Réveil FM, la première radio libre et citoyenne de Kinshasa en République démocratique du Congo !

Autriche: Jean-Marc Ayrault au pays du plein-emploi

Paris s'intéresse de très près au modèle autrichien. En mettant l'accent sur la formation professionnelle, il permet d'afficher un faible taux de chà´mage. Les Autrichiens triomphent sur les pistes de ski mais pas seulement : l'Autriche rafle aussi le trophée du taux de chà´mage le plus bas de l'Union européenne, avec seulement 4,8%. Le chà´mage des jeunes, lui, est de seulement 8,6%. En France, malgré une baisse sensible ces derniers mois, il reste tout de même au-dessus de 24%, soit l'un des taux les plus élevés d'Europe. L'apprentissage est un droit garanti La clé de la réussite est sans nul doute la formation professionnelle.

Vendredi 17 janvier, Jean-Marc Ayrault dans une école professionnelle à  Vienne

L'Autriche investit beaucoup dans les 35 à  40% d'élèves qui s'orientent vers l'apprentissage. Et ceux qui ne trouvent pas d'entreprises à  l'issue de leur formation en alternance sont placés par le Pà´le emploi autrichien dans un atelier financé par l'Etat. Car depuis 2008, l'apprentissage est un droit garanti. Un modèle que l'Allemagne a aussi adopté puisque le pays compte aujourd'hui 1,6 million d`apprentis, soit trois fois plus que la France (430.000). Du coup, 83% des jeunes Allemands en formation sont aujourd'hui des apprentis. Mais ce n'est pas la seule action menée par l'Autriche pour lutter contre le chà´mage. L'Autriche finance également des cours d'allemand pour les apprentis d'origine étrangère. Elle soutient aussi les filles qui se lancent dans des métiers masculins. Autre mesure pour favoriser la formation : dans les quartiers sensibles, des éducateurs ont été mis en place afin qu'ils repèrent les jeunes qui décrochent pour les remettre sur les rails.

Le Premier ministre, Jean-Marc Ayrault, a estimé vendredi 17 janvier dernier à  Vienne que le dérapage du déficit budgétaire en 2013 par rapport aux prévisions du gouvernement était le "reflet d'une croissance très faible". Le déficit budgétaire 2013 de la France a dérapé de 2,7 milliards d'euros par rapport aux prévisions du gouvernement, dont la maîtrise des dépenses n'a pas suffi à  compenser les moindres rentrées fiscales. "C'est le reflet d'une croissance très faible", a commenté le Premier ministre, interrogé par des journalistes en marge d'un déplacement en Autriche. "C'est la raison pour laquelle il faut tout faire pour encourager la croissance, cela va dans le sens du renforcement de notre action", a ajouté M. Ayrault. Il a souligné "la nécessité de mettre en œ“uvre le pacte que le président de la République a proposé aux partenaires sociaux, parce qu'il faut retrouver de la croissance". Selon lui, "la croissance c'est d'abord l'emploi, et l'emploi c'est du pouvoir d'achat et c'est aussi des recettes fiscales et des cotisations sociales". M. Ayrault a toutefois relevé que "sur les dépenses, nous sommes en dessous de ce que nous nous étions fixé comme objectif".

"L`État tient bien les cordons de la bourse et fait les économies sur lesquelles il s'était engagé, ça c'est rassurant pour les Français", a conclu le chef du gouvernement.

Partager sur : Partager