les écoles de stratégie militaire ? Installez-vous bien dans votre fauteuil. Je vais vous amener avec moi dans un voyage sur les bancs d'une école de stratégie militaire comme si vous y étiez.

Nous allons étudier la crise ukrainienne en nous servant d'un livre de stratégie militaire largement utilisé dans la formation des militaires russes et chinois. Mais aussi dans certaines écoles de commerce dans le monde. Ce livre d'appelle : "l'art de la guerre" écrit par le penseur et stratège militaire chinois Sun Tzu (544–496 avant notre ère).

L'idée centrale du modèle de stratégie militaire de Sun Tzu est d'utiliser la ruse pour amener l'ennemi à déposer les armes et se rendre avant même d'avoir commencé à combattre. En d'autres termes, pour Sun Tzu, le meilleur stratège militaire est celui qui gagne une guerre sans avoir besoin de la combattre, tout simplement en jouant sur la ruse, les bluffs, les fausses informations distillées au bon moment pour désorienter l'ennemi, en donnant de faux espoirs à l'ennemi au début des hostilités avant de le désillusionner complètement à la fin. Analysons maintenant la crise ukrainienne en étude de cas, comme on le fait dans les écoles militaires. Nous allons nous servir des 10 principales stratégies préconisées par Sun Tzu pour gagner une guerre sans combattre, pour savoir, en Ukraine, qui a le plus de chance de gagner le bras de fer en cours entre les Etats Unis d'Amérique et la Russie.

1- « Quand vous êtes capable, feignez l’incapacité. Quand vous agissez, feignez l’inactivité. Quand vous êtes proche, feignez l’éloignement. Quand vous êtes loin, feignez la proximité. » Lorsque vous avez identifié les projets de l'ennemi, pour vous battre, vous devez constamment lui donner l'impression d'aller à contre-courant de l'attitude belliqueuse qu'il attendrait de vous en pareille circonstance. Ainsi, vous devez savoir vous rendre invisible dans votre contre-offensive, savoir mentir et surtout, ne donnez à l'ennemi aucune chance de vous situer ou de situer votre vraie réaction face à son intention guerrière, que vous devez constamment feindre de ne pas savoir.

Dans ce dossier, l'objectif des Occidentaux est celle de partir d'un accord d'association entre l'Ukraine et l'Union Européenne pour arriver à l'objectif de l'adhésion pure et simple de l'Ukraine à l'UE. Mais surtout, de faire adhérer l'Ukraine à l'Otan afin de la couper complètement de la Russie et donc, de ne plus renouveler la location de la base marine de Sébastopol en Crimée à l'armée marine russes, c'est-à-dire, de priver la Russie de toute possibilité d'intervention rapide en mer Méditerranée en cas de guerre avec l'Otan, comme les récentes opérations d'intimidation dans les ports syriens lorsque le président Hollande voulait bombarder le pays et égyptiens lorsqu'à la chute du président Morsi, les USA menaçaient l'Egypte de sanction sur les fournitures militaires.

Le président Yanukovych qui est l'homme de Moscou a feint ne rien comprendre quant aux conséquences néfastes de la signature des accords d'association. Et s'est arrêté à la dernière minute. Et c'est en ce moment que les Occidentaux entrent en jeu, en inventant la révolution populaire. Selon la télévision Euronews une conversation interceptée entre le Ministre Estonien des affaires étrangères Urmas Paet et madame Catherine Ashton, la cheffe de la diplomatie européenne, les 88 morts de la place de l'indépendance ne sont pas l'œuvre du président Yanukovych mais des paramilitaires de l'opposition, commandités par les membres de l'actuelle coalition au pouvoir à Kiev pour porter un coup fatal à la présidence hostile à l'Union Européenne et à l'Otan. Mais comment en est-on si sûr ? Voici à propos, ce que déclare Euronews : "Un ou plusieurs snipers ayant tiré sur les manifestants d’Euromaïdan s‘étaient installés dans le siège de la banque d’Ukraine, à Kiev. Les enquêteurs y ont découvert des douilles correspondantes aux balles retrouvées dans les corps des victimes. Ce sont par ailleurs les mêmes balles qui ont servi pour attaquer les forces de police anti-émeute et les opposants." Total : 88 morts.

