dimanche 29 mars 2020

RDC: "Coronavirus"-1 million 800 mille dollars, bientôt un concert des casseroles vides contre le régime d'imposture de Tshilombo ?

RDC: "Coronavirus"-1 million 800 mille dollars, bientôt un concert des casseroles vides contre le régime d'imposture de Tshilombo ?

Freddy Mulongo, Réveil FM International

Freddy Mulongo-casseroles 1.jpg, mar. 2020

Données du 29 mars 2020 par INRB Kinshasa: 10 nouveaux cas confirmés, 2 nouveaux décès, tous de Kinshasa. Total cumulé depuis le 10 mars 2020: 75 cas et 8 décès. Personnes guéries: 3.

Avec Tshilombo, imposteur et usurpateur, la République démocratique du Congo est devenu un cirque. Il est plus que temps d'ordonner le confinement. Impact négatif du Coronavirus-Covid 19 sur le fonctionnement des institutions. L'État d'urgence et le confinement ne produisent pas leurs effets. Pendant que le gouvernement congolais tâtonne sur l’urgence des mesures de confinement à prendre, le nombre des morts augmente tous les jours. Miser sur l’immunité collective à Kinshasa, c’est suicidaire, irresponsable et criminel.

freddy-mulongo-faussaire-tshilombo-2710.jpg, mar. 2020

Le peuple d'abord de l'Udps s'est transformé en "le ventre d'abord" d'Angwalima Tshilombo. Le peuple qui a faim finit par sortir dehors. Déjà les kinois commencent à se battre pour le pain. Nous apprenons un grand concert des marmites est en préparation dans la mégalopole de Kinshasa. Il faut faire bouillir la marmite. La famine va finir par faire sortir des Kinois.

1 million 800 mille dollars pour toute la République, alors que les Kinois sont 13 millions ventres vides. Vivre avec-1 dollar par jour, pendant ce temps, une cascade des vols à la présidence usurpée de Tshilombo sans sanctions: 15 millions de dollars, 32 millions de dollars...

Lire la suite...

RDC: 102 ans de papa Joseph Diangendia Kuntima, bâtisseur et visionnaire de l'Eglise Kimbanguiste !

RDC: 102 ans de papa Joseph Diangendia Kuntima, bâtisseur et visionnaire de l'Eglise Kimbanguiste !

Freddy Mulongo, Réveil FM International

Freddy Mulongo-Simon Kimbangu.jpg, mar. 2020

Tout théologien a eu à étudier les églises africaines, catégorie dans laquelle on classifie l'Eglise Kimbanguiste. Cette catégorisation est biaisée voir caricaturale. Elle est simplement une projection occidentale. Ce formatage d'esprit est lamentable voire catastrophique. Chaque religion mérite respect, surtout pour ceux qui y croient.

Papa Simon Kimbangu plus qu'un Héros national!

Je l'ai déjà écris à plusieurs reprises, le jour que le peuple congolais prendra conscience et remettra papa Simon Kimbangu à sa vraie place, la République démocratique du Congo prend son essor. Le premier Héros national, c'est papa Simon Kimbangu. Le plus vieux prisonnier du continent africain, ce n'est pas Nelson Mandela avec ses 28 ans d'emprisonnement sous l'apartheid en Afrique du Sud. Mais papa Simon Simon Kimbangu qui a fait 30 ans dans les geôles du roi Léopold II, sanguinaire et génocidaire au Congo.
Honorer papa Simon Kimbangu, c'est précipiter la libération du Congo. "Dans les années 1920, le pouvoir colonial belge a voulu voir, dans l’effervescence villageoise et les incidents qui entouraient les agissements d’un certain Simon Kimbangu, l’expression d’un mouvement collectif de révolte contre l’ordre colonial. En procédant à son arrestation, son exil et son emprisonnement pendant plus de trente ans, ce même pouvoir a fait de ce catéchiste de village, un martyr national".

Freddy Mulongo-Diangienda 1.jpg, mar. 2020

Papa Diangienda: Bâtisseur et visionnaire !

Le fils cadet de papa Simon Kimangu aurait eu 100 ans le 22 mars 2018. Papa Joseph Diangienda est décédé le 8 juillet 1992 à Genève à l'hôpital de La Tour. Parler de papa Joseph Diangienda Kuntima, c'est parler de l'Eglise Kimbanguiste. Il est en le bâtisseur et grand visionnaire. Bâtir une église requiert foi et persévérance. Partir de rien, c'est une autre paire de manche. Le centre d'accueil kimbanguiste à Kasa vubu, l'université kimbanguiste...nous les avons vu construire. Papa Joseph Diangienda Kuntima a appris aux Zaïrois que nous étions, Congolais que nous sommes aujourd'hui de ne pas tendre la main à l'extérieur. La majorité des bâtisses de l'Eglise Kimbanguistes sont bâtis grâce aux "Nsinsani", dons et offrandes que même les plus démunis donnent pour leur église.

C'est une valeur essentielle de compter sur soi. C'est aussi une autre valeur de bâtir ensemble dans une vision communautaire.

10% de la population congolaise est kimbanguiste. Dans les coins et recoins de la République, on trouve toujours une église kimbanguiste, en chaumes ou briques. L'église Kimbanguiste est présente en Afrique, jusqu'en Europe via la diaspora congolaise.

Une vie avant de devenir le chef spirituel !

Né le 22 mars 1918 à Nkamba, dans le Kongo-Central, dans le Sud-Ouest de la République Démocratique du Congo.
A l’âge de trois ans, c’est à dire en 1921, il assistera à l’arrestation à Nkamba et la relégation à Elisabethville (actuelle Lubumbashi) de son Père, papa Simon Kimangu, mais aussi la relégation de son frère aîné Charles Kisolokele Lukelo à Boma, puis Moanda, dans le Mayombe, par l’administration coloniale belge. A l’âge de 16 ans il fut, à son tour, relégué à Boma où il fit ses études primaires et moyennes, à la colonie scolaire de Boma. Il y obtient son diplôme le 23 décembre 1943. Il fut engagé dans l’administration coloniale belge à Tsela d’abord puis fut muté successivement à Matadi, le 9 octobre 1946, à Boma, le 26 novembre 1946, à Léopoldville- Kinshasa, actuel, le 19 mai 1947, à Luluabourg-actuel Kananga, le 16 septembre 1950 où il occupa le poste de Secrétaire au Cabinet du Gouverneur Peigneux, le Belge qui avait arrêté papa Simon kimbangu, enfin à Léopoldville, le 17 juillet 1952.

EJCSK !

Le nom officiel de l'Église kimbanguiste est depuis 1987 « Église de Jésus Christ sur la Terre par son envoyé spécial Simon Kimbangu », en sigle EJCSK, anciennement appelée « Église de Jésus-Christ sur la Terre par le prophète Simon Kimbangu ». Les autorités coloniales belges, considérant le kimbanguisme comme un mouvement subversif, prennent pendant plusieurs décennies des mesures répressives à l'égard des membres : envoi dans des camps de relégation, puis, à partir de 1940, dans des "Colonies Agricoles pour Relégués Dangereux" (C.A.R.D.).

Les adeptes parviennent cependant à maintenir des activités clandestines. Le plus jeune fils de Simon Kimbangu, Joseph Diangienda Kuntima, s'emploie à regrouper les sympathisants. L'épouse du prophète, Kimbangu Marie Mwilu, ordonne les premiers pasteurs kimbanguistes en 1955. En janvier 1958, une pétition est adressée au gouverneur général du Congo, en vue d'obtenir la liberté du culte. Cette démarche, dont les auteurs se réclament de la Déclaration universelle des droits de l'homme, de la charte coloniale et de la Constitution belge, aboutit à une première forme de reconnaissance tacite. Le 11 mars 1958, la première constitution de l'Église de Jésus-Christ sur Terre par le Prophète Simon Kimbangu (E.J.C.S.K.) est promulguée. Le 22 juin 1958, lors du premier congrès kimbanguiste, Joseph Diangienda Kuntima est reconnu chef spirituel de l'E.J.C.S.K. Une demande officielle de reconnaissance adressée à la Chambre des représentants et au Sénat de Belgique aboutit enfin à la reconnaissance officielle le 24 décembre 1959.

Papa Joseph Diangienda-Mobutu !

Le 15 septembre 1950 à Kananga , alors qu'il était qu'un jeune soldat à l'école de formation des officiers militaires, Mobutu Sese Seko rencontra papa Joseph Diangienda Kuntima, en mutation à Kananga ex- Luluabourg. Ainsi, naquit une forte amitié entre les deux. Ils étaient membres d'une même association à Kananga dénommée "Bena-Mayi" , qui consistait à subvenir aux besoins des Congolais non originaires.

En 1957, le soldat Mobutu s'en alla de l'armée avec le grade de sous-officier , il devient journaliste pour le quotidien libéral de Léopoldville "L'Avenir". le jeune journaliste, qui signait "De Banzy", Banzyville étant sa province de l'Equateur, s'attaquait à coup d'encre aux belges, évoquant les injustices qu'ils faisaient subir aux congolais et surtout aux Kimbanguistes.

Le journaliste Mobutu devint "wanted", recherché par l'autorité coloniale belge. Mobutu ira chez papa Diangienda, au N°87 de la rue Monkoto 87 dans la commune de Ngiri-Ngiri lui expliquer sa situation , qu'il était recherché , qu'il risquait l'arrestation pour une cause évidement bien-fondé. Papa Diangienda Kuntima le cacha dans sa résidence durant 3 jours. Et papa Diangienda Nkutima va prier pour lui et lui annoncer qu'il deviendra président de la République. C'est ce que Mobutu, Président de la République, avait déclaré lors des obsèques de papa Joseph Diangenda Kuntima, le 12 juillet 1992, au centre d'accueil kimbanguiste à Kasa-Vubu, lorsqu'il rendit son hommage au chef spirituel de l'Eglise Kimbanguiste.

freddy-mulongo-julienciakudia-xx.jpg, mar. 2020

Papa Diangienda-patriarche Julien Ciakudia 

Papa Diangienda Kuntima en tant chef spirituel de l'église kimbanguiste avait un souci permanent pour le devenir de son église. Il aimait des jeunes théologiens qui pouvait asseoir la doctrine kimbanguiste et la défendre théologiquement. Jeune pasteur anglican qui œuvrait pour la théologie de Libération à Montréal, de séjour à Kinshasa, le patriarche Jullien Ciakudia va s’approcher de papa Diangienda Kuntima. Une amitié père fils va naître. Papa Diangenda Kuntima a beaucoup prêché sur "Bolingo" "l'Amour", "Mibeko" "Lois et règles" et "Misala" "Les œuvres". Il avait pris sous ses ailes, le patriarche Julien Ciakudia Sr ne se préoccupant pas de sa province. En 1982, il l'avait logé au centre d'accueil kimbanguiste. Papa Diangienda kuntima l'avait amené avec lui en visite au plateau de Bateke, pour qu'il se rende compte des travaux agricoles et projets de développement de l'église kimbanguiste.

Après ses études au Canada, le Maréchal Mobutu délégua son homme de confiance papa Léon Engulu pour ramener le patriarche julien Ciakudia au pays , afin de le nommer ministre des Affaires étrangères. Arrivée à Kinshasa, Le refus de sa nomination à ce poste, dans une féroce dictature, va attirer des ennuis. Vivant en clandestinité pour ne pas tomber dans les filets des sbires de Mobutu. le patriarche Julien Ciakudia eu la présence d'esprit d'envoyer son épouse au près du chef spirituel kimbanguiste à Monkoto. Et là, papa Diangienda qui revenait d'Abidjan en Côte d'Ivoire où la famille de Mobutu s'est mariée, n'a pas mâcher ses mots: Dites à mon fils théologien de quitter le pays, sinon il sera tué. Qu'il aille en exil. Même Jésus était allé en exil en Egypte avec ses parents. Ce pays est le sien , il reviendra un jour pour contribuer à sa construction.

C'est comme ça qu'en 1986, le patriarche Julien Ciakudia se retrouvera à Brazzaville avant de rejoindre Oslo en Norvège. Depuis Londres où il réside, le patriarche Julien Ciakudia ne cesse de dire "papa Diangienda m'a sauvé la vie" !

Lire la suite...

samedi 28 mars 2020

Présidence usurpée de Tshilombo infectée, Vidiye Tshimanga atteint du Covid19 !

RDC: La présidence usurpée de Tshilombo est infectée par le Coronavirus, Vidiye Tshimanga annonce qu'il est guérit du Covid-19 !

