Réveil FM, la première radio libre et citoyenne de Kinshasa en République démocratique du Congo !

Le prince Philippe devient le 7e roi des Belges

Le prince Philippe, 53 ans, devient le septième roi des Belges après que son père, le roi Albert II, a officiellement abdiqué.

``Je jure d'observer la Constitution et les lois du peuple belge, de maintenir l'indépendance nationale et l'intégrité du territoire», a solennellement déclaré Philippe en néerlandais, français et allemand, les trois langues nationales, devenant officiellement à  53 ans le nouveau chef de l'Etat.

Né à  Bruxelles le 15 avril 1960, Philippe, septième roi du pays depuis l'indépendance en 1830, est le fils aîné d'Albert II et de la reine Paola. En tant qu'héritier du trà´ne, il était resté depuis 20 ans dans l'ombre de son père Albert, qui avait accédé au trà´ne en 1993, après le décès inopiné de frère aîné, le roi Baudouin.

Le prince Philippe et la princesse Mathilde, qui s'apprêtent à  devenir roi et reine ce dimanche 21 juillet 2013.

``Philippe, tu as toutes les qualités de coeur et d'intelligence pour très bien servir notre pays. Toi-même et ta chère épouse Mathilde avez toute notre confiance», lui a dit dimanche son père, quelques instants avant de signer son acte d'abdication devant les autorités du pays.

``Ta mère et moi formons ardemment le vœ“ux de plein succès dans cette tà¢che pour laquelle tu es bien préparé», a ajouté Albert II. La vie du prince Philippe n'a pourtant pas toujours été un conte de fée.

Dans les années 1960 et 1970, l'entente entre Albert, alors prince héritier, et son épouse d'origine italienne, Paola, est au plus bas et le couple néglige l'éducation de leurs trois enfants, souvent hébergés dans des familles amies.

Les Belges se sont rassemblés pour écouter l'allocution de leur roi, Albert II.

Le prince Philippe de Belgique et le roi Albert II s'étreignent à  l'occasion de l'abdication officielle du roi en faveur de son fils, ce dimanche 21 juillet 2013.

Le roi Albert II de Belgique, son fils le prince Philippe et la princesse Mathilde, à  la cathédrale de Bruxelles, pour le Te Deum, avant l'abdication officielle, ce dimanche 21 juillet.

Le jeune prince Philippe est un enfant timide, un trait de caractère qu'il a conservé. Il effectue des études plutà´t médiocres chez les jésuites à  Bruxelles puis dans un lycée catholique huppé en Flandre.

Il suivra ensuite une formation militaire, obtenant ses brevets de pilote de chasse, de parachutiste et de commando, avant de rejoindre les universités d'Oxford en Grande-Bretagne et de Standford aux Etats-Unis, mais il reste un jeune homme introverti et mal à  l'aise en public.

La princesse Claire de Belgique et le "prince terrible"Laurent de Belgique à  l'occasion du Te Deum ce dimanche 21 juillet 2013.

Mariage en 1999

Il a déjà  39 ans, en 1999, lorsqu'il épouse une jeune aristocrate belge de treize ans sa cadette au charme indéniable, Mathilde d'Udekem d'Acoz, qui donnera une touche de glamour à  une monarchie souvent jugée ennuyeuse. Philippe et Mathilde ont quatre enfants, dont la princesse Elisabeth, née en octobre 2001, qui devrait, le jour venu, devenir la première reine des Belges.

Philippe a une sœ“ur, Astrid, qui a épousé l'archiduc Lorenz d'Autriche-Este, un Habsbourg, et un frère, Laurent, ``l'enfant terrible» de la famille royale. Il aurait aussi une demi-sœ“ur, Delphine, fille illégitime d'Albert, tenue à  l'écart de la famille royale.

En 1993, lorsque le roi Baudouin décède soudainement à  l'à¢ge de 62 ans et sans enfant, certains pensent que Philippe, dont il a veillé sur l'éducation et alors à¢gé de 33 ans, lui succédera. Mais la classe politique estime que le jeune homme, toujours célibataire, ``n'est pas prêt», et c'est son père Albert qui succède à  Baudouin.

Depuis ving ans, le prince a donc continué donc sa préparation. Il a pris un peu d'assurance, s'est laissé un temps pousser la barbe et a présidé des dizaines de missions économiques à  travers le monde. Mais il manque toujours de naturel et de spontanéité, voire de diplomatie.

Les Flamands plus sévères

Une image qu'a tentée de rectifier le Palais en diffusant des photos de Philippe ``au naturel», jouant avec ses enfants ou accueillant la petite princesse Elisabeth dans son bureau, à  la manière de John F. Kennedy. C'est en Flandre, où un puissant courant indépendantiste conteste la monarchie, symbole de l'unité du pays, que les jugements sont les plus sévères.

Pour Philippe, la situation est depuis des années inconfortable, puisqu'il ne peut pas répondre à  ces critiques. Il devra pourtant rapidement faire ses preuves, à  l'occasion des élections législatives prévue en mai 2014. Le parti indépendantiste flamand N-VA de Bart De Wever, en tête dans les sondages, menace de bloquer la formation d'un gouvernement en cas de victoire.

La formation indépendantiste plaide en outre pour un rà´le purement protocolaire de la monarchie, souhaitant l'écarter de toute influence politique. ``Je suis bien conscient des responsabilités qui reposent sur moi. Je continuerai à  m'investir avec tout mon cœ“ur», a assuré Philippe début juillet.

Partager sur : Partager