Devant tout cela, la Russie sait tout ce qui se passe, mais fait semblant d'être invisible, inaudible, absente. Et laisse faire. Ce qui l'intéresse, c'est reprendre toute la péninsule de la Crimée, mais sans combattre. Comment y parvenir? Ce sont les Occidentaux qui vont lui donner un coup de main, en jouant à une partie d'échec, sans jamais tenir compte des pions que l'adversaire est en train de pousser, lui aussi, mais en cachette. Et pour cela, c'est la deuxième stratégie de Sun Tzu qui va nous apporter plus d'éclaircissement sur le comportement du président Poutine de Russie dans cette crise.

2- « Une armée victorieuse l’est avant même de livrer bataille. Une armée vaincue se lance d’abord dans la bataille et ensuite recherche la victoire. » Selon ce principe, Sun Tzu nous explique qu'en guerre, on n'attaque que lorsqu'on est certain de gagner. Sinon, on attend le temps qu'il faudra que la situation tourne à notre avantage.

Sur la place Maïdan de Kiev, la capitale de l'Ukraine, ont défilé durant la révolte, de nombreux politiciens occidentaux, comme le Sénateur américain Mc Caïn le 15 décembre 2013, pour soutenir et encourager la foule en colère, une colère bien entretenue et guidée. Le 19 février, nos manifestants dits pacifistes vont lancer un assaut sur la police. A la fin des émeutes, il y a 26 morts dont 9 policiers. Et voici ce que déclare le président Obama depuis le Mexique où il se trouve en visite officielle : "Je veux être très clair, nous allons observer de près les développements des prochains jours en Ukraine et nous attendons du gouvernement ukrainien qu'il fasse montre de retenue, qu'il n'ait pas recours à la violence face à des manifestants pacifiques".

Plus tard dans l'avion de retour du Mexique, selon une dépêche AP, c'est au tour de Ben Rhodes, conseiller spécial du président Obama à faire un point de presse dans Air Force One pour affirmer ceci : "Nous sommes opposés à la violence, d'où qu'elle vienne, mais c'est le gouvernement qui doit retirer les membres de la police anti-émeute, décréter une trêve et entamer des discussions dignes de foi avec l'opposition (...) Il est évident que les Ukrainiens estiment que leur gouvernement ne répond pas à leurs aspirations légitimes à l'heure actuelle".

Ces 3 personnalités américaines sont dès lors déjà entrées dans le piège du président Poutine : ils ont clairement fait leur choix de camp. Par leurs actions et leurs propos, ils ont signé sans se rendre compte la paternité des manifestations sur la place de l'Indépendance à Kiev. Cette signature sera ensuite utilisée par la Russie pour discréditer les interlocuteurs occidentaux dans la suite des événements qui semblent complètement imprévus par les deux camps, mais jusqu'à quel point? Nous allons voir dans la prochaine stratégie qui privilégie le résultat final recherché aux multiples pseudos victoires temporaires.

3- « Pour le bon stratège, l’essentiel est dans la victoire, non pas dans les opérations prolongées » C'est à dire que pour un bon stratège militaire, ce qui compte ce sont les éléments pris dans leur globalité, c'est le résultat final de l'ensemble des opérations et non des petites victoires sporadiques au quotidien. Nous sommes partis des objectifs des uns et des autres : à terme, l'Occident veut l'adhésion de l'Ukraine à l'Otan, afin de priver la Russie de son accès à la Méditerranée. Alors que la Russie veut tout simplement annexer la Crimée pour éloigner une telle éventualité. La Crimée est en effet le seul accès de la Russie en mer chaude.

