Réveil FM, la première radio libre et citoyenne de Kinshasa en République démocratique du Congo !

Elysée: François Hollande droit dans ses bottes pour sa première conférence de presse

Arrivé au pouvoir comme un cheveu dans la soupe, Joseph Kabila dans son imposture et usurpation trà´ne depuis onze ans par défi en République démocratique du Congo, sans légitimité en toute illégalité et impunité. L'aphone de la République fuit les journalistes comme la peste, la conférence de presse connait pas ! Le bunkerisé de Kingakati préfère jouer aux Nintendos que de se retrouver face aux journalistes non "coupagistes" pour répondre de ses responsabilités usurpées ! Sous les ors de la grande salle des fêtes de l'Elysée, le chef de l'Etat, costume noir et cravate bleue, s'est d'abord exprimé avec solennité dans une intervention liminaire de 40 minutes, avant de répondre aux journalistes sur un ton beaucoup plus détendu. Devant quelque 400 membres de la presse et le gouvernement au grand complet, il a défendu pied à  pied sa politique et le tempo de son action. "J'en avais pris l'engagement pendant la campagne présidentielle: rendre compte régulièrement, tous les six mois" de l'action du gouvernement, a-t-il expliqué sur une estrade rouge, derrière un pupitre entouré des drapeaux français et européen. Ce qu'il faut retenir de la conférence de presse de Hollande. François Hollande a nié tout "virage" dans sa politique et s'est posé en "président responsable", mardi lors de sa première conférence de presse à  l'Elysée, justifiant ses choix fiscaux et le cap suivi par son gouvernement, six mois après son investiture.

Mardi 13 novembre, à  l'Elysée, François Hollande lors de sa première conférence de presse. Photo Réveil FM

François Hollande: ``àŠtre président de la République me paraît la meilleure réponse à  mes détracteurs». Photo Réveil FM

François Hollande devant 400 journalistes et son gouvernement au complet. Photo Réveil FM


Reportages : Revoir la conférence de presse de... par LCP

Il a d'emblée affirmé qu'il entendait être jugé "sur la croissance et l'emploi", assurant que "depuis six mois" (il) avait fait des choix, sans avoir à  prendre je ne sais quel tournant, je ne sais quel virage". Depuis le 15 mai, "nombre d'engagements ont été tenus".

La "seule question" qui vaille n'est "pas l'état de l'opinion aujourd'hui" mais "l'état de la France dans cinq ans", a ajouté le chef de l'Etat, affirmant ne pas tenir compte des sondages sévères sur son action.

François Hollande a défendu pied à  pied sa politique et le tempo de son action. Photo Réveil FM

François Hollande: "Je suis un président normal, président responsable, pas d'addiction à  aucune substance!". Photo Réveil FM

Il a rappelé les "trois " du gouvernement: "réorientation de l'Europe", "désendettement de la France" et "compétitivité de l'économie".

Le président a défendu le "pacte de compétitivité" présenté la semaine dernière par le gouvernement. "Ce n'est pas un cadeau, c'est un levier qui offre au système productif un moyen de traverser la crise", a expliqué M. Hollande.

Il a justifié les choix récents du gouvernement, qui se sont appuyés sur le rapport de Louis Gallois. "Aussità´t remis, aussità´t traduit!", a-t-il lancé à  propos de ce rapport, que l'opposition le soupçonnait de vouloir enterrer.

Jean-Marc Ayrault, le Premier ministre (à  droite) et François Peillon, le ministre de l'Education nationale (2e à  droite) à  l'Elysée, le 13 novembre 2012.

Comme ses proches l'y poussaient, M. Hollande a également infléchi l'image de président "normal" qu'il entendait incarner à  son arrivée à  l'Elysée, se posant désormais en "président responsable", mais soucieux de "garder de la "simplicité".

