Aujourd’hui, à l’occasion de son centenaire, l’Organisation travaille sur une nouvelle convention dédiée à « l’élimination des violences et du harcèlement dans le monde du travail ». Chaque nouvelle convention doit être votée à la majorité des deux tiers des États membres. Puis chacun a la possibilité de la ratifier et la transposer en droit national.

Mais les conventions de l’OIT ne s’imposent pas aux États. Elles n’ont qu’un caractère incitatif, si bien qu’une bonne partie de la planète est encore très loin d’appliquer l’ensemble de ses recommandations.