Réveil FM, la première radio libre et citoyenne de Kinshasa en République démocratique du Congo !

Grève des taxis: 64 chauffeurs placés en garde à  vue mardi puis relà¢chés

Dans la nuit de mardi à  mercredi, 110 chauffeurs de taxi ont été interpellés, à  Paris, et 64 d'entre eux ont été placés en garde à  vue puis relà¢chés. Les conducteurs s'étaient rassemblés dans la capitale, place de la Concorde. Les gardes à  vue ont été levées mercredi, a indiqué le parquet à  France 2.

Soixante-quatre chauffeurs de taxi ont été placés en garde à  vue, le 11 février 2014, après une manifestation surprise place de la Concorde, à  Paris. Ils ont été interpellés après un rassemblement surprise. Soixante-quatre chauffeurs de taxi ont été placés en garde à  vue après une manifestation à  Paris, mardi 11 février, a affirmé mercredi une source policière.

Une centaine de taxis s'étaient rassemblés dans la capitale, place de la Concorde, vers 19 heures, avant que la police ne les disperse. Certains chauffeurs ont été placés en garde à  vue pour "délit d'entrave à  la circulation et refus de dispersion après sommations suite à  un attroupement". Les gardes à  vue ont depuis été levées, a indiqué le parquet à  France 2.

Opérations coups de poing et blocages se poursuivent

Les syndicats de taxis avaient durci le ton mardi soir en appelant à  une grève nationale reconductible contre la concurrence des voitures de tourisme avec chauffeur (VTC), annonçant notamment "des opérations coups de poing, des blocages". A l'issue de trois heures de réunion, les syndicats à  l'origine des manifestations de lundi à  Paris et Marseille ont finalement décidé d'encourager les actions spontanées observées depuis dans la capitale et aux abords des aéroports.

Pour tenter d'apaiser les taxis, Matignon a reçu leurs représentants lundi soir. Le gouvernement a confié mardi au député PS de Saà´ne-et-Loire Thomas Thévenoud le soin de diriger une mission de concertation. Annoncée samedi, celle-ci devra, d'ici à  deux mois, "définir les conditions durables d'une concurrence équilibrée entre les taxis et les VTC", selon le gouvernement.

70 taxis ont été placés en garde à  vue pour entrave à  la circulation. Ici, une opération escargot à  Roissy le 10 février. (Thomas Samson - AFP)

Les taxis ne décolèrent pas. Après deux jours de grève, les taxis parisiens entament une nouvelle journée de mobilisation, pour protester contre une législation qu`ils jugent trop avantageuse pour les véhicules de tourisme avec chauffeur (VTC), ce mercredi.

Mardi soir, une centaine de chauffeurs se sont rassemblés place de la Concorde à  Paris, puis gare de Lyon notamment. Et d'après RMC, dans la nuit de mardi à  mercredi, plus d'une centaine ont été interpellés par la police qui est passée à  la manière forte pour déloger les grévistes.

La préfecture ajoute que 64 chauffeurs ont été placés en garde à  vue cette nuit pour "délit d'entrave à  la circulation et refus de dispersion après sommations suite à  un attroupement" et 3 d'entre eux l'étaient toujours ce mercredi matin, à  7 heures.

Par ailleurs, 36 véhicules de taxi ont été envoyées à  la fourrière.

Partager sur : Partager