Ailleurs, au nord, c'est la mer froide et si l'Occident déclenche une guerre contre la Russie en hiver, tous ses bateaux sont bloqués dans des eaux gelées de la Baltique ou de la mer du Nord. Ce serait donc une défaite même avant de combattre. Dans les opérations qui vont se succéder à Kiev jusqu'au renversement du président, c'est l'Occident qui semble avoir les meilleures cartes en main, puisque c'est lui qui dicte le tempo des événements, jusqu'au choix des nouveaux dirigeants, reconnus à la vitesse de la lumière. Même s'ils viennent à peine de renverser un gouvernement démocratiquement choisi par le peuple, qu'importe, la démocratie est un gros mensonge qui vit au dépend de ceux qui y croient. Surtout que les élections normales étaient prévues dans un an. Et dans les négociations, le président Yanukovych avait accepté d'anticiper ces élections. Et cela n'a pas suffi au tempo occidental qui l'a fait renverser à peine 24h après la signature de cet accord avec l'opposition. Là, c'est l'Occident qui s'installe dans les opérations prolongées. Moscou est muet.

Le président Poutine est coincé à Sotchi pour les jeux Olympiques d'hiver. C'est la suite des évènements qui nous fera comprendre que ce mutisme était bien calculé. Apparemment, ce qui l'intéressait, c'était la victoire finale et non les opérations intermédiaires.

4- « Celui qui pousse l’ennemi à se déplacer, en lui faisant miroiter une opportunité s’assure la supériorité. » Pour Sun Tzu, vous devez toujours pousser l'ennemi dans une plus forte mobilité, afin de l'orienter vers là où vous voulez le conduire, pour le finir. Le 6 Février 2014, c'est la secrétaire d'Etat américaine adjointe, Victoria Nuland, qui arrive à Kiev et rencontre les trois principaux dirigeants de l'opposition Ukrainienne : Oleg Tiagnybok, Vitali Klitschko et Arseni Iatseniouk, qui deviendra Premier Ministre par la suite. Le lendemain, dans un entretien au quotidien Kommersant Ukraine, le conseiller spécial du président Poutine, Sergueï Glaziev déclare : "Autant que nous sachions, Madame Victoria Nuland a menacé les oligarques ukrainiens de les placer sur une liste noire américaine si le président Yanukovych ne cède pas le pouvoir à l'opposition. Cela n'a rien à voir avec le droit international. (...) Il semble que les Etats-Unis misent sur un coup d'Etat. (...) les Américains dépensent 20 millions de dollars par semaine pour financer l'opposition et les rebelles, y compris pour les armer".

Pour commenter la visite du sénateur américaine Mc Cain sur la place de l'indépendance le 15 décembre 2013, Alexeï Pouchkov, député au Parlement russe (la Douma) déclare au quotidien ukrainien, Kievski Telegraf, ceci : "Les représentants de l'Union européenne et des Etats-Unis sont directement impliqués dans le bras de fer politique en Ukraine. (...) Veulent-ils y établir un nouveau régime colonial ?" Nous constatons déjà à ce niveau que la Russie joue la parfaite diversion. Ayant poussé les occidentaux à être plus mobiles et de se rendre plusieurs fois à Kiev, alors qu'ils ne bougent pas d'un millimètre depuis Moscou, ils arrivent à contraindre les américains à choisir une priorité : le changement de pouvoir à Kiev. C'est dans ce piège que les Russes vont les y conduire et les occuper un bon bout de temps, pendant qu'ils peaufinent en toute liberté et secret, l'invasion de la Crimée.

5- « Le bon stratège est si subtil qu’il n’a plus de forme visible. Le bon stratège est si discret qu’il en est inaudible. Ainsi il se rend maître du destin de l’ennemi. ». Le bon stratège doit être insaisissable pour l’’ennemi. Il doit communiquer le moins possible et pratiquer la rétention de l'information. Et lorsqu'il communique, c'est pour transmettre à l'ennemi une information inexploitable ou fausse.

