Réveil FM, la première radio libre et citoyenne de Kinshasa en République démocratique du Congo !

Souvenirs: Formation des radioteurs à  Mbuji-Mayi et Mwene-Ditu dans le Kasaï-Oriental

A quelques mois des élections présidentielles et législatives de 2006, plus précisement du 16 au 28 octobre 2005, Freddy Mulongo, ex-président de l'Association des Radios Associatives et communautaires du Congo (ARCO de 2001-2007) et Président-Directeur Général de Réveil FM, Christophe Boisbouvier de RFI, journaliste-formateur, étions à  Mbuji-Mayi dans le Kasaï-Oriental pour une formation aux radioteurs du Grand Kasaï sur le reportage en période électorale... Sans aucune nostalgie mais des souvenirs qui reviennent.

Rétrouvailles, Christophe Boisbouvier de RFI et Freddy Mulongo au Centre d'Accueil de la Presse Etrangère (CAPE) à  Paris.

17 octobre 2005, Mbuji-Mayi, Freddy Mulongo prononce le discours d'ouverture de la formation sur reportage en periode électorale.

La formation des radioteurs à  Mbuji -Mayi

Notre ami et confrère Ghislain Banza Kamuela que la HAM avait débauché en le nommant coordonnateur adjoint de la fameuse Haute Autorité des Médias (HAM) pour la Province du Kasaï-Oriental, Christophe Boisbouvier, Freddy Mulongo et Willy Muka.

Christophe Boisbouvier est un icà´ne en République Démocratique du Congo, sa notoriété le poursuit partout en Afrique. Venu dans la capitale du diamant pour animer un séminaire de formation, d'une semaine avec 15 journalistes des radios associatives et communautaires sur le reportage radio en période électorale, sa pédagogie conviviale a mis aussità´t les stagiaires de Mbuji-Mayi, Mwene Ditu, Kananga, Tshikapa, Senge et Kamako sous la magie de son charme. Il n`a fallu d`ailleurs à  cette icà´ne de la radio mondiale que deux jours pour connaître les noms de tous les séminaristes. Homme d`une très grande simplicité, le journaliste interviewer patenté de l`invité de RFI des éditions africaines est très cordial. D`un abord facile, il répondait avec sollicitude à  toutes les préoccupations de ses confrères congolais. Par souci d`intégration et de solidarité journalistique, il accepta d`organiser à  l`issue du séminaire de Mbuji-Mayi une causerie radiophonique axée sur `` les élections en RDC : pièges et dérapages à  éviter par les professionnels des médias ». Pour ce faire, M. Auguy Ilunga de la Radio Télé débout Kasaï, à  l`étonnement général, loua une salle pour que tout son personnel puisse participer à  cette entrevue. L`interviewer vedette de RFI se livra alors à  coeur ouvert pour examiner avec ses pairs toutes les implications de la donne électorale congolaise. Et trois heures durant, Christophe Boisbouvier se prêta sans broncher au jeu des questions - réponses.

Visite de la Radio-Télé Fraternité Bwena Muntu (catholique ) à  Mbuji Mayi

Willy Munka, Christophe Boisbouvier et la technicienne de la Radio Fraternité Bwena Muntu

Photo de famille avec l'équipe de la Radio-Télé Fraternité Bwena Muntu de l'époque

Durant la formation, avec un brin de dérision, subjugués par les matos up to date de leur maître, les séminaristes congolais qualifièrent leurs matériels d`enregistrement désuets `` d`Antonov ». En effet, ces enregistreurs démodés de marque asiatique utilisés par les stagiaires pour leur reportage faisaient plutà´t des bruits au lieu de donner un son approprié. Et le reporter se trouvait obligé d`expliquer lui-même le contenu de son reportage, le son de son vieil arsenal étant souvent inaudible. Mais cela n`était souvent qu`une façon de détendre l`atmosphère.

Le 26 octobre 2005, la fin de session de formation et remise de brevet. La stagiaire Rachel de la RTNC de Mwéné-Ditu

Le vice-gouverneur du Kasaï-Oriental

D`ailleurs, cette cocasserie n`épargna personne. Se moquant de la guimbarde qui servait de moyen de locomotion à  Christophe Boibouvier, la multitude la surnomma `` voiture amphibie », parce que prenant eau de toutes parts lorsqu`elle passait au travers des mares abondantes des rues de Mbuji-Mayi wa Balengela après les averses tropicales.

Visite du polygone de la Miba et reportage

La Société minière de Bakwanga ou `` Miba » est l'une des principales entreprises de la République démocratique du Congo, peut-être la principale après la Gécamines. Autrefois, l'entreprise s'appelait Forminière (Générale des forestières et minières). C'est une société mixte dont 80 % des actions sont détenues par l'État congolais, le reste par des investisseurs étrangers dont le principal est la compagnie belge Sibeka. Elle est principalement active dans l'exploitation diamantaire au Kasaï (Mbujimayi et Tshikapa). Une partie de ses actifs a été repris par la société Sengamines disparue depuis. L'industrie minière est en plein boom à  l'époque coloniale mais, à  partir des années 1970, la corruption et la mauvaise gestion du régime Mobutu ont ruiné l'industrie. Désormais, la Miba croule sous les dettes (200 millions de dollars) ; les salariés accusent des retards de salaires de plusieurs mois. Certaines mines ont même été fermées pendant plusieurs années.

Freddy Mulongo, Christophe Boisbouvier et l'ingénieur de la Miba.

L'ingénieur répond aux questions de Freddy Mulongo.

Interview d'un autre ingénieur de la Miba par Freddy Mulongo.

Visite du concasseur des pierres.

Visite de la grue géante, la `` Dragline » que la Miba venait d`acheter à  une société américaine de Pennsylvanie.

Vue des laveries de la Miba.

Visite de la ville de Mwene-Ditu

Mwene-Ditu est une ville au sud du Kasaï-Oriental. Elle est à  135 km de la ville de Mbuji-Mayi, elle a acquis le statut officiel de ville en 2003, en même temps que Tshikapa. Hormis la superficie de la ville, le territoire serait dorénavant repris sous la nouvelle appellation de territoire de Luilu. La ville a largement grandi en 1992, avec l'arrivée de Kasaïens expulsés du Katanga.

Sur la route de Mbuji Mayi à  Mwéné-Ditu : Robert Ndaya de la Radio Télévision Privée de RTOP, Christophe Boisbouvier et Freddy Mulongo.

Freddy Mulongo et Christophe Boisbouvier avec des confrères de la Radio Mont Carmel Télévision (RMC.TV)

Freddy Mulongo et Christophe Boisbouvier avec des confrères de la Radio Télé Mwene Ditu

Après l'interview de Christophe à  la radio

A la RTNC de Mwene Ditu

De bons souvenirs ! Un bon conducteur a l'habitude de consulter son rétroviseur à  chaque instant. En nous, nous n'avons pas la culture passéiste encore moins nostalgique ! Nous regardons devant nous. Le passé est passé mais il fait partie de notre histoire. Avec du recul, nous sommes moins naïf et sentimental que nous étions. Mais nous sommes demeurer "Constant". La liberté d'expression que nous défendions au Congo, nous le faisons aujourd'hui en France avec la même ardeur multiplié par 100 avec le numérique !

Partager sur : Partager