Réveil FM, la première radio libre et citoyenne de Kinshasa en République démocratique du Congo !

France: Les Premiers ministres de la Ve République !

Pour justifier la volonté du régime terroriste de Kinshasa de tripatouiller la Constitution afin de permettre à  l'incapacitaire de Kingakati de briguer un troisième mandat alors ceux de 2006 et 2011 ont été entachés par la fraude et tricherie, le Goebbels d'alias Joseph Kabila, le Vuvuzélateur Lambert Mende Omalanga, à  Washington dans les apartés du Sommet Amérique-Afrique, a déclaré sans sourciller ni rire que "La France a déjà  tripatouillé sa Constitution 7 fois". L'ancien rebelle du RCD-Goma n'a pas dit dans quelle conteste la Constitution française a été touchée. Pour le Vuvuzélateur de Kinshasa, l'objectif était simple embrouiller le débat. La France est une vieille démocratie, elle connait l'alternance y compris la cohabitation. Est-ce que c'est le cas de la République démocratique du Congo ? Non. En France, les hommes passent mais les institutions demeurent. Au Congo-Kinshasa, des mangercrates et politiventres ont pris en otage toutes les institutions. Sans légitimités, ils dirigent par défi. Nous avons décidé à  Réveil FM International de parler de l'institution "Premier ministre ou chef du gouvernement". Voici les Premiers ministres de la Ve République en France:

Michel Debré (1959-1962)

Rédacteur de la Constitution de la Ve République, il en est le tout premier Premier ministre. Nommé par le Général de Gaulle en 1959, il reste trois ans à  Matignon, jusqu'à  la guerre d'Algérie où un désaccord avec le Président le conduit à  démissionner.

Georges Pompidou (1962-1968)

En restant plus de six ans à  Matignon, où il arrive en 1962 après la signature des accords d'Evian, Georges Pompidou est le Premier ministre qui a eu le plus long bail de la Ve République.

Maurice Couve de Murville (1968-1969)

Dernier Premier ministre du Général de Gaulle, il est resté moins d'un an à  Matignon. Il est, après Edith Cresson, celui dont le bail a été le plus court.

Jacques Chaban-Delmas (1969-1972)

Il est président de l'Assemblée nationale depuis près de onze ans quand Georges Pompidou en fait son premier Premier ministre. Mais le concept de "la nouvelle société" n'a jamais véritablement séduit les conseillers du Président qui le poussent vers la sortie, trois ans plus tard, en 1972.

Pierre Messmer (1972-1974)

Gaulliste de la première heure, il est nommé par Georges Pompidou à  Matignon en 1972. C'est lui qui en décidant la construction de 13 centrales pour faire face au premier choc pétrolier, engageant la France dans le "tout nucléaire". Dans ses mémoires, il reconnaît ne jamais s'être senti à  l'aise dans la fonction.

Jacques Chirac (1974-1976)

Quand il arrive à  l'Elysée en 1974, Valéry Giscard d'Estaing (RI) nomme Jacques Chirac (UDR) qui n'appartient pas au même parti que lui. Le vote de réformes emblématiques (majorité à  18 ans, loi Veil sur l'IVG) n'empêche pas les relations de se dégrader entre les deux hommes. Chirac quitte son poste avec fracas en 1976 lors d'une conférence de presse: il déclare ne pas disposer "des moyens nécessaires pour assumer efficacement" ses fonctions.

Raymond Barre (1976-1981)

En 1976, Valéry Giscard d'Estaing nomme à  Matignon celui qu'il considère comme "l'un des meilleurs économistes de France". Il avait auparavant occupé le poste de vice-président de la Commission européenne.

Pierre Mauroy (1981-1984)

Porte-parole de la campagne de François Mitterrand en 1981, il est nommé à  Matignon après la victoire de ce dernier. Pendant trois ans, il mène les grandes réformes promises: 39h, ISF, retraite à  60 ans, nationalisations, abolition de la peine de mort. En 1983, il incarne avec Jacques Delors le tournant de la rigueur.

