Réveil FM, la première radio libre et citoyenne de Kinshasa en République démocratique du Congo !

Genève: Gervais Rufyikiri, le deuxième vice-président du Burundi titillé sur la liberté de presse et de l'opposition !

En arrivant dans la salle de presse III au Palais des Nations à  Genève, Gervais Rufyikiri, le deuxième vice-président du Burundi ne s'attendait pas à  voir des journalistes poser des questions sur la liberté de presse et de l'opposition. Etant donné que la salle était à  moitié pleine des journalistes de sa délégation. Mais on peut le dire sans se tromper que Gervais Rufyikiri est un bon communicant qui avait appris sa leçon sur la pauvreté par coeur. A chaque question, le vice-président Burundais assénait son dada à  tout va !

Gervais Rufyikiri, le deuxième vice-président du Burundi dans la salle de conférence III du Palais des Nations à  Genève.

Pourquoi le président de la République n`est pas là  ?

Gervais Rufyikiri : Il a eu un empêchement de dernière minute, mais il suit de très près ce qui se passe ici et il a confiance dans la délégation présente.

Il y aurait des divergences de points de vue des différents partenaires sur le CSLP II ...

Gervais Rufyikiri : L`objet de cette conférence pour le gouvernement du Burundi, c`est d`expliquer le contenu du CSLPII. Nous sollicitons un appui pour compléter l`œ“uvre du gouvernement, car le développement c`est d`abord l`œ“uvre des Burundais. Nous n`allons pas rentrer avec des caisses d`argent, mais avec des engagements. Nous avons fait des contacts ciblés avec des partenaires, et nous avons des engagements fermes. Disons plutà´t que je suis très satisfait de la participation des partenaires invités : il y`a plus de 100 délégations présentes (sur 120 invitées, ndrl), c`est un taux de participation élevé. Je signale et je salue par exemple la présence du Haut-Commissaire européen au Développement.

On parle de " dérive autoritaire au Burundi "... Qu`en dites-vous ?

Gervais Rufyikiri : Nous évoluons dans un contexte démocratique. Et ce qui compte c`est la vision des Burundais, car le Burundi a eu un passé sombre. Ce qui est important aussi, c`est de cheminer vers la paix, dont les conditions ne font que se renforcer. La guerre appartient à  l`histoire. Certes, il peut y avoir l`une ou l`autre personne qui n`est pas encore rentrée dans cette dynamique de paix. Le président exhorte d`ailleurs tous ceux qui sont à  l`extérieur du pays de rentrer pour participer à  cette dynamique.

Des lois répressives sont sur la table du gouvernement et de l`Assemblée nationale, notamment en matière de liberté de presse ...

Il y`a séparation des pouvoirs. Le Parlement a toute la latitude pour analyser ces lois. Et je suis sà»r que le Parlement tiendra compte des préoccupations des uns et des autres.

Est-ce que vraiment la guerre appartient au passé au Burundi ?

Gervais Rufyikiri : Je le répète, la guerre est finie au Burundi. Mais le Burundi est en situation post conflit. Toutes les armes n`ont pas encore été retirées. Il y`a du banditisme armé. Mais avec la détermination des forces de sécurité, l`engagement des Burundais, je le redis, la guerre appartient au passé. Le grand ennemi des Burundais aujourd`hui est la misère, qui ne regarde pas l`ethnie, les régions. Et en créant des emplois, nous pourrons juguler ce problème.

M. le deuxième vice-président, un journaliste, Ruvakuki est en prison. Votre commentaire ...

Gervais Rufyikiri : Nous laissons la justice suivre son cours.

Comment jugez-vous le CSLP I ?

Gervais Rufyikiri : Nous avons connu des avancées mais nous restons sur notre soif pour certains secteurs. Par exemple, avec la fin de la guerre, la sécurité s`est améliorée. Dans le domaine économique, il y`a eu des avancées, en matière sociale, par exemple, la scolarité est gratuite pour tous les enfants. Dans le secteur de la santé, on peut visualiser l`avancée avec un indicateur : l`espérance de vie s`est améliorée mais nous voulons encore progresser. Aussi, n`oublions pas le contexte de crise économique mondial n`a pas rendu facile les choses. Nous espérons qu`avec le CSLPII, nous allons mieux faire face aux défis qui restent.