En Crimée, lorsque le président Poutine fait la seule conférence de presse, le 5/03/2014 admise aux seuls journalistes russes, il jure sur la tête de son arrière grand père qu'il n'a pas de troupes en Crimée. Et que les militaires qu'on voit sans insigne sur l'uniforme, sont en effet, des forces d'Auto-défense locales. Vu de l'Occident, il s'agit d'un mensonge. Mais à bien y regarder, le président Poutine est juste en train de les rouler dans la farine. Et il leur fournit une information capitale qui n'est pas comprise par les stratèges occidentaux. En effet, lorsqu'il nie qu'il n'y a pas de militaires russes, donc étrangers en Crimée, il est en ce moment en train de leur dire qu'officiellement, la Crimée est déjà russe et à ce titre, les forces présentes en Crimée ne peuvent pas être considérées sous l'optique d'une invasion, mais d'une force qui est déjà chez elle, dans sa nation, dans sa république, d'où l'appellation de Forces d'Auto-défense locales. Ce message subliminale n'a malheureusement pas été convenablement analysé et compris par les "stratèges" Occidentaux qui au lieu de se pencher immédiatement sur le cas de la Crimée, ont continué comme d'habitude à faire de la figuration à parler de la désescalade de la tension de la partie russe alors que cette dernière venait de leur signifier qu'elle était déjà passé à la deuxième mi-temps du match qu'ils avaient invité la Russie à jouer.

A Paris, on a transformé une conférence dédiée au Liban à une conférence de sanctions contre la Russie, si elle n'est pas suffisamment gentille et retirer ses militaire de la Crimée pour rentrer dans leur base.

Le lendemain à Rome, on a transformé une conférence pour parler du chaos laissé par l'OTAN en Libye, en un débat pour expliquer à l'opinion publique européenne que l'Europe comptait quand même quelque chose.

On a continué d'organiser des conférences inutiles, à aller et venir entre les capitales européennes et Kiev, alors que le barycentre de la crise s'était déplacé depuis des lustres de Kiev en Crimée. Même un mini-sommet extraordinaire sur l'Ukraine est organisé à Bruxelles le 6/03/2014 et c'est en pleine réunion que le président Poutine va envoyer aux participants un petit cadeau, c'est la dépêche qui tombe sur les téléscripteurs à 12h de Bruxelles et qui dit que le Parlement de la Crimée a voté à l'unanimité le rattachement de la Crimée à la Russie et qu'un référendum pour valider ce choix sera organisé à peine 10 jours plus tard.

6- « Remporter cent victoires après cent batailles n’est pas le plus habile. Le plus habile consiste à vaincre sans combat. » Un bon stratège n'est pas violent, il n'humilie pas son adversaire. Il amène son adversaire à se transformer pour reconnaître son infériorité. Ainsi, il n'a plus besoin de combattre. En Crimée, les forces spéciales russes sont arrivées dans une tenue sans étiquette et ont encerclé toutes les bases militaires ukrainiennes, mais sans les contraindre de quitter la base. Le problème est que les habituels occupants de ces bases ne pouvaient plus être libres d'entrer et de sortir.

Il fallait alors choisir : ou attendre stoïquement que les événements à Kiev permettent un miracle de déloger les russes, ou bien se rendre. Beaucoup ont préféré se rendre sans même tenter de se défendre. De toutes les façons, ils n'étaient pas attaqués. Au même moment, sans même attendre le référendum, à l'aéroport de Sébastopol, la pression psychologique est montée d'un cran : tous les vols pour Kiev ont été dès le vote du parlement de Crimée, programmés comme des vols internationaux. La monnaie ukrainienne progressivement sortie de la circulation et remplacée par le rouble russe. C'est la première fois dans l'histoire qu'on assiste à un sans faute dans l'application des théories de Sun Tzu : Gagner sans combattre. Les Etats-Unis n'y ont vu que du feu.

