Réveil FM, la première radio libre et citoyenne de Kinshasa en République démocratique du Congo !

Kinshasa: l'Ong "L'Etoile du Sud" remet des cadeaux aux enfants défavorisés des communes rouges

Les Enfants sorciés,enfants abandonnés, enfants "sans collier "et sans soutien sont délaissés dans les rues kinoises. Certains dont les parents sont pauvres sont privés de scolarité. Les communes populeuses Kinshasa appellés aussi communes rouges : Masina , kimbanseke, Ndjili... sont en proie aux difficultés et au non accompagnement de ces pilles de la République.Les actions encourageantes du collectif des Ong de Kimpoko, Nfumu Nskuka,Kinkole, Ngamanzo ont méritées une attention particulière de la part de la radio de proximité.

Intenses activités culturelles d`éveil et de conscientisation organisées par l`Etoile du Sud

L`Etoile du Sud est l'une de ces rares ONGs Congolaises qui cherchent par tous les moyens à  susciter un développement endogène dans les milieux défavorisés de la capitale kinoise en alliant Actions à  la réflexion. A travers plusieurs structures d`encadrement notamment "Enfants de la République Démocratique du Congo" (ERDC), le Comité de Développement de Kimpoko, le Centre de Développement Communautaire de Kingasani, le Centre Multiservices de Kimbaseke, Association des Eleveurs de Mokali, le Foyer pour le Développement du quartier Matadi,l' Union des Jeunes Dynamiques pour la Reconstruction de Masina Siforco, le Groupe de Réflexion et d`Action pour le Développement Communautaire de Kimbaseke, la Coopérative des Mamans Maraîchères de la Tshangu, le Comité de Santé Populaire de Masina Fumu Nsuka, le Centre d`hébergement et d`encadrement des Filles Egarées au Congo de Masina Fumu Nsuka, l`Association des Catcheurs et Arts Martiaux de Masina, Ndjili, Kimbaseke, l`Etoile du Sud cherche à  libérer les masses populaires de l'obscurantisme,les diverses formes de domination et d`exploitation dans l`accomplissement de leurs actions de développement. En effet, cette organisation non gouvernemental se veut réellement être un " fer de lance" du changement des mentalités pour la transformation des milieux défavorisés afin d'encourager ceux qui y habitent de se prendre en charge et s'en sortir de la pauvreté et tout ce que cela implique.

Pour commémorer la journée de l`enfant africain le 16 juin 2007, l`Etoile du Sud a organisé une manifestation grandiose à  Kimpoko dans la partie Est de la capitale sous l`égide du CODEKI,l' une de ses structures les plus agissantes. Cette cérémonie a connu la présence de plusieurs participants dont le bourgmestre de Maluku, Mr Papy Epiana, représenté par son chef de service de la jeunesse, Madame Marie-Thérèse Lisumbu, coordonnatrice ERDC , des notables locaux et plusieurs autres personnalités. Prenant la parole, Mr. Sosthene Kulefwa, le Coordonnateur du Comité de développement de Kimpoko a rappelé à  l`assistance l'historique de la commémoration de la journée de l'Enfant africain:" suite aux massacres de Soweto en Afrique du Sud sous l'Aparteid qui a connu 500 morts et un millier des blessés, la Communauté Internationale a instituée cette journée. Pour l`orateur, la connaissance et l'application des droits des enfants sont d' une grande nécessité pour les familles en particulier et toute la société en général, si nous voulons faire de l`enfant congolais un agent de son développement . Ce développement devra durable.




En organisant cette journée commémorative au profit des enfants congolais, le CODEKI voudrait surtout éveiller la conscience des autorités et des parents vis-à -vis des droits des enfants ainsi que le renforcement des capacités des enfants face à  la connaissance de leurs droits et à  l'application de leurs devoirs. Par cette occasion, ensemble avec tous les enfants de la Tshangu représenté par les "Enfants de la République Démocratique du Congo" et ceux de la communauté de Kimpoko. le CODEKI a manifesté sa solidarité vis-à -vis de nos compatriotes orphelins militaires, déplacés de guerre et autres défavorisés et leur a rassuré de sa détermination à  défendre leurs droits.

