Réveil FM, la première radio libre et citoyenne de Kinshasa en République démocratique du Congo !

Funérailles grandioses d`Hugo Chavez

Les funérailles d`État du président vénézuélien Hugo Chavez, décédé mardi soir à  l`à¢ge de 58 ans, ont eu lieu vendredi dernier à  Caracas, en présence d`une trentaine de chefs d` État et de gouvernement dont la plupart des dirigeants latino-américains. Plus de 100 000 Vénézueliens étaient dans la rue pour pleurer leur défunt président.

Des Vénézueliens ont réclamé l'entrée de Chavez au Panthéon National.

La présidente du Brésil Dilma Rousseff, accompagnée ici de son prédécesseur Lula et de la fille d'Hugo Chavez, s'est recueillie jeudi soir devant le corps du président vénézuélien La présidente du Brésil Dilma Rousseff, accompagnée ici de son prédécesseur Lula et de la fille d'Hugo Chavez, s'est recueillie jeudi soir devant le corps du président vénézuélien.

100 000 Vénézueliens dans la rue pour Hugo Chavez

La cérémonie a débuté vendredi dernier par la lecture des noms de tous les dirigeants étrangers venus rendre hommage au chef de file de la gauche sud-américaine, décédé des suites d`un cancer.Le cercueil d`Hugo Chavez, entièrement recouvert du drapeau jaune, bleu et rouge étoilé du Venezuela était exposé au centre du salon d`honneur de l`Académie militaire de Caracas.La journée a été déclaré fériée au Venezuela, où la cérémonie était retransmise en direct par toutes les télévisions.Vendredi soir, l`ancien vice-président Nicolas Maduro, désigné par M. Chavez comme son dauphin, prêtera serment comme président par intérim. Il "convoquera des élections en temps voulu, dans les 30 jours à  venir, en accord avec la Constitution", a annoncé plus tà´t le président de l`Assemblée nationale, Diosdado Cabello. Les obsèques nationales du président vénézuélien, embaumé "comme Lénine", se sont déroulées vendredi dernier. Plus d'une trentaine de chefs d'Etat et des centaines de milliers de Vénézuéliens ont assisté à  la cérémonie.

21h37 : Après trois jours d'impressionnants hommages populaires, la politique va reprendre ses droits. "Aujourd'hui, nous n'assisterons pas" à  la prestation de serment de M. Maduro comme président par intérim "parce que nous considérons (...) qu'elle constitue une violation" de la Constitution "et un nouvel acte de propagande électorale", a annoncé à  la presse le parlementaire Angel Medina, membre de la principale coalition de l'opposition.

21h05 : Les Etats-Unis, cible de prédilection des diatribes enflammées d'Hugo Chavez, et les Européens, n'ont envoyé que des délégations de second rang. A l'exception de l'Espagne, qui, protocole oblige, a dépêché le prince héritier Felipe.

20h20 : "La lutte continue!"

"La lutte continue! Vive Chavez! Vive Chavez ! Jusqu'à  la victoire toujours, Comandante!", a scandé Nicolas Maduro, acclamé debout par la foule de dignitaires et militaires vénézuéliens, et applaudi par les dirigeants étrangers rassemblés autour du cercueil d'Hugo Chavez, dans le salon d'honneur de l'Académie militaire de Caracas.

20h18 : Maduro promet loyauté au-delà  de la mort à  Chavez

Dans un discours enflammé et lyrique d'une demi-heure, le dauphin a promis d'honorer le testament moral du leader de gauche sud-américain décédé mardi à  Caracas d'un cancer, en poursuivant "son combat pour les pauvres, pour l'éducation et un monde plus juste".

20h12 : Raul Castro salue la dépouille de Chavez

Fidel Castro, l'ex président cubain, n'a pas fait le déplacement jusqu'à  Caracas mais l'actuel président, son frère Raul Castro, s'y est rendu pour rendre hommage à  Chavez.

