Réveil FM, la première radio libre et citoyenne de Kinshasa en République démocratique du Congo !

Francophonie à  Kinshasa: Le Pasteur Kutino Fernando prisonnier politique de Joseph Kabila !

Le Pasteur Kutino Fernando est victime de son patriotisme, d'un complot et d'une cabale ourdis par des Joséphistes en mal de légitimité, il a été abusivement condamné à  dix ans de prison. Bien que pasteur et civil, il a été jugé par la Cour d'Ordre Militaire (COM) et par la Haute Cour Militaire (HCM). Le pasteur Kutino Fernando est un prisonnier politique de Joseph Kabila, il a été condamné à  dix ans de prison !

Pour ses fidèles, il ne fait l`ombre d`aucun doute : `` le Pasteur Fernando Kutino a été enlevé » rapporte sa chaîne RTMV-Radio Télévision Message de Vie. Rentré une semaine auparavant d`un exil volontaire de 3 ans en France pour, dit-on, se mettre à  l`abri des autorités qui avaient mal digéré le lancement de son mouvement de prise de conscience `` Sauvons le Congo », l`homme de l`Eglise a été arbitrirement interpellé dimanche 14 mai par les sbires de Joseph Kabila pour `` détention illégale d`armes et incitation à  la haine ».

Pour `` fêter son retour et glorifier Dieu, le Pasteur Kutino avait organisé avec l`agrément du Gouverneur de la ville de Kinshasa un prêche dominical au Stade Tata Raphaà«l (ex-stade du 20 mai). C`est au siège de son église à  Kasa-Vubu qu` il sera rejoint plus tard par des hommes en uniforme qui le conduiront vers une destination jusque-là  inconnue, c`était le dimanche.

Et le lendemain, les fidèles du Pasteur Kutino auxquels sont venus se joindre des sympathisants de diverses sensibilités ont organisé, dans le centre ville, une marche pour exiger sa libération. Celle-ci sera violemment réprimée par les forces de l`ordre. Bilan : de nombreux blessés parmi les manifestants et des véhicules endommagés. Interviewé par la radio joséphiste `` Top Congo FM », le fieffé menteur Mazunga Kimbembe, ex. gouverneur de la ville de Kinshasa a expliqué les motifs de l`arrestation du Pasteur Kutino, notamment : `` la détention illégale d`armes à  feu, ses propos haineux véhiculés lors de sa prédication du stade Tata Raphaà«l et le fait que ses fidèles aient tenté de lapider les installations du Pasteur `` Général Sony Kafuti ». Pour ce dernier fait, on ignore s`il s`est réalisé avant ou après l`arrestation du Pasteur.

6 mai 2006, le retour du Pasteur Kutino Fernando à  Kinshasa. Photo Réveil FM, archives.

La foule qui a accueilli le Pasteur Kutino Fernando. Photo Réveil FM

Les fidèles devant son église. Photo Réveil FM, archives

Affaire Kutino : le procès des preuves fantà´mes !

Jeudi, 2 octobre 2008, Cour D'Ordre Militaire: Francis Lukeso Luembi, Inspecteur de police et juge assesseur, Déa Kanyinda Beya, Pilote, Lieutenant-Colonel et juge assesseur, Martin Kalala Kapuku, lieutenant-Colonel et Juge-président de la Cour d'Ordre Militaire de la Gombé, René Nsendula Kutumba, major et Jacques Bonyoma, Capitaine de Brigade et juge assesseur avec la présence aux débats l`Officier du ministère public représenté par le Major Magistrat Cyprien Muwawu Avocat général et la Major Lukunku Betenke greffière principale .

2008 Haute Cour Militaire: Colonel Kalombo, le Général Bivegete, Juge-président et le Colonel Buduga.

Rarement dans les annales judiciaires, l'accusation se soit fondée sur des allégations aussi legères que celles du duo Ngalasi Aggrey-Ministère public. Le procès en aurait été risible si cela n'avait affecté des êtres humains dans ce qu'ils ont de plus cher, la liberté et le libre arbitre que le créateur a mis en chacun de nous.

