mardi 19 avril 2022

BENA MPUKA :VITAL KAMERHE LWAKANYINGINYI KINGI, PREMIER MINISTRE AU KONGO ?

Bena Mpuka Vital Kamerhe Lwakanyinginyi Kingi, Premier ministre au Kongo ?

Le juge Raphaël Yanyi Ovungu est-il mort pour rien ? 

Freddy Mulongo Mukena, Réveil FM International 

FB_IMG_1650348549384.jpg, avr. 2022

Méprisant et atteinte à la souveraineté du Kongo, c'est le Kenya qui a annoncé sur ses médias publics, la nomination de Vital Kamerhe Lwakanyinginyi Kingi, Braqueur des finances de la République, comme Premier ministre.

Après sa villégiature de 2 mois en France, l'impénitent est rentré en catimini, il est arrivé hier à 2h du matin à bord d'un jet privé de Mat Forrest !

Le juge Raphaël Yanyi Ovungu fut un grand professionnel de la justice. Affable, tempéré, calme, homme de sang froid, juge neutre, son souci pour l'équité dans le procès 100 jours n'a échappé à personne.

Un Grand Homme ! Le juge Raphaël Yanyi Ovungu a été assassiné par la mafia, dans la nuit du 26 au 27 mai 2020, soit 48 heures, 2ème jour du procès 100 jours.

Le Général Kasongo de la police nationale congolaise fut le premier à annoncer le décès du juge Raphaël Yanyi Ovungu par crise cardiaque.

Le ministre de la justice de l'époque, Célestin Tunda Kasende annonça le jeudi 16 mai 2020, après deux autopsies effectuées sur le corps du juge, que ce dernier est décédé suite d'une hémorragie intracrânienne ! Qui a donc fracassé la crâne du juge Raphaël Yanyi Ovungu ? Avec quel instrument l'avait-il fait ?

Comme toujours aucune enquête n'a élucidé toutes les questions sur le décès d'un éminent juge que tout le monde a découvert et apprécié.

Le procès 100 jours est un fiasco judiciaire ! Les accusés sont libres. Tous les Frappeurs, Checkuleurs, Escrocs, Ballados et Fakwa sont libres et graciés sans avoir remboursé un seul rond de 600 millions de dollars volés.

Vital Kamerhe Lwakanyinginyi Kingi revient à Kinshasa pour être Premier ministre, de qui Angwalima Tshilombo Tshintuntu Tshifueba se fout-il ?

Lire la suite...

Partager sur : Partager

mardi 12 avril 2022

BENA MPUKA : VITAL KAMERHE, BRAQUEUR DE LA RÉPUBLIQUE ET PREMIER MINISTRE ?

BENA MPUKA: VITAL KAMERHE, BRAQUEUR DE LA RÉPUBLIQUE ET PREMIER MINISTRE ? 

Freddy Mulongo Mukena, Réveil FM International 

FB_IMG_1649747237237.jpg, avr. 2022

LES TUTSIS POWER COALISÉS CONTRE LE KONGO : LE BRAQUEUR VITAL KAMERHE BIENTÔT PREMIER MINISTRE !

C'EST LA RADIO NATIONALE KENYANE QUI L'A ANNONCÉ DEPUIS HIER QUE LE BRAQUEUR DE LA RÉPUBLIQUE : VITAL KAMERHE SERAIT LE PROCHAIN PREMIER MINISTRE EN REMPLACEMENT DE SAMA LUKONDE.

LE CACH FABRIQUÉ À NAIROBI AU KENYA, APRÈS AVOIR RENIÉ LEURS SIGNATURES À GENÈVE, EST MORT AVEC L'ARRESTATION DE VITAL KAMERHE DANS L'AFFAIRE 100 JOURS.

CONDAMNÉ À 20 ANS DE PRISON, VITAL KAMERHE A VU SA PEINE DE 13 ANS, AVANT DE BÉNÉFICIER D'UNE LIBÉRATION PROVISOIRE... LE BRAQUEUR DE LA RÉPUBLIQUE A QUITTÉ KINSHASA À BORD D'UN JET PRIVÉ OÙ IL VIT EN VILLÉGIATURE.

LES TUTSIS COALISÉS : KENYA, OUGANDA, RWANDA ET BURUNDI S'ACTIVENT POUR DOMINER SUR LE KONGO. L'OCCUPATION NE SUFFIT PLUS.

VITAL KAMERHE PREMIER MINISTRE AU KONGO, CELA VEUT-IL DIRE QUE LE JUGE YANGI EST MORT POUR RIEN ?

Lire la suite...

Partager sur : Partager

vendredi 8 avril 2022

BENA MPUKA : KONGO, MEMBRE DE LA COMMUNAUTÉ ÉCONOMIQUE DES ÉTATS D'AFRIQUE DE L'EST ?

Bena Mpuka: KONGO, membre de la communauté économique des États d'Afrique de l'Est ? 

Freddy Mulongo Mukena, Réveil FM International 

FB_IMG_1649456744108.jpg, avr. 2022

 Placé au cœur de l'Afrique, le Kongo de MFUMU TATA KIMBANGU DIANTUNGUNUA n'est pas un pays de l'Est. Tshilombo Tshintuntu Tshifueba signe l'adhésion du Kongo dans la communauté des États d'Afrique de l'Est.

A Nairobi au Kenya, c'est sa compagne rwandaise, Louise-Denise Nyakeru qui est là présente. Quelle fonction a-t-elle pour être à cet endroit ? L'adhésion du Kongo à la communauté des pays de l'Afrique de l'est n'a jamais été entériné par le parlement. 

A-t-on déjà vu, Mama Sese ou Mama Bobi Ladawa derrière le président Mobutu entrain de parapher une ordonnance officielle ?

Pourquoi Tshilombo Tshintuntu Tshifueba continue-t-il à humilier notre peuple ?

Lire la suite...

Partager sur : Partager

BENA MPUKA : LA CONSTITUTION VALIDE-T-ELLE L'EXODE MASSIF DES POPULATIONS, CAS DES LUBA KASAÏENS AU KATANGA ?

Bena Mpuka :  La Constitution valide-t-elle l'Exode Massif des populations, cas des Luba Kasaïens au Katanga ?

Freddy Mulongo Mukena, Réveil FM International 

FB_IMG_1649410889216.jpg, avr. 2022

Quel est ce maire en France ou dans n'importe quelle ville occidentale qui peut accepter l'exode massif des populations qui fuient la famine chez eux dans son territoire ?

Les Kongo ignorent leur propre histoire, c'est comme ça que des FAUSSAIRES, FALSIFICATEURS ET TROUBADOURS écrivent notre HISTOIRE à leur convenance et leurs intérêts.

FUYANT CHEZ EUX POUR CAUSE DE LA FAMINE, SANS HONTE, DES LUBA KASAÏENS SCANDENT QUE LA CONSTITUTION DIT QUE LES KONGO SONT PARTOUT CHEZ EUX AU KONGO. EXACT.

EST-CE QUE LA MÊME CONSTITUTION PARLE-T-ELLE DE L'EXODE MASSIF DES POPULATIONS D'UNE PROVINCE À UNE AUTRE POUR CAUSE DE LA FAMINE ?

Lorsque les KATANGAIS déclarent qu'il y a un ça ne va pas, LES LUBA KASAÏENS LES DIABOLISENT ET LES TRAITENT D'AFFREUX SÉPARATISTES ET SÉCESSIONNISTES.

POURQUOI LES LUBA KASAÏENS NE PARLENT JAMAIS DE LA SÉCESSION KASAÏENNE ?

"Les conflits ethniques et les tensions politiques entre les dirigeants du gouvernement central et les dirigeants locaux tournaient autour des régions diamantifères du Kasaï (Société internationale forestière et minière du Congo). Le 14 juin 1960, quelques jours avant la proclamation formelle de l'indépendance de la colonie, l'indépendance de l'État fédéral du Sud fut proclamée. Le 8 août 1960, l'autonomie de l'État minier fut proclamée, avec pour capitale Bakwanga (de nos jours Mbuji-Mayi). Albert Kalonji fut nommé président et Joseph Ngalula chef de gouvernement.

Une assemblée de notables investit le père de Kalonji du titre impérial de Mulopwe le 12 avril 1961. Le nouvel empereur abdiqua immédiatement en faveur de son fils, qui dirigea l'État sous le nom de Mulopwe (empereur/roi) Albert I Kalonji.

En  avril 1961, à Miabi, les Chefs coutumiers des Baluba, dans leur ensemble, décident en guise d’appui à son action, de conférer, si pas tous les pouvoirs, mais, une partie de leurs pouvoirs ancestraux à Albert Kalonji. À cette occasion, ils le vêtissent d’une peau de léopard et d’une hachette, symbole du pouvoir absolu, celui qu’ils introniseront Mulopwe Ditunga, c’est-à-dire au-dessus de tous. Ditunga parce qu’il incarnait désormais tout le pays Luba. Cet événement, il faut le rappeler, avait eu comme conséquence la mutation de  l’État Autonome du Sud-Kasaï en Royaume Fédéré du Sud-Kasaï.

Après une campagne militaire sanglante de quatre mois durant laquelle des milliers de civils furent massacrés, le gouvernement central reprit le contrôle de la région et arrêta Kalonji le 30 décembre 1961, entérinant la fin de la sécession du Sud-Kasaï.

Kalonji tenta de mettre sur pied un nouveau gouvernement après s'être évadé de prison le 7 septembre 1962, mais ça ne dura qu'un mois.

Sous le régime de Joseph Mobutu (Mobutu Sese Seko), l'ancien Sud-Kasaï fut divisé pour décourager toute nouvelle tentative séparatiste. Bakwanga fut intégré au Kasaï-Oriental, tandis que l'essentiel du territoire de l'ancien État échut au Kasaï-Occidental.

Faut-il rappeler que même sous la sécession Katangaise, le Général Mobutu Sese Seko allait chercher l'argent du Katanga pour payer des militaires Kongo. Si Moïse Tshombé est devenu Premier ministre du Kongo, ce n'était pas pour ses beaux yeux. Le Katanga pesait et était mieux géré que les autres provinces du Kongo.

Le Maréchal Mobutu Sese Seko parle de la sécession Kasaïenne dans une vidéo sur You Tube. IL DIT CLAIREMENT QU'ETIENNE TSHISEKEDI WA MULUMBA "MULA NKWASA" QUI N'A JAMAIS RIEN CONSTRUIT AU KONGO, QUI LORS DE LA CONFÉRENCE NATIONALE SOUVERAINE (CNS) RECLAMAIT L'ARRESTATION IMMÉDIATE DE MOBUTU ÉTAIT EN TANT MINISTRE D'ALBERT KALONJI MULOPWE, CELUI QUI AVAIT EMPRISONNÉ DES FEMMES ENCEINTE, IL Y AVAIT DES CHARNIERS DE FOSSES COMMUNES  PARTOUT DANS LE KASAÏ.

DIRE QUE PATRICE ÉMERY LUMUMBA, PREMIER MINISTRE QUI SE BATTAIT POUR L'UNITÉ ÉTAIT AUSSI KASAÏEN TETELA MAIS COMBATTU PAR DES LUBA KASAÏENS. ÉTIENNE TSHISEKEDI N'A-T-IL PAS TRAITER PATRICE ÉMERY LUMUMBA DE "CRAPAUD" DANS UNE CORRESPONDANCE ? 

C'est en septembre 1962 que les troupes de l'ONU arrêtèrent cette administration tyrannique du Kasaï.

Lire la suite...

Partager sur : Partager

BENA MPUKA : EXODE MASSIF DES LUBA KASAÏENS AU KATANGA, LA DÉCLARATION DANGEREUSE DE L'INCONSCIENT NICOLAS KAZADI MADIMBA NZUZI !

Bena Mpuka:  Exode Massif des Luba Kasaïens au Katanga : La déclaration dangereuse de Nicolas Kazadi Madimba Nzuzi, fils de la dinosaure Mobutiste Catherine Nzuzi wa Mbombo !

Freddy Mulongo Mukena, Réveil FM International 

FB_IMG_1649452638211.jpg, avr. 2022

Manque d'épaisseur, une intelligence approximative de l'ancien Checkuleur, Nicolas Kazadi Madimba Nzuzi, qui est le ministre des finances de Tshilombo Tshintuntu Tshifueba.

Quelle ignorance de l'histoire du Kongo pour débiter des mensonges éhontés sur le Katanga et Katangais. Le caoutchouc de l'Equateur a d'abord servi à enrichir la Belgique et les Belges qui coupaient des mains.

La Gécamines est morte puisque les Kasaïens ont été chassés du Katanga. Encore une mensonge. Est-ce que la Minière de Bakwanga (Miba) fonctionne ? Elle n'a jamais été géré par un autre Kongo qu'un Luba Kasaïen.

Des faussaires, falsificateurs, immoraux Fakwa inventent l'histoire du Kongo, sous nos yeux.

Ignare patenté, Nicolas Kazadi Madimba Nzuzi, fils de la danseuse de ventre de Mobutu se lance dans  des justifications maladroites qu'insensées si pas incendiaires de la part d'un individu sensé  calmer le jeu.

Nicolas Kazadi Madimba Nzuzi est un pyromane provocateur qui devra assumer si demain son incendie embrase le Katanga. 

Pourquoi la déclaration d'une femme, la Katangaise Dominique Munongo peut produire tant des tumultes ? Dans un pays démocratique, cette déclaration d'une femme de terrain, responsable et respectable allait pousser les autorités à prendre en considération ses propos, comme lanceuse d'alerte. 

Voilà que des troubadours politiques crient au tribalisme.

Est-ce que les Luba Kasaïens qui vivent en France, Belgique, Grande-Bretagne, au Canada, aux États-Unis...mangent-ils publiquement le chien et  chat ? Pourquoi ne font-ils pas ailleurs ? Pourquoi en plein centre ville de Lubumbashi, les Luba Kasaïens se permettent de zigouiller publiquement le chien, même en présence des enfants, pour le manger ? 

