Réveil FM, la première radio libre et citoyenne de Kinshasa en République démocratique du Congo !

Etats-Unis: Un accusé du 11-Septembre se plaint de ``torture psychologique»

Le Yéménite Ramzi ben al-Chaïba, l'un des cinq accusés du 11-Septembre, a quitté la salle du tribunal, mardi dernier à  Guantanamo, se plaignant d'être privé de nourriture avant chaque audience.

Les cinq accusés encourent la peine de mort pour le meurtre de 2976 personnes, lors des attentats perpétrés contre les Etats-Unis le 11 septembre 2001.

L'accusé, le seul à  être présent mardi pour cette semaine d'audiences préliminaires, a déclaré, à  la reprise des débats en début d'après-midi: ``Je ne peux pas rester là  (...) il y a beaucoup de problèmes avec la nourriture, c'est tous les jours pareil». Le Yéménite se plaint de ``torture psychologique».

Ramzi ben al-Chaïba a expliqué, en arabe, traduit par un interprète, que ce ``problème revenait tous les jours» et qu'il avait tenté d'en parler avec un officier mais que celui-ci était parti, selon la retransmission de l'audience en circuit fermé sur la base militaire de Fort Meade, près de Washington.

C'est ``une forme de torture psychologique» qui ne ``me concerne pas seulement moi, mais aussi mes frères», a ajouté l'accusé, vêtu d'une tunique blanche et d'une coiffe traditionnelles.

Audience suspendue

Son avocat Jim Harrington a indiqué que son client ``sentait que les conditions étaient rendues de plus en plus intolérables pour lui». ``Parfois, des petites choses - pas toujours petites - grossissent, grossissent, grossissent... et les choses deviennent encore plus importantes».

Interrogé par le juge militaire James Pohl pour savoir s'il voulait quitter ``volontairement» la salle du tribunal, l'accusé a répondu ``oui» en anglais et a été raccompagné au camp 7, où il est détenu, pendant une suspension d'audience.

Passibles de peine de mort

Les débats se sont poursuivis ainsi en l'absence des cinq accusés, dont quatre avaient indiqué mardi matin qu'ils ne souhaitaient pas assister à  cette audience consacrée à  l'examen de diverses requêtes pour préparer le procès.

Ils encourent la peine de mort pour le meurtre de 2976 personnes, lors des attentats perpétrés contre les Etats-Unis le 11 septembre 2001.

Dans une requête qui sera examinée cette semaine par le juge Pohl, le gouvernement américain a demandé une accélération des procédures préliminaires, afin que le procès proprement dit puisse débuter en septembre 2014.

La veille, un autre accusé, Moustapha El-Houssaoui, qui portait une minerve, s'était plaint de ``douleurs au cou», tandis que son co-inculpé Wallid Ben Attach ``ne se sentait pas bien», selon leurs avocats.

Un détenu de Guantanamo coà»te 2,5 millions

Le camp de Guantanamo a été baptisé prison la plus chère du monde par des élus démocrates qui militent pour sa fermeture. Le coà»t d'un détenu s'y élève à  2,7 millions de dollars par année.

Les élus démocrates qui militent pour la fermeture du camp de prisonniers de Guantanamo ont que le coà»t d'un détenu s'était envolé cette année pour atteindre 2,7 millions de dollars (2,5 millions de francs). Le camp est déjà  baptisé ``la prison la plus chère du monde».

En mai dernier, le président américain Barack Obama avait évoqué un coà»t évalué à  900'000 dollars par prisonnier. Un argument justifiant selon lui la fermeture de cet établissement situé dans la base navale américaine, à  la pointe orientale de Cuba.

454 millions par an

Le coà»t d'entretien du camp a grimpé à  454 millions de dollars pour l'exercice fiscal qui s'achève le 30 septembre. Un montant qui représente 2,7 millions de dollars pour chacun de ses 166 détenus, a avancé le démocrate Adam Smith lors d'une audition de la sous-commission sénatoriale des Affaires judiciaires.

Selon ce membre de la Chambre des représentants, au total, 4,7 milliards de dollars ont été dépensés pour la prison depuis son ouverture en 2002. Par comparaison, les complexes hautement sécurisés aux Etats-Unis coà»tent entre 60'000 et 70'000 dollars par détenu, relèvent des analystes.

``Un énorme gaspillage»

``C'est un énorme gaspillage», a déclaré pour sa part la sénatrice démocrate Dianne Feinstein lors de l'audition par la sous-commission. Les partisans de la fermeture font également valoir que l'image des Etats-Unis est ternie par le maintien en détention depuis des années de prisonniers ni inculpés ni jugés.

Ses opposants, majoritairement républicains, estiment quant à  eux qu'il s'agit d'un outil essentiel de lutte contre le terrorisme et que Barack Obama n'est pas parvenu à  présenter une option alternative viable.

Partager sur : Partager