"Je ne suis dans aucune addiction. Vous avez remarqué: président normal, président responsable, pas d'addiction à  aucune substance!", a-t-il plaisanté en réponse à  une question sur l'énergie. "Tant qu'il n'y a pas de nouvelle technique, j'ai dit que durant mon quinquennat il n'y aurait pas d'autorisation de permis" d'exploration des gaz de schiste, "en fonction d'une loi votée par le Parlement avant que nous arrivions aux responsabilités", a-t-il souligné, confirmant une position énoncée lors de la conférence environnementale en septembre. "Par ailleurs, la recherche continue, sur d'autres techniques", a-t-il poursuivi.

13 novembre conférence de presse du président de la République à  l'Elysée. photo Réveil FM

Freddy Mulongo à  l'Elysée. photo Réveil FM

Hommage appuyé à  Jean-Marc Ayrault

François Hollande a tenté d'expliquer le recours à  des hausses de TVA, impà´t honni par la gauche auquel il se refusait pendant la campagne présidentielle.

Contrairement à  Nicolas Sarkozy, qui avait décidé au printemps une hausse de la TVA sur laquelle le gouvernement est revenu, "je n'ai pas attendu cinq ans pour prendre une décision", a-t-il argumenté. "J'ai annulé celle qui me paraissait injuste pour renvoyer à  2014 une refonte, une modernisation des taux de TVA", a plaidé M. Hollande, assurant que la TVA dans la restauration serait fixée, à  compter de 2014, "une fois pour toutes" à  10%.

Le chef de l'Etat a défendu le tempo de son action. "Trouvez un gouvernement qui ait aussi rapidement pris des décisions sur deux question qui minent" l'économie française, "la dette publique et la question industrielle et productive", a-t-il lancé.

400 journalistes accrédités pour la première conférence de presse à  l'Elysée. Photo Réveil FM

Des journalistes à  l'Eysée. Photo Réveil FM

Il a rendu hommage et assuré de "toute sa confiance" son Premier ministre Jean-Marc Ayrault, voyant en lui un homme "sérieux, loyal dévoué et concret".

Mais il a aussi remis à  sa place le ministre de l'Intérieur, le plus populaire de son gouvernement qui un peu plus tà´t avait provoqué de vives protestation de l'opposition à  l'Assemblée nationale, après avoir accusé la droite d'être responsable du "retour du terrorisme". Le président a évoqué l'incident, en demandant à  M. Valls et à  la droite de ne pas se diviser sur le terrorisme.

Il a aussi rappelé à  l'ordre les alliés écologistes et radicaux, en les appelant à  être "solidaires" de l'action du gouvernement.

Sur la réforme des institutions, M. Hollande s'est voulu volontaire sur la réforme du non-cumul des mandats, qui fait grincer des dents jusqu'au sein du PS: "Le non-cumul des mandats, nous le ferons", a-t-il assuré.

Parmi les autres propositions du rapport que lui a récemment remis Lionel Jospin, le président a cité "l'introduction d'une part de proportionnelle" dont "nous discuterons avec les forces politiques", "la fin de l'immunité du chef de l'Etat tant en matière pénale que civile", et "la création d'une Haute autorité de déontologie pour prévenir les conflits d'intérêts", ce qui "est devenu une obligation".

Le chef de l'Etat s'est attaché à  répondre aux appels pressants de Bruxelles, de l'Allemagne et des principales organisations économiques internationales, impatientes de voir la France s'engager résolument sur le chemin des réformes structurelles. Les rapports avec l'Allemagne "sont bons", a déclaré M. Hollande.

19h28: Après 2h28, la première conférence de presse de François Hollande à  l'Elysée est désormais terminée. Merci de nous avoir suivi!

19h27: ``Si la seule erreur est de vous avoir invité à  l`Élysée je la reconnais et je vous demande grà¢ce et pardon» Fin de la conférence de presse sur une note d'humour, refusant de se livrer à  une autocritique.

19h26: ``Nous devons être plus vigilants encore pour assurer la place de la France» dans l'Otan François Hollande répondait à  une question sur le rapport Védrine, qui doit éclairer sur le commandement intégré de l'OTAN.