La déclaration de NKazadi concernant le Katanga est irresponsable et provocatrice. À force de titiller la queue du Dragon, il crachera le feu qui risque d'embraser le pays. La RDC n'est pas le rwanda, nous avons plus de 450 ethnies et aucune n'a la primauté. Attention aux dégâts dixit Berry Muekatone !

Le Katanga aujourd'hui manque un grand leader. Baba Kyungu waKumwanza s'étant fourvoyé lui-même par une versatilité innommable pour soutenir un régime d'imposture et d'usurpation. Il en est mort !

Lire la suite...

Partager sur : Partager

BENA MPUKA : KATANGA, OÙ EST PASSÉ PIE TSHIBANDA, LE FAMEUX CONTEUR KONGOLO-BELGE ?

Bena Mpuka: Katanga, où est passé Pie Tshibanda, le fameux conteur Kongolo-Belge ?

Freddy Mulongo Mukena, Réveil FM International 

FB_IMG_1649449999194.jpg, avr. 2022

Psychologue de formation, Pie Tshibanda a gagné sa vie en Belgique en racontant un conte sur L'ÉPURATION ÉTHIQUE DES LUBA KASAÏENS AU KATANGA ! DIABOLISANT LES KATANGAIS ET PEIGNANT LES LUBA KASAÏENS COMME DES VICTIMES.

ILS SONT NOMBREUX DE NOS COMPATRIOTES QUI ONT OBTENU LE DROIT D'ASILE À L'ÉTRANGER AVEC CETTE HISTOIRE UBUESQUE D'ÉPURATION ETHNIQUE DES LUBA KASAÏENS AU KATANGA.

PIE TSHIBANDA DOIT MOURIR DE HONTE. LES FAMEUSES VICTIMES DE L'ÉPURATION ETHNIQUE, LES LUBA KASAÏENS SONT EN TRAIN DE FUIR LA FAMINE AU KASAÏ POUR REVENIR AU KATANGA QUI LES AVAIENT CHASSÉ.

IL FAUT ÊTRE SADOMASO POUR REVENIR À UN ENDROIT OÙ ON A SOUFFERT ET OÙ ON A ÉTÉ CHASSÉ.

PIE TSHIBANDA EST APHONE. IL SE PLANQUE EN BELGIQUE. LUI QUI A SALI LA RÉPUTATION DE TOUS LES KATANGAIS AVEC SON CONTE TRIBALO-ETHNIQUE.

L'EXODE DES LUBA KASAÏENS AU KATANGA COUPE L'HERBE AUX PIEDS AU MANGERISTES QUI AVAIENT FAIT DU FONDS DE COMMERCE, LA FAMEUSE HISTOIRE DE L'ÉPURATION ETHNIQUE DES LUBA KASAÏENS DU KATANGA.

Lire la suite...

Partager sur : Partager

BENA MPUKA : KONGO, LA TERRE EST SACRÉE !

BENA MPUKA : KONGO, LA TERRE EST SACRÉE !

Freddy Mulongo Mukena, Réveil FM International 

FB_IMG_1649449221991.jpg, avr. 2022

LES BANA ELONGA-BANA BILAKA YA KIMBANGU DIANTUNGUNUA PROCLAMENT AVEC CONVICTIONS ET FIERTÉS QUE LE KONGO EST LA CHAMBRE À COUCHER DE MFUMU TATA KIMBANGU DIANTUNGUNUA. AFRIKA KATIOPA EST SA PARCELLE.

NOUS LUTTONS ET DÉFENDONS LE KONGO, PARCE QUE C'EST LA MAISON DE NOTRE PÈRE : MFUMU TATA KIMBANGU DIANTUNGUNUA !

NOUS, SES ENFANTS REFUSONS QUE SA CHAMBRE À COUCHER SOIT SOUILLÉE PAR DES ENNEMIS OCCUPANTS.

EZALI LIKAMBO YA MABELE !

NOS AÏEUX ET ANCESTRES ONT VÉCU DE LA CHASSE, PÊCHE, CUEILLETTE, BILANGA. ILS N'ÉTAIENT PAS DES BA KALAKA. ILS TRAVAILLAIENT LA TERRE POUR SE NOURRIR. ILS N'ÉTAIENT PAS DES JOUISSEURS PATENTÉS NI DES PROFITO-SITUATIONNISTES. LEURS MAINS RUGUEUSES DÉMONTRAIENT LA PÉNIBILITÉ DE LEURS TRAVAUX. NOS AÏEUX AVAIENT LA SAGESSE DE LA VIE.

COMMENT COMPRENDRE QUE NOS COMPATRIOTES LUBA KASAÏENS PUISSENT FUIR LA TERRE DE LEURS ANCÊTRES À CAUSE DE LA FAMINE ? LA TERRE SE PROTÈGE, LA TERRE SE GARDE. BA KALAKA, LES LUBA KASAÏENS LES PLUS INTELLIGENTS DU KONGO, BA SUNDOLI MAYELE ? 

LE KONGO EST CERTES NOTRE PAYS À TOUS, CHAQUE KONGO DOIT ÊTRE FIER DE SA TERRE, DE SON TERROIR. CE SONT NOS INDENTITÉS DIFFÉRENTES ISSUES DE NOS 450 TRIBUS QUI FONT LA DIVERSITÉ DE NOTRE PAYS. 

LES LUBA KASAÏENS NE SAVENT PAS CULTIVER LA TERRE ?

IL N'A PAS DES RIVIÈRES AU KASAÏ POUR PÊCHER ?

LES LUBA KASAÏENS NE SAVENT MÊME PAS ÉLEVER DES POULES, CANARDS, LAPINS, CHÈVRES, MOUTONS POUR SE NOURRIR ?

C'EST UNE HONTE POUR TOUTE LA RÉPUBLIQUE DE VOIR LES LUBA KASAÏENS FUIENT LA FAMINE CHEZ EUX !

CERTAINS HYPOCRITES ET EMBROUILLEURS POUR JUSTIFIER LEURS FRÈRES EXODEURS AU KATANGA FALSIFIENT L'HISTOIRE : LA GÉCAMINES A ÉTÉ CONSTRUITE PAR LA MIBA ! QUELLE FAUSSETTÉ DE L'HISTOIRE. C'EST LE CAOUTCHOUC DE L'ÉQUATEUR QUI CONSTRUIT LA GÉCAMINES. EN AUCUN JOUR, NOS COMPATRIOTES DE L'ÉQUATEUR N'ONT REVENDIQUÉ QUOI QUE CE SOIT AU KATANGA.

LES LUBA KASAÏENS SONT AU POUVOIR. ILS ONT TOUS LES POUVOIRS. POURQUOI NE CONSTRUISENT-ILS CHEZ EUX AUX KASAÏ ? DEPUIS 1960, LES LUBA KASAÏENS ONT OCCUPÉ TOUS LES POSTES POLITIQUES, ÉCONOMIQUES ET SOCIAUX.

ILS ONT TOUS DES MANOIRS, VILLAS ET APPARTEMENTS À DUBAÏ, BRUXELLES, PARIS, LONDRES, OTTAWA... MAIS N'ONT PAS DES MAISONS CHEZ EUX ! 

TOUS LES FILS ET FILLES KONGO DOIVENT MIEUX VIVRE OÙ ILS RÉSIDENT. L'EXODE MASSIF DES LUBA KASAÏENS AU KATANGA VA POSER DES QUESTIONS DE VIVRE ENSEMBLE.

IL FAUT TROUVER DES SOLUTIONS, AU LIEU DE CRIER AU TRIBALISME DES KATANGAIS, ALORS QUE LES LUBA KASAÏENS SONT LES PLUS TRIBALISTES DE LA RÉPUBLIQUE.

ALLEZ-Y À LA PRÉSIDENCE USURPÉE, POUR VIVRE LE TRIBALISME EN LIVE ! C'EST LE MONDE À L'ENVERS. DES TRIBAUX, TRIBALISTES ET TRIBALISÉS LUBA KASAÏENS SE PERMETTENT DE TRAITER LES KATANGAIS ENVAHIS DE TRIBALISTES.

LES LUBA KASAÏENS QUI TENTENT DE DIABOLISER LES KATANGAIS SONT LES MÊMES QUI SOUTIENNENT QUE LES BANYAMULENGÉS SONT DES KONGO. PUISQU'ILS NE SONT PAS ATTACHÉS À LA TERRE. 

C'EST TOUS LES JOURS QUE LES FILS ET FILLES KONGO SONT MASSACRÉS AU KIVU ET EN ITURI. PUISQUE L'IMPOSTEUR ET USURPATEUR TSHILOMBO N'EST PAS ATTACHÉ À LA TERRE, LES CRIMES CONTINUENT !

LA TERRE EST SACRÉE. COMMENT PEUT-ON SE BATTRE POUR LE KONGO ALORS QUE L'ON FUIT LA TERRE DE SES AÏEUX ET ANCESTRES ?

LES MANETTES DU POUVOIR SONT LÀ POUR AGIR. IL FAUT AIDER LES LUBA KASAÏENS À VIVRE CHEZ EUX. FUIR LA FAMINE AU XXI ème SIÈCLE FUIR SES TERRES ANCESTRALES À CAUSE DE LA FAMINE, C'EST LA HONTE !

Lire la suite...

Partager sur : Partager

BENA MPUKA : MFUMU TATA KIMBANGU DIANTUNGUNUA EST INCOMPARABLE !

Bena Mpuka : MFUMU TATA KIMBANGU DIANTUNGUNUA EST INCOMPARABLE !

Freddy Mulongo Mukena, Réveil FM International 

FB_IMG_1648049199735.jpg, avr. 2022

BOSOLO EYE KOLONGA LOKUTA, cette expression de Mpaka Mwana Matiki  KIMBANGU DIANTUNGUNUA, LE GRAND PROFESSEUR DES PROFESSEURS, est révélateur du monde dans lequel nous vivons. Celui de la falsification de l'histoire, de la diabolisation de ceux qui dérangent l'établissement. MFUMU TATA KIMBANGU DIANTUNGUNUA EST UN MOBEBISI BA "COOPS YA LOKUTA". 

Des médias mensonges ont vanté et encensé le Sud-africain NELSON MANDELA comme le plus vieux prisonnier du continent africain avec ses 27 ans d'emprisonnement dans un pays sous apartheid.

Pourquoi ces médias ne parlent-ils pas de MFUMU TATA KIMBANGU DIANTUNGUNUA qui n'a jamais tué personne ni volé un bien d'autrui ? 30 ans d'emprisonnement ! 

Parce que MFUMU TATA KIMBANGU KIMBANGU DIANTUNGUNUA est notre SAUVEUR-RÉDEMPTEUR DU KONGO ET DE LA RACE NOIRE. IL EST LE MWINDA DE BA YINDO. IL EST LA PIROGUE ET LE PAGAIE QUI PERMETTENT DE TRAVERSER LA RIVIÈRE POUR ALLER À NZAMBI MPUNGU TULENDO, NZAKOMBA EA MPAMBA, MVIDJI MUKULU, MAWEZA NA NGILA, MUNGU BABA. MFUMU TATA KIMBANGU DIANTUNGUNUA EST LE PASSAGE OBLIGÉ AVANT DE REJOINDRE NZAMBI MPUNGU TULENDO.

Condamné à mort par des CONQUISTADORS COLONIAUX ESCLAVAGISTES Belges, sa peine sera communuée à 30 ans d'emprisonnement à vie par Léopold I, roi des belges.

Le prisonnier innocent avait droit à 120 fouets le matin, 120 fouets à midi et 120 fouets le soir. MFUMU TATA KIMBANGU DIANTUNGUNUA ne s'est jamais plaint. Il n'a eu ni blessures ni bibons sur son corps. Surtout, il n'a jamais pleuré. 

Quelle cruauté ! A Réveil FM International nous avons fait le calcul.

MFUMU TATA KIMBANGU DIANTUNGUNUA RECEVAIT 360 FOUETS PAR JOUR, SOIT 10.800 FOUETS PAR MOIS, 129.600 FOUETS PAR AN ! EN 30 ANS, IL AURAIT REÇU : 3.888.000 FOUETS !

C' est un civil pacifique et non armé que les Coloniaux belges avaient traduit devant un Conseil de guerre. 

JUGEMENT DU CONSEIL DE GUERRE DE THYSVILLE CONTRE MFUMU TATA KIMBANGU DIANTUNGUNUA ! 

Audience publique du 3 octobre 1921 En cause : Ministère Public contre : Kimbangu et consorts. Vu par le Conseil de Guerre siégeant à Thysville, région soumise au régime militaire mitigé par ordonnance n° 89 en date du 12 août 1921, du Vice-Gouverneur Général de la Province du Congo-Kasaï, la procédure à charge des prévenus Kimbangu Simon, Mandombe, Zolla, Matfueni Lenge, Sumbu Simon, Mimba Philémon, Mata, Mbaki André, Kelani John, Batoba Samisioni, Batoba David, Malaeka Sesteni, prévénus d'avoir porté atteinte à la sûreté de l'État et à la tranquillité publique, Johan Lumbuende, Bemba et Dingo Vuabela, prévenus de ladite infraction,

Vu l'assignation des prévenus à la requête de l'officier du Ministère Public en date du 28 septembre 1921,

Ouï le Ministère Public en ses réquisitions, Ouï les prévenus en leurs dires et moyens de défense présentés par eux-mêmes.

 Le Conseil de Guerre

- Attendu qu'il est établi que le 11 mai 1921 au village de Kamba, l'administrateur du territoire des Cataractes Sud dut subir les volontés des prophètes, de leurs aides et des bandes d'indigènes qui y étaient réunis.

