Réveil FM, la première radio libre et citoyenne de Kinshasa en République démocratique du Congo !

Navi Pillay, la Haut Commissaire aux droits de l'homme va en guerre contre la prison de Guantanamo !

La haute-commissaire des Nations unies aux droits de l'homme, Navi Pillay, a demandé vendredi au gouvernement américain de fermer la prison de Guantanamo.

Navi Pillay, la Haut-Commissaire aux droits de l'homme de l'ONU. Photo Réveil FM, archives

Des protestataires déguisés en prisonniers manifestent devant le Capitole à  Washington le 11 janvier 2013 pour réclamer la fermeture de la prison de Guantanamo

Elle estime que `` l'incarcération prolongée sans jugement de plusieurs prisonniers constitue une détention arbitraire et une violation du droit international ». `` Cette violation systématique des droits de l'homme se poursuit année après année. » — Navi Pillay

La haute-commissaire s'est dite profondément déçue par le fait que les États-Unis ne soient pas parvenus à  fermer le centre de détention, situé à  Cuba, malgré les engagements répétés du président Obama en ce sens. Selon elle, cela décrédibilise la position américaine quand il s'agit de critiquer le bilan de droits de l'homme d'autres pays.

Environ la moitié des 166 détenus ont obtenu le feu vert pour être transférés vers leur pays d'origine ou vers un pays tiers en vue de s'y réinstaller. La première étape serait donc de procéder à  leur libération, a soutenu Mme Pillay. Elle dit également souhaiter que les prisonniers accusés d'un crime puissent être jugés par des tribunaux civils plutà´t que militaires.

Commentant la grève de la faim à  laquelle prennent part certains prisonniers, la haute-commissaire a déclaré qu'il s'agissait d'un `` acte de désespoir » clairement compréhensible en raison de l'incertitude et de l'anxiété entourant leur détention.

Au moins une quarantaine de prisonniers sont en grève de la faim depuis le 6 février pour protester contre `` la détérioration de leurs conditions de détention, les provocations religieuses et la réalité écrasante de 11 ans de détention illimitée », selon le Centre pour les droits constitutionnels (CCR).

Le gouvernement Obama a libéré ou transféré plus de la moitié des prisonniers de Guantanamo, mais il accuse le Congrès de bloquer ses efforts pour fermer le camp, très critiqué par les organisations de défense des droits de l'homme.

En janvier, on apprenait que le département d'État américain avait mis fin aux activités du bureau administratif qui œ“uvrait depuis quatre ans à  la fermeture de la prison de Guantanamo.

Partager sur : Partager