Freddy Mulongo, Réveil FM International

Freddy Mulongo-Vidiye Tshimanga 2.jpg, mar. 2020

Le Coronavirus-Covid 19 est un virus de destruction massive. Eh bien, un vide est entrain de se créer à la cour du "Roi Pétaud"de l' imposteur et usurpateur. Ils tombent comme des mouches et se ramassent à la pelle à la présidence usurpée d'Angwalima Tshilombo ! Vidiye Tshimanga est l'alter ego de Tshilombo. Ils ont fait les 400 coups ensemble à Bruxelles. L'homme qui parle à l'oreille de Tshilombo est un arriviste, hautain et arrogant: Vidiye Tshimanga se permet tout ! 

Freddy Mulongo-Vidiye Tshimanga 10.jpg, mar. 2020

A bon, quand est-ce que Vidiye Tshimanga, le checkuleur et homme qui souffle à l'oreille de Tshilombo était-il tombé malade?  N'est-ce pas le même Vidiye Tshimanga  qui avait influencé Angwalima  Tshilombo d'insulter la diaspora à Londres de "CombatNtaba". Quel toupet?  Vidiye Tshimanga a annoncé sur son compte twitter qu'il est guérit du Covid 19 ? Pourquoi vient -il nous annoncer sa guérison alors que personne ne savait qu'il était contaminé ? Quelle est la preuve qu'il est vraiment guérit ? S'agit-il d'un simulacre ? Où bien, c'est la trouille de voir le décès inopiné de Patrick Ilunga, un autre conseiller de Tshilombo ?Arriviste, arrogant et imbu de lui-même, Vidiye Tshimanga qui a vécu à Bruxelles de la manière dont on sait, quelle mouche l'a piqué pour insulter la diaspora de "CombatNtaba" ?
Nous voulons voir Tshimanga faire 100 pompes, faire le marathon et manger le Bukula Bwa Nseka seul comme un grand pour croire !

Déjà la Maman de Patrick Ilunga crie au scandale. Elle ne croit pas que son fils est mort du Covid 19 mais empoisonné à la présidence de Tshilombo.

Lire la suite...

"Coronavirus": L'allocution du président Macron à Mulhouse !

Freddy Mulongo-Macron Mulhouse.jpg, mar. 2020

ALLOCUTION DU PRÉSIDENT DE LA RÉPUBLIQUE SUR LE COVID-19 

Mesdames, Messieurs, mes chers compatriotes.

Je tenais à venir aujourd’hui ici, à Mulhouse, en Alsace, dans cette région Grand-Est, dans cette région qui est à ce jour la plus touchée par l'épidémie de Covid-19 et l'une des premières frappées en France, il y a près d'un mois. Dans le Grand-Est, plusieurs centaines de nos compatriotes ont perdu la vie.  Plus de 700 se trouvent en état grave, placés en réanimation. Je m'associe à la douleur des familles, des proches et veux leur dire que la Nation toute entière est à leurs côtés.

Je veux aussi, ce soir, saluer la mémoire des soignants qui ont payé de leur vie leur engagement pour soigner d'autres vies, sauver d'autres vies depuis le début de cette épidémie. Le premier soignant est tombé il y a quelques jours à Compiègne. Trois soignants ont perdu la vie dans la région Grand-Est, ils avaient décidé de soigner coûte que coûte. Un gynécologue obstétricien ici à Mulhouse, un médecin généraliste, dans la commune de l'hôpital en Moselle et un médecin généraliste à Colmar, une ville elle aussi très durement touchée. Nos pensées accompagnent leurs familles, leurs proches, toute la communauté des soignants.

Mes chers compatriotes, je vous ai dit il y a quelques jours que nous étions engagés dans une guerre, une guerre contre un ennemi invisible, ce virus, le Covid-19 et cette ville, ce territoire porte les morsures de celui-ci. Lorsqu'on engage une guerre, on s'y engage tout entier, on s'y mobilise dans l'unité. Je vois dans notre pays les facteurs de division, les doutes, toutes celles et ceux qui voudraient aujourd'hui fracturer le pays alors que nous ne devons avoir qu'une obsession : être unis pour combattre le virus.  J’en appelle à cette unité, à cet engagement : être unis.  Vous avez un Gouvernement qui est à la tâche, œuvrant pour trouver les solutions et se battant. Le ministre de la Santé reviendra dans les prochains jours, comme il l'a déjà fait et comme il le fait constamment sur les sujets les plus sensibles, en toute transparence. Le sujet des masques, des respirateurs, des tests et des traitements pour apporter toutes les explications, toutes les demandes d'informations légitimes, mais sans que nous ne cédions à aucune forme de division sans que jamais nous ne céderons au flot de fausses informations. Nous n'avons qu'une priorité : battre le virus.

La Nation tout entière est mobilisée. Mobilisation d'abord des services de l'Etat, qui est totale, et ici, dans le Grand-Est depuis le début. Sur le plan sanitaire, d'abord, tout est mis en œuvre pour que le service, nos services de santé puisse faire face à la vague. L'Agence régionale de santé a lancé très tôt un appel au volontariat des personnels soignants. Plus de 1 000 engagés ont répondu présent dans la région, dont 250 ici à Mulhouse. Une organisation s'est mise en œuvre consistant à déprogrammer les opérations qui n'étaient pas urgentes pour libérer des lits, mobilisant le secteur privé, faisant jouer toute la solidarité entre l'hôpital, le secteur privé et la ville. Les respirateurs sont arrivés, d'autres hôpitaux, des Armées. Un déploiement complet a été fait. Nous avons ici, dans cette région, mis en place une organisation, une méthode inédite qui sera répliquée partout où elle sera utile. 

Solidarité aussi nationale qui joue à plein. Plusieurs transferts ont été organisés vers des régions moins touchées. Une trentaine de patients ont ainsi été conduits dans d'autres hôpitaux de la région. Trois opérations menées par les Armées ont permis de transférer 18 patients vers d'autres régions. Et demain, un train médicalisé sera affrété pour transférer une vingtaine de patients à nouveau. La mobilisation de nos systèmes de santé est totale. Je veux saluer tous les personnels de l'hôpital, des hôpitaux de la région, mais aussi tous les médecins de ville que j'ai croisé tout à l'heure et avec qui j'ai pu discuter, et l'ensemble du secteur sanitaire, médico-social et social.

Mobilisation aussi de tous les services de l'Etat. Je veux saluer les préfets qui, aux côtés des responsables sanitaires, se sont mobilisés pour assurer la continuité des services publics. Tous les services de l'Etat sont mobilisés, nos policiers, nos gendarmes, nos douaniers, l'ensemble de nos fonctionnaires, nos enseignants, à qui aussi je veux dire merci car ils continuent de s'occuper de notre jeunesse de manière physique pour les enfants de nos personnels soignants mais de tous les autres aussi, sans relâche. Je veux ici aussi remercier l'ensemble des collectivités locales, la région, le département, l'agglomération et la ville et l'ensemble de leurs personnels qui n'ont cessé d'être également au front.

Enfin, je veux remercier nos voisins allemands, suisses, luxembourgeois, qui ont pris en charge une trentaine de patients lourds, comme nous l'avons fait il y a quelques semaines pour nos voisins italiens. C'est cela aussi l'Europe, la vraie, cette solidarité. 

Ici, dans cette première région si lourdement touchée, cette mobilisation a été exemplaire. L'organisation a permis collectivement de nous améliorer pour apporter une réponse indispensable. Ici, nous avons fait bloc pour soigner, pour sauver. C'est en activant tous les leviers de la solidarité et en faisant bloc que nous pourrons faire face en Corse, où la situation est déjà très difficile, puis demain, dans les Hauts-de-France, en Bourgogne-Franche-Comté, en Île-de-France, en Outre-mer aussi, où des situations extrêmement tendues sont en train d'arriver. Dans chacun des territoires que je viens d'évoquer, la situation, chaque jour, est plus difficile et c'est la même organisation qui se met en place. Elle se met en place aussi parce qu'une formidable mobilisation nationale est là, et je veux vous en féliciter et vous en remercier, mes chers compatriotes. La réserve sanitaire d'abord, avec plus de 40 000 inscrits, permet d'apporter des bras, des soutiens à des femmes et des hommes qui se réengagent pour aider. Plus de 100 000 d'entre vous se sont engagés sur la plateforme "Je veux aider" pour là aussi, à leur manière, avec leurs moyens, apporter une aide au milieu de cette crise. C'est cette France fraternelle qui nous permettra de tenir et de vaincre.

Mais derrière cette organisation, il y a toujours et avant tout les femmes et les hommes. Je suis ici à Mulhouse, à leurs côtés, pour leur rendre hommage. Dans cette guerre, il y a en première ligne l'ensemble de nos soignants, qu'ils interviennent à l'hôpital, en ville, dans les EHPAD, dans nos établissements accueillant des personnes en situation de handicap, dans les services à domicile, qu'ils soient médecins, infirmiers, ambulanciers, pharmaciens, aides-soignants. Tous sont en première ligne. Les yeux sont cernés, la fatigue est présente. L'angoisse est là pour eux-mêmes, pour leurs collègues, pour leur famille. Je l'ai vu aujourd'hui avec beaucoup de force. La Nation tout entière est derrière eux, reconnaissante. Elle rend hommage chaque jour. Elle est à leurs côtés à chaque instant. Avec un courage exceptionnel, ils font face. Ils sauvent des vies. Ils font tout ce qui est en leur pouvoir. Nous serons là aussi au rendez-vous de ce que nous devons, au-delà de cette reconnaissance et du respect. J'ai demandé au gouvernement d'apporter une réponse claire et forte de court terme pour l'ensemble des personnels soignants comme pour l'ensemble des fonctionnaires mobilisés, afin de majorer les heures supplémentaires effectuées sous forme d'une prime exceptionnelle pour pouvoir accompagner financièrement cette reconnaissance. Mais plus largement, nos soignants qui se battent aujourd'hui pour sauver des vies se sont hier battus, souvent pour sauver l'hôpital, notre médecine. Beaucoup a été fait, sans doute pas suffisamment vite, pas suffisamment fort. L’engagement que je prends ce soir pour eux et pour la nation toute entière c’est qu’à l’issue de cette crise un plan massif d’investissement et de revalorisation de l’ensemble des carrières sera construit pour notre hôpital. C’est ce que nous leur devons, c’est ce que nous devons à la Nation. Cette réponse sera profonde et dans la durée.

Je veux aussi saluer l’ensemble des femmes et des hommes qui sont en deuxième ligne et qui permettent à nos soignants de soigner, et au pays de continuer à vivre. Ce sont les femmes et les hommes qui transportent, qui hébergent, qui dépannent, qui nettoient, qui réparent. Ce sont nos agriculteurs, ce sont l’ensemble des femmes et des hommes qui sont dans le secteur de l’alimentation, des commerces de première nécessité, ce sont nos livreurs, nos caissiers et nos caissières, c’est tout ce peuple travailleur de France qui se bat, qui, je le sais, parfois, est angoissé, souvent pour eux-mêmes et leurs familles, mais permet au pays de vivre. Je veux ce soir avec beaucoup de force les remercier et leur apporter tout le soutien de la Nation. Je sais les attentes qu’il y a là aussi pour être mieux protégé et le gouvernement fera le maximum pour apporter toutes les réponses avec les contraintes qui sont les nôtres, toujours en transparence. Vendredi, je rassemblerai l’ensemble des partenaires sociaux et un très gros travail a été fait ces derniers jours pour, secteur par secteur, apporter les meilleures réponses pour organiser le travail, pour mieux protéger au travail. Je veux remercier l’ensemble des employeurs de tous ces secteurs qui ont beaucoup fait là aussi pour que la nation continue à vivre. Cette deuxième ligne est indispensable et je veux remercier tous nos compatriotes qui, avec courage, chaque jour, permettent au pays de continuer à vivre dans ce contexte. Leur travail, leur engagement, leur courage sont aussi notre fierté.

Et il y a la troisième ligne, celles et ceux qui peuvent télétravailler ou rester à la maison, arrêter leur activité pour un temps ou qui y sont contraints parce que le secteur d’activité a fermé et qui contribuent aussi à l’effort de la Nation en restant chez eux, en respectant les règles de confinement qui ont été édictées par le gouvernement, en réduisant les contacts, en luttant contre la propagation du virus. Je vous remercie, mes chers compatriotes, de cette part que vous prenez à l’effort collectif. Elle est indispensable, pour protéger notre système de santé, pour ralentir ce virus et protéger l’ensemble de nos soignants, de nos réanimateurs, pour permettre de sauver un maximum de vies, pour protéger aussi nos aînés et les plus fragiles.