- Attendu que le 6 juin suivant, le même fonctionnaire chargé de procéder à l'arrestation du prophète en chef, Kibango, y fut violemment attaqué par la foule et que deux de ses soldats y furent blessés à coups de pierres et de couteaux.

- Attendu que les foules réunies par les prophètes étaient manifestement hostiles à l'Etat.

Attendu que le nommé Kimbangu, en répandant et en faisant répandre sciemment des faux bruits de guérisons et de résurrections et en se posant en envoyé de Dieu, jeta l'alarme dans l'esprit des populations indigènes, que par ses agissements et ses propos, il porta une atteinte profonde à la tranquillité publique.

- Attendu que Kimbangu est parvenu, en expliquant et en faisant expliquer le texte de la Bible à sa façon par ses aides et adeptes, à imposer ses volontés aux populations, qu'il a affirmé son prestige, comme il a déjà été dit, en répandant et en faisant répandre toujours par ses aides des faux bruits de miracles, en tenant des séances de guérisseur d'hommes et d'envoyé de Dieu, dans son village et ailleurs ; que c'est que c'est pendant ces séances qu'on a inculqué aux indigènes les fausses idées de religion, qu'on les a excités contre les pouvoirs établis.

- Attendu que Kimbangu a été reconnu par les médecins sain de corps et d'esprit et par conséquent responsable de tous ses actes, que ses crises de nerfs ne sont que de la simulation, qu'il se peut que quelques cas de maladie nerveuse aient été guéris par suggestion mais que le prévenu en a profité pour tromper la bonne foi de la masse destinée à servir d'instrument inconscient à ses fins, que le but poursuivi était celui de détruire l'autorité de l'Etat.

Attendu qu'il demeure établi que par ses actes, propos, agissements, écrits, chants et son histoire dictée par lui-même, Simon Kimbangu s'est érigé en rédempteur et sauveur de la race noire en désignant le blanc comme l'ennemi, en l'appelant l'ennemi abominable.

- Attendu qu'il est établi par les faits que Kimbangu, malgré la défense de l'autorité, a continué et persévéré dans son travail en faisant croire qu'un nouveau Dieu allait venir, que ce Dieu était plus puissant que l'Etat même, que ce Dieu était représenté par lui, Kimbangu, Mfumu Simon, Mvuluzi, qu'un temple nouveau, église nationale noire, allait être fondée.

- Attendu que la secte des prophètes doit être considérée organisée pour porter atteinte à la sûreté de l'Etat, secte cachée sous le voile d'une nouvelle religion, mais tendant à démolir le régime actuel, que la religion n'est qu'un moyen pour exciter et exalter la croyance des populations, que les foules impressionnées et poussées par la force du fanatisme, doivent souvent servir d'instrument pour atteindre le but final.

- Attendu qu'il résulte des rapports officiels, des correspondances échangées entre noirs, des renseignements reçus, que les Blancs sont l'objet d'une haine profonde de la part des adeptes de Kimbangu, que cette haine s'est infiltrée et s'est répandue avec une rapidité alarmante parmi les indigènes, qu'il est indéniable que la doctrine de Kimbangu a été cause d'une grève manquée, d'abstention au travail d'un grand nombre de travailleurs.

- Attendu que les moyens de persuasion ont été interprétés par les natifs, les prophètes et les adeptes comme de la faiblesse, de l'impuissance de l'Etat contre la force spirituelle, magique, divine du thaumaturge, que s'il est vrai que l'hostilité contre les pouvoirs établis a été manifestée jusqu'à présent par des chants séditieux, injures, outrages et quelques rébellions isolées, il est pourtant vrai que la marche des événements pourrait fatalement conduire à la grande révolte, qu'il convient d'apprécier toute la gravité de l'infraction et d'intervenir en appliquant sévèrement la loi.

- Attendu que que la nommée Mandombe, jeune fille sans expérience, suggestionnée par les simagrées du grand prophète, a agi et servi ce dernier inconsciemment, que par ce fait elle doit largement bénéficier des circonstances atténuantes.

Que ce même bénéfice doit être accordé au nommé Lumbuende Johan qui a hébergé à Sanda les prophètes et la suite de Kimbangu, tout en les sachant activement recherchés par l'autorité, mais que l'exemple lui a été donné par le chef même du village et le chef médaillé,

Le Conseil de Guerre

Vu les articles 76 ter du Code pénal, livre II et 101 ter du Code pénal livre I,

Vu les articles 31 et 32 du décrét du 3 novembre 1917 sur la Justice militaire.

Condamnons Simon Kimbangu à la peine de mort. Zolla, Matfueni Lenge, Sumbu Simon, Mimba Philémon, Matta, M'baki André, Kelani John, Batoba Samisioni, Batoba David, Malaeka Sesteni, à la servitude pénale à perpétuité. Bemba et Dingo Vuabela à vingt ans de servitude pénale. Lumbuende Johan à cinq ans et Mandombe à deux ans de servitude pénale et les frais du procès à charge de la colonie.

 Et attendu qu'il y a lieu de craindre que les condamnés ne tentent de se soustraire à l'exécution du jugement, ordonne leur arrestation immédiate.

Ainsi jugé et prononcé à l'audience publique du trois octobre 1921 où siégeaient:

MM. De Rossi, Juge ;

Dupuis, Ministère Public ;

Berrewaerts, Greffier.

Lire la suite...

Partager sur : Partager

mercredi 6 avril 2022

BENA MPUKA : "CONGO" EST UN BATEAU IVRE SANS MAÎTRE AVEC DES PIÈGEURS PIÈGÉS !

Bena Mpuka:  "CONGO" EST UN BATEAU IVRE SANS MAÎTRE AVEC DES PIÈGEURS PIÈGÉS !

Freddy Mulongo Mukena, Réveil FM International 

FB_IMG_1649264205778.jpg, avr. 2022

KONGO, C'EST LA MAISON DE MFUMU TATA KIMBANGU DIANTUNGUNUA. AFRIKA KATIOPA EST SA PARCELLE DIXIT MPAKA Mwana Matiki  KIMBANGU DIANTUNGUNUA, LE GRAND PROFESSEUR DES PROFESSEURS.

MFUMU TATA KIMBANGU DIANTUNGUNUA EST EXTRÊMEMENT PATIENT ENVERS NOUS SES ENFANTS ET MANIFESTE UNE GRANDE COMPASSION POUR SON KONGO. 

LE KONGO DIA NTOTILA DE BANA ELONGA-BANA BILAKA YA KIMBANGU DIANTUNGUNUA NE PRENDRA NI DES PRÊTS NI AIDES NI DONS DES PAYS ÉTRANGERS ET INSTITUTIONS ÉTRANGÈRES.

KONGO EST UNE TERRE BÉNIE DE TATA NZAMBI MPUNGU TULENDO. CONGO EST UN BATEAU IVRE SANS MAÎTRE OÙ DES CONQUISTADORS COLONIAUX ESCLAVAGISTES DIRIGENT PAR PROCURATION À TRAVERS LEURS MINDELE NDOMBE, DES AVATARS NÉO-COLONIALISTES QUI ESCLAVAGISENT LEURS PROPRES COMPATRIOTES. 

CONGO, MBOKA EKUFA A AFFIRMÉ SANS RIRE, TSHILOMBO TSHINTUNTU TSHIFUEBA, LE  FAMEUX FILS D'ÉTIENNE TSHISEKEDI AU KASAÏ LORS DE SON MEETING À LODJA, TERRE DE PATRICE ÉMERY LUMUMBA, HÉROS NATIONAL.

MAIS KONGO N'EST PAS MORT ET NE MOURRA JAMAIS TANT QUE LES BANA ELONGA-BANA BILAKA YA KIMBANGU DIANTUNGUNUA ONT  LES DEUX JAMBES BIEN ANCRÉES AU SOL : ÉVEIL PATRIOTIQUE ET RÉVEIL SPIRITUEL. 

A LA TÊTE DU PAYS, TSHILOMBO  TSHINTUNTU TSHIFUEBA GAGNE 2.070.000 $ PAR MOIS. ET SON PRÉDÉCESSEUR QUI L'A NOMMÉ, ALIAS JOSEPH KABILA TOUCHE 680.000 $ PAR MOIS. LE CONGOLAIS VIT AVEC-1$ PAR JOUR !  C'EST PLUS QUE DE L'INJUSTICE, C'EST UN CRIME CONTRE L'HUMANITÉ. 

VOTÉE PAR DES PARLEMENTAIRES GODILLOTS, C'EST LA LOI "MOMO" MODESTE MUTINGA MUTUISHAYI QUI DONNE LES GROS AVANTAGES À TOUS CEUX QUI DIRIGENT PAR IMPOSTURE ET USURPATION AU CONGO. LA LOI MUTINGA MUTUISHAYI VOTÉE À QUELQUES MOIS AVANT L'ÉLECTION PRÉSIDENTIELLE DE 2018 EST UNE PRIME CONTRE L'IMPUNITÉ. ÊTRE PRÉSIDENT AU KONGO, C'EST JOUIR DE L'IMPUNITÉ. 

"MOMO" MODESTE MUTINGA MUTUISHAYI EST RÉCOMPENSÉ POUR CETTE LOI INIQUE. C'EST LUI LE MINISTRE DES AFFAIRES SOCIALES ET HUMANITAIRES DANS LE GOUVERNEMENT DES WARRIORS. NOS COMPATRIOTES DE GOMA, VICTIMES DU VOLCAN NIRAGONGO VIVENT ENCORE SOUS DES BÂCHES BLEUES COMME DES RÉFUGIÉS DANS LEUR PROPRE PAYS. OÙ SONT PARTIES TOUTES LES AIDES ?

COMMENT UN PRÉTENDU PRÉSIDENT PEUT-IL À KIGALI, ÉCRIRE NOIR SUR BLANC, QUE LES 18 MILLIONS DE MORTS KONGO LES SONT PAR "EFFETS COLLATÉRAUX"?

COMMENT UN PRÉTENDU PRÉSIDENT PEUT-IL REFUSER QUE LE KONGO SOIT INDEMNISÉ PAR L'OUGANDA, PAYS AGRESSEUR DU KONGO, CONDAMNÉ PAR LA COUR INTERNATIONALE DE JUSTICE ? LES RESCAPÉS DE LA GUERRE DE 6 JOURS ENTRE LES DEUX ARMÉES D'OCCUPATION : RWANDAISE ET OUGANDAISE, VIVENT AVEC DES STIGMATES. ILS SONT DES BLESSÉS DE GUERRE À VIE. LA GUERRE DE KISANGANI A FAUCHÉ LA VIE DE PLUS 4.000 KONGO QUI SONT ENTERRÉS DANS UN CIMETIÈRE QUI LEUR EST DÉDIÉ.

COMMENT UN PRÉTENDU PRÉSIDENT PEUT-IL REFUSER À SON PEUPLE LA RESTAURATION DU RAPPORT MAPPING, AFIN DE JUGER TOUS LES CRIMINELS PAR UN TRIBUNAL PÉNAL INTERNATIONAL ?

KONGO NE PEUT PAS IGNORER SES MILLIONS DE MORTS. IL FAUT UN DEUIL NATIONAL POUR PERMETTRE À NOS MORTS DE REPOSER EN PAIX. IL FAUT HONORER NOS MORTS AVEC DES STÈLES ET MONUMENTS AUX MORTS. CELA DEVIENT UN PRÉALABLE AVANT DE REMETTRE LE COMPTEUR À ZÉRO. 

TROP DE MORTS POUR RIEN. POUR DES INTÉRÊTS OBSCURES DE QUELQUES INDIVIDUS. EN PLUS CEUX QUI SONT CENSÉS PROTÉGER NOTRE PEUPLE SE DÉTOURNENT DE LEURS RESPONSABILITÉS.

C'EST LE CHANGEMENT DE PARADIGME POLITIQUE QUE LES BANA ELONGA-BANA BILAKA YA KIMBANGU DIANTUNGUNUA VONT IMPULSER POUR QUE LES FILS ET FILLES KONGO RECOUVRENT LEUR SOUVERAINETÉ, DIGNITÉ, HUMANITÉ ET LIBERTÉ.

LE CONGO EST UN PAYS OÙ LES PIÈGEURS PATENTÉS SONT PIÉGÉS. 

TANT QUE MFUMU TATA KIMBANGU DIANTUNGUNUA N'EST PAS L'ÉTENDARD DE KONGO, LES MANGERISTES ET PROFITO-SITUATIONNISTE TOURNERONT EN ROND AVEC LEUR "CONGO"!

Lire la suite...

Partager sur : Partager

vendredi 1 avril 2022

BENA MPUKA : LONDRES, LA RENCONTRE DE LA CANNE ET DEUX BÉQUILLES !

BENA MPUKA : LONDRES, LA RENCONTRE DE LA CANNE ET DEUX BÉQUILLES !

Freddy Mulongo Mukena, Réveil FM International

FB_IMG_1648796144394.jpg, avr. 2022

C'est ce que l'on appelle l'effet papillon. La photo virale qui a emballé les réseaux sociaux et la presse Kinoise est un message politique fort : déclaré mort politique à Kinshasa, Jean-Marc Kabunda wa Kabunda a été ressuscité et légitimé à Londres par le Grand Patriarche Julien Ciakudia le De Gaulle Congolais.

La photo de la rencontre de la canne et deux béquilles a fait pleurer à Kinshasa : Marthe Kasalu Jibikila Tshisekedi dans une colère bleue est entré en transe avec ses joues en larmes : "Pourquoi Ciakudia fait ça à Félix qui est son fils ?" Quant à l'imposteur-usurpateur Angwalima Tshilombo Tshintuntu Tshifueba, il a pris sa tête entre les deux mains. C'est comme si on lui avait annoncé le décès d'un membre important de la famille. 

La réponse du Grand Patriarche Julien Ciakudia est cinglant : L'Udps a jeté Kabunda, moi j'ai ramassé. Jean-Marc  a 41 ans, l'âge de mon premier fils qui correspond à l'âge de ma lutte et lobby pour autre Congo. 

