Réveil FM, la première radio libre et citoyenne de Kinshasa en République démocratique du Congo !

Les 5 raisons de l'humiliation du fossoyeur Malu Malu à  Lyon !

Apollinaire Malu Malu sait ce qu'il lui reste à  faire: enlever sa soutane, s'occuper de sa petite famille dans la banlieue de Lyon, ne pas forcer les congolais à  accepter son retour à  la CENI ! Désavoué par l' Église catholique romaine du Congo, l`église orthodoxe de la RDC vient d'enfoncer le clou, elle rejette le fait qu`on l`ait impliquée dans la fausse élection de Malu Malu, sans son autorisation. Le fameux abbé Malu Malu fait la honte des catholiques congolais comme Daniel Ngoyi Mulunda pour des protestants. Les deux sont fossoyeurs de la République ont contribué au hold-up électoral, en contre partie ils se sont abusivement enrichis. Malu Malu avec la Commission Électorale Indépendante (CEI) pour les élections Louis Michel 2006 et Daniel Ngoyi Mulunda avec la Commission Électorale Nationale Indépendante (CENI) avec les élections de novembre 2011. Tricheur patenté, Malu Malu espère revenir à  la CENI pour préparer le troisième hold-up de Joseph Kabila ! Sur les 70 millions de Congolais seul Malu Malu est expert es élections au Congo-démocratique ? Instrumentalisés à  outrance, les deux ont péchés volontairement en contribuant à  enfoncer la République démocratique du Congo au lieu de l`élever et l'honorer parmi les nations. Après un abbé et un pasteur, auront droit à  un Imam, kimbanguiste, Kitawaliste, Mpandiste...A la tête de cette fameuse Commission Electorale indépendante ? Pourquoi seulement les religieux ? "Les fraudes électorales. Comment on recolonise la République démocratique du Congo" paru chez l'Harmattan, du professeur Fweley Diangitukwa déshabille le calotin Malu Malu dans ses fraudes électorales lors des élections Louis Michel 2006. Réveil FM International donne les 5 raisons de l'humiliation du fossoyeur Malu Malu à  Lyon.

Apollinaire Malu Malu, abbé et suppà´t de Joseph Kabila

Daniel Ngoyi Mulunda, pasteur et suppà´t de l'imposture au Congo

1. La République démocratique du Congo après la fuite de Mobutu et ses dinosaures Mobutistes en 1997, l'arrivée de M'zée Laurent-Désiré Kabila, les rebellions: MLC, RCD-Goma, RCD-KML..., l'assassinat de M'zée Laurent-Kabila au Palais des Marbres en janvier 2001, le parachutage de l'OVNI "Joseph Kabila" à  la présidence de la République, le dialogue intercongolais de Sun city, le gouvernement de transition 1+4=0...Il est vrai que la République démocratique du Congo baigné dans la crise de légitimité, seules élections devraient doter le pays des acteurs politiques légitimes. Mais Malu Malu a imposé aux congolais les élections sans recensement de la population congolaise.

2. Originaire de Butembo dans le Nord Kivu. C'est la partie orientale qui a subi les affres des différentes guerre de "Libération" avec des assassinats, tueries, viols...Malu Malu a fait voter des morts et furtifs afin de satisfaire ses mentors et lobbyistes. Avec les élections Louis Michel 2006, on trouva des formules alambiquées: "L'Ouest à  voté Jean-Pierre Bemba et l'Est a voté Joseph Kabila" ou encore " L'Ouest qui parle Lingala pour Bemba et l'Est qui parle swahili pour Kabila". Le magicien Malu Malu va enfariné les congolais avec des résultats bidon. 11 provinces. à€ l'Ouest : le Bas-Congo, Kinshasa, le Bandundu, l'Equateur, les deux Kasaï. à€ l'Est, le Katanga, les deux Kivu, le Maniema, la province Orientale. Selon les résultats publiés par Malu Malu (plus de 60% des suffrages) voici la répartition des voix entre les deux candidats :