20h08 : Hugo Chavez avait pris soin de préparer sa succession en chargeant son vice-président Nicolas Maduro d'assurer la transition et de se présenter comme candidat du parti socialiste au pouvoir pour d'éventuelles élections anticipées qui devraient se dérouler dans un mois.

19h42 : Maduro dépose l'épée sur défunt sur le cercueil. C'est l'un des moments les plus émouvants de ces funérailles. Nicolas Maduro, vice-président, dépose l''épée de Chavez sur son cercueil.

18h53 : Le révérend américain Jesse Jackson , figure du mouvement des droits civiques, prend la parole pendant la cérémonie.

18h40 : Sans surprise, le "gouvernement révolutionnaire" cubain a rendu un hommage vibrant au leader vénézuélien.

Déclaration du Gouvernement révolutionnaire Hasta siempre, Comandante !

Chaavez, Fidel, Evo

C`EST AVEC UNE DOULEUR PROFONDE ET LANCINANTE que notre peuple et le Gouvernement révolutionnaire ont appris la nouvelle du décès du Président Hugo Chavez Frias, et nous tenons à  lui rendre un hommage vibrant et patriotique pour son entrée dans l`Histoire comme un enfant illustre de Notre Amérique.

Nous adressons nos plus sincères condoléances à  ses parents, à  ses frères, à  ses filles et à  son fils, ainsi qu`à  toute sa famille, qui est désormais la nà´tre, tout comme Chavez est aussi un enfant de Cuba, de l`Amérique latine et de la Caraïbe, et du monde.

En ce moment d`immense tristesse, nous partageons les plus profonds sentiments de solidarité avec le peuple vénézuélien, que nous accompagnerons en toutes circonstances.

Que la Révolution bolivarienne soit assurée de notre soutien le plus total et inconditionnel en ces journées difficiles.

Nous tenons également à  réitérer notre soutien, notre encouragement et notre foi dans la victoire aux camarades de la Direction politico-militaire bolivarienne et du Gouvernement vénézuélien.

Le Président Chavez a livré une bataille extraordinaire tout au long de sa vie courte et féconde. Nous nous souviendrons toujours de lui comme le militaire patriote au service du Venezuela et de la Grande Patrie ; comme l`honnête, lucide, téméraire et vaillant combattant révolutionnaire ; comme le leader et commandant suprême qui a réincarné Bolivar, accomplissant son œ“uvre inachevée ; comme le fondateur de l`Alliance bolivarienne pour les peuples de Notre Amérique et de la Communauté des États latino-américains et caribéens.

Son combat héroïque et courageux contre la mort constitue un exemple inégalable de fermeté. Le dévouement admirable de ses médecins et infirmière a été une prouesse d`humanisme et d`abnégation.

Le retour du Président dans sa très chère Patrie vénézuélienne a changé l`histoire. `` Nous avons une Patrie ! », s`était exclamé Chavez avec émotion le 8 décembre dernier, et il y est retourné pour affronter les plus grands risques que lui imposait sa maladie. Rien ni personne ne pourra arracher au peuple vénézuélien sa Patrie retrouvée.

Toute l`œ“uvre de Chavez nous apparaît invaincue. Les conquêtes du peuple révolutionnaire, qui le sauva du putsch d`avril 2002, et qui l`a suivi sans hésiter, sont désormais irréversibles.

Le peuple cubain le revendique comme l`un de ses enfants les plus illustres, et l`a admiré, suivi et aimé comme l`un des siens. Chavez est aussi cubain ! Il a senti dans sa propre chair nos difficultés et nos problèmes, et il a fait tout ce qu`il a pu, avec une extrême générosité, en particulier durant les années les plus dures de la Période spéciale. Il a accompagné Fidel comme un véritable fils, et son amitié avec Raul fut profonde.

