Réveil FM, la première radio libre et citoyenne de Kinshasa en République démocratique du Congo !

Mali: Jean-Marc Ayrault souligne la nécessité de "stopper la menace terroriste" !

Après la réunion à  Matignon sur l'intervention de la France au Mali, le Premier ministre Jean-Marc Ayrault a annoncé un débat au Sénat et à  l'Assemblée nationale le mercredi à  15h. Jean-Marc Ayrault s'est félicité du soutien de "l'ensemble des forces politiques" à  l'intervention française au Mali, après une réunion d'information des responsables parlementaires à  Matignon. Le Premier ministre a par ailleurs salué "le courage" des soldats français déployés au Mali. "J'ai une pensée pour le lieutenant Damien Boiteux qui a péri vendredi", à  qui "un hommage sera rendu dans la cour des Invalides". Abordant le cas des otages français au Sahel, il a martelé que le gouvernement était "conscient des risques" que les opérations armées au Mali faisaient peser sur eux, mais que "ne rien faire" n'aurait pas contribué à  leur libération. "C'est une préoccupation constante et nous sommes en contact permanent avec les familles. Mais ce sont ceux-là  même qui détiennent nos otages qui menaçaient de s'emparer de la totalité du Mali", a encore dit le Premier ministre. Neuf Français sont retenus en otages à  l'étranger, tous sur le sol africain, la plupart au Sahel.

Matignon 14 janvier, Le premier ministre Jean-Marc Ayrault lors sa déclaration. Photos Réveil FM

Déclaration de Jean-Marc Ayrault, Premier ministre, à  l`issue de la réunion avec les parlementaires sur les opérations extérieures de la France.

Lundi 14 janvier 2013 à  l`Hà´tel de Matignon.

Mesdames et Messieurs,

Les mouvements terroristes qui s`étaient emparés, début 2012, du Nord du Mali ont repris, la semaine dernière, l`offensive. Face à  une agression caractérisée qui menaçait l`existence même du Mali, la France a décidé d`intervenir, en appui aux forces armées maliennes.

L`article 35 de la Constitution prévoit, dans un tel cas, que le Gouvernement informe le Parlement.

Dès le 12 janvier, j`ai adressé une lettre aux présidents de l`Assemblée nationale et du Sénat, qui a été diffusée à  tous les parlementaires.

La réunion que je viens de tenir avait pour but de poursuivre cette information. J`ai présenté aux présidents de l`Assemblée nationale et du Sénat, aux représentants des groupes parlementaires, et aux présidents des commissions compétentes du Parlement les objectifs poursuivis par l`intervention de la France.

J`ai annoncé qu`un débat sans vote aurait lieu mercredi après-midi, au même moment, à  l`Assemblée nationale et au Sénat.

Les objectifs de l`opération fixés par le Président de la République sont triples :

- Premier objectif : arrêter l`offensive des groupes terroristes. Nous leur avons déjà  porté un coup d`arrêt à  l`Est. Nous portons maintenant notre effort à  l`Ouest.

- Deuxième objectif : préserver l`existence de l`Etat malien et lui permettre de recouvrer son intégrité territoriale.

- Troisième objectif : préparer le déploiement de la force d`intervention africaine, qui a été autorisée le 20 décembre dernier par le Conseil de Sécurité des Nations Unies.

La France agit à  la demande du Président du Mali, et dans le respect de la Charte des Nations Unies.

Elle bénéficie du soutien de la communauté internationale, à  commencer par les Etats africains. Plusieurs de nos partenaires, notamment le Royaume Uni, la Belgique, le Danemark, les Etats-Unis, et le Canada nous ont également apporté leur appui, et l`Allemagne a exprimé sa disponibilité. Au nom de la France, je les en remercie chaleureusement.

La priorité consiste maintenant à  accélérer le déploiement de la force d`intervention africaine, et la mise en place de l`opération de l`Union européenne.

Afin de protéger le territoire national, conformément aux orientations du Président de la République, j`ai décidé de renforcer le Plan Vigipirate par des mesures concernant notamment la sécurité des transports publics, et la protection de certains bà¢timents sensibles.

Le Gouvernement est conscient, depuis le début des opérations, des risques qui pèsent sur nos otages au Sahel. C`est une préoccupation constante et nous sommes en contact avec les familles. Mais, ce sont ceux-là  mêmes qui détiennent nos otages qui menaçaient de s`emparer de la totalité du Mali. Ne rien faire et laisser le Mali devenir un sanctuaire pour les groupes terroristes n`aurait pas contribué à  la libération de nos otages.

Face à  la menace terroriste, la détermination du Gouvernement ne faiblira pas.

Je me félicite du soutien manifesté depuis le 11 janvier par l`ensemble des forces politiques. La réunion qui vient d`avoir lieu confirme, s`il en était besoin, la capacité de notre pays à  se réunir lorsque sont en jeu les valeurs qui sont au fondement de notre République. C`est notre atout le plus précieux face à  la menace des groupes terroristes.

Ce message d`unité est particulièrement important, à  un moment où nos soldats sont engagés sur le terrain, en appui à  l`armée malienne. Je voudrais ici saluer leur courage, et j`ai une pensée plus particulièrement pour le Lieutenant Damien Boiteux, qui a péri vendredi. Un hommage national lui sera rendu demain dans la cour d`honneur des Invalides.

Mesdames et Messieurs, je vous remercie.

Partager sur : Partager