Il faut préciser qu'avant son départ pour la Grande-Bretagne, Jean-Marc Kabunda wa Kabunda a été déchu et viré de la présidence ai de l'Udps, par un comité de discipline des toges noirs.

Homme des coups bas, qui n'a jamais osé affronter l'adversité en face, Angwalima Tshilombo Tshintuntu Tshifueba avait envoyé sa garde républicaine dans une expédition punitive à la résidence de Jean-Marc Kabunda wa Kabunda à Kingabwa. Au siège de l'Udps, une banderole a été affichée au siège de l'Udps : Jean-Marc Kabunda, Hitler Noir, sans que ce parti devenu familial ne paye le droit d'auteur à Réveil FM International. Au fait, c'est Paul Kagame qui est qualifié de Hitler Noir et Führer Africain par notre média. L'Udps a usurpé notre titre pour l' affluber à Kabunda pour mieux le diaboliser.

Le Grand Patriarche Julien Ciakudia et Jean-Marc Kabunda wa Kabunda que se sont-ils dits le samedi dernier à Londres durant toute une journée ? Rien n'a filtré ! Personne ne connaît la quintessence de leur rencontre.

Jean-Marc Kabunda wa Kabunda qui ne connaissait pas Angwalima Tshilombo Tshintuntu Tshifueba avant sa nomination électorale est entrain de découvrir l'individu depuis sa présidence usurpée. L'INCAPACITAIRE est un tonneau vide. Pour s'enrichir, le fameux fils d'Étienne TSHISEKEDI a vendu le Kongo et le peuple Kongo. Le troubadour qui n'a jamais travaillé à part livrer des pizzas, être Frappeur, Fakwa et Checkuleur à Bruxelles, il ne sait rien faire. Le Mwana MBOKA Ya Moyibi est un Angwalima.

Jean-Marc Kabunda wa Kabunda est rentré le mercredi à Kinshasa. Et hier, il est allé au palais du peuple déposer sa démission en tant que vice-président de l'Assemblée nationale. Il demeure un simple député. 

Tout le monde attend maintenant que JM Kabunda parle. Lui qui a participé au deal pour la nomination électorale de Tshilombo Tshintuntu Tshifueba, lui qui est à l'initiative de la création de l'union sacrée-sucrée-salée... Aura-t-il des oignons dans la bouche ?  On ne parle jamais la bouche pleine. D'ici là les manœuvres de récupération de Maître Nageur ne sont pas à exclure. 

Lire la suite...

Partager sur : Partager

jeudi 24 mars 2022

BENA MPUKA : CLÉ BOA CONTRE L'AFRIQUE PARTAGÉE COMME UN GÂTEAU D'ANNIVERSAIRE À BERLIN EN 1885 !

BENA MPUKA : CLÉ BOA CONTRE L'AFRIQUE PARTAGÉE COMME UN GÂTEAU D'ANNIVERSAIRE À BERLIN EN 1885 !

Freddy Mulongo Mukena, Réveil FM International 

FB_IMG_1648114567353.jpg, mars 2022

Acte général de la conférence de Berlin de 1885

Date : 26 février 1885.

Objet : La conférence qui réunit à Berlin les représentants de 14 pays européens, de novembre 1884 à février 1885, a pour objet de régler pacifiquement les litiges relatifs aux conquêtes coloniales en Afrique. L'Allemagne, qui ne s'est pas engagée dans la politique de colonisation joue les médiateurs et plaide en faveur de la liberté du commerce et de la navigation, notamment dans le bassin du Congo et celui du Niger. L'Acte final fixe les règles de la colonisation de l'Afrique et impose le principe de l'effectivité pour reconnaître une annexion.

Au nom de Dieu Tout-Puissant,

Sa Majesté l'Empereur d'Allemagne, Roi de Prusse, Sa Majesté l'Empereur d'Autriche, Roi de Bohème, etc., et Roi apostolique de Hongrie, Sa Majesté le Roi des Belges, Sa Majesté le Roi de Danemark, Sa Majesté le Roi d'Espagne, le Président des États-Unis d'Amérique, le Président de la République Française, Sa Majesté la Reine du Royaume-Uni de la Grande-Bretagne et d'Irlande, Impératrice des Indes, Sa Majesté le Roi d'Italie, Sa Majesté le Roi des Pays-Bas, Grand Duc de Luxembourg, etc., Sa Majesté le Roi de Portugal et des Algarves, etc., Sa Majesté l'Empereur de toutes les Russies, Sa Majesté le Roi de Suède et Norvège, etc., et Sa Majesté l'Empereur des Ottomans,

Voulant régler, dans un esprit de bonne entente mutuelle, les conditions les plus favorables au développement du commerce et de la civilisation dans certaines régions de l'Afrique, et assurer à tous les peuples les avantages de la libre navigation sur les deux principaux fleuves africains qui se déversent dans l'océan Atlantique; désireux, d'autre part, de prévenir les malentendus et les contestations que pourraient soulever à l'avenir les prises de possession nouvelles sur les côtes de l'Afrique, et préoccupés en même temps des moyens d'accroître le bien-être moral et matériel des populations indigènes, ont résolu, sur l'invitation qui leur a été adressée par le gouvernement impérial d'Allemagne, d'accord avec le Gouvernement de la République Française, de réunir à cette fin une Conférence à Berlin, et ont nommé pour leurs plénipotentiaires, savoir :

Lesquels, munis de pleins pouvoirs, qui ont été trouvés en bonne et due forme, ont successivement discuté et adopté :

1° Une déclaration relative à la liberté du commerce dans le bassin du Congo, ses embouchures et pays circonvoisins, avec certaines dispositions connexes ;

2° Une déclaration concernant la traite des esclaves et les opérations qui, sur terre ou sur mer, fournissent des esclaves à la traite ;

3° Une déclaration relative à la neutralité des territoires compris dans le bassin conventionnel du Congo ;

4° Un acte de navigation du Congo, qui, en tenant compte des circonstances locales, étend à ce fleuve, à ses affluents et aux eaux qui. leur sont assimilées, les principes généraux énoncés dans les articles 108 à 116 de l'acte final du Congrès de Vienne et destinés à régler, entre les puissances signataires de cet acte, la libre navigation des cours d'eau navigables qui séparent ou traversent plusieurs États, principes conventionnellement appliqués depuis à. des fleuves de l'Europe et de l'Amérique, et notamment au Danube, avec les modifications prévues parles traités de Paris de l856, de Berlin de 1878 et de Londres de 1871 et de 1883 ;

5° Un acte de navigation du Niger, qui, en tenant également compte des circonstances locales, étend à ce fleuve et à ses affluents les mêmes principes inscrits dans les articles 108 à 116 de l'acte final du Congrès de Vienne;

6° Une déclaration introduisant dans les rapports internationaux des règles uniformes relatives aux occupations qui pourront avoir lieu à l'avenir sur les côtes du continent africain.

Et ayant jugé que ces différents documents pourraient être utilement coordonnés en un seul instrument, les ont réunis en un Acte général composé des articles suivants :

Chapitre premier

Déclaration relative à la liberté du commerce dans le bassin du Congo, ses embouchures et pays circonvoisins, avec certaines dispositions connexes

Article premier.

Article premier.

Le commerce de toutes les nations jouira d'une complète liberté :

1° Dans tous les territoires constituant le bassin du Congo et de ses affluents. Ce bassin est délimité par les crêtes des bassins contigus, à savoir, notamment : les bassins du Niari, de l'Ogoué, du Schari et du Nil, au nord; par la ligne de faite orientale des affluents du lac Tanganyka, à l'est ; par les crêtes des bassins du Zambèze et de la Logé, au sud. Il embrasse, en conséquence, tous les territoires drainés par le Congo et ses affluents, y compris le lac Tanganyka et ses tributaires orientaux ;

2° Dans la zone maritime s'étendant sur l'océan Atlantique depuis le parallèle situé par 2° 30' de latitude sud jusqu'à l'embouchure de la Logé.

La limite septentrionale suivra le parallèle situé par 2° 30' depuis la côte jusqu'au point où il rencontre le bassin géographique du Congo, en évitant le bassin de l'Ogoué, auquel ne s'appliquent pas les stipulations du présent Acte.

La limite méridionale suivra le cours de la Logé jusqu'à la source de cette rivière et se dirigera de là vers l'Est jusqu'à la jonction avec le bassin géographique du Congo ;

3° Dans la zone se prolongeant à l'est du bassin du Congo, tel qu'il est délimité ci-dessus jusqu'à l'océan Indien, depuis le 5° de latitude nord jusqu'à l'embouchure du Zambèse, au sud ; de ce point, la ligne de démarcation suivra le Zambèse jusqu'à cinq milles en amont du confluent du Shiré et continuera par la ligne de faîte séparant les eaux qui coulent vers le lac Nyassa des eaux tributaires du Zambèse, pour rejoindre enfin la ligne de partage des eaux du Zambèse et du Congo.

Il est expressément entendu qu'en étendant à cette zone orientale le principe de la liberté commerciale, les Puissances représentées à la Conférence ne s'engagent que pour elles-mêmes et que ce principe ne s'appliquera aux territoires appartenant actuellementactuellement à quelque État indépendant et souverain qu'autant que celui-ci y donnera son consentement. Les Puissances conviennent d'employer leurs bons offices auprès des gouvernements établis sur le littoral africain de la mer des Indes afin d'obtenir ledit consentement et, en tout cas, d'assurer au transit de toutes les nations les conditions les plus favorables.

Article 2.

Tous les pavillons, sans distinction de nationalité, auront libre accès à tout le littoral des territoires énumérés ci-dessus, aux rivières qui s'y déversent dans la mer, à toutes les eaux du Congo et de ses affluents, y compris les lacs, à tous les ports situés sur les bords de ces eaux, ainsi qu'à tous les canaux qui pourraient être creusés à l'avenir dans le but de relier entre eux les cours d'eau ou les lacs compris dans toute l'étendue des territoires décrits à l'article premier. Ils pourront entreprendre toute espèce de transports et exercer le cabotage maritime et fluvial, ainsi que la batellerie sur le même pied que les nationaux

Article 3.

Les marchandises de toute provenance importées dans ces territoires, sous quelque pavillon que ce soit, par la voie maritime ou fluviale ou par celle de terre, n'auront à acquitter d'autres taxes que celles qui pourraient être perçues comme une équitable compensation de dépenses utiles pour le commerce et qui, à ce titre, devront être également supportées par les nationaux et par les étrangers de toute nationalité.

Tout traitement différentiel est interdit à l'égard des navires comme des marchandises.

Article 4.

Les marchandises importées dans ces territoires resteront affranchies de droit d'entrée et de transit.

Les Puissances se réservent de décider, au terme d'une période de vingt années, si la franchise d'entrée sera ou non maintenue.

Article 5.

Toute Puissance qui exerce ou exercera des droits de souveraineté dans les territoires susvisés ne pourra y concéder ni monopole ni privilège d'aucune espèce en matière commerciale.

Les étrangers y jouiront indistinctement, pour la protection de leurs personnes et de leurs biens, l'acquisition et la transmission de leurs propriétés mobilières et immobilières et pour l'exercice des professions, du même traitement et des mêmes droits que les nationaux.

Dispositions relatives à la protection des indigènes, des missionnaires et des voyageurs, ainsi qu'à la liberté religieuse.

Article 6.

Toutes les Puissances exerçant des droits de souveraineté ou une influence dans lesdits territoires s'engagent à veiller à la conservation des populations indigènes et à l'amélioration de leurs conditions morales et matérielles d'existence et à concourir à la suppression de l'esclavage et surtout la traite des noirs ; elles protégeront et favoriseront, sans distinction de nationalités ni de cultes, toutes les institutions et entreprises religieuses, scientifiques ou charitables. créées et organisées à ces fins ou tendant à instruire les indigènes et à leur faire comprendre et apprécier les avantages de la civilisation.

Les missionnaires chrétiens, les savants, les explorateurs, leurs escortes, avoir et collections, seront également l'objet d'une protection spéciale.

La liberté de conscience et la tolérance religieuse sont expressément garanties aux indigènes comme aux nationaux et aux étrangers. Le libre et public exercice de tous les cultes, le droit d'ériger des édifices religieux et d'organiser des missions appartenant à tous les cultes ne seront soumis à aucune restriction ni entrave.

Régime postal.

Article 7.

La Convention de l'Union postale universelle, révisée à Paris le ler juin 1878, sera appliquée au bassin conventionnel du Congo.

Les Puissances qui y exercent ou exerceront des droits de souveraineté, ou de protectorat s'engagent à prendre, aussitôt que les circonstances le permettront, les mesures nécessaires pour l'exécution de la disposition qui précède.

Droit de surveillance attribué à la Commission internationale du Congo.

Article 8.

Dans toutes parties du territoire visé par la présente déclaration où aucune Puissance n'exercerait des droits de souveraineté ou de protectorat, la Commission internationale de la navigation du Congo, instituée en vertu de l'article 17, sera chargée de surveiller l'application des principes proclamés et consacrés par cette déclaration.

Pour tous les cas où des difficultés relatives à l'application des principes établis par la présente déclaration viendraient à surgir, les gouvernements intéressés pourront convenir de faire appel aux bons offices de la Commission internationale, en lui déférant l'examen des faits qui auront donné lieu à ces difficultés.

Chapitre II

Déclaration concernant la traite des esclaves

Article 9.

Conformément aux principes du droit des gens, tels qu'ils sont reconnus par les Puissances signataires, la traite des esclaves étant interdite, et les opérations qui, sur terre ou sur mer, fournissent des esclaves à la traite devant être également considérées comme interdites, les Puissances qui exercent ou qui exerceront des droits de souveraineté, ou une influence dans les territoires formant le bassin conventionnel du Congo, déclarent que ces territoires ne pourront servir ni de marché ni de voie de transit pour la traite des esclaves, de quelque race que ce soit. Chacune de ces Puissances s'y engage à employer tous les moyens en son pouvoir pour mettre fin à ce commerce et pour punir ceux qui s'en occupent.