Chacun a un rôle, et dans ce contexte nos armées ont un rôle et je veux les en remercier, et je terminerai par là. Nos armées sont déjà mobilisées comme ici, à Mulhouse, avec cet hôpital de campagne dans lequel je viens de me rendre et par la mobilisation aussi du service de santé dans son intégralité. Cet hôpital a été monté dans des délais records par le service de santé et l’armée de terre. Les 5 hôpitaux d’instruction des armées sont aussi mobilisés, où des malades sont déjà pris en charge. Des opérations de transport sanitaire aérien et maritime ont déjà été réalisées par des avions ravitailleurs, dont les opérations Morphée de l’armée de l’air, le porte-hélicoptères amphibie Tonnerre, d’autres missions de soutien encore. Partout, je le sais, nos militaires sont prêts et déterminés.

Nous sommes en guerre et face à ce qui se profile, ce pic de l'épidémie qui est devant nous, j'ai décidé, sur proposition de la ministre des Armées et du chef d'état-major des Armées, de lancer l'opération Résilience. Cette opération, distincte de l'opération Sentinelle qui continue de se concentrer sur la lutte contre le terrorisme quant à elle, cette opération Résilience sera entièrement consacrée à l'aide et au soutien aux populations ainsi qu'à l'appui aux services publics pour faire face à l'épidémie de Covid-19 en métropole et en outre-mer, en particulier dans les domaines sanitaire, logistique et de la protection. Dans ce cadre, j'ai d'ores et déjà décidé de déployer immédiatement le porte-hélicoptères amphibies Mistral dans le sud de l'Océan Indien et à partir de début avril le porte-hélicoptères Dixmude ira se positionner dans la zone Antilles Guyane en soutien de nos territoires ultramarins. 

Mes chers compatriotes, Mesdames, Messieurs, je reviendrai dans quelques jours faire un point complet de la situation, vous dire les décisions prises pour les semaines à venir et les décisions plus profondes que j'entends prendre pour la nation. Mais ce soir je voulais être là, aux côtés de nos soignants, aux côtés de nos armées, aux côtés de nos malades, pour dire que toute la Nation est engagée, engagée dans ce combat. Chacun a un rôle à y jouer, chaque citoyen, parce que la Nation française est un bloc et parce que dans cette guerre nous devons faire bloc, être unis, fiers et reconnaissants pour le rôle de chacun et tenir l'unité et le courage nous permettront de vaincre. Nous ne sommes qu'au début mais nous tiendrons.

Nous tiendrons parce que nous ne cèderons rien. Nous tiendrons parce que nous en avons la force. 

Lire la suite...

Manu Dibango: Sa veuve Marie-Josée "Coco", 4 jeunes et un pasteur à ses obsèques !

Manu Dibango: Sa veuve Marie-Josée "Coco", 4 jeunes et un pasteur à ses obsèques !

Freddy Mulongo, Réveil FM International

Freddy Mulongo-Manu Dibango 5.jpg, mar. 2020

Freddy Mulongo-Manu Dibango 2.jpg, mar. 2020

A 86 ans, le grand saxophoniste Manu Dibango est décédé du coronavirus, le mardi 24 mars, à l'hôpital de Melun. Mais l'image de 6 personnes à ses obsèques fait pleurer plus d'un africain. La France est confinée. Restez-chez vous, clame le message du gouvernement. En temps normal, Manu Dibango méritait des obsèques avec foule dû à son rang, par sa musique 

avoir rapproché des hommes et femmes mais aussi plusieurs continents.

Il n'y a pas eu plus ambassadeur itinérant du Cameroun à travers le monde que Manu Dibango. Sur les réseaux sociaux, il est regrettable que certains Camerounais se déchaînent contre lui. Qu'a-t-il fait et laisser au Cameroun? Frères, l'oeuvre de l'esprit est immatériel, il dépasse de loin les matériels.


Lire la suite...

Paris: Décès de Manu Dibango, le communiqué de l'Elysée !

Freddy Mulongo-Manu Dibango 6.jpg, mar. 2020



Palais de l’Élysée, le mardi 24 mars 2020

 

 

COMMUNIQUÉ

 

La musique mondiale a perdu un géant. Manu Dibango, saxophoniste, compositeur, passeur de rythmes et lanceur de tubes, était l’un de ces musiciens virtuoses et généreux dont le talent ne connaissait pas de limites : ses créations ont fait danser plusieurs générations, plusieurs continents. Il est hélas l’une des premières personnalités mondiales à succomber à la pandémie du Covid-19.

 

C’est à Douala au Cameroun qu’Emmanuel Dibango a vu le jour en 1933. Au temple protestant où sa mère est chef de chœur, il apprend à vocaliser sur Bach et Haendel et à caresser les cordes sous la bienveillante férule d’un oncle guitariste. En 1949, il a 15 ans lorsqu’il arrive en France pour faire ses études, avec 3 kilos de café dans ses bagages pour payer un premier mois d’accueil à ses hôtes. Mais, assez vite, la musique le tire loin des manuels scolaires. Un enseignant lui fait découvrir le piano, puis un ami, Francis Bebey, qui deviendra lui aussi une grande figure de la musique camerounaise, l’initie au jazz et au saxophone, son instrument-roi.

 

De Paris à Bruxelles, de caves en cabarets, il fréquente la diaspora afro-caraïbéenne et la bouillonnante scène jazz de l’après-guerre. Il rencontre bientôt Joseph Kabaselé, alias « Grand Kallé », le père de la rumba congolaise et le créateur de l’un des hymnes des indépendances africaines, Indépendance Tcha-tcha, qui l’embauche comme saxophoniste dans son orchestre African Jazz. Installé pour un temps à Léopoldville au Congo, Manu Dibango débute alors une carrière en solo, se fait connaître avec « Premier twist à Léo », et ouvre son propre club de musique, le Tam-Tam.

 

Revenu en France avec un répertoire qui s’est enrichi au fil de ses pérégrinations et de ses rencontres, qui s’est ouvert à la soul et au funk, il travaille avec quelques-unes des plus grandes vedettes de l’époque : Dick Rivers, Nino Ferrer, Mike Brant. A la fin des années 1960, il est le premier à faire jouer des artistes africains pour une émission de télévision française, Pulsations, dont il signe le générique en live avec son big band.

 

Manu Dibango se riait des frontières : il sautait d’un continent à l’autre, d’une culture à l’autre, d’un genre à l’autre, d’un instrument à l’autre – il les maîtrisait presque tous – pour créer une musique universelle, qui était à la fois africaine et caraïbéenne, américaine et européenne, mais qui était surtout chaloupée, entrainante et joyeuse. À chaque album, il inventait de nouveaux rythmes de joie, des mélodies du bonheur.

 

C’est avec un tube funk en diable, « Soul Makossa », qu’il avait accédé à une renommée internationale. Un hymne à la danse et au mélange qui n’était à l’origine que la face B d’un 45-tours sorti à l’occasion de la Coupe d’Afrique des Nations de 1972, et qui est devenu, par un improbable cheminement d’admirations et de reprises, un hymne mondial dont le succès ne se dément pas : découvert par les pionniers new-yorkais du Disco, pillé par les plus grandes stars, cité, repris, il est joué et rejoué depuis près de cinquante ans.

 

Infatigable musicien voyageur, il a fait résonner son art virtuose sur les scènes de France et de Belgique, aux États-Unis, en Amérique Latine, en Côte d’Ivoire où il a un temps dirigé l’Orchestre de la Radio-télévision ivoirienne. Apôtre d’une musique où les artistes du monde entier dialoguent ensemble sur un pied d’égalité, Manu Dibango n’a jamais cessé de jeter des ponts, d’inventer des hybridations nouvelles, de susciter des rencontres, collaborant tour à tour et parfois en même temps avec Youssou N’Dour, Angélique Kidjo, Peter Gabriel, Sting, Serge Gainsbourg, Herbie Hancock ou Fela Kuti.

 

Avec le temps, celui qu’on surnommait « Papa Groove » était devenu « Papy groove », mais il n’avait jamais perdu son énergie et son enthousiasme : il était encore en tournée en France et à travers le monde l’an dernier, à l’occasion de ses 60 ans de carrière avec son « Safari symphonique », où s’entrelaçait harmonieusement le jazz et la musique classique.

 

Manu Dibango était aussi une voix, grave, engagée, qui savait se faire entendre pour célébrer les indépendances, pour dénoncer le racisme et l’apartheid, pour combattre partout les injustices, et pour célébrer cette Afrique dont il était l’un des fils les plus connus. En 1994, il en avait même pris le visage, sur la pochette de son album Wakafrica, auquel il avait fait participer les plus grandes stars du continent.


Immense musicien, il était aussi une figure d’humaniste universelle qui, par-delà les frontières géographiques et les styles musicaux, semait à foison la générosité et la joie. 

Lire la suite...

Me Wilkens Alhongo "Fally Ipupa est pénalement coupable et responsable pour les personnes décédées du Covid-19 après son concert de Bercy"!

Me Alhongo "Fally Ipupa est pénalement coupable et responsable pour les personnes décédées du Covid-19 après son concert de Bercy"!

Freddy Mulongo, Réveil FM International

Freddy Mulongo-Me Alhongo.jpg, mar. 2020

La France est touchée par le Coronavirus-Covid-19. 32 964 personnes sont contaminées et 1995 personnes décédées. Et parmi eux des personnes qui ont assisté au concert de Fally Ipupa le 28 février dernier à Bercy. La vague sanitaire qui fait des dégâts en France s'installe dans la durée.

Du jamais vu ! Alors que des manifestations ont été annulées à cette date, le concert politique, politisé et instrumentalisé de Fally Ipupa a été maintenu. Fally Ipupa a ramené du Congo en France, une quarantaine de personnes y compris des chroniqueurs musicaux. On sait aujourd'hui que Dedié

Me Wilkens Alhngo, grand patriote et résistant à Bruxelles, qui suit le dossier concert Fally Ipupa à Bercy depuis le départ, monte au créneau et sans ambages déclare: Fally Ipupa est coupable et responsable de personnes décédées à son concert de Bercy. Ceux qui croient que les patriotes-résistants-combattants Congolais s'amusent n'ont qu'à se raviser. Pour Me Wilkens Alhongo, le combat de libération du Congo est un combat de vie. La diaspora congolaise ne lâchera rien. "Kabila dégage" était une lutte contre un système, pas contre un individu. Or aujourd'hui, les ennemis du Congo ont fait un deal avec Alias Kabila pour une nomination électorale avec mépris du peuple congolais. Le combat de la diaspora congolaise est noble et légitime.

1. Réveil FM International : Me Wilkens Alhongo comment avez-vous passé la journée du 28 février dernier à Paris ?

Me Wilkens Alongo : Ce vendredi là 28 février 2020, j'étais à Paris. Et comme l'Avocat au barreau de Paris Me Tamba avait besoin d'éléments du combat pour finaliser sa requête, il s'est que je me suis rendu en son cabinet. J'étais accompagner du combattant Pitshou Shomongo. Nous avons rencontré Me Michel Tamba. Et de là je lui filé quelques astuces en rapport avec le risque très élevé de contamination par le Coronavirus si le concert de FALLY Ipupa se jouait. Donc il s'agirait d'un trouble de l'ordre public. Par l'insalubrité publique. Car beaucoup de rencontres importantes venaient d'être annulés en France comme en Suisse : annulation du salon automobile. Tout cela augurait la survenance d'un malheur éventuel. De son cabinet, nous sommes allés au tribunal administratif de Paris repondre à l'invitation à comparaître à l'audience en référé au palais de justice de Paris.

Me Tamba et moi même avons demandé à la Juge des référés Mme F.DEMURGER de pouvoir annuler ce concert à cause du risque de contamination au Coronavirus.Malheusement notre demande fut rejetée. Ce qui fait que FALLY Ipupa devait alors donner son concert. Au mépris du grand risque de contamination au Coronavirus que FALLY Ipupa n'ignorait pas. La perfidie était à son comble car il doit être tenu co responsable de la mort de ceux qui sont venus à ce concert et qui y sont contaminés. FALLY Ipupa doit avoir sur sa conscience la mort de nos frères et sœurs congolais, voire Africains venus à ce concert de FALLY Ipupa le 28 février 2020.
Il est tenu co responsable de tous les contaminés par le Coronavirus venus à ce concert.

