Réveil FM, la première radio libre et citoyenne de Kinshasa en République démocratique du Congo !

Affaire Ambassade de Berne: L'ultimatum du tribunal pénal fédéral suisse, Sébastien Mutomb Mujing a jusqu'au 23 avril pour présenter ses papiers d'accréditation !

Lorsque Médiapart a écrit que Jérà´me Cahuzac, l'ex-ministre du budget avait un compte en Suisse certaines personnes ont même rigolé taxant le média d'investigation de tous les noms d'oiseaux. Résultat Médiapart avait raison face à  Cahuzac ! Lorsque nous avions titré que Sébastien Mutomb Mujing, chargé d'Affaires ai s'était tiré une balle aux pieds en s'attaquant à  ses compatriotes et poussant le bouchon trop loin en les traduisant en justice, Réveil FM International ne pensait pas mieux écrire. En effet dans une lettre datée du 12 avril 2013, le tribunal pénal fédéral de Bellinzona a écrit ceci: "Nous constatons que le dossier de ces causes ne comporte pas d`attestation officielle de la qualité de chargé d`affaires ad interim au sens de l`art 19 ch.1 de la convention de Vienne sur les relations diplomatiques, de Monsieur Sébastien Mutomb Mujing lequel a déclaré agir au nom de la mission diplomatique en Suisse de la République démocratique du Congo. Nous vous invitons dès lors à  nous transmettre cette attestation pour le 23 avril 2013 au plus tard".

Sébastien Mutomb Mujing. Photo Réveil FM, archives

Cette lettre ultimatum a été adressée à  Sébastien Mutomb Mujing, ainsi qu'aux cinq congolais (Adam Bingo, Evelyne Mbayi, Chick Osonga Munduki, Ntumba kalala et Jean-Claude Kalala Muayika), sur la quarantaine interpellée, qui avaient fait opposition de payer chacun les 200,- francs de la réparation de la grille de l'ambassade de Berne. Reste à  savoir quel document Sébastien Mutomb Mujing avait présenté lors de sa plainte contre ses compatriotes qui avaient manifesté pacifiquement dans l'enceinte de l'ambassade ? S'il s`avérait que Sébastien Mutomb Mujing au jour de sa plainte s'était prévalu d'un titre sans nomination ou n'avait pas qualité d'engager l'ambassade de la République démocratique du Congo dont le siège est à  Berne alors que la Mission diplomatique auprès de l'ONU est à  Genève, alors là  sa plainte sera nulle et non avenue. L'affaire se corse car dorénavant le tribunal pénal fédéral de Bellinzonna doit avoir dans son dossier le vrai papier de nomination de Sébastien Mutomb Mujing or être ad interim signifie qu'on n'est pas encore confirmé dans son poste. Dans l'affaire ambassade de Berne, Sébastien Mutomb Mujing aurait pu tout en défendant la dictature totalitaire qui sévit en République démocratique du Congo, puisqu'il est payé par ce régime répressif et sanguinaire de Kinshasa, tenter le dialogue avec les Congolais de Suisse anti-hold up électoral au lieu de s'emmurer à  appliquer les méthodes fortes.

Des congolais ont manifesté pour dénoncer le second hold up électoral de Joseph Kabila, après le tripatouillage de la Constitution de Liège et la corruption avérée des parlementaires godillots. Ils s'étaient donnés rendez-vous à  l'ambassade de République démocratique du Congo à  Berne, en territoire congolais et ils avaient chanté et dénoncé les fraudes électorales du régime Kabila. Sébastien Mutomb Mujing qui n'est pas Ambassadeur de la République démocratique du Congo en Suisse mais plutà´t Chargé d'Affaires ad interim à  la Mission diplomatique auprès de l'ONU à  Genève, oubliant que la Suisse est une confédération, que Genève n'est pas Berne ni Bellinzonna, par excès de zèle avait porté plainte contre des Congolais qui manifestaient pacifiquement dans l'enceinte de leur ambassade.

L'ambassade fantà´me de la RDC avant la manifestation pacifique des Congolais contre le hold-up électoral

Des manifestants congolais dans l'enceinte de l'ambassade de la RDC à  Berne

L'enclos de l'ambassade depuis sa réparation. Photo Réveil FM, archives

Dossier à  suivre !

Partager sur : Partager