Réveil FM, la première radio libre et citoyenne de Kinshasa en République démocratique du Congo !

France: Un investisseur chinois en vin se crashe dans les vignes

Les recherches pour retrouver les trois derniers occupants disparus dans l'accident d'hélicoptère qui s'est écrasé vendredi soir dans la rivière Dordogne, avec quatre passagers à  son bord, dont un milliardaire chinois, ont repris samedi matin.

Le milliardaire chinois Lam Kok posait ici avec sa femme hier le 20 décembre 2013 devant le domaine viticole qu'il venait d'acquérir. L'homme d'affaires était à  bord de l'hélicoptère qui s'est abîmé dans une rivière en survolant le domaine. Son corps n'a pas encore été retrouvé.

James Grégoire et Lam Kok sont tous deux portés disparus à  la suite du crash d'un hélicoptère.

Aux commandes de l'appareil se trouvait James Grégoire, qui avait vendu jeudi son domaine viticole bordelais du Chà¢teau de La Rivière à  l'homme d'affaires chinois Lam Kok, 46 ans.

L'acheteur, qui préside le groupe Brillant, spécialisé dans le négoce de thés prestigieux et l'immobilier de luxe, son fils à¢gé de 12 ans ainsi qu'un interprète avaient également pris place à  bord de l'hélicoptère. Vendredi peu avant minuit, l'épave avait été repérée et un corps, encore non identifié, avait été repêché avant l'interruption des recherches pour la nuit.

Gros moyens de secours

Quatre bateaux pneumatiques ont été mis à  l'eau samedi vers 8h30 avec des hommes grenouilles à  leur bord pour plonger en direction de l'épave. Partis au large de la berge où est installé le poste de contrà´le des opérations, les bateaux semblaient délimiter un périmètre de recherches, tandis que la brigade cynophile arpentait les berges de la rivière, a constaté une photographe.

Une vingtaine de véhicules de pompiers et de gendarmerie, dont un de l'identification criminelle, stationnaient aux abords et une cinquantaine d'hommes participaient aux recherches à  l'endroit où un témoin a vu s'abîmer l'hélicoptère privé, sur la commune de Lugon-et-l'àŽle-du-Carnay, qui jouxte celle de La Rivière, d'où il avait décollé.

Une délégation de l'ambassade de Chine en France était attendue dans la matinée, a indiqué la préfecture de la Gironde. ``Un ministre conseiller chargé des affaires consulaires de l'ambassade à  Paris se rend sur place pour suivre les recherches et apporter assistance auprès des familles», a-t-on précisé de même source.

Pour une raison encore inconnue, l'hélicoptère, qui devait survoler les environs de la propriété de 65 hectares de vignes en appellation d'origine contrà´lée (AOC) Fronsac, s'est abîmé dans la rivière Dordogne en fin de journée. Ce survol en hélicoptère devait ponctuer une journée de célébrations de la vente du chà¢teau conclue jeudi, ``le plus gros investissement chinois à  ce jour dans le vignoble bordelais en terme de valeur», avait assuré en début d'après-midi le directeur général du domaine, Xavier Buffo, à  l'issue de la conférence de presse.

Projet d'envergure

Lam Kok, son épouse et leur enfant avaient été présentés aux équipes du Chà¢teau de La Rivière, et un repas avait ponctué les célébrations. Le projet du nouveau propriétaire, ``hormis de continuer à  élever la qualité des vins», était ``de créer un haut lieu d'échanges culturels autour du thé et du vin», avait assuré M. Buffo, annonçant le projet de construction d'un ``équipement hà´telier de très haut standing pour la dégustation de thés et de vins».

Le groupe Brillant, qui possède quatre ``Relais et chà¢teaux» en Chine, dont un immergé au milieu des plantations de thé de Pu'er, ``voulait avoir son pendant dans le Libournais», avait précisé le maire de Libourne, Philippe Buisson (PS). La société est également propriétaire d'autres établissements hà´teliers de luxe, de plantations de thés et de centres commerciaux.

Sinistre coïncidence, le précédent propriétaire du Chà¢teau de La Rivière, Jean Leprince, avait, en février 2002, trouvé la mort à  l'à¢ge de 66 ans dans un accident d'avion lui appartenant.

Le pilote et le copilote du Cessna bimoteur avaient également été tués lorsque l'avion s'était écrasé peu après son décollage de l'aérodrome d'Artigues-de-Lussac, près de Libourne. En 2003, James Grégoire avait racheté la propriété.

Partager sur : Partager