Réveil FM, la première radio libre et citoyenne de Kinshasa en République démocratique du Congo !

François Hollande et Barack Obama à  bord d'Air Force

François Hollande et Barack Obama à  bord d'Air Force

à€ chaque président sa visite. En 2007, Nicolas Sarkozy avait été invité par George Bush à  découvrir la demeure de George Washington, à  Mount Vernon. Sept ans plus tard, en voyage d'État aux États-Unis, François Hollande est convié par Barack Obama à  une visite guidée de Monticello, la résidence de Thomas Jefferson, en Virginie. "Monticello reflète l'affection de Jefferson pour les Français, les vieilles relations entre nos deux démocraties et les valeurs partagées qui nous sont chères : la vie, la liberté, et la recherche du bonheur. Le président Obama compte partager ce pan de notre histoire commune avec le président Hollande", s'enthousiasme la Maison-Blanche dans un communiqué.

Francophile

Thomas Jefferson, auteur de la Déclaration d'indépendance, a été ambassadeur à  Paris entre 1784 et 1789 - sa statue se dresse d'ailleurs à  l'entrée d'un pont parisien - et a soutenu la Révolution française avant de rentrer aux États-Unis où il est devenu le troisième président américain. La légende veut que ce grand francophile ait déclaré : "Chaque homme a deux pays, le sien et la France"... Las ! Le site officiel de Monticello, qui passe en revue les citations qui ne sont pas de Jefferson, réfute la véracité de cette déclaration...

Monticello, la demeure de Jefferson en Virginie

Pour rallier Charlottesville, à  quelque deux cents kilomètres de Washington, où se trouve Monticello ("le petit mont" en italien), le président Hollande aura le privilège de monter à  bord de l'avion présidentiel, l'Air Force One. Si le cadre est peut-être moins joli que celui de la demeure de Washington (Mount Vernon est au bord du Potomac), la maison est nettement plus intéressante. Jefferson, qui a dessiné les plans lui-même, n'a cessé de la remodeler et de l'agrandir pendant quarante ans. Il s'est inspiré d'Andrea Palladio, architecte de la Renaissance, ce qui explique le style néoclassique du bà¢timent. à€ son retour de France, il a modifié de nouveau la demeure au regard de ce qu'il avait vu en Europe. Il a doublé la superficie, ajouté un dà´me octogonal, un couloir central...

Code secret

L'ensemble, de 1 000 m2 d'espace habitable sur quatre étages, est simple, presque rustique quoique confortable. Jefferson n'aimait pas les meubles, qui prenaient trop de place selon lui. Ainsi, la table de la salle à  manger, par exemple, n'était installée qu'à  l'heure des repas. En revanche, il devait avoir un faible pour les couleurs vives à  en juger notamment par le jaune canari éclatant de cette même salle à  manger. Dans son bureau, on peut voir quantité de gadgets de l'époque, dont un polygraphe, qui lui permettait de rédiger ses lettres en plusieurs exemplaires et un cylindre code secret (wheel cipher) de son invention.

Il est composé de 26 roues tournant autour d'un axe sur lesquelles sont gravées les lettres de l'alphabet dans le désordre comme une combinaison de coffre. Une excellente entrée en matière pour aborder l'épineux sujet de la NSA et de ses méthodes d'espionnage tous azimuts...

Barack Obama emmènera ensuite sans doute son homologue français visiter le quartier des esclaves. Ils étaient environ 150, logés dans des cabanes en bois. Les historiens s'accordent à  dire que l'une d'eux, Sally Hemings, a été la compagne de Jefferson après la mort de sa femme et lui a donné six enfants. S'il ne l'a jamais épousée, la jeune femme a par la suite vécu dans une dépendance de l'aile sud, sous la maison principale. De quoi donner à  méditer à  François Hollande quant aux rapports des présidents avec leur concubine..

Partager sur : Partager