Réveil FM, la première radio libre et citoyenne de Kinshasa en République démocratique du Congo !

Le Pen condamné pour ses propos sur les Roms

Le président d'honneur du Front national, Jean-Marie Le Pen, lors d'une convention de son parti, le 17 novembre 2013 à  Paris.

Le tribunal correctionnel de Paris l'a déclaré coupable d'injure publique envers un groupe de personnes en raison de son appartenance à  une ethnie. Le parquet avait requis deux mois de prison avec sursis contre l'ancien leader frontiste, à¢gé de 85 ans.

Moquant les Roms, il avait suscité rires et applaudissements nourris en leur attribuant la phrase : "Nous, nous sommes comme les oiseaux, nous volons naturellement". Jean-Marie Le Pen a été condamné, jeudi 19 décembre, par le tribunal correctionnel de Paris à  5 000 euros d'amende pour ses propos sur les Roms, tenus le 22 septembre 2012 à  La Baule (Loire-Atlantique) où se tenait l'université d'été du parti.

Le tribunal l'a déclaré coupable d'injure publique envers un groupe de personnes en raison de son appartenance à  une ethnie. Le parquet avait requis deux mois avec sursis contre le président d'honneur du Front national, estimant, comme pour les associations parties civiles, qu'il s'agit sans conteste d'une injure à  caractère racial. Pour l'avocat de l'ancien leader frontiste, Me Wallerand de Saint-Just, ce dernier faisait de l'humour. Il avait plaidé la relaxe pour ce "jeu de mots", "humoristique", "anodin" et "dérisoire".

Depuis cette sortie, en 2012, l'ancien président du parti a, à  plusieurs reprises, visé les Roms dans des déclarations provocatrices : en aoà»t, à  Nice, il a évoqué la "Romenade des Anglais", parodiant la célèbre promenade des Anglais.

Un mois plus tà´t, le président d'honneur du Front national avait dénoncé la "présence urticante" et "odorante" des Roms dans cette même ville.

Les sorties de Jean-Marie Le Pen lui ont déjà  valu plusieurs condamnations.

Partager sur : Partager