Réveil FM, la première radio libre et citoyenne de Kinshasa en République démocratique du Congo !

Suisse: Impérial, le Napoléon Museum du chà¢teau d`Arenenberg !

Dominant la partie inférieure du Lac de Constance, le chà¢teau d`Arenenberg fut la résidence principale de l`ex-Reine de Hollande Hortense et de son fils, le prince Louis Napoléon, futur Napoléon III, qui passa son adolescence dans cette propriété alors qu`il étudiait à  Augsburg, en Bavière. Sous son apparence de maison de campagne, le chà¢teau d`Arenenberg ne laisse pas présager des trésors qu'il recèle. Au fil de la visite se succèdent ainsi de remarquables ensembles mobiliers et décoratifs de style Premier Empire, Biedermeier et Second Empire, complétés par une exceptionnelle collection d`œ“uvres d'art. Il est le seul musée consacré à  l`histoire napoléonienne dans les pays de langue allemande. Nous remercions Federico Sommaruga de Swiss tourism pour cette découverte.

Le chà¢teau d'Arenenberg. Photo Réveil FM

Les amoureux d`histoire de France ne manquent pas la visite du chà¢teau d`Arrenberg en Suisse, villa où Napoléon III passa son enfance. Ce petit chà¢teau niché dans un paysage magnifique, au-dessus du lac inférieur, est entouré d`un parc paysager et possède une vue superbe sur les cà´nes volcaniques de l`Hegau. C`est là  qu` Hortense de Beauharnais (fille de l`impératrice Joséphine et épouse de Louis Bonaparte, l`un des frères de Napoléon I er) s`installa en 1817, avec son fils Charles-Louis Napoléon, alors à¢gé de 9 ans, après l`effondrement de l`Empire. C`est à  Arrenberg que le futur Napoléon III passera tous ses étés jusqu`en 1837.

L'arbre archéologique entre les Beauharnais et Bonaparte. Photo Réveil FM

Le papier peint en forme de la tente militaire. Photo Réveil

Hortence, cinq ans avant sa disparition. Photo Réveil FM

La reine Hortense entreprit des grands travaux pour que le chà¢teau soit entouré d`un parc paysager avec grottes, jets d`eau et pavillons. Parfaitement conservé, ce chà¢teau est rempli de souvenirs impériaux. Sur les rives du lac de Constance, la famille impériale réussit à  attirer l`Europe entière. Alexandre Dumas, Chateaubriand, Juliette Récamier, Franz Liszt entre autres y séjournèrent. En 1906, l`impératrice Eugènie offrit le `` chà¢teau impérial » au canton de Thurgovie. Un moment d`Histoire passionnant à  découvrir, mais aussi un lieu plein de charme et de beauté.

Bien que le gouvernement suisse ait interdit tout séjour à  la famille Bonaparte sur le territoire helvétique, la reine Hortense put acquérir le domaine d'Arenenberg avec l'accord du canton de Thurgovie en février 1817. Pendant la période des travaux d'aménagement, et pour ne pas causer de problèmes aux Thurgoviens, elle s'installa à  Augsbourg, en Bavière, à  proximité de son frère Eugène, ne passant que les mois d'été sur les rives du lac de Constance. Son fils, Louis-Napoléon, le futur empereur Napoléon III, suivait les cours de son précepteur Philippe Lebas ainsi que ceux du lycée Ste Anne d'Augsbourg. Ce n'est qu'à  partir de 1823 qu'Arenenberg devint le lieu de résidence permanent de la cour en exil ; jusqu'à  l'hiver 1830-1831, elle passait les hivers à  Rome.