Quelles sont les leçons à  tirer de cette 6è journée de l`Enfant Africain à  cinq mois du 18è anniversaire de la Convention relative aux droits de l`enfant ? Quelle est la part des responsabilités de l`Etat et des parents dans la situation dégradante de l`enfant congolais aujourd`hui ? Car l`enfant africain en général et congolais en particulier, partout où il se trouve, est entrain de vivre un nouveau "SOWETO "avec ses atrocités quand beaucoup d`enfants en à¢ge de scolarité sont à  la maison parce que l`éducation n`est pas encore accessible à  tous et pour tous ; la mortalité infantile en République Démocratique du Congo ne cesse de s`accroître parce que la santé reste encore un apanage de la bourgeoisie compradore congolaise ; les enfants orphelins, déplacés de guerre et autres défavorisés sont sans protection sociale ne perçoivent aucune aide spécifique. Les parents ne connaissent ni n`appliquent les droits de l`enfant parce qu`ils n`ont pas accès à  la bonne information et enfin les enfants eux-mêmes ignorent leurs droits parce que ces droits ne sont pas enseignés à  l`école.

Après le mot captif de Mr. Sosthene Kulefwa, la troupe de théà¢tre du CODEKI a présenté une pièce sur le thème : `` soyons solidaires, défendons les droits de l`enfant congolais ». Les Enfants de la RDC ont déclamé des poèmes réclamant un peu plus de droits aux enfants. Le message des enfants de la Tshangu à  l`occasion de cette journée a réclamé leur bon encadrement part l`Etat Congolais et les parents pour que ces derniers deviennent eux aussi des hommes et des femmes responsables. Si les veuves militaires étaient prises en charges par l`Etat, elles auraient la possibilité de faire étudier les orphelins,dont les pères sont morts pour défendre la patrie, ont-ils dit. Que les autorités de la troisième République rendent l`enseignement primaire gratuit comme au beau vieux temps, telle a été la requête de ces enfants . Quant à  ceux de Ngamanzo, ils ont plaidé pour la réhabilitation de leur école tandis que les enfants orphelins et déplacés de guerre ont sollicité la protection et le regard bienveillant des autorités tant civiles que militaires à  leur endroit. Cette manifestation s`est achevée par la remise symbolique des cadeaux aux enfants.

Le deuxième volet de ce week-end culturel structuré par l`Etoile du Sud a été l`organisation le dimanche 17 juin 2007 d`une conférence-débat sur le thème de `` Comment interpréter et analyser le budget 2007 du gouvernement Gizenga ?» récemment adopté au parlement. Cet événement de haute portée culturelle a eu comme cadre la bibliothèque de l`Etoile du Sud située au siège de cette ONG sis avenue Tshikapa A45 au quartier Matonge dans la commune de Kalamu. Cette bibliothèque citoyenne gérée par Mr. Gilbert Ndengo, un congolais ayant fait ses études de bibliothéconomie au pays de Cheik Anta Diop, reçoit sans formalités ennuyeuses toutes les personnes désireuses de consulter les ouvrages gracieusement mis à  la disposition. En outre la version vidéothèque projette des films de grande portée historique et d`éveil de conscience à  la fin de chaque fin de week-end.

Pour revenir à  la conférence-débat sur le budget Gizenga 2007, elle a connu comme orateur Mr. Martin Kibungi Makola, le coordonnateur de l`EDS, un des grands spécialistes en macroéconomique de notre pays. Sous la modération de Mr Hubert Mupepe, son colistier habituel, le conférencier a tenu trois heures durant un auditoire de plus ou moins quatre vingt personnes venues de tous les horizons de Kinshasa. Le numéro un de l`Etoile du sud a alors expliqué aux représentants de ces diverses organisations présents sur le lieu les tenants et les aboutissants de ce budget qui a suscité beaucoup d`émotions avant son adoption. Dans une approche susceptible d`être comprise même par les communs des participants, Mr Martin KIBUNGI a commencé par expliquer les notions élémentaires d`un budget avant d`aborder la quintessence de celui qui vient d`être adopté par le parlement.