19h24: Sur la demande d`élévation de la Palestine au statut d'Etat non-membre auprès de l'Assemblée générale de l'ONU François Hollande rappelle que ce n'est pas la première fois que la Palestine prend ce type d'initiative. Il indique que ``tout doit être fait pour qu'il y ait d'abord négociation directe entre les deux Etats», et qu'il le dira à  Mahmoud Abbas lorsqu'ils se rencontreront. En ce qui concerne le conflit israélo-palestinien, ``le seul objectif pour nous, c'est la négociation pour une issue définitive».

19h22: ``Tout est fait et sera fait pour libérer nos compatriotes au Mali». ``Je fais tout pour que les ravisseurs comprennent que c'est le moment de les libérer, parce qu'ils n'ont rien à  espérer en les gardant.» François Hollande ajoute que ce sont les Africains, et pas la France, qui vont intervenir au Mali pour récupérer la souveraineté pleine et entière de leur territoire. ``Il y a plusieurs mois avant l'intervention pour que nos compatriotes soient libérés.» Il ajoute que tout est ``bien sà»r» tenté au Mali pour éviter une intervention militaire.

19h21: Dernière question, mais en fait il y en aura trois...

19h15: Question sur sur la réalité de la réorientation de l'UE ``Les manifestations de demain ne vont pas remettre en cause notre politique mais l'appuyer.» ``Quand je regarde les mots d'ordres des grévistes : nous pourrions aussi les utiliser.».

19h10: ``Nous devons avoir une relation plus confiante et plus exigeante envers l'Asie». ``J'ai voulu aller dans ce sommet des pays euro-asie car nous devons poser des règles et profiter de la croissance asiatique.»

19h08: Le voyage du Président français est ``attendu, espéré comme un grand moment». ``Il est préparé avec beaucoup de soin», explique François Hollande, soulignant qu'``il intéresse l'avenir et l'Histoire». Il ajoute qu'il souhaite ainsi ``dépasser, surpasser ce qui est lié à  l'histoire douloureuse» de nos deux pays. ``Il y a des potentialités économiques énormes», conclut-il.

19h06: ``A aucun moment je n'ai donné aucune consigne pour qu'Aurore Martin puisse être contrà´lée par qui que ce soit, où que ce soit» Après un rappel sur le mandat d'arrêt européen , François Hollande réaffirme que ni lui, ni aucun membre du gouvernement n'a été ``interpellé pou dire quoi que ce soit au nom de la France». Il ajoute qu' Aurore Martin relève désormais de la justice espagnole. ``L`Espagne est une démocratie, nous avons confiance en sa justice», dit-il. ``En France et en Espagne, il y a un principe d'indépendance de la justice, quelle que soit mon opinion personnelle.»

19h03: Du bon usage des personnalités de la société civile Les personnalités de la société civile ne réussissent pas le mieux au sein d'un gouvernement, mais sont utiles pour ``fournir de manière incontestable une évaluation d'une situation». C'est la valeur-ajoutée de Louis Gallois, selon François Hollande.

``La politique ce n'est pas un métier, c'est une expérience.» Le rapport Gallois a été salué de tous, car il n'était pas un membre du gouvernent, selon le Président. ``Le pire serait de le faire entrer au gouvernement, mais ça ne sera pas le cas», conclut François Hollande.

19h: ``Les zones libérées, et notamment là  où il y a des réfugiés, les Nations Unies doivent faire en sorte de sanctuariser ces zones» 18h57: ``En aucun cas la France n'interviendra elle-même au Mali». François Hollande souligne qu'il ne s'agit pas d'``intervenir à  la place des Africains», mais ``d'aider les Africains à  lutter contre» la menace qui pèse au Sahel et sur le Nord Mali. Il martèle que ``c'est la CDEAO qui prendra la décision d'intervention militaire. La France et l'Europe feront en sorte de soutenir logistiquement, avec aussi de la formation, cette préparation, mais en aucun cas la France n'interviendra elle-même au Mali».

18h55: Seconde question de politique étrangère, sur le Mali.

