Réveil FM, la première radio libre et citoyenne de Kinshasa en République démocratique du Congo !

Paul Biya, le président éternel du Cameroun depuis 30 ans pisté de Genève à  Paris

Des opposants au président Paul Biya sont venus à  l`Intercontinental de Genève puis à  Paris pour exiger qu`il ``passe la main».

Paul Biya, l`Éternel Président du Cameroun.

Pour les opposants au président camerounais, l`Hà´tel Intercontinental est devenu un symbole criant de la gabegie de Paul Biya, un habitué de l`établissement genevois. Le 19 janvier, quatre activistes du collectif de la diaspora sont venus demander au chef de l`Etat de regagner de toute urgence son pays.

Ils reprochent notamment au vieux président - à¢gé de 80 ans et réélu en 2011 après trente ans de mandat - de passer beaucoup trop de temps dans le luxueux hà´tel genevois quand les Camerounais vivent dans la misère. Entendus par la police, les militants ont quitté l`hà´tel dans le calme, sans avoir été reçus comme ils le demandaient, nous précisait mardi Eric Grandjean, porte-parole de la police genevoise. Cette action n`est pas la première du genre. Déjà  en 2010, des activistes avaient fait irruption dans l`hà´tel et troublé la quiétude du chef d`Etat et de sa suite.

A Paris, le même collectif a demandé au président français, François Hollande, de ne plus soutenir le dictateur Biya, reçu pour une séance de travail à  l`Elysée. ``Paul Biya passe de huit à  neuf mois par an dans ce grand hà´tel de Genève avec une trentaine de personnes à  sa suite. Cela coà»te une fortune. Toute la rente pétrolière du Cameroun est ainsi détournée à  son seul profit», commente une proche du collectif, jointe par la Tribune de Genève . Cette femme qui se présente comme une militante des droits humains reproche ``à  la Suisse d`être complice et de fermer les yeux».

Contacté, Herbert Schott, ancien directeur de l`Intercontinental, indique que Paul Biya est ``un des plus anciens clients de l`hà´tel». ``Il a commencé à  venir en 1969, quand il était chef de cabinet privé du président, puis premier ministre et chef de l`Etat. Il fait trois séjours par an de quinze jours et occupe avec sa famille un étage de l`hà´tel», raconte Herbert Schott. Deux enfants du couple Biya sont par ailleurs scolarisés à  Genève. Dans un communiqué du 24 janvier, Amnesty International dénonce les exécutions illégales et actes de torture, ainsi que le musellement judiciaire de l`opposition au Cameroun.

Il y a plus de 30 ans, en 1981, François Mitterrand succédait à  Valéry Giscard d`Estaing. A la même période, en 1982, Paul Biya succédait à  Ahmadou Ahidjo. Près de 30 ans plus tard, on a vu Jacques Chirac, Nicolas Sarkozy et aujourd`hui François Hollande accéder à  la présidence. Du cà´té du Cameroun pourtant, Paul Biya est encore, toujours et inlassablement là .

il y aura pourtant eu en 1992, 1997, 2004 et 2011, des élections présidentielles. Remportées par Paul Biya avec à  chaque fois une quasi-unanimité dont ne pourrait rêver aucun politicien français. Immuable au temps et à  l`espace, le président camerounais semble avoir une longévité hors du commun qui l`aura vu depuis la mort d`Omar Bongo devenir le doyen de la `` Françafrique ».

A l`heure où Tranparency International se plaint du manque de démocratie au Cameroun, où les pays maghrébins lancent leurs `` printemps » et où la France guerroie en Cà´te d`Ivoire, en Lybie ou au Mali pour entretenir la démocratie à  l`Européenne, Paul Biya séjourne en France où il rencontre François Hollande et les patrons français dans une `` visite de travail ».

Certes, les analystes remarqueront qu`il a été reçu par l`ambassadeur français plutà´t que par François Hollande lui-même. Certes, ils noteront que Nicolas Sarkozy avait pris son temps avant de féliciter Paul Biya pour sa réélection, ou que les Etats-Unis ou la France n`ont cessé de faire des appels du pied pour que le Cameroun se démocratise.

Il serait pourtant illusoire d`y voir plus que des faits anecdotiques qui sauraient perturber outre-mesure Paul Biya. Entre les plaintes pour `` bien mal acquis », les scandales créés par des séjours à  la Baule coà»tant 800000 € - 525 millions de francs - ou des conflits ouverts avec la première dame, on pense le président camerounais affaibli, sur le point de flancher, mais il continue à  garder cette sérénité qu`il n`a perdu que le temps d`un mois de Février 2008 où le peuple était allé dans la rue.

Et cela aujourd`hui semble clair : aucune autre manifestation que celle du peuple ne pourra faire descendre le président camerounais de son piédestal. Le Sénégal l`a démontré, en empêchant Abdoulade Waye qui prévoyait de se tailler une élection sur mesure, permettant à  Macky Sall de proposer une alternance crédible.

Au Cameroun, on semble attendre un messie, un sauveur qui viendrait bousculer les choses avant de le suivre comme un seul homme : ce messie ne viendra pas, ni de l`intérieur ni de l`extérieur. Pendant que les Camerounais attendent, Paul Biya fait des courbettes devant les patrons français en parlant PPTE et joint-ventures pour appeler la manne étrangère.

Partager sur : Partager