Réveil FM, la première radio libre et citoyenne de Kinshasa en République démocratique du Congo !

Paris-Rue Solférino: Pierre Mauroy, la touchante émotion de ses camarades de lutte

Hommage à  Pierre Mauroy au siége du PS rue de Solférino à  Paris. Photo Réveil FM

Un cadre infiniment moins solennel qu'aux Invalides. Une petite cour intimiste et charmante, au coeur du siège du PS, rue de Solférino. La cour Pierre Bérégovoy, pierres de taille et roses rouges, un lieu que Pierre Mauroy aimait beaucoup. C'est ici qu'il sont arrivés les uns après les autres, tous ses compagnons de lutte, des jours glorieux et des soirs amers. Tous ceux qui, rose à  la main, ont suivi la grande idée de François Mitterrand et Pierre Mauroy, celle qui allait les mener au pouvoir en 1981.

Jean-Marc Ayrault entouré de ses prédécesseurs. Photo Réveil FM

Aux cà´tés du Premier ministre Jean-Marc Ayrault, quelques uns de ses prédécesseurs : Edith Cresson, Michel Rocard, Lionel Jospin, et tant de ministres, Jack Lang, Jean le Garrec, Daniel Vaillant, Charles Fiterman... et beaucoup d'autres. Poignées de mains et sourires, bises et clins d`œ“il, et puis juste quelques mots. Ou pas de mots du tout. L'essentiel, au fond, c'est ce qui est blotti dans leurs coeurs mis à  rude épreuve aujourd'hui, et qu'ils partagent discrètement.

Vibrant hommage de Lionel Jospin à  Pierre Mauroy. Photo Réveil FM

Martine Aubry, ancienne Première Secrétaire du PS et maire de Lille. Photo Réveil FM

Harlem Désir, premier Secrétaire du PS. Photo Réveil FM

Applaudissements nourris des socialistes. Photo Réveil FM

Quand tous furent en place, Martine Aubry est apparue avec la famille de Pierre Mauroy, Gilberte en tête. Alors, ils se sont levés, ont applaudi longuement, doucement, le temps que puisse s'asseoir Mme Mauroy et que les deux écrans, sur fond de quelques notes de piano, diffusent deux phrases - juste deux phrases, mais quelles phrases du grand homme.

La première, toute en conviction, appelait à  l'union de la gauche. Le militant sà»r et convaincu du milieu des années 70 a dà» les interpeller encore. Qu'ont-ils pensé tous ceux-là  en l'attendant scander : `` Les divisions sont préjudiciables ! »...

Le quator qui a interprété la musique. Photo Réveil FM

La seconde, voix déjà  un peu effacée et débit plus laborieux, est cette fameuse tirade encore très récente sur la fin de vie. On l'a lue un peu partout, cette idée de la fin de vie qui lui inspirait la première fois qu'il a vu la mer. Mais ici, sur cet écran, c'est Mauroy qui parle. Avec ses intonations, avec ses tics de langages fameux : `` La fin de vie, je la vois un peu comme la mer, quoi... »

C'est fou ce que cette petite locution était de lui. C'est fou cette émotion qui les emplit tous, juste au moment de ce mot-là ... Mauroy était là . Au milieu d'eux, comme si souvent. Alors Lionel Jospin a retracé toute l'histoire de son glorieux prédécesseur au PS. Le militant des jeunesses socialistes, l'inlassable combattant, celui qui a accompagné François Mitterrand jusqu'en haut : `` Oh, ils n'ont pas toujours été d'accord, mais quand ils se sont retrouvés, la victoire, alors, était en marche. François Mitterrand, c'était la figure de proue, le leader, et à  ses cà´tés, Pierre Mauroy était le second indispensable.

Une période `` fondatrice », a dit Jospin. Fondatrice d'une victoire historique, pour les hommes et les femmes qui sont ici, dans cette cour soudain fière : `` Il a dirigé le premier gouvernement d'union. Il a laissé tant de réformes ! »

Martine Aubry aussi a dit l'homme de convictions : `` Il a toujours gardé la nuque raide, tant il pensait juste ce qu'il voulait faire. » La maire de Lille a fait à  son tour un bout de chemin avec Mauroy. Vers Lille, bien sà»r. Elle dit `` chez nous », regarde la famille assise au premier rang, et quitte son discours écrit pour parler de l'homme, de celui avec qui elle a fini par partager `` une affection, une complicité ».

`` J'étais fascinée par ses mains... » dit-elle. Comme sa fameuse manière de ponctuer ses phrases, les mains de Mauroy étaient uniques. Et chacun y pense, ici. Harlem Désir, plus en fougue, parle alors de l'homme ouvert sur le monde, du président de l'Internationale socialiste, de son héritage : `` Ses valeurs et ses convictions continuent de nous guider. » Puis il lève la tête, et s'impose alors cette phrase, inscrite au dessus de cette cour baignée d'émotion : `` Mettez du bleu au ciel », qu'avait dite François Mitterrand à  Pierre Mauroy, la dernière fois que les deux hommes se sont vus. `` C'est un haute exigence qu'il nous laisse. Au service du peuple et de la République. » Un quatuor à  cordes, alors, a aidé chacune et chacun à  se faire une idée de cette ambition-là , en jouant un très joli Temps des cerises. L'esprit de Mauroy, ici non plus, n'est pas près de s'éteindre.

Quelques photos

Martine Aubry et Harlem Désir raccompagnant Gilberte Mauroy. Photo Réveil FM

Harlem Désir dans la rue jouxtant Solférino. Photo Réveil FM

Lionel Jospin accordant l'interview à  une consoeur de LCI. Photo Réveil FM

Un couple remplissant le livre de condoléances à  Pierre Mauroy. Photo Réveil FM

Le siège du PS rue de Solférino à  Paris. Photo Réveil FM

Partager sur : Partager