Réveil FM, la première radio libre et citoyenne de Kinshasa en République démocratique du Congo !

Chili: Michelle Bachelet, des geôles de Pinochet à  la présidence !

Michelle Bachelet élue présidente pour la seconde fois

Née le 29 septembre 1951 à  Santiago, Michelle Bachelet a passé son enfance à  sillonner le Chili au gré des mutations de son père pilote de l'armée de l'air. En 1970, elle entame des études de médecine et entre aux Jeunesses socialistes.Le 11 septembre 1973, date du coup d'Etat d'Augusto Pinochet, son père promu général d'aviation et proche du président socialiste Salvador Allende, est arrêté, accusé de trahison. Il mourra six mois plus tard en détention, torturé par ses pairs. La mort d'Alberto Bachelet marquera à  jamais la vie de sa fille Michelle, qui voudra toujours se montrer à  la hauteur de ce père aimé et admiré.

Elle poursuit ses études de médecine tout en aidant secrètement des personnes persécutées par le régime militaire. Mais en janvier 1975, elle est arrêtée avec sa mère par les services secrets, qui les conduisent au centre de Villa Grimaldi, où les deux femmes sont torturées. Libérées fin janvier, mère et fille s'exilent en Australie puis en Allemagne de l'Est, où Michelle Bachelet continue ses études. Dès 1979, elle est de retour au Chili où elle obtient son diplà´me de chirurgien mais se verra refuser un poste dans le système public pour raisons politiques. Grà¢ce à  une bourse, elle se spécialise en pédiatrie et santé publique et travaille pour une ONG qui soutient les enfants de victimes de la dictature.

Après la transition démocratique de 1990, Mme Bachelet s'engage comme médecin du service public, tout en étudiant la stratégie militaire et les questions de défense. Elle veut, dit-elle alors, comprendre la vision militaire et les raisons du coup d'Etat et de la mort de son père. En 2000, elle est nommée ministre de la Santé, puis deux ans plus tard ministre de la Défense par Ricardo Lagos.Là , elle travaillera au dialogue entre civils et militaires, dans un pays aspirant à  une réconciliation nationale après les années de plomb de la dictature. C'est le début d'une popularité qui ne s'est jamais démentie depuis. Rompant avec le style figé de la classe politique traditionnelle, cette femme divorcée, mère de trois enfants et grand-mère, s'est notamment fortement engagée en faveur de l'amélioration des droits des femmes dans un pays ultra-conservateur, où l'avortement, même thérapeutique, est interdit et où le divorce n'a été légalisé qu'en 2004.Souriante, chaleureuse, celle que les Chiliens appellent simplement Michelle n'hésite pas à  serrer les gens dans ses bras ou à  danser et chanter en public si l'occasion se présente. Elle n'a jamais évoqué les tortures subies alors qu'elle avait 24 ans. A l'occasion du 40e anniversaire du coup d'Etat en l'honneur des victimes sur les lieux mêmes du centre de torture devenu un parc, Michelle Bachelet a expliqué simplement sa présence ``en qualité de survivante de la Villa Grimaldi».

Santiago, dimanche 28 janvier 2013, il est 16h les journalistes qui ont accompagné Jean-Marc Ayrault le Premier ministre retournent à  Paris. Photo Réveil FM International

Freddy Mulongo à  Santiago au Chili. Photo Réveil FM International

Freddy Mulongo sur l'estrade qui a servi à  la photo de famille des conférenciers-Chefs d'Etat d'Amérique du sud et Chefs de gouvernement européen lors du Sommet CELAC-UE. Photo Réveil FM International

La socialiste Michelle Bachelet, élue à  nouveau présidente du Chili dimanche, a promis de mener ``enfin» à  bien ``de profondes transformations»...

La socialiste Michelle Bachelet, élue à  nouveau présidente du Chili dimanche, a promis de mener ``enfin» à  bien ``de profondes transformations» pour combler les attentes d'un pays en proie à  de grandes inégalités.

Michelle Bachelet s'est imposée, malgré une forte abstention, par 62,1 % des votes au deuxième tour face à  la candidate de droite Evelyn Matthei, qui a obtenu 37,8 % des voix, un des pire résultats d'un parti de droite depuis le retour de la démocratie. A peine les résultats connus, sa rivale de droite Evelyn Matthei lui a adressé ses félicitations.

Michelle Bachelet, dans son discours de victoire a insisté sur l'urgence de construire un ``Chili plus juste» et d'en ``finir avec les inégalités». ``Il est temps de mener des changements de fond» dans le pays, même si cela ne sera ``pas facile», a-t-elle déclaré à  la tribune devant des milliers de partisans enthousiastes à  Santiago.

Ralentissement de l'économie

``à‡a ne va pas être facile, mais quand a-t-il été facile de changer le monde pour l'améliorer?» a-t-elle lancé. Après un premier mandat en 2006-2010, Michelle Bachelet, 62 ans, médecin de formation et première femme élue à  la tête d'un pays sud-américain, a confirmé les pronostics qui lui promettaient une victoire très confortable.

Première présidente chilienne réélue en 60 ans, la socialiste n'aura toutefois pas la tà¢che facile face aux attentes de la société chilienne, en particulier des jeunes. ``Ce sera très compliqué pour Mme Bachelet de gérer les attentes qui se sont créés autour de son gouvernement», relève le politologue Cristà³bal Bellolio.

Consciente de ces attentes, elle a promis de mettre en marche ses réformes dans les cent jours suivant son investiture le 11 mars prochain.

Réformes fiscales

Son programme est notamment fondé sur une révision de la Constitution de 1980 héritée de la dictature, une réforme fiscale envisageant une augmentation de l'impà´t des sociétés de l'ordre de huit milliards de dollars (3% du PIB) destinée notamment à  une refondation du système éducatif pour instaurer une éducation publique de qualité, l'amélioration du système de santé et des services publics.

La nouvelle présidente du Chili hérite d'un pays un peu essoufflé par le ralentissement de l'économie mondiale, un recul des investissements et la baisse des prix du cuivre, dont il est le premier producteur au monde. Mais l'économie chilienne reste solide, avec une croissance entre 3,75% et 4,75% prévue pour 2014.

Le revenu par habitant a dépassé le seuil des 20.000 dollars, ce qui en fait le plus élevé d'Amérique Latine.

Les réformes fiscales de la nouvelle présidente ``sont complexes et ambitieuses», indique l'économiste Francisco Castaà±eda.

Partager sur : Partager