S`appuyant sur le Document de stratégie de croissance et de réduction de la pauvreté, le programme 2006 - 2007 du gouvernement Gizenga va être axé sur les cinq chantiers qui ont constitué la promesse électorale du Président de République élu pour cinq ans, Mr. Joseph Kabila Kabange a affirmé l'orateur qui a mis en garde les participants sur le danger de l`intoxication qui voudrait faire croire à  la population que les cinq chantiers, en l`occurrence les infrastructures, l`emploi, l`eau et l`électricité, la santé et l`éducation, vont se réaliser d`un coup avec une baguette magique. La réalisation de ces promesses est un processus dont la première vraie phase est la mise en marche du budget 2007. Pour Martin KIBUNGI, ce budget que certains cherchent à  vilipender pour chercher la petite bête au gouvernement Gizenga est pourtant le reflet de notre situation économique actuelle. Même la plus belle femme du monde ne peut donner que ce qu`elle a, dit-on, le gouvernement Gizenga ne va donc pas inventer des moyens mais au contraire, c`est la population qui, en produisant et en payant des impà´ts et autres taxes, lui donnera les moyens de sa politique. Le gouvernement Gizenga a hérité d`une situation qui ne lui a pas permis d`aller au-delà  de ce qu`ils peuvent réaliser cette année. Sans nul doute, avec les performances réalisées ici et là , la population lui donnera dans l`avenir les moyens de proposer un budget équivalent à  la taille des enjeux de la reconstruction nationale et du développement dans notre pays. Mais c`est vraiment un vrai leurre que de croire que tout va se réaliser tout d`un coup, comme au cinéma, a averti Mr Martin Kibungi. D`après celui-ci, il va falloir que le peuple dans son ensemble puisse adopter les attitudes du ‘`Civisme fiscal`` dans son autoprise en charge, en mettant son génie dans un travail productif et bénéfique pour la nation.




Après la première partie qui a consacré une communication linéaire, celle interactive a répondu aux attentes de tout le monde. Donnant réponse aux questions qui lui ont été posées, le coordonnateur de l`EDS a expliqué que l`objectif de sa communication était de barrer la voie à  l`intoxication dont souvent ont été victimes les milieux défavorisés. En plus, il a tenu à  donner aux participants les rudiments de la loi financière pour qu`ils puissent s`impliquer efficacement dans les processus du développement. Il a particulièrement insisté sur le fait que ce budget privélégie l`investissement curatif dans le domaine de la santé. En fait, cela fait partie des doléances de la population contenues dans le DSCRP. En effet, presque tous les rapports venus de la base avaient fait état de l`inaccessibilité des communs des mortels aux soins médicaux. Mais concrètement, que dire de ce budget 2007 que Tout le monde semble tant fustiger ? D`après l`orateur, sa modicité est le produit du manque du civisme fiscal des congolais, et ce, aussi bien au niveau des gouvernants que de celui des gouvernés. D`après Mr Martin Kibungi, la fraude massive, légalisée et sauvage, favorisée à  tous les niveaux, y compris par la population elle-même, est également à  la base des allures timorées de ce budget. Nous payons parfois inutilement plus en parafiscalité, et souvent sans réclamer des quittances aux arnaqueurs. Cela profite injustement à  quelques individus qu`à  l`état congolais. A titre exemplatif, le communicant a cité le cas de passeport que tout le monde presque achète à  140 $ US, voire à  200 $ US alors que son prix officiel est de 40 $ US. Or, en payant correctement ses impà´ts et autres taxes, en plus que c`est parfois moins cher par rapport à  la procédure frauduleuse, on va aider l`état congolais à  augmenter ses possibilités financières.

