Réveil FM, la première radio libre et citoyenne de Kinshasa en République démocratique du Congo !

Assemblée nationale: Bernard Reynès, député UMP poignardé lors des commémorations du 11-Novembre: Ayrault lance un appel à  la défense des valeurs républicaines

Poignardé lors des commémorations du 11-Novembre, le député UMP Bernard Reynès est revenu sur les bancs de l'Assemblée ce mardi, où il a reçu une standing ovation.

De longs applaudissement, agrémentés d'une standing ovation, ont accompagné Bernard Reynès mardi après-midi, lors de son retour à  l'Assemblée nationale. Le député-maire de Chà¢teaurenard, dans les Bouches-du-Rhà´ne, avait été agressé, ainsi que deux autres élus de sa commune, lors des commémorations du 11-Novembre.


JM Ayrault à Bernard Reynès : "Je voudrais... par LCP

L'édile avait reçu trois coups de couteau dans le dos, des coups portés par un homme de 33 ans qui, selon le parquet de Tarascon, a peiné à  "donner des explications claires" sur son geste.

Mardi, à  l'occasion des Questions au gouvernement, Bernard Reynès a donc repris place dans l'hémicycle. L'élu UMP en a profité pour interroger le Premier ministre sur le climat délétère qui semble couvrir la France actuellement. "Nous avons, nous tous qui avons un mandat collectif ou qui nous le briguons, la responsabilité collective d'endiguer la haine qui monte maintenant", a-t-il déclaré.

Nous avons la responsabilité collective d'endiguer la haine qui monte maintenant Bernard Reynès

"Monsieur le Premier ministre, j'ai le sentiment sincère que vous vous trompez mais je vous respecte, comme je respecte le président de la République dont je vois la fonction et l'homme traînés dans la boue, comme cela avait commencé avec Nicolas Sarkozy". "Nos propos peuvent être comme une allumette jetée dans une poudrière", a ajouté Bernard Reynès, solennel.

Ayrault salue le courage et la dignité du député

Jean-Marc Ayrault lui a répondu : "Je suis heureux de vous revoir ici. Je voudrais saluer votre retour, votre sang froid et sa dignité", a commenté le locataire de Matignon, considérant que, au-delà  de l'homme, c'était la fonction de maire qui avait été attaquée. "J'exprime à  tous les maires de France ma solidarité totale", a lancé le Premier ministre, juste avant de se rendre, justement, au Congrès des maires de France.


Réponse du Premier ministre à Bernard Reynes par Matignon

Partager sur : Partager