Un tableau comparatif dressé entre l'accusation et les preuves apportées à  l'appui de celle-ci, démontrerait le caractère fantaisiste de la partie demanderesse. Certains ont même parlé de procès téméraire et vexatoire, au vue de la complaisance de la plainte !

Les éléments à  l'appui des affirmations farfélues sont légion, mais on pourrait relever, entre autres :

1. "La détention illégale d'armes de guerre" a été balayée d'un revers de main par la Cour, car non plausible tant dans le fond que dans la forme;

2. Pour ce qui est de la tentative d'assassinat, même si elle devenait impossible par le fait de l'inexistence de l'association des malfaiteurs tant les "assaillants" du pasteur Ngalasi à  l'Archbishop Kutino et Bishop Bompere, la Cour l'a retenue pour condamner les deux hommes de Dieu à  des lourdes peines de prison. Mais que prétendait déjà  l'accusation ? 3. Que Maboso, la pièce maîtresse de l'affaire, est décédé avant même d`avoir été entendu par le magistrat instructeur ! Dans le dossier, nulle trace de l`existence et du décès de Mabosso (inexistence du certificat de décès, juste des affirmations verbales du directeur de la prison où il aurait été en détention).

4. Mabosso aurait été contacté par Freddy Mosamo prétendument garde du corps du Pasteur Kutino. Or, il n`a jamais existé quelqu`un répondant à  ce nom dans l`entourage de l`homme de Dieu ! Pièce à  conviction ? Une photo, où l`on voit une personne de dos, à  qui la partie civile colle le nom de Freddy Mosamo, sans plus !

5. La femme de Mabosso leur aurait fait des confidences tendant à  prouver la culpabilité des défendeurs. Lorsque celle-ci passe à  la barre et elle rejette tout en bloc, la partie civile Ngalasi prétend qu`il s`agissait plutà´t de la deuxième femme de Mabosso ! Rien dans le dossier pour appuyer ces dires !

6. Le véhicule de la police venu appréhender les malfaiteurs se serait adressé au poste de police du coin toujours selon la partie civile. Où est le document administratif le prouvant ? Inexistant ! Il faut croire sur parole !

7. Les douilles des balles tirées par les malfaiteurs auraient été remises à  la police par la partie civile ! Où sont-elles ? Elles auraient été confiées à  un certain capitaine Mbenza ! Où est-il ? Décédé, sans avoir laissé les traces de la véracité de ces allégations !

8. Un pasteur nommé Khonde, habitant la Suisse, aurait été l`une des victimes des assaillants ! Quand la Cour demande que la partie civile fournisse son adresse pour l`envoi d`une commission rogatoire, c`est à  une rebiffade qu`elle a droit ! `` Non, il aurait déménagé et se trouverait quelque part en Italie !

La liste des éléments ci-dessus n`est pas exhaustive, loin s`en faut ! Et dire que c`est sur base de tout ceci que la Cour condamne les prévenus !

Un véritable procès de fantà´mes, où seuls les Pasteurs Kutino et Bompere, sont vrais ! Les autres protagonistes n`ont existé que dans la fertile imagination de la partie civile et de la justice militaire.

Abdou Diouf, le Secrétaire Général de l'OIF qui se préoccupe beaucoup plus de la situation du Nord-Mali que des atteintes flagrantes des droits de l'homme en République démocratique du Congo pour imposer aux Etats membres le XIVè Sommet de la Francophonie du 12 au 14 octobre à  Kinshasa, sait-il au moins que le Pasteur Kutino Fernando croupit abusivement dans la prison de Kabila pour avoir simplement lancé le Mouvement "Sauvons le Congo" ?

Le Sommet de la Francophonie à  Kinshasa ne pourra vraiment convaincre si tous les prisonniers politiques de l'imposteur-usurpateur Joseph Kabila sont déhors ! Comment parler des droits de l'homme, si les principe cardinaux de la Francophonie sont bafoués par des prédateurs et fossoyeurs qui prendront la parole à  la tribune de Kinshasa ? Le XIVè Sommet de la Francophonie va légitimer un imposteur, cela ne va pas faciliter la tà¢che pour cette institution.

Partager sur : Partager