Bas-Congo . . . . . . . — Bemba : 75,17 % - Kabila : 24,83 %

Kinshasa . . . . . . . . — Bemba : 68,00 % - Kabila : 32,00 %

Bandundu . . . . . . . — Bemba : 70,12 % - Kabila : 29,88 %

Equateur . . . . . . . . — Bemba : 96,73 % - Kabila : 03,27 %

Kasaï Occidental . . . — Bemba : 85,82 % - Kabila : 14,18 %

Kasaï Oriental . . . . . — Bemba : 82,58 % - Kabila : 17,42 %

Maniema . . . . . . . . . — Bemba : 02,95 % - Kabila : 97,05 %

Katanga . . . . . . . . . — Bemba : 10,14 % - Kabila : 89,86 %

Sud-Kivu . . . . . . . . . — Bemba : 01,74 % - Kabila : 98,26 %

Nord-Kivu . . . . . . . . — Bemba : 03,30 % - Kabila : 96,70 %

Province Orientale . . — Bemba : 16,11 % - Kabila : 83,89 %

Il faut ne pas connaitre la République démocratique du Congo pour croire les résultats publiés par Malu Malu, les populations de l'Est de la République démocratique du Congo plus populeuse que l'Ouest où il n'y a pas eu la guerre. C'est la même mode opératoire qu'adoptera le pasteur Daniel Ngoyi Mulunda à  la CENI, sauf le pasteur méthodiste donnera à  Joseph Kabila 110%. Etienne Tshisekedi présent sur l'échiquier politique du Congo depuis plus de trente ans, n'a même pas un cousin, un neveu, une nièce ou petits fils au Katanga qui pouvait voter pour lui. D'ailleurs lors de la campagne électorale c'est au Katanga que Ya Tshitshi a été excellent par l'accueil qui lui a été réservé. Toute cette population qui l'avait chaleureusement accueilli s'était volatilisée le jour du vote au profit de l'imposteur et usurpateur. Il faut le faire croire aux bébés qui n'ont pas encore des dents !

3. La transition qui a débuté après l'adoption des résolutions de l'Accord Global et Inclusif à  Sun - City (Afrique du Sud) tenu du 25 février au 19 avril 2002. La transition 1+4=0 avait comme objectifs :

· La réunification, la pacification, la reconstruction du pays, la restauration de l'intégrité territoriale, et le rétablissement de l'autorité de l'Etat sur l'ensemble du territoire national ;

· La réconciliation nationale ;

· La formation d'une armée nationale, restructurée et intégrée ;

· L'organisation d'élections libres et transparentes à  tous les niveaux permettant la mise en place d'un régime constitutionnel démocratique ;

· La mise en place des structures devant aboutir à  un nouvel ordre politique.

Aucune objectif assigné à  la transition 1+4=0 n'a abouti.

Et sur les 5 Commissions prétendues d'appui à  la démocratie: La Commission électorale indépendante (CEI), qui avait pour mission de garantir la neutralité et l'impartialité dans l'organisation des élections libres démocratiques et transparentes. L'Observatoire national des droits de l'Homme (ONDH), qui avait pour mission de promouvoir les droits de l'homme et de protéger la population. La Haute autorité des médias (HAM), qui avait pour mission d'assurer la neutralité des médias. La Commission vérité et réconciliation (CVR), qui avait pour mission de consolider l'unité nationale grà¢ce à  une véritable réconciliation entre congolais. Et La Commission de l'éthique et de la lutte contre la corruption (CELC), qui avait pour mission de favoriser la pratique des valeurs morales et républicaines.

Soutenues à  bras le corps par la mafia internationale, seules la CEI et la HAM ont fonctionné qui furent les deux mamelles de transition 1+4=0. Les Congolais avaient vite oublié qu' avec la complicité de Louis Michel "Big Loulou", Malu Malu a été placé à  la tête de la Commission Électorale Indépendante(CEI) avec pour mission de procurer par voie des urnes, une légitimité à  Joseph Kabila. Il était dès lors absurde de s'attendre à  ce que cet abbé très singulier soit neutre et serve les intérêts du peuple congolais.

A la tête de la CEI Malu Malu bénéficiait également de la protection du Comité international d'Accompagnement de la Transition (CIAT) a été mis en place conformément aux dispositions de l'annexe IV de l'Accord global et inclusif. Il était composé de cinq pays membres permanents du Conseil de sécurité (Chine, État - Unis, France, Grande - Bretagne et Russie), de la Belgique, du Canada, de l'Afrique du Sud, de l'Angola, du Gabon, de la Zambie, de l'Union européenne (Commission et Présidence), de l'Union africaine (Commission et Présidence) et de la MONUC, qui avait déjà  porté son choix sur Joseph Kabila.

Bénéficiant d'une double protection Malu Malu ne poursuivait qu'un seul objectif: faire élire au cours d'une parodie électorale le candidat qui assurerait son aisance matérielle. La fameuse Haute Autorité des Médias (HAM) avec Modeste Mutinga Mutuishayi-le grand requin, fourbe et roublard, corrompu jusqu'à  la moelle épinière-avait pour rà´le de museler et bà¢illonner les journalistes, les médias et les opposants.