2. Réveil FM International: Plusieurs événements prévus le 28 février dernier ont été annulés sauf le concert politique, politisé et instrumentalisé de Fally Ipupa pourquoi ?

Me Wilkens Alhongo: Effectivement le concert de Fally Ipupa était très politisé. Comment pouvait-on annulé d' autres événements français importants et le laisser jouer ? Tout cela prouve à suffisance qu' il avait bénéficié de l' appui des lobbyistes en France et même des occultistes qui avaient besoin de sacrifices humains et du sang humain. Selon certains recoupement, il a bénéficié du fort soutien du numéro 1 de l' Organisation Internationale de la Francophonie : Mme Louise Mushikiwabo, ancienne Ministre rwandaise des affaires extérieures proche du sanguinaire et agresseur de notre pays; l' actuel président du Rwanda: Paul Kagame, Hitler Noir, dictateur Rwandais et bourreau du peuple congolais avec plus de 12 millions de Congolais à sa conscience. Il est également pillard et receleur des ressources de la République démocratique du Congo. Le Rwanda est devenu le premier producteur du coltan, un minerai qui ne trouve pas dans son sous-sol.

L' agression de la République démocratique du Congo par le Rwanda et l'Ouganda, est un crime imprescriptible selon l' article 29 du statut de Rome du 17 Juillet 1998. Elle est défini à l'article 8 Bis du même statut de Rome puis définie par la Résolution de l' Assemblée générale des Nations Unies ; résolution 3314 du 14 décembre 1974: "L' agression est la violation de l' intégrité territoriale d' un État, la violation de son indépendance politique et de sa souveraineté nationale".

3. Réveil FM International: Par amour pour Fally Ipupa Vous avez tenté de le dissuader avec un proverbe Mongo lequel ?

Me Wilkens Alhongo : BON' ODJU TSIKA : Jeune homme laisse. BAKOKUMYA BAKOSAMANYA L' AALOKI: En t' applaudissant, on attire vers toi les sorciers et les malheurs.

4. Réveil FM International : Le Coronavirus frappe partout en France. Et déjà quelques pro-concert de Fally Ipupa sont parmi des victimes emportées. Le chansonnier Congolais est il pénalement coupable et responsable ?

Me Wilkens Alhongo : Oui, il est pénalement responsable et coupable pénalement pour complicité de crime de génocide et de mise en danger du risque de contamination au Coronavirus.
Article 6, C du statut de Rome dit : la soumission intentionnelle d' un groupe de gens à des conditions de vie devrant entraîner sa destruction physique totale ou partielle. C' est ce qu'il a favorisé par son concert du 28 février 2020 alors qu'il savait pertinemment bien le danger de contamination au Coronavirus lors de ce concert et qu' il y aurait des gens venus de différents pays voire de l' Italie ; un pays en ce 28 février 2020 déjà très frappé par le Coronavirus.Son appel à l'aide à la population congolaise pour le danger du Coronavirus constitue un aveu car il savait déjà avant son concert le danger de contamination au Coronavirus ce 28 février 2020 là à Accor Hôtel : ex Bercy à Paris en France. L' article 121-3 du code pénal français:". ..les personnes physiques qui n' ont pas causé directement le dommage, mais qui ont créé ou contribué à créer la situation qui a permis la réalisation du dommage ou qui n'ont pas pris les mesures permettant de l'éviter, sont responsables pénalement s' il est établi qu'elles ont soif violé de façon manifestement délibéré une obligation particulière de prudence ou de sécurité prévue par la loi ou le règlement, soit commis une faute caractérisée et qui exposait autrui à un risque d' une particulière gravité qu' elle ne pouvaient ignorer".

En outre l'article 121-7 dit : "Est complice d'un crime ou d' un délit la personne qui sciemment par aide ou assistance, en a facilité la préparation ou la consommation". C'est ce qu'a fait Fally Ipupa avant et ce 28 février 2020 par son concert à Paris Bercy.

5. Réveil FM International: Les chroniqueurs musicaux de Kinshasa ont clamé le retour des concerts en Europe avec Fally Ipupa. Est-ce que c'est la fin de la Fatwa Anti-Concerts ?

Me Wilkens Alhongo : Non ! Au contraire, il a encore fait durcir le ton. La FATWA ANTI-CONCERT reste et demeure renforcée de plus. La FATWA ANTI-CONCERT est la propriété de toute la diaspora congolaise au niveau mondial. Elle n'appartient à personne mais à tous. Pour lever la FATWA ANTI-CONCERTS, il faudra une assemblée générale mondiale, chaque congolais et congolaise de la diaspora aura son mot à dire. Il faudra la participation de nos compatriotes de contrées lointaines: Vanuatu, Samoa, Fidji, îles Salomon, île d'Efate...

Non, la FATWA ANTI-CONCERT EST CORSÉE. Elle se renforce davantage. Elle devient immuable, inaltérable et inviolable. Fally Ipupa a fermé toutes les portes aux artistes congolais en Occident.

6. Réveil FM International: Que doit faire la diaspora diaspora congolaise mondiale pour que le dossier concert Fally Ipupa aille jusqu'au bout ?

Me Wilkens Alhongo : La Diaspora congolaise doit maintenant beaucoup plus médiatiser son combat noble pour la libération effective du pays. Dénoncer devant les tribunaux toutes les machinations et complicité des artistes musiciens congolais ; liés à la sale politique anti peuple congolais à travers les médias : Grandes chaines de radio- TV et sur les réseaux sociaux. Demander et rencontrer les grands décideurs do monde politique international afin de mieux leur expliquer les vraies réalités et enjeux en RDCONGO. Leur faire savoir la situation macabre que traverse notre pays. Mieux leur expliquer les raisons valables de la FATWA ANTI-CONCERT des musiciens congolais pourtant Leaders d' opinions avec forte capacité d' influencer et responsabiliser le peuple congolais au lieu de l' entraîner dans la distraction.
Preuves actuellement qu' ils peuvent en tant que leaders d' opinions influencer et orienter la masse congolaise ; les messages de Koffi Olomide, de Fally Ipupa à l' endroit et pour le peuple congolais. Ces appels à l' aide et aux dons auraient vraiment de la valeur si ces musiciens dénonçaient la mauvaise politique anti peuple congolais pratiquée en RDCONGO par les dirigeants actuellement au pouvoir dans notre pays. Ces appels aux dons pour sauver la vie des millions de congolais dans cette crise de Coronavirus prouve à suffisance leurs capacités d' influencer le peuple congolais pour parvenir à un changement politique en RDC.

7. Réveil FM International: Fally Ipupa a-t-il péché par arrogance et cupidité ?

Me Wilkens Alhongo : Oui, il a péché par arrogance et par cupidité au lieu de penser à la souffrance des millions des congolais.Il devait plutôt être humble. Malheureusement, il n' a pensé qu' à sa poche et à son ventre au lieu de penser à la contamination des spectateurs venus de partout par le Coronavirus. C'est inhumain et égoïste.

Il aurait pu parler calmement à la Diaspora congolaise et avec les combattants qui mènent un combat noble. Il a préféré sacrifier ses frères et sœurs africains; surtout Congolais au profit de l' argent et le faux succès.

8. Réveil FM International: Le concert de Fally Ipupa est une hécatombe qui ne dit pas son nom. Quelles sont les leçons en tirées ?

Me Wilkens Alhongo : Les leçons à tirer sont les suivantes : Être dorénavant vrai patriote, se ranger du côté du peuple congolais et devenir un vrai Messager de la souffrance du Peuple Congolais. Devenir un véritable Leader d' opinion qui dénonce tout le mal fait sur le peuple congolais en RDC comme le firent Miriam Makeba sous l' apartheid dans son pays l' Afrique du Sud, Bob Marley , Peter Tosh ....en Jamaïque, Fela Kuti au Nigeria, Alpha Blondy...

Être humble et écouter aussi ses frères et sœurs combattants congolais de la Diaspora. Devenir ce musicien congolais véritablement Leader d'opinions dénonçant les massacres des congolais à Béni et partout, les viols massifs des femmes congolaises, l'agression du pays par Paul Kagame, Hitler Noir.

9. Réveil FM International: Fally Ipupa est soutenu par plusieurs lobbies pour casser la Fatwa Anti-Concerts instaurée dans la diaspora. Pourquoi cette Fatwa fait-elle tant de mal aux prédateurs et occupants du Congo ?

Me Wilkens Alhongo : C' est parce qu'ils veulent casser l' éveil patriotique congolaise ancré dans la Diaspora par la distraction liée au concert des musiciens congolais de la Diaspora.

Nos bruits et manifestation dérangent les spoliateurs de nos ressources naturelles qu' ils veulent continuer à puisser dans le silence total. Nos dénonciations suscitent des interrogations des citoyens et peuples des Pays occidentaux et prédateurs qui tiennent à spolier nos richesses dans le calme en sacrifiant les vies de nos peuples.

D' où il faut nous faire taire. Nous ramener dans les distractions des concert dans le but de détourner notre attention sur le sort de notre pays et ses vrais enjeux.

10. Réveil FM International: Le mot de la fin ?

Me Wilkens Alhongo : Je fais plutôt un appel à la PERSÉVÉRANCE DU PEUPLE Congolais dans cette lutte pour la libération effective de notre pays. Nous finirons par gagner ce combat qui est noble et juste.

Continuons à nous battre pour chasser l' incarnation du mal congolais : Hippolyte Kanambe alias Joseph Kabila ; lui et tout son système doivent dégager. KABILA DEGAGE ! Est toujours d' actualité !

Parvenir à tout prix à mettre fin à l' exploitation illégale de notre pays par des pilleurs venus d' ailleurs : du Rwanda, Ouganda, et de l' occident voire du monde entier profitant de l' absence de l' État de droit en RDCONGO.

Wilkens E. Alhongo, Juriste et Docteur en Droit/ Belgique.. Opposant politique au système en place en RDCONGO.Ancien de la Magistrature militaire en RDCONGO. Ancien Assistant du Secrétaire général administratif de l' Université de Kinshasa, Chargé de l'enseignement du Cours de Droit administratif à l'Institut Supérieur des Sciences du Travail : ISST /Kinshasa, RDC.

Ayant prêté le serment d'avocat au Barreau de Bruxelles le 03 décembre 2012, Combattant Résistant congolais de la Diaspora depuis plusieurs années, Président des associations de droit belge : Mouvement Indépendant pour la Reconnaissance Congolais : MIRGEC, et BEDEN human rights, President d' honneur de l' association de droit luxembourgeois: RACINE BONHEUR CONGO.

Lire la suite...

jeudi 26 mars 2020

"Coronavirus": Le Ghana de Kwame Nkrumah met 100 millions de dollars et des équipements, le Grand Congo de Patrice Lumumba met 1 million 800 mille dollars et demande l'aide internationale !

"Coronavirus": Le Ghana de Kwame Nkrumah met 100 millions de dollars et des équipements, le Grand Congo de Patrice Lumumba met 1 million 800 mille dollars et demande l'aide internationale !

Freddy Mulongo, Réveil FM International

Freddy Mulongo-Tshilombo Tshintuntu 4.jpg, mar. 2020


Le coronavirus révèle le fonctionnement de deux pays sur le même continent. Un pays qui fonctionne où l'Etat use de son pouvoir régalien pour protéger sa population: Le Ghana. Un autre pays, la République démocratique du Congo où des kuluna et chekuleurs cravatés ont pris en otage, une population exsangue par la misère, pauvreté, chômage, malnutrition, vols des deniers publics, corruption généralisée...

Kwame Nkrumah et Patrice Lumumba était des panafricanistes convaincus qui aiment chacun son pays. Qu'en est-il de leurs héritiers ?

Le Ghana met 100 millions de dollars et des équipements aux Ghanéens: les masques sont distribués, les rues sont nettoyés, des évêques, pasteurs et imams prient et jeûne ensembles pour leur pays. Le Ghana a 2 décès sur les 68 cas déclarés positifs.

La République démocratique du Congo est dans la mal gouvernance depuis plusieurs décennies et parmi ses fléaux qu'elle traîne comme un un boulet, il y a celui de la légitimité de ses dirigeants. La fraude électorale est devenue un sport national.

En République démocratique du Congo, c'est la bouillabaisse. Le régime Tshilombo décide le confinement d'une population qui vit avec -1 dollar par jour, au jour le jour. Des autorités dictent des mesurettes sans véritable prises en charges des populations. Le régime de Kinshasa ne connait même pas le nombre de sa population, le dernier recensement date de 1984.

