Réveil FM, la première radio libre et citoyenne de Kinshasa en République démocratique du Congo !

François Hollande a passé 10 heures au Salon de l'agriculture

Le Salon de l'agriculture, c'est le lieu des petites phrases. On se souvient encore du fameux "Casse-toi, pauv' con" lancé par Nicolas Sarkozy à  un visiteur du Salon. Cette fois-ci, c'est François Hollande qui s'illustre dans cet art de la réflexion cinglante. à€ un enfant qui lui demandait où était Nicolas Sarkozy, François Hollande a tout simplement répondu dans un sourire: "Tu ne le verras plus". Une séquence que les caméras d'I-Télé n'ont pas raté:
Veuillez installer Flash Player pour lire la vidéo

François Hollande goà»te au yaohourt. Photo Réveil FM

François Hollande s'est engagé pour une "étiquetage obligatoire" des plats cuisinés et a assuré aux éleveurs que la France restait opposée aux farines animales. Photo Réveil FM

Salon de l'agriculture: François Hollande avec un agriculteur. Photo Réveil FM

17h16. François Hollande quitte le Salon de l'agriculture. Le chef de l'Etat aura passé 10 heures sur place pour ce premier jour du 50ème Salon de l'agriculture. C'est une heure de moins que l'an dernier quand il s'y était rendu en tant que candidat à  la présidentielle.

16h32. Stéphane Le Foll assure que les trois carcasses de viande de cheval entrées dans le circuit alimentaire français alors qu'elles contiennent du phenylbutazone sont sans danger. "Il n'y a pas de danger sanitaire. Ce sont des carcasses avec des traces de phenylbutazone et il faudrait manger 500 hamburgers de cheval tous les jours pour avoir des risques, même si ce n'est pas normal et on aurait dà» pouvoir les retirer avant", a déclaré le ministre de l'Agriculture. Ces trois carcasses font partie d'un lot de huit détectées en Grande-Bretagne, dont six ont été exportées vers la France. Les trois autres avaient été interceptées mi-février dans le nord de la France, puis détruites.

15h50. L'équilibre des finances publiques avant 2017. Dans son second discours, François Hollande s'est également exprimé sur l'objectif d'équilibre des finances publiques, assurant que "la trajectoire est bien celle d'aboutir à  un équilibre de nos finances publiques à  la fin du quinquennat". Le chef de l'Etat maintient donc cet engagement de campagne malgré la publication vendredi par la Commission européenne de ses prévisions économiques plutà´t sombres.

15h30. L'action tchadienne au mali saluée. "Je voudrais saluer ce que font les Tchadiens", a déclaré François Hollande en marge du salon, faisant référence aux "combats très durs" auxquels s'est livrée l'armée tchadienne vendredi au nord du Mali, et notamment dans le massif des Ifoghas. Pour le chef de l'Etat, il s'agit de "la dernière phase du processus puisque que c'est dans ce massif-là  que sont sans doute regroupées les forces d'Aqmi".

15h15. Pas de farines animales. "La France s'oppose aux protéines animales. La France a voté contre et la France n'introduira pas ces protéines animales pour ce qui la concerne". François Hollande a tenu à  rassurer les éleveurs alors que la Commission européenne vient d'autoriser le retour des farines de porc et de volailles - dites protéines animales transformées, PAT - pour nourrir les poissons d'élevage et les autres animaux d'aquaculture à  compter du 1er juin.

14h30. "Quelques mois" pour convaincre l'UE. Lors de son deuxième discours prononcé en début d'après-midi au Salon de l'Agriculture, François Hollande s'est de nouveau exprimé sur la question de la traçabilité des produits. Il a dit son souhait d'arriver à  convaincre ses partenaires européens de la nécessité d'"un étiquetage obligatoire" de l'origine des viandes entrant dans la composition des plats cuisinés, soulignant que cela prendrait "quelques mois".

13 heures. Décidément, le scandale alimentaire de la viande de cheval est l'invité de déshonneur de ce salon de l'Agriculture. Après qu'on a appris que du cheval contaminé a été distribué en France deux heures plus tà´t, c'est au tour des Italiens de déplorer l'utilisation, pour des lasagnes à  la bolognaise, de viande de cheval en lieu et place de boeuf. Le produit a été retiré de la vente, six tonnes de viande hachée et 2400 confections de "lasagnes à  la bolognaises" ont été mises sous séquestre, a précisé l'agence italienne Ansa. Il s'agit du premier test positif en Italie.

11 heures. Carrefour, Intermarché et Findus s'engagent à  faire du 100% français. "Intermarché, Findus et Carrefour s'engagent à  n'utiliser que de la viande bovine française dans leurs plats préparés" pour la France, a déclaré le ministre de l'Agriculture Stéphane Le Foll depuis le Salon.

