Réveil FM, la première radio libre et citoyenne de Kinshasa en République démocratique du Congo !

Manuel Valls et Martine Aubry: partie de ping-pong par médias interposés !

Martine Aubry a appelé lundi Manuel Valls à  ne "pas se crisper". "Je le dis à  Manuel, très simplement: faut pas se crisper. Pourquoi d'ailleurs se crisper? Il faut simplement discuter", a notamment affirmé la maire de Lille. Dimanche, elle avait déclaré qu'elle allait faire des propositions pour infléchir la position économique du gouvernement.

Les échanges s'accélèrent. Par médias interposés, le chef du gouvernement et Martine Aubry jouent une animée partie de ping-pong depuis plusieurs jours. Ce lundi, la maire de Lille a distribué les piques depuis un point presse improvisé dans sa mairie. Après une intervention sur Europe 1 ce dimanche, en direction de Manuel Valls, et la réponse du premier ministre, Martine Aubry a rencontré les journalistes ce lundi midi, se disant ``étonnée que Manuel Valls réponde à  (ses) interrogations». Le débat porte d'abord sur la politique économique et la situation de la France face à  laquelle l'ancienne ministre se dit ``préoccupée». Forte de son expérience, elle veut faire des ``propositions écrites» lors des Etats généraux du Parti socialiste, et souligne qu'elle a été ``la seule» à  avoir ``rétabli les comptes de la Sécurité sociale». ``Il faut trouver le bon équilibrage, répète Martine Aubry, réduire la dette et les déficits mais sans casser la croissance.»

Si Martine Aubry répond point par point aux chiffres avancés par Manuel Valls sur le nombre d'enseignants ou de policiers à  Lille, elle souligne cependant qu'elle n'est ``pas là  pour faire un jeu de ping-pong, un débat à  distance» avec le premier ministre. Face à  ceux qui la prendraient pour une frondeuse, elle se défend: ``Je dis à  Manuel Valls qu'il ne faut pas se crisper, mais discuter. Je me suis tue pendant deux ans, et mon seul objectif est que le Président et le gouvernement réussissent. Je ne suis pas là  pour gêner mais pour être utile.»

``Martine Aubry a bénéficié d'enseignants en plus, de policiers en plus à  Lille. C'est ça l'austérité? Manuel Valls.

La veille, à  la fête de l'Unita, la gauche italienne, à  Bologne, Manuel Valls avait répondu à  des propos de Martine Aubry tenus quelques heures auparavant à  l'antenne d'Europe 1. La maire de Lille avait assuré qu'elle allait faire des propositions pour infléchir la politique économique ``dans les semaines qui viennent». ``Il faut faire des réformes mais nous ne faisons pas d'austérité», a rétorqué le premier ministre. ``Martine Aubry, comme chacun le sait parfaitement, a bénéficié d'enseignants en plus, de policiers en plus à  Lille. C'est ça l'austérité? C'est quoi un infléchissement?», a-t-il lancé.

Avant l'été, lors du débat sur la réforme territoriale, la maire de Lille avait également fait part à  la presse de son mécontentement. ``Avec plus de méthode, on aurait eu moins de problèmes», avait-elle critiqué, suscitant déjà  un réponse étonnée de Manuel Valls, qui avait jugé les propos de la maire de Lille ``disproportionnés».

Ce match au sommet, ces échanges serrés, traduisent-ils une envie de retour chez Martine Aubry? ``Ceux qui disent cela ne me connaissent pas. Je n'ai jamais cherché des postes, j'ai toujours cherché à  être utile», tranche la maire de Lille ce lundi.

Partager sur : Partager