Chapitre III

Déclaration relative à la neutralité 

des territoires compris dans le bassin conventionnel du Congo

Article 10.

Afin de donner une garantie nouvelle de sécurité au commerce et à l'industrie et de favoriser, par le maintien de la paix, le développement de la civilisation dans les contrées mentionnées à l'article premier et placées sous le régime de la liberté commerciale, les Hautes Parties signataires du présent Acte et celles qui y adhéreront par la suite s'engagent à respecter la neutralité des territoires ou parties de territoires dépendant desdites contrées, y compris les eaux territoriales, aussi longtemps que les Puissances qui exercent ou qui exerceront des droits de souveraineté ou de protectorat sur ces territoires, usant de la faculté de se proclamer neutres, rempliront les devoirs que la neutralité comporte.

Article 11.

Dans le cas où une Puissance exerçant des droits de souveraineté ou de protectorat dans les contrées mentionnées à l'article premier et placées sous le régime de la liberté commerciale, serait impliquée dans une guerre, les Hautes Parties signataires du présent Acte et celles qui y adhéreront par la suite s'engagent à prêter leurs bons offices pour que les territoires appartenant à cette Puissance et compris dans la zone conventionnelle de la liberté commerciale soient, du consentement de cette Puissance et de l'autre ou des autres parties belligérantes placés pour la durée de la guerre sous le régime de neutralité et considérés comme appartenant à un État non belligérant ; les parties belligérantes renonceraient, dès lors, à étendre les hostilités aux territoires ainsi neutralisés, aussi bien qu'à les faire servir de base à des opérations de guerre.

Article 12.

Dans le cas où un dissentiment sérieux, ayant pris naissance au sujet ou dans les limites des territoires mentionnés à l'article premier et placés sous le régime de la liberté commerciale, viendrait à s'élever entre les Puissances signataires du présent ou des Puissances qui y adhéreraient par la suite, ces Puissances s'engagent, avant d'en appeler aux armes, à recourir à la médiation d'une ou de plusieurs Puissances amies.

Pour le même cas, les mêmes Puissances se réservent le recours facultatif à la procédure d'arbitrage.

Chapitre IV 

Acte de navigation du Congo

Article 13.

La navigation du Congo, sans exception d'aucun des embranchements ni issues de ce fleuve, est et demeurera entièrement libre pour les navires marchands, en charge ou sur lest, de toutes les nations, tant pour le transport des marchandises que pour celui des voyageurs. Elle devra se conformer aux dispositions du présent Acte de navigation et aux règlements à établir en exécution du même Acte.

Dans l'exercice de cette navigation, les sujets et les pavillons de toutes les nations seront traités, sous tous les rapports, sur le pied d'une parfaite égalité, tant pour la navigation directe de la pleine mer vers les ports intérieurs du Congo, et vice versa, que pour le grand et le petit cabotage, ainsi que pour la batellerie sur le parcours de ce fleuve.

En conséquence, sur le parcours et aux embouchures du Congo, il ne sera fait aucune distinction entre les sujets des États riverains et ceux des non riverains, et il ne sera concédé aucun privilège, exclusif de navigation, soit à des sociétés ou corporations quelconques, soit à des particuliers.

Ces dispositions sont reconnues par les Puissances signataires comme faisant désormais partie du droit public international.

Article 14.

La navigation du Congo ne pourra être assujettie à aucune entrave ni redevance qui ne seraient pas exactement stipulées dans le présent Acte. Elle ne sera grevée d'aucune obligation d'échelle, d'étape, de dépôt, de rompre charge, ou de relâche forcée.

Dans toute l'étendue du Congo, les navires et les marchandises transitant sur le fleuve ne seront soumis à aucun droit de transit, quelle que soit leur provenance et leur destination.

Il ne sera établi aucun péage maritime ni fluvial basé sur le seul fait de la navigation, ni aucun droit sur les marchandises qui se trouvent à bord des navires. Pourront seuls être perçus des taxes ou droits qui auront le caractère de rétribution pour services rendus à la navigation même, savoir :

1° Des taxes de port pour l'usage effectif de certains établissements locaux tels que quais, magasins, etc.

Le tarif de ces taxes sera calculé sur les dépenses de construction et d'entretien desdits établissements locaux, et l'application en aura lieu sans égard à la provenance des navires ni à leur cargaison ;

2° Des droits de pilotage sur les sections fluviales où il paraîtrait nécessaire de créer des stations de pilotes brevetés.

Le tarif de ces droits sera fixe et proportionné au. service rendu ;

3° Des droits destinés à couvrir les dépenses techniques et administratives, faites dans l'intérêt général de la navigation, y compris les droits de phare, de fanal et de balisage.

Les droits de cette dernière catégorie sont basés sur le tonnage des navires tel qu'il résulte des papiers de bord, et conformément aux règles adoptées pour le bas Danube.

Les tarifs d'après lesquels. les taxes et droits, énumérés dans les trois paragraphes précédents, seront perçus, ne comporteront aucun traitement différentiel et devront être officiellement publiés dans chaque port.

Les Puissances se réservent d'examiner, au bout d'une période de cinq ans, s'il y a lieu de réviser, d'un commun accord, les tarifs ci-dessus mentionnés.

Article 15.

Les affluents du Congo seront à tous égards soumis au même régime que le fleuve dont ils sont tributaires.

Le même régime sera appliqué aux fleuves et rivières ainsi qu'aux Lacs et canaux des territoires déterminés par l'article premier, paragraphes 2 et 3.

Toutefois les attributions de la Commission internationale du Congo ne s'étendront pas sur lesdits fleuves, rivières, lacs et canaux, à moins de l'assentiment des États sous la souveraineté desquels ils sont placés. Il est bien entendu aussi que, pour les territoires mentionnés dans l'article premier, paragraphe 3, le consentement des États souverains de qui ces territoires relèvent demeure réservé.

Article 16.

Les routes, chemins de fer ou canaux latéraux, qui pourront être établis dans le but spécial de suppléer à l'innavigabilité ou aux imperfections de la voie fluviale sur certaines sections du parcours du Congo, de ses affluents et des autres cours d'eau qui leur sont assimilés par l'article 15, seront considérés, eu leur qualité de moyens de communication, comme des dépendances de ce fleuve et seront également ouverts au trafic de toutes les nations.

De même que sur le fleuve, il ne pourra être perçu sur ces routes, chemins de fer et canaux, que des péages calculés sur les dépenses de construction, d'entretien et d'administration, et sur les bénéfices dus aux entrepreneurs.

Quant aux taux de ces péages, les étrangers et les nationaux des territoires respectifs seront traités sur le pied d'une parfaite égalité.

Article 17.

Il est institué une Commission internationale chargée d'assurer l'exécution des dispositions du présent Acte de navigation.

Les Puissances signataires de cet Acte, ainsi que celles qui y adhéreront postérieurement pourront, en tout temps, se faire représenter dans ladite Commission, chacune par un délégué. Aucun délégué ne pourra disposer de plus d'une voix, même dans le cas où il représenterait plusieurs gouvernements.

Ce délégué sera directement rétribué par son Gouvernement.

Les traitements et allocations des agents et employés de la Commission internationale seront imputés sur le produit des droits perçus conformément à l'article 14, paragraphes 2 et 3.

Les chiffres desdits traitements et allocations, ainsi que le nombre, le grade et les attributions des agents et employés, seront inscrits dans le compte rendu qui sera adressé chaque année aux gouvernements représentés dans la Commission internationale.

Article 18.

Les membres de la Commission internationale, ainsi que les agents nommés par elle, sont investis du privilège de l'inviolabilité dans l'exercice de leurs fonctions. La même garantie s'étendra aux offices, bureaux et archives de la Commission;

Article 19.

La Commission internationale de navigation du Congo se constituera aussitôt que cinq des Puissances signataires du présent Acte général auront nommé leurs délégués. En attendant, la constitution de la Commission, la nomination des délégués sera notifiée au Gouvernement de l'Empire d'Allemagne, par les soins duquel les démarches nécessaires seront faites pour provoquer la réunion de la Commission.

La Commission élaborera immédiatement des règlements de navigation, de police fluviale, de pilotage et de quarantaine.

Ces règlements, ainsi que les tarifs à établir par la Commission, avant d'être mis en vigueur, seront soumis à l'approbation des Puissances représentées dans la Commission. Les Puissances intéressées devront faire connaître leur avis dans le plus bref délai possible.

Les infractions à ces règlements seront réprimées par les agents de la Commission Internationale, là où elle exercera directement son autorité, et ailleurs par la Puissance riveraine.

Au cas d'un abus de pouvoir ou d'une injustice de la part d'un agent ou d'un employé de la Commission internationale, l'individu qui se regardera comme lésé dans sa personne on dans ses droits pourra s'adresser à l'agent consulaire de sa nation. Celui-ci devra examiner la plainte ; s'il la trouve prima facie raisonnable, il aura le droit de la présenter à la Commission. Sur son initiative, la Commission, représentée par trois au moins de ses membres, s'adjoindra à lui pour faire une enquête touchant la conduite de son agent ou employé. Si l'agent consulaire considère la décision de la Commission comme soulevant des objections de droit, il en fera un rapport a son Gouvernement, qui pourra recourir aux Puissances représentées dans la Commission et les inviter à se concerter sur des instructions à donner à la Commission.

Article 20.

La Commission internationale du Congo, chargée, aux termes de l'article 17, d'assurer l'exécution du présent Acte de navigation, aura notamment dans ses attributions :

1° La désignation des travaux propres à assurer la navigabilité du Congo selon les besoins du commerce international.

Sur les sections du fleuve où aucune Puissance n'exercera des droits de souveraineté, la Commission internationale prendra elle-même les mesures nécessaires pour assurer la navigabilité du fleuve.

Sur les sections du fleuve occupées par une Puissance souveraine, la Commission internationale s'entendra avec l'autorité riveraine ;

2° La fixation du tarif de pilotage et celle du tarif général des droits de navigation prévus au deuxième et troisième paragraphes de l'article 14.

Les tarifs mentionnés au premier paragraphe de l'article 14 seront arrêtés par l'autorité territoriale dans les limites prévues audit article.

La perception de ces différents droits aura lieu par les soins de l'autorité internationale ou territoriale pour le compte de laquelle ils sont établis ;

3° L'administration des revenus provenant de l'application du paragraphe 2 ci-dessus ;

4° La surveillance de l'établissement quarantenaire établi en vertu de l'article 24 ;

5° La nomination des agents dépendant du service général de la navigation et celle de ses propres employés.

L'institution des sous-inspecteurs appartiendra à l'autorité territoriale sur les sections occupées par une Puissance, et à la Commission internationale sur les autres sections du fleuve.

La Puissance riveraine notifiera à la Commission internationale la nomination des sous-inspecteurs qu'elle aura institués, et cette Puissance se chargera de leur traitement.

Dans l'exercice de ses attributions, telles quelles sont définies et limitées ci-dessus, la Commission internationale ne dépendra pas de l'autorité internationale.

Article 21.

Dans l'accomplissement de sa tâche, la Commission internationale pourra recourir, au besoin, aux bâtiments de guerre des Puissances signataires de cet Acte et de celles qui y accéderont à l'avenir, sous toute réserve des instructions qui pourraient être données aux Commandants de ces bâtiments par leurs gouvernements respectifs.

Article 22.

Les bâtiments de guerre des Puissances signataires du présent Acte qui pénètrent dans le Congo sont exempts du payement des droits de navigation, prévus au paragraphe 3 de l'article 14 ; mais ils acquitteront les droits éventuels de pilotage ainsi que les droits de port, à moins que leur intervention n'ait été réclamée par la Commission internationale ou ses agents, aux termes de l'article précédent.

Article 23.

Dans le but de subvenir aux dépenses techniques et administratives qui lui incombent, la Commission internationale instituée par l'article 17 pourra négocier en son nom propre des emprunts exclusivement gagés sur les revenus attribués à ladite commission.

Les décisions de la Commission tendant à la conclusion d'un emprunt devront être prises à la majorité des deux tiers des voix. Il est entendu que les gouvernements représentés à la Commission ne pourront, en aucuns cas, être considérés assumant aucune garantie, ni contractant aucun engagement ni solidarité à l'égard desdits emprunts, à moins de conventions spéciales conclues par eux à cet effet.

Le produit des droits spécifiés au troisième paragraphe de l'article 14 sera affecté par priorité au service des intérêts et à l'amortissement desdits emprunts, suivant les conventions passées avec les prêteurs.

Article 24.

Aux embouchures du Congo, il sera fondé, soit par l'initiative, des Puissances riveraines, soit par l'intervention de la Commission internationale, un établissement quarantenaire qui exercera le contrôle sur les bâtiments, tant à l'entrée qu'à la sortie.

Il sera décidé plus tard, par les Puissances, si, et dans quelles conditions, un contrôle sanitaire devra être exercé sur les bâtiments dans le cours de la navigation fluviale.

Article 25.

Les dispositions du présent Acte de navigation demeureront en vigueur en temps de guerre. En conséquence, la navigation de toutes les nations, neutres ou belligérantes, sera libre, en tout temps, pour les usages du commerce sur le Congo, ses embranchements, ses affluents et ses embouchures, ainsi que sur la mer territoriale faisant face aux embouchures de ce fleuve.

Le trafic demeurera également libre, malgré l'état de guerre, sur les routes, chemins de fer, lacs et canaux mentionnés dans les articles 15 et 16.

Il ne sera apporté d'exception à ce principe qu'en ce qui concerne le transport des objets destinés à un belligérant et considérés, en vertu du droit des gens, comme articles de contrebande de guerre.