Après avoir dépensé 80 millions de dollars pour des voyages inutiles d'Angwalima Tshilombo voleur du destin du peuple congolais, et dépensé 10 millions pour le mausolée d'Etienne Tshisekedi "Héros National" qui avait empêché en 1969, Joseph Kasa-Vubu, premier président du Congo d'aller se faire soigner en Belgique et lui avait coupé l'eau et l'électricité à sa résidence...Tshilombo met 1 million 800 mille dollars pour 80 millions de Congolais et tend la main à l'aide internationale.
Tshilombo met en place un Fonds national de solidarité contre le coronavirus" (FNSCC) sans y mettre un sou. Angwalima Tshilombo attend l'argent des autres. Inconscient, incapacitaire et médiocre, Tshilombo est une calmité pour et contre le Congo.

Freddy Mulongo-Ghana.jpg, mar. 2020

Le Ghana est passé par des moments difficiles mais il s'en sort mieux que la République démocratique du Congo. Le Ghana est le seul pays africain qui a eu un Secrétaire Général de l'ONU: Koffi Annan. Il y a eu aussi Jerry Rollins.

Freddy Mulongo-Ghana 10.jpg, mar. 2020

En juin 1979, Rawlings et plusieurs officiers subalternes organisent avec succès un coup d'État militaire. Avec le Conseil des forces révolutionnaires, il dirige le pays pendant 112 jours, au cours desquels plusieurs dirigeants, dont le général Ignatius Kutu Acheampong, sont jugés et exécutés. Rawlings cède alors le pouvoir à un président civil élu librement, Hilla Limann. Ce dernier renvoie rapidement le putschiste de l'aviation.

Freddy Mulongo-Ghana 2.jpg, mar. 2020

Rawlings n'en demeure pas moins une figure populaire. Face à l'incompétence du nouveau régime civil qui ne parvient pas à enrayer le déclin de l'économie nationale, il décide, le 31 décembre 1981, de renverser le gouvernement de Limann. Rawlings constitue un Conseil provisoire de la défense nationale pour remplacer le gouvernement et fait emprisonner Limann et quelque 200 hommes politiques.

Il crée des comités de défense populaire dans les quartiers, ainsi que des conseils de travailleurs destinés à contrôler la production des usines. Lorsque ces structures et diverses autres mesures populistes se révèlent un échec en 1983, Rawlings fait machine arrière et adopte une politique économique conservatrice éditée par le F.M.I. et la Banque mondiale. Il diminue ainsi les subventions et le contrôle des prix afin de réduire l'inflation, privatise de nombreuses entreprises publiques et dévalue la monnaie en vue de stimuler les exportations. Cette libéralisation dope l'économie ghanéenne, qui affiche au début des années 1990 l'un des taux de croissance les plus élevés d'Afrique.

Rawlings est élu président en 1992, et réélu en 1996. La Constitution lui interdisant de briguer un troisième mandat, il se retire au début de l'année 2001, cédant la présidence à John Kufuor. Il aura apporté la stabilité politique au Ghana tout en gérant l'économie d'une main de maître, mais en laissant se creuser le fossé entre les riches et les pauvres. À tout juste 71 ans, Jerry Rawlings reste une personnalité qui compte dans le paysage politique ghanéen et en Afrique de l’Ouest. Si l’ancien chef de l’État s’exprime moins souvent dans les médias, chacune de ses interventions est très attendue.

La pandémie de coronavirus “s’accélère”. L’OMS appelle l’Afrique à “se réveiller” et se préparer au “pire”.
Des mesures drastiques sont prises par certains pays sur le continent pour endiguer l‘épidémie de coronavirus.
Plus de 2 400 cas confirmés dans 46 pays pour 66 décès en Afrique.

Le Ghana est un pays démocratique que j'ai eu la grâce de visiter en novembre 2016 lors de la visite officielle du premier ministre français. J'ai été accrédité pour couvrir ce déplacement.

Lire la suite...

RDC: Quel héritage de Me Jean-Joseph Mukendi au Congo ? Son neveu Angwalima Tshilombo Tshintuntu catapulté sur le trône du Congo!

RDC: Quel héritage de Me Jean-Joseph Mukendi au Congo ? Son neveu Angwalima Tshilombo Tshintuntu catapulté sur le trône du Congo!

Freddy Mulongo, Réveil FM International

Freddy Mulongo-Me Mukendi jean Joseph 4.jpg, mar. 2020


Personne à risque, il était allé en France pour un check-up et a, par la même occasion, contracté le Covid-19, d'après les membres de sa famille. A son retour à Kinshasa, les difficultés respiratoires ont commencé et le Coronavirus l'a emporté. Si sur le plan humain, Me Jean-Joseph Mukendi wa Mulumba a été sympathique, courtois voire respectable et respecté. Sur le plan Congo, notre pays, son héritage est monstrueux. Election du 30 décembre 2018: Accompagné d'une quarantaine d'avocats, Me Jean-Joseph Mukendi wa Mulumba est allé à la Cour Constitutionnelle défendre le putsch électoral de son neveu Angwalima Tshilombo, faussaire, fraudeur, tricheur, imposteur, usurpateur, traître et collabo pour en faire Président Nommé de la République démocratique du Congo. Quelle monstruosité ! Il nous laisse à la tête du pays, un nullard-médiocre et incapacitaire Angwalima Tshilombo, pseudo président étiquette, qui ne contrôle et dirige rien. Il est le pantin, marionnette et masque d'Alias Kabila qui l'a nommé. Bénéficiaire d'une Nomination Électorale est un Tshintuntu-Tshifueba, rien de plus.

Emporté par le coronavirus, Me Jean-Joseph Mukendi wa Mulumba allait sur ses 74 ans. Il était le chef par intérim du conseil consultatif juridique de son neveu à la présidence usurpée.

Freddy Mulongo-Me Mukendi jean Joseph 5.jpg, mar. 2020

Me Jean-Joseph Mukendi wa Mulumba est l'homme orchestre des négociations secrètes et occultes entre l'Udps et le régime d'occupation et d'imposture d'Alias Kabila à Venise, Ibiza, Paris, Bruxelles et Kinshasa. Le tweet de Néhémie Mwilanya sur le FCC-Officiel est révélateur : "Me Mukendi fut un des artisans du dialogue de Venise, entre l’Udps et la MP en 2015. Il a contribué, à la mise en place d'un processus électoral apaisé. Sincères condoléances à sa famille biologique,à sa famille politique et à l'ordre national des avocats".

Néhémie Mwilanya Wilondja, coordonnateur du Front Commun pour le Congo (FCC) n'est rien d'autre que l'ancien directeur de cabinet d'Alias kabila et son bras droit. Donc l'homme de kingakati remercie Me Mukendi à travers son homme de main , néhémie Mwilanya pour l'avoir aidé à demeurer deux années de plus, en toute illégitimité et impunité alors qu'il était fin mandat depuis 2016.

Donc pendant que le peuple congolais décriait le régime d'occupation et d'imposture d'Alias Kabila. Pendant que le peuple congolais était massacré dans la rue pour avoir réclamé l'instauration de la démocratie...pendant que les jeunes Rossy Mukendi, Thérése kapangala que les prêtres étaient dénudés dans des paroisses...Me Jean-Joseph Mukendi wa Mulumba étaient chef de délégation de l'Udps, dans des palaces à Ibiza, Venise, Paris, Bruxelles entrain de négocier avec des tortionnaires du régime d'Alias Kabila !

Grand avocat respecté ? Pour son ventre et sa famille, pas pour le Congo. Me Jean-Joseph Mukendi wa Mulumba a contribué à ce que le Congo est aujourd'hui. Après 18 ans, d'un homme qui arrivé au Congo avec ses bottes de jardinier et sa kalachnikov en bandoulière: Alias Kabila ! Nous voilà avec un ancien distributeur des prospectus et pizzaïolo à la tête du pays. Simplement parce qu'Angwalima Tshilombo est son neveu. La fibre tribale y est pour quelque chose.

Pourquoi Me Jean-Joseph Mukendi wa Mulumba qui s'est ramené avec une cohorte d'avocats, pour montrer sa puissance n'a-t-il pas pensé un seul instant de confier le pays à l'un de ses avocats ?

A 74 ans, il s'attendait à être nommé Président de la Cour Constitutionnelle afin de préparer et pérenniser la fraude électorale de son neveu. C'est pourquoi donc que Kabunda wa Kabunda, le Kasaïen faux Katangais déclarait qu'Angwalima Tshilombo sera président du Congo jusqu'au retour du Christ ? Me Jean-Joseph Mukendi wa Mulumba était donc l'homme orchestre de cette machination contre la République ? Coronavirus est passé avant, on ne saura jamais tout ! 

Lire la suite...

mercredi 25 mars 2020

RDC : un journaliste renversé à moto par des policiers pour sa couverture du confinement

RDC : un journaliste renversé à moto par des policiers pour sa couverture du confinement

Freddy Mulongo, Réveil FM International

Freddy Mulongo-RSFRDC.jpg, mar. 2020


Reporters sans frontières (RSF) dénonce vigoureusement l’agression d’un journaliste en reportage sur le respect des mesures de confinement liées au coronavirus en République démocratique du Congo (RDC). RSF appelle également les autorités congolaises à laisser les reporters faire leur travail dans le respect des règles d’hygiène dans cette période où la production d’informations fiables et indépendantes par des professionnels est plus que jamais essentielle.
 

Tholi Totali Glody, journaliste pour Alfajari TV, l’une des chaînes phares de Likasi, deuxième ville de la province du Haut-Katanga en RDC, a été violemment agressé par les forces de l’ordre alors qu’il circulait à moto, mardi 24 mars, dans le cadre d’ un reportage sur le respect des mesures de confinement imposées à la population. Les habitants de la région ont été placés en confinement le 22 mars sur décision du gouverneur à la suite de deux cas suspectés de coronavirus. 

D’après le directeur des programmes de la chaîne joint par RSF, le journaliste qui a d’abord tenté d’expliquer aux policiers qu’il était en reportage, a ensuite été pris en chasse par deux agents qui l’ont fait tomber de la moto-taxi qu’il utilisait. Il souffre de nombreuses blessures au visage, au bras et d’une fracture à la jambe.  

“Nous condamnons sans réserve l’extrême violence de cette agression sur un journaliste qui ne faisait qu’effectuer son travail, déclare Arnaud Froger, responsable du bureau Afrique de RSF. Parce qu’ils assurent une mission d’information absolument essentielle en cette période de pandémie mondiale, nous appelons les autorités congolaises, comme l’ont déjà fait de nombreux pays, à intégrer officiellement les journalistes dans la liste des personnes autorisées à circuler librement dans le cadre de l’exercice de leur métier et dans le respect des mesures élémentaires d’hygiène préconisées. S’attaquer aux professionnels de l’information dans ce contexte n’est pas seulement une violation de la liberté de la presse, c’est aussi saper les efforts de la riposte en cours. Il est impératif que les auteurs de ces violences soient identifiés et sanctionnés.” 

La RDC comptait mardi 24 mars 48 cas positifs et trois personnes décédées des suites du coronavirus. Le président de la république Félix Tshisekedi a décrété létat d’urgence et isolé Kinshasa du reste du pays en interdisant tous les voyages depuis et vers la capitale considérée comme le foyer de l’épidémie. 

Le pays se remet tout juste d’une autre épidémie, celle liée au virus Ebola qui a fait plus de 2200 morts dans l’est du pays. Un journaliste a été assassiné, plusieurs de ses confrères menacés et une radio incendiée pour avoir participé aux efforts de la riposte en organisant des émissions de sensibilisation décriées par une partie de la population et des groupes armés. Alertées par RSF, l’ONU, l’OMS et les autorités congolaises n’ont toujours pas donné suite aux demandes de soutien et de mesures de sécurité concernant ces journalistes et médias victimes collatérales de cette épidémie. 


Lire la suite...

RDC: "Coronavirus", Tshilombo lance un fonds de solidarité sans y mettre un seul sou !

RDC: "Coronavirus", Tshilombo lance un fonds de solidarité sans y mettre un seul dollar !

Freddy Mulongo, Réveil FM International

freddy-mulongo-faussaire-tshilombo-335.jpg, mar. 2020


Angwalima Tshilombo est une calamité contre la République démocratique du Congo.

