Réveil FM, la première radio libre et citoyenne de Kinshasa en République démocratique du Congo !

L'Espoir pour Mumia Abu-Jamal !

26 ans après sa condamnation, le journaliste radio américain qui proclame son innocence depuis le couloir de la mort a vu son jugement cassé par la cour fédérale de Pennsylvanie. Cette dernière, vient d' annulé ce jeudi 27 mars 2008, la condamnation de Mumia Abu-Jamal à  la peine capitale. La décision constitue naturellement une première victoire considérable pour tous ceux, abolitionnistes, militants des droits de l'homme qui luttent depuis des années pour dénoncer l'injustice dont il est victime. Beaucoup de chemin reste encore à  parcourir, mais la décision de la cour de Pennsylvanie est un encouragement pour que justice soit véritablement rendu à  l'ex dirigeant des Blacks Panthers, à¢gé aujourd'hui de 53 ans. L'icà´ne internationale de la lutte contre la peine capitale, Mumia Abu-Jamal croupit en prison depuis juillet 1982.

Mumia Abu-Jamal, quitte le couloir de la mort

L'affaire Mumia Abu-Jamal

L'acharnement politico-judiciaire dont a été victime Mumia Abu-Jamal s'explique par son engagement politique. Membre du parti Blacks Panthers en 1969, Mumia Abu-Jamal, né Wesley Cook, va rapidement se trouver dans le collimateur du FBI comme personne, " une menace pour la sécurité nationale ". Devenu journaliste de radio, surnommé "la voix des sans-voix", pour sa critique de la corruption de la police et des dirigeants politiques de Philadelphie, Mumia Abu-Jamaal est finalemeent renvoyé des stations de radio où il exerçait. Pour vivre, il est contraint de travailler comme chauffeur de taxi de nuit.

Le 9 décembre 1981. Ce jour-là , au moment où il déposait un client dans le sud de la ville de Philadelphie, Mumia-alors chauffeur de taxi est intervenu lors d'un contrà´le de policier dont était l'objet son frère William CooK. Eclate alors une fusillade au cours de laquelle le policier, Daniel Faulkner, est tué de deux balles. Quant à  Mumia, il est grièvement blessé, touché dans la poitrine.

Se basant sur le fait que le policier a été tué par une balle de calibre 48 et que Mumia Abu-Jamal disposait d'un revolver de calibre 48, les policiers concluent qu'il est l'auteur du crime, et ce, sans procéder à  aucune expertise balistique. Bien que clamant son innocence, Mumia est victime d'une cabale politico-judiciaire menée par un juge, Albert SABO, connu pour ses liens avec les milieux d'extrême droite raciste.

En effet, le témoignage de son frère, William Cook, affirmant que Mumia n'a pas tiré sur le policier, est écarté. Des pressions et des menaces sont exercées sur des témoins affirmant n'avoir pas vu Mumia tirer sur le policier. Pis: la police n'a pas hésité à  subordonner les témoins. C'est le cas de Cynthia WHITE, principal témoin de l'accusation, qui n'était même pas présente sur les lieux du crime. Quant aux témoignages affirmant avoir vu une personne portant une veste de couleur verte tirant sur le policier avant de s'enfuir, ils n'ont pas été retenus par la cour. Qui plus est, la présence de sang de groupe O sur les lieux de la tragédie alors que Mumia et le policier appartiennent au groupe sanguin A, n'a pas non plus été retenue. A cela s'ajoutent des rapports de police contradictoires. En dépit de ces faits relevés par les avocats de la défense, Mumia Abu-Jamal est condamné à  la peine capitale en juillet 1982.

Par deux fois en 1995 et 1999, l'ordre d'exécution fut signé à  l'endroit de Mumia Abu-Jamal. Ce dernier n'a dà» d'avoir la vie sauve-sursis à  son exécution qu'à  la mobilisation internationale

La ville de Paris l'a élevé au rang de citoyen d'honneur en 2003, et une rue de Saint-Denis, en banlieue parisienne porte son nom.

Partager sur : Partager