Au-delà de cet investissement, pour y arriver, un projet de loi sera nécessaire pour accompagner l’évolution des études de santé, de la gouvernance, des cadres d’exercice mixtes, des modes de financement et il sera à l’agenda de l’année 2019 pour que les innovations et les premières mesures puissent être commencées dès 2019 à travers le projet de loi de financement de la Sécurité sociale mais que l’ensemble de ce que nous avons évoqué puisse être pleinement déployé à partir de la fin 2019 et totalement dès le début de l’année 2020.

Ceci pour vous donner les jalons et les précisions mais au-delà de ce sujet, pour vous dire que ce défi, et je sais que vous n’êtes pas ici à convaincre, est un des défis essentiels pour notre nation. D’abord, parce que c’est ce qu’attendent nos concitoyens de nous. Lorsqu’on demande aux Françaises et aux Français ce qui leur importe le plus dans leur quotidien, la santé ressort toujours au premier chef. Ensuite, parce que c’est ce qu’on attend d’une grande nation et c’est ce que nous devons aussi bien aux patients qu’à celles et ceux qui ont dédié leur vie aux soins de l’autre.

Et donc pour toutes ces raisons, je souhaite que l’esprit dans lequel vous avez travaillé depuis le mois de février dernier de coopération et d’exigence, nous puissions le poursuivre dans les années qui viennent pour parvenir aux bons accords, aux bonnes transformations, simplement parce que je pense que c’est le bon moment, c’est l’heure et que nous en sommes capables.

Je vous remercie.