Hier, le 24 mars dans un discours à la nation, des nouvelles mesures de restriction susceptibles d’endiguer la pandémie de coronavirus en République démocratique du Congo. L'imposteur-usurpateur, Angwalima Tshilombo vient de créer un "Fonds national de solidarité contre le coronavirus" (FNSCC) auquel le président nommé invite particulièrement tous les opérateurs économiques à participer par devoir de "solidarité".

"Je lance un appel à la solidarité nationale de tous les opérateurs économiques ainsi que d’autres pays et organismes qui conduira à la mise en place d’un Fonds National de Solidarité Contre le Coronavirus (FNSCC) qui restera ouvert à tous les potentiels bienfaiteurs" !

L'incapacitaire bénéficiaire d'une Nomination Électorale, Angwalima Tshilombo lance un fonds de solidarité sans que lui même mette la main dans sa poche ? Au Congo-Kinshasa, c'est de l' escroquerie à ciel ouvert. Ceux qui sont affamés et n'ont rien doivent donner pour un Fonds de solidarité dont on ne connait ni la tête et la queue. Le Congolais vit avec -1 dollar par jour.

Le Ghana a mis 100 millions de dollars pour des Ghanéens . Au Kenya, le chef d'Etat réduit son salaire de 80% et les ministres consentent une réduction de 20% chacun. Au Burkina, pays sahélien de 20 millions d'habitants, un couvre-feu a été instauré de 19h00 à 5h00 du matin. Le Nigeria, pays le plus peuplé d'Afrique avec 200 millions d'habitants, a fortement durci ses mesures face à la pandémie, en imposant notamment la fermeture partielle de lieux publics et de deux aéroports internationaux. L'Ethiopie a reçu livraison d'1,1 million de kits de test, six millions de masques et 60.000 combinaisons de protection de la part du milliardaire chinois Jack Ma.

Angwalima Tshilombo a saigné les caisses de l'Etat, 85 millions uniquement pour ses voyages inutiles. Il s'est acheté un manoir à Waterloo en Belgique comme son ami Moyibicrate comme Kin Kiey Mulumba. Et pour le Coronavirus rien ?

Le 1,8 millions...des cacahuètes pour 80 millions d'habitants ! Ce budget de Tshilombo pour chaque Congolais pour lutter contre le Coronavirus est : $1,800,000 / 80,000,000 = $0.0225/Congolais ! Tshilombo n'a aucun souci pour le peuple congolais. Il a été nommé pour jouir ! Ce jouisseur Malewa, ancien pizzaïolo est plongé dans sa collaboration avec les ennemis du Congo: Traître et Collabo !

Lire la suite...

RDC: "Coronavirus", les prisonniers Congolais confinés et abandonnés à eux-mêmes !

RDC: "Coronavirus", les prisonniers Congolais confinés et abandonnés à eux-mêmes !

Freddy Mulongo, Réveil FM International

Freddy Mulongo-prison de Makala 3.jpg, mar. 2020

La prison centrale de Makala est le plus grand centre pénitentiaire de Kinshasa. Construite en 1958, alors que la capitale ne dénombrait que 500 000 habitants contre 13 millions aujourd’hui, elle compte près de 9000 prisonniers dépassant très largement la capacité d’accueil de 1500 places .

Le centre de détention de Makala est tristement réputé pour son état de délabrement et sa surpopulation, qui en font un véritable "enfer sanitaire". La prison de Ndolo est réservée aux personnes poursuivies ou condamnées devant les tribunaux militaires.

Le Coronavirus tue et décime des populations. Que dire des populations carcérales en République démocratique du Congo ?

Freddy Mulongo-prison de Makala 1.jpg, mar. 2020

A l’origine de cette surpopulation, le recours excessif à la détention préventive. L’article 17 al 1 de la Constitution congolaise dispose que la liberté individuelle est la règle et la détention l’exception. Mais en réalité, 70 à 80 % des prisonniers sont des détenus préventifs. La plupart d’entre eux moisissent depuis des mois à Makala sans jamais avoir été présentés à un magistrat.

Freddy Mulongo-prison de Makala Mike-Mukebayi.jpg, mar. 2020

A Makala, la chaleur y est étouffante. Les corps en sueur sont allongés à même le sol et rares sont ceux qui peuvent s’offrir des matelas. Les détenus vivent dans la misère la plus sombre. Ils se retrouvent parfois à 500 dans une salle de 20 mètres sur 30 mètres. Ils dorment à même le sol et doivent se soulager dans des seaux. Leur nourriture se compose souvent d’un seul repas par jour à base de quelques haricots ou de feuilles de manioc. Certains se font apporter leur repas par leur famille, mais souvent les gardiens les gardent pour eux.

Tout se paie à la prison de Makala. La cellule, la sécurité, les téléphones portables ("pour pouvoir en posséder un, il faut payer au moins 200 dollars par trimestre aux policiers qui improvisent des fouilles") et même la possibilité d’avoir un peu de compagnie. La vie en détention y apparaît anarchique, sans policiers, directement encadrée par les prisonniers les plus âgés. Sans réelle surveillance ni contrôle, les évasions sont courantes. Les conditions sanitaires y sont catastrophiques: 150 personnes dans une salle de moins de 30m² par une rude chaleur.

Au cours de son allocution pour imposer le confinement aux populations congolaises affamées, sans soins ni infrastructures... pas un mot d'Angwalima Tshilombo, bénéficiaire de Nomination Électorale, pantin, marionnette et masque d'Alias Kabila...sur les prisonniers Congolais avec cette pandémie de Coronavirus. Grand Voleur du destin du peuple congolais avec son putsch électoral, Angwalima Tshilombo Félix Tshisekedi déclarait le 24 janvier 2019 vouloir " défendre la Constitution" et travailler à la construction d’un " Congo réconcilié".

Doivent-ils mourir parce qu'ils sont prisonniers ? Quelles sont les mesures prises pour les centres de détentions en RDC ? Rien ! Avec la pandémie du coronavirus, ce ne plus le désengorgement de prisons, qui est urgente mais c’est la réorganisation pénitentiaire de la République démocratique du Congo.

Partout en République démocratique du Congo, la situation des centres pénitentiaires est alarmante. Sur les quatre-vingt que compte le Congo: la malnutrition, les mauvaises conditions d’hygiène et le manque d’accès aux soins que subissent les détenus congolais sont monnaies courantes. A l’exception de la prison de Luzumu, située dans la province du Kongo central et dont la construction a été financée par l’Union européenne, les conditions de vie sont infernales. 

Lire la suite...

France: "Coronavirus", 1 600 détenus de moins dans les prisons pour lutter contre l'épidémie !

France: "Coronavirus", 1 600 détenus de moins dans les prisons pour lutter contre l'épidémie !

Freddy Mulongo, Réveil FM International

Freddy Mulongo-prison de la santé à Paris.jpg, mar. 2020

"Le taux de surpopulation est surveillé de manière extrêmement attentive." Le nombre de détenus dans les prisons françaises a baissé d'environ 1 600 depuis mi-mars afin de lutter contre la propagation du coronavirus en détention, a annoncé mardi 24 mars la garde des Sceaux, Nicole Belloubet.

Les prisons françaises, qui souffrent d'une surpopulation chronique, comptent plus de 70 000 détenus pour quelque 61 000 places opérationnelles. "La diminution de l'activité juridictionnelle entraîne de manière mécanique une diminution des incarcérations", a expliqué Nicole Belloubet lors des questions au gouvernement à l'Assemblée nationale.

Un objectif de 5 000 libérations

"J'ai donné instruction aux parquets pour qu'ils mettent en œuvre le plus possible les mesures d'aménagement de peines. Les juges d'application des peines font preuve d'une véritable mobilisation", a poursuivi la garde des Sceaux. Elle souhaite "faire encore davantage" dans le cadre de la loi sur l'état d'urgence sanitaire. Nicole Belloubet a annoncé lundi aux organisations syndicales du ministère de la Justice qu'elle visait 5 000 libérations.

"Les détenus qui sont à deux mois de leur fin de peine pourront terminer cette peine en étant confinés à domicile", a-t-elle détaillé à l'Assemblée nationale. "Ceux qui sont à six mois de leur fin de peine pourront voir cette peine transformée en travail d'intérêt général." Ces libérations ne concerneront "pas les terroristes, les auteurs de violence intrafamiliale, etc.", a-t-elle assuré.

Lire la suite...

mardi 24 mars 2020

Paris: Hommage à Manu Dibango !

Paris: Hommage à Manu Dibango !

Freddy Mulongo, Réveil FM International

Freddy Mulongo-Manu Dibango.jpg, mar. 2020

Les hommages se sont multipliés des quatre coins du monde pour pleurer la légende camerounaise du jazz, Manu Dibango, décédé des suites du Covid-19, survenue le 24 mars 2020 à l'âge de 86 ans.

Rédacteur à l'hebdomadaire protestant "Le Christianisme au XXè siècle", en 1994, j'avais entrepris de faire des interviews de grands artistes d'origine protestante résidant en France. Pour la série j'avais réalisé les interviews de Golden Gate Quartet, Manu Di Bango, Marcel Mboungu et les Palata, les américaines Liz MComb et Roda Scott, puis Francis Bebey. Belle série d'interview et de découvertes.

En 1994, je n'avais que 29 ans, il m'avait reçu chez lui à Champigny sur Marne. il m'avait parlé de sa foi protestante, héritée de ses parents. En effet, né à Douala au Cameroun, en 1933, il s'initie à la musique en fréquentant le temple protestant, où sa mère dirige une chorale, tout en écoutant des disques français, américains et cubains sur le gramophone familial. Après l'obtention de son certificat d'études, il part pour la France poursuivre sa scolarité, avec trois kilos de café dans sa valise pour payer ses premiers mois de pension. À force d'écumer les lieux de concert, il finit par louper une partie de son bac, à la grande fureur du paternel, qui lui coupe les vivres en 1956.

Le jeune Emmanuel n'a pas le choix, il multiplie les contrats, joue dans des cabarets, notamment à Bruxelles, où sa musique s'africanise un peu plus au contact de la communauté congolaise présente dans la capitale. Embauché par le chef d'orchestre de l'African Jazz, Joseph Kabasele, surnommé Le Grand Kalle, il parfait sa formation musicale, enregistre des disques et multiplie les tournées en Afrique. Il me confiait un jour, que les artistes congolais meurent trop jeunes: Franco Lwambo Makiadi , Rochereau Tabu Ley, Madiata...

Lire la suite...

RDC: Photos, décédé du Coronavirus Me Joseph Mukendi wa Mulumba déjà enterré!

RDC: Photos, décédé du Coronavirus Me Joseph Mukendi wa Mulumba déjà enterré!

Freddy Mulongo, Réveil FM International

Le Coronavirus est une drôle de maladie. L'enterrement se fait le même jour, sans la présence de la famille. Me Jean Joseph Mukendi wa Mulumba qui est décédé ce matin à 5h du matin a été enterré cet après-midi à Kinshasa. Personne ne connait l'endroit exacte de sa dernière demeure. Bizarre tout de même. Le jour du putsch électoral d'Angwalima Tshilombo, Me Jean Joseph Mukendi wa Mulumba s'était fait accompagner d'une cohorte d'avocats, une quarantaine,  à la Cour Constitutionnelle pour défendre la fraude électorale et la tricherie de son neveu Tshilombo, voleur de tout un destin du peuple congolais. Il aura été à toutes les négociations entre Udps et le régime dictatorial d'Alias Kabila: Ibiza, Venise, Paris, Bruxelles, Kinshasa. Pour avoir été avocat de deux famille Chebeya et Bazana, puis par après défenseur du régime Kabila sur le même dossier, cela jette un trouble dans l'esprit de plus d'un Congolais. 

Freddy Mulongo-Me Mukendi jean Joseph 1.jpg, mar. 2020Freddy Mulongo-Me Mukendi jean Joseph 3.jpg, mar. 2020

Lire la suite...

RDC: Me Jean Joseph Mukendi wa Mulumba n'est plus. Du droits de l'homme au hold-up électoral de Tshilombo !

RDC: Me Jean Joseph Mukendi wa Mulumba n'est plus. Du droits de l'homme au hold-up électoral de Tshilombo !

Freddy Mulongo, Réveil FM International

Freddy Mulongo-Me Mukendi jean Joseph.jpg, mar. 2020


Le bâtonnier Jean Joseph Mukendi wa Mulumba est décédé de suite du Coronavirus. Il est la troisième personne à être emportée par cette pandémie en République démocratique du Congo. 1 an et 3 mois après avoir défendu son neveu Angwalima Tshilombo dans son putsch électoral à la fameuse Cour Constitutionnelle.