Tous les ouvrages et établissements créés en exécution du présent Acte, notamment les bureaux de perception et leurs caisses, de même que le personnel attaché d'une manière permanente au service de ces établissements, seront placés sous le régime de la neutralité et, à ce titre, seront respectés et protégés par les belligérants.

Chapitre V 

Acte de navigation du Niger

Article 26.

La navigation du Niger, sans exception d'aucun des embranchements ni issues de ce fleuve, est et demeurera entièrement libre pour les navires marchands, en charge ou sur lest, de toutes les nations, tant pour le transport des marchandises que pour celui des voyageurs. Elle devra se conformer aux dispositions du présent Acte de navigation et aux règlements à établir en exécution du même Acte.

Dans l'exercice de cette navigation, les sujets et les pavillons de toutes les nations seront traités, sous tous les rapports, sur le pied d'une parfaite égalité, tant pour la navigation directe de la pleine mer vers les ports du Niger, et vice versa, que pour le grand et le petit cabotage, ainsi que pour la batellerie sur le parcours de ce fleuve.

En conséquence, sur tout le parcours et aux embouchures du Niger, il ne sera fait aucune distinction entre les sujets des États riverains et ceux des non riverains, et il ne sera concédé aucun privilège exclusif de navigation, soit a des sociétés ou corporations quelconques, soit à des particuliers.

Ces dispositions sont reconnues par les Puissances signataires comme faisant désormais partie du droit public international.

Article 27.

La navigation du Niger ne pourra être assujettie à aucune entrave ni redevance basée uniquement sur le fait de la navigation.

Elle ne subira aucune obligation d'échelle, d'étape, de dépôt, de rompre charge, ou de relâche forcée.

Dans toute l'étendue du Niger, les navires et les marchandises transitant sur le fleuve ne seront soumis à aucun droit de transit, quelle que soit leur provenance ou leur destination.

Il ne sera établi aucun péage maritime ni fluvial basé sur le seul fait de la navigation, ni aucun droit sur les marchandises qui se trouvent à bord des navires. Pourront être seuls perçus des taxes ou droits qui auront le caractère de rétribution pour services rendus à la navigation même. Les tarifs de ces taxes ou droits ne comporteront aucun traitement différentiel.

Article 28.

Les affluents du Niger seront à tous égards soumis au même régime que le fleuve dont ils sont tributaires.

Article 29.

Les routes, chemins de fer ou canaux latéraux qui pourront être établis dans le but spécial de à l'innavigabilité ou aux imperfections de la vole fluviale sur certaines sections du parcours du Niger, de ses affluents, embranchements et issues, seront considérés, en leur qualité de moyens de communication, comme des dépendances de ce fleuve et seront également ouverts au trafic de toutes les nations.

De même que sur le fleuve, il ne pourra être perçu sur ces routes, chemins de fer et canaux, que des péages calculés sur les dépenses de construction, d'entretien et d'administration, et sur les bénéfices dus aux entrepreneurs.

Quant au taux de ces péages, les étrangers et les nationaux des territoires respectifs seront traités sur le pied d'une parfaite égalité.

Article 30.

La Grande-Bretagne s'engage à appliquer les principes de la liberté de navigation énoncés dans les articles 26, 27, 28, 29. en tant que les eaux du Niger, de ses affluents, embranchements et issues, sont ou seront sous sa souveraineté ou son protectorat.

Les règlements qu'elle établira pour la sûreté et le contrôle de la navigation seront conçus de manière à faciliter autant que possible la circulation des navires marchands.

Il est entendu que rien dans les engagements ainsi pris ne saurait être interprété comme empêchant ou pouvant empêcher la Grande-Bretagne de faire quelques règlements de navigation que ce soit, qui ne seraient pas contraires à l'esprit de ces engagements.

La Grande-Bretagne s'engage à protéger les négociants étrangers de toutes les nations faisant le commerce dans les parties du cours du Niger qui sont ou seront sous sa souveraineté ou son protectorat, comme s'ils étaient ses propres sujets, pourvu toutefois que ces négociants se conforment aux règlements qui sont ou seront établis en vertu de ce qui précède.

Article 31.

La France accepte sous les mêmes réserves et en termes identiques les obligations consacrées dans l'article précédent, en tant que les eaux du Niger, de ses affluents, embranchements et issues, sont ou seront sous sa souveraineté ou son protectorat.

Article 32.

Chacune des autres Puissances signataires s'engage de même, pour le cas où elle exercerait dans l'avenir des droits de souveraineté ou de protectorat sur quelque partie des eaux du Niger, de ses affluents, embranchements et issues

Article 33.

Les dispositions du présent Acte de navigation demeureront en vigueur en temps de guerre. En conséquence, la navigation de toutes les nations neutres ou belligérantes sera libre en tout temps pour les usages du commerce sur le Niger, ses embranchements et affluents, ses embouchures et issues, ainsi que sur la mer territoriale faisant face aux embouchures et issues de ce fleuve.

Le trafic demeurera également libre, malgré l'état de guerre, sur les routes, chemins de fer et canaux mentionnés dans l'article 29.

Il ne sera apporté d'exception à ce principe qu'en ce qui concerne le transport des objets destinés à un belligérant et considérés, en vertu du droit des gens, comme articles de Contrebande de guerre.

Chapitre VI 

Déclaration relative aux conditions essentielles à remplir pour que des occupations nouvelles sur les côtes du continent africain soient considérées comme effectives

Article 34.

La Puissance qui, dorénavant, prendra possession d'un territoire sur les côtes du Continent africain situé en dehors de ses possessions actuelles, ou qui, n'en ayant pas eu jusque-là, viendrait à en acquérir, et de même la Puissance qui y assumera un protectorat, accompagnera l'acte respectif d'une notification adressée aux autres Puissances signataires du présent Acte, afin de les mettre à même de faire valoir, s'il y a lieu, leurs réclamations.

Article 35.

Les Puissances signataires du présent Acte reconnaissent l'obligation d'assurer, dans les territoires occupés par elles, sur les côtes du continent africain, l'existence d'une autorité suffisante pour faire respecter les droits acquis et, le cas échéant, la liberté du commerce et du transit dans les conditions où elle serait stipulée.

Chapitre VII

Dispositions générales

Article 36.

Les Puissances signataires du présent Acte général se réservent d'y Introduire ultérieurement et d'un commun accord les modifications ou améliorations dont l'utilité serait démontrée par l'expérience.

Article 37.

Les Puissances qui n'auront pas signé le présent Acte général pourront adhérer à ses dispositions par un acte séparé.

L'adhésion de chaque Puissance est notifiée, par la voie diplomatique, au Gouvernement de l'Empire d'Allemagne, et par celui-ci à tous les États signataires on adhérents.

Elle emporte de plein droit l'acceptation de toutes les obligations et l'admission à tous les avantages stipulés par le présent Acte général.

Article 38.

Le présent Acte général sera ratifié dans un délai qui sera le plus court possible et qui, en aucun cas, ne pourra excéder un an.

Il entrera en vigueur pour chaque Puissance à partir de la date où elle l'aura ratifié.

En attendant, les Puissances signataires du présent Acte général s'obligent à n'adopter aucune mesure qui serait contraire aux dispositions dudit Acte.

Chaque Puissance adressera sa ratification an Gouvernement de l'Empire d'Allemagne, par les soins de qui il en sera donné avis à toutes les autres Puissances signataires du présent.

Les ratifications de toutes les Puissances resteront déposées dans les archives du Gouvernement de l'Empire d'Allemagne. Lorsque toutes les ratifications auront été produites, il sera dressé acte du dépôt dans un protocole qui sera signé par les représentants de toutes les Puissances ayant pris part à la Conférence de Berlin et dont une copie certifiée sera adressée à toutes ces puissances.

En foi de quoi, les Plénipotentiaires respectifs ont signé le présent Acte général et y ont apposé leur cachet.

Fait à Berlin, le vingt-sixième jour du mois de février mil huit cent quatre-vingt-cinq.

Signe : V. BISMARCK, BUSCH, V. KUSSEROW, SZECHENYI, Comte AUGUSTE VON DER STRATEN PONTHOZ, Baron LAMBERMONT, E. VIND, Comte DE BENOMAR, JOHN A. KASSON, H. S. SANFORD, ALPH. DE COURGEL, EDWARD B. MALAY, LAUNAY , F.-P. VAN DER HOEVEN, Marquis de PENAFIEL, H. DE SERPA PIMENTEL, Comte P. KAPNIST, GILLIS BILDT.

Lire la suite...

Partager sur : Partager

BENA MPUKA : AU KONGO DIA NTOTILA PAS DE PLACE POUR DES PASTEURS PORNOS, GANGSTERS, VOLEURS, BANDITS, ESCROCS...!

Bena Mpuka : AU KONGO DIA NTOTILA PAS DE PLACE POUR DES PASTEURS PORNOS, GANGSTERS, VOLEURS, BANDITS, ESCROCS...

Freddy Mulongo Mukena, Réveil FM International 

FB_IMG_1648020487015.jpg, mars 2022

POUR MPAKA MWANA MATIKI KIMBANGU DIANTUNGUNUA, LE GRAND PROFESSEUR DES PROFESSEURS FACE AU CHARLATANISME, DÉPRAVATION ET PERVERSION DES MŒURS DANS LES ÉGLISES ET ÉGLISETTES-BOUTIQUES : "CHACUN DOIT SE REGARDER DANS LE MIROIR "KITALATALA" ET INTERROGER SES AÏEUX DANS LA DÉPRAVATION DES MŒURS ET ABOMINABLES ABOMINATIONS AU KONGO DIA NTOTILA. PERSONNE NE PEUT RÉPONDRE À LA PLACE DE QUELQU'UN D'AUTRE"!

C'EST AVEC UN GRAND BALAI QUE MFUMU TATA KIMBANGU DIANTUNGUNUA EST ENTRAIN DE BALAYER ET NETTOYER SA MAISON KONGO.

DES POLITICAILLEURS VENTRIOTES CORROMPUS JUSQU'À LA MOÉLLE ÉPINIÈRE SONT PRÊTS À TOUT POUR S'ACCROCHER AU POUVOIR VOLÉ ET DEMEURER À LA MANGEOIRE. LA FRAUDE ÉLECTORALE EST DEVENUE LA MACHINE DE DESTRUCTION MASSIVE.

DES CHANSONNIERS CHANTENT DES BÉTISES, ILS SONT SOUTENUS POUR ENDORMIR LE PEUPLE.

DEPUIS L'ÉLECTION PRÉSIDENTIELLE DU 30 DÉCEMBRE 2018, LE TROISIÈME HOLD-UP ÉLECTORAL AU KONGO, TOUS LES ONGS TRIBAUX, TRIBALISTES ET TRIBALISÉS SONT MUETS ET APHONES. LES VOCIFÉRATEURS SOUS ALIAS KABILA NE DÉNONCENT PLUS. ILS ASSUMENT LEUR COMPLICITÉ AVEC LE RÉGIME DES FAKWA, FRAPPEURS, CHECKULEURS, BALLADOS, ANGWALIMA...

LES PASTEURS PORNOS, GANGSTERS, VOLEURS, BANDITS, ESCROCS, FAKWA... 

ONT DÉTRUIT LE KONGO AU MÊME TITRE QUE LES CRIMINELS DE L'EST : LAURENT NKUNDABATWARE, BOSCO NTAGANA, JULES MUTEBUSI...

L'ÉVANGILE BUSINESS A MONTRÉ SES LIMITES. LES CHARLATANS S'ÉTAIENT DÉGUISÉS EN PASTEURS EN DORMEURS DU PEUPLE. DES MAFIEUX MAGICIENS, QUI ONT ÉPOUSÉ DES SIRÈNES "MAMIWATA" SE DÉGUISENT EN PASTEURS ET FONT DES FAUX MIRACLES ET FAUSSES PROPHÈTIES ALAMBIQUÉES POUR S'ATTIRER DES FOULES POUR MIEUX ESCROQUER.

DES ÉGLISES ET ÉGLISETTES SONT DEVENUES DES LIEUX DE PERVERSION À OUTRANCE.

PARTOUT DANS LE MONDE, L'ÉGLISE CATHOLIQUE ROMAINE FAIT SON MEA CULPA SUR SES ÉVÊQUES PÉDOPHILES, SES PRÊTES VIOLEURS DE FILLES ET GARÇONS.

AU KONGO, L'ÉGLISE CATHOLIQUE ROMAINE EST MUETTE. ELLE N'A JAMAIS FAIT SON AGGIORNAMENTO. LES ÉVÊQUES ET PRÊTRES KONGO N'ONT JAMAIS SOMBRÉ DANS LES VIOLS DE PETITS ENFANTS COMME LEURS COLLÈGUES DE L'OCCIDENT ?

AU KONGO DIA NTOTILA, LE "BO NZAMBE" SERA AVEC MFUMU TATA KIMBANGU DIANTUNGUNUA !

LES COLONIAUX CONQUISTADORS AVAIENT ARRÊTÉ ET ENFERMÉ, NOTRE SAUVEUR-RÉDEMPTEUR :

- MFUMU TATA KIMBANGU DIANTUNGUNUA N'A JAMAIS VOLÉ UN BIEN D'AUTRUI.

- MFUMU TATA KIMBANGU DIANTUNGUNUA N'A JAMAIS VIOLÉ LA FEMME D'AUTRUI

- MFUMU TATA KIMBANGU DIANTUNGUNUA N'A JAMAIS TAPÉ SUR UN HOMME, UNE FEMME OU UN ENFANT.

LES CONQUISTADORS COLONIAUX ESCLAVAGISTES DE L'ÉGLISE CATHOLIQUE ET PROTESTANTE S'ÉTAIENT LIGUÉS CONTRE 

MFUMU TATA KIMBANGU DIANTUNGUNUA PARCE QU'IL AVAIT OPÉRÉ DES MIRACLES. IL AVAIT GUÉRI DES MALADES, RESSUSCITÉ DES MORTS ET IL AVAIT PARLÉ DE KINTUADI KIA BA NDOMBE.