On fomenta le coup de la "Congolité" en s'inspirant de l'ivoirité pour empêcher des journalistes de parler de qui était qui ? Alors que le schéma de la Cà´te d'Ivoire n'était pas identique à  celle de République démocratique du Congo. Tout fut mis en œ“uvre pour empêcher les Congolais de s'exprimer librement lors des élections Louis Michel 2006. Modeste Mutinga Mutuishayi, l'homme Ngaba-Makala, habitué jadis à  l'eau de puits, va résider à  la Gombé et il sera même parachuté Rapporteur au Sénat. Une récompense au travail de fraudes électorales et tricheries.

Le 12 juin 2006 lors du séjour de la délégation du Conseil de sécurité de l'ONU à  Kinshasa, après avoir rencontré Malu Malu vint le tour de Modeste Mutinga Mutuishayi qui déclara à  sa sortie de son entrevue: ``Nous venons de le dire à  la délégation du Conseil de sécurité avec insistance : s'ils n'intervenaient pas avec efficacité et rapidité auprès des membres de l'espace présidentiel, qui sont détenteurs des médias privés commerciaux et qui ont démarré très tà´t la campagne électorale, et qui se sont versés dans des campagnes d'intolérance et d'incitation à  la haine, la Haute autorité des médias est pessimiste quant à  l'issue de la campagne électorale », sauf que le fourbe et roublard président de la Haute autorité des médias, Modeste Mutinga Mutuishayi, avait omis de dire à  la délégation du Conseil de sécurité de l'ONU, qu'il avait profité de sa fonction pour s'octroyer Radio 7 et Télé 7 et qu'il était lui-même juge et partie, un vrai conflit d'intérêts.

Faux membres de la société civile, Malu Malu et Modeste Mutinga Mutuishayi sont les grands fossoyeurs de la République démocratique du Congo, ils ont de lourdes responsabilités dans la situation clopin-clopan d'imposture, usurpation et de non État que nous vivons.

4. Il n' y a jamais eu d'inventaire de la Commission Électorale Indépendante (CEI), ni de la Haute Autorité des Médias (HAM) ni d'aucune institution d'appui à  la démocratie. Toutes n'étaient que des institutions au service de l'élection de Joseph Kabila candidat de la mafia internationale. Malu Malu n'a jamais rendu compte sur la gestion des sommes faramineuses qui avaient été mises à  sa disposition pour l'organisation de ces élections. Des voix continuent à  réclamer jusqu'à  ce jour un rapport d'audit sur la gestion de la CEI lors des élections Louis Michel "Big Loulou" 2006. On n'a jamais oublié qu'un des proches du fameux abbé Malu Malu avait été arrêté à  l'aéroport de Zaventem en Belgique avec une valise remplie de devises. Malu Malu a escamoté le recensement de la population congolaise ainsi que l'octroi d'une carte d'identité à  chaque citoyen. D'ailleurs c'est le même schéma qu'à  suivi son successeur le pasteur Daniel Ngoyi Mulunda. Malu Malu de son propre gré avait décidé de remettre au Togo les kits électoraux congolais achetés à  la société belge Zetes. Société Zetes qui appartient à  ami de Louis Michel "Big Loulou". D'ailleurs l'Aprodec est en procès avec cette société belge spécialisée dans la tricherie électorale en Afrique. Que sont devenus les kits électoraux congolais au Togo ? les kits électoraux appartenaient-ils à  Malu Malu ou à  l'Etat congolais ? Malu Malu n'a jamais garanti la neutralité et l'impartialité dans l'organisation d'élections libres, démocratiques et transparentes en République démocratique du Congo.

5. Pour sauvegarder la souveraineté de la République démocratique, il faut que les élections soient financées à  100% par l'Etat. La RDC doit refuser tout financement extérieur pour les élections. Il faut réunir plusieurs autres conditions: la paix dans tout le pays, le contrà´le et sécurisation du territoire congolais, le recensement de la population en croissant et nettoyant les fichiers pour éviter les doublons, le ministère de l'intérieur doit retrouver sa vraie place et travailler en collaboration étroite avec la Commission Électorale Nationale Indépendante...Cette dernière ne doit pas être au dessus du ministère de l'intérieur et être téléguidée par l'extérieur. Pour asseoir la démocratie, il faut toujours commencer par des élections locales, municipales, provinciales, législatives et enfin Présidentielles. Il faut une bonne campagne de sensibilisation de la population. Il faut veiller à  ce que les urnes se rapprochent de la population et non pas que la population recherchent les urnes !

On ne peut pas compter avec une classe politique corrompue, des policailleurs ventripotents et des requins de tous genres qui ne voient d'abord que leur ventre pour organiser des bonnes élections au Congo. Il faut des hommes et femmes dévoués pour la cause nationale, seuls ceux et celles qui n'ont pas d'ambition de briguer des mandats électifs peuvent nous amener aux élections, libres démocratiques et transparentes.

Partager sur : Partager