Réveil FM, la première radio libre et citoyenne de Kinshasa en République démocratique du Congo !

France-Maroc, un partenariat exceptionnel...avec les droits de l'homme !

Le Premier ministre, Jean-Marc Ayrault, a vanté jeudi 13 décembre au Maroc la "colocalisation" industrielle, un partenariat qui permettrait à  la France de faire au Maghreb ce que l'Allemagne a réalisé avec les pays de l'Est après la chute du Mur de Berlin. Il a vanté le concept de "colocalisation" dans un pays dont la France est le premier partenaire économique. Ce sujet en vogue à  l'heure de la mondialisation a fait l'objet d'un accord à  l'issue d'une "réunion de haut niveau" rassemblant à  Rabat le chef du gouvernement français, huit ministres, et leurs homologues marocains. Plutà´t que de se tourner le dos, c'est se tendre la main et avoir des partenariats stratégiques. Dans une déclaration commune, France-Maroc s'engagent à  développer des "projets spécifiques" et promettent de se concerter "sur les thématiques et projets à  privilégier, notamment dans les secteurs des infrastructures de l'aménagement et des transports urbains, de l'agro-alimentaire, des énergies renouvelables, de l'automobile et de l'aéronautique". "Notre objectif, c'est d'éviter ce que souvent on craint en France, les délocalisations", a-t-il déclaré mercredi devant des patrons réunis en forum à  Casablanca. "On est dans une démarche 'gagnant-gagnant' où la coproduction industrielle bénéficie aux deux pays et c'est essentiel", a-t-il ajouté le lendemain devant la communauté française de Rabat. A la conférence de presse au Ministère des Affaires étrangères et de la coopération, Jean-Marc Ayrault , le Premier ministre français à  soulevé le problème du Sahara occidental en précisant que la France soutient la résolution des Nations Unies. Pourtant après son voyage, sa réception au Palais Royal par le roi Mohammed VI, l'inauguration tous les deux du tram de Casablanca, son intervention au Forum des entreprises franco-marocaine, le trajet Casablanca-Rabat, il est 23h28 lorsque Jean-Marc Ayrault en off répond à  ma question sur le Sahara occidental et rassure tous les confrères que les problèmes des droits de l'homme seront abordés avec les autorités marocaines, sans que cela mette en péril les bonnes relations franco-marocaines.

Le ministre des Affaires étrangères Laurent Fabius (2e à  gauche), le Premier ministre français Jean-Marc Ayrault (3e à  gauche), son homologue marocain Abdelilah Benkirane (au centre) et le chef de la diplomatie du Maroc Saad-Eddine El-Othmani (2e à  droite). Photo Réveil FM

Jean-Marc Ayrault, le Premier ministre français et Abdelilah Benkiran, le chef du gouvernement marocain, lors de la conférence de presse au Minsitère des Affaires étrangères à  Rabat. Photo Réveil FM

Le Sahara occidental est un territoire de 266 000 km² du nord-ouest de l'Afrique, bordé par la province marocaine de Tarfaya au nord, l'Algérie au nord-est, la Mauritanie à  l'est et au sud, tandis que sa cà´te ouest donne sur l'Atlantique.

Territoire non autonome selon l'ONU, cette ancienne colonie espagnole n'a toujours pas trouvé de statut définitif sur le plan juridique, plus de trente-cinq ans après le départ des Espagnols, en 1976. Le Sahara occidental est en proie à  un conflit opposant les indépendantistes sahraouis du front Polisario au Maroc qui revendique sa souveraineté sur l'ensemble du territoire. Devenu un enjeu global illustrant la rivalité entre le Maroc et l'Algérie, le dossier saharien bloque toujours la construction de l'Union du Maghreb arabe (UMA).

Le territoire est revendiqué à  la fois par le Maroc (lequel l'appelle `` Sahara marocain ») et par la République arabe sahraouie démocratique (RASD), proclamée par le Front Polisario en 1976. Celui-ci est un mouvement dont l'objectif est l'indépendance totale du Sahara occidental, revendication soutenue par l'Algérie.

Depuis le cessez-le-feu de 1991, le Maroc contrà´le et administre environ 80 % du territoire, tandis que le Front Polisario en contrà´le 20 % laissés par le Maroc derrière une longue ceinture de sécurité, le `` mur marocain ».

Partager sur : Partager