MFUMU TATA KIMBANGU DIANTUNGUNUA A ÉTÉ ARBITRAIREMENT ARRÊTÉ ET EMPRISONNÉ PARCE QU'IL ÉTAIT "MOBEBISI YA BA COOPS"!

LES BANA ELONGA-BANA BILAKA YA KIMBANGU DIANTUNGUNUA VONT SONT DES BA BEBISI YA BA COOPS, DE L'INTÉRIEUR ET EXTÉRIEUR DU KONGO DIA NTOTILA. 

LES COOPÉRANTS MAFIEUX ET MAGOUILLEURS DOIVENT MIEUX SE TENIR.

KONGO DIA NTOTILA DOIT RECOUVRER SA SOUVERAINETÉ, DIGNITÉ, HUMANITÉ ET LIBERTÉ !

Lire la suite...

Partager sur : Partager

BENA MPUKA : TSHILOMBO TSHINTUNTU TSHIFUEBA, QUAND LE SORCIER DANSE SUR LE SANG DU PEUPLE KONGO !

Bena Mpuka: QUAND LE DIABLE DANSE SUR LE SANS DU PEUPLE KONGO ! 

Freddy Mulongo Mukena, Réveil FM International 

FB_IMG_1648112480144.jpg, mars 2022

Il se passe des choses drôles au Kasaï. Dans une vidéo devenue virale. Un vieux tailleur du village, âgé de 68 ans, a épousé une mineure de 12 ans qu'il a violé. Il a consenti de payer 460 $ et deux pagnes. Lorsqu'une association entreprend des démarches pour récupérer la fille et la faire scolariser. Le vieux tailleur réclame ses 460 $ et ses deux pagnes. Il ignore que le viol est un crime punissable par la loi. Nous sommes au Kasaï dans la province présidentielle où l'impunité est devenue L'ADN des Luba Kasaïens. 

EXODUS-EXODE. Les Luba Kasaïens fuient par milliers le Grand Kasaï à cause de la famine ! Ils s'entassent dans des wagons de train pour le Grand Katanga. Ils se réfugient dans le Grand Bandundu.

Ils fuient quoi ? LA FAMINE ! C'est un LUBA KASAÏEN QUI EST AU POUVOIR. ANGWALIMA TSHILOMBO TSHINTUNTU TSHIFUEBA A VOLÉ LE DESTIN DE NOTRE PEUPLE AVEC SON DEAL POUR BÉNÉFICIER D'UNE NOMINATION ÉLECTORALE.

LA PRÉSIDENCE USURPÉE EST DIRIGÉE PAR UN BOURRICOT DE SURCROÎT INCAPACITAIRE. C'EST UN TROUBADOUR QUE NOUS AVONS À LA TÊTE DU KONGO. IL SE PAVANE ET SE CANCANNE EN MAGELLAN DANS LE MONDE, IL POINTE ZÉRO PARTOUT.

TSHILOMBO TSHINTUNTU TSHIFUEBA GAGNE 2.070.000 $ PAR MOIS ET CELA NE L'A PAS EMPÊCHER D'USER DE L'ESCROQUERIE D'ÉTAT DE 378 000 000 $ DU RAM SUR LES TÉLÉPHONES PORTABLES DE CHAQUE KONGO.

LES LUBA KASAÏENS QUI FUIENT LA FAMINE AU GRAND KASAÏ POUR LE KATANGA A QUI ABANDONNENT-ILS LEUR TERRE ? ONT-ILS OUBLIÉ QU'ILS ÉTAIENT CHASSÉS AU KATANGA EN 1992 ?  ILS S'ÉTAIENT DÉJÀ VICTIMISÉS À L'ÉPOQUE. COMMENT DES LUBA KASAÏENS PEUVENT-ILS PRENDRE LE MÊME CHEMIN POUR LE KATANGA QUELQUES ANNÉES PLUS TARD ?

EN PLUS, CE SONT DES LUBA KASAÏENS QUI SONT AU POUVOIR ! IL Y A QUELQUE CHOSE QUI NE TOURNE PAS.

Lire la suite...

Partager sur : Partager

BENA MPUKA : IL S'APPELLE NESTOR MUKENDI, TRAÎTRE, COLLABO ET CRIMINEL !

BenaMpuka : Il s’appelle Nestor Mukendi.

Freddy Mulongo Mukena, Réveil FM International 

FB_IMG_1648079099629.jpg, mars 2022

Traître, collabo et criminel qui travaille pour Azarias Ruberwa sur les réseaux sociaux. Corrompu et vendu, le fameux Luba Kasaïen profito-situationniste défend les intérêts de Hitler Noir, Paul Kagame, bourreau du peuple Kongo et pillard des ressources. Nestor Mukendi travaille pour le régime ethno-fasciste-Nazi de Kigali. Il s'attaque au Dr. Dénis Mukwengi et tous ceux qui veulent la réactivation du Rapport Mapping pour mettre fin à l'impunité avec le Tribunal Pénal International pour le Kongo.  Il travaille pour Azarias Ruberwa.

Le Criminel et négationniste Nestor Mukendi a menacé de mort la consœur journaliste Judi Rever à cause de ses vérités sur les crimes de Paul Kagame.  « Y-a-t-il un brave pour la faire taire définitivement, avant que sa parole n'embrase les grands-Lacs ? », a-t-il tweeté (voire image en annexe).   C'est pratiquement une menace de mort qui mérite une attention particulière. C'est curieux de constater qu'un congolais ait adopté les pratiques des INKOTANYI qui croient pense trouver la solution à toute chose par les assassinats,la barbarie...

Nestor Mukendi est ce petit avocaillon qui s'est distingué ces derniers temps par les attaques personnelles contre ceux qui dénoncent la cruauté des INKOTANYI, y compris Dr. Mukwege qu'il n'a cessé de vilipender à cause de son combat pour obtenir un Tribunal International pour le Congo. 

C'est un véritable négationniste des crimes dont sont victimes les congolais depuis 1996. Qu'il s'appelle «MUKENDI» ,c'est une honte pour la nation  Kongo.  

Un MUKENDI qui défend que le Rwanda de Kagame n'est pas bourreaux et que tous les crimes commis au Congo depuis 1996 n'étaient que la conséquence de la légitime défense, ça passe bien dans certains oreilles... C'est la stratégie de la propagande ubwengiste.   Les noms congolais et la fascie ne doivent plus nous faire perdre de vue l'identité des ennemis de l'intérieur et des infiltrés. 

LES RÉSISTANTS PATRIOTES KONGO doivent retenir ce grand de l'infiltration rwandaise au Kongo de MFUMU TATA KIMBANGU DIANTUNGUNUA.

Lire la suite...

Partager sur : Partager

dimanche 13 mars 2022

BENA MPUKA : CHANTAL KOSHI, ANCIENNE JOURNALISTE DE RÉVEIL FM À KINSHASA

Bena Mpuka Chantal Koshi, ancienne journaliste de Réveil FM !

Freddy Mulongo Mukena, Réveil FM International 

FB_IMG_1647149495458.jpg, mars 2022

Chantal Koshi a été la première femme journaliste sportif de Réveil FM à Kinshasa. Elle animait deux émissions sportives : Pasion Sport et Esprits de sports ! Son fils David est un grand footballeur en Allemagne.

A Francfort où elle réside avec sa famille n'a jamais oublé ses années passées à Réveil FM. Chantal Koshi a fait la une du Magazine Fréquences Libres" à Paris. 

On choisi le métier du journalisme par convictions, ses valeurs démocratiques et républicaines qu'on est censé défendre. Un journaliste défend d'abord la veuve et les orphelins, pas nécessairement les puissants et les forts. Ceux qui viennent au journalisme pour s'enrichir un jour ou l'autre ils se cassent toujours la figure.

Chantal Koshi Poloto fait partie de la trentaine de jeunes étudiants Kongo que nous avions formé durant plusieurs mois à la station de radio en leur inculquant les missions citoyennes et participatives d'un média de proximité avant l'inauguration de Réveil-FM à Kinshasa le 20 novembre 1999.

Avec le recul d'une vingtaine d'années, moi Chantal Koshi, j'ai appris et compris la Mission qu' avait apportée Reveil FM 105.4MH implatée à Kinshasa par le bon fils du pays, Freddy Mulongo Mukena ayant l'amour pour sa patrie, dans l'évolution du paysage audiovisuel congolais. En effet, en 1999, la RDC n'avait qu'une dizaine des  radios dans toute la République. Contrairement aux pays comme l'Afrique du Sud, le Mali et le Burkina-Faso qui caracolaient en tête sur le nombre des radios communautaires. Grâce à l'implication de Freddy Mulongo Mukena, la RDC était devenue en tête de tous ces pays. A son départ du Kongo en 2007, la RDC avait 278 radios  ! 

J'ai personnellement beaucoup du respect et considération durant toute ma vie pour Freddy Mulongo Mukena, un grand formateur professionnel. Il m'avait donné l' accès au mico tout en valorisant. J'étais devenue une jeune Journaliste très independante, dynamique, fiable et charismatique. Je pouvais présenter des émissions diverses sans complexes .

Je présentais deux émissions sportives:  Passion sportives et Esprits de Sport, une émission culturelle: Mosaïque spécialement  pour  toutes les communautés étrangères vivant à Kinshasa.

J'avais fait un grand pas dans la Politique de mon pays. Freddy Mulongo Mukena ayant refusé d'aller à Sun-City, c'est moi qui fut accrédité pour Réveil FM, j'avais couvert  les négociations du Dialogue intercongolais en Afrique du Sud qui malheureusement avait echoué.

Je suis Chantal Koshi poloto Allias Mami Chantal Kavira depuis  Allemagne à Wiesbaden (visbaden) mère de 4 enfants, amoureuse de Sport. 

Plusieurs de nos journalistes exercent à la radio Okapi et autres médias privés à Kinshasa et dans les provinces de la République du Congo.

Du 19 au 24 mars 2001, lors du Festival "Fréquences Libres ou le pluralisme radiophonique "au Palais du peuple à Kinshasa, Chantal Koshi avait pondu l'article dans la revue française "Fréquences Libres" spécialisée dans les informations radios.

C'est à Kinshasa, que les journalistes radios de l'Afrique Centrale (Gabon, Tchad, Cameroun, Burundi, Congo-Brazzaville) ont élu  Freddy Mulongo Mukena, président du Groupement des Radios Communautaires de l'Afrique Centrale (GRAC) et les Kongo: ARCO.

Réveil FM, première radio communautaire de Kinshasa a été le fer de lance des radios communautaires au Kongo de 2001-2007 !

Lire la suite...

Partager sur : Partager

BENA MPUKA : FARFELU, NGANGA NKISI, MFUMU DIFIMA AUTO-PROCLAMÉ ROI DU KONGO ?

Bena Mpuka Farfelu, Nganga Nkisi, Mfumu Difima auto-proclamé roi du Kongo ?

Freddy Mulongo Mukena, Réveil FM International 

FB_IMG_1647148474126.jpg, mars 2022

Aucune puissance n'est plus forte que celle de MFUMU TATA KIMBANGU DIANTUNGUNUA.

MPAKA Mwana Matiki KIMBANGU DIANTUNGUNUA, LE GRAND PROFESSEUR DES PROFESSEURS n'y va pas sur quatre chemins  : "KONGO EST LA MAISON DE MFUMU TATA KIMBANGU DIANTUNGUNUA. AFRIKA KATIOPA, C'EST SA PARCELLE"!

Mfumu Difima Ntinu connu à Bruxelles sous son petit nom de "Bolls" au côté de son ami belge Vincent Coppet est-il vraiment le Roi du Kongo ?

La falsification de l'histoire est devenue un "COOP" que certains Kongo usent et abusent. Se déclarer descendant direct du trône du Roi NZINGA NKUVU n'est pas une sinécure.

NZINGA NKUVU EST LE ROI QUI ACCEPTA LE BAPTÊME DES CONQUISTADORS EN 1491. IL FUT MARQUÉ PAR LE SCEAU DE LA MARQUE DE LA BÊTE 666. SES NOTABLES DE LA COUR SUIVIRENT SON EXEMPLE DE BAPTÊME.

DÈS CE JOUR-LÀ, LA COMMUNION ET COMMUNICATION DIRECTES AVEC NZAMBI MPUNGU TULENDO ONT ÉTÉ ROMPUES. LE ROI NZINGA NKUVU ET SA COUR ONT ACCEPTÉ LES DIEUX ÉTRANGERS. CONSÉQUENCES: MALADIES, FAMINES, CRIMES, VOLS, VIOLS ET MÊME LA MORT SONT ENTRÉS DANS LE ROYAUME KONGO.

Mfumu Difima Ntinu a été désigné par l'ambassade du Royaume de la Belgique, comme le Roi du Kongo qui devrait conduire sa délégation des rois, reines et chefs coutumiers qui devraient rencontrer, Philippe roi des belges lors de sa visite touristique au Kongo du 6 au 10 mars 2022. Visite qui a été annulée.

Le mercredi 10 mars 2021, Mfumu Difima avait conduit une délégation de 120 chefs coutumiers auprès de Sama Lukonde, le rwandais, premier ministre du gouvernement usurpé de Tshilombo Tshintuntu Tshifueba.

Mfumu Difima Ntinu a été réprouvé par le Haut-Conseil de l'Ubuntu, Cosera: "Mfumu Difima s'adonne des félonies qui brisent l'ordre pyramidal du système monarchique ancestral ancré dans la culture millénaire Ubuntu" (...) "Son organisation, le Conseil Supérieur de l'autorité traditionnelle et coutumière CONATC, regorge des faux rois et reines, des usurpateurs qui s'attribuent des titres de Noblesse sans avoir de terre"!