7- « Jadis, les guerriers habiles commençaient par se rendre invincibles, puis attendaient le moment où l’ennemi serait vulnérable. L’invincibilité réside en soi-même. La vulnérabilité réside en l’ennemi. » Un vrai stratège joue sur le timing pour gagner toutes ses batailles. Il redouble de ruse pour ne pas être affecté par les menaces ou les actions belliqueuses de l'ennemi. Ainsi, il devient d'abord invincible. Mais cela ne suffit pas. Il faut ensuite gagner. Pour cela, un bon stratège doit savoir attendre le moment où ses ennemis sont affaiblis pour passer à l'action et leur donner le coup de grâce. Une fois sécurisé l'annexion de la Crimée, la Russie sait que l'opération en elle-même va drastiquement affaiblir le coté occidental dans la suite des opérations. Mais alors que ces derniers croient par erreur que le Président Poutine va s'arrêter à la Crimée, ils se trompent.

Il sait qu'il a déstabilisé pendant longtemps ses adversaires incapables de prendre des initiatives novatrices. Le président Obama a annoncé une série de sanctions d'abord sur les visas. On a l'impression qu'il s'agit d'une blague de mauvais goût. En 1994, tu as contrains l'Ukraine à se débarrasser de l'armement nucléaire en lui promettant que s'il est attaqué, tu viendrais à son secours. Et maintenant qu'on démembre son territoire, tu menaces de ne pas donner des visas ? De qui te moques-tu ? En réalité, le Président Obama ne peut pas faire grand chose. En ce moment c'est le président russe qui est le seul maître du jeu. Il a toutes les bonnes cartes en main. Il fait ce qu'il veut, quand il veut et comme il l'entend. Le pire est que les gesticulations des occidentaux, trahissent au fond leur impuissance.

D'abord parce qu'ils n'ont pas d'argent pour mener la moindre guerre contre une puissance comme la Russie, mais aussi parce que la moindre sanction économique se retournerait immédiatement contre eux. Par exemple, selon une information publiée par le journal économique français Challenge du 7 mars 2014, à la seule menace du président Obama de geler les avoir russes, la Banque Centrale de Russie a déplacé dans la seule journée du jeudi 6 mars 2014, une somme gigantesque de plusieurs dizaines de milliards de dollars des comptes bancaires détenus aux Etats-Unis vers la Russie et les paradis fiscaux. Ce genre d'opérations, si elle continue, dans le moyen terme, peut causer un véritable séisme bancaire et financier aux Etats-Unis. C'est la classique histoire de l'arroseur arrosé.

Toujours Vendredi 7 mars 2014, c'est l'Agence Bloomberg qui fait d'autres analyses et prévisions. Selon elle, au 1er septembre 2013, la Russie détenait dans les banques de 44 pays la somme de 160 milliards de dollars, alors qu'à la même date, 24 pays avaient déposé dans les banques russes, la somme de 242 milliards de dollars. Les pays occidentaux peuvent geler jusqu'à 160 milliards de dollars d'argent russe. Et la Russie peut geler jusqu'à 242 milliards de dollars d'argent des occidentaux. Selon Bloomberg, depuis Washington, qui a plus à y perdre serait la France dont les banques ont investi 50 milliards de dollars en Russie, suivie par les Etats-Unis dont les banques ont investi pour 35 milliards de dollars dans le plus vaste pays du monde, la Russie, avec ses 17 millions de km2.

Le pire, nous vient de la bouche du conseiller du président russe Sergueï Glaziev, rapporté par la même Agence Bloomberg : "En cas de sanctions américaines, la Russie serait obligée de renoncer au dollar au profit d'autres monnaies et de créer son propre système de paiement. (...) Si les Etats-Unis gèlent les avoirs d'entreprises publiques et d'investisseurs privés russes, Moscou recommandera à tout le monde de vendre les titres du Trésor américain. En outre, les sanctions, si elles sont infligées, amèneront la Russie à renoncer au remboursement des prêts octroyés par les banques américaines." La messe est dite. La Russie est invincible et a même identifié le point de faiblesse de l'ennemi. On peut dès lors parier qu'après la Crimée, elle sait qu'elle pourra annexer d'abord les anciens territoires géorgiens de l'Abkhazie et de l'Ossétie, avant d'avaler toutes les régions de l'est ukrainien russophones qui avaient voté pour le président Yanukovych aux dernières élections présidentielles. Sans oublier bien sûr la région séparatiste de Transnistrie en Moldavie, à la frontière avec l'Ukraine, là aussi à majorité russe et qui demande depuis son indépendance proclamée en 1992, son rattachement à la Russie. Et là nous arrivons à l'autre stratégie de Sun Tzu.