Il a brillé dans les batailles internationales face à  l`impérialisme, toujours dans la défense des pauvres, des travailleurs, de nos peuples. Enflammé, persuasif, éloquent, ingénieux et émouvant, il parlé depuis les entrailles des peuples, il a chanté nos joies et déclamé nos vers passionnés avec un éternel optimisme.

Les dizaines de milliers de Cubains qui travaillent au Venezuela lui rendront hommage en accomplissant avec ferveur leur devoir internationaliste, et ils continueront d`accompagner avec honneur et altruisme l`épopée du peuple bolivarien.

Cuba gardera une loyauté éternelle à  la mémoire et à  l`héritage du Commandant Président Chavez, et persistera dans ses idéaux d`unité des forces révolutionnaires et d`intégration et d`indépendance de Notre Amérique. Son exemple nous guidera dans les prochaines batailles.

Hasta la victoria siempre !

18h25 : Place maintenant à  l'orchestre Simon Bolivar, dirigé par le chef Gustavo Dudamel.

18h15 : Invité de France 5, Jean-Luc Mélenchon , coprésident du bureau national du Parti de gauche, expliquait il y a quelques jours pourquoi il apprécie tant le leader du Vénézuela. Au risque de quelques approximations...

18h10 : Les personnes qui assistent aux funérailles d'Hugo Chavez se recueillent au son de chansons aux rythmes latino. Après avoir interprété "Linda Barinas", Cristobal Jimenez chante "Corrio de Maisanta".

18h05 : Les députés de la Table de l'unité démocratique (MUD), principale coalition de l'opposition au Venezuela, ont annoncé qu'ils n'assisteraient pas à  la prestation de serment de Nicolas Maduro comme président par intérim, qu'ils considèrent comme une "violation" de la Constitution.

En vertu de cette dernière, c'est le président de l'Assemblée nationale qui aurait dà» occuper l'intérim. Mais Hugo Chavez a nommé Nicolas Maduro avant de partir se soigner à  Cuba.

18h05 : Les partisans du défunt président vénézuélien attendent des heures pour pouvoir apercevoir son corps à  l'Académie militaire Les partisans du défunt président vénézuélien attendent des heures pour pouvoir apercevoir son corps à  l'Académie militaire.

17h55 : En dehors de l'Académie militaire, les sympathisants du président vénézuélien entonnent en choeur "Todos somos Chavez" ("Nous sommes tous Chavez").

17h55 : Conséquence étonnante du décés d'Hugo Chavez, l'Etat a décidé d'interdire la vente d'alcool dans le pays pendant une semaine.

17h50 : Les chefs d'Etat et représentants forment une haie d'honneur devant le cercueil d'Hugo Chavez.

17h45 : Le vice-président Nicolas Maduro a déposé une réplique de l'épée du héros national Simon Bolivar sur le cercueil d'Hugo Chavez. L'assistance a applaudi ce geste.

17h40 : Le président iranien Mahmoud Ahmadinejad a pris place aux cà´tés des ses homologues biélorusse et cubain Alexandre Loukachenko et Raul Castro.

17h35 : Les obsèques d'Hugo Chavez s'ouvrent avec l'hymne national du Venezuela. Celui-ci est joué par l'orchestre symphonique Simon Bolivar et par la chorale nationale, tous deux dirigés par le chef Gustavo Dudamel.

17h25 : La blogueuse et opposante cubaine Yoani Sanchez, en visite en Espagne, estime que la mort d'Hugo Chavez, le principal allié régional de La Havane, pourrait stimuler des réformes sur l'île et inciter le régime à  s'ouvrir.

Le futur gouvernement vénézuelien "pourrait réduire l'importante aide économique que reçoit Cuba de la part du Venezuela", ce qui pousserait le régime castriste à  s'ouvrir sur l'extérieur car l'île "aurait alors du mal à  subsister par elle-même", a affirmé Yoani Sanchez.

16h55 : Pourquoi la France est-elle représentée aux funérailles d'Hugo Chavez par Victorin Lurel? Le ministre de l'Outre-mer est notamment le seul membre du gouvernement à  l'avoir rencontré de son vivant.

