Réveil FM, la première radio libre et citoyenne de Kinshasa en République démocratique du Congo !

A l'Assemblée, Manuel Valls face aux irréductibles du PS

Vote.Le Premier ministre présente aujourd'hui aux députés son plan d'économies. Mais certains socialistes ne sont pas prêts à  l'approuver.

Matignon (Paris VIIe), hier. Manuel Valls a reçu une délégation de députés PS, emmenée par le président du groupe à  l`Assemblée, Bruno Le Roux. Une nouvelle rencontre est prévue ce matin.

Pression maximale sur les députés PS. Manuel Valls et sa majorité ont rendez-vous cet après-midi à  l'Assemblée nationale, où les parlementaires doivent voter -ou pas - le pacte de responsabilité et son corollaire, les 50 MdsEUR d'économies. La première épreuve de vérité pour le Premier ministre. Même si ce vote est `` indicatif », tout ratage est interdit tant ce pacte qui constitue l'alpha et l'oméga de la politique gouvernementale jusqu'en 2017. Le tout sous l'oeil de Bruxelles qui ne cesse de rappeler à  la France ses engagements en faveur de la réduction des déficits publics... Mais voilà , hier, Manuel Valls a eu beau là¢cher du lest dans une lettre adressée aux députés PS , il ne fera pas le plein des voix des 291 élus socialistes.

Parmi ces frondeurs, il y a d'abord les onze (dont Henri Emmanuelli, Pascal Cherki) qui, déjà , ne lui ont pas voté la confiance le 8 avril. `` Le pacte de responsabilité n'a pas bougé d'un iota, notamment les 30 milliards de baisses de cotisations à  l'aveugle, sans conditions », pointe l'un d'eux, Pouria Amirshahi. S'ajoutent d'autres membres de l'aile gauche du PS, comme Jérà´me Guedj ou Mathieu Hanotin. Sans compter ces députés, comme Christian Paul (lire ci-dessous) ou Jean-Marc Germain, qui critiquent la nécessité même de réaliser 50 MdsEUR d'économies.

Faible soutien du parti

`` Certes, les gestes de Manuel Valls pour les plus modestes sont bons à  prendre, mais nous ne sommes encore que dans l'atténuation d'une politique de rigueur », critique Laurent Baumel, l'un des initiateurs de l'appel des Cent. Il y a quinze jours, cette coalition de députés avait réclamé à  Valls qu'il revoie sa copie. Hier soir, les dirigeants du PS ont bien voté un soutien, mais plutà´t dans la désunion : 31 voix pour et 15 contre. `` S'il y a des abstentions aujourd'hui, ce n'est quand même pas Fukushima », dédramatise Christian Paul.

Le rappel à  l'ordre de Hollande

C'est pourtant tout l'enjeu du vote pour Valls : éviter l'accident nucléaire voyant le marais des députés PS indécis suivre ces irréductibles, estimé à  une bonne vingtaine de voix, et `` même une cinquantaine », selon Germain, dans l'abstention, voire le vote contre. `` Certains vont être pris d'une brusque envie d'aller faire pipi au moment d'appuyer sur le bouton... » ironise un conseiller parlementaire. Ce matin, Valls rencontrera les députés PS pour enfoncer le clou. `` Il ne peut y avoir de zigzag dans le cap fixé par le président, chacun doit voter en responsabilité », prévient son entourage.

Hier déjà , Valls a reçu une délégation de députés, en l'absence, notable, de Michel Sapin et de Christian Eckert, les argentiers de Bercy. `` Il a même pris soin de lire certains passages de sa lettre et de corriger certains termes avec nous », confie Thomas Thévenoud. En coulisses, ses conseillers font du phoning afin de convaincre les plus tangents. Jean-Marie Le Guen, le secrétaire d'Etat chargé des Relations avec le Parlement, a passé son week-end à  raccrocher les wagons.

Les mesures annoncées par Valls dans sa lettre ont déjà  eu quelques effets sur certains députés. `` Le Premier ministre a bougé, se satisfait Yann Galut, pourtant guère emballé par la première mouture du pacte. Il nous a entendus. » Même François Hollande y est allé de son rappel à  l'ordre : `` Le pacte de responsabilité est la stratégie de la France jusqu'à  la fin du quinquennat », a-t-il insisté hier. Le rouleau compresseur est donc en marche pour éviter que Valls, là¢ché par EELV mais soutenu par les Radicaux de gauche, ne doive son salut à  des soutiens extérieurs. Notamment à  l'UMP et, surtout, aux centristes auxquels le Premier ministre tend la main. `` Le vote sera un moment important, car il s'agit de l'intérêt supérieur de notre pays, écrit-il dans un courrier adressé aux parlementaires UMP et UDI. Ce pacte, c'est la condition du rebond. »


L'édito du Parisien. ``Valls face au PS: l'heure... par leparisien


Avant le vote à  l'Assemblée, le bureau national... par leparisien


Avant le vote à  l'Assemblée, le bureau national... par leparisien

Partager sur : Partager