Réveil FM, la première radio libre et citoyenne de Kinshasa en République démocratique du Congo !

Rochereau Tabu Ley, baobab de la musique congolaise et vice-gouverneur honoraire de l'hà´tel de ville de Kinshasa, n'est plus !

Alors qu'à  Réveil FM International nous étions parmi les premiers médias informés de la disparition de Rochereau Tabu Ley tà´t le matin le samedi dernier, comme nous ne courons ni derrière des scoops encore moins ne recherchons aucune exclusivité, à  Réveil FM International nous prenons le temps car nous ne cofondons pas la rapidité et la précipitation. Nous sommes très surpris de l'amnésie collective. Tout le monde parle du monument de la musique congolaise qui a disparu mais personne n'ose dire que Rochereau Tabu Ley avait quitté la musique pour la politique. Il a été Vice-gouverneur de la Ville de Kinshasa lors du gouvernement "1+4=0", nommé par Azarias Ruberwa pour le compte du "RCD-Goma" ! Pourquoi aucun média n'en parle ? Et que son AVC déclaré en 2008 est dà» à  un empoisonnement. En 2004, Rochereau Tabu Ley avait déboulé dans les studios de Réveil FM sur le Boulevard du 30 juin à  Kinshasa pour nous réclamer la copie de sa chanson "Pique nique ya N'séle" qu'il venait d'écouter sur nos antennes dans sa jeep, que nous lui avions gracieusement ramené chez lui au 10e rue de Limeté. Nous demeurons attachés aux chansons "Mokolo na Ko kufa", "Liwa ya Kashama Nkoy", un ami de patrice Emery lumumba assassiné par le régime Mobutu, "Mazé", "Exiley"...

Rochereau Tabu Ley est le premier et seul artiste congolais qui a autant chanté la ville de Kinshasa. Il était, après le décès de Wendo Kolosoy, en 2008, l'un des derniers survivants de la génération qui a inventé la rumba congolaise, à  la fin des années 1950. Le chanteur Tabu Ley Rochereau, est mort, samedi 30 novembre, à  l'hà´pital Saint-Luc de Bruxelles. Né Pascal Emmanuel Sinamoyi (nom du village de ses parents) Tabu, à  Bagata, une localité dans la région du Bandundu, en République démocratique du Congo, il était à¢gé de 73 ans.

Il tenait son surnom, `` Rochereau », d'une blague de potaches. Lors d'une interrogation, lui seul s'est souvenu du nom de ce héros de la guerre franco-allemande de 1870. Les copains n'ont pas loupé le bon élève. Le voilà  rebaptisé. Sous ce surnom, il deviendra l'une des deux plus grandes stars de la rumba congolaise, avec Franco (mort en 1989).

De l'African Jazz aux Rocherettes

`` Tabu Ley, c'est le Congolais qui nous a mis le plus de mélodies dans la tête », dit au Monde le pianiste et chanteur Ray Lema, qui l'a accompagné au Festac 77 (le deuxième Festival des arts et de la culture négro-africains) à  Lagos, en 1977. Plus tard, il reprendra l'un de ses succès, Africa Mokili Mobimba. `` Lui et Franco sont les pères de la musique congolaise moderne, affirme Ray Lema. Pour nous, Tabu Ley représentait la rumba mélodique et Franco, la rumba groove. » Franco Luambo a-t-il manqué à  Rochereau Tabu Ley ? Franco fut un compositeur, un chanteur et un musicien congolais. Il demeure le plus prolifique des compositeurs congolais. Depuis la disparition de Franco, son ami, adversaire et concurrent, Tabu Ley n'avait plus le cœ“ur à  l'ouvrage d'où sa volonté d'exercer la politique.

Le chant, Tabu Ley l'a commencé, comme beaucoup de gosses de son à¢ge, dans les chorales d'églises et celles des écoles. En 1956, il se fait recruter pour une séance d'enregistrement par Grand Kallé (Joseph Kabasele), auteur du premier tube pan-africain Indépendance cha cha (1960). Content de lui, le boss l'engage dans son groupe, l'African Jazz. La jeune recrue compose ses premiers titres, dont Kelya, et, en 1963, forme avec le guitariste Docteur Nico le groupe African Fiesta qui, plus tard, se scindera en deux. En 1969, il monte un groupe de danseuses qu'il appelle Les Rocherettes (l'une deviendra l'une des Clodette de Claude François).

Premier artiste africain à  se produire à  l'Olympia

Tabu Ley Rochereau, qui revendiquera la paternité de quelque 2 000 titres, peut se vanter d'avoir été le premier artiste africain à  s'être produit à  l'Olympia. C'était en 1970. Quand, l'année suivante, Mobutu rebaptise le pays Zaïre et exige que chacun prenne un nom `` authentiquement » zaïrois, Rochereau se fait appeler Tabu Ley. Il change aussi à  cette époque le nom de son groupe, qui devient Afrisa International.