18h53: ``La France reconnaît la Coalition nationale syrienne comme seule représentante» de la Syrie. Le Président fait cette annonce, rappelant qu'il avait souhaité au lendemain de son élection à  la formation d'un gouvernement provisoire en Syrie. ``J'annonce ici que la France reconnaît la coalition nationale syrienne comme la seule représentante du peuple syrien et donc comme le futur gouvernement provisoire de la Syrie démocratique», a déclaré le chef de l'Etat. Il affirme par ailleurs qu'aucune intervention ne se fera en Syrie sans le consentement du Conseil de sécurité de l'ONU, mais que ``partout où des zones seront libérées et sous la responsabilité du gouvernement de transition, elles seront protégées».

18h52: Première question de politique étrangère, sur la Syrie. 18h49: ``Nous allons agir» pour les collectivités les plus pauvres de notre pays. La première décision, déjà  votée, d'augmenter de 50% les dotations de développement urbain, puis de faire progresser la dotation de solidarité urbaine de 120 millions d'euros, puis de mettre en place des fonds de solidarité ``de péréquation». ``Nous n'attendrons pas. Dès le prochain budget il y aura de la justice territoriale.» ``Dans ces villes, j'agis pour la jeunesse», affirme le Président.

18h46: ``Nous devons aller chercher la croissance avec toutes les forces vives de la Nation». ``Je ne suis pas dans la prévision mais je suis dans l'action pour relever le taux de croissance, affirme le Président, qui souligne cependant qu'``il peut se passer beaucoup de choses en 2013». ``Nous allons sortir à  un moment ou à  un autre de la crise. La question c'est quand et comment.» ``Ce que je veux c'est qu'au moment où la reprise va s'esquisser, c'est que la France soit au rendez-vous.»

18h43: Petit coup d`œ“il dans les coulisses de la conférence.

18h39: ``Rien ne doit être fait pour affaiblir» la relation franco-allemande. Après avoir balayé les ``rumeurs et confidences non confirmées», le Président affirme que ``la réalité c'est que la Chancelière [Angela Merkell] et [lui ont] la responsabilité de faire avancer l'Europe». Concédant qu'il y a des ``différences» entre eux, François Hollande souligne que ``personne ne fait la leçon à  personne», donnant plusieurs exemples où ils ont ``trouvé l'équilibre».

18h36: ``Est-ce que je me détermine face aux sondages? Non». Répondant à  une question sur la chute du couple exécutif dans les sondages, le Président dit qu'il n'est pas ``facile» ni ``populaire» d'annoncer certaines décisions. Il ajoute en souriant: ``Je remercie les organes de presse de commenter les sondages, ça me fait faire des économies.» François Hollande explique ensuite: ``On fait toujours des erreurs. Et je suis le premier responsable, car je suis celui que les Français ont élu.» Il concède également des ``couacs». Mais ``j'en ai tiré toutes les leçons, affirme-t-il. Il y a suffisamment à  faire pour que chacun s'occupe de sa tà¢che».

18h34: ``Par ici M. le Président!». François Hollande avait perdu la journaliste qui lui posait une question sur les Outre-Mers...

. 18h33:. Sur Twitter, les journalistes jouent à  la #fashionpolice marie-eve malouines @MEMalouines Les chaussettes roses de m sapin #ConfPR pic.twitter.com/HTR7udBF 13 Nov 12

18h27: ``Aujourd'hui nous devons faire un effort, pour que notre offre soit renforcée». ``Nous avons à  faire un effort pour que notre offre soit renforcée, consolidée plus compétitive et je l`assume», affirme le Président.

18h26: ``Nous pouvons atteindre les 3% de croissance euh de déficit». Petit lapsus du Président, qui se reprend immédiatement, souriant: ``3% de croissance, j'aimerais bien.»

18h23: ``Nous avons besoin de plus de croissance, et je ne suis pas le seul à  le dire». ``Trop longtemps il y a eu dans les pays européens une politique menée dans une seule direction.» Réduire les déficits oui, mais accompagné de mesures pour la reprise de la croissance, explique François Hollande. Il affirme que les dirigeants Européens se rendent compte aujourd'hui qu'il faut de la croissance.

