Réveil FM, la première radio libre et citoyenne de Kinshasa en République démocratique du Congo !

François Hollande à  Kinshasa : Un casse-tête pour le Président Français !

Y aller ou pas ? Le président français a longtemps hésité à  se rendre au Sommet de la Francophonie qui s'ouvre ce vendredi en République démocratique du Congo. Y aller ? Ne pas y aller ? La question a taraudé François Hollande tout l`été. Il y avait de bonnes raisons de boycotter le 14e Sommet de la Francophonie qui s'ouvre ce vendredi 12 octobre à  Kinshasa en République démocratique du Congo : l`hà´te, Joseph Kabila, est un président mal élu, imposteur-usurpateur, le boy-scout de Paul Kagamé est très autoritaire, il emprisonne à  tours de bras, il a été réélu en 2011 dans des conditions douteuses et frauduleuses, il multiplie les atteintes aux droits de l`Homme. L'Elysée avait aussi sous la main d'autres options : envoyer à  Kinshasa le ministre des Affaires étrangères plutà´t que le président, reporter ou même délocaliser le sommet.

François Hollande a quitté Paris pour Dakar au Sénégal, il est arrivé à  13h30 dans la capitale sénégalaise. Photo Réveil FM.

Lors de la conférence de presse à  Paris le 25 avril 2012 avec 300 journalistes nationaux et internationaux accrédités, C'est à  Réveil FM International que François Hollande, Candidat-Président de la République, qu'il avait répondu qu'il n'irait pas au Sommet de la Francophonie. Suivez !


Conférence de presse de François Hollande par LCP

L'Elysée avait aussi sous la main d'autres options : envoyer à  Kinshasa le ministre des Affaires étrangères plutà´t que le président, reporter ou même délocaliser le sommet. D'autant qu'il y avait déjà  eu des précédents : c'est cette dernière solution qui avait été retenue en 1991, lorsque la conférence prévue dans le Zaïre (ex-RDC) de Mobutu - déjà  à  l'époque ! - avait été rapatriée à  Paris, puis en 2010, où l'on avait préféré Montreux à  Madagascar.

Cette fois, les convives ont réagi en ordre dispersé. Le Premier ministre belge, Elio Di Rupo, a trouvé une excuse pour décliner l'invitation avec la tenue d'élections communales le jour-même du sommet. Le Canadien Stephen Harper a, en revanche, fait le choix d'y aller. Nicolas Sarkozy penchait, lui, pour la chaise vide. Son successeur en a finalement décidé autrement.

Deux versions

Dans la version officielle, ce sont Yamina Benguigui, sa ministre de la Francophonie envoyée en éclaireur à  Kinshasa, puis Souhayr Belhassen, la présidente de la Fédération internationale des droits de l`Homme (FIDH), qui l`ont convaincu. Leur argument ? Il se rendra plus utile en exprimant sur place son soutien aux opposants et à  la société civile qu`en restant à  Paris. "J'y rencontrerai l'opposition politique, les militants associatifs, la société civile. C`est le sens de la nouvelle politique africaine de la France : tout dire partout et faire en sorte que ce qui soit dit soit fait", s`est-il ensuite justifié.

Officieusement, tout se serait joué dans un bras de fer entre Hollande, conditionnant sa venue à  des réformes démocratiques, et Kabila, menaçant d`annuler le sommet et de sortir le plus grand Etat francophone d`Afrique de l`Organisation internationale de la francophonie. Une partie que Joseph Kabila a manifestement gagnée, même si le sommet risque d'être houleux.

Trois jours avant de monter dans l'avion, François Hollande remettait un coup de pression, jugeant "la situation dans ce pays tout à  fait inacceptable sur le plan des droits, de la démocratie, et de la reconnaissance de l'opposition".

La riposte qui a aussità´t fusé du camp congolais en dit long sur l'état d'esprit à  Kinshasa : "Nous sommes le pays le plus avancé dans les droits de l'opposition", a assuré le Vuvuzélateur-Djaleloïste de Joseph kabila le dénommé Lambert Mende, suggérant à  François Hollande de "compléter son information".

Dakar, planche de salut

D`autant plus embarrassé qu`il s`agit là  de sa première visite officielle en Afrique, le président français a cherché à  la contrebalancer par une escale au Sénégal, "modèle de démocratie sur le continent". Là  où son prédécesseur, qui avait lui aussi accordé au Sénégal son premier déplacement, s`était pris les pieds dans le tapis avec son tristement célèbre discours de Dakar et sa tirade sur "l'homme africain (…) pas assez entré dans l`Histoire", François Hollande va chercher au contraire à  partir du bon pied sur le continent. Au programme, un discours devant les parlementaires sénégalais, évidemment très attendu après celui de Sarkozy, et une visite sur l'île de Gorée.

Avec l'espoir que le souvenir laissé par sa prestation à  Dakar sera plus impérissable que celui de Kinshasa.

Partager sur : Partager