Laurent Fabius (1984-1986)

Nommé à  37 ans par François Mitterrand, il est le plus jeune Premier ministre de la Ve République. Son bilan est entaché par l'affaire du sang contaminé qui lui vaudra une mise en examen avant d'être finalement relaxé en 1999.

Jacques Chirac (1986-1988)

La première cohabitation marque le retour de Jacques Chirac à  Matignon, où il est déjà  été de 1974 à  1976. Il est à  ce jour le seul à  avoir occupé deux fois le poste à  plusieurs années d'intervalle.

Michel Rocard (1998-1991) Pour inaugurer son second septennat, François Mitterrand nomme son ancien rival au Parti socialiste. Il reste trois ans à  Matignon, durant lesquels seront créés notamment la CSG ou le RMI.

Edith Cresson (1991-1992)

La Socialiste est aujourd'hui la seule femme à  avoir dirigé un gouvernement français. Elle est aussi le Premier ministre qui est resté le moins longtemps à  Matignon: à  peine plus de 10 mois.

Pierre Bérégovoy (1992-1993)

L'ancien cheminot, entré à  la SNCF à  17 ans, gravit tous les échelons du pouvoir jusqu'à  se retrouver Premier ministre, nommé par François Mitterrand en avril 1992. Il se suicide un mois après son départ de Matignon, le 1er mai 1993.

Edouard Balladur (1993-1995)

Pour sa deuxième cohabitation, François Mitterrand confie les rênes de Matignon à  Edouard Balladur, ancien ministre de l'Economie. C'est depuis son bureau, qu'il annonce sa candidature à  la présidentielle de 1995 (photo) lors de laquelle il est battu au premier tour.

Alain Juppé (1995-1997)

Elu président de la République en 1995, Jacques Chirac nomme son bras droit de toujours, celui qu'il a un jour qualifié de "meilleur d'entre nous" à  Matignon. Mais dès l'automne, des millions de personnes sont dans la rue pour dénoncer son projet de réforme des retraites. Il quitte son poste après la dissolution de 1997.

Lionel Jospin (1997-2002)

La troisième cohabitation (la première avec un président de droite, Jacques Chirac) voit l'arrivée du Premier secrétaire du Parti socialiste à  Matignon en 1997. C'est durant ces cinq années que la loi sur les 35 heures est adoptée.

Jean-Pierre Raffarin (2002-2005)

Dans la foulée du 21 avril 2002, Jacques Chirac nomme le sénateur du Poitou à  Matignon. Il y reste jusqu'au référendum sur la Constitution européenne. Durant cette dernière campagne, il s'illustre par la formule désormais célèbre: "the yes needs the no to win against the no" (le oui a besoin du non pour gagner contre le non).

Dominique de Villepin (2005-2007)

Après la victoire du "non" au référendum sur la constitution européenne en 2005, Jacques Chirac nomme à  Matignon son ancien secrétaire général à  l'Elysée. Son mandat reste marqué par l'échec du CPE (Contrat première embauche).

François Fillon (2007-2012)

L'actuel député UMP de Paris et ancien élu de la Sarthe est le seul Premier ministre à  avoir tenu pendant tout le mandat d'un président de la République, en l'occurrence Nicolas Sarkozy.

Jean-Marc Ayrault (2012-2014) Député de Loire-Atlantique depuis 1986 et président du groupe socialiste (1997-2012) à  l'Assemblée depuis, il est nommé après la victoire de François Hollande.

Manuel Valls (depuis 2014) Après la débà¢cle des élections municipales, François Hollande se sépare de Jean-Marc Ayrault. Dans la foulée, il nomme son ex-ministre de l'Intérieur Manuel Valls à  Matignon

Après treize ans de tà¢tonnement, de gouvernance sur le tas, avec des slogans propagandistes plats: "5 chantiers", "Révolution de la modernité"...les mammouths joséphistes tricheurs et fraudeurs veulent s'accrocher au pouvoir en tripatouillant la Constitution. Comparer la France à  la RDC, pour mieux justifier le tripatouillage constitutionnel est un non sens !

Partager sur : Partager