16h50 : L'acteur américain Sean Penn est arrivé il y a quelques minutes, en compagnie du violoniste et chef d'orchestre vénézuélien Gustavo Dudamel.

16h45 : Le prince Felipe d'Espagne a foulé le tapis rouge de l'Académie militaire quelques minutes avant le président iranien.

16h40 : Le président iranien Mahmoud Ahmadinejad est arrivé vers 16h heure française à  l'Académie militaire de Caracas.

16h35 : Un invité de marque a fait son entrée dans l'Académie militaire de Caracas: Sean Penn. L'acteur américain a fait le déplacement dans la capitale vénézuélienne pour rendre hommage à  Hugo Chavez. Les deux hommes se sont notamment rencontrés pour venir en aide à  Haïti après le tremblement de terre en 2010. Le président vénézuélien Hugo Chavez accueille Sean Penn au palais Miraflores de Caracas en février 2012. L'acteur américain était alors en visite pour évoquer la reconstruction d'Haïti Le président vénézuélien Hugo Chavez accueille Sean Penn au palais Miraflores de Caracas en février 2012. L'acteur américain était alors en visite pour évoquer la reconstruction d'Haïti.

16h25 : Le président colombien s'est fait remarquer lors de son arrivée à  l'Académie militaire de Caracas. Juan Manuel Santos a rompu le protocole en allant saluer et serrer la main des partisans d'Hugo Chavez présents pour rendre hommage à  leur défunt président.

16h15 : Sur la télévision vénézuélienne teleSUR, des experts interprètent la présence du président iranien Mahmoud Ahmadinejad -dont la délégation vient d'arriver à  l'Académie militaire de Caracas- comme un symbole du rapprochement économique et industriel de la république islamique avec plusieurs pays sud-américains, dont le Venezuela, la Bolivie, le Brésil ou l'Argentine.

16h15 : Le président du Chili Sebastian Pià±era, le chef de l'Etat mexicain Enrique Peà±a Nieto et le dirigeant iranien Mahmoud Ahmadinejad sont les derniers responsables à  être arrivés à  l'Académie militaire de Caracas, où les obsèques d'Hugo Chavez se tiendront d'ici quelques minutes.

16h10 : Dans les rues de Caracas, les détracteurs d'Hugo Chavez retiennent surtout "la haine et la division", semées selon eux par le président défunt. Ceux-ci font part de leur crainte de voir le dirigeant socialiste transformé en "martyr", voire en "dieu" par ses successeurs.

"La seule chose que Chavez a faite a été de répandre la haine et la division. Il veulent faire de lui un martyr. Cela me fait rire", lance José Mendez, un programmateur informatique de 28 ans, alors que le président par intérim Nicolas Maduro a annoncé que le corps d'Hugo Chavez serait embaumé.

16h00 : Dans le journal vénézuélien d'opposition El Universal (en espagnol), l'éditorialiste Luis Leon revient sur la popularité inébranlée de Chavez. "Comparé aux autres leaders de chavisme ou de l'opposition, son charisme est sans limite", estime-t-il.

Il cite l'avis d'un chauffeur de taxi peu avant la mort du président. "J'apprécie le gouverneur de ma province, dans opposition, et je critique le gouvernement central (...), racontait-il. Mais quand je vois Chavez à  la télé, je ne peux pas m'empêcher de dire à  ma femme: 'Il se peut que ce bonhomme raconte des bobards, qu'il ne résolve pas les problèmes du pays, mais lui au moins, il est comme moi'."

15h45 : Le président défunt du Venezuela rejoint le club VIP de révolutionnaires du XXe siècle dont le corps a été embaumé et livré à  l'adoration des foules. Espérons que les médecins vénézuéliens maîtrisent mieux la technique que celui de Mao, en 1967...

