Réveil FM, la première radio libre et citoyenne de Kinshasa en République démocratique du Congo !

"Bras d'honneur à  la France": Jérà´me Cahuzac n'a pas renoncé à  son argent

Enchaînant les conférences de presse, Jérà´me Cahuzac se positionne en pourfendeur de l'exil fiscal.

Mis en examen pour blanchiment de fraude fiscale, l'ex-ministre du Budget touche toujours ses indemnités. ``Un grand bras d`honneur à  la France entière», selon un porte-parole du PS. Légalement, tout ministre parti du gouvernement de François Hollande est dans son droit en acceptant l'indemnité de 9443 euros brut mensuel durant les six mois suivants son départ. Mis en examen pour son compte non-déclaré en Suisse, Jérà´me Cahuzac, qui a depuis démissionné, profite du système en silence.

Selon RMC jeudi, l'ancien homme fort du Budget a décidé de ne pas se priver de ses six mois d'indemnités en tant qu'ancien ministre, contrairement à  ce que lui avait demandé Jean-Marc Ayrault le 4 avril dernier. Le Premier ministre avait alors écrit une lettre à  Jérà´me Cahuzac pour lui demander d'y renoncer.

Cité par la radio française, Eduardo Rihan Cypel, député de Seine-et-Marne et porte-parole du PS, se dit choqué. ``Jérà´me Cahuzac devrait avoir un peu d`esprit, de dignité et surtout beaucoup d`éthique. Il devrait comprendre qu`avec cette attitude il fait un grand bras d`honneur à  la France entière. Maintenant, il a le droit de se ressaisir. Il est toujours temps de rendre cet argent. Je ne veux pas croire que Jérà´me Cahuzac aime trop l`argent pour ne pas le rendre».

Sauf activité rémunérée

Dans sa lettre à  l'ancien ministre début avril, Jean-Marc Ayrault relevait que Jérà´me Cahuzac avait ``juridiquement droit» à  ces indemnités. Mais ``compte tenu des circonstances», le chef du gouvernement lui demandait d'y ``renoncer».

La loi organique de 1958 prévoit que les anciens ministres ont le droit de percevoir des indemnités pendant six mois après leur départ du gouvernement, sauf s'ils retrouvent une activité rémunérée.

Partager sur : Partager