18h20: ``àŠtre président de la République me paraît la meilleure réponse à  mes détracteurs». ``Je parle l'anglais couramment ou presque.» Répondant à  une question sur le ``Hollande bashing», le Président fait de l'humour, et admet admet que Sarkozy fà»t lui aussi très critiqué par la presse en son temps. ``J'ai une conception de la liberté de la presse qui fait que je ne suis touché par rien.» ``Je ne pense pas que les Français se déterminent simplement par ces impressions.» Il affirme vouloir être jugé ``sur une cohérence, une constance, une confiance, des résultats», soulignant qu'il pense que ``ça se retourne». ``J'ai vécu des moments plus difficiles. àŠtre président de la République me paraît la meilleure réponse à  mes détracteurs.»

18h19: Sur le vote des étrangers, ``il y aura la recherche d'une majorité. Je ne désespère pas». Quant au référendum promis pendant la campagne, il interroge: ``Vous pensez que c'est aujourd'hui ça qui m'est demandé? Si nous n'y arrivons pas par voie parlementaire, je verrais où n est l'état de la société» pour aller en ce sens, mais pas pour le moment.

. 18h18:. ``Il y aura nécessairement des suppressions d'effectifs dans les autres administrations que l'éducation nationale» Ce sont les collectivités territoriales qui vont être mises à  contribution pour les économies, indique le Président.

18h13: ``Je suis un Président...». ``Je suis un président qui entend être responsable, je ne fuis à  aucun moment. Je suis un Président qui n'est pas chef de parti. Je suis un Président qui ne veut pas opposer les Français entre eux.» François Hollande s'arrête là , affirmant qu'il ``fait en sorte de mobiliser». ``Je n'ai pas voulu me substituer au Gouvernement» après la remise du rapport Gallois, donne-t-il en exemple. Il explique qu'il a préféré ``faire [s]es arbitrages après un travail du Gouvernement sur ce rapport. ``Voilà  ma méthode.»

18h10: ``Ne cherchons pas à  utiliser telle phrase à  des fins de politique intérieure. C'est trop grave.» Les propos de Manuel Valls et le ``tumulte» qui en ont découlé lui ont été rapporté, dit François Hollande. ``La lutte contre le terrorisme doit rassembler tous les Français», affirme-t-il, la démonstration en a été faite lors de la tuerie de Toulouse. ``Ne polémiquons pas, ne cherchons pas à  utiliser telle phrase à  des fins de politique intérieure. C'est trop grave.» François Hollande souligne le ``travail remarquable» du ministre de l'Intérieur. ``Face aux menaces qui demeurent à  l'intérieur, à  l'extérieur, c'est une cause sur laquelle nous devons nous retrouver.»

18h08: Le droit de vote des résidents étrangers, une réforme constitutionnelle Il souligne que cette proposition est au programme des chefs de l'Etat successifs depuis 30 ans. Re-tacle à  Sarkozy: ``J'ai souvenir que mon prédécesseur l'avait un temps envisagé.» La majorité des trois cinquième n'est pas constituée aujourd'hui. ``Lorsque cette majorité sera envisagée, je prendrai mes responsabilités, mais pas avant.»

18h07: ``Nous avons besoin pendant encore un temps de l'énergie nucléaire».

18h06: ``Aujourd'hui la fracturation hydraulique serait une atteinte à  l`environnement. Je la refuse» Il réaffirme son opposition à  la fracturation, répondant à  une nouvelle question sur les gaz de schistes. Cependant, concernant la recherche sur les autres techniques ``je laisse les chercheurs travailler et je prendrai mes responsabilités» si une nouvelle technique venait à  être découverte.

18h04: ``Je demande à  la majorité d'être solidaire». Expliquant qu'il ne voulait pas qu'un seul parti soit représenté au Gouvernement, François Hollande appelle à  la cohésion du Gouvernement et au respect mutuel.