8- « Pour avancer irrésistiblement, attaquez les points faibles de l’ennemi. Pour battre en retraite sans être rattrapé, soyez plus rapide que votre ennemi. » Pour avancer, il faut éviter le corps à corps avec l'ennemi et se limiter à le toucher uniquement dans ses parties non protégées. Et pour des replis stratégiques, il faut se mettre dans les coins qui échappent au contrôle ou à la connaissance de l'ennemi.

Depuis la guerre éclair du mois d'Aout 2008 contre l'allié des USA, la Géorgie avec Saakachvili, les territoires conquis sont le point faible de l'Occident. Tu avais fait croire à la Géorgie que tu pouvais l'aider en cas de guerre avec la Russie. Et il a fait ce que tu lui as conseillé. Quand on l'a bombardé, tu n'es pas arrivé. Alors, que vaut ta parole ? L'humiliation de la petite Géorgie par la Russie a été une grosse tache dans la crédibilité des USA et encore aujourd'hui, les deux territoires alors contestés sont de fait sous la Russie. Voilà pourquoi il est facile de prévoir que ce sont les premiers territoires que la Russie va annexer après la Crimée. Cette victoire si facile en seulement 4 jours sur la Géorgie ne suffit pas pour être répétée aujourd'hui en Ukraine, toujours selon Sun Tzu. Et ça, le président russe Poutine l'a très bien compris.

9- « Ne répétez pas les mêmes tactiques victorieuses, mais adaptez-vous aux circonstances chaque fois particulières. ». Il faut toujours adapter les tactiques et les stratégies aux situations nouvelles. Ce n'est pas parce qu'une solution a marché hier qu'elle marchera toujours. Si on répète les tactiques victorieuses du passé, on court le risque de trouver un ennemi plus aguerri, qui aura passé le temps à étudier votre stratégie et comment y faire face convenablement. Chaque situation, pour un bon stratège est unique et mérite une stratégie unique. Alors que les Américains ont répété en Irak et en Afghanistan les mêmes recettes ruineuses du Vietnam, la Russie a évité de répéter en Ukraine ses tactiques victorieuses sur la Géorgie des bombes tirées par centaines des chars et des hélicoptères de combat. Car il est évident que si en Géorgie les alliés américains s'étaient fait trouver impréparés, rien ne dit qu'une nouvelle fois les trouverait aussi passifs, parce que surpris.

En effet, on nous annonce que les F16 américains sont partis vers les ciels estoniens et polonais. De la même façon que le président Poutine a été silencieux pour les événements de Kiev, avant d'avaler la Crimée, aujourd'hui, personne ne sait quelle stratégie il a préparé pour les régions russophones de l'est de l'Ukraine. Comme Sun Tsu suggère de ne jamais répéter les mêmes stratégies victorieuses, il y a à parier qu'il a préparé toute autre choses pour avaler les régions de l'est mais quoi ?

10- « Qui connaît l’autre et se connaît lui-même, peut livrer cent batailles sans jamais être en péril. Qui ne connaît pas l’autre mais se connaît lui-même, pour chaque victoire, connaîtra une défaite. Qui ne connaît ni l’autre ni lui-même, perdra inéluctablement toutes les batailles. » Le bon stratège doit toujours avoir en tête 3 soucis : bien maîtriser l'environnement, le terrain de la bataille, connaitre l'ennemi dans ses détails et se connaitre lui-même pour surtout desceller avant l'ennemi ses propres faiblesses. Pour faire partie des stratèges des services secrets russes, il faut bien parler plusieurs langues donc l'anglais. Au même moment, tous les textes et communication entre les membres du FSB, sont exclusivement codés en russe. A la CIA il existe un département Russie qui ne peut pas faire le poids face à l'imposante stratégie russe de la maîtrise de l'anglais par tous ses espions. Et donc, de connaitre les américains dans ses plus petits détails. Il existe un réseau composé aussi par russe américains qui, avec le passeport américain, accèdent à tous les postes de l'administration américaine.

