Réveil FM, la première radio libre et citoyenne de Kinshasa en République démocratique du Congo !

Mali : Paris se lance dans "la reconquête totale"

L'armée française a consolidé dimanche ses positions au Mali, avec un but clairement affiché par Paris, "la reconquête totale" du pays, en partie occupé par des islamistes armés. Sur le terrain, "le déploiement vers le nord des forces de l'opération Serval, entamé il y a vingt-quatre heures, est en cours, vers les villes de Niono et de Sévaré, où elles sont arrivées", a déclaré le lieutenant-colonel Emmanuel Dosseur, de l'armée française au Mali. Niono (350 km de Bamako) se situe à  60 kilomètres au sud de Diabali, localité prise lundi par les islamistes, ces derniers l'ayant, selon l'armée malienne, abandonnée après des bombardements français. M. Le Drian a indiqué hier que Diabali n'avait "pas encore" été reprise par les forces maliennes.

Pour dire merci à  la France, les Maliens s'emparent du drapeau français.

"Tout laisse à  penser que l'évolution de Diabali va être positive dans les heures qui viennent." Sévaré (630 km de Bamako), qui dispose d'un aéroport, est une ville-clé d'où peuvent être menées des opérations plus au nord. Elle n'est qu'à  50 kilomètres de Konna, reprise jeudi par l'armée malienne aux djihadistes. Konna, tombée le 10 janvier, avait précipité l'intervention de la France, qui redoutait une percée des groupes islamiques vers le sud et Bamako. Dans ce contexte, de nouveaux pays (Allemagne, Russie, Canada...) ont répondu dimanche aux demandes d'aide logistique et financière de la Cédéao pour le déploiement de la Misma (mission internationale de soutien au Mali). L'intervention africaine nécessite un financement estimé à  environ 500 millions de dollars, a indiqué dimanche le président de la commission de la Cédéao, Désiré Kadré Ouédraogo.

L'intervention africaine nécessite un financement estimé à  environ 500 millions de dollars, a indiqué dimanche le président de la commission de la Cédéao, Désiré Kadré Ouédraogo

Partager sur : Partager