Réveil FM, la première radio libre et citoyenne de Kinshasa en République démocratique du Congo !

Nantes: Le mémorial de l'abolition de l'esclavage !

Mémorial de l'abolition de l'esclavage. Photos Réveil FM international

A Nantes, le Mémorial est un espace public gratuit, ouvert toute l`année. Il est fermé uniquement la nuit et en périodes de crue de la Loire. Le Mémorial de l'abolition de l'esclavage est un mémorial français situé à  Nantes, en Loire-Atlantique. Consacré à  la traite négrière à  Nantes et dans le monde, à  l'esclavage et à  son abolition, ce lieu de visite situé dans ce qui fut l'un des principaux ports négriers de France a été inauguré en mars 2012. Le mémorial a été construit sur le quai de la Fosse, entre le bà¢timent de l'ancienne capitainerie de port et du pont Anne-de-Bretagne. De plus, il se trouve à  environ 200 mètres à  l'ouest de la passerelle Victor-Schœ“lcher (baptisée en l'honneur de celui qui œ“uvra en faveur de l'abolition de l'esclavage en France), dont il est est séparé par le square René-Siegfried. Le mémorial a été aménagé sous une promenade végétalisée de 7 000 m2, la surface d'exposition se trouvant presqu'au niveau de la Loire, permet d'évoquer les cales des navires négriers. à€ l'intérieur, 2 000 plaques de verre gravées, conte de l'histoire de l'esclavage et notamment celui des expéditions négrières des Nantais au XVIIIe siècle

Mémorial de l'abolition de l'esclavage. Photos Réveil FM international

Nantes, la traite négrière et l'esclavage

Du milieu du 17e au milieu du 19e siècle, la France organise au moins 4220 expéditions négrières, dont une grande partie menée par les armateurs nantais.

Principaux ports - Nombre d`expéditions

Nantes - 1714

Le Havre - 451 La Rochelle - 448

Bordeaux - 419

Saint-Malo - 218

Lorient - 137

Honfleur - 134

Marseille - 88

Dunkerque - 41

Dans une moindre mesure, d`autres ports français participent aussi à  ce commerce : Rochefort, Bayonne, Vannes, Brest, Morlaix, Dieppe, Cherbourg, Saint-Brieuc, Sète, Marans…

La place de Nantes dans le commerce négrier est paradoxale

Quand elle arme pour la première fois à  la traite au début du 18e siècle, Nantes a deux siècles et demi de retard sur le Portugal et plus d`un siècle sur des ports comme Le Havre, Bordeaux, La Rochelle. Et, quand elle abandonne la traite en 1830, elle le fait bien avant d`autres port comme Le Havre (1847), l`esclavage perdurant à  Cuba jusqu`en 1886 et au Brésil jusqu`en 1888.

Nantes ne doit donc pas sa primauté à  la durée de sa participation, mais à  sa densité, avec l`organisation de 43 % des expéditions négrières françaises (soit environ 5 à  6 % de la traite atlantique européenne).

Au cours du 18e siècle, une part représentant 10 à  33 % du commerce maritime au long cours nantais correspond à  des armements négriers, une autre part étant consacrée à  l`économie de plantation esclavagiste.

Comme le rappelle l`historien Eric Saugera : `` Plus qu`ailleurs, Nantes fit sienne l`argumentation négrière majeure : les colonies sont indispensables à  la richesse nationale, les Noirs sont indispensables à  leur mise en valeur, la traite est indispensable à  son renouvellement. »

En un peu plus d`un siècle, les navires nantais auront transporté plus de 550 000 captifs noirs vers les colonies.

L'inauguration du Mémorial a eu lieu le 25 mars 2012 en compagnie, entre autres, de Jean-Marc Ayrault, alors maire de Nantes et initiateur du projet ; mais aussi de l'ancien président du Bénin, Nicéphore Soglo ; de la députée de la Guyane, Christiane Taubira ; ou encore de l'ancien footballeur Lilian Thuram. Photos Réveil FM international