10 heures. L'information est tombée en pleine inauguration du salon :Trois des six carcasses de cheval envoyées du Royaume-Uni vers la France et qui contenaient des traces de phénylbutazone ont été écoulées sur le marché de la viande et sont "probablement" entrées dans la chaîne alimentaire, selon le ministère de l'Agriculture. L'alerte britannique étant intervenue trop tard, ces carcasses arrivées en janvier "avaient été transformées", a indiqué un porte-parole à  l'AFP samedi. Les produits concernés qui pouvaient encore être retirés l'ont été mais certains avaient déjà  été probablement consommés, a-t-il ajouté en soulignant que le "risque" était "mineur pour la santé". Le phénylbutazone est un anti-douleur qui rend la viande impropre à  la consommation.

9h30. Des agriculteurs ont manifesté dans la nuit de vendredi à  samedi dans plusieurs grandes surfaces du Finistère, déversant notamment des dizaines de chariots à  proximité de la résidence du ministre de l'Agriculture Stéphane Le Foll, a-t-on appris auprès du préfet du département. A 150 mètres de la maison, protégée par les gendarmes, ils ont déversé de la terre et plusieurs dizaines de chariots de supermarché. Les manifestants ont dénoncé l'attitude de la grande distribution à  l'égard des producteurs de lait notamment.

8h45. Début du marathon à  travers les pavillons régionaux et agricoles du salon. A midi, le chef de l'Etat fera une pause pour une deuxième conférence de presse sur les sujets économiques d'actualité, après les sombres perspectives tracées vendredi par la Commission européenne. Son long périple devrait se terminer en milieu d'après-midi.

8h30. Premier discours : Hollande veut un étiquetage obligatoire",exprime sa "fierté". Après un petit déjeuner avec des représentants syndicaux, le chef de l'Etat a tenu une première conférence de presse. Affaire du cheval oblige, François Hollande a immédiatement abordé les questions de traçabilité alimentaire. Il a indiqué qu'il exigerait "un étiquetage obligatoire" sur les viandes insérées dans les plats cuisinés. "Je veux que, à  terme, il y ait un étiquetage obligatoire sur les viandes qui sont insérées, introduites dans les produits cuisinés", a-t-il déclaré,  évoquant les "fraudes" constatées ces derniers jours.

Le chef de l'Etat a également promis samedi un soutien "exceptionnel" aux producteurs laitiers "qui sont dans une situation très délicate", lors de l'inauguration du 50e Salon de l'agriculture. "Je pense notamment aux producteurs laitiers qui sont dans une situation très délicate et que nous soutiendrons de manière exceptionnelle", a-t-il déclaré, évoquant plus généralement "une politique nationale de soutien aux éleveurs".

7h30. Combien de temps François Hollande restera-t-il au salon ? L'an dernier, le candidat à  la présidentielle avait arpenté le salon pendant 12 heures. Dans son entourage, on dit qu'il pourrait rester au moins 8 heures sur place.

7h20. "Le bon lait ça fait du bon fromage". Il est arrivé peu après 7 heures, juste à  temps pour assister à  la traite des vaches, en compagnie des ministres Stéphane Le Foll (Agriculture), Guillaume Garot (Agroalimentaire) et Benoît Hamon (Consommation). Dès son arrivée, le chef de l'Etat a été interpellé par un éleveur qui lui a lancé, à  propos de l'alimentation du bétail : "Qu'on arrête de nous contrà´ler sans arrêt, on est sous pression". "Nous aussi on est sous pression", a répondu dans un sourire François Hollande avant de relever, dans un allusion à  la fraude sur les lasagnes : "En même temps quand il n'y a pas de contrà´le, vous voyez..." Dans un registre plus traditionnel, le président a observé, devant un stand de traite, dans une ambiance bon enfant : "Le bon lait ça fait du bon fromage".

7h10. C'est un sondage qui donnera le sourire aux éleveurs. Trois-quarts des Français (77%) considèrent que les consommateurs peuvent avoir confiance dans les agriculteurs et plus des deux-tiers (69%) que ces derniers sont respectueux de la santé des Français, selon un sondage Ifop pour Dimanche Ouest France. Selon l'institut, ces deux chiffres, en progression respective de trois points et cinq points par rapport à  2012, montrent que "le lien entre les Français et les agriculteurs reste fort". Les Français les jugent "modernes" à  80%.

7h00. Le 50e salon de l'agriculture a ouvert ses portes samedi matin. Quelque 700.000 visiteurs sont attendus d'ici le 3 mars.

Partager sur : Partager

Fil des commentaires de ce billet