Pendant un temps patron d'une boîte de nuit à  Kinshasa, le Type K, il se brouille avec Mobutu et s'exile aux Etats-Unis, puis en Belgique. `` J'ai toujours été en controverse avec lui, déclare le musicien en 2003, lors d'un entretien à  RFI, à  l'occasion de la sortie de son album Tempelo. Moi, j'étais républicain, eux, conservateurs. On ne s'entendait pas vraiment. J'étais d'inspiration lumumbiste. Du cà´té, donc, de ceux qu'on prenait - à  tort - pour des communistes. J'étais en revanche défenseur des valeurs républicaines et démocratiques. Mes façons de voir, les chansons que je faisais, défendaient ces aspirations, quelque peu contraires à  celles de Mobutu. Donc, de temps en temps, on m'arrêtait. J'ai connu la prison politique deux fois. »

Vice-Gouverneur de Kinshasa

En 1993, sa chanson Le glas a sonné est censurée. A la chute du régime de Mobutu, il rentre au Congo et s'investit dans la vie politique tout en gardant un pied dans le monde artistique par pour très longtemps. Membre du Rassemblement congolais pour la démocratie, RCD-Goma piloté par le Rwanda, il est nommé vice-gouverneur de la ville de Kinshasa, en 2005, après une conférence de presse au Grand Hà´tel de Kinshasa.

Signalons que le 30 juin 2003, un gouvernement de transition ou gouvernement `` 1+4=0 » est nommé selon l'`` accord global et inclusif de Prétoria » du 17 décembre 2002 qui fut ratifié le 2 avril 2003 lors du dialogue intercongolais à  Sun City (Afrique du Sud). Azarias Ruberwa, après avoir écarté des leaders congolais du "RCD-Goma" devient un des quatre vice-présidents.

Le fameux gouvernement d'union nationale est chargé de pacifier le pays en intégrant les milices dans une armée unifiée et de préparer des élections libres dans un délai de deux ans avec une année de prolongation maximum : les élections doivent avoir lieu au plus tard le 30 juin 2006, après deux reports.

Le support rwandais au RCD-Goma continue depuis la Deuxième guerre du Congo en 1998 via les forces tutsis alignées sur le Rwanda et le Burundi dont les officiers les plus en vue sont le général Laurent Nkundabatare, le colonel Mutebesi, du CNDP, Bosco Ntangana, Sylvain Makenda du M23. Le Rwanda a décidé que maintenir sa sphère d'influence dans les Kivus à  travers des milices tutsi rwandais.

Certes Rochereau tabu Ley a toujours clamé son nationalisme républicain mais lorsqu'il a rejoint le "RCD-Goma", un parti politico-militaire qui a commis des crimes contre l'humanités à  Makabola, Mwenga, kasika où des femmes ont été enterrés vivantes, un parti politique des seigneurs de guerre qui pille et viole allègrement le Congo, un parti politico-militaire qui a eu le loisir de saboter le barrage d'Inga causant beaucoup de dégà¢ts à  Kinshasa y compris la mort des bébés en éprouvettes, un parti politico-militaire où les leaders d'origine rwandaise clament tout haut qu'ils ont obtenu leur nationalité congolaise par les armes, un parti politico militaire dont l'allégeance au Rwanda n'est plus à  démontrer, Rochereau Tabu Ley était-il encore un nationaliste ? Aux historiens de nous éclaircir.

En juillet 2008, suite à  un empoisonnement, Rochereau Tabu Ley est victime d'un accident vasculaire cérébral. Une rumeur annonçant sa mort dans une clinique bruxelloise circule alors, suscitant une vive émotion sur le continent et parmi la diaspora congolaise. La fausse nouvelle est démentie par ses proches, images à  l'appui diffusées sur le Net de l'artiste dans son lit. Tabu Ley Rochereau ne s'est jamais remis de cet AVC et son état de santé s'était détérioré récemment. Des funérailles officielles auront lieu à  Kinshasa où la récupération politico-politicienne bat son plein.

Dates-clés

13 novembre 1940 Naissance à  Bagata dans le Bandundu en République démocratique du Congo.

1963 Crée le groupe African Fiesta Vice-gouverneur.

2005 Vice-gouverneur de Kinshasa sur le compte du RCD, parti politique satellite du Rwanda.

2007 `` Voice of Lightness ».

30 novembre 2013 Mort à  Bruxelles.

Partager sur : Partager