Le deuxième motif de la modicité du budget actuel est imputable à  la production nationale inadaptée aux ambitions du grand Congo et de ses 60.000.000 d`habitants. Cela est dà», d`après le tribun, à  la destruction méchante de l`outil de production lors des deux pillages de triste mémoire. La vétusté et l`obsolescence des équipements ne permettent pas non plus la réalisation d`une production performante. L`inexistence de l`investissement national laisse les PME et les PMI aux mains des étrangers pendant que les nationaux qui en ont les moyens préfèrent dilapider leurs richesses dans les investissements de prestige mais malheureusement non productifs. Et puis, d`après Mr Martin Kibungi, les congolais n`ont pas la culture d`associations en vue de création des entités de production ou de micro entités de production. L`exemple de Uncle John, une petite fabrique de glace créée avec un capital non extraordinaire mais qui a donné de l`emploi aux nombreux congolais doit, d`après l`orateur, nous interpeller.

Comment alors redresser la situation déplorable de nos finances publiques en vue d`une plus grande mobilisation des recettes ? Pour le coordonnateur de l`Etoile du Sud, il faut auditer les entreprises publiques. et lutter contre l`évasion fiscale (fraude et sous évaluation). Conscientiser la population afin de l`amener à  une vigilance accrue et à  un contrà´le sempiternel des mouvements des recettes de l`état doit être un effort permanent.

Pour terminer, le conférencier a affirmé qu`en dépit de tous les états d`à¢mes et de quelques boutades entendues ici et là , le budget 2007 contient beaucoup de points positifs pour nos populations notamment l`inexistence des écarts majeurs avec le projet présenté par le gouvernement avec le document remanié par le parlement. Quant à  son financement, il n`est plus aussi extraverti qu`on le disait ou qu`on le craignait : 60 % de ses dépenses seront couvertes par des ressources internes tandis que 40 % des moyens seulement proviendraient de l`extérieur. Les augmentations de rémunérations des fonctionnaires (25 %) n`ont pas été modifiées, tandis que les principes d`équilibre budgétaire ont été consacrés lorsqu`on craignait une impasse. Grà¢ce à  ce budget, les finalistes du niveau supérieur pourront bientà´t renouer avec l`aumà´nière, que dis-je, la bourse. Mais ne plongeons pas encore dans un angélisme béat, prévint Mr Martin Kibungi, certaines dépenses exigibles comme le paiement des rémunérations et les dettes extérieures sont impératives. En effet, depuis que nous avions atteint le point de décision en 2002, dit-il, nous ne faisons que courir après le point d`achèvement que le Gouvernement Gizenga devra coà»te que coà»te atteindre en 2008.En cas de non paiements des dettes extérieures, on risque d`être asphyxié par une rupture du processus de financement extérieur. . Et puis, les gens doivent savoir à  cause du déficit enregistré en 2006 par le gouvernement 1 + 4, l`actuel ne bénéficiera pas cette fois-ci de l`appui budgétaire du FMI.

Jean-Paul Ilopi, directeur d'antenne de Réveil-FM dans son interview avec le coordonateur de l'étoile du Sud.

En conclusion, l`orateur a affirmé que le budget 2007 ne sera pas une panacée mais aura la mission d`asseoir les bases solides de la relance et de la mobilisation des recettes de l`état. La population doit appuyer les efforts du premier gouvernement de la troisième république. Il en a appelé à  la responsabilité des contribuables congolais afin qu`ils puissent se comporter désormais comme les populations des pays voisins qui nous entourent, lesquels en dépit de leur pauvreté endémique, élaborent des budgets conséquents à  la taille de leurs moyens. Les bases solides pour la relance de notre production doivent absolument passer par la révisitation des contrats miniers, forestiers ainsi la restructuration du secteur des importations et des exportations pour permettre au gouvernement Gizenga de miser une plus grande assiette financière dans la confection des prochains budgets.

Partager sur : Partager

Fil des commentaires de ce billet