14h50 : Les membres de l'équipe de Formule 1 Williams sont en deuil. Le président vénézuélien Hugo Chavez, décédé mardi d'un cancer, était depuis trois ans le principal parraineur de l'écurie. La société nationale des pétroles vénézuéliens (PDVSA) est en effet présente sur les carrosseries des monoplaces anglaises depuis 2011, notamment celle du héros local Pastor Maldonado, victorieux l'an dernier au Grand Prix d'Espagne. Le soutien du Venezuela à  l'écurie n'est pas remis en question par la mort du leader socialiste.

14h30 : Des milliers de Vénézuéliens vêtus de rouge affluent vers l'Académie militaire de Caracas pour assister aux funérailles d'État de leur président Hugo Chavez. Certains ont passé toute la nuit sur l'immense esplanade militaire jouxtant le bà¢timent et dormi sur des cartons ou des journaux.

11h20 : Le père du président vénézuélien s'est recueilli jeudi soir dans la chapelle ardente de l'Académie militaire de Caracas pour rendre un dernier hommage à  son fils.

10h55 : L'ancien vice-président Nicolas Maduro, désigné par Hugo Chavez comme son dauphin, prêtera serment comme président par intérim dans la soirée.

Nicolas Maduro "convoquera des élections en temps voulu, dans les 30 jours à  venir, en accord avec la Constitution", a indiqué le président de l'Assemblée nationale Diosdado Cabello. Selon la Constitution, c'est ce dernier qui aurait dà» assurer l'intérim.

10h35 : La présidente du Brésil Dilma Rousseff, accompagnée ici de son prédécesseur Lula et de la fille d'Hugo Chavez, s'est recueillie jeudi soir devant le corps du président vénézuélien La présidente du Brésil Dilma Rousseff, accompagnée ici de son prédécesseur Lula et de la fille d'Hugo Chavez, s'est recueillie jeudi soir devant le corps du président vénézuélien

10h30 : Un thanatopracteur philippin, célèbre pour avoir "embaumé" le dictateur Ferdinand Marcos, a proposé ses services au Venezuela pour envelopper le corps d'Hugo Chavez d'un halo d'éternité, comme le prévoient les autorités vénézuéliennes.

09h50 : La plupart des chefs d'Etat latino-américains seront présents aux obsèques d'Hugo Chavez, tout comme certains alliés controversés de l'ancien président "anti-impérialiste": outre l'Iranien Mahmoud Ahmadinejad, le Cubain Raul Castro et le Biélorusse Alexandre Loukachenko sont également invités. Les Etats-Unis, cibles de prédilection des diatribes enflammées d'Hugo Chavez, comme les Européens n'ont envoyé que des délégations de second rang.

09h45 : Le président iranien Mahmoud Ahmadinejad est arrivé tà´t ce vendredi à  Caracas pour les funérailles d'Etat. Hugo Chavez était le principal allié de Téhéran en Amérique latine.

09h40 : Le vice-président a fait sensation en annonçant qu'Hugo Chavez sera "embaumé", comme les grands révolutionnaires -et dictateurs- du XXe siècle Lénine, Hà´ Chi Minh et Mao Tse-Toung. Il a été décidé de préparer le corps du Comandante, de l'embaumer, pour qu'il puisse être exposé dans un cercueil en verre, et que le peuple puisse l'avoir avec lui dans son musée de la Révolution pour l'éternité. Nicolas Maduro, vice-président vénézuélien

09h30 : Les funérailles d'Hugo Chavez, défunt président du Venezuela, se déroulent à  partir de 15h30 GMT (soit 16h30 heure française) à  l'Académie militaire de Caracas. Sa dépouille doit ensuite être transférée à  "la caserne de la Montagne", à  l'ouest de la capitale, où un Musée de la Révolution bolivarienne est en construction. Un ministre a indiqué que son corps, embaumé, resterait exposée pendant "au mois sept jours".

Partager sur : Partager

Fil des commentaires de ce billet