LA POSITION DE BANA ELONGA-BANA BILAKA YA KIMBANGU DIANTUNGUNUA EST CONNUE: TOUS LES CHEFS COUTUMIERS DOIVENT TRAVERSER LE "MUNDELO" LIGNE DE DÉMARCATION. DERRIÈRE LE "MUNDELO", IL Y A DEUX POSSIBILITÉS : ÊTRE CONFIRMÉ DANS SA MISSION OU SOMBRER DANS UN PRÉCIPICE GÉANT ET NE PLUS S'EN SORTIR.

Il y a quelques temps, les BANA BILAKA ont mis à la disposition des chefs coutumiers un grand bus climatisé avec un chauffeur pour les amener tous à l'épreuve de "MUNDELO". Le chauffeur a vu y compris des grands chefs connus tournoyer autour du bus, sans avoir le courage d'y monter prétextant attendre les autres chefs coutumiers. Le bus est resté vide de 9h00 à 15h00, avec des chefs coutumiers en dehors du bus, qui n'osaient pas monter.

Au Kongo, tout est devenu "COOP", les politicailleurs déplument le peuple, les pasteurs rançonnent les fidèles dans les ÉGLISETTES-BOUTIQUES-LIGABLOS, les chefs coutumiers qui sont en majorité des féticheurs font valoir leurs titres de chefs de terre pour s'agglutiner aux Mabumucrates, Ventriotes politiques.

Demain à la Libération, tout chef coutumier doit passer par l'épreuve de "MUNDELO"! CEUX QUI NOUS POURRONT PAS DEVRONT CÉDER  LA PLACE À LEURS ENFANTS.

Si Mfumu Difima Ntinu avec toutes ses casseroles qu'il traîne, un roi fabriqué par des CONQUISTADORS Belges pour mieux embrouiller les fils et filles Kongo.

MFUMU TATA KIMBANGU DIANTUNGUNUA EST PLUS QU'UN ROI ! "LE KONGO EST SA MAISON. AFRIKA KATIOPA EST SA PARCELLE" dixit MPAKA Mwana Matiki KIMBANGU DIANTUNGUNUA, LE GRAND PROFESSEUR DES PROFESSEURS !

MFUMU TATA KIMBANGU DIANTUNGUNUA NE PEUT PAS SE DISPUTER SON TITRE DIVIN AVEC UN ROITELET SANS TERRE, QUI EST FABRIQUÉ PAR LA BELGIQUE ET DES BELGES.

Lire la suite...

Partager sur : Partager

BENA MPUKA : DE QUOI SOUFFRE TSHILOMBO TSHINTUNTU TSHIFUEBA : HERNIE DISCALE, ATROPHIE DU CŒUR, OBÉSITÉ MORBIDE, CANCER DE JOUE, AZHEIMER, PANKINSON...?

Bena Mpuka : De quoi souffre Tshilombo Tshintuntu Tshifueba : hernie discale, atrophie du coeur, obésité morbide, cancer de joue, azheimer, pankinson...?

Freddy Mulongo Mukena, Réveil FM International 

FB_IMG_1647147225430.jpg, mars 2022

Nombreuses maladies pour un seul individu, c'est quand même grave. Les Talibans, Tribalo-Ethniques et Wewas excellent dans les faux et Fake News. En balançant une vieille photo avec le cardiologue Christian Raftojlos. Les FOSSOYEURS du Kongo ont commis un impair. Comment une hernie discale peut être soigner par un cardiologie ?

La biographie du Cardiologue Raftoplos trouvée sur le net est claire. Il est chef de service de neurochirurgie à l'université Catholique de Louvain-UCL,Co-responsable du Centre d'épilepsie réfractaire de Saint-Luc !

Le KOSA LEKA de la bande des mafieux, magouilleurs, Fakwa, Frappeurs, Checkuleurs, Ballados et Mabumucrates de l'Udps montre ses limites.

D'ailleurs plusieurs chefs d'Etat africains ne se soignent plus en Occident. Ils se soignent chez eux. Dans leurs propres pays. Que Tshilombo Tshintuntu Tshifueba avec ses Whisky qu'il boit au goulot, ses boules de Bukula Bua Nseka qu'il ingurgite à 4h du matin, 8h00, 12h00, 14h00 ,17h00 jusqu'au petit matin, il s'est bousillé tout seul.

Depuis sa présidence usurpée, Tshilombo Tshintuntu Tshifueba passe son temps : fourchette à la main dans toutes les fêtes. Tous les vendredis, il se crée des fêtes. Les samedis, Tshilombo est aux fêtes de mariage. Et les dimanches, baptêmes et premières communions des enfants.

En temps normal, Tshilombo Tshintuntu Tshifueba est incapable d'être concentré et de tenir un raisonnement cohérent durant 15 minutes, nous avait confié un diplomate britannique lors d'un rendez-vous. C'est Taupin Kabongo, l'un de des conseillers qui prenait des notes et était attentif. Tshilombo Tshintuntu Tshifueba n'était que le représentant de l'Udps aux relations extérieures. Il n'avait pas encore volé l'élection de tout un peuple pour bénéficier d'une nomination électorale.

Imposteur et usurpateur, Tshilombo Tshintuntu Tshifueba n'a jamais gagné l'élection présidentielle du 30 décembre 2018. Il a fait un deal pour se faire nommer président. Avec sa santé de bric-à-brac et toute la quincaillerie que les médecins belges tentent pour changer son moteur, le fameux fils d'Étienne TSHISEKEDI ne va plus tenir.

Il suffit que dans un conseil de ministre, on lui annonce un second incendie au marché Matadi-Kibala, Tshilombo va s'écrouler tout seul !

Pour sauver le Kongo, Tshilombo Tshintuntu Tshifueba doit démissionner ou être demis de ses fonctions usurpées. Il n'a jamais été légitime !

Les Talibans, Tribalo-Ethniques et Wewas doivent assumer leur slogan : BO KOMESANA !

Lire la suite...

Partager sur : Partager

BENA MPUKA : TSHILOMBO TSHINTUNTU TSHIFUEBA OÙ EST LORETA RITURA, MERTI MERTIRA MERTA ?

Bena Mpuka:  Fakwalisation du Kongo : TSHILOMBO TSHINTUNTU TSHIFUEBA OÙ EST LORETA RITURA, MERTI MERTIRA MERTA ?

Freddy Mulongo Mukena, Réveil FM International 

FB_IMG_1647146601908.jpg, mars 2022

Le Kongo Dia Ntotila est la chambre à coucher de MFUMU TATA KIMBANGU DIANTUNGUNUA ! Personne ne prendra le Kongo ni par des armes, deal politique, élections...

Tshilombo Tshintuntu Tshifueba est un homme de "COOP" et sa bande des mafieux Fakwa, Frappeurs, Checkuleurs, Ballados et Braqueurs ont cru prendre en otage le Kongo.

Fétichiste, sataniste et exotériste patenté, Tshilombo Tshintuntu Tshifueba s'est présenté en habit de faux chrétien de l'église de Philadelphie à Kinshasa. Après son deal avec Alias Kabila, bénéficiaire d'une nomination électorale, le fameux fils Tshisekedi a organisé un culte au stade des Martyrs où il a remis le Kongo à dieu ! Lequel ?

Au palais de la Nation, le jour de sa frauduleuse investiture, Monsieur 15 % était tombé dans les pommes et avait publiquement déclaré : "Je sers Loreta ritura Merti Mertira Merta. C'était le 24 janvier 2019 !

Au Kenya, Tshilombo Tshintuntu Tshifueba, le voleur de destin de notre peuple a eu l'outrecuidance de demander à tous les exilés de rentrer au pays, puisqu'il y a eu alternance politique pacifique. Alors que le Fakwa Tshilombo avait fait un deal. Et que si les exilés rentrés, c'était pour cautionner une imposture. Tshilombo Tshintuntu Tshifueba étant devenu le paravent et bouclier d'Hippolyte Kanambe Kazembere Mutwale Alias Kabila. Or tout fils et fille Kongo de la diaspora voulait en finir avec le Kadogo qui a régné sur notre trône durant 18 ans commettant des crimes en toute impunité.

Tshilombo Tshintuntu Tshifueba est allé à Nkamba portant ses chaussures dans la cité Sainte, bafouant la sainteté du lieu. Mais en Arabie Saoudite, il a respecté les règles, us et coutumes. Il s'est déchaussé et était pieds nus.

Le fayot Tshilombo Tshintuntu Tshifueba s'est toujours mis à genoux dans toutes les ÉGLISETTES-BOUTIQUES-LIGABLOS. Est-il vraiment chrétien ?

A Kabeya Kamwanga où les chefs coutumiers avaient eu le courage de lui poser la question : "Où est enterré ton père Étienne TSHISEKEDI ?" Tshilombo Tshintuntu Tshifueba les a enfarinés.

On voit des responsables des loges exotériques débarqués au beach Ngobila venant de Brazzaville. Quel dieu prie Tshilombo ?

Traître et Collabo, Tshilombo Tshintuntu Tshifueba qui a minimiser Nos Aïeux et Ancestres, qui a volé le destin de tout un peuple en foulant aux pieds la lutte contre l'imposture d'Alias Kabila, qui a fait applaudir Paul Kagame, Hitler Noir, bourreau du peuple Kongo, pillard des richesses et receleur des ressources du Kongo, qui a dédouané tous les SEIGNEURS de guerre et criminels de tout poils écrivant que les 18 millions de morts Kongo l'ont été par "Effets collatéraux", qui a volé avec une escroquerie du RAM : 378 000 000 $ au peuple Kongo alors qu'il gagne 2.070.000 $ par mois... Tshilombo Tshintuntu Tshifueba est dans le noir complet ! Asala "COOP" Na Ba Ndoki !

Anthony Tshilombo es-tu toujours le prince du Congo ? Le Kongo de MFUMU TATA KIMBANGU DIANTUNGUNUA NE MOURRA JAMAIS !

Lire la suite...

Partager sur : Partager

BENA MPUKA : INTERDICTION FORMELLE À TSHILOMBO DE MANGER LA VIANDE CANINE !

Bena Mpuka:  Interdiction formelle à  notre opéré à "Cœur ouvert", "Kitoyo-Likayabu" de manger la viande de chien "Mbua I Bukalenga"!

Freddy Mulongo Mukena, Réveil FM International 

FB_IMG_1647145943153.jpg, mars 2022

4 kilos de graisse autour du cœur c'est vraiment trop ! Interdiction formelle des médécins à Tshilombo Tshintuntu Tshifueba de manger encore la viande canine graisseuse.

C'est depuis 2018, que l'imposteur-usurpateur, traître-collabo, qu' Angwalima Tshilombo Tshintuntu Tshifueba devrait subir une opération de cœur. Il s'est rattrapé en 2022, trois ans après avoir été catapulté sur le trône du Kongo par un odieux deal contre le peuple Kongo, pillé le pays avec sa Fakwalisation et vendu le Kongo aux ennemis occupants rwandais, Ouganda et Burundais.

Pour cause de graisse, Angwalima Tshilombo Tshintuntu Tshifueba s'est fait opéré à cœur ouvert "Kitoyo-Likayabu" à l'hôpital Saint-Luc de Bruxelles où Étienne TSHISEKEDI était décédé en janvier 2017 avant son incinération dans une pompe funèbre en Belgique. Car son corps n'est jamais rentré au Kongo. N'en déplaisent aux mensonges de la famille Tshisekedi et ses Talibans, applaudisseurs de Paul Kagame, Hitler Noir au stade de Martyrs à Kinshasa.

Lire la suite...

Partager sur : Partager

BENA MPUKA : KONGO ALLEMAGNE D'AFRIQUE DEVRA ATTENDRE... TSHILOMBO EST SOUS LES BISTOURIS !

Bena Mpuka:  Kongo Allemagne d'Afrique devra attendre... Tshilombo Tshintuntu Tshifueba a subi une opération à cœur ouvert, avec plusieurs kilos de graisse enlevées !

Freddy Mulongo Mukena, Réveil FM International 

FB_IMG_1647145008788.jpg, mars 2022

A l'hôpital Saint-Luc de Bruxelles, le thorax de l'imposteur-usurpateur Angwalima Tshilombo Tshintuntu Tshifueba avait été ouvert comme un Kitoyo-Makayabu pour enlever plusieurs kilos de graisse. Monsieur 15 %,  voleur de destin du peuple Kongo avec un cœur hyperfragile arrivera-t-il à tenir ? Le décor est planté, tout est boutiqué pour un second hold-up électoral y arrivera-t-il ? Entre le repos que conseillent les médecins et les pressions politiques, Tshilombo Tshintuntu Tshifueba Va-t-il tenir ?  Interdiction à Tshilombo de manger la viande de chien "Mbua Nde Bukalenga" qui donne trop de graisse. 

Dès son deal avec Hippolyte Kanambe Kazembere Mutwale Alias Kabila et sa nomination électorale avec 15%, Tshilombo Tshintuntu Tshifueba à Nairobi, avait eu l'outrecuidance d'appeler tous les Fils et filles Kongo de la diaspora de retourner au pays, puisque l'imposteur et usurpateur avait frauduleusement eu le pouvoir. La fausse alternance politique était bien médiatisée.

Trois ans après, le même Angwalima Tshilombo Tshintuntu Tshifueba fuit le Kongo pour se faire soigner en Belgique ! En trois ans, aucun hôpital digne de ce nom pour les gagne-petit Kongo. Lorsque Jean Marc Kabunda wa Kabunda était dans l'opposition ne soignait-il pas dans des dispensaires de Kingabwa ? Aujourd'hui l'Udps dans un pouvoir volé Kabunda wa Kabunda pour un genou malade se fait soigner à Londres.

Les Talibans, Tribalo-Ethniques et Wewacrates qui crient Fatshi Béton mangent par alternance, n'ont pas du boulot et n'arrivent pas à se faire soigner.

Lire la suite...

Partager sur : Partager

- page 3 de 289 -