Freddy Mulongo-Chebeya.jpg, mar. 2020

Membre de l'Udps, Jean Joseph Mukendi Wa Mulumba a été pendant longtemps le conseiller juridique de son frère Etienne Tshisekedi wa Mulumba. C'est lui qui a été à la tête de la délégation de l'Udps avec le régime d'Alias Kabila à Ibiza, Venise, Paris, Bruxelles et Kinshasa. 

Des thuriféraires avaient réussi à le faire passer pour l'avocat des droits de l'homme surtout dans l'Affaire Chebeya. Me Jean Joseph Mukendi wa Mulumba est-il un mangeur à tous les râteliers: Opposition-pouvoir-société civile ?

En 2015, à Dakar au Sénégal, nous sommes le premier journaliste à rencontrer Paul Mwilambwe, le témoin de l'assassinat de Floribert Chebeya au quartier général de la police national congolaise (ex-Kin Mazières). Après l'interview de son avocat Me Domingo Dieng, ce dernier nous apprend que Me Jean Joseph Mukendi wa Mulumba était à Dakar et avait rencontré le procureur Sénégalais pour s’enquérir du dossier Paul Mwilambwe au nom du gouvernement de kinshasa. En un mot, le régime d'Alias Kabila l'avait envoyé à Dakar pour le dossier Paul Mwilambwe. Et le procureur Dakarois était furieux.

Comment Me Jean Joseph Mukendi wa Mulumba qui était auparavant avocat pour la famille Chebeya, l'icone des droits de l'homme en RDC ayant été assassiné le 2 juin 2010 à Kinshasa, pouvait 5 ans plus tard, c'est-à-dire en 2015 devenir l'avocat du gouvernement congolais dans cette même affaire ? Des mafieux politicards disent la politique est dynamique. Est-ce que cela est-il aussi réel pour les avocats congolais aussi ?

La justice sénégalaise a été saisi en vertu de la compétence extraterritoriale. Devant le juge à Dakar, Paul Mwilambwe, a répété ses accusations. Il affirme avoir vu, via une caméra de surveillance, ceux qui ont tué et asphyxié Floribert Chebeya dans les locaux de la police dirigée à l'époque par le général Numbi, locaux qui était sous la responsabilité de Mwilambwe. Et pourquoi et comment Me Jean Joseph Mukendi wa Mukendi a-t-il accepté cette mission de Dakar ? Paul Mwilambwe était en danger à Dakar !

Nous sommes rentrés de Dakar avec des documents. Nous avions parlé avec l'un des activistes des droits de l'homme connu sur cette découverte.

Election du 30 décembre 2018. La CENI de Corneille Nangaa et la corruptive Cour Constitutionnelle étaient aux ordres d'Alias Joseph Kabila. Angwalima Tshilombo Monsieur 15% qui a fait un deal pour sa nomination électorale. Qui rit vendredi dimanche pleurera. Pantin, vassal et valet d'Alias Kabila, Félix Tshilombo Bizimungu wa Kanambe est un diablotin qui se débat dans l'eau bénite, après avoir signer des accords secrets nocturnes , avec celui qui l'a nommé le leader Maximo de Kingakati. En volant l'espoir du peuple congolais, par un odieux deal avec Alias Kabila, Monsieur 15% Angwalima Tshilombo est un faussaire, imposteur et usurpateur. Et depuis qu'il a volé le rêve du peuple du peuple

C'est avec une trentaine d'avocats, tous des Bena Mpuka que Me Jean Joseph Mukendi wa Mulumba s'est présenté à la Cour Constitutionnelle pour défendre le putsch électoral de son neveu Angwalima Tshilombo proclamé vainqueur avec 38%. Le bâtonnier Mukendi s'est discrédité totalement à nos yeux. Il a suivi la voie de la coterie tribale en allant défendre à la Cour Constitutionnelle: fraude électorale, fabrication des faux résultats. Si Angwalima Tshilombo a été élu avec 38% donc 62% ont voté Martin Fayulu. Tshilombo n'a aucune légitimité de notre peuple.
Le comble est que le dimanche 20 janvier 2019 à 2h du matin, l'imposteur-usurpateur Angwalima Tshilombo a été définitivement proclamé cinquième président de la République démocratique du Congo par la fameuse Cour constitutionnelle inféodée par le régime d'Alias Kabila. La Cour Constitutionnelle corrompue de la RDC, elle a ridiculisé 80 millions de Congolais et sa diaspora de 10 millions, en prononçant un verdict éminemment politique mais habillé, comme il se doit, des oripeaux du droit devant les caméras de 5 continents-le direct de la RTNC étant amplifié par des réseaux sociaux. La Constitution congolaise déclare dans son article 149 : La justice est rendue sur l`ensemble du territoire national au nom du peuple. Avec leur trogne magistrale, leur "robe bleu", leur "bonnet bleu", leur "gant blanc de majordome", les fameux 9 juges de la Cour Constitutionnelle ont-ils dit le droit pour le peuple congolais ? La Cour Constitutionnelle est-elle le refuge de la médiocrité en RDC ? Dans pays du monde proclame-t-on les résultats présidentiels à l'heure où les populations dorment, avec des chars implantés dans toutes les grandes artères du pays ?

Il y a plusieurs Me Jean Joseph Mukendi. Celui qui se battait pour les slogans de l'Etat de droit et démocratie, celui qui fut le conseiller juridique de son frère Etienne Tshisekedi wa Mulumba, celui qui a défendu les deux familles Chebeya et Bazana pour s'affubler le titre de l'avocat des droits de l'homme. Celui qui a retourne sa toge noire pour défendre le régime dictatorial d'Alias Kabila dans l'Affaire Chebeya et celui qui a été à la tête d'une bataillon d'avocats pour défendre la fraude électorale de son Angwalima Tshilombo à la Cour Constitutionnelle.

Il quitte cette terre des hommes en ayant contribué à l'instabilité politique de la République démocratique du Congo par son choix tribal et familial. La République, c'est au delà de la famille. Ce sont des valeurs républicaines et idéaux. 

Lire la suite...

RDC: Lutter contre le Coronavirus avec des masques en tissu africain "Made Jaynet kabila Panama papers" ?

RDC: Lutter contre le Coronavirus avec des masques en tissu africain "Made Jaynet kabila Panama papers" ?

Freddy Mulongo, Réveil FM International

Freddy Mulongo-Masques 1.jpg, mar. 2020

Le Coronavirus est un virus qui tue et décime des populations. Il n'est pas à prendre à la légère. Le masque médical contre le Coronavirus n'est pas de la frime. La République démocratique du Congo gère à la légère cette pandémie du Covid-19.

Freddy Mulongo-Masques 2.jpg, mar. 2020

Un masque ne se fabrique pas avec des tissus de pagne. Un masque n’a pas comme utiliser de seulement couvrir la bouche et le nez. En portant un masque en tissus par exemple, une personne ne se protège ni elle-même ni les autres.

Pour lutter contre le Coronavirus. Il faut que le masque soit certifié EN 149 ou FFP2 pour être efficace. Les masque EN 149 peuvent être efficaces s’ils sont bien portés. Mais ils exposent aux fuites. Les Masques FFP2 filtre dans le sens de l’inhalation. Cela veut dire, ils protègent le soignant quand il consulte une personne malade ça empêche le virus de passer.

Freddy Mulongo-Masques.jpg, mar. 2020


Les masques FFP2 sont réservés au personnel médical en première ligne de la pandémie de coronavirus.

Pourquoi, c'est Jaynet kabila "Panama papers" qui présente ce projet au nom de la Fondation Mzée Laurent Désiré Kabila ? Il parait que cette initiative vise à répondre à la problématique de pénurie des masques de protection soulevée en RDC. Pourquoi Jaynet Kabila "Panama papers compte-t-elle vendre ses masques en tissu "accessible à toutes les bourses contrairement à ceux importés, qui sont vendus de plus en plus cher" alors que la Fondation Mzée Laurent-Désiré Kabila est à but non lucratif ? Et si les masques en tissu se fabriquaient au Rwanda, pays agresseur, criminel, pillard et receleur des ressources de la RDC, que deviendraient de Congolais ?

Le Coronavirus ne doit pas nous faire oublier que le Congo est sous occupation et que tous les moyens sont bons pour éliminer sa population. Le masque en tissu est-il la 5è langue nationale inexistante que l'on veut imposer à notre peuple sous-prétexte de lutter contre le coronavirus ?

Lire la suite...

lundi 23 mars 2020

Fally Ipupa-Coronavirus: Le chansonnier troubadour doit s’inquiéter et se préoccuper des morts de son concert de Bercy, au lieu d'avoir la prétention de nourrir le peuple congolais !

Fally Ipupa-Coronavirus: Le chansonnier troubadour doit s’inquiéter et se préoccuper des morts de son concert de Bercy, au lieu d'avoir la prétention de nourrir le peuple congolais !

Freddy Mulongo, Réveil FM International

Freddy Mulongo-Fally Ipupa 15.jpg, mar. 2020


Le Coronavirus existe et fait de dégâts. Mais le peuple congolais ne doit pas oublier que la République démocratique du Congo est sous occupation. Pantins, marionnettes, imposteurs et usurpateurs sont ceux qui ont contribué à mettre le pays sens dessous dessus.

Fally Ipupa n'est pas l'Etat congolais. Il ne doit pas avoir la prétention de le remplacer. La mal gouvernance de l'Etat congolais a donné lieu à plusieurs "Coronavirus" que le peuple congolais s'y est accommoder: coronavirus de la misère, pauvreté, chômage, vivre sans eau potable ni électricité, sans hôpitaux, infrastructures, manquer de tout...Pendant ce temps, des Kulunas cravatés, bandits patentés prennent les institutions républicaines en otage: ils volent et pillent les caisses de l'Etat. Certains ne s'offusquent même pas de les applaudir. La classe politique congolaise est la plus corrompue, médiocre et incapacitaire de l'Afrique. Jamais un pays aussi riche par sa population et ses ressources ne peut avoir un peuple le plus pauvre au monde.

L'Etat congolais a des devoirs envers le peuple congolais. C'est dans ses missions souveraines et régaliennes de nourrir, éduquer, informer, protéger le peuple congolais.

Fally Ipupa qui a des morts dans sa conscience, doit s’inquiéter d'abord de ses fanatiques qui tombent comme des mouches. Son fameux concert de Bercy ayant été le nid par excellence du Coronavirus. On ne sait pas le nombre exacte puisque les anonymes sont enterrés dans l'anonymat !

Fally Ipupa n'est pas un assistant social. Le peuple congolais n'en a cure. La RDC a besoin d'un pays qui fonctionne. Comment venir en aide à 80 millions de Congolais ? La générosité que veut faire montre Fally Ipupa après avoir défié et nargué des patriotes-résistants-combattants à Paris, consisterait en quoi ? Acheter des sacs de riz, maïs, manioc, des cartons de savons, huiles de cuisine pour donner au peuple ? Comment va-t-il procéder ? Chaque Congolais aura droit à un sac de riz, sac de maïs...ou un sakombi du riz et maïs ..? Cette distribution permettra à chaque Congolais de se nourrir durant combien des jours ou mois ? Car le confinement de la population va se durcir. Nous risquons d'aller jusqu'en juin ou juillet. Comment Fally Ipupa fera pour que chaque Congolais ait sa provision ?

Nourrir un peuple, c'est l'affaire de l'Etat et non des individus. Même les organisations humanitaires s'y cassent les dents. La vidéo de Fally Ipupa est pour détourner l'attention des Congolais. Le chansonnier Troubadour est au service des ennemis et prédateurs du Congo.

Déjà à Kinshasa, combien sont les bourgmestres de communes qui connaissent exactement le nombre de leurs habitants ? Est-que le bourgmestre de Kimbanseke, Kasa-Vubu, Mont-Ngafula, Nsele, Ndjili...connaissent-ils exactement qui habitent dans leurs communes ?

Angwalima Tshilombo et André kabanda, son ministre attaché à la présidence ont bouffé l'argent de la diaspora sur l'imperium d'Etienne Tshisekedi. Ils n'ont jamais présenté un rapport de l'argent récolté. Et Fally Ipupa veut inciter aux gens de nommer pour un peuple que le régime d'Angwalima Tshilombo affame volontairement. Tant que le Congo, n'aura pas des dirigeants légitimes. Tant que la RDC ne respectera pas les droits humains pour le peuple congolais. 

