Réveil FM, la première radio libre et citoyenne de Kinshasa en République démocratique du Congo !

POURQUOI... le parlement européen est à  Strasbourg et Bruxelles ?

Seulement 12 sessions plénières de quatre jours se déroulent chaque année à  Strasbourg (à  gauche). Le reste du temps, les eurodéputés se retrouvent à  Bruxelles, au sein des vingt commissions parlementaires.

LE PARLEMENT EUROPÉEN a officiellement son siège à  Strasbourg, dans le bà¢timent Louise-Weiss. Mais seulement 12 sessions plénières de quatre jours s'y déroulent chaque année. Le reste du temps, les eurodéputés se retroussent les manches à  440 km de la cité alsacienne, à  l'Espace Léopold à  Bruxelles, au sein des vingt commissions parlementaires ou à  l'occasion de mini-sessions.

Et comme deux lieux de travail ne suffisent pas, il en existe un troisième basé à  Luxembourg qui rassemble le secrétariat général ainsi que les services administratifs et de traduction ! `` Cela donne au grand public l'image d'une institution difficilement compréhensible », résume le spécialiste des questions européennes, Bastien Nivet, chercheur associé à  l'Iris (Institut des relations internationales et stratégiques). Mais alors comment expliquer cette étonnante dispersion des sites ? `` C'est le résultat de l'évolution de la construction européenne », résume-t-il.

Strasbourg, symbole de réconciliation franco-allemande

Petit cours d'histoire : c'est à  Strasbourg, ville frontière qui avait valeur de symbole de réconciliation franco-allemande au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, qu'est née la première institution du Vieux Continent : le conseil de l'Europe.

A partir de 1952, cet organisme chargé de promouvoir les Droits de l'homme va partager ses locaux avec l'assemblée de la Communauté européenne du charbon et de l'acier (CECA). En 1965, cette même CECA fusionne avec la CEE, la Communauté économique européenne.

Au coeur de la nouvelle structure figurent une commission et un conseil siégeant à  Bruxelles ainsi qu'une assemblée, le Parlement européen (qui ne sera élu au suffrage universel direct qu'en 1979) prenant ses quartiers sur les bords du Rhin.

Strasbourg, Parlement Européen, Freddy Mulongo à  l'hémicycle qui possède une capacité de 750 places. 737 parlementaires y sont accueilli pour les sessions mensuelles. Photo Réveil FM international, archives

Freddy Mulongo et Gay Tischbirek, une amie américaine, dans l'une de 7 salles appartenant au groupe parlementaire. Photo Réveil FM International, archives

Un double siège très coà»teux

L'activité institutionnelle s'intensifiant au fil des années à  Bruxelles, le Parlement s'est alors progressivement installé dans la capitale belge, pour être au plus près de la Commission et du Conseil, histoire de ne pas être `` déconnecté » des organes de décision. Parallèlement, ses pouvoirs à  lui se sont accrus, l'impliquant davantage dans les initiatives des autres institutions, surtout le Conseil, ce qui l'a incité encore à  un rapprochement géographique.

Au final, ce double siège de facto a un coà»t budgétaire (des dizaines de millions d'euros) et environnemental (des milliers de tonnes de CO2) lié aux fréquentes transhumances des eurodéputés. De nombreux parlementaires `` anti-Strasbourg » plaident pour un regroupement de toutes les activités dans la capitale belge. L'automne dernier, une majorité d'eurodéputés a approuvé un texte proclamant que leur institution `` serait plus efficace » si elle occupait `` un seul lieu ».

Seulement voilà , il faut obligatoirement un accord à  l'unanimité des 28 Etats membres pour valider un changement, le siège à  Strasbourg étant inscrit dans le marbre des traités. Et la France n'entend pas abandonner son hémicycle alsacien. `` Même si cela serait rationnel, renoncer au siège de Strasbourg est une décision extrêmement difficile pour un chef d'Etat », décrypte Bastien Nivet.

Partager sur : Partager