Le Mémorial, une volonté politique

L`esclavage fait partie de notre histoire. Nantes fut le premier port négrier français au 18e siècle. La ville fonda alors une partie de sa richesse sur cet odieux trafic que nous reconnaissons aujourd`hui comme un crime contre l`humanité. Pendant longtemps, Nantes a détourné le regard de ce passé jusqu`aux années 1990, où nous avons décidé de le regarder en face. Nous l`avons alors exhumé, exploré, analysé, compris, assumé. Nous avons ainsi libéré notre mémoire. L`exposition Les Anneaux de la Mémoire, en 1992, fut le symbole de cette prise de conscience collective. Assumer un tel passé, sans esprit de repentance, permet aujourd`hui de mener nos combats les yeux grands ouverts. Le Mémorial porte cette volonté politique forte. Il ne s`agit pas d`un nouvel acte de contrition, mais bel et bien d`un appel à  se souvenir des combats passés pour se projeter dans l`avenir, lutter contre toutes les formes d`esclavage moderne et d`aliénation des droits de l`Homme afin de construire un monde plus solidaire. En élevant le Mémorial sur les bords de la Loire, au cœ“ur de la ville, là  d`où partirent tant d`expéditions négrières, en lui donnant la forme d`un geste artistique monumental relié au palais de justice par la passerelle Victor-Schœ“lcher, nous rappelons que la lutte pour la liberté et la dignité de tout être humain est une cause fondamentale qui engage notre idée de la société. Le Mémorial est une nouvelle étape pour comprendre notre histoire et témoigner de l`avenir que nous voulons construire ensemble. Des salles du Musée du Chà¢teau des ducs de Bretagne consacrées à  la traite, en passant par le Bouffay, l`île Feydeau et le quai de La Fosse, il prend toute sa dimension dans un parcours de mémoire qui s`ancre dans la réalité historique de la ville. Ce Mémorial, qui par son ampleur est unique en Europe, est un message de tous les Nantais, de tous les habitants de notre métropole, de notre département, de notre région à  ceux qui, partout dans le monde, partagent cette histoire, ces luttes, et ces combats. Je forme le vœ“u qu`il devienne ce lieu de connaissance et de conscience pour les plus jeunes générations. Alors le Mémorial aura tenu ses promesses : il sera ce lieu vivant de ralliement et d`engagement collectif pour perpétuer la mémoire des combats passés et poursuivre notre lutte pour la reconnaissance et la promotion des droits de l`Homme.

M. Jean-Marc Ayrault, le Député-Maire de Nantes

Esclavage et lutte pour la liberté

`` L`esclavage est un crime abominable. (…) Pourtant, l`esclavage et les pratiques esclavagistes persistent dans de nombreuses régions du monde. Ce type d`exploitation est en train d`évoluer et de refaire surface sous des formes modernes, telles que la servitude pour dettes, la vente d`enfants et la traite de femmes et de filles à  des fins de prostitution. L`esclavage trouve ses racines dans l`ignorance, l`intolérance et la cupidité. Il nous incombe de créer un climat dans lequel de tels abus et une telle cruauté sont inconcevables. Un des moyens d`y parvenir est de se souvenir du passé et d`honorer les victimes de la traite transatlantique des esclaves. En gardant à  l`esprit les injustices passées, nous aidons à  faire en sorte que de telles violations systématiques des droits de l`homme ne puissent plus jamais se reproduire. »

Message du Secrétaire général des Nations unies, Ban Ki-moon, à  l`occasion de la Journée internationale de commémoration des victimes de l`esclavage et de la traite transatlantique des esclaves, le 25 mars 2010.

A l`échelle planétaire, les abolitions progressives de la traite et de l`esclavage s`étalent sur plus de deux siècles. Mais, si le combat légal est quasiment achevé, l`esclavage reste toujours un réel fléau.

Le Mémorial de l`Abolition de l`Esclavage de Nantes, a aussi pour mission de rappeler la dramatique urgence de la situation des esclaves d`aujourd`hui.

Ainsi, le passé éclairant le présent, le Mémorial est un appel à  la conscience de chacun des visiteurs sur le monde qui l`entoure. Voir liens esclavage contemporain. Aujourd`hui, on estime que 27 millions de personnes à  travers le monde sont en situation d`esclavage, soit plus de deux fois le nombre total d`esclaves déportés par la traite transatlantique en quatre siècles !

Au moins 200 millions de personnes sont victimes d`asservissement pour dettes, de mariages forcés, de la prostitution et du travail forcé, notamment un nombre considérable d`enfants.

En aoà»t 2010, l`ONU a lancé un plan d`action mondial de lutte contre la traite des êtres humains.

En France, le Comité Contre l`Esclavage Moderne estime à  plusieurs dizaines de milliers les personnes réduites au travail forcé comme ouvriers dans les ateliers clandestins ou comme domestiques. Des milliers de femmes sont soumises à  des mariages forcés et des dizaines de milliers d`entre elles sont contraintes à  la prostitution.

En 1998, à  l'occasion du 150e anniversaire de l`abolition de l`esclavage, le Conseil municipal décide d`édifier un monument commémoratif. Le projet définitif est présenté en 2005 et les travaux débutent en 2010. le mémorial est conçu par l'artiste polonais Krzysztof Wodiczko et l'architecte americano-argentin Julian Bonder.

Partager sur : Partager