Réveil FM, la première radio libre et citoyenne de Kinshasa en République démocratique du Congo !

Genève: Toujours des divergences sur le nucléaire iranien

Selon le chef des négociateurs iraniens, ``deux ou trois points de divergences» demeurent entre l`Iran et les pays du groupe 5+1 qui négocient à  Genève un accord sur le nucléaire iranien.

John Kerry et le ministre français des Affaires étrangères Laurent Fabius en pleine discussion ce samedi 23 novembre à  Genève.

``Deux ou trois points de divergences» demeurent entre l`Iran et les pays du groupe 5+1 qui négocient à  Genève un accord sur le nucléaire iranien, a déclaré samedi Abbas Araghchi, chef des négociateurs nucléaires iraniens. ``Mais les deux parties se sont rapprochées d`un accord. Il faut voir si nous pouvons régler les différences», a-t-il poursuivi avant une nouvelle réunion avec les représentants du groupe 5+1 samedi matin, a rapporté l`agence iranienne Fars.

Le secrétaire d'Etat américain John Kerry arrive à  Genève ce 23 novembre.

Le chef de la diplomatie britannique, William Hague, a annoncé qu'il se rendait à  Genève pour participer aux négociations sur le nucléaire iranien, dans un message sur son compte Twitter vendredi soir. (22 novembre 2013)

Le ministre allemand des Affaires étrangères Guido Westerwelle à  son arrivée à  Genève ce 23 novembre.

Arrivé le premier samedi 23 novembre à  Genève, le ministre français Laurent Fabius s'est contenté de répéter qu'il souhaitait ``un accord solide» et qu'il était venu ``pour y travailler». (23 novembre).

Ces ministres ont retrouvé leur homologue russe Sergueï Lavrov, qui s'est invité sans prévenir et a atterri vendredi 22 novembre en Suisse.

Les chefs de la diplomatie de six grandes puissances (Etats-Unis, Royaume-Uni, France, Russie, Chine, et Allemagne) se retrouvent samedi en Suisse pour peser de leur poids dans la dernière ligne droite des discussions avec Téhéran et obtenir un accord d`étape sur le programme nucléaire iranien, après 10 ans de vaines tentatives.

à‚pres négociations depuis mercredi

Les diplomates de l`Iran et des grandes puissances négocient pied à  pied depuis mercredi un accord d`étape pour limiter le programme nucléaire iranien en échange d`un allègement des sanctions qui frappent Téhéran.

L`Américain John Kerry, le Français Laurent Fabius, le Britannique William Hague, l`Allemand Guido Westerwelle et le Chinois Wang Yi sont arrivés en ordre dispersé samedi matin à  Genève. ``Les discussions (...) sont arrivées dans leur phase finale», a indiqué la Chine à  l`annonce du départ de Wang Yi pour Genève.

Ces ministres ont retrouvé leur homologue russe Sergueï Lavrov, qui s`est invité sans prévenir et a atterri vendredi en Suisse. Il a déjà  rencontré les deux principaux négociateurs, son homologue iranien Mohammad Javad Zarif et la diplomate en chef de l`Union européenne Catherine Ashton.

Scénario identique

Le scénario des précédentes négociations de Genève, du 6 au 9 novembre, semble se répéter à  l`identique, avec d`à¢pres discussions entre les diplomates des grandes puissances et de l`Iran, un espoir de percée, et la venue des ministres au final pour peser dans la balance. Sauf que le dernier round de négociations s`était achevé sans accord.

Les progrès réalisés dans la négociation, qui reste ultra confidentielle, ont sans doute poussé les chefs de la diplomatie à  revenir à  Genève. Mais personne ne se risque à  crier victoire tant les discussions sont difficiles et serrées. Plusieurs diplomates occidentaux ont souligné que la prudence restait de mise.

Rapprochement

La négociation, commencée mercredi à  Genève, semble avoir considérablement progressé. Et vendredi soir, le chef des négociateurs iraniens Abbas Araghchi a estimé que les positions de chaque camp s`étaient rapprochées.

``Nous nous sommes rapprochés d`un accord dans une bonne mesure mais malgré les progrès faits aujourd`hui (vendredi) il reste des questions importantes» à  régler, a-t-il déclaré, cité par l`agence Mehr.

La négociation porte sur un texte présenté le 9 novembre par les 5+1, lors du précédent round de discussions. Il prévoit un ``accord intérimaire» de six mois, reconductible avant un accord global.

Partager sur : Partager