Réveil FM, la première radio libre et citoyenne de Kinshasa en République démocratique du Congo !

Inculpation de Sarkozy: les acteurs de l'Affaire Bettencourt

Nicolas Sarkozy sortant du Palais de Justice de Bordeaux après son inculpation par le juge Jean Michel Gentil

LILIANE BETTENCOURT : la milliardaire au centre de l`affaire. L`héritière de L`Oréal, 90 ans, est depuis octobre 2011 placée sous la tutelle de son petit-fils Jean-Victor Meyers. Sur la foi d`une expertise, le juge Gentil fait remonter sa `` démence mixte » au mois de septembre 2006. Conséquence : tous les actes accomplis par elle ou en son nom depuis cette date sont susceptibles de s`apparenter à  des abus de faiblesse, y compris les retraits d`espèces qui, selon sa comptable, auraient été effectués, en février et avril 2007, au profit d`Eric Woerth.

CLAIRE THIBOUT : comptable et témoin clé. L`ex-comptable de la `` maison Bettencourt » est à  l`origine des soupçons de financement illicite de la campagne de Nicolas Sarkozy. Elle affirme qu`Eric Woerth, alors président de l`Association de financement pour la campagne de Nicolas Sarkozy, était le destinataire de certains retraits d`espèces effectués en février et avril 2007 à  la demande de Patrice de Maistre, gestionnaire de fortune de la milliardaire. Le juge Gentil en a fait son témoin clé.

PATRICE DE MAISTRE : un conseiller financier au cœ“ur des soupçons. L`ex-gestionnaire de fortune de Liliane Bettencourt est mis en examen notamment pour `` abus de faiblesse », `` complicité d`abus de confiance et d`escroquerie aggravés » et `` trafic d`influence actif », il est le seul à  avoir effectué de la détention provisoire. S`il reconnaît avoir ordonné à  la demande de Liliane Bettencourt le retrait de 4 M€ entre 2007 et 2009, il a toujours nié la moindre remise d`argent à  Eric Woerth.

ÉRIC WOERTH : l`ex-ministre déjà  mis en examen. `` Je n`ai jamais reçu d`argent de Patrice de Maistre », affirme l`ancien président de l`Association de financement pour la campagne de Nicolas Sarkozy. Mis en examen notamment pour `` trafic d`influence », l`ancien ministre du Budget connaît bien de Maistre, qu`il a lui-même décoré de la Légion d`honneur en 2008. Quelques mois auparavant, ce dernier avait embauché l`épouse du ministre du Budget au sein de sa société. Durant la campagne, les deux hommes ont eu rendez-vous les 19 janvier et 7 février 2007. LP/MATTHIEU DE MARTIGNAC

FRANà‡OIS-MARIE BANIER : auteur d`un journal embarrassant. Ce photographe de 65 ans, intime de la maison Bettencourt, a été mis en examen pour `` abus de faiblesse ». S`il affirme n`avoir jamais croisé Sarkozy chez les Bettencourt, il note cependant, dans son journal du 27 avril 2007, que son amie Liliane aurait accepté de donner de l`argent au candidat. Interrogé sur cette note par le juge, Banier en atténue la portée. Il devait s`agir d`un financement `` officiel », croit-il se souvenir. LP/OLIVIER LEJEUNE

PASCAL BONNEFOY : il a `` vu » l`ex- président chez les Bettencourt. Auteur des écoutes clandestines réalisées, de mai 2009 à  mai 2010, au domicile des Bettencourt, ce majordome de 49 ans a été mis en examen pour `` atteinte à  l`intimité de la vie privée ». Si Nicolas Sarkozy ne figure pas sur les enregistrements, le majordome est formel : il a `` vu » l`ex-chef de l`Etat au domicile des Bettencourt.

NICOLAS SARKOZY : l'ex-président mis en examen. Placé sous le statut de témoin assisté depuis le 22 novembre 2012, l'ancien président de la République, Nicolas Sarkozy, est finalement mis en examen pour abus de faiblesse le 21 mars.

La mise en examen jeudi à  Bordeaux de Nicolas Sarkozy pour abus de faiblesse porte désormais à  17 le nombre de personnes mises en examen, à  des titres variés, dans l'affaire Bettencourt depuis le 14 décembre 2011.

Mais le nombre des acteurs de l'affaire est bien plus important : qui sont les personnages clés de ce dossier ?

Partager sur : Partager