Réveil FM, la première radio libre et citoyenne de Kinshasa en République démocratique du Congo !

RDC: Valérie Trierweiler à  Genève pour défendre la cause des femmes violées du Nord et Sud-Kivu !

La Première dame française participera, le 30 mai 2013, à  la 23e session du Conseil des droits de l`Homme des Nations unies à  Genève, où elle défendra la cause des femmes violées du Kivu en République démocratique du Congo. ``Il s`agit de convaincre les différents ambassadeurs qu`une résolution doit être prise dans les plus brefs délais», a précisé un conseiller de Mme Trierweiler qui interviendra en tant qu```ambassadrice» de la Fondation France Libertés, fondée par Danielle Mitterrand. Elle devrait ainsi parler des viols et des massacres qui sont perpétrés dans la région du Kivu. Une intervention à  l'occasion de la 23ème Session du Conseil des Droits de l'Homme, co-organisée par la Fédération internationale des ligues des droits de l'homme(FIDH), en présence de la mission permanente de la France auprès des Nations-Unies à  Genève.

Kinshasa, 14 octobre 2012, Valérie Trierweiler avec les enfants de la rue.

Kinshasa, 14 octobre 2012, Valérie Trierweiler très émue en compagnie des enfants de la rue.

Kinshasa, 14 octobre 2012, Valérie Trierweiler embrasse une congolaise, enfant de la rue.

Valérie Trierweiler, une première dame engagée

"On ne peut pas rester insensible au cas de 25 000 enfants qui sont dans la rue et qui souffrent", avait déclaré Valérie Trierweiler en octobre, à  Kinshasa, en marge du XIV sommet de la francophonie en République démocratique du Congo. Après la visite d'hà´pitaux et la rencontre des membres d'une association dédiée aux enfants de la rue à  Kinshasa, la première dame indique savoir désormais ce qu'elle veut faire: "Je suis bouleversée, ce problème là  il faut le prendre à  la racine". Une démarche visiblement appuyée par François Hollande qui a pour sa part déclaré: "C'est bien lorsqu'elle m'accompagne dans un déplacement qu'elle puisse être utile elle aussi".

En décembre 2012, Valérie Trierweiler signait une tribune dans le Monde, avec plusieurs autres personnalités - notamment Jacques Chirac, Muhammad Ali et Yamina Benguigui - pour dénoncer les viols et les massacres des populations civiles dans le Kivu, malgré la présence de 17 000 hommes de la Mission de l'ONU pour la stabilisation du Congo (Monusco). `` Il lui suffirait de donner l'ordre aux dix-sept mille soldats [de la Monusco, NDRL] de faire leur métier et de remplir leur mandat. Leur métier de soldat. Et leur mission de garantir la paix et la dignité de l'espèce humaine », exigeaient-ils.

Depuis 2012, les violences sexuelles contre les femmes ont connu une inquiétante recrudescence dans l`est de la République démocratique du Congo, où le viol est utilisé comme arme de guerre aussi bien par les groupes rebelles que l`armée régulière.

Aux femmes congolaises de la société civile au Congo comme celles de la diaspora de comprendre la portée de l'engagement de Valérie Trierweiler. La République démocratique du Congo est le plus grand pays francophone en Afrique, le viol y est banalisé, les guerres oubliées, les victimes ignorées, les massacres perpétuels, les seigneurs de guerre récompensés, l'impunité instaurée en mode de gouvernement et la barbarie magnifiée. La loi de la kalachnikov finira-t-elle par céder la place à  la paix et justice juste ?

Partager sur : Partager