Vue partielle du Lac Constance à  partir du Chà¢teau d'Arenenberg. Photo Réveil FM

La Salle à  manger d'Hortence. Photo Réveil FM

La duchesse de Saint-Leu s'eteignit dans son chà¢teau le 5 octobre 1837 et Louis-Napoléon quitta définitivement la Suisse un an plus tard. Lors de son emprisonnement à  la forteresse de Ham, ayant vendu presque toutes ses possessions, il se sépara également du domaine d'Arenenberg (1843), mais s'assura du droit de rachat. Ce que Napoléon III put faire en 1855. Il ne se rendit sur les lieux de sa jeunesse qu'une seule fois, en aoà»t 1865.

Après le décès de l'Empereur, l'impératrice Eugénie et le Prince impérial passèrent les étés à  Arenenberg (1873 à  1878). C'est là  que les bonapartistes se retrouvaient pour le 15 aoà»t. C'est là  qu'ils rencontrèrent le roi de Wurtemberg, le grand-duc de Bade ou la reine de Hollande et le prince héritier. Après la mort tragique du Prince impérial le 1er juin 1879 en Afrique du Sud, l'impératrice Eugénie perdit alors tout intérêt pour le domaine. Elle en fit don en 1906 au canton qui avait accueilli son mari et sa mère dans une période si difficile et leur avait offert un asile. La demeure principale continua à  être un musée, un lieu qui déjà  pouvait se visiter depuis l'automne 1855. Les dépendances devinrent salles de classe pour l'école d'hiver d'agriculture du canton de Thurgovie.

Les aménagements entrepris par la reine Hortense, puis par l'impératrice Eugénie, ont été respectés avec soin et le lieu a gardé l'empreinte de ces deux femmes. Depuis des années, une pièce après l'autre est restaurée. Ainsi la chambre à  coucher de la reine Hortense a repris ses couleurs d'origine. Il en est de même pour le mobilier et les tableaux. Des recherches sont effectuées pour retrouver les traces de l'ameublement de cette époque. Les pièces aménagées pour l'impératrice Eugénie ont elles aussi gardé leur état historique. Son salon privé offre par exemple l'expression la plus pure du style Second Empire. Les sculptures de Carpeaux et les portraits de Winterhalter consacrés à  la famille impériale y ont été réunis pour cette raison.

Chapelle néogothique édifiée par la reine Hortense en 1831-1832. Photo Réveil FM

Une statue de Bartolini représentant Hortense à  genoux. Photo Réveil FM

Chaque année, une messe de requiem est célébrée à  la mémoire des quatre habitants principaux d'Arenenberg : la reine Hortense, Napoléon III, l'impératrice Eugénie et le Prince impérial, dont les bustes décorent le chœ“ur. Photo Réveil FM

Face au chà¢teau subsiste encore une chapelle néogothique édifiée par la reine Hortense en 1831-1832. Une statue de Bartolini représentant Hortense à  genoux et provenant de son tombeau à  Rueil-Malmaison y fut installée en 1858. Chaque année, une messe de requiem est célébrée à  la mémoire des quatre habitants principaux d'Arenenberg : la reine Hortense, Napoléon III, l'impératrice Eugénie et le Prince impérial, dont les bustes décorent le chœ“ur.

Le lac de Constance. Photo Réveil FM

Vue du parc Napoléon Museum. Photo Réveil FM

Dernière découverte du Napoléon Museum: la baignoire impériale. Photo Réveil FM

Le lac de Constance. Photo Réveil FM

Karin Peter, notre guide. Photo Réveil FM

Depuis l'été 2008, le parc paysager est ouvert au public. Depuis les années 60, il avait presque entièrement disparu sous des masses de terre, la nature avait alors pris ses droits et tout recouvert. Des trésors s'y cachaient : une fontaine, des grottes en stuc et concrétions et les fondements de l'ermitage.

Le chemin menant de la chapelle au parc est remplacé par un grand escalier, les plantations de fleurs ont pu être reconstituées, la fontaine fonctionne à  nouveau, des bancs sont répartis et permettent de profiter des lieux et de la vue sur le lac inférieur.

Partager sur : Partager