18h02: Un débat sur la transition énergétique donnera lieu à  une loi Répondant à  une question sur l'avenir de l'énergie en France, François Hollande dit qu'il va ``faire monter les énergies renouvelables». Un débat sur la transition énergétique donnera lieu à  une loi.

Ajoutant la question ``qui ne [lui] est pas posée» des gaz de schiste, il redit que durant son quinquennat, et ``en fonction de la loi votée par le Parlement avant son arrivée aux responsabilités», qu'il n'y aura pas de reprise des exploitations.

18h: Jean-Marc Ayrault est ``sérieux, loyal, dévoué à  la cause publique et concret». ``Il sait ce que décider, diriger veut dire. Voilà  pourquoi je lui renouvelle ici toute ma confiance.» Le Président répondait à  une question concernant la longévité du Premier ministre à  son poste.

17h59: ``La Présidence exige de la hauteur». François Hollande explique qu'il veut être respectueux des autres acteurs, comme le Premier ministre, le Gouvernement, le Parlement, les partenaires sociaux... Il affirme que sa méthode de concertation permet de prendre les bonnes décisions plus rapidement.

17h58: ``Le pays a besoin d'apaisement». ``Plus c'est difficile, plus l'apaisement. est indispensable.»

17h57: ``Par moment, en tant que président de la République, nous devons faire des choix, parfois périlleux».

17h55: Cependant, il a été élu sur 60 propositions. François Hollande souligne qu'il ne ``stigmatise pas» certaines catégories de la population, comme les exilés fiscaux par exemple. Concernant le ``mariage ouvert à  tous», il rappelle que le texte sera débattu à  l'Assemblée Nationale, et explique que ``ce sera un texte d'égalité, et de liberté», mais ``ne veut pas en faire un texte de division».

17h53: ``Je suis l'élu de toute la Nation». Répondant à  une question concernant de possibles clivages dans la société française du fait de son action politique, François Hollande confirme qu'il est issu du parti socialiste, mais qu`il représente l'ensemble de la Nation, ``y compris ceux qui n'ont pas voté pour [lui]».

17h50: ``Pour que la France pèse, pour qu'elle puisse parler fort, il faut que ses compte soient en bon ordre et que sa compétitivité soit redressée» François Hollande explique pourquoi il a concentré ses efforts sur le redressement de la compétitivité et des comptes publics.

17h48: ``Ce qui m'importe c'est de m'assurer que ce que je fais est utile, efficace, et juste».

17h47: ``C'est vrai que j'avais contesté la TVA sociale». ``Moi je n'ai pas attendu 5 ans», tacle le Président, dans une allusion peu voilée à  son prédécesseur Nicolas Sarkozy. ``J'assume, parfois nous devons corriger.» ``J'ai d'abord annulé celle que je trouvais injuste», rappelle le Président qui redit qu'une restructuration de la TVA sera proposée en 2014. ``Si 0,4 points peuvent faire problème entre nous, je les prends à  mon compte», conclut-il.

17h46: Y a-t-il eu ``un virage» dans la politique du Président? François Hollande dément qu'il y ait eu ``plusieurs temps dans le quinquennat». ``En 6 mois, je n'ai pas eu besoin de faire de tournant ou de virage», affirme-t-il.

17h45: Place aux questions-réponses.

17h43: ``Le cap est fixé: la reconquête de notre avenir». ``Voilà  ce que nous avons engagé depuis 6 mois. Le cap est fixé». Il sera atteint ``sans relà¢chement ni recul, et ma seule boussole, c'est la justice». ``L'engagement que j'ai pris il y a 6 mois sera respecté, dit le Président, soulignant qu'il réitèrera cet exercice ``autant de fois qu'il sera nécessaire».

17h42: Le rapport Jospin sera traduit ``avec la même célérité» ``Ces conclusions, pour l'essentiel je les fait miennes», affirme François Hollande, citant la fin du cumul des mandats, la fin de l'immunité du chef de l'Etat... Il ajoute que ``dès l'année prochaine» ces conclusions se retrouveront dans un projet de loi.