Est-ce que votre gouvernement n`a aucune responsabilité dans les problèmes qui arrivent, le harcèlement des journalistes par exemple ?

Gervais Rufyikiri : Ce que je veux dire c`est qu`il y a des avancées, nous avons une presse indépendante, privée, une société civile. Le changement d`un pays qui vient d`une longue crise ne se fait pas en un jour. à‡a prend du temps, il faut des lois, mais nous avons la ferme volonté de changer le pays. Dans certains aspects, nous avons avancé de manière très significative, dans d`autres, nous avons encore du chemin à  faire. "Intango y`ubuhanza ni amasoso" et il y`a des indicateurs qui prouvent ce changement. Poursuivons ce chemin.

Hassan Ruvakuki, journaliste de Bonesha FM et correspondant du service en swahili de Radio France Internationale (RFI), Hassan Ruvakuki a été condamné en juin dernier à  la prison à  perpétuité pour "actes de terrorisme".

La liberté de la presse est l'un des principes fondamentaux des systèmes démocratiques qui repose sur la liberté d'opinion, la liberté mentale et d'expression.

Ainsi, l'article 11 de la Déclaration française des droits de l'homme et du citoyen de 1789 dispose : `` La libre communication des pensées et des opinions est un des droits les plus précieux de l'Homme : tout Citoyen peut donc parler, écrire, imprimer librement, sauf à  répondre à  l'abus de cette liberté dans les cas déterminés par la Loi. » La liberté de la presse est considérée par la Cour européenne des droits de l'homme (CEDH) comme une composante de la liberté d'expression (article 10 de la Convention européenne des droits de l'homme).

La protection des sources d'information des journalistes, sans exceptions ni restrictions est considérée comme `` l'une des pierres angulaires de la liberté de la presse ».

Chaque année, l'ONG Reporters sans frontières établit une liste des pays du point de vue de leur liberté de la presse. Le classement mondial de la liberté de la presse est fondé sur les réponses aux enquêtes envoyées aux journalistes membres d'organisations partenaires de RSF, aussi bien qu'aux spécialistes de la question : les chercheurs, les juristes et les activistes des droits de l'homme. L'enquête porte sur des attaques directes faites aux journalistes et aux mass-média aussi bien que d'autres sources indirectes de pression contre la presse libre, comme la pression sur les journalistes par des lobbies.

RSF note que le classement se préoccupe seulement de la liberté de presse et ne mesure pas la qualité du journalisme ni de l'autocensure. Dans le classement de RSF, le Burundi est 130è tandis que la République démocratique du Congo est 145è

Les partenaires financiers du Burundi sont réunis à  Genève depuis hier, lundi 29 octobre, pour décider de l'aide à  accorder au pays. Le gouvernement sollicite l'appui des bailleurs de fonds pour soutenir notamment sa lutte contre la pauvreté. Et pour montrer que les choses avancent au Burundi, le gouvernement met en avant ses réussites, notamment la réforme de l'administration fiscale.

S`il y a une réforme du gouvernement burundais qui est plébiscitée par les bailleurs de fonds internationaux, c`est sans discussion possible celle de l`Office burundais des recettes (OBR). Sous cette mystérieuse appellation se cache tout simplement l`administration fiscale. En un an, cet office a accru de 30% les impà´ts perçus par l`Etat burundais.

Aux yeux des experts internationaux et des spécialistes des questions des développement, cet office burundais des recettes incarne cependant, mieux que beaucoup de réformes, les efforts de bonne gouvernance de ce pays de la région des Grands Lacs.

Tout comme les progrès réalisés dans le classement de la Banque mondiale sur le climat des affaires, cet office signifie que le Burundi ne compte pas seulement sur l`aide internationale pour se développer, mais qu`il tente de mobiliser ses ressources internes pour créer de la richesse.

Une administration fiscale digne de ce nom, cela veut aussi dire renforcer l`Etat en lui donnant les moyens de fonctionner. C`est un gage de bonne gouvernance ultérieure, à  condition bien sà»r que la corruption soit éradiquée. Et là  aussi, l`objectif `` tolérance zéro corruption » adopté par le gouvernement burundais est salué par la communauté des bailleurs de fonds. Mais cet objectif, il faudra qu`il soit atteint.

Partager sur : Partager