C'est ce qui va expliquer que pour le président russe, on a l'impression que rien de ce que dit son homologue américain ne le surprend ou ne l'émeut. Sur le plan de l'environnement, la Russie c'est 17 millions de km2, les USA la moitié. Alors que les américains en Russie sont concentrés dans quelques grandes villes de l'Ouest, les russes aux USA, sont repartis sur tout l'étendu des USA. Ils sont devenus des américains à tous les effets. Il suffit pour Moscou d'étudier leurs comportements pour savoir tout, des américains.

Pour revenir en Ukraine, les zones qui intéressent la Russie sont les régions où on parle russe, où les populations sont russes, donc avec une parfaite maîtrise même sociologique de la part de la Russie. Ce qui n'est pas le cas des USA qui en Ukraine comme en Afghanistan ou en Irak, donnent toujours l'impression de s'engager sur des éventuels théâtres de guerres sans jamais maîtriser le terrain, n'importe où sur la planète comme s'il s'agissait d'un jeu vidéo, où il suffirait de remplacer une carte par une autre et continuer à appuyer sur la gâchette au maximum. Ce qui a porté à des guerres inutiles qui ont littéralement ruiné les Etats Unis d'Amérique.

Et le président Poutine l'a bien compris que de l'autre côté, il y a une véritable navigation à vue, du dossier iranien et syrien hier et à celui ukrainien aujourd'hui. Au final, devant le désarroi du président américain avec ses menaces génériques et sa totale incapacité à placer la moindre initiative dans le dossier ukrainien, s'il y a un maître du monde aujourd'hui sur le plan de stratégie militaire, ce maître s'appelle Monsieur Vladimir Poutine. Il connait son ennemi, les USA, il connait bien le terrain, l'Ukraine et il connait la nouvelle force de son pays, les nouveaux moyens militaires du pays depuis la guerre en Libye qu'il cite chaque fois qu'il veut se moquer des stratèges américains qui ont prétendu d'aller installer la démocratie en Libye et aujourd'hui organisent une conférence à Rome pour demander l'aide des russes pour aller y mettre un peu d'ordre. Le président Obama de son côté, donne l'impression de ne comprendre ni son homologue, russe, de ne pas connaitre la complexité ukrainienne, sinon, il n'aurait pas suggéré à ceux qu'ils ont mis au pouvoir à Kiev comme première action, de supprimer la langue russe. Et pire, il semble ne pas connaitre ses propres faiblesses, d'un pays ruiné et qui ne pourra rien offrir à 47 pays africains qu'on invite à Washington, juste pour mimer les rencontres tous les 2 ans entre les dirigeants africains et chinois.

Quelles leçons pour l'Afrique?

Le 22 Janvier 2014 dernier, la Maison Blanche, par communiqué, nous annonce que le président Obama a invité à Washington, 47 chefs d'Etat Africains. Il a pris soin d'en exclure 3 de Centrafrique, Egypte et de la Guinée Bissau, accusés d'être arrivés au pouvoir sans passer par les urnes, mais par des coups d'Etat. Comment expliquer qu'en Ukraine c'est plutôt l'administration américaine qui tente de forcer la main à la Russie pour reconnaître le nouveau pouvoir à Kiev lui aussi issu d'un coup d'Etat ?

