Réveil FM, la première radio libre et citoyenne de Kinshasa en République démocratique du Congo !

Election 2016 ? Si Bernard Mwamba Katompa était le faux nez de la Camora comme alias Joseph Kabila!

Bernard Mwamba Katompa

Au peuple congolais, une vigilance tous azimuts s'impose ! Lorsqu'on a été mordu par un serpent on craint même un lézard. Lors de mémorables élections Louis Michel 2006, les Congolais n'étaient pas assez vigilants, aujourd'hui tozo ko rond-point! Des médias-mensonges avaient vitupéré partout que les élections Louis Michel 2006 étaient les premières élections libres, démocratiques et transparentes du Congo depuis 1960. Faux et archi-faux ! Pour faciliter l'élection de celui que la mafia internationale voulait placé sur le trà´ne du Congo, on a baissé l'à¢ge des candidats présidents à  trente ans, l'à¢ge qu'avait alias Joseph Kabila à  l'époque. Prédateur de la liberté de presse et d'expression,Modeste Mutinga Mutuishayi avec son étouffoir des libertés la fameuse Haute Autorité des Médias (HAM) a muselé les journalistes, bà¢illonné des médias et des opposants politiques, sans qu'aucun doigt ne se lève pour condamner. Pour mieux faire les journalistes, on inventa l'arme de destructions massives "La Congolité" calquée à  "L'Ivoirité". Peuple pacifique et hospitalier, les Congolais ne sont pas des xénophobes. mais à  l'époque, aucun congolais n'avait le droit de poser les questions sur les origines et parcours d'alias Joseph Kabila...En bon néocolonial léopoldien, Louis Michel "Big Loulou" usa et abusa des oukases pour défendre le candidat de la communauté internationale. Quant au défroqué abbé Malu Malu de la Commission Électorale Indépendante (CEI) pour annoncer les résultats truqués, il s'était paré d'un gilet anti-balles, flanqué des soldats surarmés de la Monuc il s'était engouffré dans un char de combat pour se rendre à  la RTNC pour proclamer les résultats imposés et non la volonté du peuple congolais. Depuis l'incapacitaire de Kingakati a tronqué son treillis, ses bottes de jardinier et son kalachnikov contre des costumes trois pièces et nargue le peuple congolais avec sa haute trahison ! En novembre 2011, bis repetita, Joseph Kabila et son régime d'imposture ont massivement triché face à  Etienne Tshisekedi. C'est alias Joseph Kabila qu'on a légitimé malgré les preuves de fraude.

Si Bernard Mwamba katompa était le faux nez de la Camora comme alias Joseph Kabila pour les fameuses et hypothétiques élections de 2016 ? Les Congolais qui sont allés à  Malesherbes pour écouter Bernard Mwamba katompa sont rentrés pantois. Comment quelqu'un qui n'a aucune fonction officielle peut se présenter devant ses compatriotes avec dix barbouzes comme gardes corps ? De qui Bernard Mwamba katompa a-t-il eu peur à  Paris ? On dit qu'il est bourré d'argent ? Mais nos fins limiers qui comme par hasard étaient attablés au café de la Fayette Hyatt hà´tel ex-Concorde ont été surpris de la discussion des fameux Gardes corps loués par Bernard Mwamba Katompa. Au lieu de 100 euros chacun, ils n'avaient perçu que 50 euros. Les voix étaient vives et menaçantes. Celui qui s'en est sorti avec 70 euros a promis de ne plus revenir. On dit que Bernard Mwamba katompa est un ami de plusieurs Pprdiens joséphistes: Moïse Katumbi, André Kimbuta Yengo et du pathétique Théophile Bemba Fundu, le présumé assassin de notre confrère Franck Ngyke et son épouse Hélène Mpaka. Lorsqu'on a été Ministre de l'intérieur d'un pays, c'est-à -dire le premier flic, il y a de choses que l'on ne se permet plus. En effet, Théophile Bemba Fundu di Luyindu avait loué sa villa sise sur l'avenue Uvira au n°3 dans la Commune de la Gombe à  Monsieur Amandin Rugira, ambassadeur du Rwanda en République démocratique du Congo. Donc la résidence officielle de l'ambassadeur du Rwanda appartenait à  Théophile Bemba Fundu. Cette résidence se trouve à  proximité du Grand Hotel de Kinshasa. Elle aurait appartenu sous la deuxième république mobutienne à  la Banque Commerciale du Zaïre (BCZ). A Paris, Bernard Mwamba Katompa a fait une réunion tribalo-éthnique, il a rassemblé en majorité des Bandundois et Kasaïens, puis ses deux parents sont originaires de ces deux provinces. Et les autres Congolais ? Comment quelqu'un qui veut diriger le Congo ne peut-il pas avoir le réflexe fédérateur.

La traçabilité des candidats présidents doit être claire et limpide. Les Congolais ont le droit de savoir qui est qui ? Alors que nous nous battons pour la libération et la souveraineté du Congo, nous risquons si nous ne sommes plus vigilants de se retrouver avec un individu qui aura déjà  vendu le pays avec des contrats léonins que nous combattons aujourd'hui. Nous allons continuer de tourner en rond et le pays des nos ancêtres ne nous appartiendra plus. Et puis il faut arrêter avec des réunions en catimini. Pourquoi cacher le lieu de la réunion ? Lorsqu'on a la prétention de diriger le Congo il faut accepter d'être interpellé par ses compatriotes. L'impressionnisme qu'à  afficher Bernard Mwamba Katompa avec ses gardes corps prouve à  dessein que l'homme a des choses à  cacher. Il n'est pas venu à  Paris en compatriote mais en conquérant, ce qui est dommage.

Si Bernard Mwamba katompa estime qu'il a l'étoffe d'être président de la République démocratique du Congo il doit impérativement confronter ses analyses aux aspirations et attentes des congolais. Mais se croire sur un nuage avec ses barbouzes, croire qu'on a la science infuse sans vrai dialogue, est une erreur fondamentale. Pour les Congolais, Paris ne tombera pas certes, mais quitter les Etats-Unis pour venir faire une petite conférence en catimini, c'est vraiment le comble. Va-t-on aux élections dans un pays sous occupation ? Accepte-t-on de concourir avec un bonhomme qui dirige par défi et qui a pris toutes les institutions en otage ?

Partager sur : Partager