Lire la suite...

dimanche 22 mars 2020

RDC: Covid-19, les "Shégués" et "faseurs" de Kinshasa, premiers oubliés de Tshilombo!

RDC: Covid-19, les "Shégués" de Kinshasa, les enfants de la rue, et les adultes sans domicile fixe surnommés "faseurs", premiers oubliés de Tshilombo et son régime d'imposture !

Freddy Mulongo, Réveil FM International

Freddy Mulongo-Shégué-DominiqueViger.jpg, mar. 2020

Dans l'immense marché Gambela, les enfants des rues vivent de petits boulots, une condition pour que les commerçants les tolèrent ©Dominique Viger 

Mourir du Coronavirus et mourir de faim, c'est une double peine. Le peuple congolais est abandonné à lui-même. Les interdictions de rassemblements, les fermetures d'écoles, de bars, de restaurants, les restrictions dans les transports aériens notamment...ne vont pas empêcher le Coronavirus d'avancer.

La République démocratique du Congo n'existe que par le nom. Le Covid-19 dévoile la nudité du Grand Congo: sans infrastructures, hôpitaux, hygiènes, médecins, urgentistes, laboratoires de recherches ...Ventre affamé n'a point d'oreille, le peuple congolais doit aller chercher sa nourriture à la présidence de tshilombo. Il ne doit pas confiner les Congolais chez eux, sans nourriture, eau potable, électricité et soins contre le Coronavirus. Et lui va manger avec ses ventripotents collaborateurs à la présidence. Le Congo appartient à tous les Congolais. Pas uniquement aux imposteurs et usurpateurs en cols blancs.

Freddy Mulongo-Shégué-DominiqueViger4.jpg, mar. 2020

Les shégués, enfants des rues, enfants sorciers. Les garçons ont souvent sous leur coupe des filles qui se prostituent et tombent enceinte très jeunes ©Dominique Viger 

Monsieur 15%, Angwalima Tshilombo voleur du destin de tout un peuple, bénéficiaire d'une Nomination Électorale est un vrai incapacitaire patenté. Il s'est précipité à volé l'élection de Martin Fayulu alors que ce sans cerveau n'a pas des neurones. Il ne dirige et contrôle rien. Face à la pandémie, Tshilombo préconise des mesurettes pour lutter contre le Coronavirus. Pour les obsèques d'Etienne Tshisekedi, Tshilombo a fait décaisser 10 millions de dollars. Pour ses voyages touristiques comme Magellan national à bord de Mabundi Airways, Angwalima Tshilombo a dépensé 80 millions de dollars Et pour lutter contre le Coronavirus pour 80 millions d'habitants, Tshilombo débloque 1 million 800 mille dollars !

Freddy Mulongo-Shégué-DominiqueViger10.jpg, mar. 2020

Au marché Gambela, ce jeune garçon a nettoyé les étals du marché très tôt le matin pour gagner quelques francs congolais après une nuit passée dehors ©Dominique Viger 

La France s'occupe des Français, les Etats-Unis s'occupent des Américains, la Chine s'occupe des Chinois...La RDC abandonne sa population et Angwalima Tshilombo se pavane !

Classe politique irresponsable: Des criminels-bandits cravatés, politicailleurs, ventriotes, mangecrates inconscients qui n'ont fait que voler le peuple congolais, ils appellent au confinement d'un peuple qui n'a rien et vit au jour le jour!

Freddy Mulongo-Shégué-DominiqueViger5.jpg, mar. 2020

Au centre "ouvert" pour filles, elles s'endorment brusquement, épuisées par une journée rythmée par de petits boulots et les disputes avec les autres shégués, garçons et filles, pour sauvegarder ce qu'elles viennent de gagner et la prostitution ©Dominique Viger 

"Shégués" et "faseurs" vivent dehors, qui pensent à eux ? Que vont-ils devenir avec le Coronavirus ?

A Kinshasa, les Shégués, filles et garçons d’âges variables, peuplent nuit et jour les espaces de la mégapole. Chaque jour on peut voir des enfants de la rue qui traînent dans les vêtements élimés, souvent pieds nus, dans les rues où ils se débrouillent en mendiant. En groupe de 5 à12 personnes, ils passent des journées entières dans de grandes artères de la capitale, au quartier commercial et dans tous les petits marchés de Kinshasa.

Ils vendent de petits articles, cirent des souliers, gardent des voitures en stationnement devant les parkings. Parmi eux, on trouve des voleurs, et aussi des mendiants de longue expérience.

Au Congo, chaque enfant de rue a sa propre histoire ! Certains se retrouvent à la rue parce qu’ils sont orphelins, d’autres parce qu’ils sont dans une famille recomposée et qu’on ne veut plus d’eux. Il y a aussi tous ceux qui sont une charge économique trop lourde pour leurs parents.

Les jeunes constituent plus de la moitié la population congolaise. Le pays compte de nos jours plus de 70 000 enfants de la rue, dont environ 24 000 à Kinshasa.

La rue a ses codes, ses lois. Pendant des jours voire des semaines, les Yankees martyrisent les nouveaux venus « afin de les endurcir ». C’est un rite de passage, « le baptême », comme ils disent. « Ils les sodomisent et leur tailladent le corps avec des lames de rasoir avant d’uriner dessus »

La Convention internationale des droits de l’enfant, ou Convention relative aux droits de l’enfant, est un traité international adopté par l’Assemblée générale de l'Organisation des Nations unies, le 20 novembre 1989 dans le but de reconnaître et protéger les droits spécifiques des enfants. la Convention internationale des droits de l’enfant (CIDE) a 31 ans d’existence. Elle repose sur quatre principes :
la non discrimination ;
l'intérêt supérieur de l'enfant (l'enfant devient un "sujet de droit" et n'est plus un "objet de droit") ;
le droit à la vie, à la survie et au développement ;
le respect des opinions de l'enfant sur toute question qui le concerne.
Elle contient un ensemble de droits civils, politiques, économiques, sociaux et culturels applicables aux enfants dont notamment :

le droit de vivre en famille, d’être entouré et aimé ;
le droit d’avoir un nom, une nationalité, une identité ;
le droit d’être soigné, protégé des maladies et de la malnutrition ;
le droit à l’éducation ;
le droit d’être protégé de la violence, de la maltraitance et de toute forme d’abus et d’exploitation ;
le droit à un niveau de vie suffisant ;
le droit de ne pas faire la guerre, ni de la subir ;
le droit d’avoir un refuge et d’être secouru ;
le droit de jouer et d’avoir des loisirs ;
le droit à la liberté d’expression et de pensée.
Elle est complétée par trois protocoles facultatifs :

sur l’implication d’enfants dans les conflits armés ;
sur la traite de la vente d’enfants, de la prostitution et de la pédopornographie ;
sur la procédure permettant à tout enfant de déposer une plainte directement auprès du Comité des droits de l’enfant des Nations unies, lorsque tous les recours ont été épuisés dans son pays.

Voués à eux-mêmes, les "Shégués" ne bénéficient d'aucune considération de la société et sont victimes de la marginalisation.

L’origine du terme shégué, que les jeunes n’utilisent pas entre eux, est incertaine. Certains disent que ce serait une abréviation de Che Guevara, en hommage au révolutionnaire cubain. D’autres, plus nombreux, que le mot viendrait du haoussa, une langue souvent parlée par les commerçants venus d’Afrique de l’Ouest et qui signifie « bâtard ».

Entre eux, les enfants ne disent pas qu’ils appartiennent à un groupe ou une bande, mais à une écurie. Ils survivent grâce à la mendicité, de petits larcins et, pour les filles, de la prostitution si elles ne sont pas rackettées. Pour tenir dans cet enfer, les enfants fument du chanvre ou prennent du “36 oiseaux” [de la poudre de tabac appelée aussi Tumbaco]. Ils sniffent de la colle et boivent du lotoko, un alcool artisanal.

Les shégués, qui ne sortent pas de la rue avant l’âge de 15 ou 16 ans, rejoignent parfois les Kulunas, ces gangs ultraviolents qui depuis une quinzaine d’années dictent leur loi à coups de machette dans plusieurs quartiers de la capitale. Ceux qui réintègrent leur famille ou restent dans les centres de réinsertion gardent une chance de se forger un avenir.

Le Coronavirus est un virus dangereux qui tue et décime des populations. Hier, l'Italie, pays plus historique et développé a incinéré 800 morts, que dire du Congo en cas de propagation de la pandémie ?

Lire la suite...

samedi 21 mars 2020

RDC: Tshilombo débloque 1,8 millions de dollars pour lutter contre le Coronavirus...Alias Kabila touche 680 000 dollars par mois et à vie ! Plaisanterie, méprise ou insulte au peuple congolais ?

RDC: Tshilombo débloque 1,8 millions de dollars pour lutter contre le Coronavirus...Alias Kabila touche 680 000 dollars par mois et à vie ! Plaisanterie, méprise ou insulte au peuple congolais ?

Freddy Mulongo, Réveil FM International

Freddy Mulongo-Tshilombo Tshintuntu 3.jpg, mar. 2020

La population est la première richesse d'un pays. Le gouvernement normal, responsable et non de pacotille a l'obligation de protéger son peuple. Certes, la République démocratique du Congo n'est pas préparé contre le Covid-19. Avec cette pandémie qui extermine des populations, la question demeure: le Congo a combien des médecins, infirmiers, lits, machines respiratoires...pour s'occuper des malades et accompagner le pays, dans cette période de confinement ?

Freddy Mulongo-Coronavirus3.jpg, mar. 2020

Sommes un peuple stupide et sans scrupules ? Pourquoi accepter qu'un conglomérat d'arrivistes, parvenus, politicailleurs, ventriotes, véreux et mafieux prennent en otage tout un peuple?

Avec 1,8 millions de dollars américains pour lutter contre le Covid-19 pour une population de 80 millions d'habitants ? Le gouvernement de Tshilombo est cynique, diabolique, machiavélique et satanique.

Le peuple congolais vit avec -1 dollar par jour. Il n'a ni eau potable ni électricité ni transport en commun...les Congolais vivent au jour le jour. Et ces politicards-droitards sans cœur donnent des directives sans budget ? Depuis l'annonce alambiquée de Tshilombo pour le confinement, les prix des denrées alimentaires ont grimpé l'ascenseur. Des familles ne savent pas où donner la tête.

Freddy Mulongo-Kinshasa.jpg, mar. 2020

Alias Kabila, le barbu de Kingakati qui a nommé Angwalima Tshilombo, après un odieux deal contre le peuple congolais, touche 680 000 dollars par mois et à vie !

Un simple décret de Bruno Tshibala a octroyé des avantages colossaux aux anciens ministres sortants. 400.000$ de rente annuelle pour les anciens présidents de l'assemblée nationale !

Plus de 5 millions pour les funérailles d'Étienne Tshisekedi wa Mulumba "Mula Nkwasa" pour le mausolée et les cérémonies.

Gilbert Kankonde, Ministre de l'intérieur de Tshilombo avait préconisé un budget de 9 millions de dollars uniquement pour des extincteurs.

André Kabanda, ministre attaché à la présidence usurpée de Tshilombo avait proposé un budget de 6 millions de dollars pour fêter le 1 an de passation pacifique du pouvoir. Alors qu'il y a eu deal et que Tshilombo est bénéficiaire d'une Nomination Électorale.

La disparition de 15 millions de dollars dans les tiroirs de la présidence usurpée d'Angwalima Tshilombo n'émeut personne. Pour l'avoir dénoncé, Mike Mukebayi croupit à la prison de Makala. Député provincial et ancien journaliste, il est le premier prisonnier politique personnel de Tshilombo, voleur du destin de tout un peuple.

Octobre 2017, la société Fleurette Mumi, propriété de l’homme d’affaires israélien Dan Gertler, consent à prêter à la Gécamines 200 millions d’euros. Une première tranche de 128 millions d’euros est versée. Six mois plus tard, en avril 2018, ce prêt arrive à échéance. Mais l’entreprise minière refuse de rembourser la somme. Selon les avocats de la Gécamines, s’acquitter de cette dette alors que Gertler est soumis à des sanctions du Trésor américain depuis décembre 2017 exposerait la Gécamines à des sanctions. Où sont les 200 millions d'Albert Yuma ?

Empruntant souvent Mabundi Airways, Angwalima Tshilombo, le grand pavaneur et touriste impénitent a effectué le tour du monde: 80 millions de voyages inutiles et dispendieux !

Lire la suite...

- page 1 de 249