Réveil FM, la première radio libre et citoyenne de Kinshasa en République démocratique du Congo !

Mali : L'ex-putschiste Sanogo inculpé, arrêté et mis en prison à  Bamako

Amadou Sanogo en avril 2012, peu après le putsch.

Le général responsable du coup d'Etat de mars 2012 qui avait plongé le Mali dans le chaos a été inculpé de meurtres et assassinats. Depuis dix jours le capitaine Amadou Sanogo, promu général, refusait de se rendre aux convocations de la justice malienne, qui souhaitait l`entendre au sujet des exactions commises par ses hommes, les ``bérets verts», à  la suite au putsch de mars 2012. Il a finalement été inculpé ce mercredi de meurtres et assassinats, complicité de meurtres et assassinats, et placé sous mandat de dépà´t par le juge Karembé après son audition.

Des dizaines de militaires se sont déplacés en matinée dans le quartier dit ``des présidents», dans le centre de Bamako, là -même où Amadou Toumani Touré (``ATT»), l`ancien président destitué, possède une villa. Selon un militaire sur place : ``Nous venons exécuter un mandat d`amener». Puis Sanogo a été poussé à  l`arrière d`un véhicule.

En renversant en mars 2012 le président Amadou Toumani Touré, Sanogo a précipité le pays dans la crise, les islamistes armés exploitant la situation pour prendre le Nord jusqu`à  l`opération Serval en janvier dernier. Son inculpation porte sur sa responsabilité présuméee dans la disparition dans les mois suivants le coup d`Etat de ``bérets rouges», des militaires fidèles à  ATT, dans le camp militaire de Kati.

Le Président Ibrahim Boubacar Keita (IBK), élu en aoà»t, avait déclaré qu`il fallait mettre fin à  ``la République de Kati», ce lieu distant de 10 km de Bamako où auraient défilé hommes politiques et hommes d`affaires, certains pour faire allégeance au pouvoir de Sanogo, alors tout puissant. Aujourd`hui certaines sources assurent que Sanogo détiendraient des preuves compromettantes de ces rencontres qui pourraient, selon une source, ``mouiller» une partie de la classe politique malienne.

LE FILS DU JUGE AGRESSÉ

``C`est une victoire pour les familles des victimes et la justice malienne dans une affaire hautement sensible. C`est un signal fort pour la lutte contre l`impunité qui démontre que personne n`est au dessus des lois. La FIDH et l`AMDH, qui accompagnent les victimes et qui s`apprêtent à  se constituer parties civiles à  leurs cà´tés dans la procédure judiciaire, contribueront à  ce que toute la lumière soit faite sur le sort réservé aux disparus», a déclaré Me Mariko, avocat des victimes.

La tension autour de l`affaire Sanogo est palpable puisque le fils du juge d`instruction Karembé, qui est chargé de l`affaire des ``bérets rouges disparus», a été agressé hier à  la mi-journée sur le chemin de son lycée par trois individus munis d`armes blanches. Le jeune homme a été blessé au genou et aspergé par du gaz lacrymogène avant de se faire voler sa moto. Il serait hors de danger.

Par ailleurs, ce mercredi, la première manifestation contre ``la présence française à  Kidal» a rassemblé un demi-millier de personnes dans le centre-ville au moment où Sanogo était présenté à  son juge d`instruction.

Partager sur : Partager