Un coup d'Etat en Europe est-il différent d'un coup d'Etat en Afrique? Le 17 février 2008, le Kosovo déclare unilatéralement son indépendance de la Serbie. Les Occidentaux applaudissent. La Serbie porte l'affaire à la Cour Internationale de Justice (CIJ), organe judiciaire des Nations Unies qui tranche et valide la sécession du Kossovo par sa décision du 22 juillet 2010 en ces termes : "la déclaration d'indépendance du Kosovo n'a violé ni le droit international général, ni la résolution 1244 du Conseil de sécurité, ni le cadre constitutionnel". En revanche, la CIJ ajoute qu'elle n'est "pas tenue par la question qui lui est posée de prendre parti sur le point de savoir si le droit international conférait au Kosovo un droit positif de déclarer unilatéralement son indépendance. La Cour n'est pas chargée de dire si le Kosovo a accédé à la qualité d'Etat".

L'alors ministre français des Affaires étrangères, Bernard Kouchner va se féliciter de la décision du CIJ en ces termes : "L'indépendance du Kosovo est "irréversible (...) Cet avis affirme clairement que la déclaration d'indépendance du Kosovo n'est contraire ni au droit international ni à la résolution 1244, comme la France l'avait toujours soutenu, et je m'en réjouis".

Question : Pourquoi l'Occident se réjouit d'alimenter les sécessions au Kosovo, au Sud Soudan et font semblant de jouer aux fervents défenseurs du droit international et de l'intangibilité des frontières pour l'Ukraine ? En quoi la Crimée en Ukraine est différente du Sud Soudan ou du Kossovo?

La réponse est que cette équation à géométrie variable est le fond de commerce de certains pays, les mêmes qui se sont arrogés le droit de faire les gendarmes du monde pour partager les bons et les mauvais points aux candidats naïfs à la démocratie, pour bien les spolier. Contrairement à ce qui se passe régulièrement en Afrique, de l'Erythrée au Sud Soudan, la Russie n'a pas aidé la Crimée à déclarer son indépendance, mais plutôt la rejoindre dans un ensemble déjà grand. Toute nouvelle indépendance affaiblit le pays qui perd un morceau de sa terre. Mais fragilise aussi le nouvel état non viable.

Les mêmes qui se battent aujourd'hui contre l'éclatement de l'Ukraine, sont les mêmes qui œuvrent en sous-main pour démembrer le Mali, ce sont les mêmes qui financent les rebellions dans l'Est de la RDC pour demain créer une nouvelle république dans le Kivu.

La Russie n'a pas fini de surprendre les américains. Quel message voulait envoyer les russes aux américains lorsqu'ils ont fait coïncider la date de la fin des jeux para-olympiques d'hiver de Sotchi le 16 mars 2014 et le référendum pour valider l'annexion de la Crimée à la Russie ?

A la différence de la Russie, les africains sont grossièrement prévisibles dans toutes leurs stratégies par leurs ennemis occidentaux. Encore faut-il qu'ils soient capables de comprendre que l'Occident est l'ennemi de l'Afrique. Il existe en Afrique un vrai retard culturel et intellectuel de la population, pour déjà être capable de comprendre qu'il lui faut instaurer un rapport de force avec l'occident dans lequel ses propres points de vue seraient pris en considération. Mais on ne peut pas y parvenir dans un rapport classique de mendicité institutionnalisé où celui qui tend la main pour recevoir est toujours celui qui obéit à l'autre.

Voilà pourquoi il n'existe à ce jour dans aucun pays africain, un seul projet sérieux pour espionner l'occident. Les africains croient par erreur qu'ils sont les amis des européens et ne se posent jamais la question de savoir comment ils sont vus aux yeux des européens : de simples esclaves même si très lettrés. Les chaines de télévision en occident pourrons donner l'impression de haïr le président Poutine ou la Russie, mais il reste un élément que personne ne peut mettre en doute, quelque soit leurs relations dans le futur, ils sont condamnés à respecter la Russie. Ils ont déjà commencé à le faire, pour preuve, la façon dont tous tergiversent pour des pseudo-sanctions qui n'arrivent jamais.

Lire la suite

indywidualne ubezpieczenie zdrowotne broker kupic viagra Wells fargo elektroniczny numer marszruty