Réveil FM, la première radio libre et citoyenne de Kinshasa en République démocratique du Congo !

Alias Joseph Kabila, l'incapacitaire de Kingakati et Président illégitime qui trà´ne par défi au Congo n'a rien obtenu de l'Elysée à  Paris !

Le tapis est à  disposition comme François Hollande d'un Président élu !

A Réveil FM International, nous rigolons et nous nous plions en quatre de la jubilation des joséphistes suite à  la visite d'alias Joseph Kabila à  l'Elysée. Un écervelé vantard, sans envergure, accrédite de Chà¢teau-Rouge-Barbès, a même jubilé sur le fait que nous n'étions pas à  l'Elysée, débitant des mensonges pour se donner bonne conscience. La grenouille qui veut se faire plus grosse que le bœ“uf, on connait la suite dans Les fables de Jean de la Fontaine... ! Revenons donc aux choses sérieuses. Échec et Mat pour alias Joseph Kabila à  l'Elysée. Sans tapis rouge, sans conférence de presse avec François Hollande, sans clairon, tambours ni trompettes, sortie par la petite porte..."Dérouler le tapis rouge devant quelqu`un", c`est faire de son passage une vraie cérémonie. La couleur rouge représente donc la solennité de l`événement. Cela signifie également que la personne qu`on accueille est un invité prestigieux, ou du moins qu`on lui accorde de l`importance. Reçu à  l'Elysée par son homologue français François Hollande, alias Joseph Kabila, a été reçu le mercredi 21, durant cinquante minutes, pas une minute de plus. L'imposteur qui dirige par défi la République démocratique du Congo a parlé économie, Centrafrique mais pas de la présidentielle congolaise de 2016. Un sujet qui fà¢che. Tripatouillage constitutionnelle ou non, il doit partir ! La France pourra-t-elle contredire l'administration américaine ?

François Hollane sur le tapis rouge à  l'Elysée

Le président Xi Jinping reçu à  l'Elysée par François Hollande au pied de sa voiture officielle, directement sur tapis rouge

En diplomatie, lorsqu'un chef d'Etat de préférence élu et non un usurpateur, veut se rendre dans un pays, l'ambassadeur du pays hà´te, le précède dans son pays pour mieux l'accueillir. Pourquoi donc alias Joseph Kabila s'est-il embarqué sur le même vol que l'ambassadeur français accrédité en République démocratique du Congo ? Luc Hallade, ambassadeur de la France en RDC était-il l'otage de l'incapacitaire de Kingakati ?

Un atterrissage dans le noir n'étant pas prévu dans les manuels de l'aviation civile. Un avion de ligne de la compagnie française Air France a évité de justesse un crash à  son atterrissage dimanche 18 mai dernier à  l`aéroport international de N`Djili à  Kinshasa.

En cause, une coupure d`électricité qui a plongé tout l`aéroport dans le noir, obligeant le pilote à  amorcer un re-décollage en urgence. Cet incident, pour nombreux experts du secteur, montre que la RVA a failli à  sa mission de gestionnaire des aéroports de la République démocratique du Congo.

 N'eà»t été la grande expérience et la dextérité du pilote, un crash se serait vite produit à  l'aéroport international de N`Djili à  Kinshasa.

Expérimenté, celui-ci a eu le réflexe de remettre les gaz permettant à  l'aéronef de reprendre les airs.

La peur au ventre alias Joseph Kabila aurait donc pris en otage l'ambassadeur Luc Hallade pour l'accompagner à  Paris.

300 policiers en civil, 14 fourgons de CRS pour contenir les Résistants-Patriotes-Combattants prêts en découvre avec Joseph Kabila, l'incapacitaire de Kingakati...Cela coà»te cher à  l'Etat français dans ce temps de crise, la sécurisation d'un imposteur, usurpateur que le peuple ne reconnait pas, est toujours une épine au pied pour n'importe quel pays qui le reçoit .

Anne Greco, Avocate !

Les CRS à  la place Général de Gaulle, Métro Champs-Elysée-Clemenceau

Certes le communiqué de l'Elysée est très lapidaire de la rencontre Hollande -alias Kabila, mais ce dernier évitant et fuyant les journalistes s'est engouffré dans un aéronef pour retourner à  Kingakati.

Rusé comme un léopard, le Maréchal-dictateur Mobutu Sese Seko avait l'habitude de se jouer de la troïka:Etats-Unis-France et Belgique, l'un contre les autres ou les autres contre l'un. Mais alias Joseph Kabila en piètre Mobutu light en a t-il les capacités ?

Alias Joseph Kabila et ses apparatchiks de son odieux voudraient s'accrocher au pouvoir en tripatouillant pour le énième fois la Constitution.

"Kabila doit partir", "Kabila dégage" ne sont plus de simples slogans mais un vaste programme qui est en voie de concrétisation.

Partager sur : Partager