17h41: ``La France a besoin de tous». ``Des chefs d'entreprises plongées dans la mondialisation, aux jeunes de nos cités qui cherchent leur place.»

17h40: ``Je ne prépare pas le sort d'une prochaine élection, mais celui d'une prochaine génération» ``Rassembler les Français, c'est mon devoir. Nous devons faire Nation, faire bloc dans nos valeurs, celles qui fondent notre existence commune.»

17h35: Valérie Trierweiler devant son écran. Valérie Trierweiler n'est pas à  l'Elysée pour la conférence de presse de François Hollande, mais assistera à  l'exercice de son compagnon depuis chez elle, a-t-elle affirmé à  Sipa. ``Je regarderai la conférence de presse chez moi à  la télévision», a-t-elle dit sans plus de commentaires.

17h34: L'éducation et les emplois d'avenir pour lutter contre le chà´mage des jeunes. Le contrat de génération a pour sa pat été proposé aux partenaires sociaux, qui l'ont accepté de façon ``unanime».

17h33: Hollande promet une ``mobilisation contre le chà´mage» ``Tout a été dit» en la matière, ``mais tout n'a pas été tenté». ``Ce sera la priorité du quinquennat. Ce sera ma responsabilité», affirme François Hollande.

17h32: ``Remettre la finance à  sa place» D'ici la fin de l'année, la loi bancaire sera présentée, ``séparant activités de dépà´ts, de crédit de celles liées à  la spéculation. Elle interdira les produits toxiques et mettre de l'ordre dans les rémunérations et les bonus». Objectif: avoir des banques au service de l'économie, des entreprises, du logement.

17h31: Le gouvernement remettra au Président au printemps prochain des propositions pou appliquer une fiscalité écologique.

17h30: La restructuration de la TVA au 1er janvier 2014 ``J'ai considéré que ce n'était pas le moment d'ajouter un prélèvement» sur la TVA, c`est pourquoi l`augmentation n'aura lieu qu'en 2014. L'augmentation sera de 0.4, soit de 19.6% à  20%. Elle sera accompagnée d'une baisse de 0.5 du taux réduit pour ne pas impacter les classes populaires, explique François Hollande. Il ajoute que la TVA dans la restauration sera ``fixée une fois pour toues à  10%».

17h28: L'économie n'aime pas les ``chocs» C'est pourquoi le pacte est étalé sur trois ans, et sera financé sur trois ans.

17h27: Les contre-parties du pacte sont ``simples et démocratiques»

17h25: 20 milliards d'euros pour la compétitivité et l'emploi Hollande affirme que ``cette mesure qui a fait parler aura un effet immédiat, dès le 1er janvier.» Il affirme que ce crédit d'impà´t sera ``simple,général, rapide et efficace, et supérieur à  toute autre formule». Il dément ``un cadeau» au système productif, mais ``un levier, un moyen de traverser la crise».

17h24: ``Produire plus et mieux en France» Le pacte de compétitivité et pour l'emploi est ``tourné essentiellement vers les PME pour les aider à  grossir, à  se spécialiser».

17h22: ``Un pacte pour rassembler le pays autour de la seule cause qui vaille, son avenir» Aussità´t commandé, aussità´t appliqué, le Président estime que les conclusions du rapport Gallois sont déjà  mises en œ“uvre.

17h21: ``Le second étage pour le redressement, c'est la compétitivité» Le Président affirme qu'il veut ``répondre au décrochage productif», et que c'est pour cette raison qu'il a commandé le rapport Gallois. Il dément vouloir l'enterrer. ``Nous avons demandé un rapport, c'est pour l'appliquer.»

17h20: ``Il nous faut faire la réforme de l'Etat, de notre organisation, de notre système social, pour qu'il soit plus juste» ``Nous devons être capables de faire mieux en dépensant moins, en faisant autant d'économies que possible». Il rappelle qu'il a demandé 50 milliards d'économies sur 5 ans.

17h18: ``La justice, c'est ce qui nous permet de vivre ensemble» ``Je ne monterai aucun groupe contre un autre», affirme François Hollande.

