Réveil FM, la première radio libre et citoyenne de Kinshasa en République démocratique du Congo !

François Mbuku, la "Force tranquille" au sein de la diaspora congolaise

François Mbuku Kasa

En France, l'expression "Force tranquille" fait allusion au slogan de la campagne électorale de François Mitterrand en 1981 pour l'élection présidentielle. La "Force tranquille" s'emploie pour qualifier une personne dont la puissance, la détermination, l'énergie, etc. s'expriment sans violence, de façon sereine et paisible. C'est le cas de François Mbuku qui contrairement à  certains compatriotes qui font beaucoup des bruits pour rien au sein de la diaspora congolaise, lui travaille pour le Congo avec beaucoup d'humilité et conviction. Si Karl Barth, le plus grand théologien-dogmaticien du XXè siècle disait qu'un bon pasteur devait avoir sa Bible à  la main gauche et le journal à  celle de droite, François Mbuku a sa Bible, la tablette et l'Ipad ! Le jour qu'il a décidé d'entrer en politique pour défendre le Congo, il s'est donné les moyens. Homme de foi, mais très engagé en politique, il sait du fond de lui que l'humilité précède la gloire. Son carnet d'adresse fait pà¢lir quelques troubadours qui n'hésitent pas à  lui mettre les peaux de bananes ou à  vouloir torpiller son élan. François Mbuku est serein et blindé, il ne se laisse pas si facilement à  battre. Sans étaler son arbre généalogique Kongo, il y a quelques jours, François Mbuku a été reçu à  la rue Solférino au siège du parti Socialiste. On ne connait pas la teneur de l'échange qui a eu lieu, mais l'ambiance a été cordiale puisque le Congolais a été raccompagné jusqu'au perron.

Pour la chasse, comme en politique, on n'a pas besoin des bruits tintamarresques pour se rassurer que l'on travaille. Défendre le Congo s'est pouvoir parler du régime d'occupation, d'imposture et d'usurpation qui règne au Congo-Kinshasa, aux personnes et institutions susceptibles d'écouter un autre son de cloche.

Alors qu'il était Secrétaire national à  l`Europe et à  l`international, Jean-Christophe Cambadélis, actuel Secrétaire Général du Parti Socialiste s'était fendu d'un billet au titre mémorable:

" RDC : acharnement du pouvoir sur un opposant politique"

Jean-Christophe Cambadélis, Secrétaire national à  l`Europe et à  l`international

L`opposant congolais Eugène Diomi Ndongala, dirigeant du parti Démocratie chrétienne et allié de l`opposant historique Etienne Tshisekedi, subit depuis plus d`un an des actes de harcèlement et des mesures de détention arbitraires orchestrés par le pouvoir en place à  Kinshasa.

En octobre 2012, quelques jours avant le Sommet de la francophonie à  Kinshasa, le Parti socialiste avait exprimé son soulagement suite à  la libération de l`opposant "Diomi", alors détenu plusieurs mois dans un lieu secret.

Le Parti socialiste suit avec attention les nouvelles vicissitudes judiciaires imposées à  l`opposant congolais, soumis à  une justice clairement partiale. Il a appris avec inquiétude la tentative, par des militaires, de transférer hier l`opposant vers un lieu de détention inconnu. Le Parti socialiste reste vigilant sur le sort de cet opposant.

Au lieu de mesures d`oppression, le Parti socialiste attend plutà´t du pouvoir congolais que soit organisé enfin un dialogue politique inclusif et sincère afin de remédier aux carences patentes de la démocratie en République démocratique du Congo.

Jean-Christophe Cambadélis, Secrétaire national à  l`Europe et à  l`international

http://www.parti-socialiste.fr/communiques/rdc-acharnement-du-pouvoir-sur-un-opposant-politique

L'audience de François Mbuku rue Solférino prouve à  dessein que le dossier de la République démocratique du Congo n'est pas ignorer par le parti au pouvoir en France.

Partager sur : Partager