17h15: Un ``effort inédit» engagé pour maîtriser les dépenses de la France Il souligne que les prélèvements supplémentaires annoncés à  la rentrée coïncident avec son engagment pour 2013. Il rappelle cependant que ces efforts sont conditionnés par ``la justice» (les plus riches doivent fournir le plus d'effort) et ``l'emploi» (pas de contribution supplémenaire pour les PME)

17h13: ``Le second choix que j'ai fait pour ce pays, c'est le désendettement» Il réaffirme que c'est par le désendettement et non par les ``plans d'austérité sans fin» que l'Europe et la France se remettront à  flot. ``Sans en tirer de conclusions», mais sans non plus ``se priver de ce commentaire», Hollande souligne souligne que les taux d'intérêts ont baissé pour la France depuis le 6 mai.

17h12: Il énumère ensuite ses choix D'abord, la réorientation de l'Europe, via le pacte de croissance, le mécanisme de stabilité, qui ont permis ``une nouvelle donne». Il ajoute que, dans lz même période, il a pu ``enfin» établir la taxe sur les transactions financières, qui verra le jour au début de l'an prochain, qui permettra de faire face à  la finance mais aussi aidera au développement. Quant à  la Grèce, dernier de ses chantiers, il considère ``qu'au-delà  des mises au point techniques», le soutien de l'Europe ``est dà»Â» à  la Grèce.

17h11: La France est attendue en Europe, a un rà´le de modèle à  jouer, selon le Président Il affirme les choix qu'il a fait, ``conformes à  ses engagement,s à  ses principes, et aux intérêts de la France».

17h10: ``Retrouver la croissance et réduire le chà´mage», les deux objectifs majeurs de son quinquennat

17h09: Hollande dit qu'il comprend l'inquiétude des Français face à  la crise et leurs doutes par rapport aux capacités ds politiques à  relever ce défi

17h08: ``Une politique c'est une réponse cohérente et forte à  la situation du pays» Cette situation est ``grave», et il est ``inutile de faire le constat des échecs du passé». Il énumère cependant les ``ratés» du gouvernement précédent, notamment économique.

17h07: Il détaille à  présent le travail des parlementaires Citant par exemple la lutte contre la vie chère en Outre-Mer, le renforcement des dispositions contre le terrorisme, les emplois d'avenir ou encore le traité budgétaire européen.

17h05: François Hollande cite les décisions qu'il a prises par décret depuis son entrée en fonctions

17h04: Il rappelle qu'il avait pris l'engagement durant la campagne de ``rendre compte tous les 6 mois» de son action

17h03: François Hollande fait son entrée dans la salle des fêtes de l'Elysée.

16h55: En attendant les premières déclarations de François Hollande, nous avons demandé aux internautes ce qu`ils attendent de cette première conférence de presse ``Du réalisme», ``du courage», ``de l`action» répondent-ils en majorité. ``J'attends avec impatience l'homme politique qui aura le courage de dire qu'on est dans la mouise et qu'il a les mains liées, qu'on va avoir du mal à  s'en sortir mais qu'il va faire de son mieux.» écrit Toto.

Pour Pie-voleuse, il est temps de ``dégainer un plan de bataille, argumenté, détaillé, carré». ``On veut du réalisme économique, on veut avoir la sensation qu'il sait ce qu'il fait et où il va. On veut juste un président en fait.» ajoute-t-elle.

Maria, par mail nous explique attendre ``un bilan clair de ce qui a été réellement fait jusqu'à  ce jour, parce qu'il y a beaucoup de confusion et surtout de désinformation».

Surtout pas de ``bilan rétroviseur» pour Jean-Pierre qui nous écrit par mail également et en majuscules ce qu`il veut voir. De l`action et de la clarté. ``Une vision clairement exprimée des objectifs à  atteindre en terme de redressement de la dette et des dépenses publiques. Quoi, comment, combien, quand et pour quel résultat?» réclame cet internaute.

16h55: Le Gouvernement arrive dans la salle On n'attend plus que le Président...

Partager sur : Partager